La première nuit de Marc Levy

sans-titre (4)

 

[ ROMANCE 2009 ]

 

Résumé :

 » Il est une légende qui raconte que l’enfant dans le ventre de sa mère connaît tout du mystère de la Création, de l’origine du monde jusqu’à la fin des temps. À sa naissance, un messager passe au-dessus de son berceau et pose un doigt sur ses lèvres pour que jamais il ne dévoile le secret qui lui fut confié, le secret de la vie. Ce doigt posé qui efface à jamais la mémoire de l’enfant laisse une marque. Cette marque, nous l’avons tous au-dessus de la lèvre supérieure, sauf moi.
Le jour où je suis né, le messager a oublié de me rendre visite, et je me souviens de tout…  »
Des hauts plateaux éthiopiens aux étendues glacées du nord de l’Oural, Marc Levy conclut avec ce roman la fantastique épopée commencée avec Le Premier Jour.

Mon passage préféré :

– Cent mille ans, reprit Isabel, mille siècles de croyances … Si vous apportiez au monde la preuve scientifique que Dieu n’a pas créé la vie sur Terre, ce monde se détruirait. Un milliard et demis d’êtres humains vivent dans une misère intolérable, inacceptable, insupportable. Quel homme, quelle femme et quel enfant dans la souffrance accepterait sa condition s’il était privé d’espoir ? Qui le retiendrait de tuer son prochain, de s’emparer de ce dont il manque si sa conscience était libre de tout ordre transcendant ? La religion a tué, mais la foi a sauvé tant de vies, donné tant de forces aux plus démunis. Vous ne pouvez pas éteindre pareille lumière. Pour vous, scientifiques, la mort est nécessaire, nos cellules meurent afin que d’autres vivent, nous mourrons pour laisser place à ceux qui doivent nous succéder. Naître, se développer et puis mourir est dans l’ordre des choses, mais pour le plus grand nombre, mourir n’est qu’une étape vers un ailleurs, un monde meilleur où tout ce qui n’est pas sera, où tous ceux qui ont disparu les attendent. Vous n’avez connu ni la faim ni la soif, pas plus que le dénuement, et vous avez poursuivi vos rêves, quels que soient vos mérites, vous avez eu cette chance. Mais avez-vous pensé à ceux qui n’ont pas eu une telle chance ? Seriez-vous assez cruels pour leur dire que leurs souffrances sur la Terre n’avait d’autre fin que l’évolution ? […] Si vous révélez vos découvertes, le premier jour comptera des centaines de milliers de morts dans le quart-monde, la première semaine des millions dans le tiers-monde. La suivante débutera la plus grande migration de l’humanité. Un milliard d’êtres affamés traverseront les continents et prendront la mer pour aller s’emparer de tout ce qu’ils n’ont pas. Chacun tentera de vivre au présent ce qu’il réservait au futur. La cinquième semaine marquera le commencement de la première nuit.

 

Mon avis :

Je viens de renouer avec Marc Lévy et ce fut avec un grand plaisir de le retrouver. Me voici dans une aventure extraordinaire que je partage avec Adrian, éminent astrophysicien de l’Académie Royale, et Keira, intrépide archéologue. Leurs péripéties ne sont pas de tout repos : entre la Chine où est emprisonnée Keira, leur retour en Europe, cette traversé de la Russie à bord du Transsibérien pour finalement retourner en Ethiopie, berceau de toutes les civilisations. Sans oublier bien sûr, cette agence secrète qui les traquent sans relâche.

Cette épopée rythmée par des événements incessants vous met en haleine et vous transporte à l’unisson avec les personnages. Keira est vraiment têtue et va bout de ses intentions sans vraiment prendre en compte les dangers. Heureusement qu’Adrian est plus réfléchi et moins impétueux que sa compagne, ce qui les sauve. Tout au long de l’histoire on remarque un net rapprochement entre eux jusqu’à qu’ils s’avouent mutuellement qu’ils s’aiment et qu’ils veulent réellement fonder une famille. Cet amour qu’il se porte les rend attachant.

J’ai pu apprécier le sujet : la naissance des civilisations à partir d’une seule civilisation. J’ai remarqué que Marc Levy ne s’était pas pencher sur le sujet sans quelques études approfondies, ce qui donne à l’histoire une note réelle non négligeable. Quelle n’a pas été mon étonnement lorsque que je me suis aperçu que le site de Man-Pupu-Nyor existe réellement. Passionnée des anciennes civilisations, j’ai été encore plus conquise.

Ce roman est un véritable bijou et nous amène à réfléchir sur des points sensibles comme la religion, la guerre et le « début du commencement ».

A dévorer sans hésitation.

L’auteur : Marc Levy

Editions : Robert Laffont et disponible chez Pocket.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s