Héritiers des larmes, tome 1 : L’épouse ennemie de Penny Watson Webb.

 

[ROMANCE HISTORIQUE – Nouveauté 2017 ]

Triologie 1/3

Éditions Harlequin – Collection Victoria

Service presse

 

Je remercie les éditions Harlequin pour ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Face à la reine de France, Brunhilde sent son cœur battre à tout rompre. La souveraine lui a accordé le droit de choisir son époux, et attend à présent sa réponse. Brunhilde sait que tout le monde souhaite qu’elle désigne, sur l’ordre de son frère, l’arrogant seigneur de Valcoudray, dont l’alliance renforcerait sa famille. Ce noble normand est même prêt à passer outre le baiser qu’il a surpris la veille entre elle et Conan de Ker Glenn, leur ennemi breton. Conan, l’homme à qui Brunhilde a caché son identité et qui lui lance aujourd’hui des regards noirs. Si c’est lui qu’elle choisit, il la méprisera, elle le sait, et la traitera comme une étrangère dans sa propre demeure. Mais la paix entre Bretons et Normands serait désormais actée. Consciente des regards qui pèsent sur elle, Brunhilde lève enfin les yeux, déterminée. Elle sait ce qui lui reste à faire.

 


 

Mon avis :

Cela faisait bien une dizaine d’années que je n’avais pas lu une romance historique et pourtant ces romans me permettaient de rêver du beau prince charmant sur son cheval blanc qui viendrait me délivrer de mon adolescence terrible. J’aurais pu vous citer pleins de titres si je n’avais pas une sacré mémoire de poisson rouge.

Romance historique : on pourrait croire que ce genre est hyper pompeux car relatant de faits historiques vrais. A bas les idées reçus ! Par ce que même si le contexte est un fait l’histoire qui en découle est purement fictive !

Revenons-en au livre !

Fin du XVe siécle, fin de la guerre folle, breton et normand qui livrent une bataille sans merci. Les cachots remplis de jeunes écuyers, torturés, affaiblis, détruits. Le quotidien depuis trois ans de trois jeunes gens faits prisonniers suite à la mort de leur seigneur et père : Conan de Ker Glenn, Pierre de Flouville et Guillaume de Gallays. Cette période de l’histoire de France est très sombre, suite à la guerre de Cent ans, la conquête des territoires est toujours de mise et étonnamment assez virulente entre normand et breton. L’influence monarchique est plus que de mise, un seul faux pas et c’est la guillotine où la pendaison tripes à l’air. Atmosphère pesante et lugubre, traquenard et compagnie sont de rigueurs, massacres incompris, refus de l’un et de l’autre et pillage. Voilà les éléments sur lesquels est basée l’histoire. Étrangement je trouve ces faits là encore d’actualité comme quoi les siècles passent mais la nature humaine demeurent intacte.

Conan, Pierre et Guillaume sont libérés et retournent sur leur terre bretonne et natale. Si cet épisode est toujours ancré en eux, la suite ne va être que vengeance. Les normands doivent payer leur forfaits malhonnêtes.  Conan seigneur des terres est un personnage assez étrange : à la fois sauvage et attentionné. On sent aisément que la violence est son pain quotidien. Il supporte très mal l’opposition et surtout l’injustice. Sa patience va être mise à rude épreuve lorsqu’une belle demoiselle lui tombe par inadvertance dans les bras. Cette belle jouvencelle est la tentation incarnée : surnommée Brune à cause de sa chevelure hypnotisante, Brunhilde Montgomery est la quintessence de la femme qui affirme ses positions. Lorsque la reine lui accorde le droit de disposer de l’époux qu’elle souhaite, elle y voit là un moyen de mettre un terme aux tourments : celui d’amener la paix sur ces terres désabusées et de poser « un super lapin » au seigneur de Valcoudray qui l’harcèle littéralement. A cet époque ce sont les femmes qui sont forcées à devenir l’épouse d’une homme (surtout dans la haute société) : mariage de convenance dans toute sa splendeur. Mais Conan n’aurait jamais imaginé qu’on lui aurait imposé cette femme, même si elle est sublime cela n’empêche pas de toucher sa fierté masculine. Toucher dans son égo surdimensionné, Conan n’a guère le choix d’accepter mais ce n’est pas pour autant qu’il acceptera dans son lit surtout après la révélation qui aura eu le toupet de lui couper le sifflet et de le mettre dans une rage terrible. Brune contente de son tour de passe-passe a du pain sur la planche. Normande de naissance elle va devoir se faire accepter par les valets de son mari et de sa belle-mère. Brune est une jeune femme tolérante, ambitieuse, hyper têtue, gentille et loin d’être écervelée. C’est une femme avec un immense cœur qu’elle cache souvent par des phrasés mordants et piquants. Elle joue également avec un humour bienséant qui a le mérite de remettre du plomb dans le comportement d’un certain Conan.

Je suis tombée littéralement sous le charme des personnages. Notamment celui de Brune qui correspond à l’image de l’héroïne moderne. Conan est un sacré bourru mais qu’on ne peut que comprendre. Pierre et Guillaume sont les joyeux lurons qui viennent pimenter l’histoire et apporter un certain réconfort auprès de Brune. Ce sont tous des personnages entiers avec des défauts et qualités. Leur psychologie est manié avec beaucoup de subtilité et de profondeur.

Sur fond de dramaturgie, nos héros font devoir faire face à des faits troublants, à des manigances sournoises et à de la jalousie excessive. Les rebondissements incessants donnent un rythme effréné à la lecture. J’ai été absorbée par ce roman à tel point que je n’ai pas pu le lâcher avant deux heure du matin (fait très rare). La plume de Penny Watson Webb fait des merveilles : l’intensité est au rendez-vous. J’adore les petites expressions bretonnes qui donnent du cachet à l’histoire et j’apprécie d’autant plus l’utilisation du vouvoiement qui met en évidence le respect dû à l’époque. Ironie tragique de ce respect entre Conan et Brune il est illusoire ! J’ai vraiment apprécié le style de l’auteur qui d’ailleurs n’en ai pas à son premier roman et dont je vais mettre un point d’honneur à découvrir !

« L’épouse ennemie » est l’histoire d’une femme convaincue que son mariage ne pourra qu’apporter le meilleur. Mais aux détriments de la force de ses sentiments envers Conan et au combat acharné pour démontrer la sincérité de ses actions, ses espoirs et ses aspirations seront mise à rude épreuve.

Un sacré coup de cœur pour cette romance qui soulève de nombreux points de tolérances et de croyances. Mais c’est assez connu l’amour peut soulever les montagnes.

Une romance aux allures de capes et d’épées où L’amour de Brune sera l’unique récompense !

L’attente du second tome va être terrible. J’ai bien peur que les meilleures choses savent se faire attendre !!

 

liens-utiles

Vers le site des éditions Harlequin !

Pour tout savoir sur Penny Watson Webb et ses romans !

 

64391-episode

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Héritiers des larmes, tome 1 : L’épouse ennemie de Penny Watson Webb.

  1. Pingback: HÉRITIERS DES LARMES, tome 2 : La belle des Salines de Penny Watson Webb. |

  2. Pingback: MON TOP 2018. |

  3. Pingback: HÉRITIERS DES LARMES, tome 3 : Le serment brisé de Penny Watson-Webb. |

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s