Focus sur Antoine Delouhans.

textgram_1515947363

 

J’ai découvert « InLife » dans le cadre de l’opération #BoDFantastique du mois de décembre dernier, opération initiée par les éditions BoD, plateforme d’autoédition.

Il me tenait à cœur de découvrir davantage les auteurs et leurs œuvres. Antoine Delouhans s’est prêté au jeu de mes questions et je le remercie infiniment de m’avoir accordée quelques minutes.

Place maintenant à ses réponses et si vous voulez en savoir davantage n’hésitez pas à poser vos questions dans la partie commentaire ci-dessous

 


 

1/ Quelle est la genèse de cette saga ?

Tout part de mon premier roman : Eden. J’ai construit un univers, dans lequel s’inscrivent toutes mes œuvres (romans et nouvelles). Je suis parti du postulat que tous les mythes et légendes avaient un encrage dans la réalité, que l’Homme n’avait pas pu simplement tout inventer. Cela a donné naissance au monde que je décris dans Eden, et de cela a découlé les évènements présentés dans InLife, plus de 3000 ans plus tard.

 

InLife: La vie est éphémère, vivez-là par [Delouhans, Antoine]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2/ Peut-on dire qu’InLife est dénonciateur de la prise de pouvoir par la technologie sur l’Homme ?

Oui, bien sûr, mais aussi de l’aveuglement que l’on a tous face à cela. Nous laissons souvent faire, même des choses néfastes, par peur de perdre notre petit confort.

 

3/ Vous jouez habilement avec les peurs du lecteur : la mort comme ultime point de pression. Pourquoi cette atmosphère si sombre ?

Je voulais explorer les Affres de l’esprit humain, ce que ne fait qu’effleurer InLife. Je compte, à travers la suite de cette série de novellas, aller beaucoup plus loin, pas forcément dans la noirceur, mais dans les méandres des sentiments et des émotions.

 

 

4/ Vous imbriquez les idéologies du pouvoir (argent, vie, contrôle…). Une minorité du peuple se rebelle. Que dénonciez-vous au travers de leur propos ?

Je dénonce un monde d’hypocrisies, de concurrence, qui se défait peu à peu de son humanité. Je dénonce l’individualisme au détriment de l’Équilibre que nous devrions tous chercher, en nous, puis en le diffusant auprès de ceux qui nous entourent.

 

 

5/ Le commandeur Jewel reprend la plume pour exprimer toutes les émotions qui lui traversent. Une lettre d’adieu et d’amour. Scène très paradoxale dans le contexte tendu. Vouliez-vous en faire une parenthèse de paix, de retour aux sources ?

Un retour à l’essentiel. Cette lettre décrit la prise de conscience de Jewel. Le voile se lève peu à peu sur cette vie sans aucun sens que tous mènent à Furia. Il se recentre sur ce qui est important pour lui, et ce qui explique sa nostalgie continuelle : l’amour qu’il porte à cette belle espagnole.

 

6/ « InLife » : prise de conscience ?

Et ce n’est que le début. Oui, prise de conscience, balbutiement d’une révolution, mais d’une révolution intérieure, plus que d’un soulèvement de masse. Car tout bouleversement doit d’abord commencer par soi.

 

7/ Mythes, Légendes : fondamentaux des croyances humaines ! C’est un sujet sensible de nos jours. Justement dans Inlife , le dénouement se fait en présence de Satan. D’ailleurs j’ai trouvé son rôle assez comique dans le sens où il ne vit pas en « enfer », mais au contraire se joue des humains en les manipulant tels des pions d’échiquiers et en leur faisant vivre l’enfer. C’est tout de même une situation totalement décalée par rapport à ces mythes et légendes. Pourquoi jouer avec ces personnages mythiques?

J’ai toujours été passionné par l’Histoire, et par la capacité de l’être humain à imaginer, à rêver. J’ai aussi été élevé dans une famille où la foi et la religion a une grande importance. Tout cela a nourri mon imagination, et j’ai voulu en faire ma propre lecture, en créant cet univers décalé, tout en l’intégrant dans la réalité.

8/ Je suis assez intriguée par la première de couverture, que se cache-t-il derrière elle ?

Le vertige. Le gouffre qui s’étend devant les pieds du personnage. La peur de l’inconnu. J’avais une peur irrépressible de descendre dans la cave de mes grands-parents, quand j’étais enfants, et c’est cette impression que je voulais donner. Car il faut dire que faire face à soi-même, faire face à ses manquements, et prendre conscience de ceux d’une société toute entière, est tout de même très inquiétant, vous ne trouvez pas ?

 

9/ Si j’ai bien compris « InLife » est le début d’une série de novellas regroupées sous le titre « Les Affres ». De combien de novellas composeront cette saga ?

Les Affres est en cours de développement. Il y a déjà quatre tomes rédigés, et au moins deux de plus en projet. J’étais parti pour 6 tomes, mais selon le développement de l’histoire, je me laisse la liberté d’en ajouter.

 

10/ Pouvez-vous nous parler de votre bibliographie ?

Je n’en ai pas de précise. Évidemment, j’ai des sources d’inspiration, mais, pour InLife, pas forcément dans des livres, mais à travers des séries, du genre Black Mirror. C’est dans cet état d’esprit que j’ai monté cette saga, des épisodes qui n’ont, apparemment pas de lien, qui aurons tous un style un peu différent, mais qui se rejoignent peu à peu.

Concernant ma bibliographie, vous pouvez trouver Eden, la fin d’un monde, sorti en Janvier 2017 et InLife. Le reste de mes écrits sont des nouvelles, disponibles gratuitement sur internet, et dont je ferai un recueil, sûrement en septembre.

 

11/ L’autoédition, ce choix était-il évident ?

Oui, depuis longtemps. L’auto édition permet une liberté de ton, de forme, de sujet que l’on peut difficilement atteindre avec un éditeur traditionnel. La novella est un format qui n’est pas édité en France, plus dans les pays anglo-saxons. J’avais très envie de jouer avec la précision et la concision dont doit faire preuve un format court, tout en développant des personnages et des émotions sur le long terme.

 

12/ Quels projets sont en cours et qui feront votre prochaine actualité ?

 

« Murmures », le prochain tome des Affres, sera disponible d’ici fin janvier, début février. « Instincts », le tome 3, devrait sortir en juin, tandis que « Méandres », le tome 4, verra le jour en décembre. Pour les autres projets, je suis en cours de rédaction de deux romans, l’un sera une sorte de thriller éroticoromantique (j’ai horreur des étiquettes dont je ne sais jamais dans quoi me ranger ^^), l’autre de la fantasy pure, avec une aventure qui expliquerait d’où viennent les contes de notre enfance, et se déroulant dans le monde imaginaire que je développe dans Eden, mais quelques milliers d’années avant. J’ai toujours plusieurs projets en développement en même temps, je dois donc également continuer la rédaction des tomes 5 et 6 des Affres, ainsi qu’une genèse de mon univers, dont j’ai commencé la rédaction il y a déjà quelques années. Tout ne pourra pas être fait en 2018, mais je vais me retrousser les manches pour avancer au mieux.

 

13/ Quel est le livre que vous ne vous séparerez jamais ?

Oula, dur de choisir. Mais pour les besoins de l’interview je dirai Les chroniques des Crépusculaires de Mathieu Gaborit (je reste dans le français), pour son univers fantasy poétique et épique à la fois.

Les Chroniques des Crépusculaires

 

 

14/ Champ libre : mots à vos lecteur et futurs lecteurs.

Si vous vous lancez dans la lecture d’InLife, vous entrez dans une aventure en plusieurs épisodes, comme si vous regardiez une série télévisée. Cette série a pour intention de toucher le lecteur, mais aussi de transmettre une Vision du Monde et de l’introspection. Rien d’intellectuel ou de pompeux, loin de moi l’idée de donner des leçons à qui que ce soit, mais une aventure qui vous amènera, je l’espère, à chérir mes personnages autant que je les aime.

Cette saga est une façon plus light de rentrer dans mon univers, car commencer par Eden peut inquiéter le futur lecteur, il s’agit de fantasy et il fait tout de même 580 pages, mais je ne peux que vous inviter à le découvrir aussi, car des liens flagrants vous permettront de prendre encore plus la mesure de ce que décrivent les évènements de la série Les Affres, dont InLife est le premier tome, et dont Murmures, à paraître début 2018, sera le second.

 

Merci à votre blog de me donner l’opportunité de m’exprimer et de votre intérêt pour mon univers. Et j’espère que la suite des aventures vous feront autant voyager 😉

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur « InLife », première novella de la saga « Les Affres » !

Vers le site de Book of Demand, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Antoine Delouhans, pour tout savoir !

 

 

 

 

 

 

 

Une réflexion sur “Focus sur Antoine Delouhans.

  1. Pingback: DIS-MOI QUEL AUTEUR INDE ES-TU, Antoine Delouhans ? |

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s