L’ENFANT TROUVÉE de Louis Mercadié.

20180312_160658-1.jpg

 

 

[LITTÉRATURE FRANÇAISE -Nouveauté 2018]

Éditions De Borée

Service presse

 

Format broché (285 pages) : 18€90

Numérique : 9€99

Ma note : 5/5

 

 

 

Je remercie les éditions De Borée pour ce service presse.

 

 


 

 

Le résumé :

 

Abandonnée sur le parvis d’une église par une nuit glaciale, Noëlle a été recueillie par les soeurs et va grandir à l’orphelinat. Comme tous les enfants sans famille, la petite fille doit participer aux tâches de nettoyage et d’entretien de l’établissement, jusqu’au jour où on estimera qu’elle est en âge de travailler. Exploitée comme tant d’autres dans une filature puis à la mine, l’existence qui l’attend n’a rien de réjouissant. Pourtant, Noëlle ne baisse jamais les bras. Des écuries d’un château aux barricades de la Commune, du froid des nuits sans toit à la chaleur d’un atelier d’artiste, elle est poussée par l’espoir de retrouver un jour celle qui l’a mise au monde.

 


 

 

Mon avis :

 

Je dois avant tout vous signaler que c’est une véritable fiction même si la frontière avec le témoignage est ténue. Une fiction qui se déroule tout au long du 19e siècle sur fond historique. Une fiction bouleversante. Une fiction où l’espoir est omniprésente, celui de retrouver son identité, celui d’affirmer sa place dans une société encore patriarcale. Une fiction aux allures de combats, encore d’actualité, ceux de l’émancipation de la femme. Un combat qui prend tout son sens au cours du 19e siècle, précurseur du mouvement féministe. Une fiction qui m’a touchée au delà des mots, qui rappelle que seules des dizaines d’années nous séparent.

 

Noëlle est une enfant trouvée. Abandonnée par sa mère sur le parvis de l’église de Saint-Geniez-d’Olt en Aveyron, son enfance se déroule au grès des travaux de l’orphelinat. Les tâches deviennent de plus en plus ardues tout en grandissant. Noëlle ne connaît pas l’insouciance de l’enfance, très tôt elle prend conscience que sa condition ne lui autorise aucun faux pas. La survie par le travail. Noëlle est une enfant joyeuse, avenante, combative, curieuse, travailleuse, malicieuse, bienveillante. Elle ne rechigne jamais à la tâche. Son sourire illumine son visage trahissant la dureté de sa vie. Cette dernière est un sacré parcours du combattant, l’époque voulait ça. Mais sa bonne étoile l’a merveilleusement bien guidée. L’enfance laisse place à l’âge à adulte. La rencontre de Mathieu, jeune compagnon, lui permet de quitter l’orphelinat. Elle le suit au grès des travaux, traversant petits villages, ils vont arriver à Nîmes où il s’établissent pour plusieurs mois et le quittent à tout hâte lorsqu’une épidémie de choléra frappe la ville. Leur errance est faite de rencontres charitables, merveilleuses. Noëlle apprend à écrire et à lire auprès d’une perceptrice. De travails en travails éreintants, elle est toujours aussi curieuse. Elle apprend à faire naitre les agneaux. Leur errance va les mener à Lyon où Matthieu est attendu pour un grand chantier à l’église Saint-Martin, de l’antique abbaye d’Ainay. L’idée de retrouver ses parents taraude de plus en plus Noëlle, sur les préconisations du baron Charles de Saint-Amédée, elle va rejoindre un groupe de bohémiens vivant non loin de Lyon. Cette communauté va l’accueillir chaleureusement et l’aider à obtenir les réponses. Malheureusement, le sort va frapper sa vie et la mort apporter son cher Mathieu. Elle rejoint définitivement la communauté de bohémiens où elle approfondit ses connaissance en matière de médicamentation et d’accouchement. Bien des années plus tard, elle décide de monter à Paris afin de chercher sa mère qui aurait été aperçu non loin de Notre Dame de Paris. Elle y découvre le Paris pauvre, les nuits froides, la mendicité, le rejet, les petits boulots, la prostitution, les hospices ; et puis une nouvelle rencontre, Théodore Chassériau, qui lui fait découvrir le Paris luxurieux, artistique. Bien d’autres rencontres mouvementeront sa vie, la menant aux barricades de la Commune, la faisant vivre l’enfer du siège des Prusses, la plongeant davantage dans le Paris des indigents, la menant à des combats d’une envergure qui ne seront entendus que des années plus tard.

 

« L’enfant trouvée » est une histoire tellement magnifique. Une histoire qui résonne comme une vérité oubliée. Une histoire engageante. Des aventures plus ou moins heureuses. Une quête intense, époustouflante au fil d’années torturées. Le diaporama d’une femme précurseur d’idées, combative et engagée. Une histoire simplement merveilleuse.

 

La plume de Mercadié n’a rien à envier aux plus talentueux. J’ai apprécié le fait que la fiction soit vraiment ancrée dans les faits historiques du 19e siècle. Qu’elle soit ponctuée de rencontres de véritables hommes et femmes qui ont façonné ce siècle.

 

Il y a très longtemps que je ne m’étais pas plongé dans ce genre de roman. J’y ai retrouvé tout ce qui peut me transporter : une héroïne haute en couleur, une atmosphère fidèle à l’époque et un message sublime.

 

Ce roman est juste sensationnel ! A découvrir !

 

 

EXTRAIT
Et la jeune femme, qui s’appelait Julie, raconta son calvaire. Depuis longtemps, elle subissait son époux, un homme violent qui plusieurs fois la laissa dans un état grave. Et pourtant, elle l’avait tellement aimé ! Ses parents l’avaient mise en garde sans succès. Elle avait fui l’autorité paternelle en se mariant, trop jeune, avec cet ami d’enfance qui ne tarda pas à l’étouffer par ses crises de jalousie répétitives.
-Presque chaque jour, je suis punie, humiliée, séquestrée…et le soir, dans la pénombre de la chambre, mon mari me prend comme s’il chevauchait une jument rétive. Sa jalousie, il la vit tellement qu’à chaque fois qu’un homme se retourne sur moi il me bat. Combien de fois j’ai pleuré de n’être pas née laide ou sotte… Je suis une femme enchainée par les liens soi-disant sacrés du mariage, condamnée à subir jusqu’à la mort ses violences.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers la page facebook de Louis Mercadié !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s