L’ARMÉNIEN de Carl Pineau.

51SgZSLBjDL._SX322_BO1,204,203,200_

 

 

[POLICIER – 2017]

Librinova – Auto-édition

Service presse

 

Format broché (330 pages) : 16€90

Numérique : 2€49

Ma note : 4/5

 

 

 

 

 

Je remercie Carl Pineau pour sa confiance.

 


 

Le résumé :

 

Nantes, 22 décembre 1989. Le cadavre de Luc Kazian, dit l’Arménien, est retrouvé en forêt de Touffou. Deux balles dans la peau, et partiellement calciné. Assassiné. Mais par qui ? Et qui était vraiment l’Arménien ? Un trafiquant de cocaïne notoire, comme le pense l’inspecteur Greg Brandt ? Un copain de virées avec qui écumer les bars et draguer les filles, comme le voit Bertrand, son premier et peut-être unique ami ? Un jeune orphelin perturbé, mais à l’esprit vif et éveillé, comme le pense Françoise de Juignain, sa psychiatre depuis 20 ans ? Rien de tout cela, bien plus encore ? De la place Graslin au Château des ducs de Bretagne, des ruelles pavées du quartier Bouffay aux bars à hôtesses du quai de la Fosse, des pavillons de Rezé aux immeubles de Bellevue, Carl Pineau fait revivre dans ce thriller noir toute l’ambiance du Nantes des années 80.

 


 

Mon avis :

 

 

Luc Kazian a toujours été un grand mystère mais toujours apprécié par son entourage : son honnêteté, sa compassion, son empathie font de lui un homme attachant et sincère. Egalement un homme séduisant qui goûte aux plaisirs de la vie comme sa dernière heure arrivait. Luc vivait avec une épée de Damoclès, il se savait condamner car la vie ne l’avait guère épargné. Orphelin, il est retrouvé sur ses présumés parents sauvagement assassinés en Arménie en pleine rue. Il est envoyé en France, chez sa tante. Perturbé, instable, silencieux, anéanti, il fait la rencontre de Françoise de Juingnain, psychologue, qui part sa ténacité et sa force va le sortir petit à petit des ténèbres. Les années passent, Luc grandit. Toujours aussi solitaire, il sympathise avec un coiffeur, Bertrand, que je pourrais qualifier de déjanté. Bertrand devient au fil des mois son meilleur ami, malgré les années qui les séparent. Luc est aussi intelligent que Bertrand a tendance de dilapider ses billets dans toutes sortes de beuveries. Mais l’élève dépasse largement son maître, et Luc décide de prendre tout en main et devient Le bisness man a avoir dans sa poche. Sous ces airs charmeurs se cache un véritable requin. Et devient très vite l’homme à abattre.

 

Comme l’évoque le synopsis, l’histoire se déroule dans les rues de Nantes. Pour celles et ceux qui connaissent, vous vous plairez à redécouvrir cette ville avec les noms de rues et quelques précieuses descriptions. Personnellement je ne connais pas, du coup je n’ai pas apprécié à sa juste valeur, l’environnement que m’a proposé l’auteur. J’en ressort avec ce petit goût de déception, la ville décrite ressemble à n’importe quelle autre. Je n’ai pas trouvé ce qui la rend si exceptionnelle et particulière. Je n’ai pas été plongée dans l’ambiance voulue. De plus, l’histoire se déroule dans les années 80, s’il n’était pas fait mention de l’élection de Mitterrand et des musiques qui faisaient un carton dans ces années là, le roman aurait pu se dérouler à l’heure actuelle. Ces éléments spatiaux-temporels m’ont quelques peu déstabilisée. Malgré ce point, le reste est juste sensationnel.

 

La narration se partage la poire, entre Bertrand et Françoise. A eux deux, le lecteur découvre la vie que fut celle de Luc. Entre flash back et pensées de nos narrateurs, le lecteur suit ce fil conducteur qui a amené à la mort de Luc. L’inspecteur de police, Greg Brandt, vient mettre son nez dans leurs affaires et fait ainsi resurgir d’anciens souvenirs. Le lecteur découvre les personnages, leurs déboires, leurs espoirs, leurs craintes, leurs rencontres qui détermineront leurs avenirs, les enjeux… Très vite l’atmosphère m’a prise à la gorge, car tout n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. J’ai suivi avec beaucoup d’attention, le déroulement de l’enquête, je me suis posée beaucoup de questions, notamment au sujet de Luc. D’ailleurs découvrir Luc à travers des portraits faits par son entourage m’a tout de même frustrée, j’aurais apprécié avoir davantage accès à ses propres pensées.

 

Malgré quelques points négatifs, L’ARMENIEN est un très bon policier. La plume de Carl Pineau m’a conquise et m’a transportée au cours d’une enquête houleuse et où la finalité m’a quelque peu surprise mais surtout scotchée. La multitude de personnalités donne au roman une dimension humaine imparfaite et originale. Cette lecture a su également me toucher par la détresse de tout ce beau monde. A découvrir !

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site de Librinova, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Carl Pineau !

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s