LES BLESSURES DU SILENCE de Natacha Calestrémé.

20180412_161956-1.jpg

 

[ POLICIER – Nouveauté 2018 ]
Une nouvelle aventure de Yoann Clivel
Editions Albin Michel
En partenariat avec Babelio

 

Format numérique (352 pages) : 13€99
Broché : 19€90
Ma note: 5/5 mention « coup de cœur »

 

 

 

Je remercie Babelio et les éditions Albin Michel de m’avoir permis de découvrir ce roman lors d’une Masse Critique Privilégiée.

 


 

Le résume :

 

Amandine Moulin a disparu. Son mari évoque un possible suicide. Ses parents affirment qu elle a été tuée. Ses collègues pensent qu’elle s est enfuie avec un amant. Une succession de témoignages contradictoires qui ne collent pas avec la description qui est faite de cette mère de trois petites filles. Qui croire ? Qui manipule qui ? Connaît-on vraiment la personne qui vit à ses côtés ?

 


 

Mon avis :

 

Je découvre pour la toute première l’univers de Calestrémé et une des aventures de Yoann Clivel, policier et personnage principal d’une saga. Composé de one shot, ces aventures se comptent à l’heure actuelle à trois histoires : « Le testament des abeilles » (2011), « Le voile des apparences » (2015) et « Les racines du sang » (2016), parus aux éditions Albin Michel. Même si il est possible de les lire indépendamment, maintenant que je sais à quoi m’attendre, je vais m’empresser de lire ces trois romans. Pour cerner davantage ce personnage, approfondir l’univers de Calestrémé (dans ce genre de saga, j’aime bien voir si l’auteur innove dans son scénario ou alors reste sur le même plan fonctionnel).

 

« Les blessures du silence » m’a plongée dans l’enfer quotidien d’une femme méprisée, violentée psychologiquement, détruite, consommée par des années de mariage. Sa seule ancre dans cette vie morose ce sont ses deux jeune filles. Amandine est une de ces femmes qui parmi tant d’autres sont asphyxiées par un mari manipulateur et narcissique. Les mots comme arme destructrice. Les mots qui cisaillent les âmes et les anéantissent au grès des années. Pourtant le bonheur était bien présent, elle a vécu six mois d’amour intense et fabuleux et puis un jour, sournoisement, tout bascule dans ce néant, ce silence morbide. Elle a bien espoir, qu’un jour ils pourraient être de nouveau heureux, ensemble. Elle bataille pour y remédier, quitte à lui trouver toute sorte d’excuses qui ne tiennent pas la route. Amandine est cette femme que vous croisez dans la rue, dans les couloirs de vos boulots, dans les magasins ou peut être est-ce vous ! La détresse de ces femmes ne se voit pas, mais si vous preniez le temps d’écouter, vous y découvrirez cette souffrance silencieuse.

 

Yoann Clivel est inspecteur de police de la Police Judiciaire de Paris. Il est le meilleur de la brigade. Un instinct et un flair hors pair. Il résout bon nombre d’enquêtes. Yoann est un homme bien sympathique, jamais taciturne, une répartie bien sentie. Il est rare qu’il soit toujours dans les clous, mais l’essentiel, pour lui est de résoudre les enquêtes. Amoureux éconduit, sa vie sentimentale est un peu laborieuse, mais cette nouvelle enquête va lui remettre du plomb dans la cervelle et mettre sa fierté de côté pour reconquérir, Alisha, celle qu’il n’oublie plus. La disparition d’Amandine va lui donner du fil à retordre. Il découvre que les apparences sont parfois illusoires et que la violence conjugale n’est pas toujours associée aux coups et blessures. Arrivera t-il à temps pour la sauver dans ce monde l’aveuglement et la non reconnaissance priment ?

 

Ce polar aura eu le mérite de me retourner les boyaux. Amandine a su me toucher. Désespérée, triturée par son avenir, accablée, moralement effondrée, désemparée. Le lecteur suit étape par étape les moments clés d’Amadine. L’apitoiement, la désapprobation, le renoncement, la prise de conscience, l’espoir, la reconstruction et puis le jour où tout bascule dans l’horreur. Et en alternance, on suit l’enquête de Yoann Clivel. La trame de ce roman est très éprouvante : la violence conjugale est loin d’être un sujet banal. Qu’elle soit silencieuse ou visible, elle est reste néanmoins tabou. Prise de conscience ou révélation, ce roman tend à libérer la parole, à réconforter et à aider. Des conseils sont égrenés au fil des pages. Des méthodes ou descriptions complètent le tableau. La technicité appuie l’argumentaire. Je trouve que c’est par ailleurs nécessaire d’éluder les points cruciaux dus au contexte.

 

Les traits psychologiques des personnages sont sublimés par la plume talentueuse de Calestréme. Précise, torturée, sincère sont les mots qui la qualifierait  à sa juste valeur. Tous les personnages ont une place importantes dans le déroulement du scénario. Chaque pierres posées finissent par former un tout sensationnel.

 

J’ai beaucoup aimé cette lecture. Emue, chamboulée par la réalité. Prise au piège dans ce cercle vicieux. J’ai soutenu Amandine, j’ai essayé de la bousculé, je lui ai crié de prendre garde, je l’ai accompagné dans ses abysses. Je l’ai pleuré, je l’ai regardé s’effondrée sans rien pouvoir faire. Je lui ai souri et dit que tout aller s’arranger. Je lui ai tendu la main. Elle se relèvera j’en suis persuadée.

 

Quelle belle découverte, je suis plus que conquise !!

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Albin Michel, pour tout savoir !

Vers la page Facebook de Natacha Calestrémé, pour suivre son actualité !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s