Femme de robe de Michèle Dassas

femme de robe miss choco

 

Biographie romancée – Livre sorti le 15 mars 2018

Marivole Editions – Collection parcours de femme

Service presse

 

Je remercie les éditions Marivole pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : Le portrait d’une femme d’exception

« Robe sur robe ne vaut », voilà comment un grand nombre de ses confrères avocats accueillirent la prestation de la première femme à avoir plaidé. Les railleries, le mépris traduisaient l’angoisse des hommes de voir des représentantes du sexe dit faible, accéder à des fonctions qui leur étaient jusqu’alors exclusivement réservées.

Combien avait-elle dû se battre, Jeanne Chauvin, avant de pouvoir enfin prêter serment, trois ans après avoir essuyé un humiliant refus, alors qu’elle était pourtant munie de tous les diplômes nécessaires ! Femme de robe retrace le parcours de cette femme remarquable, ses combats, son humanité, ses espoirs. Aux côtés d’une mère d’exception et d’un frère, aussi déterminé qu’elle, qui fut député de Seine-et-Marne, et secrétaire du Grand Orient, Jeanne laisse le souvenir d’une femme digne, résolue, charismatique, une pionnière éprise d’équité. Mais Femme de robe est aussi un roman qui, au-delà des faits historiques, ressuscite une Jeanne plus intime, avec ses passions et sa sensibilité toute féminine.

 

Mon avis : Lorsque j’ai découvert cette biographie romancée, j’y ai tout de suite porté un intérêt pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’ai fait un peu de droit dans le cadre de mes études et j’ignorais tout de la manière dont les femmes sont arrivées à pouvoir exercer cette profession. En l’occurrence, ce roman allait combler cette lacune. Ensuite, il faut admettre que l’égalité homme/femme est un thème très actuel donc cette histoire trouve tout à fait sa place dans ce contexte. Enfin, je dois avouer que je suis un peu féministe dans l’âme car j’ai pendant longtemps voulu, moi aussi, travailler dans un milieu très masculin et je me suis heurtée à de nombreux préjugés et des fins de non-recevoir. Ainsi, j’étais plus que curieuse de suivre le combat de cette femme pour permettre, notamment, aux femmes d’accéder à la profession d’avocat.

Le roman commence au moment où Jeanne Chauvin va soutenir sa thèse en 1892. C’est un évènement sans précédent et la séance va même être reportée tellement sa première soutenance est le théâtre d’une pagaille sans nom. Malgré tout, elle réussit cet examen haut la main et elle devient doctoresse à l’unanimité ! Suite à cela, elle devient enseignante mais ne peut espérer mieux car de nombreuses professions sont encore inaccessibles pour les femmes. Lorsque sa demande d’inscription au barreau de Paris est rejetée, Jeanne se donne pour mission de trouver des soutiens qui lui permettront de faire passer une loi permettant l’accès au barreau aux femmes. Avec l’aide de son frère Emile, devenu député, Jeanne va convaincre du bien-fondé de sa requête et le Parlement finira par adopter cette loi le 13 novembre 1900. Jeanne ne sera pas la première à prêter serment mais c’est elle qui reste dans les mémoires car c’est elle qui a porté cette lutte sans jamais baisser les bras. Au fil du temps, elle va aussi se battre pour l’obtention du droit de vote pour les femmes, qui n’arrivera qu’en 1946, et pour l’amélioration de la condition féminine.

Cette biographie romancée va donc suivre Jeanne Chauvin dans toutes les étapes de sa vie professionnelle. Elle nous en apprend aussi plus sur sa vie de femme, qui est passée au second plan suite à une grosse déception dans sa jeunesse. Toute sa vie, elle a œuvré pour l’amélioration de la condition féminine et elle n’aura de cesse de combattre les inégalités. Elle était une avant-gardiste mais elle représente un paradoxe : en effet, elle s’est battue pour que les femmes aient de plus en plus de droits, de libertés et pourtant, toute sa vie, elle va rester « une femme du 19ème siècle » dans son apparence. Alors qu’après la 1ère Guerre Mondiale, les robes se raccourcissent, tout comme les cheveux, Jeanne gardera toute sa vie ses longs cheveux remontés en chignon et les longues robes sombres.

Concernant la plume de l’auteure, j’ai apprécié son écriture qui fait revivre Jeanne Chauvin et ses proches au fil des pages. L’écriture est fluide et on sent flotter, au cours de la lecture, le vent du changement qui a accompagné la fin du XIXème et le début du XXème siècle. Les descriptions réalistes permettent de s’immerger dans l’atmosphère de l’époque et de prendre conscience des us et coutumes de cette période.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré cette biographie romancée. Je ne connaissais pas du tout Jeanne Chauvin et je pense qu’elle fait partie des femmes qui ont marqué l’histoire. A la fin, l’auteure n’hésite pas à poser la question de son entrée au Panthéon, où il y a de nombreuses figures marquantes de notre pays. Elle pourrait y prétendre mais ceci est un autre débat. Pour conclure, je recommande vivement cet ouvrage à tous les amateurs de biographie ainsi qu’à tous ceux qui souhaitent découvrir le destin de cette féministe avant l’heure, dont le destin est malheureusement méconnu du grand public.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez « Femme de robe » sur le site de Marivole

Retrouvez également cette biographie romancée sur Amazon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s