La dernière des Stanfield de Marc Levy

La dernière des Stanfield perso

Littérature française – sortie en format poche le 18 mai 2018

Editions Pocket

Lecture personnelle

 

Résumé : Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres.
Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel.

George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec.

Lui aussi reçoit un message accusant sa mère des mêmes faits.

Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas.

L’auteur des lettres leur donne rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.

Quel est le lien qui les unit ?

Quel crime leurs mères ont-elles commis ?

Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ?

Au cœur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée de l’été 1944, à Baltimore dans la liberté des années 1980, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

 

Mon avis : Je suis Marc Levy quasiment depuis ses débuts. J’attends toujours avec impatience la sortie en format poche de ses romans mais aussi avec une pointe d’appréhension car parfois, je n’arrive pas à accrocher. « La dernière des Stanfield » est le parfait exemple de tout ce que j’aime mais aussi tout ce que je reproche à l’auteur.

Elanor-Rigby vit en Angleterre. Elle a perdu sa mère et reçoit un courrier lui affirmant que sa mère n’a pas le passé qu’elle lui a toujours décrit. Au Canada, Georges-Harrison reçoit lui aussi un courrier parlant des secrets de sa mère. Tous les deux se retrouvent à Philadelphie alors qu’ils ne se connaissent pas. Ils vont vivre une aventure intense, à la recherche du passé de leurs mères et en apprendre plus sur leurs origines.

Eleanor-Rigby est une jeune femme solitaire. Reporter spécialisée dans les voyages, elle a peu d’attaches et voit peu sa famille : son père, veuf, sa sœur Maggie et son frère Michel. Après cette lecture, je peux affirmer qu’Eleanor-Rigby est une femme qui sait ce qu’elle veut et qui ne baisse pas les bras face aux difficultés. Lors de la réception de la lettre accusant sa mère, elle va douter mais elle va aller jusqu’au bout de sa quête pour en savoir plus sur son passé et pour comprendre. J’ai beaucoup aimé ce personnage car c’est une femme forte, déterminée et tenace. De son côté, Georges-Harrison est un jeune homme qui a grandi au Canada avec sa mère. N’ayant jamais connu son père, il a souffert de cette absence et du regard que tout le monde portait sur sa mère. Pourtant, il a toujours été entouré d’amour et il a toujours entretenu une relation particulière avec sa mère. Lors de la réception du courrier, il va être désarmé mais il va quand même se lancer dans cette recherche. Avec Eleanor-Rigby, leur relation va connaitre les montagnes russes mais ils vont se compléter et s’appuyer l’un sur l’autre pour arriver à trouver la vérité.

A la fin de cette lecture, je suis embêtée. En effet, je dois avouer que je me suis profondément ennuyée pendant la moitié du roman. En revanche, j’ai été, encore une fois, happée par la suite qui m’a littéralement envoutée et embarquée dans un périple fou. Ce qui m’a gêné, c’est la longueur de la mise en place de l’intrigue. En effet, l’auteur a fait le choix d’un roman à plusieurs voix et à plusieurs époques. On se retrouve donc submergé par un grand nombre de personnages, qui évoluent à des époques différentes et en plus, Marc Levy alterne le point de vue interne et le narrateur externe, en fonction des chapitres. Ces alternances ont eu tendance à me perdre et j’ai eu du mal à accrocher avec la trame de l’histoire. Pourtant, une fois que les pièces du puzzle commencent à s’assembler, l’histoire est folle et vraiment bien menée. Le dénouement est prévisible par certains aspects mais encore une fois, l’auteur a su me surprendre avec deux ou trois petits rebondissements dont il a le secret.

Pour conclure, je recommande donc ce roman à tous ceux qui connaissent la plume de l’auteur et à tous ceux qui aiment les histoires de famille. Cette histoire n’est pas la plus légère ni la plus simple écrite par l’auteur donc si vous ne connaissez pas sa plume, ne commencez pas par celui-là. Néanmoins, c’est un roman intéressant si on prend le temps d’entrer dans l’histoire.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez « la dernière des Stanfield » en format poche ici

Si vous préférez le format broché, c’est par là

Retrouvez également « la dernière des Stanfield » sur Amazon

Une réflexion sur “La dernière des Stanfield de Marc Levy

  1. Pingback: La dernière des Stanfield – Marc Lévy – Le Parfum des Mots – Blog littéraire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s