TU ES MON OBSCURITÉ de Mady Flynn.

41fMEvbTlDL

 

 

 

[ DARK ROMANCE – Nouveauté 2018]

Éditions Harlequin – Collection HQN

 

Format numérique : 5.99€

Ma note : 4.5/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Pour lui, elle est prête à franchir toutes les limites.
Plonger dans les esprits les plus sombres et les plus torturés, voilà le quotidien de Hazel. Criminologue passionnée, elle maîtrise parfaitement les risques de son métier et les règles à toujours respecter  : étudier, chercher, expliquer, mais, surtout, éviter toute implication émotionnelle. Pourtant, quand elle se retrouve face à Chris, le criminel auquel elle a consacré ces trois dernières années, rien ne se passe comme prévu. Hazel a beau s’efforcer de rester distante et professionnelle, elle est troublée par le regard perçant de cet homme dont elle est censée connaître les moindres secrets et qui demeure toutefois insaisissable. Car Chris n’a rien des hommes qu’elle a l’habitude de traquer  ; intelligent, il déjoue toutes ses tentatives d’interrogatoire. Et, quand il l’entraîne dans un terrible jeu de séduction, Hazel ne sait pas si elle parviendra à lui résister, ni même si elle en a envie…

 


 

Mon avis :

 

L’alchimie entre un livre et son lecteur nait de cette fusion inconsciente entre le personnage et les mots. Une appropriation de l’héros au travers duquel tu vas vivre une aventure qui te laissera bouche bée ou pas d’ailleurs. Une communion parfaite entre le réel et l’irréel. Une osmose somme toute. C’est en premier lieu ce point ci qui va te permettre de dire si t’as adoré ou pas et ensuite viennent les petits détails qui donnent du relief au livre. Du moins voici mon mode d’emploi, tel que je conçois cette rencontre intime avec un livre. Mon discours n’a rien de philosophique, mais c’est ce que j’ai trouvé de mieux pour amorcer mon billet sur cette dark romance qui chamboule tous les codes de la romance. Une dark romance qui s’allie avec ingéniosité à la psychologie. Celle qui met dans les cases les hommes et le femmes en rupture complète avec la société, qui ne perçoivent pas le mal et le bien. L’étiquette « serial killer » prend une dimension exponentielle tout au long des chapitres. Une immersion dérangeante et amorale surtout quand l’attraction, le désir et l’amour s’invitent. Une incompréhension asociale pour nos cerveaux d’anciens reptiliens (enfin plus de chimpanzé). Pourquoi ne pas reformater ces hommes détraqués dont le repentis ne fait pas parti de leur être. Psychopathe, narcissique, cette déchirure est bien survenue à un moment donné. Le simple bonheur a bien dû un jour, côtoyer ces êtres indésirables. C’est cette théorie confortée par la thérapie cognitive que Hazel, criminologue passionnée, va tenter le tout pour le tout, pour lui Chris Ford, l’Etrangleur.

 

Hazel est une jeune femme qui ne rentre pas dans les cases érigées par la société. Borderline, elle vit, elle respire, elle dort, elle mange, crime quotidiennement, année après année. Ce n’est pas à proprement parler les scènes de crimes qui l’intéressent au plus haut point, mais plutôt ceux qui les perpétuent. Elle décortique tous leurs mots, leurs langages corporels, leurs manières, leurs réactions, leurs parcours, leurs enfances. Elle cherche des réponses dans leurs témoignages qui puissent les aider eux mais également elle. Hazel ne se sent pas à sa place dans la société. Elle redoute les assemblées, elle redoute son penchant pour les hommes, elle se redoute. Sa relation avec Matt, le presque directeur de la BAU (section FBI, profiler), va lui apporter un semblant de quiétude. Un semblant de vie normale. Mais le semblant, ce n’est pas elle. Pas elle toute entière. Son elle, grouille sous sa peau, coule dans son sang, se tapit dans un coin attendant le véritable Lui pour exprimer toute sa puissance. Lui, elle le traque depuis plus de trois ans. Trois ans à apprendre à le connaître, à définir ses failles, à le titiller pour qu’il sorte de l’ombre. A se l’imaginer, à le désirer enfin pris dans ses mailles. Elle le connaît par cœur, elle a dompté dans sa tête et ses rêves. Mais elle s’entendait certainement pas à Lui quand son dernier piège s’est renfermé sur l’Etrangleur. Lui, entravé, est une bête féroce de la nature. La nature et la vie qui lui ont donné un corps sculpté, un visage aux traits harmonieux, des yeux merveilleux et une chevelure chevaleresque aussi brune que les ténèbres. Lui, c’est la peur, la folie. Lui, c’est indéniable, une attraction puissante, soudaine et incompréhensible. Chris Ford a tout du prince charmant, sauf que ces mains ont déjà ôté la vie à dix sept femmes. Et si Chris était son sauveur ? Peut-elle passer sa vie de femme insipide dans les bras de Matt ? Un trio infernal au bord du gouffre prêt à les avaler. Un trio, où passion, coup bas, trahison, manipulation et mesquinerie vont les pousser dans leurs retranchements les plus sombres. Qui en sortira vainqueur ?

 

Dés le départ je me suis sentie mal à l’aise par rapport au personnage de Hazel. Tout respirait la contradiction. Ses actes, ses mots, ses réactions ne correspondaient pas au personnage que je pouvais pressentir. Beaucoup de chose clochaient et me déstabilisaient. Pour être honnête, je me suis dit « je patauge dans la semoule » et eu peur que tout le roman se déroule dans ce sens. Jusqu’au moment où je me suis posée cinq secondes et je me suis mise à revoir mon point de vue sur le début du roman : et si Mady Flynn jouait avec moi ? Et si elle essayait de me manipuler au travers de son personnage ? Et si toute cette angoisse que je ressent, ce malaise malsain et asphyxiant n’était en réalité, ce que l’auteur voulait que je sente. Et si je n’avais pas abordé l’histoire sous le bon angle ? Tout autant de questions qui m’ont torturée l’esprit pendant un temps pour enfin se résoudre d’elles même. Je suis venue vraiment à l’idée que Mady Flynn est la reine de la manigance psychologique. Une maitrise parfaite, un savoir qu’elle te fait profiter dans les nombreux détails. Une réflexion intense qui pousse tes limites de l’amoralité. Mady Flynn aime titiller le subconscient et repousser les frontières de la normalité. Elle t’égratigne, elle te refile les frisons, elle te pousse à croire que l’impossible n’est pas impossible. L’amour n’a pas de couleur, ni d’odeur. Il survient dans l’inattendu, dans l’incongru, dans le noir pour se révéler dans une splendeur suspicieuse et capricieuse. Elle joue avec les codes en leur donnant cette possibilité arbitrée par le bien et le mal. Elle farfouille, creuse et déniche l’improbable. Un conte de fée où le chevalier surgit des ténèbres pour sauver la demoiselle en détresse. Un preuve que l’amour peut prendre toutes les couleurs du monde.

 

J’ai été captivée par cette dark romance où la psychologie des personnages est l’élément central à toute cette histoire rocambolesque. Mady Flynn a su jouer avec tous les éléments en sa possession en leur insufflant une dynamique incroyable. Une histoire bouleversante, intrigante et splendide. J’ai frôle le coup de cœur. Comme à chaque fois que je croise le potentiel d’un auteur, je rechigne sur les petits détails de rien du tout comme cette fin qui est à mon goût tout à l’opposé à ce que je m’attendais. J’aurais voulu quelques égratignures de plus et quelques confrontations. Non pas un bain de sang, mais juste cette petite touche mélodramatique renforçant leurs liens indéniables.

 

Une dark romance explosive en tout point ! Félicitations à l’auteur pour son univers extrêmement dérangeant !

 

 


 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

Vers la page Facebook de Mady Flynn, pour suivre son actualité !

 

 

Publicités

2 réflexions sur “TU ES MON OBSCURITÉ de Mady Flynn.

  1. Pingback: MON TOP 2018. |

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s