ILLUSIONS PARALLÈLES de Florence Duquesne.

20180728_183318

 

 

[LITTÉRATURE CONTEMPORAINE – 2016 ]
Auto-édition
Format numérique (154 pages) : 2.99€
Broché : 6.11€
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

 

 


 

Le résumé :
Égérie « grunge » ou mère « parfaite » selon l’espace dans lequel elle évolue, Valérie glisse de miroir en miroir et de génération en génération. Mais quelle image d’elle-même laissera-t-elle à sa fille pour se construire?
Sur fond de réussite sociale et d’arrivisme acharné, de vie de couple ratée et de sexualité assistée, ce roman explore le non-dit et le caché mais aussi le non-vécu et le fantasmé.

 


 

Mon avis :

 

Quel étrange roman ! Univers psychédélique ou réel ? Univers terrifiant, intransigeant, mordant. Univers menant à la réflexion torturée des âmes égarées, effarées, en peine. Univers chaleureux, sensuel, métaphorique, trépidant de concessions et de rêves fantasmagoriques. Univers malléable, froid, usé, décharné. Univers déstabilisant, explosif, profond.

 

As-tu déjà rêver à une autre vie ? Plus reluisante ? Plus satisfaisante ? Question délicate n’est ce pas ?

 

Florence Duquesne explore un monde en deux par le biais de son extravagant personnage Valérie Domenech. Valérie femme accomplie en tant que maîtresse de maison. Soucieuse de son apparence, manipulatrice charmeuse Valérie détonne par ses qualités. Maman exemplaire, amante rafraichissante et innovante, elle a la main mise sur tout, amplifiant ce sentiment d’étouffement vis à vis de son mari et sa fille. Elle contrôle la moindre parcelle d’elle même et de son entourage. Valérie est belle, grande telle une impératrice joueuse, maniaque.

 

Valérie n’est qu’une continuation d’un inconscient insouciant et boulimique rêveur. Valérie est le prolongement de la vie chaotique de Maud Lyne, chanteuse rock populaire grunge. Elles ne font qu’une, passerelle entre deux mondes parallèles. Deux mondes ouverts sur le bouleversement, sur l’inquiétude du parfait, sur la propension à se projeter, sur l’avenir inquiétant et bienheureux, sur la tranquillité illusionnée, sur le devenir d’une mère et d’une femme, sur l’acceptation de l’être.

 

Florence Duquesne a l’art et la manière de mettre en évidence les tourments des femmes. Fine psychologue, elle a crée un récit intense, tumultueux et sans fausse note. Cette création littéraire esquisse un tableau parfait sans filtre de la femme face aux changements naturels et biologiques induits par la grossesse. Elle y expose les doutes, les craintes et les enjeux. Un socle stable qui petit à petit, au fil des ans, s’effrite car les espérances en cet avenir ne sont qu’illusions. La notion temporelle est floutée. Et cette manière subjective de chronologie n’y est plus rendant l’atmosphère totalement irréelle.

 

Je ne peux que conclure que ce roman est une sacré découverte que sauront apprécier les amateurs de jolis mots.

 

 

∞∞ EXTRAIT ∞∞
Il n’est point de futur qui gomme le passé sans laisser de trace. La feuille légèrement froissée aux lignes partiellement effacées s’envole et franchit la muraille qui la sépare de l’avenir. De l’autre côté elle voyage et semble s’égarer. Un matin, on la retrouve tachée de terre et de sang. On pleure sur elle, mais il n’est plus temps. L’avenir est devenu le passé. Il est l’heure de se retourner. Alors la muraille s’écroule et les points se précipitent de l’autre côté qui disparaît pour se fondre à l’avant, à l’après, qui ne forment plus qu’un désormais.
page 89

 


 

Je remercie Laure Rebois pour l’envoi et sa confiance.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site de Florence Duquesne, pour suivre son actualité !

 

 

IMG_20180426_160220_117

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s