LE TEMPS D’UNE ILE de Thierry Clech.

 

20180904_132606

 

 

[LITTÉRATURE CONTEMPORAINE – Rentrée littéraire 2018]
Ateliers Henry Dougier
Collection : Littérature

 

Format broché (136 pages) : 14.00€
Ma note : 5/5 mention « pépite »

 

 


 

Le résumé :

 

Face à cette île, les années passent, les personnages défilent. Thierry Clech a imaginé des fragments de vies, de l’âge de pierre jusqu’au siècle futur, offrant ainsi une surprenante histoire de l’humanité avec pour seul point commun ce paysage foulé.
 » Je devinais dans la nuit la forme triangulaire d’une île, au centre de la baie, dont la masse obscure se détachait à peine des lueurs astrales du ciel. Cette île m’intriguait… « 
Qui, à travers le temps, a contemplé cette île à l’horizon ? Qui, il y a un siècle, 300 ans ou plus d’un millénaire a arpenté cette côte, a foulé cette plage ? Des anonymes, des personnages célèbres ? Qui y est né, qui y est mort ? Dans quelles circonstances ?
Des hommes s’y sont entretués et des couples s’y sont embrassés. Certains y ont laissé des regrets. D’autres ont pu y infléchir leur destin.

 


 

 

∞∞ LES PREMIÈRES LIGNES ∞∞

 

 

Longtemps, enfant, adolescent, puis adulte, je suis venu ici, devant les flots immuables, sous les ciels versatiles, à contempler une île, non loin d’où j’habitais, et à me sentir en la regardant, année après année, à me demander si ceux qui l’avaient vue avant moi s’étaient posé pareilles questions, en des siècles lointains, à propose de leur vie, face à cette baie, la même, que découvriront aussi d’autres hommes, dans dix ans ou dans mille ans, à l’aurore, au couchant, sous un soleil de solstice, d’équinoxe, dans l’air glaçant, la tiédeur, la fournaise, ou par des nuits piquetés d’étoiles que bercera le bruit des vagues.

 

Le ciel change sans cesse mais ses teintes reviennent. Céruléen, safran, cobalt ou ébène. L’eau des océans glisse et reflue sur le sable, jamais  ne disparaît. Chaque jour le soleil s’élève et décline. L’horizon ni ne s’approche ni ne s’éloigne. Les reliefs s’érodent lentement.
Il n’y a pas d’autre ciel, pas d’autre mer, aucune autre terre, un seul soleil.
Où qu’ils soient, partout dans cette lumière, cette ombre, depuis la nuit des temps, des hommes naissent, vivent et meurent, seconde après seconde.

 

Mon avis :
Thierry Clech nous invite au travers de son premier roman à un voyage intime au confins de l’humanité. Diapositive d’un monde sans cesse bouleversé par l’évolution. De la préhistoire au futur envisagé, en passant par les vikings, le moyen âge, la révolution française et la guerre mondiale, Thierry Clech narre l’histoire intergénérationnelle de ces hommes et femmes dans leur quotidien.

 

Impitoyable, invincible, roc solitaire, terre accueillante, cette île fière, telle une pyramide régnant sur son océan, est le témoin silencieux des époques qui se succèdent dans un soupir du temps. La dimension temporelle n’a alors plus aucune notion. Tel un film en accéléré, les pauses n’interviennent qu’en de rares occasions. Synonymes de réflexions métaphasiques ou philosophiques sur la place de l’homme dans un tout. Qui suis je ? Quelle trace vais je laisser dans ce monde où finalement un seul souffle efface le moindre souvenir ? Qui suis je pour bouleverser cet infiniment grand ?

 

Grain de sable éphémère, né de l’eau et du carbone, façonné par les millénaires, transporté par le vent et anéanti par la simple condition de la vie, l’homme, cellule vivante, par sa définition cherche son prolongement dans la transmission de soi via les outils adaptés de son époque. Le souvenir empreint dans la mémoire collective, familiale ou dans la roche, n’est qu’une clef désuète face à l’espace temps. L’île est le gardien de ses souvenirs, de ces hommes, de ces femmes et de leurs idées, questions, tourments, espoirs et secrets. Elle est immuable et éternelle, ce que l’Homme ne pourra jamais être. Elle est à la fois un musée de l’humanité et une source d’inspiration.

 

Je suis tombée amoureuse du roman de Thierry Clech dés les premières phrases. La prose de Clech n’a rien a envié aux plus grands. Un voyage inédit et transgénérationnel. Un roman ouvert sur la réflexion.

 

Les amoureux de la langue française ne pourront qu’apprécier ce roman aux connotations fortes et au dessein de cette mystérieuse île.

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "val d'andré"

 

L’auteur s’est inspiré du Val-André et du rocher du Verdelet.

 

 

 

Focus sur Thierry Clech :

 

Journaliste, critique aux Cahiers du cinéma puis scénariste, Thierry Clech est également photographe. Ses images, issues de ses voyages, ont été exposées en France et à l’étranger. Il a publié plusieurs livres, notamment en collaboration avec les romanciers Philippe Jaenada (Déjà vu, éditions Philippe Chauveau) et Bernard Chambaz (Imprimer le Monde, éditions du Tigre). Le temps d’une île est son premier roman.

 

 


 

Je remercie Nadia et les Ateliers Henry Dougier pour leur confiance.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des Ateliers Henry Dougier, pour tout savoir !

Vers le site de Thierry Clech, pour suivre son actualité !

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s