DANCERS de Jean-Philippe Blondel.

 

 

[ LITTERATURE JEUNESSE – Nouveauté 2018]

Editions ACTES SUD Junior – Collection Romans Ado

 

 

Format numérique (176 pages) : 9.99€

Broché : 13.90€

Ma note : 5/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Un triangle amoureux. Une fille et deux garçons. Amour, amitié, séparation. Mais ce qui les relie irréductiblement l’un à l’autre est la danse, le hip-hop. La seule passion du mouvement, de la circulation dans et entre les corps, d’un art vécu comme une sérénité. Anais, Adrien et Sanjeewa : l’ancienne gymnaste à la carrière contrariée, le garçon en colère contre l’injustice familiale et le fils d’immigrés Tamoul que l’on ne sait pas trop où caser. Le trio réinvente les lois de l’attraction dans la vie comme sur un plateau. Nourri de culture musicale, Jean-Philippe Blondel n’a pas son pareil pour mettre en scène l’adolescence avec énergie, sensualité et confiance.

 


 

Mon avis :

 

Une nouvelle lecture #youngadult pour mon plus grand plaisir, une fois de plus. L’auteur n’est pas à son premier essai et si l’on regarde de plus près on découvre une bibliographie étonnante.

 

La danse a fait partie de mon enfance : des rêves de tutu, de représentation, de petites acclamations et de petite gloire. Un petit coin de paradis où l’on se sent telle une très grande princesse et qui , pour certaines, très vite perd de sa splendeur.

 

L’auteur nous plonge dans le quotidien de trois adolescents. Trois mois où le lecteur arpente leurs quotidiens faits de doutes, de tourments, de questions, d’euphorie, d’avenir, d’amitiés et d’amour. Quand ce dernier est aux prémices d’une relation naissante destructrice, douloureuse mais si bienheureuse.

 

Trois adolescents, trois vies, trois destins entrecroisés, liés pour le meilleur et le pire.

 

Anaïs, gymnaste affirmée qui après un échec et une désapprobation au sein de l’équipe nationale, quitte le navire sur un affront qui la plonge dans un profond désarroi. Elle a perdu toute confiance en elle. Danseuse talentueuse, la rigueur et la technicité sont le seul moyen d’exprimer ses émotions. Anaïs est aux premiers abords, une personne peu amène, amère, sournoise et narquoise. Elle semble emprunte d’une grande frigidité ou rigidité. Alors que sous son armure se cache une jeune fille blessée et qui ne demande qu’à être écoutée.

 

Adrien est un danseur inné (si je puis dire). Il invente, crée, construit, bâtit la danse. Il la respire, la vit. Il joue avec elle, elle se glisse dans ses mouvements qu’il transforme aux rythmes de ses émotions. Il est elle. Elle est lui. Une communion, une osmose féerique, magique et merveilleuse. Pourtant, il ne l’assume pas vraiment. La colère le grignote. Celle qui durcit l’âme. Une colère sournoise née depuis son enfance. Une colère induite par un combat, celui du paraître. Des parents sourds et muets, croulant sous le poids du silence, des non-dits, de la peur d’être différent.

 

Sanjeewa est fils d’immigrés Tamoul (Inde). Arrivé en France à l’âge de sept ans, il garde comme souvenir, ces danseurs qui évoluaient sans musique aux rythmes des tintements des bracelets. L’arrachement à sa terre natale a été un très grand traumatisme. Mutique, réservé, il ne se relève de son marasme qu’à la naissance de sa petite sœur. C’est avec un second souffle qui s’ouvre au travers de la danse, à cette terre d’accueil. Une danse tel un prolongement de son être déraciné et qui s’est reconstruit ailleurs, ici. Un mixage de cultures hallucinant et épatant.

 

Un trio confronté aux turpitudes et aux précocités induites à l’entrée à l’âge adulte. Un trio qui dans ce ballet improvisé et non contrôlé va s’épanouir, s’épancher dans cette recherche innée, inconsciente autour de ce questionnement « qui sommes-nous et qui deviendrons-nous ? ». Une danse évoquant le désir, l’amour, l’amitié, le pardon, l’avenir, l’espoir. Un jeu de son et lumière miroitant aux grès d’une musique silencieuse, délicieuse et envoutante.

 

Jean-Philippe Blondel a réussi à me surprendre. J’admire la manière dont il transcrit ces confrontations. Trois personnages aux trois portraits saisissants liés par le même amour, la même passion pour la danse qui entrouvre une fenêtre sur l’acceptation de soi, des autres, de la peur, de la honte et où il en résulte, finalement, une belle force.

 

Une nouvelle fois, si le lectorat visé par ce roman sont les adolescents, j’ai été vraiment charmée par cette lecture. J’ai été saisie par les émotions qui s’en dégagent. L’auteur touche une corde sensible.

 

Je t’invite à découvrir DANCERS, pour une soirée, une danse virevoltante qui ne te laissera pas de marbre.

 

 


 

Je remercie les éditions ACTES SUD Junior pour leur confiance via la plateforme NetGallley.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site d’Acte Sud, pour tout savoir !

Un petit tour sur Lisez.com, pour en savoir davantage sur Jean-Philippe Blondel !

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s