WANDERLANDZ de Valérian MacRabbit.

20181021_181743

 

[ RÉCIT DE VOYAGES – Nouveauté 2018]

 

Format numérique (168 pages) : 0.99€
Broché : 6.99€
Ma note : 4/5 mention « à découvrir » et « pépite »

 


 

Le résumé :

 

« Rendu fou par la Lune, le parfum des fleurs, une vibration soudaine
L’insecte fond et vire, inconscient des chemins tracés.
Il explore mille îles, ouvre les mers,
S’éveille aux pôles et s’étient en Orient.
Sa trajectoire n’obéit à aucune règle,
Il fuit, atteint, choque dans une éblouissante vanité.
Nulle autre quête que celle d’être, d’avancer, toujours et encore. »

 


 

Sans m’en rendre compte, le résumé est une partie du passage que j’ai relevé. 😉

 

Loin de ces considérations,
Rendu fou par la Lune, le parfum des fleurs, une vibration soudaine
L’insecte fond et vire, inconscient des chemins tracés.
Il explore mille îles, ouvre les mers,
S’éveille aux pôles et s’éteint en Orient.
Sa trajectoire n’obéit à aucune règle,
Il fuit, atteint, choque dans une éblouissante vanité.
Nulle autre quête que celle d’être, d’avancer, toujours et encore.
Comme lui, comme d’autres,
Aux intersections je préfère les chemins de traverse,
Progressant tel un aveugle euphorique dans un monde
Qu’il me plaît de dévorer comme un enfant,
Sincère et menteur à la fois.
De fugaces impressions qui collent au doigt entre deux chapitres,
Un miel butiné sur mille fleurs et mille genres,
Né d’alvéoles aussi diverses et dissimilaires que les mots,
Les continents et les Hommes.
Comment – si ce n’est ainsi,
Dire le monde ?

 

« La Croisée des chemins »,
Saint-Etienne, 21 février 2018.

 

Mon avis :

 

Parfois, il est bien difficile de te parler de certains livres. « Wanderlandz » en fait parti.

 

Ce roman est composé de divers récits de voyages. Tu suis le narrateur tout au long de son périple à la découverte de l’humanité, de paysages, de secrets et de lui même.

 

D’une île polynésienne, en passant par le Kenya, Tahiti, un détour par l’Islande et l’Espagne et un décroché par L’Amérique du Sud.

 

Un globe-trotteur infatigable qui va vivre aux contacts des habitants, une véritable aventure humaine. Quelle soit honnête, quelle soit atypique, quelle soit burlesque, elle transpire d’une vérité aussi désarmante que touchante.

 

Sur fond sonore, la balade se veut enthousiaste, parfois mélancolique mais surtout trépidante. Dans la richesse du moment, peut importe, le lieux, les inconvénients et les désagréments, ce cadeau est tout simplement magnifique. Une générosité absolument pure. La sournoiserie s’invite, laissant le narrateur quelque peu pantois et ennuyé mais sans s’en offusqué.

 

La liberté semble si simple au son de ces mots. Une formule magique, et hop tu es ailleurs. Les frontières n’existent plus.

 

« Wanderlandz » est aussi le récit de cet homme qui se cherche sur une multitude de chemins, trouve des réponses, s’en pose d’autres. Une expérience unique qui forge l’âme des aventuriers. Une quête sur lui même, ses envies, ses doutes.

 

Valérian MacRabbit a une plume juste formidable. Ses mots m’ont envoutée. Une plume poétique, philosophe agrémentée de la puissance et de l’aisance d’une écriture qui ne peut que transporter. Voilà pourquoi il m’est difficile d’en parler. Il n’y pas de généralité ( à part le thème), mais une multitude de détails qui sera jugée différemment selon le lecteur.

 

WANDERLANDZ est une agréable et très très belle découverte. Un voyage qui explore le Monde de A à Z.

 

 

Il est parfois bon de s’égarer. A travers les possibles imaginaires nocturne fécond, d’un long métrage à fantasmer, d’une île à quitter. L’itinéraire de l’insecte fou n’a ni queue ni tête, ni début ni fin. Mas lorsque le hasard reprend les rênes de nos trajectoires, le monde vibre et les barreaux de nos confortables prisons s’estompent. Alors que les rayons blancs de l’aube envahissent l’autobus dans lequel je me suis finalement endormi, couvert de poussière et de crasse, je réalise que je me trouve encore au carrefour de Bhâratpur et Pokhara. Me parvient un message étrange de Samar qui s’inquiète de ne pas me voir rentrer. Certains passagers sont déjà affairés autour de stands de chaï improvisés tandis que d’autres, continuent de ronfler bruyamment. La jungle s’étend à l’horizon, impénétrable. Sur l’un des arbres, un corbeau me fixe avec insistance. Je n’ai toujours pas choisi où j’allais.

 

 


 

Je remercie Valérian Macrabbit pour sa confiance et sa patience.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Découvrez l’univers de Valérian Macrabbit sur son site !

 

IMG_20180426_160220_117

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s