A MALIN, MALIN ET DEMI de Richard Russo.

20181106_154717

 

 

[LITTÉRATURE CONTEMPORAINE NORD AMÉRICAINE – 2017]
Éditions 10/18 pour la présente édition poche de 2018
Éditions Quai Voltaire / La Table Ronde – 2017
Traduit par Jean Esch
Titre original : Everybody’s Fool, 2016

 

Format numérique (624 pages) : 16.99€
Broché : 24.00€
Poche : 10.90€
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Amazon

 


 

Le résumé :

 

North Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey mal remise de la crise, continue de dépérir. Cette ville, Douglas Raymer ne l’a jamais quittée. Dégarni, enclin à l’embonpoint, il est veuf d’une femme qui s’apprêtait à le quitter. Pour qui? Voilà une question qui torture ce policier à l’uniforme mal taillé. Avec Sully, vieux loup de mer septuagénaire qui noie son diagnostic fatal dans l’alcool et la cigarette, ils sont les deux piliers branlants de cette ville bâtie de travers. Mais en quarante-huit heures, plus rien ne sera comme avant : un mur de l’usine s’effondre, les serpents envahissent les rues, les morts s’accumulent et entre catastrophes et révélations, tous les habitants de North Bath sont pris dans une sacrée tempête.
Richard Russo retrouve ici les personnages d’ Un homme presque parfait, et nous livre une symphonie humaine féroce et déjantée.

 


 

Mon avis :

 

Cette lecture était proposée au mois d’octobre comme étant une des lectures communes du groupe Facebook LE PICABO RIVER BOOK CLUB. Gagné au concours proposé par l’administratrice Léa Mainguet et avec la participation des éditions 10/18 (que je remercie à nouveau), ce roman me faisait de l’œil depuis que j’ai intégré ce groupe.

 

A première vue l’épaisseur, m’a beaucoup effrayé, en effet 700 pages, il ne faut pas se décourager.

 

Première rencontre avec un auteur que je ne connais absolument pas et dont j’ai entendu beaucoup d’éloges.

 

Je ne passerai par quatre ou cinq chemins, les débuts ont été très difficile. J’ai eu beaucoup de mal à me familiariser avec la plume de l’auteur aussi talentueuse qu’elle soit et surtout à cette façon improbable de raconter une histoire.

 

Il est rare que j’apprécie d’être un témoin passif d’un roman. J’aime me sentir à ma place auprès des personnages et au contraire m’approprier carrément l’un d’entre eux. De ce fait Richard Russo, à mon sens, n’offre pas cette perspective. Il met en scène son monde comme si c’est une pièce de théâtre. Je m’explique : chaque chapitre est consacré à un unique personnage où est décrit minutieusement l’ensemble de sa personnalité et de ses péripéties plus ou moins récentes. Doublé à cela tous les imprévus et autres manifestations personnelles. Rajoute à cela des personnages secondaires qui deviendront dans les futurs chapitres les principaux. J’ai eu cette impression imagée d’une pyramide où chacun est relié à l’intrigue principale et où en imerge d’autres secondaires. Dit comme cela on dirait que c’est brouillon mais que nenni, au contraire l’immense talent de l’auteur réside dans cette manière aléatoire et intelligentte de mettre en lumière plen de petites histoires dans la grande.

 

La grande est celle de Douglas Raymer, chef de la police, endeuillé et n’ayant pas une grande estime de lui même. Un peu niais, maladroit, froussard et loin de prendre de grandes initiatives. Empêtré dans les souvenirs de sa femme prête à le quitter pour un autre, mais qui ? et malmené par une série de catastrophes aux allures apocalyptiques qui surviennent dans sa ville North Bath. Ville tristounette où les grands malheurs ont élu domicile. En parallèle, Sully, un sacré roublard condamné à mourir dans deux ans mais vraisemblablement dans un, part en croisade contre les vilains et sa maladie qui l’asphyxie de jour en jour.

 

Après un début chaotique, plus de la moitié du roman, le déclic s’est produit. J’adore quand cela se passe ainsi, et finalement j’ai pu apprécié à sa juste valeur l’autre moitié. Richard Russo a un talent incroyable de raconter la vie des gens atypiques dans un décor surréaliste et austère. Les répliques cinglantes à l’humour noir, des scènes burlesques rythment le livre. Des personnages au summum de la caricature mais qui deviennent finalement très attachants. Des scènes de vie banale au centre de l’attention du lecteur, épicées d’une certaine dérision et enjolivées par l’essence même de l’homme.

 

Finalement, j’ai succombé et je suis heureuse d’avoir voulu persévérer.

 

A MALIN, MALIN ET DEMI est un tableau sans concession et ironique d’hommes et de femmes empêtrés dans une vie loin d’être rose.

 

A découvrir !

 

 


 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Envie d’en savoir davantage, RDV sur le site Lisez.com !

Richard Russo sur Wikipédia !

 

 

received_257092058249322

Une lecture approuvée par le PICABO RIVER BOOK CLUB.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s