PARTIELLEMENT NUAGEUX de Antoine Choplin.

 
[ LITTÉRATURE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019]
LA FOSSE AUX OURS Éditions
134 pages
Ma note : 5/5 mention « pépite »
Lien Kindle

 

 


 
Le résumé :
Ernesto est astronome dans le modeste observatoire de Quidico au Chili. Il étudie les nuages de Magellan, une galaxie naine. Il vit seul dans ce territoire mapuche avec son chat, Le Crabe et Walter un vieux télescope peu performant.
Lors d’un voyage à Santiago, dans l’espoir de trouver le financement pour une pièce (lame de Schmidt) de son télescope défectueux, Ernesto ne peut s’empêcher de visiter le musée de la Mémoire où une photo de Paulina, sa fiancée disparue durant la dictature de Pinochet le plonge dans un passé douloureux.
C’est dans ce même musée qu’il fait connaissance d’Ema qui porte elle aussi une histoire lourde.
Ils devront surmontés les blessures jamais cicatrisées de cette terrible période.

Mon avis :
Souvent, le soir venu, j’étais allé marcher du côté de la Puntilla. J’avais aussi poussé, certaines dois, jusqu’au promontoire. deux jours plus tôt, nous avions dressé le nouveau totem de Diego sur la prairie face à l’île des morts. Il y avait eu une petite cérémonie et la machi de Chilcoco était venue jouer du tambour traditionnel. Après, on était restés un bon moment dans la praire, en silence, jusqu’à la nuit tombée.
Plus souvent que les mois d’avant, j’avais examiné les trois photographies de Paulina que je possédais. […]
Et maintenant, j’avais beau me coller le nez dessus tous les jours, je voyais bien comme tout cela s’effaçait doucement. Ce n’était pas le souvenir qui s’effaçait, mais plutôt ce qui fait du souvenir un espace qui peut encore se remplir de réalité. Bien sûr que je me rappelais les colombes, mais le cliquetis des colombes marchant sur le toi, ça, j’arrivais plus à l’entendre pour de bon.
Ça me rendait ni triste ni joyeux, c’était juste comme ça. C’est ce que j’avais dû répéter au Crabe pas mal de fois, même si c’était le dernier de ses soucis.
D’ailleurs, le Crabe avait l’air de se foutre de tout et, par moments, ça m’agaçait sérieusement. Ça m’empêchait pas de le prendre sur mes cuises de temps en temps pour lui gratter le ventre.
Pages 40-41

 

Aujourd’hui, je te parle de ma première pépite 2019.

 

PARTIELLEMENT NUAGEUX est une incroyable lecture. Celle qui te donne l’impression de flotter dans un ailleurs, un autre espace temps où seul les mots de l’auteur te percutent. Des mots envoutants, percutants, sensibles à l’image de deux personnes perdues dans le tumulte du passé.

 

Ce passé, c’est celui du coup d’état du Chili, le 11 septembre 1973 : personnes disparues, enlevées, torturées ; des familles anéanties sans réponses et avec pour seule compagne la haine induite par l’absence de connaissance. Ernesto a perdu Pauline, son amour. Celle qui embellissait ses journées. Ernesto a la tête dans les étoiles, peut-être y trouve t-il des réponses à son existence. Ernesto se contente de peu et trouve le bonheur dans la marche comme s’il tentait désespérément de remonter le temps, de rattraper le passé pour éviter tous ces malheurs. Il marche là où l’envie lui dicte. Son esprit s’évadant d’un quotidien qui n’a plus très grand intérêt. Il sent, il touche, il voit mille et une choses douloureuses. Un jour il rencontre Ema. Ema et ses secrets l’interpellent. Sa tristesse et ses non dits le bouleversent. Bras dessus bras dessous, ils refont le monde occultant les vieilles blessures. Un lent apprivoisement aux sons des mots doucereux et des pas qui battent le pavé. Ema, étoile lumineuse dans le monde d’Ernesto, lui brule les ailes. Le passé à ce malin plaisir de s’inviter quand la vie prend ce tournant avec optimisme.

 

Passé, présent, futur, secrets, Ernesto et Ema : une équation complexe à résoudre.

 

Je découvre pour la toute première fois la plume d’Antoine Choplin. Une plume aussi sensible que magnétique. Une verbe poétique auréolée par cette magie inexplicable que j’apprécie retrouver dans mes lectures. Antoine Choplin décortique ses personnages avec honnêteté piqué d’un brin d’humour. La mélancolie s’estompe peu à peu et laisse place au final à l’espoir, à un renouveau. Il a cette façon unique de s’approprier des cinq sens et de tour à tour les magnifier. Il explore des valeurs importantes comme : l’entraide, le partage, le pardon…

 

PARTIELLEMENT NUAGEUX a pris mon cœur en otage. Une découverte vertigineuse !

Je remercie Nadia et les éditions LA FOSSE AUX OURS pour leur confiance.

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Vers le site des éditions LA FOSSE AUX OURS pour tout savoir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s