POURQUOI IL NE FAUT PAS TUER (TOUT DE SUITE) SON VOISIN de Laure Allard-d’Adesky et de Fanny Bernard.

 
[ ROMANCE CONTEMPORAINE ÉPISTOLAIRE – Nouveauté 2019]
Éditions Harlequin – Collection HQN
176 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle

 
Le résumé :

 

Chère voisine, je vous rappelle que vous ne vivez pas seule dans cet immeuble.
Le voisin est un être râleur, intolérant et, dans le pire des cas, aigri  : c’est un fait avéré et bien connu de tous. Le nouveau voisin de Sylvie, lui, est un spécimen particulièrement désagréable. Resté à l’état sauvage, cet individu n’a visiblement jamais appris les bases élémentaires de tout être civilisé. Déjà, il communique avec elle par lettres alors qu’un seul étage les sépare. Ensuite, il la traite de pachyderme et propose de lui offrir en cadeau de bienvenue… une paire de charentaises. Ça tombe bien, car Sylvie n’est pas vraiment une voisine comme les autres elle non plus…

 
Mon avis :

 

Rien de meilleur qu’un titre accrocheur au sens de l’humour, non dissimulé, pour titiller ma curiosité. En effet qui n’a jamais eu envie de tuer son voisin aussi sexy qu’il soit (afin ça dépend, il ne l’est pas toujours ou souvent), quand il met la musique à fond, pile au moment où tu t’endors (pour ne citer qu’un exemple).

 

Sylvie, resplendissante cinquantenaire, était loin de se douter du malotru que pouvait être son voisin de dessous. Insupportable, hautain, enquiquineur de première, tout du vieux garçon insatisfait par sa vie et qui décide de s’en prendre à sa voisine du dessus. Les talons de 10 cm qui claquent à pas d’heure, de la musique d’une autre époque qui retentit à n’importe quelle heure, cette femme a tout pour mettre les nerfs à vifs du voisin désagréable. Ce dernier décide de sa plus belle plume, d’écrire une lettre de bienvenue bien sentie où l’humour noir et bien corsé va ébranler Sylvie. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, car Sylvie telle une boxeuse va rendre coup pour coup et elle ne manque pas d’idées pour se faire entendre.

 

Débute ainsi une correspondance tonitruante et épicée entre deux individus qui ne démordent pas d’un centimètre. Chacun, fier, campe sur ses positions et points de vues, se titillant un manifeste et secret intérêt pour la vie de l’un et de l’autre. Sous couvert de ces échanges épistolaires, une relation très atypique débute et aux périls de leurs santés mentales va bouleverser tant de choses.

 

Lorsque j’ai débuté cette lecture, j’étais loin de me douter que cette romance serait la coéquipière d’échanges épistolaires. Je ne suis pas une très grande adepte du genre et j’ai eu quelques difficultés à m’imprégner dès le départ de l’atmosphère que souhaite les auteures. Rien de mal en cela, car cet aspect est vite compensé par les histoires personnelles des deux protagonistes. Les auteures n’hésitent pas à partager quelques flash back tout en faisant évoluer leur histoire. Très vite, je me suis attachée à ces deux voisins qui ont vécu mille tracas et désillusions. Leurs forces de caractère s’entrechoquent pour des duels de feu de dieu. L’humour n’est jamais trop loin adoucissant les rigueurs de la vie. 

 

Ce quatre mains est un pur enchantement. J’ai été très sensible au fait que cette romance a osé mettre en scène des personnages matures et, surtout, que finalement les secondes chances ne font pas cas de l’âge. Cette histoire est à la fois bouleversante, prenante et révoltante par moment, je l’avoue. Mais il y a ce côté attendrissant qui ne peut que faire chavirer notre cœur. Dans un monde où la modernité règne et que la communication se fait uniquement par machine interposée, j’ai trouvé agréable ces échanges de lettres où une fois de plus prouvent que les mots ont ce pouvoir magique de réunir davantage et de créer des liens insoupçonnables.

 

Te voilà prévenu, avant de tuer ton voisin, tente (ou pas) de lui envoyer, couchées sur un papier, toutes tes rancœurs, qui sait peut être seras-tu surpris du résultat final !?

 


 
Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Harlequin pour tout savoir.

 

 

Publicités

4 réflexions sur “POURQUOI IL NE FAUT PAS TUER (TOUT DE SUITE) SON VOISIN de Laure Allard-d’Adesky et de Fanny Bernard.

  1. J’en lis peu parce que je tombe rarement dessus, mais j’aime bien les romans basés sur des échanges épistolaires 🙂 Je pourrais me laisse tenter d’autant que j’essaie de me mettre à la romance, un genre que je connais très peu.

    J'aime

    • Je ne m attendais pas du tout à ces échanges épistolaires. Combinés à la romance l’effet est plutôt pas mal. En plus c’est un roman court, donc l’histoire est assez rythmée. Idéal pour se faire une idée 😉

      J'aime

    • Il est vrai que je ne suis pas une adepte du genre, mais inclus dans la romance : l’idée est d’ailleurs géniale et le concept passe beaucoup mieux. J’espère que tu prendras autant de plaisir à lire ce joli roman. 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s