POWER GAMES, tome 3 : Échec et Max de Lia Rose.

 

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]
Tome 3/4
BLACK INK Éditions – Collection New Ink
427 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 

 

Le résumé :

 

J’ai toujours cru que deux fragments d’une même âme pouvaient se retrouver dans deux corps différents.
La mienne appartient à Maxime depuis toujours.
Inséparables, fusionnels, nous avons grandi ensemble, affrontant le meilleur comme le pire. Comme Bonnie and Clyde. Et puis il y a huit ans, je suis partie sans un mot. J’ai coupé tout lien avec lui, à cause de mon plus sombre secret. Aujourd’hui je suis de retour, animée d’une volonté farouche de réaliser mes rêves de musique et d’exister enfin.
Mais on ne blesse pas Maxime Cartier impunément.
Je vais le découvrir à mes dépens. La riposte est immédiate et sanglante : mon meilleur ami d’hier, mon univers, mon pilier, mon ancre devient mon pire cauchemar. Il a changé, il ne reste rien de l’adolescent doux et prévenant que j’ai connu.
Sauvage, dur, froid et cruel, il me condamne sans procès. Son passe-temps préféré ? Faire regretter à Charlie Del Sol d’être née.
Je suis Charlie. Laisse-moi t’expliquer comment ma chute a commencé.

 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Il n’y a plus de doute Lia Rose confirme son talent. Une autrice a la plume aussi magnifique qu’addictive. Elle bourlingue son lecteur avec ces émotions qui déchirent les tripes, serrent la gorge et au mieux ou au pire (c’est au choix) vous fait verser la petite larme de crocodile.

 

Ce tome trois n’échappe pas à la règle : il remue, chamboule, déchire ! Et oh mon dieu (je lève les yeux au ciel), que ce roman est beau, merveilleux.

 

Il n’échappe pas à la règle, mais il est tout aussi différent que ces deux grands frères. Différent car c’est une histoire d’amour comme vous n’avez jamais lu. Différent car j’ai senti que Lia Rose a mis tripes et boyaux sur la table pour faire ressentir toutes ces foutus émotions. Différent car outre une belle histoire d’amour, il y a aussi le sujet de la maladie sans toutefois tomber dans le pathos gore. Différent car il faut un certain temps à l’auteur pour choper le bon rythme et se laisser entrainer par sa propre histoire (c’est ce que j’ai ressenti, tout ce que je dis n’est pas que la vérité, l’entière vérité, je peux me tromper !). Différent par la violence qui s’en dégage : cette indifférence est un véritable tord-boyau. Différent par cette atmosphère où angoisse, peur, solitude, larme, cris résonnent sans discontinu. Différent pour tout et en tout. Mais la différence à mes yeux est bien plus belle rendant l’unicité davantage merveilleuse et authentique.

 

Lia Rose se renouvelle sans cesse, s’interroge et met l’amour sans dessus dessous pour un résultat frôlant la folie, la plus belle des folies.

 

L’amour est un concept, une idée, ou un sentiment totalement incontrôlable. Tant il est difficile de le nommer et de le qualifier que de le tenir en laisse pour toujours. Maxime et Charlie l’ont côtoyer dès leur plus jeune âge. Difficile de le nommer et de l’appréhender quand on est que deux gamins casse-cou. Difficile de le dompter surtout qu’en grandissant il devient subtil, pernicieux et hargneux. Une relation atypique aux yeux de tous, mais fraternelle aux leurs. Quand la douleur et la mort surviennent. Une déchirure si intense, si machiavélique, tout se désagrège en une seconde explosive. Le néant, la peur, la solitude, la colère sont à l’image des couteaux qui vous entaillent quotidiennement votre peau, vous. Une souffrance intolérable. L’air manque. La folie guette. Tout est atroce. Cette perte enserre si fort le cœur, l’être.

 

Lia Rose aime jouer avec les émotions. Elle les exacerbe, les manipule, les façonne. Il est strictement impossible d’y échapper. Elles sont à la hauteur de ses personnages sensibles, vulnérables mais aussi diaboliques et tourmentés. Entre passé et présent, l’histoire se construit. D’abord doucement, mais à partir du moment que les dès sont jetés tout s’accélère. Et chaque page, chaque chapitre est une mini explosion percutant chaque moment. Une intensité incroyable !

 

Pour la première fois en trois ans, j’omet volontairement de vous parler des personnages. Je pense qu’il est important de découvrir chaque aspect de leur personne en tournant les pages. De découvrir chaque parcelle d’eux en s’imprégnant des mots. De découvrir leur blessure à la lueur de votre lumière. De découvrir leur histoire commune de vos propres yeux. Charlie et Max m’ont obnubilée pendant des jours.

 

Des étincelles animent le ciel alors que je m’éteins à nouveau, emportée par une douleur fulgurante, un vide tel que je n’en avais encore jamais connu. L’amour, c’est comme la drogue, il vaut mieux ne jamais, jamais y goûter.

 

Certes, ce silence me permettait d’y voir plus clair sur ce que j’éprouvais pour elle, mais c’était trop tard. J’avais possédé le monde la veille pour me retrouver mendiant le lendemain. J’avis eu l’honneur incommensurable e côtoyer un ange, et la vie venait me l’arracher. Où était la justice ? Si j’avais su à l’avance l’Enfer qui m’attendait, je crois que j’aurais cherché à vendre mon âme plutôt que de l’endurer.

 

#Esméralda

 
Je remercie Black Ink Editions pour leur confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… mon avis sur le tome 1 « Jardin d’Eden »

… mon avis sur le tome 2 : »Angie, ris ! »

… vers le site de Black Ink éditions.

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s