DIS-MOI QUELLE AUTRICE INDée ES-TU HILDA ALONSO ?

 
Hilda Alonso fait partie, tout comme moi, de l’association Les Plumes Indépendantes. Je me suis donnée comme but de découvrir au minimum par mois, un livre des auteurs membres.

 

Mon choix c’est porté sur le dernier roman jeunesse de l’autrice. Je connais déjà la plume d’Hilda Alonso, découverte dans le premier recueil de l’association « Il était une plume« .

 

Place au portrait d’Hilda !

 

  • Que genre d’autrice es-tu ?
Je suis le genre architecte exigeant ! Je ne peux pas écrire tant que je n’ai pas le mot juste, l’idée juste, l’impression juste, la ponctuation juste… ou que je n’ai pas suffisamment approfondi mon sujet à mon goût. Ce qui fait que je travaille, par exemple, depuis cinq ans sur le prochain roman.
 
  • Un livre préféré ?
 Il y en a beaucoup et surtout, ils sont très différents… Celui qui me vient, là, tout de suite, c’est « Des fleurs pour Algernon » de Daniel Keyes. Il s’agit de l’histoire de Charlie Gordon, cobaye d’une expérience pour augmenter l’intelligence humaine ; expérience qui va tourner mal et que l’on suit au travers du journal des personnages. Intelligent et sensible.
 
  • Un livre que tu n’as jamais pu finir ?
La Genèse. Il faut avouer ce qui est : il y a des lourdeurs de style.
 
  • Des petites manies quand tu écris ?
Beaucoup de café, beaucoup de tabac et une musique répétitive, de transe, pendant des heures.
 
  • Plume ou ordinateur ?
Ordinateur. Par contre, je sauvegarde toutes les avancées, même minimes, pour pouvoir reprendre l’évolution du manuscrit dès le début, si nécessaire.
 
  • Plutôt jour ou nuit ?
Totalement nuit, ce qui peut poser quelques menus problèmes…
 
  • Auto édition par conviction ?
Oh que oui ! Cela rend libre et responsable.
 
  • Ton pire défaut ?
Trop exigeante. Cela fatigue beaucoup.
 
  • Ta plus grande qualité ?
Sensible.
 
  • Passionnée ou persévérante ?
Les deux ! Disons que sans passion tout semble lourd ; sans persévérance on ne construit rien. Je crois qu’il faut les deux, sinon on n’aurait jamais le courage de se lancer dans des choses énormes. Ecrire, ce n’est pas pour les feignasses ! Alors s’autoéditer…
 
  • Tu écris … ?
J’écris essentiellement du fantastique, généralement très sombre et parfois historique. Tout le contraire de Justine !!

 

  • Ton rêve le plus fou ?
Changer le monde en refaisant l’humanité. C’est bien un rêve.
 
  • Décris en trois adjectifs ton roman que je m’apprête à lire :
léger, fantaisiste, autobiographique.
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s