Faisons connaissance avec Marie Lerouge

Marie lerouge

Il y a quelques semaines, Marie Lerouge nous a sollicité afin de nous confier son dernier roman, « Quelque chose de Marilyn ». Avec l’aide d’autres blogueuses, nous avons organisé un « blog-tour » afin de faire connaître ce roman, mais aussi son autrice.

 

Bonjour Marie et merci d’accepter de répondre à mes questions. Tout d’abord, pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Merci à toi, Lilie, pour cette interview.

Aujourd’hui, je me définis d’abord comme une romancière professionnelle. En ce qui concerne la sphère privée, je suis mariée et j’ai trois fils adultes. J’ai souvent vécu à l’étranger. Désormais, je partage mon temps entre Paris et la Bretagne, mon port d’attache. Mais je continue à voyager. Aller voir comment on vit ailleurs est une de mes passions.

 

Comment es-tu arrivée à l’écriture ?

J’ai toujours eu le goût des mots. Après des études d’économie, je suis devenue journaliste de presse écrite, le métier idéal pour concilier mes deux centres d’intérêt : écrire et voyager.

J’ai commencé à écrire des romans très tôt, qui sont restés dans mes tiroirs. Je suis venue à la romance un peu par hasard en 2011 quand les Nouveaux Auteurs ont lancé Amorosa, une collection dédiée à la romance francophone. J’y ai pris goût et ensuite je suis passée par Harlequin-HQN, puis d’autres éditeurs pour le feelgood.

 

As-tu des petits « rituels » avant d’écrire ?

Non, pas vraiment. J’ai besoin de calme et de solitude. Je ne peux écrire que chez moi et seulement sur ordinateur. Je me dope au thé et au chocolat noir. Il m’arrive souvent de rester des heures sans décoller de ma chaise, à ne pas voir le temps passer.

 

Pourquoi avoir choisi de sortir ce roman en auto-édition ?

C’est mon deuxième roman en AE. J’ai longtemps préféré me placer dans le giron d’une maison d’édition. J’ai décidé de me prendre en main quand j’ai récupéré les droits de plusieurs manuscrits. Suivre les masterclass de ma consœur Julie Huleux m’a permis de me professionnaliser et m’a donné assez de confiance pour me lancer en solo. Aujourd’hui, je ne regrette pas la liberté qu’offre l’autoédition. Créer un livre de A à Z et le promouvoir prend du temps, mais c’est grisant et on en récolte les fruits. Cela dit, je ne ferme pas la porte aux éditeurs mais, forte de mon expérience, je serai mieux placée pour établir une relation plus équitable.

 

Ce roman nous parle de Marilyn Monroe, pourquoi ? Es-tu fan de cette personnalité ?

Marilyn n’est pas l’héroïne du roman, mais son fil rouge. J’adore le cinéma de toutes les époques et de tous les pays, mais je suis fan en particulier des films américains des fifties et des sixties. Marilyn en est l’actrice emblématique. Elle était non seulement belle et excellente comédienne, mais elle était intelligente, cultivée et bourrée d’humour. Ce qui me fascine en elle est que l’image de blonde sexy qu’elle se coltinait ne correspondait pas à sa véritable personnalité. Elle en a beaucoup souffert et c’est ce qui l’a menée à se donner la mort il y a cinquante-sept ans, presque jour pour jour. Elle n’avait que trente-six ans. C’est ce destin tragique qui me fascine aussi. Il m’évoque celui de la princesse Diana. Ce sont deux femmes charismatiques qui avaient tout pour être heureuses, ne l’ont pas été, sont parties trop vite et sont devenues mythiques.

 

Une dernière question : que pourrais-tu dire pour donner envie à de potentiels lecteurs pour qu’ils se précipitent sur ton roman ?

Hum, question difficile ! Pour ne pas en dire trop, je préfère citer quelques mots clés : Marilyn (évidemment mais pas seulement), cinéma, Hollywood, comédies musicales, La La Land, Ryan Gosling (auquel Darius, mon héros, prétend ressembler), New York (où se déroule une partie de l’intrigue), caniche (Bijou est un personnage important de l’histoire), humour, suspense, rebondissements… Marie-Line, mon héroïne est une femme un peu naïve au départ, qui, de par son histoire familiale difficile, a tendance à se laisser manipuler. Mais il ne faut pas s’y fier. Ses aventures et la rencontre de Darius vont la faire grandir et découvrir qui elle est vraiment. Cette histoire n’est pas une romance classique avec des héros stéréotypés. C’est l’histoire du cheminement d’une femme fragile et compliquée, comme l’était Marilyn. Si vous n’aimez que les héroïnes fortes, le roman n’est pas pour vous.

 

liens utiles

Retrouvez ici ma chronique de son dernier roman « Quelque chose de Marilyn »
Retrouvez tous les romans de Marie Lerouge sur Amazon

img_20180426_160220_117

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s