LA MORT DES GAULES de Patrizio Fiorilli.

[ UCHRONIE – Nouveauté 2019]
Éditions ACADEMIA – Collection Littératures
154 pages
Ma note : 5/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Je suis Artévorus de la tribu des Termes, fils du chef Artévos et de la princesse Alya, je possède deux chevaux et j’ai vu mourir la Gaule. Il ne reste plus grand-chose de notre tribu : la plupart des hommes sont morts à la guerre, la plupart des femmes et des enfants ont péri après Alésia. Il ne reste plus que nous, une dizaine d’hommes en armes et deux chevaux affamés, fuyant toujours plus profondément dans les forêts d’Irlande. Ce qui suit constitue le récit d’un rêve. Le rêve d’une Gaule unie et libre, le rêve de mon Père et de ce qui constituait tout un peuple : les Gaulois. Ce rêve a eu un début et une fin. Comme à tous les rêves, lui a succédé le réveil. Le plus douloureux des réveils. Et pourtant, il s’en est fallu de peu qu’il se réalise. De très peu. Il s’en est fallu d’un homme. Vercingétorix.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Patrizio Fiorilli réinvente avec ingéniosité et brio l’Histoire de la France. Cette Histoire qui sans équivoque, n’est pas remise en question mais qui offre une vaste possibilité de scenarii cohérents dans ce flou artistique laissant l’imagination prendre possession d’un passé oublié.

 

Alésia, Vercingétorix et César … Trois noms pour une bataille épique qui signe la fin de tout un peuple. Trois noms inscrits dans la pierre mettant l’honneur et la bravoure sur un piédestal. L’hégémonie débutante d’une figure qui perdurera dans les temps immémoriaux.

 

54 avant Jésus Christ, la Gaule est attaquée et pillée de toutes parts. Parmi les voix qui s’élèvent, celle d’Artévos réunit tout autant qu’elle divise. Porté par un courage exemplaire et l’idée d’une Gaule libre, il parcourt avec son fils et des combattants sa terre. Réunir une Gaule déchirée par les clans est une tâche ardue, pourtant lorsque sonne le début des hostilités, la Gaule hurle d’un même cri. Ralliée sous les ordres du premier Rix, sa prestance illumine les troupes. Pourtant dans l’ombre se joue des complots et des manipulations. Bienvenue dans ce monde insoupçonné, un monde où la pitié n’existe pas mais où le respect se mérite à coup d’armes.

 

Cette lecture m’a complètement subjuguée. En règle général, j’adore tout ce qui a attrait à l’Histoire de France (et du bassin méditerranéen), riche et en perpétuelle mouvance, elle m’a toujours fascinée. Patrizio Fiorilli met les deux pieds dedans avec une certaine énergie débordante de détails tout aussi minutieux que précieux. Il narre avec conviction une histoire prenante et bouleversante. Politique, ingénierie militaire et coalition vont tambour battant, rythmant les pas de centaines de milliers d’hommes prêts à vaincre.  J’ai été captivée par cette espoir communicatif. Séduite par la manière dont l’auteur aborde cette fiction avec tact et humanité. Le point de vue du narrateur est judicieux. Observateur silencieux, il prend part malgré lui aux rencontres et coulisses de cette guerre. Il n’hésite pas à partager ses remarques configurant ainsi au texte une multitude d’émotions. Nous sommes loin du texte rigide et froid qui retranscrit pas à pas tous les événements.

 

Captivant et subjuguant, Patrizio Fiorilli signe un premier roman de grande qualité. Une fiction au cœur de la Grande Histoire de France que je recommande vivement. Amateur ou novice, cette épopée vous fera vivre de l’intérieur une des plus grandes aventures du monde.

 

Êtes-vous prêts ?

 

-Artévorus, tu dors ?
Il faisait nuit noire dans la pièce qui nous servait de chambre quelques heures à peine après le couronnement de Vercingétorix, mon Père avait le visage penché sur moi.
-Non, pourquoi ?
-C’est amusant, non ? Au triumvirat de Rome, nous opposons maintenant le triumvirat de Bibracte : un prince arverne sans cervelle, un druide sans scrupules et un chef de tribu sans pouvoirs… Si notre but est de tuer César, nous sommes sur la bonne voie : il doit mourir de rire en ce moment.
(page 62)
 
Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le sites des éditions ACADEMIA.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s