CLAIRS OU OBSCURS de Jean-Claude Ceccarelli.

[ ROMAN HISTORIQUE – Nouveauté 2019]
LES ÉDITIONS SYDNEY LAURENT
105 pages
Ma note : 2,5/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Ce livre met en valeur, les élèves des peintres de la Renaissance italienne. Ils étaient élèves anonymes mais leur contribution à la réussite des grands génies, a été considérable. Bien souvent ils donnaient leur touche pour finaliser et sublimer le travail de l’artiste. On ne peut imaginer les intrigues et parfois les haines qui se cachaient derrière tant de splendeur. Une vie licencieuse bien assumée, qui feraient passer nos contemporains pour des enfants de chœur.
 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Jean-Claude Ceccarelli offre ici un roman historique qui charmera les téméraires et connaisseurs sur les artistes peintres de la Renaissance italienne et pourra convaincre les ingénus (comme moi).

 

Une fenêtre grande ouverte sur un milieu où je n’ai aucune notion. Les peintres de la Renaissance italienne c’est toute une histoire. Une histoire de haute voltige où convoitise, vantardise et jalousie se côtoient. Des ateliers grandioses où en ressortent des œuvres inestimables. Des petites mains qui les finalisent et qui à leur tour peuvent prétendre à une certaine célébrité. Un milieu malsain tant les complots d’assassinats sont nombreux. Une lecture d’une extrême richesse tant les références sont nombreuses. Une lecture que j’ai faite portable en main pour « googliser » tous  ces noms inconnus. Une lecture généreuse par tout ce que j’ai appris sur un fond de décor où la religion avait le monopôle.

 

Florence, berceau des talents de génie, peintres connus et reconnus, petites mains estimées mais oubliées, théâtre de l’émergence d’un art unique et éternel qui s’éteindra avec ses maîtres.  Les peintres de la Renaissance italienne excellent dans leur art : scènes bibliques, scènes de Saints, la religion offre des champs infinis d’inspiration. Mais pas que. Certains osent d’autres thèmes comme La Joconde de Léonard de Vinci. Une période vaste et riche.

 

J’ai vraiment été subjuguée par l’effervescence et par tous les menus détails. Une lecture très intéressante pour laquelle pourtant je n’ai pas totalement adhéré. Un roman qui manque, à mes yeux, cruellement de structure. J’ai été ballottée de droite à gauche, des sauts dans le temps, des scènes qui s’incrustent ici et là sans lien évident, des noms qui vont et viennent. C’est un grand flou artistique pour la rigoriste que je suis et cela m’a demandé une certaine concentration que je n’avais pas au moment de ma lecture. Désappointée et déboussolée, je suis passée à côté d’une lecture qui mérite un avis nettement meilleur que le mien. Jean-Claude Ceccarelli met en avant un certain savoir et des heures de recherches. Sous sa jolie plume, il a su créer une certaine intrigue au cœur d’un mouvement prenant.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Sydney Laurent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s