L’APPARITION DE L’OUBLI de Alexis Sukrieh.

[ LITTERATURE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]
Editions L’ASTRE BLEU – Collection Hélium
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
À peine quelques heures après sa mort, une nouvelle perspective se dévoile. L’homme qui a été mon père devient autre que mon père, une distance s’intercale entre lui et moi, subtile, mais bien présente. Je me débarrasse d’un prisme et je regarde Raïf comme je ne l’ai encore jamais vu.
Arthur a perdu son père il y a deux ans.
Il replonge dans le film de ses dernières heures, les frontières temporelles s’effacent et les souvenirs s’enchaînent depuis sa plus tendre enfance. Son père dans le potager, son père coupant du bois pour la cheminée, son père à ses côtés dans les moments importants de sa propre vie. Les lectures partagées, sa philosophie qu’il inculquait à ses fils.
Et les vacances en Syrie où il découvre un « autre » père, attaché à ses origines.
Arthur a-t-il accordé suffisamment de place dans sa vie à cette part de son histoire personnelle ?
C’est maintenant, par son silence absolu, que Raïf lui dit tout.
« L’apparition de l’oubli » nous interroge et explore ce que la traversée du deuil change en chacun de nous.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
La mort, le deuil, la séparation irréversible, l’abandon, la douleur silencieuse et puis les souvenirs qui fluctuent comme la fameuse « madeleine » de Proust.

 

La présence de son père, bien qu’elle soit éloignée, a toujours été une chose importante aux yeux d’Arthur. Il le savait, ici et là-bas, dans son jardin, dans sa maison, en compagnie de son épouse, de ses amis, de son frère ou de ses enfants. Les kilomètres n’effaçaient en rien les liens qui unissaient Arthur et son père Raïf.

 

Et puis un jour, plus rien, ni préavis ni conciliabule, la mort est là, souveraine et dans son droit. La vie s’achève, Raïf n’est plus, juste un nom qu’on peine timidement à murmurer. Le temps passe, les blessures se pansent et, eux, ils restent.

 

Les mois s’écoulent et les souvenirs surgissent, comme un clown dans sa boîte, bourlinguant les affres du cœur. Arthur se rappelle les bons et les mauvais souvenirs, les anecdotes, ces phrases mystiques dites lors de conversations, ces moments de complicités et insolites, la lueur qu’illuminait parfois ses yeux, les vacances, un autre monde, la peine, la douleur, la colère, les cris silencieux, les larmes, le lendemain sans lui, sa vie sans lui et tous ces mots qui n’ont pas été dits. Puis jaillissent les questions sans réponses, les questions sur sa vie, les questions sur ce qu’il était, est et sera, les questions oubliées, les questions sans intérêt, les questions affectives …

 

Alexis Sukrieh dépeint avec grâce le kaléidoscope émotionnel d’un homme emprisonné dans les dédales du deuil et des souvenirs. Des mots puissants pour une histoire loin d’être banale. Une plume efficace pour une histoire touchante. Une histoire qui porte sur la famille et ses liens, sur les racines familiales et sur l’amour indéfectible. Une histoire de courage et d’humilité. Une histoire qui ne m’a pas laissé insensible. Une histoire sans chronologie particulière, juste portée par le flots des souvenirs qui s’ajoutent au fils des pensées. Un histoire en tout point émouvante.

 

Doit-on oublier pour se souvenir ?

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… les site des éditions L’Astre Bleu.

… l’univers de Alexis Sukrieh.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s