LE PREDICATEUR de Mila-Ha.


Maryssa Rawlings, brillante agent du F.B.I est ambitieuse et prête à tout.
Elle n’est pourtant pas préparée à sa rencontre avec le sulfureux prédicateur, Fenton Graam.
Lors de son infiltration au sein de la secte « La main de Dieu », Maryssa découvre l’obsession que développe le gourou pour elle.
Fascinée par ce dernier, elle teste ses limites et affronte les travers les plus sombres de sa personnalité.
Mais l’agent Rawlings ne se doute pas du châtiment que Fenton lui réserve pour la posséder.
Entre péchés, manipulations, mensonges et trahisons, ses découvertes mettront-elles en danger sa carrière ou sa propre vie ?
Dans tous les cas, la quête de la vérité sera dévastatrice.
AVERTISSEMENT :
« Le Prédicateur » est réservé à un public averti.
C’est une oeuvre de fiction qui contient des scènes de violences physiques et psychologiques intenses.
Les références bibliques utilisées sont détournées afin d’alimenter l’intrigue et ne visent à offenser personne.
Les lecteurs ayant une sensibilité à ces sujets sont invités à faire preuve de prudence.

 
Sombre, noir, violent, glauque, sanglant, de la Dark Romance dans toute sa splendeur et j’adore ! Les autrices américaines (dont ma favorite Pepper Winters) sont au top niveau avec ce genre là, et, Mila Ha n’a pas a rougir de son talent.
Maryssa a rejoint l’élite à force de travail et de persévérance. Une revanche sur la vie, sur sa vie, sur son enfance abandonnée et maltraitée. Maryssa est déterminée, têtue, enthousiaste et sans limite. Certainement borderline. Une vie privée presque inexistante et chaotique où le sexe prévaut sur le bonheur qu’elle ne cherche pas, qu’elle fuit. Du sexe hard pour expier l’absence d’émotions, pour expier le passé, peut être une manière de se sentir vivante, de se sentir libre et respirer. Maryssa a pourtant la tête sur les épaules. Elle est la meilleure dans son travail. Elle aime décortiquer le conscient et le subconscient de ces hommes et femmes déviants, et le fait à merveille. Maryssa n’a pas peur d’eux. Elle les comprend à sa manière et trouve les failles qui permettront de les faire tomber. La seule chose dont elle a peur c’est d’elle. Ses sentiments, ses émotions sont sa faiblesse. Être prise dans leurs filets c’est se noyer et en sortir vivante est une guerre. Alors qu’elle doit faire face à sa nouvelle mission : infiltrer une secte, le doute l’envahit et si pour une seule et unique fois elle serait libre de toutes entraves, que deviendrait-elle ? Car ce que propose Fenton elle a envie malgré ce mauvais pressentiment.

 

Lui, Fenton, n’a rien d’un enfant de cœur. Enfin un loup déguisé en agneau il faut toujours s’en méfier. Fenton, en tout gourou qui se respecte, règne sur sa communauté d’une main de fer. Intimidation, humiliation, manipulation, séquestration, tous les moyens sont bons pour satisfaire son incroyable appétence pour la domination. Fenton n’a rien de bon en lui. Il est l’incarnation de la noirceur, de la dépravation, de la luxure. Si l’habit ne fait pas le moine, Fenton pourrait passer pour l’homme idéal. Mais à vos risques et périls. Fenton calculateur intelligent ne laisse rien échapper à son contrôle et quand la belle Maryssa débarque dans sa communauté il a tout planifié pour le pire et surtout le pire, le meilleur ne fait pas partie de son plan machiavélique. Adversaire de taille, Maryssa est son péché mignon, sa dernière gourmandise avant le spectacle final. Enfin tout dépend du point de vue.

 

Mila Ha signe une dark romance parfaite. Grande amatrice de ce genre de lecture, Mila Ha ne fait pas dans la dentelle et sort le grand jeu. Un huis clos oppressant, une atmosphère qui s’alourdit de chapitre en chapitre, des personnages grandioses et une histoire tout aussi sombre et magnifique. C’est ce que j’aime retrouver dans la dark romance en générale. Cette confrontation entre le glauque, le violent et cette étincelle de survie, celle qui pousse au pire comme au meilleur. Cette violence qui attire et qui répulse est un paradoxe. Cette sensation d’éprouver est immorale. Mais peu importe, j’ai tellement adoré Le Prédicateur. Une histoire bouleversante, une histoire hors limite, une histoire sans concession, une histoire portée par des personnages où vous en verrai nulle part ailleurs. Ce mélange d’intrigue à l’américaine et ces pulsations érotiques, scabreuses et violentes est addictif, accaparant. Les sept péchés capitaux sont un fil conducteur de choix pour une histoire à haut risque. Je suis dingue d’aimer ce genre d’histoire, mais voilà le constat est là, Le Prédicateur est de loin une des meilleures dark romance que j’ai lu. Je le conseille vivement à toutes celles qui sont adeptes du genre. Pour les novices réfléchissaient bien avant de vous lancer car il faut avoir le cœur bien accroché et se serait dommage de vivre une première expérience douloureuse.

 

Une chronique de #Esméralda.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s