LA MÈRE LAPIPE DANS SON BISTROT de Pierrick Bourgault.


 
La vie d’un bistrot à l’ancienne, authentique, lieu de rencontre et de mixité sociale, comme en en fait plus beaucoup…
Au Café du coin, Jeannine fume la pipe en discutant avec ses copains du quartier.
Réputée pour son franc-parler, cette arrière-grand-mère de caractère, appelée « la Mère Lapipe’, sait aussi écouter. Les conversations évoquent ce quartier ouvrier qu’elle a vu changer. Les générations s’y retrouvent et on y croise une fabuleuse galerie de personnages.
Sur le formica de son comptoir, on tchine au « petpet’ entre étudiants, retraités, forains, brocanteurs et policiers, avec un fakir, un ministre et même avec le Père Noël !
La vie d’un bistrot, ce lieu rare de parole et d’écoute qui disparaît aujourd’hui. Un bistrot qui ferme, c’est un théâtre qui brûle.

 
Bienvenue dans un monde oublié. Un monde qui perd de sa splendeur qui se meurt de jour en jour. Avez-vous déjà poussé la porte d’un de ces bistrots ?
Pierrick Bourgault nous ouvre les portes de ce petit coin de paradis. Il ne vous sera point demandé de porter le costume. Au contraire vous êtes les bienvenus tel que vous êtes. Mais avant de franchir le seuil, sachez que la Mère Lapipe n’est pas une tendre avec les gens ne respectant pas quelques règles. Ouvrez grand les yeux et lisez : personne ne doit contredire la tenancière, être converti au dialecte du pays, ne pas trop se prendre au sérieux, délier ses pensées, les bonnes comme les mauvaises, faire attention au chien, ne pas être effrayé pas la décoration vintage, aimer rigoler autour d’un verre de vin ou d’un café.

 

Le bistrot de la Mère Lapipe est un sacré phénomène. Un lieu sacré où il fait bon de se retrouver, de se parler et de se confier. Un lieu de mémoire où les temps anciens se rappellent au bon souvenir et où l’avenir se décrit avec un certain mépris et une grande peur. Le bistrot de la Mère Lapipe est un sanctuaire où les rires fusionnent, les pleurs coulent sans malaise et où les confidences s’éternisent. Des rencontres d’un jour, des rencontres de toujours, une communauté porté par le même envol, celui de l’entraide, de l’écoute. Le premier pas est le plus difficile :vous vous croyez tomber chez les fous. Mais à y regarder de plus près, vous y trouverez la jovialité, la bonne humeur. Et puis au second pas vous tomberez amoureux de cet endroit.

 

Pierrick Bourgault de son œil aguerri et de sa plus belle plume dépeint un de ses endroits unique en voie de disparition. Un lieu oublié qui s’étiole dans les ambres de la société qui n’a plus le temps et exige tant. Loin de ces bars impersonnelles, la Mère Lapipe connaît tout le monde, les petits surnoms surgissent ici et là, les petites phrases qui font du bien virevoltent au grès des enflammés gutturaux. Un coin de paradis où les âmes s’apaisent.

 

Pierrick Bourgault délivre ici un magnifique hommage. Un récit émouvant qui vous donne envie de découvrir cet endroit merveilleux et chaleureux. Un témoignage crucial où la nostalgie ne devrait pas y figurer !

 

A notre époque de répression hygiéniste et normative, où l’intelligence est forcément « artificielle » et la communication « numérique » et « interactive », il est bon de témoigner de tout ce qu’un simple café apporte à son quartier, des personnalités attachantes qu’on a la chance d’y croiser, des leçons de vie qu’elles nous transmettent avec générosité. Et du plaisir d’y passer du temps, au beau milieu des éclats de voix et de rire, tandis que pètent les bouteilles de vin mousseux bien frais.
Une chronique de #Esméralda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s