HOT GUN de Angel Arekin

[ ROMANTIC SUSPENSE – 2018 ]
Tome 2/2
Éditions BMR
601 pages
Ma note : 5/5 mention « à croquer »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Un dealer ingérable, une Indienne en cavale, un écorché vif et une hippie.
Ils sont quatre, lancés dans une course contre la montre.
Lorsqu’ils sont contraints de s’associer, entre drogue, diams, sexe et calumet de la paix, la situation menace d’exploser. D’ailleurs, sont-ils vraiment dans le même camp ?
Un road trip déjanté en plein cœur de la réserve amérindienne…. Secrets, trahisons et désir interdit, la plongée aux enfers ne fait que commencer.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Vous avez adoré Sienna dans le premier tome « Hot Blood », vous allez adorer cette nouvelle aventure.

 

Prenez un dealer farfelu aux idées philosophiques déjantées. Prenez une écolo végan raide dingue d’amérindien. Prenez un bon samaritain au passé sombre et louche. Et prenez une indienne qui adore se mettre dans des embrouilles pas possibles. Et vous avez un quatuor explosif, tonitruant et surtout cocasse.

 

Les opposés s’attirent pour mieux se combler. Si vous croyez peu à ce dicton, vous verrez que Angel Arekin sait y faire avec les opposés.

 

Ambiance catastrophe dans les plaines arides, coups de fusil, diamants qui se sont carapatés et oseille qui s’est fait la malle, rien ne va plus. Et faites vos jeux !

 

Cheyenne a eu une vie bien difficile et surtout effroyable, pourtant derrière cet air impassible qu’elle se donne, elle rêve de liberté et d’amour. Prête à tout pour afin accéder à ses rêves, un soir elle ose ce geste libérateur. Oui mais … elle n’avait pas prévu que les loups sanguinaires du terrible Marley la prennent en grippe et lui fasse courir le marathon de l’enfer pour survivre.
Cheyenne a une chance incroyable en la personne de John, le beau chevalier blanc et son armure brillante et tout le tralala. Si vous avez lu le premier tome, John est le petit frère chéri de Sienna. John en a bavé pendant très longtemps. Des coups durs et des coups bas l’on rendu hermétique à tout sentiment, du moins dans la manière de les exprimer. Car des sentiments il en ressent une flopée lorsqu’il est a côté de l’intrépide Cheyenne. A tour de rôle, il peut être protecteur, chamailleur, boudeur, fonceur et rêveur. Bref John, c’est le gars qu’il ne faut pas titiller mais qui peut promettre monts et merveilles. Cheyenne et John est un couple improbable. Couple maudit qui se déchire bien avant d’apprendre à s’aimer. De nombreux non-dits sèment la zizanie et enveniment des situations où le sang froid devrait être de mise. Un couple pourtant attachant par leurs défauts et leurs difficultés, un couple que j’ai eu envie de dorloter (ben ouais !).

 

Sur leur route semée d’embûches viennent rejoindre la belle et candide Lilotte, meilleure amie de Cheyenne. Lilotte est passionnée par le peuple des indiens d’Amérique en partie grâce à l’amitié débordante qu’elle entretient depuis toujours avec Cheyenne. Lilotte est une hippie végétarienne qui croit en la bonté et la beauté du monde. La noirceur est une chose qu’elle ne peut accepter et, qui, surtout elle ne veut pas appréhender. Alors quand le truand se pointe dans son mobile-home pour menacer sa meilleure amie, Lilotte prend son courage à deux mains et l’affronte. Lui c’est Marley, le bad boy qui n’a rien en foutre de la vie des autres tant que ses affaires fonctionnent, son monde et lui peuvent continuer à tourner. Marley a grandi dans la violence et a été formaté à cette vie de débauche. Les filles faciles, la drogue, les affaires et les armes se sont son quotidien depuis toujours. Marley n’a rien d’un gentil agneau et il aime que cela se sache. En véritable bad boy qu’il est, il ne fait pas fi des bonnes manières et foncent souvent dans le tas. Mais tout en bad boy qu’il est, il se retrouve saucissonner à la chaise de Lilotte. La belle et le truand vous voyez le topo ? Non…. (euh non je n’en dirais pas plus même sous la torture).
Le duo Lilotte et Marley est un pur régal. Je me suis bidonnée … mais… tellement ! Verbes acérées, piques foudroyantes et répliques épicées …. mais juste … quel bonheur ! J’ai complètement craquer sur eux.

 

Et si on se faisait un petit remake du  Le bon, la brute et le truand, en rajoutant la belle, à la sauce spéciale Angel Arekin ! Vous êtes partantes ?

 

Quatre voix pour un road trip de tonnerre où amour et passion fricotent sous les tirs de balles et de méchants vraiment méchants. Un western amoureux sensationnel et torride amené par une plume qui mérite tout un tas d’éloge. Sans oublier de prendre en compte l’évolution psychologique des personnages qui est véritablement le moteur de ce romantic suspense.

 

Vous l’aurez certainement compris : j’ai tout simplement craqué ! Une lecture à croquer qui vous plonge au cœur d’une aventure sexy où le danger réside là où on ne l’attend pas.

 

Avez vous résister où allez vous craquer ? 😉

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions BMR

Mon avis sur le 1er tome (clique sur l’image)

 

Publicités

ICI N’EST PLUS ICI de Tommy Orange.

[ LITTÉRATURE NORD AMÉRICAINE – Rentrée littéraire 2019 ]
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Stéphane Roques
Éditions ALBIN MICHEL – Collection Terres d’Amérique
352 pages
Ma note : 4,5/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle
 
Le résumé :
À Oakland, dans la baie de San Francisco, les Indiens ne vivent pas sur une réserve mais dans un univers façonné par la rue et par la pauvreté, où chacun porte les traces d’une histoire douloureuse. Pourtant, tous les membres de cette communauté disparate tiennent à célébrer la beauté d’une culture que l’Amérique a bien failli engloutir. À l’occasion d’un grand pow-wow, douze personnages, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, vont voir leurs destins se lier. Ensemble, ils vont faire l’expérience de la violence et de la destruction, comme leurs ancêtres tant de fois avant eux.
Débordant de rage et de poésie, ce premier roman, en cours de traduction dans plus d’une vingtaine de langues, impose une nouvelle voix saisissante, véritable révélation littéraire aux États-Unis. Ici n’est plus a été consacré « Meilleur roman de l’année » par l’ensemble de la presse américaine. Finaliste du prix Pulitzer et du National Book Award, il a reçu plusieurs récompenses prestigieuses dont le PEN/Hemingway Award.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Cela fait depuis quelques temps que je pense à me lancer dans les chroniques vidéos. Et aujourd’hui je saute dans le vide. Je ne le ferrais pas tous les jours, mais je me donne comme objectif une fois par mois (je vais rester raisonnable). Je tenais toutefois à laisser mes doigts courir le clavier et en quelques lignes décrire mon ressenti. Vous pouvez néanmoins regarder la vidéo (support IGTV) à vos risques et périls, je ne suis pas certaine d’être compréhensible et je vous l’accorde je suis loin d’être à l’aise.

 

ICI N’EST PLUS ICI laisse pantois. Difficile de mettre les mots adéquats sur ce roman choral, le premier de Tommy Orange. Un roman choral particulièrement prenant où les mots fusent telles des balles accaparant le lecteur dans une tornade infernale. ICI N’EST PLUS ICI n’a rien de merveilleux. Portrait d’une communauté désenchantée, engloutie par l’égoïsme et l’arrogance de l’homme blanc. Les désillusions ont pris possession de ces femmes et de ces hommes arrachés à leur croyance, à leur vies et à leurs espérances depuis des décennies. Massacre consensuel et voulu, tout en silence, d’un art de vivre en adéquation avec la nature et les esprits.

 

12 personnages, 12 vies intrinsèques qui portent aux nues le désarroi incommensurable de tout un peuple. Alcool, violence, abandon, dépression, tout autant de maux qui trouvent leurs sources dans cet héritage arraché. Pourtant l’espoir perce dans ces petits trucs de rien du tout : un enfant qui enfile un costume et qui ne cesse de danser, un tambour qui résonne, des chants, un homme et sa caméra qui capturent ses instants dérisoires et le grand pow-wow, rassemblement de souvenirs. Un héritage qui persiste et dure, un héritage nécessaire quand les mots disparaissent d’une génération à l’autre ou quand cet héritage est bien trop lourd à porter.

 

Un roman puissant porter par les mots poétiques et judicieux d’un auteur hors norme.

 

Nous sommes l’ensemble des souvenirs que nous avons oubliés, qui vivent en nous, que nous sentons, qui nous font chanter et danser et prier comme nous le faisons, des sentiments tirés de souvenirs qui se réveillent ou éclosent sans crier gare dans nos vies, comme une tache de sang imbibe la couverture à cause d’une blessure faite par une balle qu’un homme nous tire dans le dos pour récupérer nos cheveux, notre tête, une prime ou simplement pour se débarrasser de nous. […]
Être indien en Amérique n’a jamais consisté à retrouver notre terre. Notre terre est partout ou nulle part. […]
Mais pour les Autochtones de ce pays, partout aux Amériques, se sont développés sur une terre ancestrale enfouie le verre, le béton, le fer et l’acier, une mémoire ensevelie et irrécupérable. Il n’y a pas de là, là : ici n’est plus ici.
 
Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Albin Michel (vidéo et extraits).

… le Picabo River Book Club.

 

received_257092058249322

 

Un grand merci à Léa et au Picabo River Book Club.

UN FRUIT AMER de Nicolas Koch.

[ THRILLER – Nouveauté 2019]
Éditions DE SAXUS
498 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Un thriller étouffant dans la chaleur de l’Amérique du Ku Klux Klan.
Comté de Woodbridge, Alabama, 1963.
En pleine ségrégation raciale, le Ku Klux Klan répand la terreur au nom de la suprématie blanche alors que la communauté noire fait entendre sa voix pour obtenir plus de droits. C’est dans ce contexte explosif qu’un fait divers va mettre le feu aux poudres. Un matin, le corps d’une jeune blanche violée et battue à mort est retrouvé dans les bois. Elle n’est autre que la fille d’un riche entrepreneur de la région qui est lui-même membre du Klan.
Qui a bien pu la tuer ? Pour les autorités, ça ne fait aucun doute : c’est l’œuvre d’un Noir. Peu avant le drame, la victime avait écrit au FBI, car elle craignait pour sa vie. Le Bureau dépêche alors sur place l’un de ses agents afin de tirer l’affaire au clair. Ce dernier va découvrir qu’elle a été tuée et il va se retrouver au cœur de la haine des hommes, face à une vérité dérangeante…
 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Au fin fond de l’Alabama, 1963, où règne sur ces terres rudes une atmosphère d’un autre temps. Une petite ville dirigée par un maire qui a du mal à s’imposer, un shérif zélé, des hommes poussés par des voix vindicatives et les « noirs » parqués à l’autre bout de la ville, dans des taudis d’un autre siècle. Une atmosphère où les non dits pèsent et où les regards assassinent. Des cris pacifistes et des poings levés pour faire plier les irréductibles blancs. Et des blancs qui se disent suprêmes se cachant sous des bonnets blancs informes. Bienvenue à Woodbridge, un des bastions du Klu Klux Klan où les morts n’auront le repos éternel qu’après que justice soit faite.

 

Une jeune femme, blanche, dénudée, pendue à un arbre. Son corps décharné, traumatisé et marqué dans la mort. Une incompréhension évidente, prémices à un déchaînement incroyable.Une vérité maquillée et des pions positionnées signent le départ d’une course poursuite où la mort sèmera sur son chemin une funeste danse. Le feu purifiera le mal, les fusils résonneront et les cagoules blanches marcheront à l’unisson pour imposer leur loi.

 

Agent spécial du FBI, Dwayne Olsen, est embarqué malgré lui dans cette enquête. Tout juste promu, son enthousiasme débordant lui vaut quelques entourloupes. Il est le seul qui pourrait mettre une terme à cette situation qui se dégrade jour après jour, mais il est loin de se douter qu’il n’a aucun pouvoir sur ces terres sinistres. Il va de découverte en découverte, croisant sur sa route des protagonistes tout aussi différents que concernés par cette enquête. Jusqu’au jour où la vérité éclate dans un bouquet final où nul n’a prédit les retombés.

 

La thématique de ce thriller a tout pour séduire. Le KKK, ses débordements et son emprise sur cette Amérique puritaine a été maintes fois explorés que cela soit au cinéma ou en littérature. Pour ma part c’est un thème que j’avais abordé il y a de cela quelques années. Personnellement, Nicolas Koch ne m’a rien appris de nouveau et ne propose pas quelque chose de spectaculaire. Mais, je me dis qu’il y a toujours quelque part un novice prêt à découvrir cela et je ne pourrais que lui recommander cette lecture.

 

Un thriller embarquant dans un périple tout aussi fascinant qu’abjecte. Un thriller où une ambiance pesante s’installe petit à petit. Un thriller porté par un sujet important et primordial dont le souvenir doit se perpétuer pour que cela ne puisse plus se réaliser. Un thriller étrangement addictif où chaque rebondissement amène le lecteur vers une autre intrigue Des personnages impressionnants : du shérif un peu trop sur de lui, au citoyen lambda qui se prend pour le roi du monde, en passant par des manipulateurs hauts placés, puis par l’activiste qui court pour survivre et un agent du FBI persistant. Une panoplie qui suscite beaucoup de réactions.

 

UN FRUIT AMER est sans contexte une belle lecture que je vous invite à découvrir si la thématique vous intéresse. Une lecture conduite par une plume captivante qui met en exergue le milieu dans lequel évoluent les personnages. Une intrigue minutieusement menée et un final en apothéose. A découvrir sans aucun doute.

 

Une chronique de #Esméralda

UN PETIT JEU SANS CONSÉQUENCE de JC Harroway.

[ ROMANCE SEXY – Nouveauté 2019]
Éditions HARLEQUIN – Collection MAGNETIC
288 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
« Leur passion ne devait durer qu’une nuit… »
Fraîchement installé à Londres, Ash n’a qu’une idée en tête : échapper à ses vieux démons, et faire exactement le contraire de ce que lui dicte sa bonne conscience. Aussi s’empresse-t-il de séduire une inconnue aux courbes irrésistibles, le temps d’une folle nuit de passion. Une nuit sans conséquence, si seulement sa conquête ne s’était pas présentée à son bureau le lendemain…
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Un homme. Une femme. Deux inconnus dans un parc. De cette rencontre est née une osmose particulière et euphorisante, celle qui précède une nuit sans lendemain, sans sentiment et sans regard désapprobateur.

 

Une nuit d’étreintes passionnées et fiévreuses. Une nuit initiatique pour elle et inoubliable pour lui. Mais quand le jour se lève, elle n’y est plus et lui reprend sa vie.

 

Lui c’est Ash Jacob, avocat irrésistible qui débarque de New York pour échapper à sa vie et à l’animosité barbante et suffocante de son environnement. Ash, en beau gosse intelligent qu’il est, dégage une aura magnétique à laquelle il est difficile d’y échapper. Les relations longues et sérieuses ne sont pas à son goût. Cette liberté évidente est pour lui une manière de pouvoir contrôle et diriger sa vie. Alors oui, c’est macho et égoïste, mais Ash a de très bonnes raisons d’avoir choisi cette vie. Croquer la vie en pleine dent et maîtriser tous ses enjeux à ce quelque chose de jouissif. Malgré ce côté de débauché, Ash est une personne de confiance et bosseuse. Un esprit vif dans un corps d’athlète. Difficile pour la belle Essie de ne pas craquer. Essie est une jeune femme sérieuse, studieuse et empathique. Une enfance loin d’être dorée et une personnalité brisée, Essie n’est vraiment pas une femme expansive. Le doute et la crainte envahissent souvent ses pensées. Essie pourtant tente tant bien que mal de donner un autre sens à sa vie. Sa persévérance l’a récompensée. Désireuse d’apprendre et de percer les mystérieuses des relations amoureuses, elle se lance comme défi de vivre sa première expérience d’une nuit sans lendemain. Mais ce qu’elle n’avait pas prévu dans son plan sans faille, c’est que le beau spécimen soit assis derrière le bureau, le premier jour de son nouveau boulot et qu’en plus, ils allaient devoir collaborer. Sans compter sur un certain article en ligne sur internet qui laisse planer certains rebondissements.

 

Cette romance sexy est le second roman que je lis de cette autrice américaine. Une romance sexy et légère qui met au cœur de son histoire des personnages loin d’êtres des caricatures ambulantes. J’ai beaucoup apprécié le déroulement d’une histoire pas si simple aux premiers abords, surtout quand l’aspect psychologique des deux héros entravent cette relation. Relation en dent de scie, percutée par des secrets bien trop sombres et les doutes. Les sentiments et les corps résistent à une tentation bien trop évidente.

 

J’aime ce genre de lecture entre deux plus conséquentes. Une romance sexy pour décompresser lors d’un après midi pluvieux ou en soirée. Une plume vraiment addictive qui sait accaparer sa lectrice. Une histoire émouvante et fracassante même si le final est convenu, je me suis laissée porter par le tumulte des personnages. On est loin, quand même, de la romance « gnangnan », les personnages sont attachants dans leur désespoir, car oui il y en a.

 

UN PETIT JEU SANS CONSÉQUENCE  a tout pour vous séduire !

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions HARLEQUIN.

… Mon avis sur un autre roman de JC Harroway (clique sur la photo)

STUDIO 6 de Lisa Marklund

[ THRILLER SUÉDOIS – Réédition 2019]
Une enquête de Annika Bengtzon
Éditions HLAB
444 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Annika Bengtzon est chargée de répondre aux appels de la Hot Line de La Presse du soir, quotidien suédois à sensation où elle est stagiaire. Un jour, un anonyme lui livre un scoop : le corps nu d’une jeune fille a été découvert dans un cimetière de Stockholm. Elle a visiblement été étranglée. C’est le meurtre de l’été ! Le rédacteur en chef met Annika sur le coup. La victime s’appelait Josefin, elle n’avait que dix-neuf ans et travaillait au Studio Sex, une boîte de nuit porno. Contre toute attente, son enquête la conduit à un ministre.
Comment s’est-il retrouvé impliqué dans cette affaire sulfureuse ? Quels secrets cache-t-il ? Pour devenir journaliste, Annika va devoir le découvrir. Mais à quel prix ?

« Recommandez Marklund aux fans de Jussi Adler-Olsen et Camilla Lackberg »  Booklist 

« Bengtzon fait preuve d’une éthique irréprochable et son sens de la justice en fait une figure phare dans les rangs des enquêteurs scandinaves » New York Times

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Après quelques expériences désastreuses de lecture de thriller scandinaves, je me replonge doucement dans ce genre et cette lecture a été une vraie bouffée d’air.

 

Annika Bengtzon, journaliste de son état, fait ses armes pendant quelques semaines dans les locaux du prestigieux La presse du soir. Intérimaire stagiaire, elle est chargée de répondre à la Hot Line du journal. Rien de glorieux entre les illuminés, les monomaniaques, et les hystériques, les appels n’offrent rien de particulier et surtout d’intéressant. Mal an bon an, elle est tout de même très fière d’être ici à la capitale. Un seul coup de téléphone va changer la donne et la plongée au cœur d’une enquête qui se révèle ardue et dangereuse.

 

Le corps d’une jeune femme dénuée est retrouvé dans un cimetière de la capitale. Les hématomes marquent son corps, un de ses doigts a été sectionné, les yeux grands ouverts sur un ciel appesanti par la chaleur et des marques de strangulation. Annika assiste a sa première scène de crime et dire qu’elle est choquée est un euphémisme. Pourtant, elle a enregistré le moindre détail qu’il lui est apparu. Remise de ses émotions, elle plonge dans cette enquête avec une énergie effroyable. Telle une obsédée, elle va à la pêche aux informations, appelant différent protagonistes ou témoins, recoupant toutes les informations. Elle fait un travail formidable, peut-être trop même, et les retombées sont destructrices pour ce petit bout de femme.

 

Lisa Marklund m’a plongée dans l’univers du journalisme avec ces petits détails et ces personnages secondaires qui ont tous l’air de requins affamés. Une ambiance très suffocante et méprisante où les tensions augmentent au fil du temps. Une enquête avec de nombreux éléments à prendre en compte et qui prend une tournure plutôt inattendue. D’une intrigue initiale s’en rajoute une autre en parallèle qui celle ci s’oriente vers les grandes sphères de la politique suédoise. Lisa Marklund maîtrise avec une perfection innée tout ce petit monde. J’ai été très vite embarquée dans enquête. Elle a su me surprendre à de nombreux points mais surtout j’ai été subjuguée par la personnalité d’Annika Bengtzon. Une jeune femme qui a de la suite dans ses idées et qui est têtue, revêche, fonceuse et caractérielle. Mais sous cette apparence impressionnante, se cache une femme meurtrie et on ne le comprend qu’à la fin. J’ai beaucoup apprécié l’interaction entre l’inspecteur Q et Annika : une complicité évidente qui j’espère se prolonge par la suite.

 

J’ai vraiment été transportée par cette lecture : des intrigues, une atmosphère inquiétante, un personnage principal étonnant et une plume qui m’a accaparé dès le départ. Beaucoup de détails mais ils n’alourdissent pas le texte, bien au contraire. Je suis vraiment heureuse de mettre lancée dans cette lecture et un soulagement d’avoir pu la mener jusqu’au point final. MEURTRE EN PRIME TIME, une autre enquête d’Annika Bengtzon, a rejoint ma tablette, j’ai hâte d’avoir le temps de le lire et de voir ce qu’Annika nous réserve.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions HLAB.

…l’univers de Lisa Marklund

LE ROMAN DE ROMY, livre 2 de Lou Marceau.

[ROMANCE CONTEMPORAINE – 2018 ]
Tome 2/2
Éditions BMR
358 pages
Ma note : 5/5 mention « à croquer »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Cela fait un an et demi que Romy n’a pas vu Raphaël.
Un an et demi qu’elle est passée à autre chose avec Thomas, son petit ami. Ces deux-là vivaient le parfait amour jusqu’à ce qu’il décide de partir un an en Australie. Seul. Il met en place une règle : ils ont le droit de s’amuser, tant qu’ils ne tombent pas amoureux de quelqu’un d’autre.
Alors que Romy est mal à l’aise avec cette idée, ses amies la poussent à profiter de sa toute nouvelle liberté… Elle se rend donc à l’inauguration de la fondation One Heart, où elle sait qu’elle trouvera l’homme capable de réaliser ses fantasmes les plus inavoués.
Elle a un seul objectif : reconquérir Raphaël pour se servir de lui, et lui faire autant de mal qu’il lui en a fait.
Une vengeance pratique, disons.
Sauf que Raphaël est un joueur. Un joueur auquel Romy n’a jamais su résister.
 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
C’est avec une grande joie que je retrouve les péripéties et pérégrinations de Romy. Souvenez, Romy, c’est la jeune femme hyper romantique et émotive à souhait. Lamentations et désespoirs étaient son quotidien avant la rencontre avec un certain goujat, Raphaël. Romy, fleur bleu dans l’âme, attendant toujours le bon signe pour pouvoir se lancer dans une aventure aussi pittoresque que dangereuse et inédite. Cela, elle a connu pendant quelques jours. Quelques jours de paradis et de lâcher prise. Quelques jours où elle a pu s’affirmer en tant que femme et explorer ses désirs et des plaisirs interdits. Bref Romy et Raphaël, un duo explosif, sensuel et époustouflant. Sauf que le couperet met un point final à une idylle qui n’en pas vraiment une, mais qui aurait pu l’être. Retour à la case départ pour l’inconsolable Romy. Canapé et chocolat, comme compagnie, ni plus ni moins et une tonne de larmes et une rancœur tenace. La vie certes continue, Thomas y rentre un beau jour. Il est beau, intelligent charmant et surtout il aspire aux mêmes valeurs que les sienne. Tout roule pour eux et même s’il a décidé de partir à l’autre bout du monde et de pouvoir s’amuser sans sentiment, la pauvre Romy ne sait plus dans quel sens pagayer.

 

Heureusement des supers copines et sa sœur ont les mots qu’il faut pour lui faire bouger son popotin. Chagrinée, désespérée, l’enthousiasme s’est fait la malle sans préavis. C’est en mode guerrière (et pas trop sûre d’elle) qu’elle décide de prendre sa vie en main et enfin de s’éclater. Et cette soirée et le premier pion d’un plan hyper diabolique pour séduire la plus grande claque de sa vie et lui en faire voir de toutes les couleurs. Enfin ça, c’était le début, elle était loin de se douter que malgré les un an et demie de séparation forcée, les sentiments repointeraient le bout de leur nez et que ses idées salaces (genre en mode papillons touts beaux et touts jolis) viendraient mettre le boxon. Et puis comment résister à la tentation quand elle est à portée de mains ? Tu vois le topo ? Bienvenue dans le monde fou et féerique de Romy !

 

Ce second livre et la suite et fin du premier (cela va de soit, mais je voulais le préciser avant de te jeter sur celui ci sans avant lu le premier …. bref…. j’espère quand même que tu jetteras sur eux, les livres hein …. ). Le premier vrai miracle, c’est que pour une fois je me suis souvenue de tout (prénom et tout le tralala) et pour une fois ma mémoire de poisson rouge peut brandir fièrement les doigts de la victoire. Deuxième miracle : c’est toujours aussi délectable. Une plume enjouée et sexy qui dépeint avec humour, convoitise et sagacité des personnages hyper attachant. L’autrice mise sur la découverte de l’un et de l’autre dans un jeux intimiste où la séduction prime d’abord. Le chat et la souris peuvent aller se rhabiller, ils les surpassent largement. Un jeu où les sentiments prennent davantage de place, où l’écoute est au cœur des échanges, où les railleries pansent les plaies, où ils se sentent indéniablement bien. Certes les doutes, les questions et la peur surgissent, provocant la fuite et les réactions douteuses. Mais cette fois ci Cupidon a décidé qu’il mènerait à bien et au bout sa mission, sans oublier quelques rebondissements aléatoires qui sèment la zizanie.

 

LE ROMAN DE ROMY est juste une merveilleuse romance. Celle qui captive, celle qui émeut, celle qui fait sourire, un peu malicieuse et très sexy, celle que l’on ne peut que dévorer. Alors si vous êtes passée à côté, c’est le moment de s’y jeter à corps perdu.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions BMR.

… mon avis sur le premier tome (clique sur l’image).

VE.RI.TAS. Personne n’est parfait de Isabelle Fourié.

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]
BLACK INK Editions
329 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle

Le résumé :
Bienvenue à Harvard.
Hockeyeur vedette de l’équipe universitaire, Léo est le stéréotype de l’étudiant populaire. Beau, riche et arrogant, il est le fantasme de la gent féminine et use de son charme pour obtenir ce qu’il veut. Tout semble lui sourire.
Pourquoi proposer un marché des plus étranges à la belle mais glaciale Astrid ?
Pourquoi accepte-t-elle de jouer sans contrepartie sa petite amie factice ?
Indubitablement attirés l’un vers l’autre, cette histoire va rapidement les dépasser. Les mensonges derrière lesquels ils se cachent résisteront-ils bien longtemps ? La vérité brisera-t-elle ce lien inattendu mais si particulier qui les unit ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Léo a tout pour plaire. Beau gosse, intelligent, sportif de haut niveau. Elles veulent toutes être à son bras, même pour un laps de temps très court. Léo ne se plaint pas du tout de sa vie trépidante, c’est même un sport qu’il affectionne particulièrement. Les matchs, les filles, les bars, oui… pour rien au monde il ne changerait ses habitudes de play boy. Sous son air nonchalant et hyper cool, se cache un homme tiraillé par ces devoirs envers sa famille. Une famille hors norme dirigée par une grand-mère despotique. Les histoires de familles et les secrets sont une manne providentielle pour que tout le monde reste dans les clous. Si Léo pensait pourvoir y échapper, il s’est bien trompé et il va devoir revoir son plan depuis le début.

 

Elle, Astrid, belle française, débarque à Harvard. Nouveau départ pour cette jeune femme qui ne rêve que de liberté. Souffler loin de sa famille et des souvenirs horribles qui ont jalonné son enfance. Astrid est un diamant pur façonné par les aléas. Introvertie, elle n’est vraiment pas très à l’aise avec les jeunes gens de son âge. Elle préfère passer ses journées à la bibliothèque à étudier ou enfermer dans sa chambre. Malgré cet air candide, se cache une femme un brin dominatrice qui n’hésite pas à faire des prises de karaté lorsqu’elle se sent menacée ou sortir des phrases bien senties. Astrid est un paradoxe à elle toute seule. Le feu et la glace, à un claquement de doigts elle peut se transformer en diablesse ou en chaton. Astrid trimballe de nombreuses casseroles dont elle veut se défaire. Aidée par sa colocataire intrépide, elle va apprendre à s’ouvrir au monde et pour commencer rien de mieux que d’accepter ce marché qui sans aucun doute la propulse droit sur un mur. Mais après tout pourquoi ne pas tenter l’aventure ! Et advienne ce qui pourra !

 

Rien de prédestiner ces deux-là à se rencontrer. Concours de circonstances et attirance, les ont poussés tous les deux à emprunter un chemin dangereux. Celui où les sentiments peuvent évoluer, celui où l’autre devient irremplaçable, celui où les secrets peuvent éclater et tout anéantir. Astrid et Léo, ce n’est pas l’évidence car tout prouve qu’avenir n’est pas réalisable.

 

Isabelle Fourié nous plonge dans l’univers des étudiants où frasques et sentiments se côtoient pour le meilleur et le pire. Deux identités, au milieu de ce brouhaha, de la convoitise et de la jalousie, parviennent à se trouver pour un marché peu commun. Cette histoire aurait pu me convaincre, mais malheureusement je l’ai trouvé trop convenu. Il n’y a rien de surprenant, tout coule de source dans les différentes situations. Il me manque un peu de peps, quelques choses de fou qui me scotchent. C’est donc à mes yeux une romance assez simple et lisse qui personnellement ne me convient pas ou plus. Peut-être que je l’aurais lu, il a quelques années en arrière j’aurai crié le coup de cœur. Je constate qu’au fil du temps, je deviens beaucoup trop exigeante quand il s’agit de la romance et peu importe le sous-genre. Le personnage de Léo est à mes yeux trop simple ou trop déjà vu. Alors que celui d’Astrid est bien davantage travaillé. Il occulte vraiment les autres ne leur laissant finalement que peu de chances. Les personnages secondaires qui m’ont charmée, ne sont pas ou peu exploités, à mon grand désarroi. Je ne veux en aucun refaire l’histoire proposée par Isabelle Fourié, mais voilà je suis passé à côté d’une romance qui pourtant a tout pour charmer et peut être est-ce le cas pour vous, si vous l’avez déjà lu, ou, que vous vous apprêtiez à la lire. Malgré tout, je ne vous cache pas que j’ai lu VERITAS d’une traite. Une plume efficace qui table parfaitement sur les émotions.

 

Une romance qui je suis sûre plaira à un grand nombre d’entre vous. Rien de mieux dans ce cas-là, de vous faire votre propre avis.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des Black Ink Editions.

Le Book-trailer !