Jalouse de Matthieu Biasotto

jalouse

Romantic suspense – livre sorti le 11 avril 2018

Auto-édition

Service presse

 

Je remercie Matthieu Biasotto qui, via la plateforme Simplement, m’a permis de découvrir ce roman en service presse.

Résumé : Manque de confiance en elle, aucune confiance en lui. De toute évidence, Noémie est jalouse. Pas de chance, Samuel plaît aux femmes. Un photographe doué quand il s’agit de sublimer des créatures de rêve.

Si Noémie est aussi méfiante que vigilante, c’est qu’elle est échaudée. Il y a de quoi l’être quand on vit avec un menteur qui a tout gâché entre les cuisses d’une autre. Le genre d’erreur qu’on efface difficilement et dont on ne se remet pas vraiment.

Par amour, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, elle tente pourtant de composer avec cette humiliation et de se reconstruire en instaurant de nouvelles règles. Un an après l’impardonnable, lorsqu’elle tombe sur le second téléphone de son petit ami volage, tout bascule. Ce mystérieux mobile cache des choses.

Le doute devient une certitude. Entre peur légitime et névrose, la frontière disparaît. Trahison, non-dits et manipulation : déjà vu, déjà vécu tout ça. Hantée par des images qui laissent des traces, par des mensonges avérés ou passés sous silence, elle cherche à lever le voile sur la vérité. Le genre de vérité qui change une femme à jamais. Est-ce qu’elle pourra seulement l’accepter ?

 

Mon avis : j’avais déjà lu une fois un roman de Matthieu Biasotto et sa plume m’avait conquise. L’originalité du quatrième de couverture a aiguisé ma curiosité et m’a donné envie d’en savoir plus.

Nous faisons ici connaissance avec Noémie, une graphiste qui s’est lancée en free-lance suite à l’infidélité de son compagnon Samuel. Toujours ensemble, le couple a pourtant bien du mal à surmonter cette épreuve : Noémie est très méfiante, toujours aux aguets et Samuel, quand à lui, ne semble pas tout à fait honnête avec sa compagne. Que lui cache-t-il encore ? Leur amour pourra-t-il survivre à cette épreuve ?

Le roman est axé sur les deux protagonistes, Noémie et Samuel. Commençons par le personnage féminin. Echaudée par l’infidélité de son compagnon, elle n’a plus aucune confiance en elle ni en lui. Quand elle découvre qu’il lui fait de nouveau des cachotteries, tout explose ! Elle a un caractère entier et la jalousie la dévore. En même temps, le comportement suspect de Samuel ne l’aide pas à lui faire grande confiance. Ce dernier, même s’il semble convaincu à reconquérir la femme de sa vie, n’en a pas fini avec les secrets. Pendant longtemps, on a bien du mal à percer sa carapace et à comprendre où sont ses véritables intentions.

Je dois le dire, ce roman m’a beaucoup déstabilisé. En effet, l’auteur crée tout au long de son récit une atmosphère pesante, de suspicion, qui nous empêche d’y voir clair. Au fil des pages, on se met à douter de l’un, regretter l’extravagance de l’autre sans pouvoir néanmoins prendre parti. Matthieu Biasotto arrive, avec un vrai talent, à nous tenir en haleine jusqu’au bout car les secrets sont levés au fur et à mesure. De plus, du fait de l’atmosphère du roman, on a des doutes mais on ne sait si on a raison qu’à la toute fin. Le fait que le roman se passe à Toulouse m’a permis de bien me représenter les lieux d’action mais même pour quelqu’un qui n’aurait jamais mis les pieds dans la ville rose, les descriptions sont fidèles et l’ambiance de la ville est bien décrite. Un mot sur la couverture que je trouve magnifique et qui reprend bien tous les éléments clés du roman. Pour bien la comprendre, vous savez ce qui vous reste à faire !

Pour conclure, je dois dire que ce roman est un coup de cœur inattendu. Je me suis laissée transporter par la noirceur du roman et j’ai beaucoup douté tout au long de ma lecture. Ce roman est difficilement classable mais je le recommande à tous ceux qui n’aiment pas les histoires lisses. En effet, ce n’est pas une lecture légère mais la jalousie est au cœur de toute l’action et a un vrai rôle central dans cette histoire pas comme les autres.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers de Matthieu Biasotto ici

Pour vous procurer le roman sur Amazon, c’est par ici!

 

Simplement pro

Publicités

Good girls love bad boys – tome 3 de Alana Scott

good girls love bad boys tome 3

New adult – Sortie le 21 mars 2018

Editions Harlequin – Collection &H

Service Presse

 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance et pour m’avoir permis, via la plateforme NetGalley, de découvrir ce roman.

Résumé : * SPOILER ALERT : à ne pas lire si vous n’avez pas encore découvert les tomes 1 et 2 *

Il n’est pas l’homme qu’il lui faut. Il est celui qu’elle veut. 

Élodie est une fille bien, une fille sage. Une fille intelligente qui, dès son premier jour au lycée de Saint-Louis, a compris que, si elle voulait survivre, elle allait devoir s’endurcir. 

Mais, à l’époque, elle a commis une erreur : tomber amoureuse de Zach Menser. Une très belle et dangereuse erreur qui l’a contrainte à quitter la ville avec sa famille. Cinq ans plus tard, Élodie est de retour à Saint-Louis pour les funérailles d’une de ses anciennes amies. Dès son arrivée, le passé et, surtout, ses sentiments pour Zach la rattrapent. Car, malgré le temps, malgré la distance, elle n’a jamais réussi à tourner la page de leur histoire. D’ailleurs, il paraît qu’il vient de sortir de prison…

 

 

Mon avis : Mitigée après la lecture du premier tome, beaucoup plus enthousiaste après le tome 2, j’appréhendais un peu le troisième. Je dois avouer que je n’ai pas du tout était déçue. Quel final !

On a quitté Elodie qui rentrait en Angleterre, on la retrouve après cinq années, fiancée, étudiante épanouie, bref, l’époque de St Louis et les soucis liés semblent loin. Pourtant, elle va recevoir un coup de fil lui apprenant le décès de sa meilleure amie de l’époque. Sans hésiter, elle retourne à St Louis. Mais les ennuis sont-ils vraiment terminés ? Son histoire avec Zach est-elle réellement finie ? Ne risque-t-elle pas de détruire tout ce qu’elle a construit pendant 5 ans ?

Avec joie, j’ai retrouvé les personnages d’Elodie et Zach. Elodie est beaucoup plus mature et je l’ai trouvée beaucoup plus agréable. Quant à Zach, il est plus mature et toujours aussi sexy. Il a beaucoup évolué, est plus posé mais toujours aussi fou d’Elodie.

Je ne veux pas trop spoiler ceux qui n’ont pas lu les tomes précédents donc je resterai assez générale mais ce que je peux dire, c’est que ce troisième épisode décoiffe. L’intrigue part assez vite et les évènements s’enchainent rapidement. On n’a pas le temps de reprendre notre souffle qu’une nouvelle embuche ou un nouvel évènement se dresse pour nos protagonistes. Ces derniers ont changé depuis le début de l’histoire. Ils sont plus adultes, plus sûrs d’eux, ont maintenant un peu plus la tête sur les épaules mais sont toujours aussi déraisonnables dès qu’on parle « sentiment ». Néanmoins, j’ai apprécié le fait qu’ils soient maintenant plus « complexes » et que leurs personnalités se soient « épaissies ».

Je dois dire également que je suis complètement tombée sous le charme de la plume de l’auteure. Elle nous embarque dans cette histoire folle avec facilité et on se laisse porter par tous ces chamboulements. On a peur, on frissonne, on est émus, bref, on vit de véritables montagnes russes émotionnelles et j’ai adoré cela !! J’ai également beaucoup apprécié cette montée en puissance au fil des tomes, que ce soit au niveau de l’intrigue ou au niveau des personnages.

Pour conclure, je dois dire que je ne suis pas déçue d’avoir lu cette saga. Cette romance new-adult est pleine de surprises et émotionnellement très prenante. On ne peut pas juger sans avoir lu l’intégrale car finalement, on assiste à une évolution des protagonistes et l’histoire explose littéralement dans ce troisième épisode. Amateurs de romance new-adult, n’hésitez plus avant de succomber à la plume d’Alana Scott et  laissez-vous tenter par cette histoire d’amour avec une pointe de suspense.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ma chronique de « Good girls love bad boys – tome 1 » ici

Retrouvez ma chronique de « Good girls love bad boys – tome 2 » ici

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Harlequin

Retrouvez le également sur Amazon

 

pro_reader_120          favorited_reviews_120          reviews_25_120          netgalley_challenge_2018_120

Tu es mon horizon, tome 1 de Caro M. Leene

tu es mon horizon

 

Romance – epub sorti le 11 avril 2018

Editions Harlequin – Collection HQN

Service presse

Je remercie les éditions Harlequin qui, via la plateforme NetGalley, m’ont permis de découvrir ce roman.

Résumé : Norah est libre, complètement libre. Sous ses yeux, l’horizon s’étend à perte de vue, et le moment fatidique où tout a basculé lui semble bien loin. Ce moment où, face au miroir, dans sa robe de mariée, elle a su qu’elle ne pourrait pas épouser Paul et a admis qu’il ne la rendrait pas heureuse. Puis, très vite, elle a accepté la proposition complètement folle de sa meilleure amie : s’envoler pour le Canada avec une charmante bande de garçons tout juste rencontrés à l’aéroport. Alors oui, l’avenir lui fait peur, et cette liberté la terrifie parfois, mais Norah n’y renoncerait pour rien au monde. La sensation du vent sur son visage est bien trop grisante. Et, surtout, sous le regard pétillant du mystérieux Alex, elle se sent enfin vivante, prête à profiter de tout ce que la vie a à lui offrir. Prête à savourer l’instant présent, sans penser à demain, ni à la fin inévitable de leur voyage…

 

Mon avis : En lisant le résumé de ce roman, je ne m’attendais pas du tout à ce que j’ai découvert…. J’ai été agréablement surprise par ce roman qui m’a vraiment pris aux tripes.

Nous faisons ici connaissance avec Norah, une jeune femme qui a perdu ses parents prématurément et qui s’est ensuite réfugiée dans une relation amoureuse avec Paul. Avec ce dernier, tout n’était pas parfait mais pour ne pas être seule, elle accepte beaucoup de choses. Néanmoins, le jour de son mariage, elle s’enfuit avec son amie Alice qui lui propose une idée folle : fuir loin pour participer à un road-trip entre copines et profiter enfin de la vie ! Partie sur un coup de tête, Norah va beaucoup s’interroger puis va finalement se lâcher et accepter de vivre. Une fois arrivées à l’aéroport, les filles croisent un groupe de garçons composé de Tim, Clément, Arnaud, Maxime et Alex. Alice décide de les suivre, pour choisir la destination mais aussi pour rencontrer, pourquoi pas, le grand amour ? Commence alors un voyage rempli d’inattendus et qui va réserver aux copines des surprises et expériences auxquelles elles ne s’attendaient pas.

Norah est une jeune femme tout en contradiction. En effet, elle a été fragilisée par la mort de ses parents, elle doute beaucoup et a peur de la solitude. D’un autre côté, elle fait preuve de caractère en quittant son mariage le jour J et aussi en s’opposant à Alex qui est un personnage très ambigu…..mais aussi très sexy. Ce dernier, c’est mon coup de cœur livresque de l’été. Énigmatique, craquant, Alex souffle le chaud et le froid envers Norah et on va mettre du temps à percer ses secrets. Pourtant, il est attachant tout autant qu’il est énervant.

Je vais également vous parler d’Alice et Tim, qui sont des personnages secondaires mais essentiels à l’histoire. Alice est pétillante, elle aime la vie et est beaucoup plus spontanée que Norah. C’est une amie comme on les aime, toujours là pour ses proches et qui privilégie les relations amicales aux relations amoureuses. Quand à Tim, il est le meilleur ami d’Alex, se met rapidement en couple avec Alice mais il est, lui aussi, très mystérieux et méfiant lorsqu’il voit un lien se créer entre Norah et Alex.

Je dois avouer que j’ai dévoré ce premier tome. Arrivée au bout, j’étais haletante et déçue d’être déjà au bout tellement je n’ai pas vu les pages défiler. En effet, ce roman est frais, touchant, entrainant et prenant. A chaque chapitre, la décharge émotionnelle ressentie est différente et on passe du rêve aux larmes en quelques paragraphes. La plume de l’auteure est addictive, fluide et elle m’a embarquée avec nos protagonistes du Canada aux Etats-Unis. La construction du récit est intéressante car aucun personnage ne tombe dans la caricature et les relations se nouent au fur et à mesure, sans précipitations. Jusqu’au bout, on a des surprises et Caro M. Leene arrive à nous surprendre.

Pour conclure, ce premier tome est un vrai coup de cœur. J’ai adoré plonger dans ce voyage entre copines et être emportée dans ce tourbillon émotionnel. Il me tarde maintenant la suite car l’auteure nous laisse véritablement en plan, entre étonnement et émotions. Je recommande cette lecture à tous les amoureux de romance et de belles histoires qui prend aux tripes.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Harlequin

Retrouvez également cet ebook sur Amazon

 

pro_reader_120               favorited_reviews_120               reviews_25_120             netgalley_challenge_2018_120

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

Ce qui nous oppose nous unit de Théo Lemattre

ce qui nous oppose nous unit

 

Romance contemporaine – Livre sorti le 17 mai 2018

Auto-édition

Service presse

 

Je remercie Théo Lemattre pour sa confiance et pour m’avoir permis de découvrir son nouveau roman en service presse.

Résumé : Quand tout nous oppose, il est souvent bien difficile de trouver un terrain d’entente.

Éloïse et Victor sont aux antipodes l’un de l’autre.

Elle, ouverte au monde et pleine de rêves, n’a d’ambition que dans le chant et la musique, ses raisons d’être depuis l’enfance.

Lui, renfermé et plus timide, passionné par les milieux financiers et politiques, ne jure que par la réussite sociale.

Ces deux-là, dont les routes n’auraient jamais dû se croiser, vont pourtant être amenés à se côtoyer bien plus souvent qu’ils ne le pensaient.

Leur rencontre va faire bien plus que bouleverser leur façon de voir le monde, elle va également leur faire découvrir le plus beau des cadeaux : la tolérance.

 

Mon avis : Conquise par ma première découverte de la plume de Théo Lemattre, j’appréhendais un peu cette nouvelle lecture. La magie serait-elle de nouveau au rendez-vous ? Allais-je de nouveau être émue ?

Nous faisons ici connaissance avec deux personnages qui sont aux antipodes l’un de l’autre. D’un côté, vous avez Victor, étudiant en école de commerce, fils de bonne famille qui a un avenir tout tracé. Ambitieux, pragmatique, j’ai eu un peu de mal au début avec ce personnage qui semble ne rien ressentir et ne vivre que pour ses études. Mais un jour, il rencontre Eloïse au cours d’une manifestation. Il la méprise car il ne comprend pas pourquoi les gens « perdent leur temps » à manifester. S’en suit une jolie joute verbale entre les deux individus qui, il faut l’avouer, n’ont rien en commun. En effet, Eloïse aimerait vivre de la musique, a une âme d’artiste et quitte l’université après la licence pour essayer de percer dans la chanson. Bohême, idéaliste, Eloïse est une jeune femme avec des rêves plein la tête…..donc tout le contraire de Victor qui suit le chemin tracé par ses parents !!

Au fil des mois, puis des années, ils vont se croiser, échanger et, il faut bien se l’avouer, avoir du mal à se comprendre. Pourtant, peu à peu, une sorte de lien se tisse entre eux, un lien inexplicable qu’il est très intéressant de regarder évoluer.

Au départ, j’ai eu peur que ce roman ne tombe dans la caricature. En effet, le raccourci est simple et est sûrement tentant : le riche étudiant et la chanteuse bohême qui se croisent et qui peu à peu apprennent à se connaitre, se rapprochent et tombent follement amoureux…. C’est cliché !!! Mais ici, point de caricature ! Une nouvelle fois, Théo Lemattre fait preuve de tact et de maitrise en abordant le thème de la tolérance et en le développant avec sensibilité. J’ai été transportée par le destin de ces deux personnages que l’on suit alternativement au fil des chapitres. Leur évolution est intéressante car elle n’est pas linéaire et pleine de rebondissements. En effet, des surprises sont présentes à chaque chapitre et c’est une lecture rythmée, qui ne laisse que peu de répit. Encore une fois, l’écriture est fluide et les émotions ressenties sont intenses.

Un dernier point qui m’a plu et qui est très personnel. Toute l’intrigue, ou presque, se passe à Montpellier, une ville que j’ai la chance de connaitre pour y avoir vécu mes premières années d’étudiantes. J’ai donc été ravie d’y retourner au fil des pages et j’ai trouvé original d’y situer ce roman. En effet, cela change des grandes villes américaines ou de notre capitale où les auteurs font souvent évoluer leurs personnages.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai été happée par ce nouveau roman. Si vous ne connaissez pas encore Théo Lemattre, j’ai envie de vous demander : mais qu’attendez-vous ??? Amateurs de lectures chargées en émotion, laissez-vous tenter ! Une fois le livre terminé, vous aurez une certitude, ce n’est pas parce qu’on a des caractères opposés qu’on n’est pas fait pour s’entendre !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez l’univers de Théo Lemattre sur son site officiel

Pour vous procurer ce roman sur Amazon, c’est par là

IMG_20180426_160220_117

La fille aux cheveux roses d’Amélie B.

la fille aux cheveux roses

Young adult – roman sorti le 3 mai 2018

Auto-édition

Service presse

 

Je remercie Amélie B. pour sa confiance et pour m’avoir confié son nouveau roman en service presse.

Résumé : « Après deux années de prépa, Adèle, élève sérieuse et réservée, quitte le cocon familial pour intégrer une école supérieure en province. La cohabitation avec les autres étudiants n’est pas toujours facile et l’ambiance festive qui règne sur le campus perturbe ses habitudes.

Une personne intrigue immédiatement la jeune Parisienne : Chloé. Son style décalé et son caractère bien trempé soulèvent quelques interrogations.

Quels mystères cache cette fille aux cheveux roses ? Jusqu’où ira Adèle pour les percer ? Est-elle prête à repousser ses limites ? »

 Tout en gardant les ingrédients qui caractérisent son style, Amélie B. change d’univers en mettant en scène des personnages plus jeunes. Le message n’en est pas moins fort : l’amitié, un des piliers de la vie, est le fil rouge de ce nouveau roman.

 

Mon avis : J’ai connu la plume d’Amélie B. avec sa trilogie « sans toi » qui m’avait transporté. Le résumé annonçait une lecture bien différente des précédentes… ce fut le cas mais encore une fois, l’auteure a su me happer et m’emporter dans son univers.

Nous faisons ici connaissance avec Adèle, jeune fille très sérieuse qui entre dans une grande école en province. La première séparation avec papa et maman n’est pas facile d’autant plus que les  élèves de première année sont pris pour cible par les deuxièmes années lors de séances de bizutage et qu’Adèle devient rapidement une « tête de Turc » d’un groupe d’étudiants décidés à profiter de leur jeunesse. Elle, ce qu’elle souhaite, c’est réussir ses études pour rendre fiers ses parents. Dans ce contexte, pas facile de se concentrer même si la jeune femme trouve rapidement du soutien auprès de Pauline, Louis, Constance et Quentin. Très rapidement, elle est intriguée par Chloé, une étudiante aux cheveux roses qui peut être très froide comme d’humeur partageuse avec Adèle.

Adèle a tout de la jeune fille modèle. Elle suit les règles, veut toujours faire plaisir à ses parents et souhaite avant tout réussir ses études. Prise pour cible par Hugo et ses amis, elle va souffrir lors de ses premières semaines à l’école. Peu à peu, la situation va évoluer et on va voir la jeune fille se transformer en jeune femme, prenant confiance en elle et en prenant sa vie en main. J’ai aimé sa force de caractère même si par moment, elle a tout de la copine envahissante dont on n’arrive jamais à se débarrasser !! Pourtant, elle n’agit pas comme cela pour embêter ceux qu’elle aime mais parce qu’elle a un grand cœur. Longtemps indécise dans ses choix, elle va se prendre en main pour tracer sa voie. Quand à Chloé, on met un moment à percer son mystère car mis à part ses cheveux roses, on sait peu d’éléments sur elle. Elle fait partie des étudiants qui font la fête et qui s’amusent mais on la voit peu au début du roman. Peu à peu, sa relation avec Chloé va évoluer et une relation d’amitié va se nouer entre les deux femmes. Rebelle, musicienne, elle profite de la vie et aime s’investir pour les autres. On comprend qu’elle cache un secret qui ne tombe que dans les dernières pages.

Comme je l’ai dit en introduction, ce roman est très différent des précédents écrits par l’auteure. Pourtant, la magie a de nouveau opéré. Les personnages sont plus jeunes, les thématiques abordées sont différentes mais j’ai été emportée dans un tourbillon d’émotions impressionnant. En effet, on passe des rires aux larmes, de l’inquiétude à l’impatience en quelques pages. J’ai souffert aux côtés d’Adèle puis me suis enthousiasmée avec elle….. L’évolution des personnages est intéressante et réfléchie. Le déroulement de l’histoire est très surprenant et les rebondissements ne manquent pas. On n’a pas le temps de s’ennuyer et les thèmes abordés sont nombreux : il y a tout d’abord différentes facettes de l’amitié, mais aussi le bizutage et l’alcool dans les fêtes étudiantes. En choisissant pour décor le Burkina-Faso pour une partie de son roman, l’auteure fait également preuve d’originalité en mettant en lumière un pays peu connu. Amélie B. a également choisi d’écrire le roman du point de vue d’Adèle mais a introduit, ponctuellement, des chapitres où l’on a les pensées de Chloé. Ces derniers nous permettent de lever peu à peu le voile sur cette énigmatique fille aux cheveux roses dont le mystère reste entier pendant un long moment.

Pour conclure, je recommande donc ce roman à tous les amateurs de lecture young adult ainsi qu’à tous ceux qui ont déjà succombé à la plume d’Amélie B. Ce roman est une nouvelle réussite pour l’auteure qui nous emmène dans une histoire touchante, originale et ancrée dans la réalité. Si vous ne connaissez pas sa plume, laissez-vous tenter et venez percer les secrets de « la fille aux cheveux roses ».

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez toute l’actualité de l’auteure ici

Retrouvez ce roman sur Amazon

IMG_20180426_160220_117

La dernière des Stanfield de Marc Levy

La dernière des Stanfield perso

Littérature française – sortie en format poche le 18 mai 2018

Editions Pocket

Lecture personnelle

 

Résumé : Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres.
Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel.

George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec.

Lui aussi reçoit un message accusant sa mère des mêmes faits.

Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas.

L’auteur des lettres leur donne rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.

Quel est le lien qui les unit ?

Quel crime leurs mères ont-elles commis ?

Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ?

Au cœur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée de l’été 1944, à Baltimore dans la liberté des années 1980, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

 

Mon avis : Je suis Marc Levy quasiment depuis ses débuts. J’attends toujours avec impatience la sortie en format poche de ses romans mais aussi avec une pointe d’appréhension car parfois, je n’arrive pas à accrocher. « La dernière des Stanfield » est le parfait exemple de tout ce que j’aime mais aussi tout ce que je reproche à l’auteur.

Elanor-Rigby vit en Angleterre. Elle a perdu sa mère et reçoit un courrier lui affirmant que sa mère n’a pas le passé qu’elle lui a toujours décrit. Au Canada, Georges-Harrison reçoit lui aussi un courrier parlant des secrets de sa mère. Tous les deux se retrouvent à Philadelphie alors qu’ils ne se connaissent pas. Ils vont vivre une aventure intense, à la recherche du passé de leurs mères et en apprendre plus sur leurs origines.

Eleanor-Rigby est une jeune femme solitaire. Reporter spécialisée dans les voyages, elle a peu d’attaches et voit peu sa famille : son père, veuf, sa sœur Maggie et son frère Michel. Après cette lecture, je peux affirmer qu’Eleanor-Rigby est une femme qui sait ce qu’elle veut et qui ne baisse pas les bras face aux difficultés. Lors de la réception de la lettre accusant sa mère, elle va douter mais elle va aller jusqu’au bout de sa quête pour en savoir plus sur son passé et pour comprendre. J’ai beaucoup aimé ce personnage car c’est une femme forte, déterminée et tenace. De son côté, Georges-Harrison est un jeune homme qui a grandi au Canada avec sa mère. N’ayant jamais connu son père, il a souffert de cette absence et du regard que tout le monde portait sur sa mère. Pourtant, il a toujours été entouré d’amour et il a toujours entretenu une relation particulière avec sa mère. Lors de la réception du courrier, il va être désarmé mais il va quand même se lancer dans cette recherche. Avec Eleanor-Rigby, leur relation va connaitre les montagnes russes mais ils vont se compléter et s’appuyer l’un sur l’autre pour arriver à trouver la vérité.

A la fin de cette lecture, je suis embêtée. En effet, je dois avouer que je me suis profondément ennuyée pendant la moitié du roman. En revanche, j’ai été, encore une fois, happée par la suite qui m’a littéralement envoutée et embarquée dans un périple fou. Ce qui m’a gêné, c’est la longueur de la mise en place de l’intrigue. En effet, l’auteur a fait le choix d’un roman à plusieurs voix et à plusieurs époques. On se retrouve donc submergé par un grand nombre de personnages, qui évoluent à des époques différentes et en plus, Marc Levy alterne le point de vue interne et le narrateur externe, en fonction des chapitres. Ces alternances ont eu tendance à me perdre et j’ai eu du mal à accrocher avec la trame de l’histoire. Pourtant, une fois que les pièces du puzzle commencent à s’assembler, l’histoire est folle et vraiment bien menée. Le dénouement est prévisible par certains aspects mais encore une fois, l’auteur a su me surprendre avec deux ou trois petits rebondissements dont il a le secret.

Pour conclure, je recommande donc ce roman à tous ceux qui connaissent la plume de l’auteur et à tous ceux qui aiment les histoires de famille. Cette histoire n’est pas la plus légère ni la plus simple écrite par l’auteur donc si vous ne connaissez pas sa plume, ne commencez pas par celui-là. Néanmoins, c’est un roman intéressant si on prend le temps d’entrer dans l’histoire.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez « la dernière des Stanfield » en format poche ici

Si vous préférez le format broché, c’est par là

Retrouvez également « la dernière des Stanfield » sur Amazon

La trilogie 50 nuances au cinéma

affiches des 50 nuances

Romance érotique – sorties cinéma en 2015, 2017 et 2018

 

Mon avis : Je dois avouer que l’adaptation de la trilogie à succès d’EL James au cinéma n’était pas un pari facile à relever. En effet, les fans étaient nombreux et l’attente était grande. Maintenant que les 3 films sont sortis au cinéma, il est l’heure de dresser le bilan.

C.GreyNiveau casting, c’est finalement Jamie Dornan qui a été choisi pour interpréter le milliardaire adepte du sado-masochisme. Au départ, il n’était pas le premier choix des producteurs qui lui avaient préféré Charlie Hunnam. Face à la levée de bouclier des fans, et à cause d’un emploi du temps surchargé, il a laissé tomber ce projet et c’est finalement le bel irlandais qui a été choisi. Peu connu en France au moment de la sortie du premier film, il s’est notamment illustré dans la série « The Fall » où il incarne un tueur en série. Autant il est convaincant dans ce rôle, où il fait flipper, autant je ne l’ai trouvé convaincant que dans le troisième film. Il lui manque un côté sombre, qui caractérise pourtant tellement le beau Christian.

Dakota ds 50 nuancesLe rôle d’Anastasia Steele est joué par Dakota Johnson. Actrice et mannequin, elle est la fille de Don Johnson et Mélanie Griffith. Au cinéma, on l’avait notamment vu dans « The social Network » ou « 21, jump street ». Elle est très convaincante dans son rôle de jeune vierge qui croit au grand amour et qui va accepter de s’initier aux pratiques S/M pour faire plaisir à son homme. Comme Anastasia, Dakota évolue au fil des films et elle crève littéralement l’écran.

Au niveau de la réalisation, le premier a été réalisé par Sam Tylor-Wood, qui a ensuite jeté l’éponge suite à des tensions avec EL James. Les deux derniers ont été réalisés par James Foley, compagnon d’EL James. Dans les trois films, j’ai trouvé la réalisation belle et apprécié que les tournages aient eu lieu, en grande partie, en décor « naturel ». En effet, de nombreuses scènes ont été tournées à Seattle et dans le troisième, les acteurs sont venus en France pour les scènes du voyage de noce. En revanche, le choix de diluer ou d’épurer certaines scènes est assez incompréhensible. Bien sûr, ce film sortant au cinéma, il fallait qu’il soit accessible au plus grand nombre mais franchement, on est très très loin des livres…..

affiche 50 nuances de Grey ALe premier film a été une déception pour moi car il manquait beaucoup de scènes qui expliquent, notamment, l’évolution de l’état d’esprit de Christian, et ses doutes. Là, quand on n’a pas lu le livre, on a juste l’impression d’avoir à faire à un déséquilibré qui ne sait pas ce qu’il veut.

affiche 50 nuances plus sombresLe deuxième film est une catastrophe. Lors de ma lecture, « 50 nuances plus sombres » a été mon tome préféré. J’ai adoré voir l’évolution des personnages, l’équilibrage du rapport de force, les secrets de Christian qui apparaissent peu à peu… là dans le film, on ne voit rien. Elena est peu présente, l’épisode Leila est presque anecdotique et il manque le Dr Flynn qui joue un rôle déterminant dans la vie de Christian. En sortant du cinéma, je me rappelle avoir été très en colère car clairement, ce film n’est pas du tout conforme au livre…..

affiche 3Du coup, j’appréhendais un peu le troisième film….. Et finalement, j’ai été agréablement surprise. C’est le film le plus fidèle et dont l’état d’esprit colle à celui du livre. On sent enfin une vraie complicité entre les deux protagonistes et même si là aussi, ils ont arrangé l’histoire, elle tient vraiment la route.

Pour conclure, l’adaptation cinématographique de « 50 nuances de Grey » a, pour moi, été une demi-réussite. Les films sont très inégaux et malheureusement, ils ne reflètent pas tout ce qui a fait le succès de la saga au niveau littéraire. On a l’impression de visionner une bluette un peu épicée et on est très loin de l’univers S/M voulus par l’auteure. Cette trilogie se laisse regarder mais pour l’apprécier, je pense qu’il faut faire abstraction des livres et se projeter comme si on ne connaissait pas l’histoire. Mention spéciale malgré tout pour le troisième film qui clôt de belle manière cette trilogie.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ici la chronique d’Esmaralda de la saga Cinquante nuances de Grey de E L James

Retrouvez ici ma chronique de « Darker » de E L James

Retrouvez ici le coffret contenant les trois films sur Amazon