Alter Ego, tome 2 : Au-delà des frontières de Sélène Derose

Fantastique – livre sorti le 5 septembre 2019

Auto-édition

Service presse

Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

 

Avant de commencer, je tiens à remercier Sélène Derose pour sa confiance et pour m’avoir confié son nouveau roman en service presse.

 

Résumé : « Les frontières entre les choses, même les moins probables, sont plus fines que nous ne le pensons. »
Nos amis sont de retour chez eux après un lourd moment vécu ensemble. Sans leur donner de répit, les évènements s’enchaînent et exacerbent des blessures plus profondes, plus intimes. Zain particulièrement, paraît toujours plus mystérieux. Est-il celui qu’il prétend être ? Et alors que Niya découvre son potentiel, sa singularité la poussera à se battre contre les ombres et secrets du passé…

Ainsi les faces sombres de nos protagonistes se révèlent en apportant leurs lots de conséquences. Mais s’en sortiront-ils ?

Dans la suite de ce roman, apprêtez-vous à vivre un tourment psychologique contemporain entre rationnel et irrationnel, bien au-delà des frontières…

 

L’avis de #Lilie : Conquise par la lecture du tome 1, j’ai été ravie de pouvoir lire la suite des aventures de Niya et ses amis…. Et je n’étais pas au bout de mes surprises !!

Niya, peu à peu, apprend à maitriser ses aptitudes et aussi à vivre avec ce qu’elle a découvert. Clariss nage toujours en plein bonheur tandis que Zain et Aaron doivent faire face à de nouvelles épreuves de la vie. Une fin heureuse est-elle possible pour nos protagonistes ?

Dans ce deuxième tome, Niya prend confiance en elle et essaie de « dompter » ses aptitudes. Peu à peu, elle s’ouvre, elle apprend auprès d’Huka et elle essaie d’aider ses amis grâce à ses nouvelles connaissances. Mais ce qui est surtout intéressant ici, c’est d’en apprendre plus sur Aaron, le petit ami indien de Niya, et surtout Zain, le petit ami de Clariss qui avait renversé Niya dans le tome 1. Alors que j’avais senti qu’ils avaient une part d’ombre, j’étais bien loin de me douter de ce qu’ils pouvaient renfermer en eux…

Même si le tome 1 faisait la part belle à la culture indienne et aux esprits, ce tome 2 finit de nous immerger dans leurs croyances et dans les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Il est également beaucoup plus sombre que le premier tellement les révélations que l’on va découvrir sont surprenantes et lourdes à porter pour les protagonistes. J’ai été définitivement conquise par la plume de Sélène Derose qui est très vive et visuelle. L’alternance des narrateurs donne du rythme et nous permet de découvrir tous les personnages à tout de rôle. Les chapitres sont courts, haletant et on a peu de temps pour reprendre notre souffle tant les rebondissements s’enchainent. Même si cela va, parfois, un peu vite, l’histoire est bien menée et nous entraine de surprise en surprise. La fin de cette duologie est jolie mais j’aurais aimé avoir un petit chapitre bonus qui nous aurait dit ce qu’ils sont devenus quelques mois ou quelques années après.

Pour conclure, je remercie Sélène Derose de m’avoir sortie de ma zone de confort avec cette duologie. « Alter Ego » est une jolie histoire sur la culture indienne et sur le rôle que les esprits peuvent avoir sur notre quotidien et notre personnalité. Laissez-vous charmer par cette histoire originale et laissez au placard, le temps de votre lecture, votre esprit rationnel pour succomber à l’histoire de Niya et des siens.

 

Retrouvez ici mon avis sur « Alter Ego, tome 1 : Au-delà des apparences » ici
Retrouvez ce roman sur Amazon en cliquant ici

Les Amazones de Jim Fergus

Littérature Nord-Américaine – Livre sorti le 19 septembre 2019

Editions du Cherche-Midi

Service Presse

Ma note : 4,5/5

 

Je remercie les éditions du Cherche-Midi ainsi que le Picabo River Book Club qui m’ont permis de découvrir ce roman en service presse.

 

Résumé : Mille femmes blanches : L’héritage

1875 : Un chef cheyenne propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens, au moment où commencent les grands massacres des tribus.

1876 : Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre cette prétendue « civilisation » qui vole aux Indiens leurs terres, leur mode de vie, leur culture et leur histoire. Cette tribu fantôme de femmes rebelles va bientôt passer dans la clandestinité pour livrer une bataille implacable, qui se poursuivra de génération en génération.

Dans cet ultime volume de la trilogie Mille femmes blanches, Jim Fergus mêle avec une rare maestria la lutte des femmes et des Indiens face à l’oppression, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Avec un sens toujours aussi fabuleux de l’épopée romanesque, il dresse des portraits de femmes aussi fortes qu’inoubliables.

 

Mon avis : Les deux premiers volets de cette trilogie avaient été éprouvants émotionnellement. Je me demandais si ce dernier roman allait, lui aussi, me transporter au côté des Amérindiens et me faire revivre des émotions fortes… Autant le dire tout de suite, Jim Fergus a réussi son pari et même s’il est un peu différent des précédents, ce dernier tome conclut parfaitement cette saga.

Nous retrouvons ici Molly Mc Gill, que nous avions découvert dans « La vengeance des mères », May Dodd, découverte dans « Mille femmes blanches » et Molly Standing Bear, une indienne vivant à notre époque, découverte également dans « La vengeance des mères ». Au fil des chapitres, les trois narratrices se succèdent, les deux premières pour continuer de nous décrire leurs quotidiens, la troisième pour nous éclairer sur certains points ou nous expliquer comment ces cahiers sont arrivés jusqu’à nous. Ce troisième volet ne peut pas se lire, ni même être pleinement apprécié, si on n’a pas lu les deux premiers volets. En effet, il répond à des questions laissées en suspens et l’immersion au sein de la tribu est beaucoup plus rapide que dans les romans précédents. En plus, cette histoire est d’avantage orientée vers les croyances indiennes et certains phénomènes paranormaux et termine de nous immerger dans cette culture si différente de la nôtre. Pour ma part, j’ai beaucoup appris lors de ces lectures et j’ai un regard nouveau sur les Indiens d’Amérique.

Au niveau de la construction, on est toujours sur la même structure que dans le deuxième ; en effet, on alterne entre les journaux de May et ceux de Molly Mc Gill. La seule différence réside dans l’intervention de Molly Standing Bear qui vient donner des éclaircissements sur les conditions de vie des Amérindiens de nos jours et la difficulté de leur vie aux Etats-Unis, de nos jours. La plume de l’auteur est toujours aussi visuelle, efficace et j’ai de nouveau ressenti de nombreuses émotions lors de cette lecture. J’ai repoussé le moment où j’allais terminer cette trilogie car j’ai ressenti un vrai pincement au cœur à l’idée de laisser ces protagonistes.

Pour conclure, si vous êtes intéressés par la culture amérindienne, n’hésitez pas à vous plonger dans la saga des « Mille femmes blanches ». Cette histoire incroyable est certes une pure fiction mais elle apporte un nouvel éclairage sur la relation Américains/Indiens et elle permet de faire connaitre les difficultés auxquelles les autochtones sont toujours confrontés.

 

Retrouvez ici mon avis sur « Mille femmes blanches »
Retrouvez ici mon avis sur « La vengeance des mères »
Retrouvez ce roman sur le site des édition du Cherche-Midi

 

Mission Mojito d’Emilie Riger

Littérature française – livre sorti le 21 aout 2019

Editions BMR

Service presse

Ma note : 3,5/5

 

Je remercie les éditions BMR qui, via la plateforme NetGalley, m’ont permis de découvrir ce roman et me l’a confié en service presse.

 

Résumé : On dit souvent que les amitiés du lycée durent toujours. Erica, Mélanie, Megan et Chloé n’échappent pas à la règle, malgré des caractères et des choix de vie radicalement différents.
Alors quand l’une d’elles est sur le point de sombrer, elles n’hésitent pas une seconde et se lancent dans une mission sauvetage.

Et les voilà parties sur la route, pour ce qui pourrait bien être le road trip de leur vie …

 

L’avis de #Lilie : Sensible à la plume d’Emilie Riger, j’ai été ravie qu’elle sorte, cet été, un nouveau roman. Celui-ci m’a beaucoup surpris car je ne m’attendais pas du tout à ce que j’allais découvrir. En effet, je pensais lire un roman « feel-good », très léger, sur un road-trip entre copines. J’étais loin d’imaginer que des sujets très sensibles seraient évoqués et que l’histoire serait, finalement,  si sombre.

Nous faisons connaissance d’Erica, Mélanie, Megan et Chloé, qui sont quatre femmes très différentes les unes des autres. Un jour, Chloé vient se réfugier chez Erica, dans un état mutique. Se laissant complètement aller, ses amies décident de l’entrainer pour un séjour d’une semaine afin de l’aider à remonter la pente. Ce séjour aidera-t-il Chloé ? Quelles conséquences sur leurs vies et sur leur amitié se séjour va-t-il avoir ?

Les quatre jeunes femmes se sont connues au lycée et, malgré leurs choix de vie, elles ont réussi à maintenir un lien entre elles. Erica est perfectionniste, organisée et grâce, ou à cause, de son métier d’avocate, elle a tendance à ne pas se laisser envahir par ses émotions. Megan aime la vie, s’amuser, avait des rêves d’artiste et se retrouve finalement peintre en bâtiment. Mélanie a une vie de famille assez compliquée ; mère de quatre enfants, travaillant à plein temps, elle n’a plus de temps pour elle, d’autant plus que son mari ne s’implique pas dans leur foyer. Enfin Chloé est une belle jeune femme, avec une tête bien faite, mais qui semble avoir rangé ses rêves aux oubliettes pour travailler comme caissière dans un supermarché. Pourtant, le jour où elle va avoir besoin de ses copines, elles vont répondre présent et vont monter un voyage, une opération « mojito » pour l’aider. Leur amitié fait plaisir à voir car c’est une amitié sincère, où les filles n’hésitent pas à se dire les choses.

Comme je le disais en introduction, en lisant le quatrième de couverture, je m’attendais à une lecture légère. Pourtant, dès les premières pages, j’ai ressenti une atmosphère pesante et je me suis dit que j’allais sûrement avoir une lecture exigeante. En effet, l’autrice fait le choix d’aborder dans ce roman des thèmes d’actualité et pourtant si difficiles : la charge mentale des femmes, le regard que les femmes ont sur elles mais aussi le poids du regard de la société sur elles. Ils sont traités tout au long de l’histoire et mettent en lumière une réalité qui est encore, trop souvent, occultée ou ignorée. Ainsi, même si la force de l’amitié est mise en avant, l’autrice en profite pour pointer des clichés ou des préjugés sociétaux et pour, d’une certaine manière, les dénoncer. La plume de l’autrice est très efficace, fluide, et émotionnellement prenante. Au fil de l’histoire, on rit, on pleure, on a le ventre qui se serre et on se prend d’affection pour ces quatre copines qui ressemblent, pour beaucoup, à celles qu’on peut avoir dans notre entourage.

Pour conclure, j’ai été une nouvelle fois séduite par la plume d’Emilie Riger et cette « Mission Mojito » m’a fait ressentir de nombreuses émotions. Loin d’être une lecture légère, ce roman est néanmoins un hymne à l’amitié et un manifeste mettant en lumière des préjugés et des états de fait sur la condition des femmes dans notre société actuelle.

 

Retrouvez ce roman sur le site des éditions BMR
Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

pro_reader_120     favorited_reviews_120     reviews_50_120     netgalley_challenge_2018_120     netgalley_challenge_2019_120

La vengeance des mères de Jim Fergus

Littérature Nord-Américaine – livre sorti en poche le 21 septembre 2017

Editions Pocket

Lecture personnelle

Ma note : 4/5

 

Résumé : 1875. Dans le but de favoriser l’intégration, un chef cheyenne, Little Wolf, propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers. Grant accepte et envoie dans les contrées reculées du Nebraska les premières femmes, pour la plupart « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les traités, la tribu de Little Wolf ne tarde pas à être exterminée par l’armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre.

Parmi elles, deux sœurs, Margaret et Susan Kelly, qui, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire de l’armée, refusent de rejoindre la « civilisation ». Après avoir trouvé refuge dans la tribu de Sitting Bull, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer, avec quelques prisonnières des Sioux, dans une lutte désespérée pour leur survie.

 

L’avis de #Lilie : Captivée par « Mille femmes blanches », j’étais ravie d’apprendre qu’il existait une suite à ce merveilleux roman. Nous suivons ici les sœurs Kelly, dont nous avons fait connaissance dans la précédente histoire, qui ont soif de vengeance. En parallèle, nous rencontrons de nouvelles blanches, qui ont rejoint le programme FBI juste avant qu’il soit stoppé. Capturées par les Lakotas, ces femmes vont, elles aussi, faire la découverte du monde des Indiens et de leur civilisation.

Margaret Kelly écrit dans des registres afin de garder une trace de ce qui leur arrive, suivant le modèle de May Dodd dans « Mille femmes blanches ». Après avoir tout perdu, elle décide, avec sa sœur, de rester parmi les Indiens afin de venger la mort de leurs maris et de leurs enfants. Toujours aussi pestes, elles deviennent néanmoins un guide pour les nouvelles « recrues ». Parmi elles, on en sait plus sur Molly Mc Gill qui a un profil assez similaire à celui de May. Ayant tout perdu, elle s’est portée volontaire pour le programme FBI afin de prendre un nouveau départ. Caractérielle, fière, forte, Molly n’a pas l’habitude qu’on lui dise ce qu’elle a à faire.  

Encore une fois, Jim Fergus a fait mouche avec son roman. Cette histoire, tout droit sortie de son imagination, est aussi percutante que la précédente. Encore une fois, on est en totale immersion au sein de tribus indiennes, découvrant leurs us et coutumes et les voyants vivre au jour le jour. On a souvent été bercés par le mythe du gentil cow-boy et de l’indien sanguinaire. En lisant ces histoires, on se rend compte qu’encore une fois, la réalité est déformée par le prisme de celui qui la raconte et on découvre des Indiens pris au dépourvu, voulant se défendre et demandant juste à continuer à vivre dans des conditions décentes, sur les terres de leurs ancêtres. Attention, je ne dis pas que les Indiens étaient des enfants de cœur mais il est établi qu’ils ont été chassés sans ménagement de leurs terres par les « hommes blancs » et ces romans sont l’occasion de mettre en lumière cet état de fait. La plume de l’auteur est toujours aussi efficace même si le style d’écriture des journaux de Margaret m’a un peu dérangée. Ce dernier est raccord avec la personnalité de la narratrice mais il était, parfois, un peu difficile à suivre. Néanmoins, l’écriture de l’auteur est toujours aussi visuelle et j’étais plongée au cœur des plaines américaines, au côté de ces valeureuses tribus qui défendaient leur honneur. J’ai frissonné lors des assauts, parfois fermé les yeux lors des batailles mais j’ai surtout beaucoup appris sur les Indiens et leur quotidien.

Pour conclure, même s’il a attendu longtemps pour l’écrire, Jim Fergus a bien fait de nous donner des nouvelles des sœurs Kelly et de Little Wolf. J’ai été une nouvelle fois totalement happée par cette histoire qui ne peut laisser personne indifférent tant les scènes décrites sont réalistes et tant la cause défendue est noble. Il me reste maintenant à me tourner vers « les Amazones », point final de cette trilogie, afin de connaitre le dénouement de cette fresque historique. Néanmoins, ces romans sont l’occasion de mettre en lumière les Indiens d’Amérique et d’attirer notre attention sur le sort qui leur est réservé, même encore de nos jours.

 

Retrouvez ici mon avis sur « Mille femmes blanches » de Jim Fergus
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Pocket

Rêves sur mesure de Nùria Pradas

Littérature espagnole – Livre sorti le 21 aout 2019

Editions l’Archipoche

Service presse – Opération Masse Critique

Ma note : 3,5/5

 

Je remercie les éditions l’Archipoche ainsi que Babelio qui, grâce à l’opération Masse Critique, m’ont permis de découvrir ce roman.

Résumé : Barcelone, 1917. Antonio Molins, le fondateur de Santa Eulalia, boutique de luxe et atelier de création, vient de rendre l’âme.
A 22 ans, Andres, son fils aîné, reprend le flambeau, avec pour objectif de transformer l’entreprise familiale en une prestigieuse maison de haute couture, a l’égal de Chanel.
Pour l’épauler dans cette aventure, Fernando, styliste de génie, mais aussi grand séducteur… N’a-t-il pas épousé Rosa, la sœur de Fernando ? Et ravi le cœur de Laura, d’origine plus modeste ?
Alors que Santa Eulalia prospère et prépare le premier défilé de mode du pays, la rivalité amoureuse entre les deux femmes et les soubresauts de l’Histoire pourraient balayer bien des rêves…

 

L’avis de #Lilie : « Rêves sur mesure » nous entraine dans le Barcelone du début du 20ème siècle, à une époque riche en transformation. Nous suivons le destin de plusieurs protagonistes qui évoluent dans le milieu de la mode barcelonaise. Il y a tout d’abord Laura, jeune femme d’origine modeste, avec des rêves plein la tête et qui pense que le monde est à sa portée. Il y a ensuite son amie Rosa, fille d’un propriétaire d’un grand magasin barcelonais, qui a bien du mal à trouver sa place. Et enfin, il y a Fernando, le beau vendeur, devenu styliste, bourreau des cœurs et difficilement saisissable.
Pour moi, Laura occupe une grande place dans l’intrigue et j’ai eu un peu de mal avec son caractère un peu difficile. Issue d’un milieu défavorisé, elle a réussi à percer et pourtant, elle semble toujours penser que tout lui est acquis…. J’ai trouvé ça un peu dommage car son côté capricieux m’a dérangé.
Concernant l’intrigue, j’ai été emballée dans un tourbillon de tissus et d’évènements tragiques. En effet, avec beaucoup de malice et de réussite, l’auteur arrive à allier l’évolution du magasin avec les changements politiques qu’ont connu l’Espagne et Barcelone dans les années 1920. J’ai appris beaucoup de choses car j’avoue peu connaitre  l’histoire espagnole.
La plume de l’autrice est très vive, efficace, et elle a fait le choix de mettre en lumière, dans chaque chapitre, un protagoniste différent. C’est un choix audacieux car cela permet de mieux comprendre l’évolution de chacun et en même temps, c’est un peu déstabilisant de ne pas suivre toujours les mêmes personnages.
Pour conclure, « Rêves sur mesure » est un roman qui m’a fait passer un excellent moment de lecture même si le fait de ne pas avoir réussi à m’attacher aux personnages est un petit bémol pour moi. Néanmoins, je guetterai les prochaines sorties de l’autrice car sa plume vive et visuelle m’a beaucoup plu.

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Archipoche

Live to Love, Saison 2, Tome 1 : La puissance de l’argent de Shana Keers

Romance érotique – Livre sorti le 4 juin 2019

Auto-édition

Service Presse

Ma note : 4,5/5 mentions « à découvrir sans attendre » et « incontournable 2019 »

 

Je remercie Shana Keers pour sa confiance et pour m’avoir confié la réédition de son roman en service presse.

Résumé : Libérés de leurs secrets, Elisa et Thomas s’attendent désormais à devoir livrer un nouveau combat : celui de l’acceptation de leur amour par Jack Andrews, le père psychorigide de ce dernier.
Ils sont prêts, du moins, ils le croient. Mais lorsque Thomas se retrouve à assumer plus tôt que prévu la direction française d’« Andrews Corp. », son passé lui saute en plein visage. Tout bascule et il est entraîné dans un tourbillon infernal au cours duquel la pire des surprises risque bien de l’achever.
La puissance de l’amour viendra-t-elle à bout de la puissance de l’argent et de toutes ses dérives ? 

 

L’avis de #Lilie : Après une saison 1 qui m’avait époustouflée, j’avais une petite appréhension avant de me lancer dans cette saison 2… En effet, j’avais peur de ne pas retrouver la petite étincelle, de ne pas être autant emportée, bref, je craignais d’être déçue… Mais je vous rassure tout de suite, ce début de saison 2 m’a enthousiasmée et je vais vous expliquer pourquoi !

Nous retrouvons Thomas et Elisa après un séjour chez les parents d’Elisa, enfin libérés de leurs secrets. Pourtant, un petit rien va gripper cet amour qui ne demande qu’à s’épanouir et leur parcours sera truffé d’embuches… Thomas a pris la direction de l’entreprise familiale et il a bien du mal à concilier sa vie professionnelle avec sa vie amoureuse. Pourtant, Elisa a pris une place centrale dans son existence mais il n’arrive pas à gérer… d’autant plus qu’un mystérieux corbeau va faire son apparition et fera douter la jeune femme….

Thomas a beaucoup évolué entre les deux tomes. Fou amoureux, prévenant avec sa bien-aimée, il a encore du mal à s’extraire de l’emprise de son père. Ainsi, la gestion de sa vie va bien vite se révéler catastrophique et il aura du mal à rassurer Elisa. Cette dernière a bien grandi ; plus sûre d’elle, elle n’hésite plus à s’affirmer en tant que femme. Néanmoins, ses problèmes de confiance sont toujours là et elle aura bien du mal à faire taire ses démons face aux épreuves qui l’attendent. Par moment, j’ai eu du mal à comprendre ses réactions : en effet, Thomas n’a jamais caché son passé de séducteur et elle a bien du mal à accorder sa confiance mais pourtant, il fait tout pour la rassurer. Il me tarde de lire le tome 2 car j’ai laissé notre couple vedette dans une situation assez critique…..

Encore une fois, la magie a opéré lors de cette lecture. La plume de Shana Keers est toujours aussi efficace, visuelle et les scènes de sexe sont toujours aussi torrides! Elles sont très présentes tout au long de l’intrigue mais elles ne prennent pas le dessus sur le déroulé de l’histoire qui se poursuit sur les chapeaux de roue ! Au niveau de la narration, on alterne entre Thomas et Elisa, ce qui nous permet d’en savoir plus sur leurs ressentis et leurs émotions. Cette saison met également en lumière les difficultés que l’on peut avoir, parfois, à se défaire de son passé et l’omnipotence de certaines traditions familiales.

Pour conclure, ce début de saison est explosif et très prometteur. J’avoue m’être lancée dans la foulée dans le tome 2 afin de connaitre, enfin, le dénouement de cette saga. En même temps, j’appréhende un peu de lire la fin de cette belle histoire car les personnages sont très attachants et l’intrigue est parfaitement ficelée, sans temps morts et ne nous laisse aucun moment pour reprendre notre souffle.

Retrouvez tout l’univers de Shana Keers en cliquant ici

Retrouvez cette romance sur Amazon en cliquant ici

Retrouvez mon avis sur « Live to love, saison 1, tome 1 : la puissance des secrets » ici

Retrouvez mon avis sur « Live to love, saison1, tome 2 : la puissance des secrets » ici

 

 

Sextape de Dorian Lake

Romance – Livre sorti le 27 juin 2019

Editions Noir d’Absinthe

Service presse

Ma note : 3,5/5

 

Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier Dorian Lake pour sa confiance et pour m’avoir confié son roman en service presse.

Résumé : La vie d’Alice est bouleversée lorsqu’une Sextape vieille de dix-huit ans fait surface, la mettant en scène avec Seth Winter, aujourd’hui star du rock planétaire. Heureusement pour elle, Evan, un attaché de communication new-yorkais, va l’aider à transformer ce désastre en opportunité…

 

L’avis de #Lilie : Avant de me lancer dans la présentation de ce roman, je dois avouer que j’ai été étonnée par l’audace de l’auteur qui a écrit son roman en 2 versions : une version hétéro et une version F/F. Étant peu audacieuse, pour ma part, je me suis lancée dans la version hétéro qui m’a réservé de belles surprises.

Nous faisons ici connaissance avec Alice, mère au foyer d’une petite ville américaine qui voit son destin basculer en l’espace de quelques heures. En effet, elle découvre que son mari ponctionne, depuis des années, leurs économies pour renflouer son entreprise et, dans le même temps, elle apprend qu’elle est mise à nue aux yeux de tout le monde étant donné qu’une sextape de sa nuit avec une star de rock vient d’être mise en ligne. Pour elle, s’en est trop ! Tentée de s’enfuir, elle va pourtant se servir de cette douloureuse expérience pour reprendre sa vie en main.

Alice est une mère au foyer exemplaire, aimante et attentionnée. Pourtant, elle a laissé de côté sa carrière pour suivre son mari. Lorsqu’elle se rend compte qu’il lui ment depuis des mois, en plus de son manque de soutien au moment de la sortie de la sextape, elle décide de partir pour New-York afin de se défendre puis se reconstruire une nouvelle image. C’est une femme qui s’est oubliée derrière son rôle de maman et qui a, peu à peu, laissé se faner sa sensualité et l’image qu’elle a d’elle-même. Grâce à cette malencontreuse aventure, elle va se remettre au premier plan et s’écouter, suivre ses envies et reprendre son destin en main.

Ce roman est le premier de l’auteur que je lis. J’ai trouvé sa plume très agréable et je me suis laissée porter par cette jolie romance. J’ai trouvé l’intrigue bien construite et j’ai trouvé intéressant de suivre l’évolution d’Alice au fil des chapitres. Cette histoire met en lumière les femmes et le fait que parfois, elles ont tendance à s’oublier devant tout ce qu’on leur demande au quotidien. C’est un thème d’actualité, qui fait encore débat et je remercie l’auteur d’avoir axé son roman sur cela. Il est aussi question des réseaux sociaux et des ravages causés par l’hyper-connectivité qui existe nos jours. En effet, en quelques secondes, une carrière peut-être construite ou démolie grâce à eux et Dorian Lake nous montre à quel point ils jouent un rôle crucial dans notre société contemporaine.

Pour conclure, je vous confirme que j’ai passé un très bon moment de lecture avec « Sextape« . Cette romance contemporaine est une jolie réussite car même si les thèmes abordés sont lourds, l’auteur arrive à nous faire décrocher du quotidien et à nous amener dans une petite bulle hors du temps.

 

Retrouvez tout l’univers de l’auteur en cliquant ici
Retrouvez cette romance sur Amazon en cliquant ici