CUPCAKES & CO(CAÏNE) #1 de Fleur Hana.

 

[ CHICK-LIT – Nouveauté 2019]

Novella – Tome 1/3

139 pages

Ma note : 5/5 mention « à croquer »

Lien Kindle

Surprise dans le cadre du RDV #MonMarathonIndé de Juin.

 
Le résumé :
Comment suis-je passée de la farine à la cocaïne ?
Au départ, je voulais juste vendre mes cupcakes.
Ils sont délicieux, vous savez.
J’avais même prévu une version glacée pour l’été. Un cupcake spécial Côte d’Azur.
Tout devait se dérouler sans accroc.
Enfin ça, c’était la théorie.
La pratique ? Aujourd’hui, me voilà en cavale avec un flic sexy, des mafieux russes, un poney nain et un trafic de drogue dure !
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Charlie a toujours voulu une vie tranquille. La Côte d’Azur et sa boutique de cupcakes, voici son paradis sur terre. Charlie est une solitaire qui adore sa meilleure pote et se la couler pépère, à tel point que son sac de sport connaît tous les petits recoins de la malle de sa vieille bagnole depuis maintenant deux bonnes années. Elle et le sport c’est dans une autre dimension parallèle. Charlie est fidèle à elle même : pleine de surprises ! Humour mordant, verbe assassine pleine de bon sens, phobie atypique, angoisse euphorique, quiproquo rocambolesque et mise en danger hors du commun. Vous l’aurez compris Charlie est une casse bonbon mignonnette dont on ne peut que tomber sous le charme. Il n’existe aucune bonne raison valable pour prouver sa mauvaise foi. En même temps comment lui en vouloir, un mec débarque, la kidnappe dans un souterrain. Ce soi disant mec qui aurait du s’appeler Lionel, est en fait un flic hyper sexy qui se la joue rambo de la mort sous ses airs de durs à cuire. Qui aurait pu garder son calme devant cette situation inédite ? Personne ! Et Charlie n’échappe pas à la sentence ! Couperet final : la voici impliquée dans un trafic de drogues : de la cocaïne à la place de la farine. Vous voyez le topo ?!

 

Fleur Hana signe à nouveau une romance qui sent bon l’été et en met plein les mirettes. C’est drôle, c’est pimpant, c’est acidulé et c’est épicé ! De délicieuses saveurs auxquelles il m’a été impossible de résister. C’est drôle, c’est frais, c’est clinquant, c’est tordant et c’est passionnelle ! Un histoire pittoresque où j’ai découvert une Charlie borderline qui frôle la tachycardie à maintes reprises. Je l’adore c’est juste ma chouchou ! Son franc parler, ces pensées et ses manières sont tout bonnement à croquer. Le flic véreux (ou pas) kidnappeur et bien trop gaulé reste un mystère. Il n’a guère voix au chapitre. C’est un homme charismatique au tempérament de feu et de surcroît d’une patience exemplaire (enfin presque parce que la tornade Charlie est une exception).

 

CUPCAKES & CO(CAÏNE) est une chicklit totalement dingos ! De l’humour pinçant, des personnages acrobatiques et un suspense tonitruant ! De quoi passer une soirée à se tordre de rire ! Si vous ne connaissez pas la plume de Fleur Hana, je peux vous dire qu’elle est juste succulente ! Une plume fluide qui sait nous transporter dans un univers décalé, qui nous envoûte et qui nous fait craquer. J’adore encore et encore ! C’est aussi simple que ça ! Fleur Hana fait partie de mes auteurs que je lis en toute confiance et dont j’achète les romans les yeux fermés.

 

Un coup de cœur à croquer avec passion et envie ! Et cerise sur le cupcake, la suite est disponible dès demain.

 

#Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’univers de Fleur Hana.

… mes avis sur d’autres romans de Fleur Hana (clique sur la couverture).

IMG_20180426_160220_117

Publicités

SI CUPIDON SAVAIT VISER de Alice Hérisson et James Harrington.

[ COMÉDIE ROMANTIQUE – Nouveauté 2019 ]

DE SAXUS Éditions

317 pages

Ma note : 5/5 mentions « coup de cœur » et « incontournable 2019 »

Lien Kindle

 
Le résumé :
Un chassé-croisé amoureux drôle et émouvant pour la comédie romantique de l’année !
Elle, c’est Alice.
Illustratrice dans une agence de publicité le jour et dessinatrice de BD la nuit, elle est heureuse et épanouie dans son couple… jusqu’au jour où elle se fait larguer.
Lui, c’est James.
Il s’ennuie comme conseiller client dans un centre d’appels et doit vivre avec une peur contraignante : l’anglophobie. Il ne supporte pas le moindre mot en anglais. Célibataire depuis trop longtemps, il veut trouver l’amour.
Ce livre, c’est leur histoire. À travers le regard de chacun, vous allez vivre leur quête de l’âme sœur. Des sites de rencontres aux soirées speed dating, en passant par un chassé-croisé dans un labyrinthe ou un séminaire surréaliste, ils vont se chercher, mais surtout se rater.
De Paris à Londres, embarquez dans une aventure pleine de rebondissements, de quiproquos et de rencontres improbables !
On tente, on cherche, on veut tous y croire, mais on se rend compte, souvent, que ce satané Cupidon devrait apprendre à viser !
Deux points de vue, une expérience de lecture unique pour une comédie romantique pétillante et décalée écrite à quatre mains !
Inclus : le quiz Loose & Love. Des questions pour rire, se découvrir et savoir de quel côté bat votre cœur !

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Il est temps aujourd’hui de vous parler de mon dernier coup de cœur pour cette comédie romantique.

 

SI CUPIDON SAVAIT VISER est une histoire drôle, émouvante, passionnante et irrésistible. Cupidon, petit ange joufflu qui a la dure responsabilité d’unir de sa flèche hommes et femmes, en a ras la casquette qu’on lui reproche plein de choses, de banques route et  de déboires. Il fait ce qu’il peut surtout quand ces terriens n’y mettent pas du leur et qu’ils attendent patiemment que l’amour leur tombe dans les bras. Cupidon ne connaît pas les 35h, les RTT et les congés payés, il trime tous les jours à toute heure pour nous satisfaire. Lassé de son boulot, il pense sérieusement se mettre en grève ! Aussi bienveillant qu’il est, il ne râle que pour sa bonne cause, surtout qu’il garde espoir pour ces deux zigotos, Alice et James, et que naisse une idylle.

 

Alice, artiste dans l’âme, est illustratrice dans une grande société le jour et créatrice de bandes dessinées la nuit. Tout roule pour Alice ! Un amoureux, des projets et un largage en bonne et due forme ! Alice vit sa première expérience de rupture. Descente en enfer et apocalypse ! Rien ne va plus pour la belle Alice ! Alice est une passionnée, une éternelle optimiste qui ne voit en l’échec qu’une manière originale de rebondir. Disparus les reniflements et les mouchoirs entassés, elle décide de prendre sa vie en main. Le célibat est peut être la meilleure chose qui lui soit arrivée pour concrétiser son projet. Entraînée par une meilleure amie légèrement déjantée et limite borderline, elle tente les soirées en tout genre, les speed-dating, Meetic, un parcours dans un labyrinthe et le pompon sur le chapeau , un séjour dans un château perdu au fin fond de la campagne et dirigé par un gourou zélé qui a la quéquette qui démange. Forte de toutes ses expériences Alice ne croit plus en l’amour et surtout elle a l’impression que ces hommes qu’elle rencontre sont d’un autre monde. Pourtant Alice n’a pas prêté attention, car un homme a souvent rencontré son chemin mais dans des circonstances incongrues.

 

James, le fils à sa maman, un peu lord pantouflard, anglophobe, mélomane et doux rêveur n’a jamais connu le grand amour. Il est vrai que devant ces belles dames, il perd tous ses moyens et n’arrive guère à produire des phrases intelligibles et qui ont un sens. Le manuel du séducteur, il ne connaît pas. Ce grand timide pourtant a dans sa botte des talents cachés, son humour, son authenticité et son empathie. Mais son envie de changer et d’ouvrir son monde à ses dames devient pressant et il décide de changer et de tenter quelques expériences. Un tournant qui ravit sa mère qui l’embrigade avec ses meilleures copines du troisième âge, dans une journée shopping où son relookage est au centre de toutes les attentions ! Une première étape où il frise l’apoplexie. Mais cette initiation est loin d’être close. Son meilleur pote, la quarantaine bien tassé qui ne pense qu’à la prochaine minette qu’il va soulever et d’un humour grivois qui fait grincer les dents, le pousse à sortir et tenter différentes expériences : Meetic, sorties déjantées, boîtes en tout genre, un labyrinthe diabolique, speed-dating catastrophique et un séjour dans un château perdu au fin fond de la campagne en compagnie d’un zoulou bien trop zélé. James n’en peut plus et baisse les bras, pourtant son chemin a rencontré celui d’une autre !

 

Vous l’aurez compris, cette comédie romantique est un chassé croisé rocambolesque et épique. A tour de rôle, nos deux protagonistes, apprentis amoureux, livrent leur émois, leurs doutes, leurs rancœurs, leurs espérances, leurs interrogations et leurs vies. A la fois attendrissant et touchant, James et Alice, nous embarquent dans leurs vies quelque peu chaotiques. Situations et rebondissements hilarants ; quiproquo à la chaîne, il m’a été impossible de ne pas être insensible à cette quête de l’amour. Irrésistible, cette comédie est juste poilante. Les auteurs mettent en évidence les incohérences de la vie, les rendez-vous ratés, les clins d’yeux non perçus, les aléas. Plein d’espoir, les auteurs ne se privent pas entre clichés et caricatures, l’ambiance bon enfant est un pur régal.

 

Un coup de cœur pour ce début d’été : Un quatre mains à la plume légère qui m’a envoûtée dès les premières pages. Une aventure livresque qui a eu le mérite de me coller le smille pendant quelques jours et rien que pour ça, SI CUPIDON SAVAIT VISER mérite toute votre attention !

 

#Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… sur le site Lecteurs.com

Sa majesté des fèves d’Eve Borelli

sa majesté des fèves

Chick-lit – livre sorti le 16 janvier 2019

Editions Mazarine

Service presse

Ma note : 3,5/5

 

Je remercie les éditions Mazarine qui, via la plateforme NetGalley, m’ont fait confiance et m’ont permis de découvrir ce roman en service presse.

Résumé : « Tu as toujours eu peur de vivre, Lucien. »
Il soutint son regard.
« Et toi, Cristalline, tu as toujours eu peur de te montrer prudente et raisonnable. »
Lucien, dernier fabricant de fèves de France, désespère : l’âge d’or des féviers est révolu, il vient de mettre la clef sous la porte et pour couronner le tout, sa petite amie plie bagage.
Heureusement, sa sœur Cristalline ne l’entend pas de cette oreille. Pour une lanceuse de disque de son niveau, la défaite n’est pas une option. Elle met donc au point un plan follement insensé pour sauver son frère : destination Londres pour rencontrer la reine Élisabeth, grande adepte de galettes des rois et devenir son févier officiel !
Commence alors un périple rocambolesque en compagnie de Roméo, le fils de Cristalline, qui traîne un vague à l’âme inexplicable, mais aussi de son infâme caniche Micheline Ostermeyer, sans compter la rencontre d’un ex-détenu au cœur d’artichaut et d’une danseuse boiteuse à la beauté renversante. Drôle d’équipe, aussi tendre que dépareillée ! Mais ces êtres cabossés par la vie ont une revanche à prendre…

 

Mon avis : Depuis un moment, j’entendais beaucoup parler d’Eve Borelli mais par manque de temps, je n’avais jamais eu l’occasion de la lire. Ce manquement étant réparé, je vais vous faire part du bilan de cette lecture.

Nous faisons ici connaissance avec Lucien, dernier févier de France qui a de plus en plus de mal à vivre de son métier. En effet, qui n’a jamais regretté les belles fèves de notre enfance qui sont peu à peu remplacées par des fèves en plastique…. Également malheureux en amour, il n’a pas le moral. Sa sœur Cristaline, accompagnée de son fils Roméo, décide alors de lui proposer un plan fou : partir à Londres pour rencontrer la reine, grande amatrice de frangipane, afin de devenir son févier royal. Sur la route, ils embarquent dans leur périple Maguelone, une danseuse à un croisement de sa vie, et Twix, un grand gaillard pas si sûr de lui. En avant pour un road-trip qui s’annonce haut en couleurs !!

J’ai du mal à faire ressortir un des personnages car au final, en fonction des chapitres, ils sont tous mis en avant et on les découvre ainsi au fil des pages. Néanmoins, celui qui m’a le plus marqué est le petit Roméo, fils de Cristallne, qui est mélancolique depuis quelques semaines, au grand dam de sa maman. Au côté de Twix, il va se révéler et essayer de surmonter la peine qu’il ressent.

Ce qui est intéressant ici, c’est que tous les protagonistes sont à un carrefour de leurs vies et qu’ils vont tous vivre de manière intense ce voyage à Londres. Sous couvert d’une lecture légère, Eve Borelli met en lumière des thèmes profonds : la solitude des personnes âgées, la difficulté de devoir se réorienter professionnellement et donner un second souffle à sa vie, la complexité des rapports amoureux et la banalisation du sexe, l’opportunité de prendre sa vie en main  mais aussi la disparition de nombreux métiers artisanaux. On ne peut s’empêcher, au cours de la lecture, de s’interrompre pour se questionner et j’ai trouvé cela très malin.

Je dois avouer que je ressors de ma lecture un peu frustrée. En effet, je trouve que tout va trop vite, que ce soit dans l’évolution des rapports entre les personnages ou de l’intrigue. Du coup, je suis un peu frustrée car cette lecture m’a apportée beaucoup de bonheur et de bonne humeur mais j’aurais aimé que certains passages, notamment la fin, soient plus développés, et ainsi passer plus de temps avec ces personnages si attachants !! En tout cas, la plume de l’autrice est efficace, dynamique. Les chapitres sont relativement court et en mettant à chaque fois un personnage à l’honneur, on ne ressent aucune lassitude.

Pour conclure, j’ai passé un excellent moment avec « sa majesté des fèves » et je suis ravie d’avoir enfin pu lire un roman d’Eve Borelli. C’est une lecture fraîche, légère, qui vous fera sans nul doute oublier le quotidien mais qui, mine de rien, vous obligera à vous poser plein de questions…

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers d’Eve Borelli sur sa page Facebook

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Mazarine

Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

 

LA ROUSSE QUI CROYAIT AU PÈRE NOËL A 29 ANS de Suzanne Marty.

 
[ CHICK-LIT – 2018 ]
233 pages
Ma note : 5/5 mention « à dévorer »
Lien Kindle
Lu dans le cadre de MON MARATHON INDE de Janvier.

 
Le résumé :

 

Une cadre de grand magasin parisien au bord de la trentaine et du burn-out
se retrouve, sur un malentendu, à faire 9 heures de théâtre par semaine au Cours Florent.

——–

Cendrelle est responsable de la parfumerie du Grand Bazar de Paris
et célibataire par intermittence depuis cinq ans.
Le 1er janvier 2000, elle prend deux décisions :
1) arrêter les histoires foireuses ;
2) faire une folie.
Car est-il raisonnable à 29 ans de ne plus croire au père Noël ?
——–
Le tome 1 (ou tome 2) intitulé La rousse qui croyait au père Noël a 39 ans
est en vente sur Amazon.
Le tome 3 de cette série, qui remonte dans le temps,
s’intitulera La rousse qui croyait au père Noël a 19 ans
et vous pourrez lire la suite et fin de l’histoire dans le tome 4.
La série étant réversible, vous pouvez la commencer par le tome que vous voulez !

 
Mon avis :

 

Haaaaa Cendrelle et ses incontournables et éternelles questions. Cendrelle c’est la presque trentenaire qui se rend compte que sa vie n’est pas aussi trépidante qu’elle aurait souhaitée. C’est vrai que courir tous les jours entre les étages du grand magasin dans son tailleur impeccable et des hauts talons, ce n’est pas la panade. Éviter à tout prix la grande patronne pour esquiver quelques sarcasmes bien sentis, car ce n’est pas l’idéal de la motivation. Cendrelle se questionne et s’interroge sur son « soi intérieur ». Elle cherche sa voix au milieu de la cohue parisienne. A quoi aspire t-elle ? A l’amour ? Oui, le beau, le grand, le passionné, celui qu brule les ailes ! Mais peut être est-elle un peu trop exigeante ? Elle veut rire. Elle veut se sentir libre. Faire une folie ? Pourquoi pas ! Mais laquelle ? Telle est la question !

 

Le théâtre apparait comme étant la solution miracle. Un peu trop miracle d’ailleurs, car à 29 ans on est plus trop jeune et se trouver au milieu de jeunes adultes qui sortent de l’adolescence boutonneuse, la « bobo » ne sent pas à l’aise. A bat les codes conformistes de la société et vive la folie, car ce que tu ne sais pas, c’est que l’insondable Nicolas va changer la donne …. ou pas !

 

Suzanne Marty décrit et met en scène avec humour et honnêteté, les tourments d’une héroïne qui veut se libérer de ses chaines. Cendrelle est un personnage luminaire et attachant. Son humour criard et percutant est à savourer. Cendrelle est une femme têtue, un peu fofolle mais toujours avec les pieds sur terre. Il est agréable de voir dans ces moments de relâchement qu’elle peut être une femme naturelle et bien dans sa peau. Les réparties sont d’un mordant explosif. J’ai tant ri, mais j’ai également été peinée par les aléas et rebondissements qu’a dus subir Cendrelle.

 

LA ROUSSE QUI CROYAIT AU PÈRE NOËL : c’est explosif, attendrissant, attachant, délicat, touchant et à mourir de rire. Portée par une plume addictive qui mesure à la perfection un humour bon-enfant avec une dose de dure réalité.

 

Ce roman est juste à dévorer. Tout simplement. L’auteur a su prendre du poil de la bête (par rapport au premier tome) et s’est lâchée totalement. Pas de sentiment de frustration, Suzanne Marty est allée au bout de cette aventure. Et c’est juste sublime !

 

De la chick-lit qui en met plein les yeux et où tu te bidonnes, une héroïne singulière : bienvenue dans le monde de Cendrelle, la rousse qui n’a plus froid aux yeux et qui a du mal à croire au Père Noël ! 
#Esméralda

 
Je remercie infiniment Suzanne Marty pour sa confiance et sa patience.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Découvre mon avis sur : « La Rousse qui croyait au Père Noël a 39 ans ».

Découvre le super blog de Suzanne Marty.

 

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3IMG_20180426_160220_117

A l’eau de rose d’Elise Picker

20181219_212053.jpg

Romance chick-lit – livre sorti le 11 septembre 2018

Editions Plumes du Web

Lecture personnelle

 

Résumé : Incorrigible romantique, Rose est bercée depuis toujours par ses romans à l’eau de rose et ses films d’amour.

Loin de sa province natale, elle affronte la solitude de la vie parisienne en rêvant au prince charmant sur son cheval blanc.

Le temps des fêtes de fin d’année, les histoires se mêlent et s’entremêlent. Entre fantasmes et réalité, cœur et raison, qui viendra la délivrer de sa routine quotidienne ?
Julian, ce mystérieux collègue à la voix enjôleuse ?
Jérémy, l’ami aussi agaçant qu’attentionné ?

L’heure des choix a sonné !

 

Mon avis : J’ai découvert ce roman un peu par hasard, en me baladant sur les réseaux sociaux. En pleine recherche d’une lecture sans prise de tête, je me suis décidée à le sortir de ma PAL et je n’ai pas été déçue !

A l’eau de Rose porte bien son nom puisqu’on suit tout au long du livre l’histoire de Rose, une jeune femme originaire de Limoges qui est montée à Paris pour le travail. Idéaliste de l’amour, elle se nourrit de téléfilms à l’eau de rose et de romances où tout se termine bien. Ainsi, elle espère bien vivre une histoire comme celle-là dans la vraie vie. Intriguée et envoutée par son collègue d’Ivry, Rose pense qu’il est peut-être son prince charmant, celui qui la fera vibrer et vivre le grand amour avec un grand A! Mais Julian est-il aussi parfait qu’il en a l’air ? Et la rencontre avec Jérémy, un copain de sa meilleure amie Laure, peut-il bouleverser cet avenir qui semble tout tracer ?

Rose est le stéréotype de la jeune femme qui idéalise les histoires d’amour. Elle se fait des films, réfléchit à plein de scénarios possibles….qui ne se réalisent jamais et au final, elle rêve sa vie plus qu’elle ne la vit. Néanmoins, elle va profiter de sa rencontre avec Jérémy pour changer un peu ses perspectives et revoir ses plans. Quand à Julian et Jérémy, les deux prétendants, ils sont à l’opposé l’un de l’autre. Julian séduit Rose en étant prévenant et en essayant de jouer la partition du petit ami parfait…. tout en laissant une part de mystère qui m’a longtemps intriguée. Jérémy, quand à lui, a sa réputation de « coureur de jupons » qui le précède et il part donc avec un handicap dans sa conquête de la jeune femme. Il va donc se rapprocher en jouant le rôle de l’ami, du confident et en avançant petit à petit. Au fil des pages, on constate que les premières impressions ne sont pas forcément les bonnes et on va voir ces trois personnages évoluer au fil de leurs interactions. Petite mention spéciale pour la meilleure amie Laure qui m’a beaucoup plu par sa fraîcheur, sa détente et son écoute vis-à-vis de Rose.

Ce livre est le premier d’Elise Picker que je lis et j’ai été conquise par sa plume fluide et dynamique. Les chapitres sont courts, ce qui donne du rythme à la lecture, et chacun est accompagné d’une musique qui donne le ton ! La plupart de l’histoire est racontée du point de vue de Rose et quelques chapitres le sont de la part de Julian et Jérémy. J’ai trouvé cela malin mais sous-exploité car j’aurais aimé, par moment, en savoir plus sur nos protagonistes masculins et leur ressenti. Pour moi, le dénouement est un peu rapide, j’aurais voulu en savoir plus sur le malchanceux ainsi que sur l’évolution de Rose et de son amoureux. Par contre, le gros point positif de ce roman est qu’il aborde des thèmes divers et variés, comme l’impact d’une maladie sur une famille, les bouleversements liés à l’entrée dans la vie professionnelle, le déracinement des provinciaux qui montent à Paris et la difficulté d’aller au-delà de certains préjugés.

Vous l’aurez compris, je me suis régalée lors de cette lecture qui est parfaite pour la période qui s’annonce, pleine de bonne humeur et d’optimisme. La plume de l’autrice est efficace et envoutante. Nul doute qu’après cette lecture, vous aurez, vous aussi, envie de voir la vie en Rose !!

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des Plumes du Web

Retrouvez le également sur Amazon

Love me if you Cannes de Tamara Balliana

love me if you cannes

Romance chick-lit – livre sorti le 21 aout 2018

Montlake Romance – Autoédition

Service presse

 

Je remercie les éditions « Montlake Romance » qui, via la plateforme NetGalley, m’ont permis de découvrir ce roman en service presse.

Résumé : Après sa rupture douloureuse avec Romain il y a huit ans, Olivia ne croit plus au grand amour et enchaîne les relations sans lendemain. Lorsque le directeur de l’hôtel où elle travaille lui annonce que sa demande de mutation a été acceptée, elle y voit la possibilité d’un nouveau départ. Qui refuserait le poste de gouvernante générale du luxueux Richmond Palace à Cannes ? Nouvelle ville, nouveau départ ? Rien n’est moins sûr quand Olivia découvre que le chef cuisinier de l’hôtel n’est autre que son ex ! Ajoutez à cela un voisin fraîchement divorcé, aussi attirant que bourru, et il n’en faut pas plus pour que la vie sentimentale d’Olivia soit complètement chamboulée. Sur fond de glamour et de luxe, retrouvez dans Love Me If You Cannes les personnages haut en couleur de Love in Provence dans une comédie romantique pétillante et pleine d’humour.

 

Mon avis : J’ai enchainé ce roman après ma lecture de « Love in Provence », qui se déroule quelques années avant celui-ci. Encore une fois, la plume de Tamara Balliana m’a embarquée loin de mon quotidien, sous le soleil de la côte d’azur.

Ici, l’héroïne, c’est Olivia, la colocataire de Cassie et gouvernante générale de l’hôtel Richmond au cœur du Lubéron. Depuis l’installation de son amie chez Vincent, Olivia vit avec Alex, son meilleur ami. Le jour où ce dernier déménage pour s’installer avec sa fiancée, la jeune femme décide de prendre sa vie en main et demande une mutation en interne. Quelques semaines plus tard, elle apprend qu’elle est mutée à Cannes. Quelle surprise, lorsqu’elle arrive là-bas, de constater que le chef en cuisine est Romain, son ex, qui lui a brisé le cœur ! Ce nouveau départ professionnel rimera-t-il avec nouveau départ sentimental ? Olivia va-t-elle réussir à retrouver l’amour ?

Nous en apprenons enfin plus sur Olivia. Quand elle était plus jeune, elle a vécu une histoire passionnée avec Romain qui s’est terminée quand il est parti à Londres pour le travail. Traumatisée par cet « abandon », elle décide alors de verrouiller son cœur et de s’interdire d’aimer à nouveau. Olivia est une jeune femme consciencieuse dans son travail, professionnelle mais complètement désordonnée dès qu’il s’agit de sa vie privée. Ce retour à Cannes va lui permettre de grandir et surtout de faire la paix avec son passé. En effet, Romain va se montrer très prévenant avec elle et il va tout faire pour essayer de se faire pardonner. Néanmoins, il n’est pas seul sur les rangs…. Le voisin d’Olivia, Victor, va se montrer très associable au premier abord, mais il  se révèle rapidement être un adversaire de taille et un concurrent sérieux pour la conquête de la jeune femme. Les deux prétendants sont tout aussi charmants et ont tous les deux des arguments qui se tiennent. J’ai aimé les voir s’affronter pour faire plaisir à notre pétillante héroïne.

J’ai retrouvé avec plaisir les ingrédients qui m’avaient plu dans « Love in Provence » : de l’humour, des personnages authentiques et bien sûr de l’amour !! La plume de l’auteure est toujours aussi efficace, visuelle et elle nous transporte en plein cœur du Cannes version « strass et paillettes ». Une pointe de suspense est ajoutée avec « l’affaire des bijoux disparus au palace » mais sinon, on retrouve la même trame que dans le tome précédent. Ça ne m’a pas vraiment dérangé mais j’avoue avoir vite compris où l’auteure voulait nous emmener et j’ai donc moins eu de surprises que lors de ma précédente lecture.

Amateurs de romance chick-lit, n’hésitez pas à vous lancer dans « love me if you Cannes ». Ce tome peut-être lu indépendamment de « Love in Provence » mais il est toujours sympa de suivre l’évolution des personnages et de retrouver ceux qui nous ont tant fait vibrer. Cette lecture légère est une lecture qui fait du bien au moral et qui vous réchauffera le cœur en ces périodes où les températures chutent !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ici l’univers de l’auteure

Retrouvez ce roman sur Amazon ici

Retrouvez ici ma chronique de « Love in Provence »

 

sans-titre (28)          sans-titre (27)          reviews_25_120          netgalley_challenge_2018_120

 

Love in Provence de Tamara Balliana

20181014_161243.jpg

Chick-lit – Sortie le 29 aout 2017

Montlake Romance – Autoédition

Lecture personnelle

 

Résumé : Cassie est américaine et travaille comme consultante pour le groupe hôtelier Richmond. Son rêve ultime ? Diriger un jour un hôtel. Quand ses patrons l’envoient en France pour une dernière mission avant de lui confier un établissement, elle saute dans le premier avion pour Marseille, bien décidée à faire ses preuves.

Malgré son habitude des voyages, lorsqu’elle se retrouve dans le Lubéron, au cœur de la Provence des cartes postales, l’expérience est très différente de ce à quoi elle s’attendait ! Le mistral, la gastronomie à la française et le chant des cigales la plongent dans un univers dont elle n’avait jamais osé rêver.

Sa collègue Olivia va l’entraîner à la rencontre des personnages hauts en couleur de sa nombreuse famille, et Cassie ne restera pas insensible au charme troublant de Damien, le sexy directeur de l’hôtel. Son plan de carrière bien huilé résistera-t-il à ses aventures lubéronnaises, et à l’amour ?

 

Mon avis : Voilà quelques mois que j’entends parler de la plume de Tamara Balliana. J’ai donc décidée de me lancer dans sa nouvelle saga en ne sachant pas trop à quoi m’attendre. Je peux vous dire que cette lecture a été une révélation pour moi, une vraie bouffée d’oxygène qui vous emporte loin, très loin de votre quotidien.

Nous suivons dans ce roman Cassie, une jeune américaine ambitieuse qui a accepté de venir travailler dans un hôtel français du Lubéron afin d’atteindre son rêve ultime : obtenir la direction d’un hôtel américain à l’issue de cette mission. Dès son arrivée, elle comprend que le Sud de la France est très différent de tout ce qu’elle a connu jusqu’à présent. Suite à une erreur de réservation, elle est dans l’impossibilité de loger à l’hôtel et se retrouve à cohabiter avec Olivia, la gouvernante générale de ce dernier, et toute sa petite famille. Elle va alors faire connaissance avec Papet, Mamée, Rose, Vincent et découvrir des valeurs et une solidarité familiale qui lui sont totalement inconnus. De plus, le directeur de l’hôtel, le beau Damien, ne la laisse pas insensible. Finalement, Cassie ne va-t-elle pas trouver dans le Lubéron plus que ce qu’elle cherchait ? Voudra-t-elle quitter cette région à l’issue de sa mission ? Finalement, est-ce que la Provence ne serait pas le lieu où elle trouvera enfin l’amour ?

Cassie est, en apparence, le stéréotype de l’américaine : ambitieuse, ne sachant pas cuisiner, n’ayant jamais mis les pieds à la campagne, n’ayant aucun sens de l’orientation mais travailleuse et cherchant à mener à bien sa mission. On se rend pourtant compte au fil des chapitres que c’est une femme moderne, tiraillée entre l’amour et sa volonté de mener à bien sa carrière, se questionnant sur l’opportunité de se lancer dans une relation de couple ou rester dans une relation pour s’amuser. J’ai beaucoup aimé ce personnage plein de ressources, gaffeuse par moment et qui essaie toujours de faire au mieux. Sa meilleure amie Olivia, chez qui elle loge, est une jeune femme qui n’aime pas se prendre la tête, fidèle à sa famille et à ses amis. On en sait finalement peu sur elle mais j’ai appris qu’elle était l’héroïne de « Love me if you Cannes » donc j’attendrai un peu pour en savoir plus ! Au niveau des personnages masculins, deux se détachent : d’un côté, on a Damien, le directeur de l’hôtel, et de l’autre, il y a Vincent, le cousin d’Olivia. Damien a tout du gendre idéal : un super boulot, il sait cuisiner, est un peu maniaque sur les bords et respectueux avec les femmes. Vincent, quand à lui, est mécanicien, un peu brut de décoffrage et il ne prend pas de pincettes quand il a quelque chose à dire. Vous l’avez compris, le cœur de notre héroïne va balancer entre ces deux beaux mâles mais…..ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus !!

Ce roman est un coup de cœur. Les recommandations que j’ai lues sur divers blogs ou groupes de lecture n’étaient pas vaines. En effet, la plume de l’auteure est addictive, efficace et elle vous plonge littéralement en plein cœur du Lubéron. Pendant ma lecture, je pouvais sentir l’ambiance des petits villages provençaux et entendre l’accent chantant des membres de la famille d’Olivia. Le roman est découpé par mois de l’année, ce qui permet d’avoir des chapitre longs, mais pas trop. Tout est écrit du point de vue de Cassie mais cela n’a absolument pas dérangé tellement c’est un personnage qui révèle ses mystères au fur et à mesure. J’ai également apprécié que la romance ne soit pas le cœur de l’histoire. En effet, ce roman est une chick-lit qui donne le sourire et qui permet de s’interroger sur l’équilibre famille/travail.

Pour conclure, je dois dire que ce roman a été mon rayon de soleil des derniers jours. La plume de l’auteure m’a envoutée et je n’avais qu’une obsession : rentrer du travail pour poursuivre ma lecture ! Cette chick-lit est bien construite, efficace et surtout elle donne le sourire. Si vous ne connaissez pas encore Tamara Balliana, n’attendez plus pour succomber à « Love in Provence ». Pour ma part, grâce à NetGalley, je poursuis l’aventure et enchaine avec « Love me if you Cannes » !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers de l’auteure sur son site Internet

Retrouvez ce roman sur Amazon

 

IMG_20180426_160220_117                  TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3