HOT BLOOD de Angel Arekin.

Hot blood (BMR) par [Arekin, Angel]

 

 

 

[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2018]

Editions BMR

 

Format numérique (501 pages) : 9.99€

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur »

 

 

 

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

On va régler nos dettes, Siana. On va s’aimer, se faire souffrir et reprendre le cours de nos vies. Voilà ce qui se passe quand dix ans plus tôt, j’ai chassé la femme que j’aimais hors de ma ville, et que celle-ci décide d’y revenir pour y foutre un beau merdier. Siana, c’est ma tornade, mon ange des ténèbres. Où qu’elle aille, le chaos menace. Ma vie bien rangée est sur le point d’exploser comme une bulle de savon et j’attends ce moment avec une impatience redoutable. Rien ne peut en sortir de bien, mais on jouera nos rôles jusqu’au bout, comme les deux êtres passionnés et orgueilleux que nous sommes. J’ai toujours pensé qu’à la fin, l’un de nous en crèverait. Pas d’autres solutions, puisqu’on ne peut pas s’aimer ou se pardonner nos conneries. De l’amour à la haine, il n’y a qu’un pas, et ça fait longtemps qu’on l’a franchi.

 


 

Mon avis :

 

Dans le genre romance qui fouette le sang, je te conseille CE livre. Une lecture qui m’a rendue totalement dingue de chez dingue voire même chèvre. (Une Miss Chocolatine qui devient chèvre c’est rare ! Je sais #jaipasdhumour !)

 

Sienna est la fille rebelle par excellence, un brin extravertie, un peu fofolle, vraiment têtue, acharnée, grande gueule, fonceuse, jalouse. C’est le genre de personnage que j’aime beaucoup tout simplement car c’est ce que je ne suis pas et ce que j’aurai aimé être. Sienna est sûre d’elle, elle aime tenir tête et fait en général le contraire de ce qu’on lui demande de faire. Sienna est une grande sœur attentive et protectrice. Une fille aimée par ces deux parents. Sienna est loin d’être une fille facile aux mœurs légères. Elle a une force de caractère épatante. Elle a une forte capacité à se mette dans des embrouilles, mais son courage et son acharnement lui permettent de ne jamais baisser les bras. Elle est une fille entière. J’admire son parcours. Surtout que ce dernier est plutôt semé d’embuches et de mauvaises épines bien venimeuses !

 

Morgan est le roi du monde. Légèrement mégalomane, imbu de lui même, un brin protecteur. Morgan est le fils de celui qui tire les ficelles de la ville. Tout lui est apporté sur un plateau d’argent. Argent, sexe, drogue : un monde de luxure parfait. Lorsque Sienna vient bouleverser son monde, il ne s’attendait pas à ce que cette gamine lui donne tout son amour, son corps et son cœur. Et eux deux c’est destructeur, ravageur, toxique. Une relation explosive.

 

Ceci résume le début de leur rencontre, 10 ans plutôt. Une idylle parfaite avant que la haine prenne le pas sur l’amour. Un clash, des mensonges, des vérités non avouées, deux vies brisées à tout jamais.
J’adore la plume d’Angel Arekin, une première découverte. Une plume 100% addictive ! Sensationnelle, éprouvante, magnifique ! Emotionnellement intense. Ca chavire le cœur. J’ai été à fleur de peau. J’ai eu une légère envie de meurtre essentiellement envers Morgan à qui j’aurai bien aimé faire ravaler son entêtement monstre et son égo de m…. (tut, tut, tuuuutttt ).

 

L’auteur a choisi de narrer son histoire à l’envers. Disons que dès le départ tu connais les aboutissants d’une action antérieure. Du coup il est hyper intéressant de découvrir le pourquoi du comment. Et Angel Arekin assure complétement. Pas de fausses notes, une maîtrise totale de la situation et du suspense. Sa plume est acerbe. J’adore le punch qu’elle donne aux répliques. Ses personnages sont justes, honnêtes et explosifs. Elle leur fait vivre mille tourments et désagréments. Elle n’est pas vraiment tendre avec eux. C’est pas romantique, c’est plutôt une histoire douloureuse. C’est pas poétique, c’est crash ! C’est pas fleur bleue, c’est alcool, sexe, vengeance et drogue.

 

Un romantic suspense que j’ai adoré dévorer ! C’est juste intense comme j’adore ! Une romance que je t’invite à découvrir !

 


 

 

Je remercie les éditions BMR pour leur confiance via la plateforme Netgalley.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions BMR, pour tout savoir !

Vers la page Facebook d’Angel Arekin, pour suivre son actualité !

 

 

 

Publicités

LE SILENCE DES MOTS, #2 : Trahison & Révélations de Ange Edmon.

Le silence des mots : Tome 2, Trahison & Révélations par [Edmon, Ange]

 

 

 

[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2018]

Black Ink Editions

 

Format numérique (311 pages) : 4.99€

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Les épreuves traversées par Nils et Laïana réveillent les vieux démons du Dieu Nordique.
Il replonge et renoue avec ses anciennes habitudes, poussant Laïana à le sortir de sa vie.
Il sombre peu à peu, détruisant tout ce qui embellissait son quotidien. Laïana semble être passée à autre chose, écartant définitivement Nils d’un futur qu’elle construit sans lui.
Est-il trop tard ?
A-t-il franchi les frontières de l’irréparable ?
Tout les oppose et Laïana pourra-t-elle pardonner ce qu’elle considère comme une limite majeure ?
Mais les drames s’enchaînent et le mal rôde dans l’ombre attendant d’achever son oeuvre…

 


 

Mon avis :

 

Le premier tome s’est conclut sur une sorte d’apocalypse qui perdure tout au long de ce second volet. Ce dernier se veut davantage sombre, déchirant, percutant. Leur bonheur naissant chute inlassablement dans une sorte de mélodrame où aucun des protagonistes n’arrivent à s’en sortir.

 

Les mots leur manquent. Les pleurs et le déchirement émotionnel sont fracassants détruisant peu à peu cette reconstruction psychologique induite pas leur rapprochement et leur attirance indéniable.

 

Nils retombe dans ses travers, se noie dans l’alcool et oublie tous ses engagements. La destruction devient vitale et salvatrice.

 

Laïana cherche le soutient auprès de ses mousquetaires et dans les bras d’un nouveau venu. Cet inspecteur de police va lui être d’un secours inattendu et leur amitié mal vu. Les imbroglio viennent déteindre sur une atmosphère qui s’alourdit au fil des chapitres. Tant bien que mal, elle arrive à sortir la tête de ce marasme, mais l’incompréhension face au comportement nauséabond de Nils l’a met au plus mal. Elle veut croire que l’impossible est réalisable et qu’aucune barrière ne pourra lui voler son amour.

 

Ange Edmon ne laisse pas une seule seconde de répit à ses personnages. Elle les plonge dans une spirale où violence, haine et mensonge rythment les rebondissements. J’ai eu beaucoup de mal à supporter ce qu’il les a atteint. Je me suis beaucoup attachée à Laïana et à Nils, et les voir anéantir et s’empêtrer dans des situations glauques m’ont beaucoup désarmée. J’ai grincé des dents, j’ai eu mal pour eux, j’ai souffert véritablement. Pas une seule bouffée d’oxygène, pour me permettre de reprendre mon souffle. Les traits psychologiques induits par l’auteur sont si prenants, si expressifs qu’il est impensable de ne pas ressentir une seule once de bienveillance. Les enfants de l’institut sont toujours aussi présents et démontrent qu’avec force et conviction, les barrières peuvent s’effriter pour laisser infiltrer une douce lueur d’espoir.

 

LE SILENCE DES MOTS est une magnifique histoire d’amour survoltée où la confiance, l’abandon, le bonheur, la joie, le plaisir simple se gagnent à coup de larmes. Les personnages sincères m’ont de suite bouleversée et leurs péripéties m’ont quelque peu déstabilisée.

 

 

 


 

Je remercie Blak Ink éditions pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur le 1er tome : « Circonstance & Désaccords ».

Lien Amazon !

Vers la page Facebook d’Ange Edmon, pour suivre son actualité !

Vers le site de Black Ink editions, pour tout savoir !

 

 

 

Screenshot-2018-2-20 L_Organisation, tome 3 Révoltée de Lindsey T

 

 

 

Engulfed : Respirer de Nathalie P.

engulfed

Dark romance – livre sorti le 24 mai 2018

Auto-édition

Service presse

 

Je remercie Nathalie P. pour sa confiance et pour m’avoir permis de découvrir ce roman en service presse.

Résumé : Il était celui que j’aimais, mon tout, ma vie. Je lui ai presque donné mon cœur avec une confiance aveugle. Seulement, il a su m’attirer dans ses filets. J’ai découvert son côté malsain, froid, sombre, auquel le noir ne suffit pas. Celui qui se perd dans les profondeurs de la nuit pour ne pas en ressortir. Un beau jour de printemps, il m’a volé une des plus belles parties de mon âme. Mais, que vais-je devenir, alors que je commence à guérir et que l’obscurité va m’engloutir à nouveau ?

 

Mon avis : A la lecture du quatrième de couverture de ce roman, j’ai été interpellée : beaucoup plus sombre, ce roman semble flirter avec une ambiance « dark », à l’opposé de ce qu’écrit l’auteure d’habitude. Je me suis donc lancée dans cette lecture avec une pointe d’appréhension qui s’est envolée en même temps que les pages ont défilé.

Nous faisons ici connaissance de Mélissa, une jeune femme qui suit une psychanalyse, sort avec Hugo et qui tente de vivre sa vie le plus normalement possible. Un jour, elle rencontre les parents de son petit ami et son frère, Lowell. Et là, c’est le drame ! Mélissa semble fuir ce dernier et de son côté, le jeune homme commence à suivre la jeune femme. Quel lien les unit ? Pourquoi Lowell semble-t-il vouloir du mal à Mélissa ? Hugo sera-t-il en mesure d’aider sa compagne ?

Mélissa est une jeune bibliothécaire, qui, on le comprend très vite, a vécu un drame plus jeune. Elle suit une psychanalyse, a une liste « de règles de vie » et utilise les origamis pour essayer de se recentrer quand ça ne va pas. Son histoire d’amour avec Hugo est toute fraiche et sa rencontre avec Lowell va mettre par terre tous ses efforts. Elle craint ce dernier et ne supporte pas de le croiser. Heureusement, elle va pouvoir compter sur Hugo, jeune étudiant en droit qui rêve de devenir avocat. Amoureux, prévenant, il va être un véritable soutien pour Mélissa et est le total opposé de Lowell. On sait peu de chose sur Lowell, juste qu’il harcèle Mélissa, fait chanter sa mère et ne semble donc pas un homme fréquentable. Il est un personnage ambivalent qui, je pense n’a pas livré tous ses secrets, notamment sur les sentiments qu’il a pu ressentir pour l’héroïne.

Comme je l’ai déjà dit, ce roman est beaucoup plus sombre que les autres romans écrits par l’auteure. Encore une fois, j’ai été happée par la plume de Nathalie P. et j’ai été embarquée dans cet univers dark. On souffre aux côtés de Mélissa, qui s’enfonce au fil des jours dans son mal-être, et d’Hugo, qui sent que sa copine souffre mais qui ne connait pas, tout comme nous, les détails de ses souffrances. L’ambiance du livre est pesante, étouffante et on aimerait rentrer dans le livre pour aider notre héroïne. On arrive au bout du livre à bout de souffle avec le ventre et le cœur serré.

L’auteure a fait le choix des narrateurs multiples, ce qui nous permet d’avoir une vue d’ensemble des ressentis des personnages mais aussi d’être complètement immergé dans l’histoire. J’ai apprécié d’avoir ces différents points de vue car cela permet de donner du rythme à la lecture et cela nous fait ressentir une large palette d’émotions.

Pour conclure, encore une fois, Nathalie P. a su me toucher en plein cœur malgré la noirceur de ce roman. C’est une dark romance par les thèmes abordés mais, comme toujours, la force de ce roman est dans les émotions ressenties lors de la lecture. Si vous connaissez déjà l’auteure et que vous aimez les lectures qui font vibrer, n’hésitez plus ! « Engulfed : respirer » saura sûrement vous conquérir et vous entrainera dans une lecture émouvante et prenante.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur Amazon

IMG_20180426_160220_117

MONSTERS IN THE DARK, # 2 : Larmes brûlantes de Pepper Winters.

 

 

 

[DARK ROMANCE – BDSM – Nouveauté 2018]

Tome 2/4

Éditions Milady – Collection Romantica

Traduction : Pauline Buscail

 

Format numérique (589 pages) : 9.99€

Broché : 16.90€

Ma note : 5/5 « méga coup de cœur »

 

 

 

 

 


 

Le résumé :
Âmes sensibles, s’abstenir !
Tess appartient totalement à Q.
Q appartient éternellement à Tess.
Tout en cherchant à se venger des hommes qui ont vendu Tess, tous deux apprennent les limites de leur relation hors norme et ne se lassent pas des nuits aussi sensuelles qu’envoûtantes… jusqu’à ce que le malheur s’abatte une fois de plus sur Tess mettant en péril leur folle passion et risquant de changer la jeune femme à tout jamais…

 


 

Mon avis :

 

Le premier tome aurait pu se suffire à lui même. Un happy end théâtral sans fausse note. Imaginer une suite relève de l’exploit surtout quand tu vois la tournure que l’histoire prend. Si les premiers chapitres s’ouvrent sur une scène BDSM de haute voltige accessoirisée par Cuir et Compagnie, la suite est carrément dingue de chez dingue. LARMES AMERES apparaît hyper soft par rapport à ce second volet.

 

C’est à ce moment là que j’envoi ma mise en garde : ma chewriiii … si t’es vraiment trop hyper sensible, si t’es claustrophobe, si la torture psychologique te fait trembler, si t’as pas les tripes bien accrochées, si tu souffres d’hématophobie, alors, ma belle passe ton chemin et surtout ne te retourne pas, tu risques d’avoir une sacrée crise d’angoisse et de panique !
Voili, voilou ….

 

Ce second tome est juste phénoménal ! Le passé rattrape nos jeunes tourtereaux et le cauchemar se révèle totalement sordide. Pendant que Q perd complétement son sang froid et parcours le monde en déversant le sang pour la retrouver, Tess, elle est soumise à la pure des cruautés humaines. Inhumains, perfides, cruels, sadiques, monstrueux, fous… c’est à ça qu’elle va être confronter. La manipulation, la déshumanisation, l’addiction, la manipulation, tout autant d’épreuves visant à disloquer l’âme de Tess. Ne plus rien ressentir, être une coquille vide, sans émotions, amorphe, un bon toutou. La combative Tess va en baver. Sera t-elle sauver de ces démons ? Tel est l’enjeu de ce second volume.

 

Que dire : c’est une claque magistrale. L’enjeu et la psychologique des personnages sont explorés dans les moindres recoins par Winters. L’auteur a su crée une ambiance hyper sordide, angoissante et anxiogène. Le récit alterne entre le point de vue de Quincy et de Tess. On découvre les faiblesses, les défauts, les qualités et son côté monstrueux de Q. Il émane de ces personnages une force phénoménale, certes mise à mal, mais elle les unit pour le meilleure et le pire. LARMES BRULANTES est déchirant, tortueux, sensationnel, flippant, sanguinolent, atroce (psychologiquement parlant). La plume de Winters fait des merveilles une fois de plus. Elle a su parfaitement gérer toutes les implications et les conséquences. Elle n’épargne pas son lectorat et le plonge dans les abysses du mal le plus marquant. L’enfer à côté à l’air d’un paradis bienfaisant.

 

De la pure Dark Romance, comme je les aime qui n’épargne rien et qui ne tombe pas dans les clichées où ne sont pas admis les froufrous et les paillettes.

 

Une suite bouleversante, surprise et grandiose. Le tome 3 est déjà précommandé … pour dire !

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur le tome 1 : « Larmes amères ».

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Milady, pour tout savoir !

Vers le site de Pepper Winters, pour suivre son actualité !

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

 

LITTLE BEACH GIRL de Audrey Woodhill.

Little beach girl par [Woodhill, Audrey]

 

 

[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2018]

BLACK INK ÉDITIONS

 

 

Format numérique (253 pages) : 4.99€

Broché : 17.00€

Ma note : 4.5/5

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Deux ans…
Deux putains d’années que je végète dans ce trou paumé au Costa Rica…
Deux années que moi, Alex Scorrano, l’un des chefs de clan les plus craints et respectés du milieu, je joue au gentil patron de bar de plage… Autant dire une éternité.
Mais les affaires reprennent. Enfin.
Avec ce nouveau trafic international que je m’apprête à mettre en place ici, j’entre à nouveau dans le circuit. Et cette fois rien ni personne ne me déviera de mon objectif. Personne sauf peut-être elle…
Charlie.
Elle l’ange blond aux yeux couleur océan.
Elle, ma little beach girl.
Fuis lolibeach, fuis avant qu’il ne soit trop tard. Mon coeur est mort depuis longtemps et mon monde bien trop dangereux pour toi…

 


 

Mon avis :

 

En tant que lectrice, je trouve toujours à rechigner sur le point de vue masculin qui est souvent biaisé ou très peu exploité ou alors jusqu’au tome 4 pour avoir le point de vue de monsieur sur le tome 1. Bref, c’est toujours très frustrant !

 

Audrey Woodhill a eu le génie d’écrire uniquement du point de vue de son héros masculin. Et vraiment c’est loin de me déplaire. Alex Scorrano n’a rien d’une icône du bad boy tatoué hyper sexy qui fait bouillir tes hormones. Alex respire le danger, celui qui te fiche une trouille pas possible et qui te met sur tes gardes lorsqu’il est trop près de toi. Son image en effraye plus d’un ou au contraire attire les minettes comme le papier collant tue-mouche. Une fois le service trois pièce opéré, la gente féminine n’a plus rien à attendre. Alex a fui Marseille alors qu’il était emprisonné en attente de son procès. Alex est le truand sans cœur ni loi et craint du milieu mafieux. Prédestiné à succéder à son père adoptif, la jalousie va bon train et le conduira à sa perte. Recherché par Interpol, il s’exile au Costa Rica dans le but de se faire oublier et renaître de ses cendres. Deux années à tenir un bar sur une plage où bon nombre de surfeurs de toutes nationalités viennent affronter les vagues. Deux années à observer ces hommes et ces femmes. Notamment ces dernières qu’il classe par catégorie. Alex incarne le mal à l’état brut. Ses yeux sont de véritables mitraillettes. Son corps impose le respect. Et lorsque les mots sortent de sa bouche, ce n’est que dans le but précis de se faire obéir. Alex n’a rien du gentleman et du romantique. Il prend et use de son autorité. Personne n’est au dessus de lui. Il est le Maître des lieux.

 

Charlie va mettre un sacré boxon dans sa vie de truand en voie de résurrection. Charlie c’est la pureté, la beauté, le bonheur. Elle illumine sa vie en plaquant son plus beau sourire sur son visage angélique. Charlie est à l’opposé d’Alex. Un sacré tableau ou le Mal affronte le Bien. Un coup de foudre olé, olé ! Où la passion et le désir vont tourmenter Alex et Charlie. Ça souffle aussi bien le chaud que le froid. Une relation tumultueuse où de nombres altercations s’invitent. Charlie est sa plus belle rédemption mais le chemin est semé d’embuche avant de pouvoir prétendre au paradis.

 

Quelle belle découverte ! Audrey Woodhill a parfaitement mis en exergue les émotions qui traversent l’âme d’Alex. Sous cette allure de mafieux, se cache un homme en peine et qui n’arrive pas à contrôler tout le foutoir que provoque sa little beach girl. Il lui voue un amour dévorant et destructeur. Un amour dont il ne semble pas mesurer l’importance. Charlie a su voir aux delà des apparences. Une rencontre déstabilisatrice et pourtant porteuse d’un bel avenir. Les scènes sont à la fois attendrissantes et pour la plupart d’entre elles sont empruntes de violence. Une violence loin d’être soft. Elle empire tout au long des chapitres pour une apothéose explosive. La plume de Woodhill est désarmante et n’hésite pas à provoquer son lectorat par des phases poétiques et romantiques et d’autres totalement désobligeantes, colériques et brutales. Le duo formé par la violence et l’amour, a ce quelque d’improbable mais qui trouve entièrement sa place au sein de ce romantic suspense. Les ingrédients présents ont eu le mérite de me donner des sueurs froides et chaudes par la même occasion. Les descriptions sont magnifiques et époustouflantes : un décor féerique entre le Costa Rica et Cuba.

 

Little beach girl est une merveilleuse histoire de rédemption au travers d’un amour véritable. Je suis juste conquise !

 


 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site de Black Ink Editions, pour tout savoir !

Vers la page Facebook d’Audrey Woodhill, pour suivre son actualité !

 

 

 

 

 

Jalouse de Matthieu Biasotto

jalouse

Romantic suspense – livre sorti le 11 avril 2018

Auto-édition

Service presse

 

Je remercie Matthieu Biasotto qui, via la plateforme Simplement, m’a permis de découvrir ce roman en service presse.

Résumé : Manque de confiance en elle, aucune confiance en lui. De toute évidence, Noémie est jalouse. Pas de chance, Samuel plaît aux femmes. Un photographe doué quand il s’agit de sublimer des créatures de rêve.

Si Noémie est aussi méfiante que vigilante, c’est qu’elle est échaudée. Il y a de quoi l’être quand on vit avec un menteur qui a tout gâché entre les cuisses d’une autre. Le genre d’erreur qu’on efface difficilement et dont on ne se remet pas vraiment.

Par amour, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, elle tente pourtant de composer avec cette humiliation et de se reconstruire en instaurant de nouvelles règles. Un an après l’impardonnable, lorsqu’elle tombe sur le second téléphone de son petit ami volage, tout bascule. Ce mystérieux mobile cache des choses.

Le doute devient une certitude. Entre peur légitime et névrose, la frontière disparaît. Trahison, non-dits et manipulation : déjà vu, déjà vécu tout ça. Hantée par des images qui laissent des traces, par des mensonges avérés ou passés sous silence, elle cherche à lever le voile sur la vérité. Le genre de vérité qui change une femme à jamais. Est-ce qu’elle pourra seulement l’accepter ?

 

Mon avis : j’avais déjà lu une fois un roman de Matthieu Biasotto et sa plume m’avait conquise. L’originalité du quatrième de couverture a aiguisé ma curiosité et m’a donné envie d’en savoir plus.

Nous faisons ici connaissance avec Noémie, une graphiste qui s’est lancée en free-lance suite à l’infidélité de son compagnon Samuel. Toujours ensemble, le couple a pourtant bien du mal à surmonter cette épreuve : Noémie est très méfiante, toujours aux aguets et Samuel, quand à lui, ne semble pas tout à fait honnête avec sa compagne. Que lui cache-t-il encore ? Leur amour pourra-t-il survivre à cette épreuve ?

Le roman est axé sur les deux protagonistes, Noémie et Samuel. Commençons par le personnage féminin. Echaudée par l’infidélité de son compagnon, elle n’a plus aucune confiance en elle ni en lui. Quand elle découvre qu’il lui fait de nouveau des cachotteries, tout explose ! Elle a un caractère entier et la jalousie la dévore. En même temps, le comportement suspect de Samuel ne l’aide pas à lui faire grande confiance. Ce dernier, même s’il semble convaincu à reconquérir la femme de sa vie, n’en a pas fini avec les secrets. Pendant longtemps, on a bien du mal à percer sa carapace et à comprendre où sont ses véritables intentions.

Je dois le dire, ce roman m’a beaucoup déstabilisé. En effet, l’auteur crée tout au long de son récit une atmosphère pesante, de suspicion, qui nous empêche d’y voir clair. Au fil des pages, on se met à douter de l’un, regretter l’extravagance de l’autre sans pouvoir néanmoins prendre parti. Matthieu Biasotto arrive, avec un vrai talent, à nous tenir en haleine jusqu’au bout car les secrets sont levés au fur et à mesure. De plus, du fait de l’atmosphère du roman, on a des doutes mais on ne sait si on a raison qu’à la toute fin. Le fait que le roman se passe à Toulouse m’a permis de bien me représenter les lieux d’action mais même pour quelqu’un qui n’aurait jamais mis les pieds dans la ville rose, les descriptions sont fidèles et l’ambiance de la ville est bien décrite. Un mot sur la couverture que je trouve magnifique et qui reprend bien tous les éléments clés du roman. Pour bien la comprendre, vous savez ce qui vous reste à faire !

Pour conclure, je dois dire que ce roman est un coup de cœur inattendu. Je me suis laissée transporter par la noirceur du roman et j’ai beaucoup douté tout au long de ma lecture. Ce roman est difficilement classable mais je le recommande à tous ceux qui n’aiment pas les histoires lisses. En effet, ce n’est pas une lecture légère mais la jalousie est au cœur de toute l’action et a un vrai rôle central dans cette histoire pas comme les autres.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers de Matthieu Biasotto ici

Pour vous procurer le roman sur Amazon, c’est par ici!

 

Simplement pro

TU ES MON OBSCURITÉ de Mady Flynn.

41fMEvbTlDL

 

 

 

[ DARK ROMANCE – Nouveauté 2018]

Éditions Harlequin – Collection HQN

 

Format numérique : 5.99€

Ma note : 4.5/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Pour lui, elle est prête à franchir toutes les limites.
Plonger dans les esprits les plus sombres et les plus torturés, voilà le quotidien de Hazel. Criminologue passionnée, elle maîtrise parfaitement les risques de son métier et les règles à toujours respecter  : étudier, chercher, expliquer, mais, surtout, éviter toute implication émotionnelle. Pourtant, quand elle se retrouve face à Chris, le criminel auquel elle a consacré ces trois dernières années, rien ne se passe comme prévu. Hazel a beau s’efforcer de rester distante et professionnelle, elle est troublée par le regard perçant de cet homme dont elle est censée connaître les moindres secrets et qui demeure toutefois insaisissable. Car Chris n’a rien des hommes qu’elle a l’habitude de traquer  ; intelligent, il déjoue toutes ses tentatives d’interrogatoire. Et, quand il l’entraîne dans un terrible jeu de séduction, Hazel ne sait pas si elle parviendra à lui résister, ni même si elle en a envie…

 


 

Mon avis :

 

L’alchimie entre un livre et son lecteur nait de cette fusion inconsciente entre le personnage et les mots. Une appropriation de l’héros au travers duquel tu vas vivre une aventure qui te laissera bouche bée ou pas d’ailleurs. Une communion parfaite entre le réel et l’irréel. Une osmose somme toute. C’est en premier lieu ce point ci qui va te permettre de dire si t’as adoré ou pas et ensuite viennent les petits détails qui donnent du relief au livre. Du moins voici mon mode d’emploi, tel que je conçois cette rencontre intime avec un livre. Mon discours n’a rien de philosophique, mais c’est ce que j’ai trouvé de mieux pour amorcer mon billet sur cette dark romance qui chamboule tous les codes de la romance. Une dark romance qui s’allie avec ingéniosité à la psychologie. Celle qui met dans les cases les hommes et le femmes en rupture complète avec la société, qui ne perçoivent pas le mal et le bien. L’étiquette « serial killer » prend une dimension exponentielle tout au long des chapitres. Une immersion dérangeante et amorale surtout quand l’attraction, le désir et l’amour s’invitent. Une incompréhension asociale pour nos cerveaux d’anciens reptiliens (enfin plus de chimpanzé). Pourquoi ne pas reformater ces hommes détraqués dont le repentis ne fait pas parti de leur être. Psychopathe, narcissique, cette déchirure est bien survenue à un moment donné. Le simple bonheur a bien dû un jour, côtoyer ces êtres indésirables. C’est cette théorie confortée par la thérapie cognitive que Hazel, criminologue passionnée, va tenter le tout pour le tout, pour lui Chris Ford, l’Etrangleur.

 

Hazel est une jeune femme qui ne rentre pas dans les cases érigées par la société. Borderline, elle vit, elle respire, elle dort, elle mange, crime quotidiennement, année après année. Ce n’est pas à proprement parler les scènes de crimes qui l’intéressent au plus haut point, mais plutôt ceux qui les perpétuent. Elle décortique tous leurs mots, leurs langages corporels, leurs manières, leurs réactions, leurs parcours, leurs enfances. Elle cherche des réponses dans leurs témoignages qui puissent les aider eux mais également elle. Hazel ne se sent pas à sa place dans la société. Elle redoute les assemblées, elle redoute son penchant pour les hommes, elle se redoute. Sa relation avec Matt, le presque directeur de la BAU (section FBI, profiler), va lui apporter un semblant de quiétude. Un semblant de vie normale. Mais le semblant, ce n’est pas elle. Pas elle toute entière. Son elle, grouille sous sa peau, coule dans son sang, se tapit dans un coin attendant le véritable Lui pour exprimer toute sa puissance. Lui, elle le traque depuis plus de trois ans. Trois ans à apprendre à le connaître, à définir ses failles, à le titiller pour qu’il sorte de l’ombre. A se l’imaginer, à le désirer enfin pris dans ses mailles. Elle le connaît par cœur, elle a dompté dans sa tête et ses rêves. Mais elle s’entendait certainement pas à Lui quand son dernier piège s’est renfermé sur l’Etrangleur. Lui, entravé, est une bête féroce de la nature. La nature et la vie qui lui ont donné un corps sculpté, un visage aux traits harmonieux, des yeux merveilleux et une chevelure chevaleresque aussi brune que les ténèbres. Lui, c’est la peur, la folie. Lui, c’est indéniable, une attraction puissante, soudaine et incompréhensible. Chris Ford a tout du prince charmant, sauf que ces mains ont déjà ôté la vie à dix sept femmes. Et si Chris était son sauveur ? Peut-elle passer sa vie de femme insipide dans les bras de Matt ? Un trio infernal au bord du gouffre prêt à les avaler. Un trio, où passion, coup bas, trahison, manipulation et mesquinerie vont les pousser dans leurs retranchements les plus sombres. Qui en sortira vainqueur ?

 

Dés le départ je me suis sentie mal à l’aise par rapport au personnage de Hazel. Tout respirait la contradiction. Ses actes, ses mots, ses réactions ne correspondaient pas au personnage que je pouvais pressentir. Beaucoup de chose clochaient et me déstabilisaient. Pour être honnête, je me suis dit « je patauge dans la semoule » et eu peur que tout le roman se déroule dans ce sens. Jusqu’au moment où je me suis posée cinq secondes et je me suis mise à revoir mon point de vue sur le début du roman : et si Mady Flynn jouait avec moi ? Et si elle essayait de me manipuler au travers de son personnage ? Et si toute cette angoisse que je ressent, ce malaise malsain et asphyxiant n’était en réalité, ce que l’auteur voulait que je sente. Et si je n’avais pas abordé l’histoire sous le bon angle ? Tout autant de questions qui m’ont torturée l’esprit pendant un temps pour enfin se résoudre d’elles même. Je suis venue vraiment à l’idée que Mady Flynn est la reine de la manigance psychologique. Une maitrise parfaite, un savoir qu’elle te fait profiter dans les nombreux détails. Une réflexion intense qui pousse tes limites de l’amoralité. Mady Flynn aime titiller le subconscient et repousser les frontières de la normalité. Elle t’égratigne, elle te refile les frisons, elle te pousse à croire que l’impossible n’est pas impossible. L’amour n’a pas de couleur, ni d’odeur. Il survient dans l’inattendu, dans l’incongru, dans le noir pour se révéler dans une splendeur suspicieuse et capricieuse. Elle joue avec les codes en leur donnant cette possibilité arbitrée par le bien et le mal. Elle farfouille, creuse et déniche l’improbable. Un conte de fée où le chevalier surgit des ténèbres pour sauver la demoiselle en détresse. Un preuve que l’amour peut prendre toutes les couleurs du monde.

 

J’ai été captivée par cette dark romance où la psychologie des personnages est l’élément central à toute cette histoire rocambolesque. Mady Flynn a su jouer avec tous les éléments en sa possession en leur insufflant une dynamique incroyable. Une histoire bouleversante, intrigante et splendide. J’ai frôle le coup de cœur. Comme à chaque fois que je croise le potentiel d’un auteur, je rechigne sur les petits détails de rien du tout comme cette fin qui est à mon goût tout à l’opposé à ce que je m’attendais. J’aurais voulu quelques égratignures de plus et quelques confrontations. Non pas un bain de sang, mais juste cette petite touche mélodramatique renforçant leurs liens indéniables.

 

Une dark romance explosive en tout point ! Félicitations à l’auteur pour son univers extrêmement dérangeant !

 

 


 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

Vers la page Facebook de Mady Flynn, pour suivre son actualité !