HANDSOME HARRY : Confessions d’un gangster de James Carlos Blake.

 
[ LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE – Nouveauté 2019]
Éditions Gallmeister – Collection Americana
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Emmanuel Pailler
Postface de François Guérif
315 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à dévorer »
Lien Kindle

 
Le résumé :
Dans la bande de John Dillinger, il y a Red, Charley, Russell et moi, « Handsome Harry » Pierpont. S’il y avait eu un chef, ça aurait été moi, même John le dit. Mais John aime avoir sa photo dans les journaux et faire le malin devant les dames, alors on ne se souvient que de lui. Il est le plus cool d’entre nous, je vous le garantis, sur un boulot comme sous les balles. Nous prenons l’argent là où il se trouve : dans les banques. Sans nous vanter, en matière de casse, nous sommes les meilleurs. Un chauffeur, trois ou quatre gars motivés, une voiture de remplacement, et le tour est joué. Les journaux disent que nous sommes dangereux, l’Ennemi public n°1 : n’exagérons rien. On ne veut de mal à personne, on aime juste les belles voitures, les jolies filles et les fêtes entre copains. On sait bien que ça ne va pas durer, que les flics nous attraperont un jour ou l’autre. En attendant, on profite de la vie.

 
Mon avis :
Dans la famille « gangster j’ai peur de rien », je voudrais Handsome Harry Pierpont. Joyeux troubadour et tête pensante d’un gang de braqueur de banques et de commissariat. Mais Harry n’aime pas être au centre de l’attention, non pas par timidité mais plus pour son amour propre. Pourtant Harry est mis sous les projecteurs pendant plus de 300 pages par James Carlos Blake, auteur aventureux et talentueux.
Il est rare que j’accroche dès les premières lignes (vraiment dès les premières lignes) et de me dire wouah ! Il est clair que la magie a opéré instantanément et la suite de ma lecture n’a été que pur bonheur.
Voilà, tout le gang est mort sauf Russel et moi.
Russel, au moins, a encore l’espoir : quand on est enfermé à vie, on peut toujours tenter une nouvelle évasion. Moi, ils vont m’achever demain matin.
Premières lignes
Gangster, légende (et mythe) des années folles, pendant la grande dépression où l’alcool de contrebande coule à flot, petites frappes et gangster en herbe foisonnent ici et là, petits larcins pour débuter et puis il y a le jour où ils se trouvent derrière les barreaux. Métier qui rentre tu me diras, et certes passage plus ou moins obligé, dans ce milieu, pour évoluer. Harry Pierpont fait partie de cette trempe à ses débuts, à la seule différence est qu’il compte de pas rester à ce stade là. De petit coups en petit coups, de rencontres en rencontres et de cellules en cellules, Harry se fait vite un nom qu’il ne vaut mieux pas chatouiller. La dure vie de la prison va ainsi forger un homme prêt à tout pour vivre de sa liberté au détriment des banques.
Ce roman se lit comme un roman d’aventures même si il est clair que les faits divers correspondants sont empruntés à la réalité. James Carlos Blake a su créer une histoire tonitruante autours d’héros pas comme les autres et surtout atypiques. Il va s’en dire que l’image du gangster même est soit auréolée ou soit dénigrée, l’auteur n’impose rien de cet acabit et laisse aux lecteurs le soin de se forger sa propre opinion. Pendant plus de trois cent page, j’ai suivi les aventures rocambolesques d’Harry et sa bande, ses amours, ses craintes, les planifications d’attaques, ses fuites, la relation fusionnelle avec sa mère, les copains de la bande et leurs péripéties, les deals… L’immersion aussi irréelle soit elle, a le mérite de faire vivre le moment présent avec une sacrée intensité. Sans oublier une bonne dose d’humour.
« HANDSOME HARRY, confessions d’un gangster » est un shoot d’adrénaline ! Sans foi ni loi, ce roman retrace la vie d’un homme qui a décidé du sort de son destin, l’a façonné à son image, l’a modelé selon ses principes, l’a brandi à bout de bras et dans un dernier souffle a accepté toutes les conséquences inéluctables, la tête haute.

 
Je remercie le PICABO RIVER BOOK CLUB et les éditions Gallmeister de m’avoir permis de découvrir ce super roman.

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Gallmeister pour tout savoir.

received_257092058249322

Publicités

DANS LA VALLÉE de Hannah Kent.

 
[ LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE – 2018]
Éditions LES PRESSES DE LA CITE – Romans étrangers
Traduit de l’anglais (Australie) par Karine Reignier-Guerre
480 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 

 
Le résumé :

 

 » Certains êtres sont différents. Ils sont nés comme ça, sur le bord du monde. Ils savent voir ce que d’autres ne voient pas. Pour eux, les rivières ne coulent pas de la même façon. « 
Le temps semble s’être arrêté dans ce village du sud de l’Irlande égaré dans la vallée et battu par la famine. Nóra Leahy a perdu son mari et sa fille et se retrouve seule avec son petit-fils de quatre ans, infirme. Pourtant, Nóra s’en souvient : quelques années plus tôt, Micheál marchait et commençait déjà à parler. Que lui est-il arrivé ? A-t-il été changé, remplacé pendant la nuit par les fées qui auraient posé une autre créature dans le berceau ? Est-ce à lui que la vallée doit la malédiction qui la frappe ? Mary, la jeune servante que Nóra vient d’engager, se laisse impressionner par les commérages du village et les rapporte à sa maîtresse. Ensemble, les deux femmes se mettent
en quête de la seule personne en mesure de sauver Micheál : une originale, qui vit seule dans la lande et parle le langage des plantes. Car, même si tout le monde s’en méfie, on sait que la vieille Nance Roche a le don. Qu’elle communique avec le peuple invisible. Et qu’il n’y a qu’elle pour faire revenir ceux qui ont été enlevés…

 
Mon avis :

 

DANS LA VALLEE est une extraordinaire découverte. Une de celle qui marque au plus profond de soi. Après un début très compliqué, je suis sortie de cette lecture abasourdie et ébahie.

 

DANS LA VALLEE s’inscrit dans ces romans intemporels. Ceux qui relatent avec passion, réalisme et honnêteté la vie oubliée des contrées lointaines. Hannah Kent plonge le lecteur au cœur d’un village désœuvré d’une Irlande démunie. Un village où survie et bravoure se côtoient impitoyablement. Un village niché dans une vallée battue par les vents où le soleil écrasant alterne avec l’hivers rigoureux, entouré de montagnes. Des champs à perte de vue, des chemins de terres, des chaumières de terres et de joncs, des feux de tourbes, des vaches, des jardins de pommes de terre, un puits, ô lieu de rencontre féminine, un forgeron, une église, une guérisseuse. Tableau loin d’être idyllique d’un monde rural et rude. Les médecins sont quasi inexistants et sont véritablement hors de prix. Lorsque la maladie frappe, les paysans s’en remettent à l’Eglise où alors vont voir en toute discrétion la guérisseuse. Nance Roche vit à l’extérieur du village avec sa chèvre et ses poules. Sa chaumière est à l’image de sa propriétaire : ordonnée, propre et accueillante. Des herbes, fleurs et plantes sèchent et diffusent une agréable odeur. L’herboriste connaît méticuleusement les plantes qui doivent être associer aux maux. Nance Roche, vieille femme aux yeux voilés par les années et la dureté de la vie, possède également le don. Un don aussi étrange que nécessaire : celui de comprendre le monde caché où vivent les Fairies, les Bonnes Gens. Les croyances et les légendes peuplent les rituels, le quotidien et les soirées autour du feu. C’est un monde craint de tous. Les arbres d’aubépines sont leur royaume, les nuits leur monde, les rivières, les arbres leur terrain de jeux et les humains leur pitance. Ils s’en prennent aux mortels en leur jouant de mauvais tours et peuvent également  s’en prendre aux plus petits d’entre eux en les enlevant et en mettant à leur place des êtres curieux et abominables, des changelin.

 

C’est ce que croit dur comme fer Nora Leahy au sujet de son petit fils de quatre ans. Micheal était un petit garçon tout à fait normal lorsque petit à petit il a arrêté de parler et de marcher. Ses jambes se sont peu à peu atrophiés. Ses nuits sont devenus le berceau de cris épouvantables. Un monstre ! Un être abominable ! Un changelin ?! Nora est convaincue que ce n’est plus son petit fils et les Fairies l’ont emporté dans leur royaume laissant à sa place cette chose. Aidée de sa servante Mary qui s’occupe du petit Micheal, Nora décide de faire appel à Nance dans le but de retrouver son enfant. Nance lui assure qu’après plusieurs méthodes, elle le retrouvera tel qu’il était quelques années plus tôt.

 

Entre superstition et réalité, le gouffre est immense. Le danger guette. Les rumeurs circulent. Le curé éructe. Les aléas et la pauvreté malmènent un village qui ne sait plus où donner de la tête. Tous les maux semblent provenir de Nora et sa famille et de Nance Roche. Qu’en sera t’il des conséquences ? Désastreuses ou merveilleuses ?

 

Hanna Kent de sa plume poétique et exigeante transporte le lecteur aux côtés de ces villageois qui mènent une vie loin de tout repos. Elle relate avec audace ses vies aussi extraordinaires qu’éprouvantes et désobligeantes. De descriptions en descriptions, d’événement en déconvenues, des drames à l’espoir, ce roman est une pure merveille. Celle où la réalité joue avec la frontière de l’irréel, celle où l’horreur remplace l’irrationnel, celle où l’espoir donne un but ultime : la normalité. La normalité dans un monde emprunt de rites et de croyances d’un autre âge. Ce monde en confrontation perpétuel avec la modernité qui règne dans les plus grandes villes. Un monde méconnu qui n’est plus. Un monde cruel et effrayant. Un monde inquiétant.

 

DANS LA VALLEE est un livre choc. Ne pas y être insensible est impensable. J’ai vite été embarquée dans un univers aussi étrange que prenant. Cette virée dans ce monde m’a bouleversée.

 

#Esméralda
 

 
Je remercie les éditions Les Presses de la Cité pour leur confiance via la plateforme NetGalley.
 
image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site Lisez.com pour tout savoir.

Vers le site d’Hannah Kent pour découvrir son univers.

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

L’HOMME QUI AIMAIT TROP LES LIVRES de Allison Hoover Bartlett.


[ ESSAI – Nouveautés 2018]
Editions Marchialy
Traduction : Cyril Gay
Titre original : The Man Who Loved Books Too Much, 2010
331 pages
Ma note : 3/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle




Le résume :


Jusqu’où iriez-vous pour mettre la main sur le livre de vos rêves ? Mieux encore, jusqu’où iriez-vous pour avoir une pleine bibliothèque remplie de vos livres préférés ?
John Gilkey a dérobé pour plus de 100 000 dollars de livres anciens. Son but : réunir une collection de livres rares à son image. Dès lors, comment attraper un voleur qui ne subtilise des livres que pour compléter sa bibliothèque personnelle ?
C’était sans compter sur la ténacité de Ken Sanders, libraire de livres ancien irascible, qui se surnomme lui-même biblioflic. S’ensuit une traque de plusieurs années entre un voleur obsessionnel et un libraire obstiné prêt à bondir au moindre faux-pas.
Le récit d’une traque qui nous plonge dans l’univers trop peu connu du livres anciens.
Allison Hoover Bartlett est une journaliste américaine. Elle découvre le monde secret du livre ancien le jour où un ami lui confie un exemplaire d’un herbier du XVIIème siècle. Intriguée, elle choisit de se frayer un chemin dans ce milieu mystérieux et très masculin.
Elle écrit entre autres pour le New York Times, le Washington Post, le San Francisco Chronicle Magazine. L’article à l’origine de ce livre a été repris dans l’anthologie The Best American Crime Reporting 2007.


Mon avis :


La quatrième de couverture a tout pour titiller la curiosité des lecteurs. L’attention est attirée directement sur cette enquête qui se présente comme un polar. Et bien que nenni ! C’est une véritable histoire, tirée donc de faits réels. Cet essai a eu le mérite de me surprendre. La journaliste Allison Hoover Bartlett a eu l’audace de narrer un récit qui plonge le lecteur entre la frontière de la fiction et de la non-fiction.


Pas évidemment de démêler tout ça, d’ailleurs je me suis posée la question jusqu’au point final et c’est après des recherches internet que je me suis exclamée « oh nooooooonnnnn ».


Du coup donner mon avis est compliqué. Je n’est pas assez d’expérience avec ce genre littéraire (mon second « essai » de l’année) pour pouvoir le juger. Je n’apprécie pas trop ce terme mais c’est le plus adéquat (quand on parle de roman tous les jours ?). Me voilà donc dans la mouise. Je vais commencer par une question que je te pose :
Te considères-tu comme un collectionneur (de livre par exemple) ? Cette passion est-elle frénétique ? As tu un intérêt quelconque a empilé les livres ?


Bon cela fait trois questions (je m’excuse). Lorsqu’Allison Hoover Bartlett a dans les mains la première édition original d’un herbier, elle découvre alors un monde qu’il lui est totalement inconnu. Etant journaliste, voici un sujet qui l’intéressa. Commença une enquête hors norme dans un milieu mystique : les livres de collection. Ces derniers revêtent un pouvoir non substantiel dans un milieu qui se livre la guerre à celui qui détiendra la première édition avec bonus. Les libraires dont Ken Sanders (super flic-libraire) fait parti, dénicheurs et fournisseurs de collectionneurs en mal de reconnaissance, forment une communauté un peu à part et sont la cible de voleurs. Son enquête la porte à rencontrer un voleur bien singulier : John Gilkey (qui existe véritablement). Elle rencontre un personnage atypique que l’on peut considérer comme illuminé. Allison Hoover Bartlelt décrit alors un homme tourmenté sans tomber dans la caricature morbide du délinquant. Elle décrit ses aspirations et ses convictions qui ont le mérité d’effrayer et d’interroger. Elle amène certaines réponses quant à la motivation de Gilkey de voler ces livres de grandes valeurs.


Cet essai est mené avec ingéniosité et intelligence. La journaliste donne la forme de polar à son récit. Ainsi donc le lecteur est vite interpelé et adhère.


Le travail d’investigation a du être titanesque et mérite amplement que le lecteur se plonge dans la lecture.


L’HOMME QUI AIMAIT TROP LES LIVRES est un essai atypique sur un sujet plus qu’intéressant.
#Esméralda


Je remercie les éditions Marchialy et Nadia pour leur confiance et patience. Lecture proposée au sein du groupe le PICABO RIVER BOOCK CLUB.

image-principale-page-liens-utiles


Vers le site des Editions Marhcialy pour tout savoir.

LES CHANTS DU LARGE de Emma Hooper.


[ LITTERATURE NORD AMERICAINE – Natur writing – Nouveauté 2018]
LES ESCALES Editions – Collection Domaine étranger
Traduit de l’anglais (Canada) par Carole Hanna
Titre original :Our Homesick Songs, 2018
Ma note : 5/5 mentions « coup de cœur » et « pépite »
Lien Kindle


Le résumé :


Une formidable histoire de départs, de traversées et de légendes, le tout porté par l’écriture poétique et mélodieuse d’Emma Hooper.Du haut de ses onze ans, à travers le brouillard, le vent et la pluie, Finn compte les bateaux de pêche, de moins en moins nombreux à Big Running, son village natal situé sur une île du fin fond du Canada. Il n’y a plus de poissons à pêcher, donc plus de travail. Peu à peu, les maisons se vident et les habitants quittent l’île.
Le jour où ses parents se retrouvent obligés de travailler un mois sur deux, chacun leur tour, dans l’Alberta, Finn est inquiet. Sa vie, telle qu’il l’a toujours connue, risque d’être à jamais bouleversée. Alors quand sa soeur elle-même, après avoir repeint toutes les maisons abandonnées de l’île aux couleurs de différents pays, finit par partir, il décide que c’en est trop. Avec les caribous, le lichen et le vent comme seuls compagnons, il échafaude un plan fabuleux pour sauver à la fois sa famille et son île.
Une histoire tendre et fantasque, d’une incroyable beauté, portée par l’écriture poétique d’Emma Hooper.

Mon avis :


Aujourd’hui je te présente mon dernier coup de cœur magistral pour cette année 2018. Une lecture profonde et émotionnellement intense.


Ferme les yeux et imagine. Imagine une île non loin de Terre-Neuve. Imagine quelques maison parsemées sur une terre où la rudesse du temps a fait son œuvre. Imagine le vent fouetté ton visage. Imagine les  embruns de la mer te transporter ici et là. Imagine le brouillard caresser ta peau et le soleil te la réchauffer. Imagine ces rochers aussi accueillants qu’effrayants. Imagine la solitude emplie de musique et de chants. Imagine la solitude qui détruit peu à peu, tout : la conscience, l’humanité et l’imagination.


Emma Hooper m’a transportée sur ces terres emplies d’hommes et de femmes qui ont un temps jadis crée les plus belles histoires épiques. Hommes et femmes, en harmonie avec la nature, vivant essentiellement de la pêche. Une île florissante et accueillante victime au fil des ans de la vanité et de la cupidité des Hommes.


Les poissons sont partis et les Hommes avec. Les instruments de musique et les rires ne rythment plus rien. La désolation et la consternation sont le quotidien. Plus rien à part une famille qui tente le tout pour le tout. Cora et Finn, enfants merveilleux, trépignent dans ce village mort. Les idées fleurissent et s’égarent d’une maison vide à une autre. Chacunes reprenant vie dans un étrange costume. Cora et Finn ont des solutions au drame qui se prépare. L’une ancrée dans la réalité sournoise et l’autre péchée dans l’imagination d’un petit garçon qui y croit dur comme fer.


Emma Hooper  fait valser son lecteur au grès des vagues qui frappent la terre. Une plume à la fois nostalgique et bienveillante invite à un voyage aussi extraordinaire que percutant. Suivant la douce mélodie des espoirs, Emma Hooper décrit avec perfection le désarroi, l’incompréhension et la résignation. A contrario avec énergie et certitude, elle explore le monde de Finn.


LES CHANTS DU LARGE est résolument une belle découverte. Celle qui trouve une place particulière auprès de mon cœur. Emma Hooper a su parfaitement me touchée : un décor féérique, des personnages déracinés et contraints, un espoir fou au travers de deux enfants en perte de repères. Une écriture à la fois mélodieuse et poétique m’a fait découvrir un roman où tout se percute : les émotions, le passé, le présent et le futur, les femmes et les hommes, et la réalité et l’espoir. Un conte des temps modernes.


LES CHANTS DU LARGE est un sacré voyage qui m’a tenu en haleine pendant ces jours de fêtes. A découvrir absolument pour celles et ceux qui aiment les grandes étendues où tout est possible !

#Esméralda 


Je remercie Les Escales éditions et Nadia pour leur confiance et leur patience. Lecture proposée au sein du groupe le PICABO RIVER BOOK CLUB.


image-principale-page-liens-utiles


Vers le site Lisez.com pour tout savoir.

Vers le site d’Emma Hooper pour les plus curieux d’entre vous.


 » Comme l’hirondelle » chanson folkorique canadienne

LA MÈRE PARFAITE de Aimee Molloy.


[ THRILLER PSYCHOLOGIQUE – Nouveauté 2018]
LES ESCALES Éditions – Collection Les Escales Noires
Traduit par Emmanuelle Aronson
Titre original : The perfect mother, 2018
400 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle


Le résumé :


Un thriller électrisant – lorsqu’un enfant disparaît les masques tombent au sein d’une communauté paisible de Brooklyn.
Nell, Francie et Colette font partie d’un groupe de jeunes mères de Brooklyn qui ont fait connaissance pendant leur grossesse. Le soir du 4 Juillet, pour échapper quelques heures à leur quotidien, elles décident d’organiser une virée dans un bar : un répit bienvenu en ce premier mois d’été caniculaire. Elles parviennent même à convaincre Winnie, la mère célibataire du groupe, de confier son nouveau-né à une baby-sitter. Mais lorsque Winnie rentre chez elle et découvre que son fils a disparu, la soirée tourne au drame.
Dans un Brooklyn étouffant, alors que l’enquête piétine et que la police accumule les erreurs, Nell, Francie et Colette se lancent dans une course effrénée pour retrouver l’enfant.
Jusqu’à ce que les médias s’emparent de l’affaire et fassent de leurs vies, en apparence si parfaites, le centre de toutes les attentions…
En faisant exploser le vernis d’existences bien ordonnées, Aimee Molloy livre une critique grinçante des pressions subies par les mères dans notre société. un roman rare, à la fois captivant et pertinent.
Un best-seller du New York Times dès sa première semaine de parution.


Mon avis :


Aimee Molloy signe son premier roman avec « The perfect mother ». Un thriller décapant et bien plus.


Brooklyn, un été assez caniculaire, le groupe des mamans de mai (soutien et échange entre mamans d’enfants nés en mai), et parmi tout cela Nell, Francie, Colette et Winnie. Quatre femmes réunis pour le meilleur et surtout le pire. Quatre femmes réunis par la maternité et un terrible événement : la disparition du bébé de Winnie.


Aimee Molloy m’a vraiment fait gamberger. Et je dois avouer que j’ai adoré et que la surprise a véritablement eu du poids lorsque le dénouement éclate. Tour à tour, ses personnages prennent la parole autour de cet enlèvement. Molloy peaufine à merveille les trait psychiques de ses personnages, les enfonçant scandaleusement dans leurs tourments, leurs secrets et passés. Une véritable chute en enfer qui a eu le mérite de me donner de nouveaux cheveux blanc. Je dois dire que Molloy est très maligne et sait parfaitement jouer avec les faux semblant. Elle embobine et embobine encore pour nous plonger dans le quotidien de ces mamans qui s’épuisent à démêler le faux du vrai. La paraître a alors une importante place dans une situation cocasse.


Les personnages sont très différents et se complètent à merveille. Nell la fonceuse, Francie la persévérante, Collette la patiente et Winnie la maman déplorée. Elles vont vivre ensemble une terrible épreuve où elles auront une place importante dans le final. Mais à côté de cette intrigue parfaitement menée, Molloy a choisi de dépeindre le portrait de ces mamans modernes où la société leur demande d’être des mamans parfaites. D’ailleurs j’ai trouvé ce portrait hyper honnête sans métaphore enjoliveuse dans lequel je me suis retrouvée. Aucun renvoi de bébés, ni tâche due à une montée de lait, ou cheveux en bataille et cernes innommables n’auront paru aussi réalistes. Molloy a su inclure avec ingéniosité un aspect de société dans une intrigue mordante.


Un thriller psychologique menée d’une main de maître. Un premier roman qui en prédise d’autre, je l’espère vivement. Je me suis régalée. La plume de Molloy a su me convaincre dès les premières pages. Ses personnages ont su me faire vivre une étonnante aventure et leur côté « maman » a su m’attendrir. Une trame sensationnelle pour une chute explosive !


A découvrir !

#Esméralda 


Je remercie les éditions Les Escales ainsi que Nadia pour leur confiance et leur patience.


image-principale-page-liens-utiles


Sur Lisez.com pour tout savoir !

Vers le site d’Aimee Molloy pour découvrir son univers.


LES FUREURS INVISIBLES DU COEUR de John Boyne.

[ LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE IRLANDAISE – Nouveauté 2018]
Éditions JC LATTES – Collection Littérature Étrangère
Traduit par Sophie Aslanides
Titre original : The heart’s invisible furies.
580 pages
Ma note : 4,5/5 mention « pépite »
Lien Kindle


Le résumé :
Cyril Avery n’est pas un vrai Avery et il ne le sera jamais – ou du moins, c’est ce que lui répètent ses parents adoptifs. Mais s’il n’est pas un vrai Avery, qui est-il ?
Né d’une fille-mère bannie de la communauté rurale irlandaise où elle a grandi, devenu fils adoptif d’un couple dublinois aisé et excentrique par l’entremise d’une nonne rédemptoriste bossue, Cyril dérive dans la vie, avec pour seul et précaire ancrage son indéfectible amitié pour le jeune Julian Woodbead, un garçon infiniment plus fascinant et dangereux.
Balloté par le destin et les coïncidences, Cyril passera toute sa vie à chercher qui il est et d’où il vient – et pendant près de trois quarts de siècle, il va se débattre dans la quête de son identité, de sa famille, de son pays et bien plus encore.
Dans cette œuvre sublime, John Boyne fait revivre l’histoire de l’Irlande des années 1940 à nos jours à travers les yeux de son héros. Les Fureurs invisibles du cœur est un roman qui nous fait rire et pleurer, et nous rappelle le pouvoir de rédemption de l’âme humaine.


Mon avis :

Quand John Boyne parle de son Irlande, on ne peut que ressentir son attachement à ces terres. Rudes, intransigeantes, inhospitalières, violentes, malgré cela il en résulte un sentiment de bienveillance.


John Boyne que je découvre est un auteur extraordinaire. Il insuffle une dose de magie dans un univers, dans une Irlande rigoriste et dirigée d’une main de maître.


Alors que l’actualité irlandaise annonce la légalisation de l’avortement, John Boyne, lui, nous fait découvrir l’enfer d’un jeune homme orphelin, Cyril Avery, qui ne peut pas assumer sa véritable personnalité. Etre homosexuel est alors considéré (et peut être encore de nos jours) comme étant une maladie mentale. Les passages à tabac, les meurtres sont tout simplement impunis quant les agresseurs sont adulés et innocentés. Cyril Avery est élevé par une père et une mère qui n’assume pas tellement leur rôle de parent. Tel une sorte de trophée pour parachever l’image d’une famille normale. Cyril grandit et s’interroge. Ses pulsions deviennent incontrôlables le mènent sur des chemins dangereux. Il souffre de son incapacité à être normal, se morfond, s’isole, s’imagine même être une bête. Survivre dans une Irlande catholique où l’Eglise dirige tout, le pousse à s’afficher avec la gente féminine, notamment avec la sœur de Julian Woodbead qui subira de plein fouet les remords de Cyril. Julian incarne l’homme idéalisé. Cyril ne peut rien lui refuser et est prêt à tout pour garder au moins son amitié. Julian est un homme à femmes, trop de femmes et cela lui sera fatal. Caricature parfaite du bon vivant, Julian détonne par son caractère nonchalant et bienheureux.


Cyril est un homme d’une gentillesse extrême et innée, bienveillant, certes un peu perdu mais tout au long de l’histoire il va s’affirmer et assumer toutes ses erreurs. 


LES FUREURS INVISIBLES DU COEUR est une pépite, de celle qui témoigne des difficultés dues à l’ignorance et à la différence. John Boyne avec tact, humour et honnêteté relate l’histoire d’un homme qui en aime d’autres, qui se cherche, se trouve et se perd. Un homme qui doit fuir, se reconstruire et aimer. La pureté de l’amour entre deux personnes est si belle. Un amour qui prend une dimension significative et sensible dans les différents voyages qui prennent alors la dimension de la quête initiatique, de soi, de l’autre. Un quête contre l’ignorance, les préjugés et contre la maladie. Celle qui foudroie, qui intrigue et qui subjugue. Une quête rédemptrice. Si John Boyne ne tombe pas dans le mélodramatique, il insuffle une dose d’optimisme et d’humour à bien de scènes. Les dialogues pimpants et ingénieux viennent contrecarrer les monologues déprimants. John Boyne confronte la haine et le pardon. Les murs sont si difficiles à abattre.


Après un début difficile car je suis sortie de ma zone de confort, la suite a été un véritable délice. Les aventures de Cyril sont à la fois émouvantes et déconcertantes. La vie et son sens de l’humour s’invitent dans un décor sinistre et violent. Comment ne pas succomber et apprécier à sa juste valeur le dernier roman de John Boyne ? Une pure merveille tout simplement à dévorer !

#ESMERALDA



Je remercie les éditions JC Lattés pour leur confiance via la plateforme Netgalley.

image-principale-page-liens-utiles


Vers le site des éditions JC LAttès pour tout savoir.

Vers Wikipédia pour tout découvrir sur John Boyne.


Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

A MÊME LA PEAU de Lisa Gardner.


[ POLICIER – A paraître le 2 janvier 2019]
Éditions ALBIN MICHEL
Traduction : Cécile Deniard
Titre original : Fear nothing, 2014.
512 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

Le résumé :


Deux meurtres spectaculaires sont perpétrés à Boston à six semaines d’intervalle. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes seules, atrocement mutilées, à côté desquelles l’assassin a déposé une rose.
L’inspectrice D.D. Warren, chargée de l’enquête, décèle vite une similitude entre ces mises en scène macabres et une longue série de meurtres ayant défrayé la chronique à Boston quarante ans plus tôt et dont l’auteur, Harry Day, s’est suicidé depuis.
Seul recours pour D.D. Warren : se rapprocher des deux filles de Harry Day. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre les récents crimes et Shana et Adeline ? Pour le savoir, D.D. Warren va devoir se confronter à cette interrogation : peut-on échapper à son destin lorsqu’il est marqué du sceau de la mort ?
Une plongée stupéfiante au coeur d’un enfer familial : Lisa Gardner s’impose définitivement comme une virtuose du thriller psychologique.

Mon avis :


Je découvre pour la toute première fois la plume extraordinaire de Lisa Gardner. Effectivement, si ce nom  me revenais souvent aux oreilles, je n’ai jamais ouvert un de ses romans. Maintenant que le problème est résolu et bien cette rencontre a été formidable, éprouvante et majestueuse.


Je ne sais pas si son meilleur roman, en tous cas il m’a donné envie de découvrir ses précédentes parutions en les rajoutant dans ma wish-list.


D.D. Warren est ce genre de personnage que j’adore. Déterminée, têtue, courageuse, teigneuse, survoltée, passionnante, intelligente et super flic, D.D. est un sacré bout de femme qui ne se laisse pas déstabiliser et qui fonce droit dans les problèmes. Un personnage aux traits de caractères forts et impressionnants. On est loin de ces personnages fades qui se laissent porter par les flots. Non, D.D. fonce, réfléchit, suppose et questionne. Dit comme cela, on dirait une super héroïne, oui mais D.D. est aussi une femme avec ces faiblesses et ses fragilités, une maman inquiète et protectrice et une épouse qui ne faut pas chatouiller.


J’ai adoré suivre ses péripéties, surtout que l’auteur ne l’épargne rarement et joue avec ces nerfs. Cette nouvelle enquête sur « le tueur de la rose », n’a rien d’évident, surtout quand le passé, une psychiatre insensible à la douleur (Adeline) et une prisonnière (Shana) s’en mêlent. Le point commun : Harry Day, papa de Shana et Adeline et accessoirement tueur en série qui séquestrait des femmes et découpait leur peau. Quand deux meurtres rappellent ceux d’il y a quarante ans, c’est la panique à bord.


Lisa Gardner a le talent incroyable de narrer une histoire totalement sensationnelle avec des personnages qui à travers leurs qualités et leurs nombreux défauts arrivent à subjuguer. Elle parfait un tableau aussi horrifiant que réel, incluant le poids incommensurable d’un héritage sanguinaire. Un thriller mené avec brio et ingéniosité où Lisa Gardner ne cède absolument pas à la facilité. Une intrigue où règne un suspense qui tient en haleine jusqu’aux dernières pages. Les personnages attirent l’attention. J’ai lu ce thriller d’une traite. L’auteur m’a immergée dans son monde avec une certaine facilité. La trame dénote par son intensité et les implications. Les doutes assaillent souvent les personnages et outre le fait de découvrir qui est ce tueur à la rose, D.D., Adeline et Shana devront faire face à ce qu’elles ont de plus personnel : leur identité.


Quel thriller éprouvant ! Dans la lignée de Karine Giebel, Lisa Gardner a le talent et l’audace de faire vivre une lecture « tourbillonesque » !


#ESMERALDA


Je remercie les éditions Albin Michel et Babelio pour la découverte de ce super roman.


image-principale-page-liens-utiles



Vers le site des éditions Albin Michel pour tout savoir.

Vers Wikipédia pour découvrir l’univers de Lisa Gardner.