LA FILLE SANS NOM de Maëlle Fierpied.

 

 
[ FANTASTIQUE – Jeunesse – Nouveauté 2019 ]
ÉCOLES DES LOISIRS – Collection Médium+
A partir de 13 ans
Illustration couverture Antoine Doré
512 pages
Ma note : 5/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle

 

 

Le résumé :
Ballottée de déménagement en déménagement, Camille, quinze ans, ne compte plus les endroits où elle a vécu. Ses parents semblent fuir, mais elle ne sait pas quoi.Tout ce mystère l’étouffe. Et puisque personne ne daigne écouter ses désirs, elle décide de fuguer. Enfin la liberté! Quand elle aperçoit le petit écriteau déposé par deux marins : « Recherche garçon à tout faire contre gîte et couvert », Camille voit l’occasion idéale de commencer sa nouvelle vie. Mais ce que la jeune fille ignore, c’est qu’en signant le drôle de contrat que le propriétaire de la péniche lui tend, elle deviendra son esclave… pour l’éternité. Afin de se libérer de l’emprise de son nouveau maître, Camille devra faire face à de nombreux dangers. Au cours de son périple, elle découvrira Ether, un monde de magie qui pourrait bien la révéler à elle-même.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

Voici un roman jeunesse qui m’a conquise de bout en bout. Un roman où l’aventure est au cœur d’une quête identitaire. Que c’est rafraîchissant de se glisser dans la peau d’une héroïne mal à l’aise qui sur un coup de tête décide de partir au cœur de la nuit. Fuir tout ce qui l’entoure, les non-dits, une famille où la discipline règne, sa vie maussade.

 

Camille n’est pas du genre rebelle. Passe partout, elle s’adapte au changement imposer par ses parents. Se sentant oppresser dans une vie où elle ne trouve pas sa place, le grand air est l’unique solution qu’elle veut tenter. Sac sur le dos et les idées déterminées, elle fugue, loin de cette ambiance morose. Ses pas la portent vers cet endroit désert, lugubre aux abords d’une fleuve. Ereintée, elle s’adosse à ce vieil arbre déraciné certainement charrier par les eaux puissantes du fleuve. Cette pause méritée ne la rassure pas pour autant. Le temps s’égrène paisiblement, attendant le moment fatidique où cette péniche s’amarre au quai, détentrice d’une solution pourtant non envisagée mais si incroyablement séduisante au point qu’elle flanche devant cette attirance inexpliquée. Un pied sur l’embarcadère et la voici en route pour un voyage dans un monde inconnu où la combativité, l’inventivité et le courage seront ses seules armes pour affronter des dangers insoupçonnés.

 

Un pacte, une signature, des cris dans un bocal et la voici enchaînée à un puissant mage qui n’a rien du gentil. Tout aurait pu être simple pour Camille et s’enfuir à nouveau. Mais pour aller où, quand on ne sait plus qui on est et comment on se nomme.

 

Bienvenue dans un monde totalement ahurissant. Un voyage aux confins d’un univers parallèle à celui de la Terre, Ether. Un monde fait de magies, de mages, de sorciers, de créatures impitoyables. Un monde qui sous ses airs de paradis, cache la convoitise, le pouvoir, l’abominable et la fourberie. Un monde que va découvrir à ses dépens La Fille sans nom. Un monde où les apparences peuvent être trompeuses. Un monde où le danger se cache dans les moindres recoins. La Fille sans nom est courageuse et brave. Si dans un premier temps, elle conçoit à suivre les ordres de son maître, à partir du moment où sa vie est en danger, la hargne et la colère vont s’emparer d’elle. Elle ne peut compter que sur elle-même et sur ses compagnons de route, deux drogons, Safre et Margoule, qui vont lui être d’une aide précieuse. Entre rêves, rencontres hasardeuses et phénomènes inexpliqués, La Fille sans Nom est loin de penser que ce voyage lui permettra de découvrir qui elle est véritablement.
 
Maëlle Fierpied a une imagination débordante. Sa plume m’a fait voyagé dans un univers incroyable au côté d’une héroïne hyper attachante. Entre actions et rebondissements, impossible de s’ennuyer. Touts les éléments s’encastrent parfaitement pour un résultat époustouflant. Ici et là, les surprises viennent parfaire une trame tellement riche. Ce qui est incroyable c’est que je n’ai jamais ressenti que c’était « trop ». L’autrice gère avec audace et malice son monde où l’improbable est son  maître mot. Un monde imaginaire où les couleurs chatoyantes côtoient la noirceur de l’homme, où des combats singuliers entre des créatures effroyables et le groupe de Camille s’enchainent, où l’amitié, le respect et le cœur font bloc face à ces personnages cruels. Comme tu peux t’en douter, je ne me suis pas du tout ennuyée pendant cette lecture. Une lecture explosive à laquelle il est impossible de s’en défaire. Même si la lecture s’adresse à un jeune public, je me suis régalée du début à la fin.

 

LA FILLE SANS NOM recèle de nombreuses surprises. Les actions y sont nombreuses. Les personnages apportent une certaine force à une histoire qui faut cent fois le détour.

 

A découvrir pour les jeunes fans et ceux qui adorent encore arpenter les mondes d’un autre monde !

 

#Esméralda

 


 

Je remercie l’équipe de Babelio et l’École des Loisirs pour cette merveilleuse découverte.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… sur le site de l’Ecole des Loisirs.

… Maëlle Fierpied

… l’avis de La pomme qui rougit.

 

 

 

Publicités

Âmes captives, tome 2 : les devins de G.H. David

âmes captives 2

Paranormal – Roman sorti le 27 novembre 2018

Editions Plumes du Web

Service presse

Ma note : 4,5/5

 

Je remercie les éditions Plumes du Web pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir ce roman en service presse.

Résumé : Anéanti, Aurélien est déterminé à prendre sa revanche sur le destin et à lever la terrible malédiction qui pèse sur les messagers. Mais par où commencer ?
Une quête de la vérité qui devra le conduire à prendre des risques et à œuvrer à travers les siècles.

Devins et messagers seront-ils prêts à unir leurs forces pour contrer la prophétie qui les condamne ?
Sauront-ils briser le sceau des âmes captives ?

 

Mon avis : Attention, cette chronique comporte des éléments qui vous spoileront si vous n’avez pas encore lu le tome 1!

Après un an et demi d’attente, c’est avec une pointe de fébrilité que je me suis lancée dans la lecture du tome 2 des « âmes captives ». On retrouve une Sacha dans le coma et un Aurélien complètement désemparé face à cette situation. Ce dernier va alors tout mettre en œuvre pour la retrouver, en se rapprochant de sa famille, Julie, Cynthia, sa sœur ou Adelaïde. Il va également activer tous ses réseaux et chercher de l’aide partout afin de vaincre la malédiction et espérer une vie heureuse avec sa bien-aimée.

Dans ce tome, beaucoup plus de chapitres sont écrits du point de vue d’Aurélien. C’est un homme qui sait ce qu’il veut et qui a du succès dans le domaine professionnel. « L’accident » de Sacha va tout changer pour lui car il va délaisser son travail pour essayer de la sauver. Il est prêt à tout pour elle et cette mission va l’accaparer, au détriment de tout le reste. Nous faisons également plus ample connaissance avec Athénaïs et Adolphe de Pierrepont, qui sont des ascendants d’Aurélien. Sacha se détache régulièrement pour rendre visite à Athénaïs et il semble que c’est ce couple qui est la clé pour mettre fin à la malédiction auxquelles sont soumises les familles de nos deux protagonistes. Athénaïs était une femme libre, très en avance sur son temps et devin. Quand à Adolphe, il est tombé sous le charme de son épouse dès sa première rencontre. Il était messager et fou amoureux de sa compagne. On peut faire des liens avec le couple Sacha/Aurélien et on comprend mieux pourquoi ils s’incarnent tous les deux en eux.

Ce tome est différent du premier car un peu plus complexe. A cause du coma de Sacha, Aurélien se lance dans des recherches sur l’histoire des messagers et des devins et on en apprend beaucoup sur cet univers si particulier. La narration est partagée entre Aurélien, les incarnations d’Aurélien ou Sacha, et Sacha. Pour ma part, j’aime beaucoup l’utilisation du narrateur interne et je trouve très malin de le varier tout au long de l’histoire. Encore une fois, on retrouve la vivacité de la plume de GH David qui vous attrape pour ne plus vous lâcher ! Malgré la complexité de l’histoire et des enjeux de la mission de nos protagonistes, on est ému, enthousiaste, un peu stressé et on est encore une fois totalement happé par cet univers paranormal. On retrouve une protagoniste forte, comme à chaque fois dans les romans de l’autrice, en Athénaïs qui était une femme incroyable, féministe avant l’heure mais aussi profondément amoureuse.

Pour conclure, c’est avec une pointe de mélancolie que j’ai refermé ce tome 2 d’âmes captives. Cette duologie, éloignée de ma zone de confort, a réussi à m’emmener dans l’univers des messagers et des devins grâce à la magnifique plume de GH David. Amateurs du genre, n’hésitez plus avant de vous lancer dans cette histoire incroyable et mystérieuse qui vous fera passer, sans nul doute, quelques nuits blanches ! Pour ceux qui n’ont l’habitude des lectures paranormales et qui sont en recherche d’une belle histoire d’amour originale, laissez-vous tenter par celle-ci qui vous donnera de l’émotion, des palpitations et vous fera passer un très beau moment de lecture.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ici ma chronique pour le tome 1 d' »Âmes captives : Les messagers » de G.H. David
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Plumes du Web
Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

LES CLANS-UNIS : Lutèce au Crépuscule de Naëlle Burgonde.

 
[ FANTASTIQUE – BIT-LIT / 2018]
LIBRINOVA
236 pages
Ma note : 3,5/5
Lien Kindle
Lu dans le cadre de MON MARATHON INDE de Janvier.

 
Le résumé :

 

Une agression, une nuit, à la sortie de la Pyramide, nouvelle boîte de nuit Lutécienne, et Thémis se retrouve plongée dans un univers aussi étrange qu’inquiétant.
Cette nuit-là, Thémis découvre que le petit ami de son jumeau, Sam, est un vampire – et que son vampirisme n’a rien à voir avec les vampires du cinéma – que les pouvoirs paranormaux qu’elle possède depuis sa naissance ont une origine surprenante et que les chevaliers sauveurs de damoiselles en détresse ne sont pas toujours charmants.
Toutefois, poussée par la curiosité, Thémis se familiarise doucement avec ce monde et ses coutumes.
Jusqu’au jour où Sam disparaît. Soudain, son monde vole en éclat et tout s’accélère.

 
Mon avis :

 

Sam et Thèmis sont des jumeaux inséparables. Des jumeaux fusionnels et taquins, qui n’en manquent pas une. Thèmis est créatrice de bijoux alors que Sam est détective privé. Ils vaquent à leurs occupations tout en profitant de leurs vies trépidantes. Mais ces jumeaux ont quelques choses d’exceptionnels : une marque qui scelle leurs destins et des dons puissants. Alors que la disparation de la meilleure amie de Thèmis, les inquiètent, les problèmes ne vont pas tarder à chambouler leur monde.

 

Naëlle Burgonde remodèle le plus vieux mythe de la littérature : les vampires, et le résultat est tout à fait à la hauteur. Malgré un début bancal, l’auteure a su créer un univers aux codes exigeants menait par des créatures ténébreuses et cruelles. Un monde dans un monde où il ne fait pas bon de s’y promener seul. Quand ce monde caché se confronte à la réalité, alors, prépare-toi car les étincelles ne sont pas loin de provoquer un cataclysme. Si Thèmis est ébahie par les révélations de son frère, elle n’en reste pas moins têtue et hargneuse. Thèmis est une meneuse, une tête-brulée qu’il ne faut pas chatouiller au risque de se prendre du 2000 Watts dans les gencives. Elle ne démord rarement face à ses interlocuteurs. Elle aime foncé dans le tas ! Et un gros tas lui pose un certain nombre de soucis : Taïga, un vampire-tigre alpha ! Ce dernier est un grand solitaire jamais très loquace. Il se bat quotidiennement contre sa colère légendaire et ses souvenirs d’un autre âge. Guerrier aguerri, ilmène le combat pour un monde meilleur. Sa rencontre avec la belle Thèmis est un étrange tournant dans sa vie et pour ainsi dire une gentille épine dans son pieds. Sans compter sur la présence de Sam, le cachotier et l’intriguant, qui réussit non sans mal à se fourrer dans des histoires hasardeuses et dangereuses. Son compagnon Wolf, le gentil vampire-loup, sait à quoi s’en tenir quand il disparaît.

 

Naëlle Burgonde a su totalement me transporter dans son univers aux côtés de personnages aux traits de caractères bien prononcés. Si le début est mal engagé, très vite les rebondissements s’enchainent. J’ai retenu souvent mon souffle. Cet univers est intransigeant et violent quelquefois émerveillé par des petits moments romantiques. De l’action à gogo, du suspense, du sang, des combats et des bisous, des ingrédients parfaits pour une lecture addictive. J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteure a intégré le monde des vampires et ses aspects dans son histoire. Bon parfois, c’est tiré par les cheveux, mais ce n’est pas grave, cela n’enlève rien à l’histoire elle même. Ses personnages dégagent une force et une aura impressionnantes. Je me suis très vite attachée à eux et à leurs mauvais caractères.

 

Tu l’auras compris LES CLANS-UNIS est une très belle découverte. Je ne suis pas une adepte des histoires de vampires, mais celle-ci a su me faire passer de très belles heures de lectures.

 

#Esméralda

 
Je remercie Lucas des éditions Librinova pour sa confiance et sa patience.
 
image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site de Librinova pour tout savoir.

Vers le site de Naëlle Burgonde pour découvrir son univers.

 

 

IMG_20180426_160220_117

LE COMBAT DES ÂMES, tome 2 : L’épreuve de Loïck Covan.

 
[ FANTASTIQUE – 2018]
Tome 2/3
LIBRINOVA
377 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle
Lu dans le cadre de « Mon Marathon Indé de janvier »

 
Le résumé :

 

L’affrontement dans le parking désaffecté a plongé Matthieu dans la solitude. Le comportement de ses proches, de ses ennemis, mais aussi des êtres humains en général, nourrit le doute en lui. Il aura besoin de plusieurs mains tendues pour surmonter les épreuves qui l’attendent et reprendre le chemin de son destin lié à la cité.
Le Mal veut la victoire et son plan ne fait que commencer…

 
Mon avis :

 

C’est avec une immense joie que je me plonge dans la suite des aventures de Mathieu. La fin du premier tome avait suscité un incroyable suspense que je suis heureuse, afin de pouvoir connaître.

 

Petit rappel : un monde invisible aux yeux des humains se battent dans l’ombre. Ce monde est celui de gardiens, Les Garbiens, qui grâce à leurs perceptions peuvent percevoir si l’âme d’un humain est manipulée par le Mal insufflé par les Garmals. Mathieu est un guerrier averti et consciencieux. Son parcours et sa formation chaotique lui ont permis de se faire sa propre perception et de choisir son camp. Ni dans le Bien ni dans le Mal, il évolue avec ses propres convictions. Combattre le mal par le bien et le mal. Cependant son orientation lui vaut pas mal de difficulté, notamment celui d’être banni de la cité des Garbiens et la désapprobation de sa femme et de son fils qui le pensaient disparu. Cependant Mathieu ne baisse aucunement les bras, et mène sa propre bataille sur de nombreux fronts. Toujours aussi intrépide et têtu, il affronte seul et avec ténacité ses nombreux adversaires. Une rencontre parachève sa formation et lui ouvre les yeux sur le monde dans lequel il vit. Malheureusement le combat est loin d’être fini car le Mal maitrise à la perfection sa sournoiserie.

 

Loïck Covan offre un second tome totalement hallucinant.  Après un début en dent de scie ( il faut se remémorer tous les protagonistes – et il y en a un certain nombre – ainsi que les grandes lignes du premier tome), j’ai vite été happée par une histoire où les rebondissements ne laissent pas une seule minute de répit. Loïck Covan adore enchaîner les points de vues dans des péripéties différentes mais qui au final ont toutes un point commun : le combat. Entre manipulation, recherche de vérités et évolution des personnages (émotions, prédictions et personnelles), le suspense est à son plus haut niveau. Il faut dire que l’auteur à matière à exploiter et maîtrise parfaitement le suspense. Effectivement, si tout au long des chapitres certains points sont dévoilés, d’autres apparaissent sans pour autant avoir d’explications. De nouveaux personnages sont introduits dans l’histoire et d’autres comme le fils de Mathieu, Eric, prennent davantage d’importance. L’histoire a beaucoup évolué à un rythme bien plus soutenu que dans le premier tome. Loïck Covan adore prendre son temps dans les descriptions qui affirment « émotionnellement » ses personnages.

 

J’ai dévoré ce second tome. Les surprises vont et viennent pour mon plus grand bonheur. Si la suite est le final, il risque d’être totalement explosif, en tout cas je l’espère vivement. L’univers de Loïck Covan est riche et très surprenant. L’aventure prend une nouvelle dimension et à laquelle j’adhère totalement.

 

Je remercie Loïck Covan pour sa confiance et sa très grande patience.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur le tome 1 : « Le Choix »

Découvre le site de Loïck Covan pour tout savoir.

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3IMG_20180426_160220_117

LA DEESSE DES LOUPS, tome 1 : Morsure de Mathilde Bonnard.


[ FANTASTIQUE – YOUNG ADULT – 2018]
Tome 1/3
Editions LIVRESQUE
462 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle



Le résumé :


À la mort de ses parents, le monde d’Alexandra Schmitt bascule dans une sombre et infernale spirale. Orphelines, sa famille ne peut l’accueillir elle et sa soeur jumelle : ils sont donc contraints de les séparer. A contre cœur, Alexandra quittera la France pour rejoindre sa tante au Canada. Les adieux sont glacials et la rivalité fraternelle n’a jamais été aussi pesante.
Arrivée dans son nouveau lycée, elle rencontre Dyami, un mystérieux amérindien aussi séduisant que détestable, qui apporte une lueur dans toute cette obscurité et l’éloigne du point de non-retour. Quel lourd secret porte-t-il ?
Rejetée, trahie, l’adolescente retrouve ses démons et tente de mettre fin à ses jours. C’est alors qu’elle revient à la vie grâce à la magie d’une légende indienne : La Déesse des Loups.
Le mythe oublié, renaît.


Mon avis :


La vie d’Alexandra semblait tout simplement banale. Un petit copain qui ressemble au parfait idiot et une sœur jumelle qui l’exècre plus tout au monde. La parfaite vie d’adolescente ! Sans compter sur des parents aimants mais qui en prennent pour leur grade. Alexandra est une gentille fille, sans grande prétention qui encaisse toutes les bassesses de sa sœur. Haïr est si facile. Alexandra n’a rien d’une féroce battante. Elle vie selon la situation et s’adapte. Loin d’être joyeuse, elle apprécie les bons moments sans prise de tête.


Sauf le jour où tout bouscule dans l’horreur. Un accident mortel emporte ses parents et le monde d’Alexandra déjante à une vitesse incroyable. La douleur, l’incompréhension, la perte, la solitude, le désespoir et l’abandon la submergent et la noient dans tout un tas d’émotions négatives. Le pire d’entre tout est le fait qu’elle se voit envoyer à des milliers de kilomètres de sa famille, au Canada, chez une tante qu’elle connaît trop peu. Le déracinement est effroyable et douloureux. Des pensées de plus en plus noires s’emparent d’elle la coupant d’un nouveau monde. Une tante froide et désagréable l’accueille. Des lycéens amérindiens vouant une haine indescriptible aux Hommes Blancs ne lui sont d’aucun soutien amical. Seule la sœur de Dyami, LE chef amérindien, lui ouvre les bras et son monde. Suffira t-elle à la détourner de son projet morbide ? Retrouvera t-elle un semblant de paix ? Le beau Dyami n’arrête pas de lui planter des couteaux dans le dos et le dernier à tout du coup fatal.


La fuite, la nuit, une forêt, un désespoir incommensurable et une morsure : que va t’elle advenir d’elle ?


Ce premier tome pose des bases efficaces pour une histoire qui fait vivre mille et un tourment. Alexandra a tout de l’héroïne tragique qui renait de ses cendres. Si Mathilde Bonnard insiste dès le départ sur l’état émotionnel de son personnage, au fil des pages, elle retourne sa veste pour décrire une héroïne parfaitement à l’aise pour un rôle fait comme un gant. La descente en enfer est si prenante que la résurrection est incroyable. De nombreux rebondissements rythment une histoire qui tient en haleine. Si l’imaginaire est trop peu présent à mon goût, il va de soi que les émotions engendrées par tous m’ont prise aux tripes. Je n’ai pu empêché de verser ma larme. En filigrane, les histoires d’amour et d’amitié parachèvent une trame 100% suspense.


Malgré des longueurs et des scènes quelquefois pas assez développées (je sais, je suis trop exigeante), j’ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de ce premier tome. La plume de Mathilde Bonnard a su me transpercer par la flopée des émotions rendant les aventures d’Alexandra addictives.


#Esméralda


Je remercie Mathilde Bonnard pour sa confiance et sa patience.



image-principale-page-liens-utiles


Vers le site des éditions Livresque pour tout savoir.

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

FRANKENSTEIN 1918 de Johan Heliot.

Frankenstein1918

 

[ UCHRONIE / FANTASTIQUE – Nouveauté 2018]
Éditions L’Atalante – Collection La Dentelle du Cygne
256 pages

 

Ma note : 5/5 mention « à découvrir » et « pépite »
Lien : Kindle

 


 

Le résumé :

 

Grande Guerre, 1914. Après un premier engagement désastreux, les Anglais décident l’opération Frankenstein : plutôt que de construire des chars, on créera de la chair à canon. A partir des archives du fameux docteur et grâce à la production d’électricité à présent industrialisée, des unités de soldats pouvant être sacrifiés sans remords seront fabriquées les champs de bataille du nord de la France fourniront la « matière première ». Winston Churchill est nommé responsable de l’unité de recherche sur la régénération. Les « frankies » vont faire leurs preuves sur le terrain, mais la société se partage entre pro et anti. L’opération finalement interrompue, l’un d’eux, Victor, échappe au massacre puis est secouru par Marie Curie qui le rend à la vie consciente grâce aux radiations. Réfugié dans les décombres de Londres, qui a été détruite et rendue inhabitable par un bombardement à l’arme chimique, Victor retrouve le laboratoire où il est né, y recueille Churchill et engage un combat pour l’émancipation des siens. C’est là qu’un jeune couple, elle, résistante à l’occupation, lui, historien, finit par le retrouver en 1958, dans l’espoir de lever le voile sur ce versant secret de l’Histoire que la censure en vigueur ne suffit pas à expliquer.

 


Mon avis :

 

 

Après ces jours de commémoration du centenaire de l’armistice de 1918, je ne pouvais que te parler de ce roman.

 

Un roman épatant ! Un roman singulier !

 

Quand l’Histoire rencontre l’imagination sans limite, je ne peux qu’alors être subjuguée.

 

Je ne sais pas par quel bout commencer. Ce roman est présenté sous la forme d’un journal posthume. Le narrateur, Edmond Laroche-Voisin, relate l’histoire de Victor, premier des non-nés, les mémoires secrets de Winston Leonard Spencer-Churchill et sa propre expérience. Si la période de référence du roman est la période de la Première Guerre Mondiale, cette dernière n’est véritablement pas celle connue, ni celle racontée dans las manuels scolaires. L’auteur a su créer avec magnificence une autre histoire. Bien évidemment tout le principe d’une uchronie.

 

Avec des si, on peut refaire le monde, c’est bien connu. Et si, avec des si, on décrivait la pire part de l’humanité. Si, avec des si, l’improbable surgissait des limbes. Si, avec des si, la mort n’avait plus le même visage.

 

Touts autant de points cruciaux développés au travers d’une trame qui invite le lecteur dans une espèce de brouillard d’illusion machiavélique. Un brouillard glacial où les secrets tentent de se faire oublier. Un brouillard où la vie n’a plus de prix. Victor a été arraché à ce brouillard, ni homme, ni dieu, homme simplement immortel issu de la folie d’un homme. Procédé inhumain approvisionné par les charniers de la guerre. Victor, non-né, assemblé de membres, d’os, de chairs, de muscles, de nerfs d’autres. Seule son ancienne conscience fragilisée, son « moi », lui permet d’intercepter les prémices d’une nouvelle guerre.

 

 

 

J’ai eu le privilège et le malheur de vivre, mourir et puis renaître dans les premières décennies d’un siècle fou, autant créateur que dévastateur. Longtemps, j’ai hésité à témoigner. Ajouter ma voix à la cacophonie du monde me semblait vain. Mais je nourris aujourd’hui l’espoir de donner aux hommes d’après-demain une leçon profitable, si toutefois il advient suffisamment de nouvelles générations pour habiter l’avenir.

 

Manuscrit de Victor, premier des non-nés.

 

 

Ce roman est poignant par la force qu’il dégage. Renversant par ces péripéties qui conditionnent la vie des personnages. Cruel de par la folie des Hommes, par le pouvoir vénéneux d’être le détenteur d’un contrôle absolu sur ces terres vaincues et également sur le contrôle de la vie. Ce mythe vieux comme le Temps, de devenir immortel et invincible plane sur le récit. Sur ce dernier point, l’auteur à une audace sans nom d’emprunter et de magnifier selon son envie, un personnage que vous connaissez tous : Frankenstein. Personnage incontournable de l’auteur Mary Shelley. Un hommage percutant qui donne à son roman une dimension grandiose.

 

Johan Heliot inclut dans son ouvrage des personnages de la Grande Histoire : Churchill, Marie Curie, Hemingway, Göring et bien d’autres… Une fois de plus cette donne dénote avec l’influence de l’imagination de l’auteur.

 

FRANKENSTEIN 1918 a tout du grand roman. Outre le partage du souvenir, les mises en garde contre la folie humaine, ses croyances, la cruauté sont de rigueur. Tout n’est pas sombre, Heliot insuffle une dose d’optimisme et de bienveillance. L’amour est là tapi dans l’ombre prêt à reprendre ses droits et le final en est le parfait exemple.

 

Je te recommande vivement cette lecture. Pas besoin d’être adepte de l’uchronie pour savourer chaque page.

 

 


 

 

Je remercie les éditions L’Atalante et Nadia pour leur confiance.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions L’Atalante, pour tout savoir.

Bibliographie de Johan Heliot.

 

 

 

LES ARCANES D’HEMERA, tome 1 de Elyna E.C. .

Les Arcanes d'Hemera: Tome 1 par [E.C., Elyna]

 

 

[FANTASTIQUE – Nouveauté 2018]

Éditions INCEPTIO

Tome 1/2

 

 

Format numérique (548 pages) : 7.99€

Broché : 19.90€

Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

« Croyez-vous en une vie après la mort, mademoiselle Rivière ? »
C’est un discours pour le moins intrigant que tient le directeur adjoint de l’Organisation à Allyn, après lui avoir fortement conseillé de le suivre dans un lieu mystérieux.
D’après lui, Allyn possèderait le même don qu’Axel, son frère défunt, à savoir celui de circuler dans un monde parallèle… mais dans quel but ?
Tout cela la laisse perplexe. Même si depuis deux mois elle vit une situation pour le moins surprenante, ce n’est pas pour autant qu’elle va croire en ce genre de choses.
Et pourtant…
Entraînée par le flot de révélations et le désir d’en apprendre plus sur son frère, elle doit se rendre à l’évidence, l’Organisaion et la mission qui lui est confiée semblent bien réelles ! Et presque tous comptent sur elle pour reprendre le poste qu’Axel a laissé vacant.
Allyn va donc se retrouver confrontée à un univers dont elle ignorait l’existence, et devoir supporter un coéquipier lunatique qui refuse de travailler avec elle pour une raison encore obscure…

 

 


 

Mon avis :

 

Une question de départ, une idée filigrane donnant un roman palpitant, délicat et parfois effrayant.

 

« Croyez-vous en une vie après la mort, mademoiselle Rivière ? »

 

Un sujet maintes fois exploré dans la littérature sous toute ses formes, mais c’est toujours avec grand plaisir que j’aime découvrir ce que les auteurs imaginent autour de cette question épineuse. Elyna E.C. plonge ici son lecteur dans un univers autant ancré dans la réalité que l’irréel. Pas d’expériences de mort imminente, mais plutôt une exploration de l’au delà avec une héroïne qui vraiment aurait préféré rester sous la couette.

 

Héroïne malgré elle, attachante !

 

Elle, c’est Allyn Rivière, jeune infirmière, orpheline. Elle a perdu très jeune ses parents et très récemment son grand frère, Alex. Allyn est le genre de personnage que j’aime beaucoup. Elle peut être tout à la fois sérieuse qu’hilarante. Maladroitement désespérée, nulle en amour et en amitiés, gaffeuse, Allyn est adorable et attachante. C’est une fille, sensible, drôle et qui a toujours le bon mot pour détendre l’atmosphère. Même dans des situations catastrophiques, elle a ce « je ne sais quoi » qui  te fait sourire. Elle fonce droit dans les ennuis. Ses répliques sont distrayantes et sans filtre donnant au récit ces petits intermèdes tels que les matchs de ping-pong. Allyn est cette fille sympa, drôle, empathique qu’on adore facilement. Son côté zen et là pour camoufler son stress « non apparent » surtout qu’il va être malmener depuis qu’elle a rejoint l’Organisation.
Allyn et son frère ont un don très rare et énigmatique, celui de voyager dans des univers parallèles afin d’aider les âmes des défunts emprisonnés dans le monde des Anges Noirs. Je te vois faire des gros yeux, c’est vrai dit comme ça, on ne comprend rien.

 

Un monde fantastique quoique effrayant !

 

Hemera est en quelque sorte le paradis où les âmes reposent en paix. Seulement des forces malfaisantes, les Anges Noirs, peuvent emprisonner ces âmes dans leurs souvenirs et leurs faire vivre mille enfer. Les Anges Noirs vont se nourrir de ces peurs pour ensuite provoquer de terribles accidents sur le plancher des vaches. Le but ultime avoir le maximum d’âmes pour provoquer davantage d’accident. Pour les contrer, sur Terre, il existe des Singuliers (comme Allyn) regroupés au sein de l’Organisation qui ont pour but d’étudier l’histoire de ses âmes égarées dans des livres, de les retrouver et des les accompagner à Hemera. Si tu penses que leur tâche est facile, détrompes toi. Les souvenirs auxquels ils sont confrontés ont été façonnés par les Anges Noirs et ce ne sont pas des enfants de cœurs. Des mondes effroyables aux prises à des choses innommables, terrifiants, paralysants. Grrrr !!!! Je pense que l’auteur a du lire bon nombre de Stephen King, car les clowns zombies viennent mettre un sacré zouk et je te passe certains détails.

 

De l’action à gogo !

 

Des rebondissements à la pelle, des moments plus calme, des enjeux importants, un début d’intrigue, des personnages époustouflants et me voici dans une histoire qui ne m’a laissé aucun répit. Les chapitres se sont enchainés dans un très bon rythme montrant ainsi que l’efficacité de l’auteur et que son histoire proposée m’ont transportée ailleurs. L’univers est si bien ficelé qu’au final tu ne peux qu’en redemander encore et encore. En parallèle de cela, les histoires entre les personnages évoluent. L’amitié et l’amour viennent contrecarrer la violence rencontrée dans les différentes missions.

 

En bref !

 

J’ai été juste conquise du départ à la fin. La plume de l’auteur joue délicatement entre humour et témérité. L’univers est parfaitement maitrisé. J’ai vraiment adoré. Le tout est sensationnel et addictif. Quelques questions demeurent pour l’instant sans réponses qui devraient bientôt être résolues puisque le dernier tome sort ce jour.

 

Je suis convaincue que les fans de fantastique prendront du plaisir à découvrir l’univers trépidante et dangereux d’Elyna E.C.

 

 


 

Je remercie Ophélie des éditions Inceptio pour sa confiance.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Inceptio, pour tout savoir !

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3