A LA VIE A LA MORT de Gaya Tameron.

41UXao6lYIL

 

 

[FANTASTIQUE – Nouveauté 2018]

Éditions DreamCatcher

 

 

Format numérique : 0.99€

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « à découvrir »

 

 

 

 

 

Je remercie les éditions DreamCatcher pour leur confiance.

 


 

Le résumé :

 

Coincée entre deux mondes, Ixa veille sur son mari inconsolable depuis sa mort.
Prête à tout pour retrouver sa place auprès de lui, elle mettra tout en œuvre pour lui signifier sa présence, quitte à bouleverser l’ordre des choses et commettre l’irréparable.
L’amour est-il vraiment plus fort que la mort ?

 


 

Mon avis :

 

Je trouve souvent à rechigner après le format nouvelle, et bien ici non ! Une vingtaine de pages intenses qui vraiment m’ont touchée en plein cœur.

 

Ixa est morte suite à une maladie. Une mort injuste, douloureuse et surtout non voulue. Elle se rattache au souvenir de son mari. A l’amour qu’elle lui porte. A tout ce qu’ils les ont rendu heureux. Elle se retrouve dans une autre dimension où des règles très strictes régies ce monde. Elle est enfermée dans leur maison. Elle assiste impuissante à la déprime de son mari ébranlé par sa disparition. Mue par une force insoupçonnée, elle va tout mettre en œuvre pour le réconforter et retrouver un semblant de relation. Si de prime abord, l’euphorie des retrouvailles est éprouvante et merveilleuse, les mois s’écoulent et apportent son lot de désolation.

 

Gaya Tameron t’offre un récit littéraire de très haute qualité. Entre réflexion, désir, idéologie, mœurs et croyance, un aparté sensationnel sur la vie et la mort. Des questionnements sans équivoque sur l’au-delà : est-il question de vie après la mort ? La mort peut elle prendre possession de la vie, a t’elle le droit d’un ascendant ? Il est également question d’acceptation, de reprendre goût à la vie et de reconstruction.

 

Son récit est très sombre, mélancolique et colérique. Une immersion dans un monde dont personne ne connait les tenants. Elle réinvente et imagine un précepte aussi vieux que le monde sans idéologie agnostique. C’est une lecture à la fois déconcertante et très intéressante. Une nouvelle fois la particularité du texte m’a séduite. Une trame atypique bien loin des dogmes littéraires et finalement moralisatrice. C’est très rafraichissant !

 

« A la vie à la mort » fait figure d’un petit OVNI littéraire et je suis bien heureuse de l’avoir découvert.

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers la page Facebook de Gaya Tameron, pour suivre son actualité !

Vers le site des éditions Dreamcatcher, pour tout savoir !

 

 

Publicités

IMMORTEL AD VITAM de Cécile Pommereau.

41EKDVQ0ijL._SY346_

 

[POLICIER / FANTASTIQUE – Nouveauté 2018]

Éditions Dreamcatcher

Service presse

 

Format numérique (252 pages) : 4€99

Broché : 15.00€

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « à découvrir » !

 

 

 

Je remercie les éditions DreamCatcher pour leur confiance.

 

Le résumé :

 

Fred n’est pas un loup-garou, ni un ange gardien. Il n’est pas de ces pâles suceurs de sang qui font tomber comme des mouches des lycéennes au brushing impeccable. D’ailleurs, tout le monde sait que ces bestioles-là n’existent pas. Fred a un physique banal et les poches trouées. Il n’arrive pas à garder une fille plus de trois semaines et sort de prison. Pour couronner le tout, c’est le jour où il essaie de se foutre en l’air qu’il apprend qu’il est immortel. Fred n’a pas de chance.
Jean, lui, est flic. Il pensait avoir tout vu après trente ans passés a la Crim’. Mais voilà qu’un beau jour, un de ses cadavres se paye le luxe de se tirer de la scène de crime. Pour lui c’en est trop et il est bien décidé à le retrouver. Il ne manquerait plus qu’il parte en retraite avec une affaire non élucidée…

 


 

Mon avis :

 

Voici une lecture très originale et atypique. Pourquoi atypique ? Cécile Pommereau adore jouer avec les genres et surtout n’hésite pas à nous plonger dans un polar qui a tout d’un fantastique. Et mon Dieu, qu’est ce que j’adore ce genre de risque. Les codes sont cassés. Style, tu mets tout dans un milkshake, tu secoues énergiquement et ça te donne quelque chose d’explosif. Surtout quand c’est maitrisé à la perfection par Cécile Pommereau. Alors si tu n’as pas compris entre les lignes ou mes sous entendus : j’ai totalement kiffé cette lecture. Je n’en veux même pas à l’auteur que le roman soit court, car du début à la fin c’est d’une intensité sensationnelle et indéfinissable. Les personnages sont la cerise sur le gâteau. Des personnages avec de fortes personnalités. Cécile Pommereau les décrit avec une telle finesse si bien que le résultat est époustouflant.

 

Fred est le gringalet que tu croises souvent sans y prêter gare. Si l’uniforme du pompier ne lui allait pas aussi bien, il n’aurait aucune vie sociale. Mais c’était avant. Aujourd’hui, c’est la grande solitude, la déprimante. Celle qui bouffe un homme. En grand croyant qu’il n’est pas, la solution à tout ses problèmes c’est la balle dans la cervelle. Cervelle qui se retrouve projeté au plafond et autre interstice malicieux. Mais pour Fred, le roi des gaffeurs et des situations inextricables, la balle n’a pas eu l’effet escompté, pour preuve : les taches indescriptibles de son salon. A sa grande surprise Fred est immortel, ce qu’il en déduit. Une situation totalement grotesque mais aussi véridique et visible qu’un bouton au milieu de la figure. Et tous les aléas qu’il va vivre pendant plusieurs jours vont le conforter dans son état qui n’a rien d’ordinaire. Fred est un homme pas très sur de lui. Il attire les problèmes aussi bien qu’un aimant aimante. Les situations délicates, c’est son dada. Sacré Fred, va ! Il est quand même mignon. Tu ne peux que t’attacher à lui et le soutenir dans cette quête extraordinaire. Fred, c’est le niais dans toute sa splendeur, illuminé par moment par un éclair d’intelligence. Il est comique ce Fred !
Depuis sa mort mise en banque route par la vie, Fred se retrouve dans des situations peu confortables. Et son nom clignote en rouge dans les services de police, plus précisément dans les bureaux de Jean. Flic depuis toujours. Un vieux de la vielle. Un roublard. Les enquêtes c’est sa vie. Il doit les mener au bout. Et quand un corps se fait la malle, sans prévenir, il n’en faut pas davantage à Jean pour s’y coller 24/24h. Jean est un dur de chez dur. Une personnalité à l’opposé de Fred. Malin, vicieux, têtu, forcené, Jean a un sacré tempérament. D’ailleurs il va en avoir besoin pour affronter ce que lui réserve la vie.

 

Outre le fait que la trame est sensationnelle, que les personnages sont tip top, ce livre est généreux par ce qu’il en dégage. Une sorte d’initiation sur un fond d’amitié intergénérationnelle. Ce livre est riche en moment épique, en réflexion intense et de parties de pêche. La vie n’a jamais été aussi fédératrice lorsque la mort s’échappe.

 

Si t’es fan de lecture qui sorte de l’ordinaire, alors voici ta prochaine. Je l’ai dévoré, je l’ai adoré et je l’ai croqué à pleine dents. La plume de Pommereau est pétillante, fraîche et addictive.

 

Un super coup de cœur inattendu pour cette découverte qui peut être aura une suite.

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers la page Facebook de Cécile Pommereau, pour suivre son actualité !

Vers le site des éditions DreamCatcher, pour tout savoir !

 

 

 

 

LES NOCTURNES, tome 1 : L’éveil de Anthony Lucchini.

IMG_20180611_160124

 

 

[ FANTASTIQUE – Nouveauté 2018]
Éditions BETA PUBLISHER
Service presse

 

Format numérique (350 pages) : 6.99€
Broché : 14.99€
Ma note : 4.5/5 mention  » à découvrir » et « petit coup de cœur »

 

 

Je remercie les éditions Beta Publisher pour leur confiance.

 


Le résumé :

 

N’avez-vous jamais rêvé de terres lointaines, de monstres ou de magie ? Ne vous êtes-vous jamais réveillé avec d’étrange images en tête ou des palpitations ?
Rémi, adolescent renfermé, va découvrir dans le monde de Labàs des vérités insoupçonnées.
Accompagné de ses trois amis, il va,
au travers de ce voyage initiatique,
vivre des aventures épiques et faire face à ses pires cauchemars.

 


 

Mon avis :

 

Le point principal qui m’a attirée avec ce roman, c’est sa couverture. Une magnifique couverture qui représente à merveille l’histoire. Et ce n’est seulement le livre en main que le résumé à fini de me convaincre. J’allais passer un magnifique moment de lecture.

 

Qui n’a jamais tenté de découvrir ce que les rêves voulaient dire ? Qui n’a jamais voulu en connaître la définition ? Son subconscient qui parle au travers de ces images qui ne veulent pas forcément dire quelque chose, c’est ce que les experts nomment l’onirologie. Je ne vais pas rentrer dans les détails spécifiques conférés à la structure du rêve, je m’éloignerai trop de ce dont je vous parle aujourd’hui. T’auras compris que ce livre narre du monde des rêves. Et j’avoue que l’exploitation de cette trame est très bien ficelée.

 

Anthony Lucchini te plonge dans le monde onirique de son personnage, Rémi. Rémi jeune adolescent, mal dans sa peau, et par forcément à l’aise avec les codes de la société a une particularité : ses rêves. Des rêves extraordinaires, des rêves d’aventures, de mondes imaginaires où il est le super héros. Des rêves fantastiques, des rêves sensationnels. Sa bande d’amis ( Vaness, Eva et Erwan) lui conseille de les transcrire pour leur en faire profiter et surtout pour savoir si un message s’y cache. Cette idée lui donne de l’aplomb et décide dés la sortie des cours d’aller se procurer un cahier mais ce dernier doit sortir de l’ordinaire. De ce fait il se dirige vers une vieille papeterie sinistre tenue par un homme non guère aimable. Rémi lui explique pourquoi il est venu et avec l’autorisation du vieil homme farfouille dans les rayonnages jusqu’au moment où il déniche le livre qu’il lui faut. Le vieil homme tient à l’avertir que ce livre est très particulier. Rémi, content de son acquisition, se met à écrire ses rêves dans les moindres détails, à son retour à la maison familiale. Il le personnalise avec un attrape-rêve et remplie les pages de son écriture. L’impensable et l’inconcevable se déroulent bien des jours plus tard, lorsque Rémi est happé par son cousin (où il cache son livre des rêves) et se retrouve dans un monde loin d’être inconnu, puisqu’il fait écho à ses songes. Ainsi débute une épopée extraordinaire où de nombreux enjeux et dangers le guettent. Il fait également profiter de cette découverte à ses amis qui vont le suivre malgré l’incongruité de la situation.

 

Malgré un début en demi teinte notamment dû à la longueur et au manque d’inaction, je me suis laissée happer par la seconde moitié de l’histoire où les véritables enjeux sont justes déments. Il est vrai que la première partie est nécessaire pour poser les bases de l’histoire et surtout pour mettre en évidence la personnalité des personnages surtout celle de Rémi. Rémi devient un autre adolescent. Un adolescent courageux, téméraire, perspicace, combatif, persuasif. Ce voyage initiatique au cœur de ses mondes vont lui prouver qu’il à sa place dans son monde réel mais également affermir celle au sein de ce groupe d’amis. Il devient un jeune homme épanoui, fier. Il est conforté dans le fait que les véritables sentiments et émotions ont davantage de pouvoir sur la violence.
Ce voyage le met à mal tout de même car il est confronté à ses peurs, à son égo enfoui, ses craintes et ses cauchemars. Vaness, Eva et Erwan font lui être d’un soutien infaillible malgré les quelques embrouilles qui viennent ternir leur amitié. Chacun va grandir au cours de cette expérience hors du commun.

 

Je dois dire que mettre en scène les rêves d’un adolescent introverti est une idée juste sensationnelle. Créer ses mondes magiques avec tout autant de codes que de mondes crées ; les faire vivre en rapport avec la personnalité de Rémi où chaque petits détails te renseignent sur ce qu’il est vraiment sont une idée hyper judicieuse. Le monde de l’auteur est tellement riche que tu ne sais plus où trop donner de la tête (mais pour de très bonnes raisons). T’es finalement happé dans un monde extraordinaire où mille et une couleur t’explose à la figure. De l’aventure à gogo, des confrontations, des enjeux importants. C’est gargantuesque ! C’est inimaginable ! C’est fantastique ! Si le roman s’inscrit dans le genre fantastique, on frôle toute de même la fantasy et/ou la science fiction. L’auteur a la capacité de faire vivre à son lecteur ce dépaysement époustouflant. Son imaginaire déborde pour ton plus grand plaisir. La plume de Anthony Lucchini est 100 % efficace et les changements de narrateur ne freinent aucunement la fluidité du texte.

 

Je regrette juste de ne pas avoir apprécié à sa juste valeur la première partie du roman mais je sors de cette lecture totalement charmée et je n’ai qu’une hâte connaître la suite de cette aventure épique.

 

Si t’es fan de fantastique, t’as alors trouvé ton prochain livre de chevet. Garanti 100% aventure !

 

 

∞∞ EXTRAIT ∞∞
J’attrapai l’oreiller qui me sembla étrangement léger. Je passai ma main à l’intérieur mais n’y trouvai pas mon cahier. Je regardai dans le lit, par terre, sous le sommier, mais aucune trace de lui.
Je repris l’oreiller, e tournai et le retournai dans tous les sens. C’est alors que celui-ci se mit à luire entre mes mains. Je le lâchai brusquement sur le lit et reculai d’un pas. La lueur s’évanouit.
-Waouw ! … Qu’est-ce que c’est que ce …
Sans finir ma phrase, j’approchai doucement ma main jusqu’à l’effleurer, et aussitôt la lumière réapparut, douce et chaleureuse. Je me pinçai à trois reprises. A chaque fois, la douleur était bien réelle et, pour preuve supplémentaire, des rougeurs apparurent sur mon bras.
-Ca y est, je deviens fou…
Je ne voulais pas croire à cette hypothèse, pour autant je ne comprenais toujours pas ce qui était en train de se passer. L’oreiller se métamorphosait à mon contact. ce que je voyais était tout simplement…magique ? Sur un fond bleuté dont les nuances ne cessaient de varier, apparaissaient furtivement des images envoûtantes de mondes et de contrées mystérieuses. Au centre de ce qui ressemblait plus désormais à une poche liquide turquoise, émergeait lentement mon piège à rêves. Je reconnus distinctivement chacune des pierres et les lanières du cuir au bout desquelles virevoltaient les plumes. De son centre, s’échappait une nuée de paillettes argentées. J’étais captivé. Instinctivement, je passai la main au travers de cette étrange fumée, mais rien ne me préparait à ce qui suivit.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Beta Publisher, pour tout savoir !

Vers la page Facebook d’Anthony Lucchini, pour suivre son actualité !

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

ISULKA LA MAGERESSE #2 : La Vieille Alliance de Dorian Lake.

51p8hISAxxL._SX346_BO1,204,203,200_

 

 

[FANTASTIQUE / AVENTURE – Nouveauté 2018]

Éditions Noir d’Absinthe

Service presse

 

Format numérique 263 pages) : 5.99€

Broché : 17.90€

Ma note : 5/5 mentions « à découvrir » et « coup de cœur »

 

 

 

 

Je remercie Dorian Lake et les éditions Noir d’Absinthe pour leur confiance et patience.

 


 

Le résumé :

 

Au nom de la Vieille Alliance, qui unit la France et l’Écosse depuis l’époque de William Wallace et Robert the Bruce, Isulka, mageresse de cabaret, et Scipione, spadassin vénitien, sont appelés au cœur des Highlands pour lutter contre une ancienne malédiction…
Quelque part entre victorian fantasy, cape et épée et mythes pictes, laissez-vous entraîner dans la suite des aventures d’Isulka et de Scipione.

 


 

Mon avis :

 

 

Le premier tome était sensationnel mais le second est encore plus époustouflant. Une invitation à l’aventure sans fioriture. Une aventure entrainante et sensationnelle dans un monde où légendes et croyances s’entremêlent et prennent une dimension inimaginable.

 

Après l’Égypte, Dorian Lake t’entraîne sur les terres de l’Écosse où moult légendes ont façonné ce paysage aride. Terres de Highlanders pourvus d’un sens profond de l’honneur et de la famille où les codes stricts ne peuvent être pourfendus. Isulka la mageresse est embringuée par dépit dans un nouveau voyage au nom de la Auld Alliance. Son but : mettre terme à une malédiction qui met à mal les habitants de ces contrées lointaines. Scipione, loin d’être enjoué se joint au voyage afin de fuir les geôles de Paris. Ce duo réunit est tout autant délicieux. Leurs joutes verbales sont un pur délice. Isulka est toujours aussi sûre d’elle et courageuse. Elle n’hésite pas à jouer aux tête brulées et se met au devant de nombreux ennuis. Toujours maudite par la bague d’Isis (voir tome 1), elle va se donner corps et âme à cette nouvelle mission. De plus elle va en apprendre davantage sur ce pouvoir qui coule dans ses veines. Isulka la mageresse devient magistrale. Tout ce pouvoir lui donne l’aura d’une déesse. Tu retrouves une femme affirmé et splendide.
Scipione est toujours fidèle à lui même. Coureur de jupons averti, il n’hésite pas à soulever ceux de sa belle et intrigante hôtesse. Mais lorsque Isulka disparait il n’hésite pas à tâtonner de l’épée pour défendre son amie et son honneur.
Tous les deux sont embarqués dans un drôle de complot. Alors que Scipione tente de démêler la vérité et combattre les Anglais, Isulka est projetée dans le monde irréel où dieux et rois se livrent une bataille infernale. Un saut dans le passé époustouflant.

 

Dorian Lake revisite les légendes et mixe pour en créer une nouvelle : le roi Arthur (Arhur Pendagron), la table ronde, les chevaliers de la table ronde et La Reine noire (la Reine Margot) qui est, si mes souvenirs sont bons, la demi sœur du Roi Arthur, rituels. Un mix très bien maitrisé où est rajouté à tout ça le folklore local : Les Pictes, descendants des premiers habitants de La Caledonie. Ce livre est un condensé d’Histoire et de Légendes. Tu greffes à ça un soupçon de barbarie, des scènes sanguinolentes, de la passion, de l’amour, de la  vengeance et de la haine et tu tombes directement dans un roman totalement subjuguant.
Je ne peux que tarir d’éloges sur ce second volet. La plume de Dorian Lake s’est affirmée et n’hésite pas à rentrer dans les détails. Une histoire parfaitement maitrisée de bout en bout.

 

C’est juste époustouflant et j’en veux encore !

 

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur le premier tome : « La Pierre d’Isis » !

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Noir d’Absinthe, pour tout savoir !

Vers le site de Dorian Lake, pour suivre son actualité !

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

 

MÉTAMORPHOSE #1 : Exorde de Ericka Duflo.

41oP3JkOOTL._SX331_BO1,204,203,200_

 

 

[FANTASTIQUE – Young Adult – 2016]

Tome 1/4

Éditions Kennes

Service presse

 

Format numérique (384 pages) : 11.99€

Broché : 17.00€

Ma note : 4.5/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 

 

Je remercie les éditions Kennes pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 


 

Le résumé :

 

Adolescente rebelle et obstinée, Senna brave les interdits depuis le décès de sa mère. Elle ne fréquente plus les mêmes amis, rentre tard le soir et se fait souvent renvoyer de l’école. Ses relations avec son père se dégradent. Pourtant, Senna a d’autres inquiétudes: une marque hideuse et boursouflée s’étale sur son dos, elle entend des voix effrayantes et a parfois l’impression d’être surveillée. Ses écarts de conduite vont également l’amener à rencontrer Ian, un garçon sombre au comportement étrange. Sa vie va alors prendre une tournure inattendue.

 


 

Mon avis :

 

 

Il y a bien longtemps que je ne m’étais pas plongée dans le fantastique (juste quelques semaines :p ). Ces retrouvailles ont juste été sensationnelles. Je me dis que je devrais en lire plus souvent. En tout cas ce premier tome m’a stupéfaite de bout en bout et j’espère très vite me trouver un moment pour lire la suite.

 

Senna, fille unique, part un peu à la dérive depuis le décès de sa mère. Son père a du mal à se faire respecter, alors que sa tante lui pardonne toutes ses erreurs. Senna s’épanouie finalement dans les sorties avec sa bande. Elle croque la vie dangereusement sans se soucier des possibles conséquences. Senna est une adolescente qui cherche sa place dans son monde. Elle teste, elle essuie des échecs comme elle savoure les réussites. Une adolescente rebelle qui n’hésite pas à sortir les crocs quand elle se sent offensée. Senna est pourtant une ado pleine de vie. Elle adore les balades avec son cheval. Elle adore la nature, la pluie, le vent et les orages. La solitude lui permet de se poser des questions surtout quand survient des choses improbables. Son malaise se fait de plus en plus présent lorsqu’une vilaine plaie dans son dos prend des proportions inquiétantes. Des sensations étranges envahissent son quotidien et la tourmentent petit à petit. Elle sent que son père et sa tante lui cachent quelque chose d’important. Mais pour le moment elle doit faire face à une terrible sanction : l’exil forcé dans un lycée d’Alaska. Une sanction acceptée mais très mal vécue. Cette séparation est ressentie comme une seconde perte après celle imposée par le décès de sa mère. C’est avec une très grand peine qu’elle prend l’avion pour rejoindre l’Alaska. Elle compte sur cet intermède pour afin apaiser les tensions et se remettre sur le droit chemin. Changement de décor, les terres sauvages de l’Alaska la ravissent et son nouveau lycée n’a rien a envié au château de Poudlard. Quelque peu gênée d’être la nouvelle, c’est la tête haute qu’elle rentre dans ce lycée hors norme. Quelques regards échangés avec d’autres lycéens, quelques animosités ressenties, mais rien de comparable lorsqu’elle croise ce jeune lycéen, sûr de lui et arrogant. Son regard s’accroche directement au sien livrant une bataille peu commune. Sera t-il un ennemi ou un allié ?
Lui, c’est Ian, jeune homme charismatique. Les filles lui donneraient tout pour une seule minute d’attention. Garçon populaire du lycée, il règne autour de lui un sombre mystère. Cette force de la nature cache bien son jeu et sait parfaitement jouer de ses capacités afin de manipuler son entourage. Il semble avoir une place privilégiée au sein du lycée et fait figure d’une certaine autorité. C’est un garçon à la fois sensible et protecteur. Senna ne le laisse pas indifférent, peut être car il ressent au fond de lui la véritable nature de Senna. Quelles aventures réserve l’avenir à nos deux héros ?

 

Malgré le fait que ce roman s’adresse à un lectorat jeune, je ne peux m’empêcher de dire que je me suis régalée de la première à la dernière page. Regrettant par la même occasion que le livre soit si court (malgré ces 384 pages). J’ai adoré les personnages, malgré leur jeunesse relative, ils font preuve de beaucoup de maturité et se laissent guider par leurs instincts. Même si quelque bourdes de leur part surviennent, ils en retirent de bonnes leçons. Ces deux personnages sont remarquables par leur courage et obstination. Ils sont confronter à de nombreux choix, mais leur détermination les portera sur de nombreux chemins périlleux.
L’univers est très riche en descriptions mettant le lecteur très à l’aise avec les différents détails. Et le point extraordinaire de ce fantastique est la multitude des références aux monde des mythes, du fantastique, de l’irréel, des légendes et des croyances. Je n’en dis pas davantage car ça serait vous spolier l’histoire.
Les nombreux rebondissements confèrent au récit un rythme soutenu. Je me suis plongée corps et âme dans cette lecture. Une lecture trépidante, intéressante et sensationnelle. Un cadre magnifique et des enjeux finaux qui promettent une suite démentielle. Cet exorde est une très très très belle entrée en matière. Addiction garantie !

 

Si t’es fan de fantastique, celui ci saura te charmer par sa différence !  A découvrir absolument !

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Kennes, pour tout savoir !

Vers la page de Ericka Duflo, pour suivre son actualité !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ÂME à ÂME de Christian Perrot.

511k-rVrQOL._SX311_BO1,204,203,200_

 

[FANTASTIQUE HORREUR – Nouveauté 2018]

Lune Écarlate  – Collection Lune Ténébreuse

Service presse

 

Format numérique (166 pages) : 4.99€

Broché : 15.00€

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 

 

Je remercie les éditions Lune Écarlate pour leur confiance.

 

 


 

 

Le résumé :
Un homme désespéré essaye de se suicider en se jetant du haut d’un toit. Par malchance, il fauche avec lui une âme innocente passant par hasard à cet endroit au mauvais moment. Les deux êtres vont se retrouver intimement liés pour un bien étrange voyage aux confins de l’esprit et de la démence. Ensemble, ils affronteront les plus horribles facettes de l’âme humaine jusqu’à l’ultime vérité, car, de cette rencontre fortuite, dépendra la vie de trois personnes diamétralement opposées… Public averti, 18ans + AVERTISSEMENT AU(X) LECTEUR(S) Ce roman est particulièrement angoissant, voire profondément dérangeant par les thèmes qu’il aborde : la mort, la haine, le meurtre, les violences sexuelles et morales. De nombreuses scènes psychologiquement et moralement éprouvantes attendent le lecteur. En vertu de quoi, cet ouvrage est fortement déconseillé aux enfants et aux adolescents pouvant se voir choqués. Parents, merci de prendre garde à ne pas laisser ce livre entre les mains des plus jeunes.

 

 


 

Mon avis :

 

Même une semaine après avoir terminé ce roman, il m’est toujours difficile d’en parler. Je me suis laissée quelques jours pour faire le point sur cette lecture et a bien y réfléchir et je ne sais toujours pas quoi en penser. Je n’ai pas détesté, je n’ai pas adoré, mon avis ne me semble pas mitigé. What else ???

 

Les premiers chapitres m’ont totalement décontenancée ! Je ne savais pas où j’étais : réalité, mirage, rêve, inconscience. C’était le flou total ! Je naviguai en eaux troubles comme ce personnage totalement déboussolé. Un univers sanguinolent, glauque, sombre, horrible. Un tableau bien plus effrayant que les limbes de l’enfer. C’est nauséeux, nauséabond, c’est bien plus que ça !

 

Cet homme vient de se jeter d’un immeuble. Depuis le décès accidentel de sa femme et de ses enfants, il est tombé dans la déprime. Il n’a plus la force de vivre et de survivre. Décidé d’en finir, il se jette dans le vide, mais tout ne se déroule pas comme prévu. La jeune femme aux yeux verts est au mauvais endroit au mauvais moment. Elle se retrouve fauchée par cet inconnu lui tombant dessus. Leurs âmes s’associent pour un voyage inattendu !

 

Les chapitres suivants m’éclairent afin sur ce scénario atypique offert par Christian Perrot. L’auteur explore ici, la mort, l’enfer qui s’entremêlent dans le réel et l’irréel. D’ailleurs il est impossible de les dissocier. L’un de va pas sans l’autre. La vie devient la mort, la mort devient la vie. Intransigeant, fourbu, écœurant, poisseux, ce duo a eu le mérite de me filer les jetons et bien plus encore. Dans le genre horreur, Perrot sonde à merveille l’univers. Malgré tout, j’ai été touché par la détresse des personnages, par leurs vécus, leurs peurs et leurs désarrois. Il dégage d’eux, d’une certaine manière, cette lueur d’espoir dans un avenir meilleur.

 

Ce roman a eu le pouvoir de me déstabiliser. Âme à âme a le mérite d’avoir laisser son emprunte dans ma mémoire. Je ne pense pas m’en défaire avant très longtemps.

 

Si t’es fan de roman d’horreur alors t’as trouvé ta future came !

 

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Lune Écarlate, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Christian Perrot, pour suivre son actualité !

 

KISS OF DEATH de Nathy

51nB1jEPBvL

 

[NOUVELLE FANTASTIQUE – Réédition 2018]

Lune Écarlate Éditions – Collection Lune Ténébreuse

Sortie le 25 avril

Service presse

 

Format numérique (8 pages)  : 0.99€

Ma note : 4/5

 

 

 

 

Je remercie les éditions Lune Écarlate pour leur confiance.

 

 


 

 

Le résumé :

 

Dmitri, célèbre et talentueux chanteur du groupe Kiss of Death avait tout pour réussir, tout sauf un destin bienveillant…
Nouvelle version de la nouvelle Fix, précédemment éditée dans le recueil Funestes Murmures.

 


 

 

Mon avis :

 

Dmitri est le chanteur star du groupe KOD, Kiss Of Death. Dmitri vit sa vie de rock star à 200 à l’heure, profitant des bonnes et mauvaises choses. Surtout les mauvaises : alcool, drogue et sexe. Son image scandaleuse fait souvent la une des magazine people. Des groupies tout aussi dingue que lui le poursuit. Une rock star adulée tout autant répugnée par ses frasques. Frôlé la mort devient son quotidien jusqu’au jour où tout bascule. Sans en avertir personne, il décide de suivre une cure de désintoxication qui fait de lui un nouvel homme à l’inspiration débordante. Le groupe vogue sur une nouvelle vague de succès. Mais pour combien de temps.

 

Kiss of Death est déjà paru sous le titre de Fix dans le recueil Murmures Funestes. Pour ma part c’est la première fois que je la découvre. Mise à part que c’est vraiment trop court à mon goût, cette nouvelle traite de la déchéance, celle due au succès et son environnement néfaste. Malgré le fait que le personnage reprenne sa vie en main, dans l’ombre de sa vie se terre quelque chose de malveillant et maléfique : l’ange de la mort ?

 

Jusqu’à présent, j’ai toujours été conquise par la plume de Nathy, elle ne m’a jamais déçue, et une nouvelle fois j’ai pris plaisir à découvrir cette histoire. Cette fois point d’hémorragie sanguine mais elle nous offre ici, un récit davantage gothique et sombre avec une touche de surnaturel. Si vous êtes fan de Nathy vous en aurait peut être pas assez à vous mettre sous la dent, mais si vous êtes curieux, sans prendre trop de risque, Kiss Of Death vous mettra le pieds à l’étrier. Une fois l’univers découvert vous en voudrait davantage, promis juré !!

 

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Lune Écarlate, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Nathy, pour suivre son actualité !