LA CLEF DES PORTAILS, tome 1 : Akalie O’Lys de Jupiter Phaeton.

La clef des portails (Akalie t. 1) par [Phaeton, Jupiter]

 

 

[ URBAN FANTASY / YA – Nouveauté 2018]

Auto-édition

 

 

 

Format numérique (318 pages) : 5.99€

Broché : 15.90€

Ma note : 5/5 mention « méga coup de coeur »

Lien Amazon

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Je m’appelle Anna et je vis depuis 4 ans dans le village de Sona, sûrement le plus calme et tranquille du monde depuis l’ouverture des portails. Enfin, ça c’était jusqu’à ce que Vlad, un fichu chevalier – oui, je les déteste – décide de venir mourir sur mon pas de porte. Bien sûr que je n’ai pas pu le laisser rendre son dernier souffle. Mais peut être aurais-je mieux fait ? Avec lui, les ennuis ont débarqué : en plus d’avoir des mercenaires aux fesses, Ersera, la servante des dieux, ne me lâche plus. Je n’ai plus le choix, je dois retourner à Washington. Si j’avais su que fuir cette ville m’aurait ramené à elle dix ans plus tard…
Fichu karma.
Fichu passé.
Une héroïne sarcastique, de l’action, de la magie : en bref, un roman d’urban fantasy où l’ennui n’a pas sa place !

 


 

Mon avis :

 

Aujourd’hui je te parle de mon dernier méga coup de cœur. Avec son second roman, Jupiter Phaeton nous propose un urban fantasy exceptionnel !

 

Troll, fées, sorciers, servante des Dieux, chevalier, chancelings, elfes, prêtresses, vampires et autres petite bêbêtes aussi impressionnantes sont au rendez-vous pour une aventure sensationnelle. Une héroïne de la trempe des Braves, au caractère corsé avec un gros cœur, c’est Anna. Un véritable bout de femme qui sait manier l’épée et maitrise la magie. Anna est auréolée de mystère. Elle cherche à tout prix à fuir son passé. A sept ans, elle s’enfuit seule de Washington et trouve refuge auprès d’un vieux sorcier au milieu de la forêt. Ce dernier va la protéger et lui apprendre les rudiments de la magie, de la défense et de la persévérance. On découvre au fil des chapitres qu’Anna détient un très grand pouvoir inconnu jusqu’à présent. Anna aime la solitude, elle y trouve un certain réconfort. D’une grande empathie, elle aide sans compter son prochain sans rien attendre en retour. Partie, elle s’installe dans un paisible village sous le couvert de guérisseuse et d’herboriste. Elle n’est pas du genre à s’attacher à quiconque et refuse ces liens d’amitiés sous peine de souffrir si elle devait partir précipitamment. Anna est courageuse, têtue, bourrique, insensée, provoquante, nerveuse. Elle pette le feu. Ses répliques sans filtre la mettent souvent dans le pétrin, c’est sa manière à elle d’être authentique et honnête. D’une combativité extrême, l’honneur, la justice sont des valeurs essentielles à ses yeux. Sa seule et unique faille : le lait chaud ! Anna a une personnalité de tonnerre faisant d’elle un personnage totalement attachant. Les épreuves qu’elle va devoir affronter font d’elle une héroïne sensationnelle.

 

Ces épreuves débarquent en même temps que Vlad, Chevalier de l’Ordre qu’elle déteste le plus au monde sur sa liste des 10 principaux. Vlad frappe deux fois à sa porte à l’article de la mort. Requinqué par Anna, cette dernière le prend sous sa protection. Sur les routes, des mercenaires les prennent en chasse. C’est ainsi que les très gros ennuis débutent. La paix du monde se trouve entre leurs mains, le combat sera rude. Vlad est un chevalier tout mignon, tout gentil. On est loin de l’image valeureux et tombeur du chevalier. Il est la plupart du temps comateux à cause de ses vilaines blessures. Heureusement qu’un autre personnage vient contrecarré cette image. La valeureuse panthère noire, Erza, mâle alpha des chancelings. J’ai complétement craqué pour lui, voilà tu sais tout. Erza est Erza : une montagne de muscles, une autorité naturelle, de la bienveillance, de la férocité… Erza n’est pas du tout tombé amoureux de moi, mais plutôt d’une certaine héroïne aussi aveugle qu’un aveugle. Anna se retrouve entre Vlad et Erza, un petit trio amoureux.

 

Pour en revenir à mon ressenti, est bien c’est tout simple : de l’action à gogo, des rebondissements, du suspense, des secrets, une course contre la mort, des révélations, de l’amitié, de l’amour (un peu). Concrètement cela donne  : wouah !, noooonnnn !, bordel, nom de dieu, ahhhhhhh, oufffffff, vas y déf(biiiip) le!. Voilà je me suis régalée du début à la fin. Une sacré histoire racontée par une auteur au talent qui n’est plus à prouver. Une histoire hyper addictive avec des personnages tout aussi atypiques les uns des autres, des enjeux cruciaux et des destins mis à rude épreuve.

 

J’attends la suite avec impatience et j’espère de tout cœur de t’avoir convaincu.

 

 

 


 

Je remercie chaleureusement Jupiter Phaeton pour sa confiance.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Retrouvez mon avis sur un autre roman de Jupiter Phaeton : « LA DERNIÈRE EMPATHE, tome 1 : Ryvenn ».

Découvre l’univers de Jupiter Phaeton sur son site !

 

IMG_20180426_160220_117TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

Publicités

LE SANG DES SAUVAGES, # 1 : Savage Task de Farah Hannah.

Le sang des Sauvages, tome 1 : Savage Task par [Anah, Farah]

 

 

[ DARK FANTASY – Nouveauté 2018]

Black Ink Editions

Tome 1/?

 

Format numérique (370 pages) : 4.99€

Broché : 17.00€

Ma note : 4,5/5

 

 

 


 

Le résumé :

 

La jeune Sanaé touche à son but ultime : intégrer la Savage Task, unité d’élite de Celestia, vouée à l’extermination des Sauvages.
Ce peuple primitif sème la mort et la désolation, surgissant de la forêt pour décimer les Celestiens lors de raids sanglants.
Sa croisade se heurte à un obstacle de taille : un guerrier, implacable, dangereux, qui ne tolère aucune distraction, pas même cette attirance aussi irrésistible qu’incompréhensible qui les lie.
La haine, le désir, l’amour et la violence s’entremêlent jusqu’à ce que la combattante puisse entrevoir la face cachée du monde au travers de deux yeux dorés. Le destin cruel se joue de Sanaé, mais son histoire peut-elle dépasser une haine ancestrale ?

 


 

Mon avis :

 

De la dark fantasy, il en faillait de peu pour m’appâter et de plus, je n’avais qu’entendu du bien au sujet de Farah Anah. Alors zou, je me suis jetée tête la première dans une histoire qui s’avère dépoter bien plus que tu ne peux le penser. Un duo entre la romance et dark fantasy, merveilleusement maitrisé pour une histoire démentielle où le palpitant a bien des soucis à se faire.

 

Un univers saisissant !

 

En règle général dans la fantasy, l’univers proposé est crée de toute pièce. Un univers souvent étrange et contradictoire qui offre de multiples mises en scènes. Souvent divisé, en plusieurs régions où diffèrent chaque caractéristiques. Farah Anah ne fais pas fi aux règles et son univers a charmé la fan que je suis du genre. Les descriptions proposées sont judicieuses et rapides  empêchant le lecteur de s’empêtrer dans tout un tas d’informations inutiles. Trois royaumes, un forêt occupée par des sauvages et des bêtes mystérieuses, une mer refermant de nombreuses légendes et monstres. Farah Anah offre de très belles balades dans des endroits tout aussi enchanteurs que romantiques et ose même te filer les frissons dans des décors digne d’Halloween. J’aime beaucoup toute cette palette que l’auteur explore, loin d’être figé dans un décor ce dernier évolue au rythme de l’histoire et au moment opportun.

 

Un melting pot surprenant de personnages !

 

Des rois, une princesse, des gardes royaux, des soldats, une garnison, des habitants, des chefs, des cochons sauvages comme moyen de transport, des enfants, des sauvages, de quoi te donner le tournis mais à ne pas te faire perdre la tête.
Parmi toute cette foule, une fille animée par une sentiment de vengeance. Sanae du haut de ses 17 ans avec ses rêves de devoirs et un besoin terrible d’assouvir sa rancœur envers les sauvages qui ont lâchement assassiné sa famille. Sanae est têtue, tête en l’air, maladroite, revancharde, solitaire. Acharnée, diaboliquement acharnée, elle se fourre dans des situations pas possibles et inimaginables. Son caractère est exécrable. Elle n’a qu’en tête sa vengeance personnelle et fait fi de son entourage. Personnellement, c’est le genre de personnage que je trouve exécrable et fatiguant. Elle ne cesse de se changer d’avis, un coup c’est blanc un coup c’est noir. Elle fonce tête baissé. Elle m’insupporte. Son comportement est grrrr !!! Elle réfléchit trop, elle pense trop, se pose trop de question, prend des tas des chemins au lieu de se positionner sur le plus direct. Très attachiante mais pas trop attachante !
Heureusement, que Leith est là pour relever le tout. Leith, est le fameux sauvage en question. Pour te donner une image : tu prends un viking, tu prends un Highlander, tu shakes tout ça et le résultat est très surprenant : un sauvage ! Dans le genre bien bâti, cheveux longs, yeux noirs, une forte carrure (bien évidemment) et tu ne peux que tomber dénue devant la caricature parfaite du mâle alpha. La masculinité dans toute sa splendeur ! (hop, on essuie la petite goute de bave au coin de la bouche). Leith est le bras droit du roi des Sauvages. Il dirige beaucoup d’opérations visant le royaume de Celestia (là où vit Sanae). Leurs motifs semblent lier à la pire des cruautés, mais tu verras que autre chose se cache sous se comportement agressif. Leith est une figure à part de sa communauté : droit dans ses bottes, intransigeant, fin manipulateur, humaniste, loin d’être égoïste, toujours à aider son prochain et surtout il déteste plus que tout que ses comparses violent. Alors oui j’adore Leith, plus que de raisons surement. Mais voilà, son charisme et sa volonté farouche fait de lui une personne admirable.

 

Ces deux personnages sont aux antipodes, pourtant leur rencontre va changer la donne.

 

De la dark et encore de la dark !

 

Rien n’est tout beau dans cet univers. Les personnages se battent pour une cause noble, mais au fil des pages le lecteur se rend compte de beaucoup de chose. Une atmosphère sombre et glaçante. Frayeur et scène abominable, il y a très peu de moment romantique. Les personnages abattus mais plein d’espoir dans leurs causes sont accaparés par les mauvais choix qui s’imposent à eux.  Tout est noir. La cruauté des hommes est mise dans toute sa splendeur : des scènes de viols ou de violence envers les femmes et les enfants sont présentes. Du sang, des corps étêtés, des vers, des caves parfaits l’histoire.

 

En bref !

 

J’adore l’univers proposé par Farah Anah. Son histoire est aussi machiavélique que sensationnelle. Ses personnages sont à la hauteur de l’atmoshére crée. La trame de l’histoire relève un suspense haletant. De la dark fantasy comme je l’aime loin des licornes à paillettes et des bisounours tout rose.
Farah Anah a une écriture addictive et sans fioriture. Elle ne prend pas les chemins de traverse et ne pense même pas à épargner sa lectrice. Du brut de décoffrage dans toute sa splendeur et sans concession. Elle a pris le risque que sa narration évolue uniquement auprès de Sanae. A mon sens, c’est le seul petit point négatif. J’aurais effectivement voulu que Leith ai sa voix. Ne serait ce qu’un chapitre pour effleurer ses pensées et que son personnage soit davantage approfondi.

 

De l’amour, de la haine, de la colère, du sang : un mélange explosif pour une histoire à dévorer !

 


 

Je remercie Black Ink Editions pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site de Black Ink Editions, pour tout savoir !

 

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry ClechTAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

LES ENFANTS D’ASTRA, tome 1 : Plan 439 de Isaure de Villers.

20180924_183121

 

 

[FANTASY / YOUNG ADULT – Rentrée littéraire 2018]
Éditions BETA PUBLISHER

 

Format broché (456 pages) : 17.50€
Numérique : 9.99€
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »

 

 


 

 

Le résumé :

 

Année 3126.
Après une guerre dévastatrice,
L’A.M.Erica triomphe et le peuple d’Astra n’est plus.
Seuls ses enfants demeurent.
Cachés dans des souterrains,
ces derniers se retrouvent à la charge des Eriquiens,
adoptés par ceux qui ont tués leurs parents.
Mais comment, dès lors, ne pas rêver de vengeance ?
Ils sont des millions à attendre dans l’ombre.
Ils sont les Enfants d’Astra.

 


 

Mon avis :

 

Isaure de Villers nous offre un super univers où les enjeux considérables viennent rythmer une histoire sensationnelle et je dois l’avouer hyper géniale.

 

L’année 3126 voit s’éteindre un peuple. Astra est entièrement détruite. Seuls les enfants ont survécu dans les innombrables souterrains. Des milliers d’enfants de tout âge sont recueillis par l’exterminateur : AM.Erica. De nombreuses familles se proposent d’adopter ces enfants, alors que d’autres trouveront refuge dans les orphelinats.

 

Ces enfants démunis, déracinés, orphelins doivent faire face à de nombreux tourments : accepter la perte de leurs parents, la destruction de leur pays, la séparation de la fratrie, s’intégrer au sein de la population AM.Ericaine et surtout faire en sorte que le plan 439 soit mis exactement en œuvre.

 

Quand des enfants remplis de haine et de vengeance s’associent, il en résulte une très grande surprise et surtout une histoire aussi addictive que haletante.

 

Ce premier tome pose les bases très importantes : l’univers est parfaitement défini avec des corrélations maitrisées. La conquête de l’espace prend tout son sens. Chaque grand continent est représenté dans la galaxie toute entière. Les alliances rythment les guerres continuelles. une guerre assoiffée de pouvoir qui finalement n’a ni queue ni tête. Une guerre si meurtrière, si violente.

 

A travers 5 personnages, Isaure de Villers fait vivre à son lecteur un histoire trépidante et déchirante. Quelque soit leur camp, je me suis sincérement attachée à eux qui font preuve d’une grande maturité et d’une grande sensibilité. L’auteur n’hésite à aucun moment à les faire fléchir ou alors à montrer leur bravoure. Chacun d’entre eux et à leur manière sont des héros en devenir.

 

D’un côté, Cyndie, Sibylle et Rodolphe représentent les enfants d’Astra. Ils ont une place particulière qui vont les amener à prendre des décisions importantes. De l’autre, Aileen et Edward sont des enfants du dirigeant de l’AM.Erica et l’arrivée de ces nouveaux enfants font les mettre à mal et notamment ils vont réviser leur position sur ces derniers.

 

Cyndie est une petite fille de 9 ans, traumatisée par cette guerre. Elle est recueillie dans une famille aimante qui malheureusement ou heureusement va découvrir son terrible secret et sa véritable identité. Cyndie est juste touchante, attachante. C’est une enfant que tu chérirais à longueur de temps. Malgré sa grande fragilité, c’est un véritable soldat prête à tout.

 

Sibylle est la sœur cadette de Rodolphe. Elle s’est retrouvée à l’orphelinat et a su recréer un petit cocon chaleureux et attentionnée. Imaginative, surprenante, drôle, cocasse, Sybille a la volonté farouche de mettre le plan 439 à exécution. Douée pour prendre la parole devant la foule, sa prestance et son charisme vont soulever la foule.

 

Rodolphe est le rebelle au grand cœur et super timide. Loin d’être à l’aise en société, il n’hésite à aucun moment d’affirmer son opinion et d’argumenter en petit comité. Bon tacticien, sportif aguerri, manipulateur sont autant de qualités qu’il met en œuvre pour le plan 439 aux dépends de bien d’autres.

 

Aileen est la fille du dirigeant de l’AM.Erica. Fonceuse, intelligente, douée, ses croyances vont de mal en pis face à l’arrivée de ces enfants. Son amitié grandissante pour Rodolphe l’exaspère autant qu’elle envoute. Sera t-elle à la hauteur des ambitions de son père ?

 

Edward est le frère d’Ailleen. Il ne prend pas part aux positions induites par les nouveaux arrivants. Au contraire, il souhaite mettre beaucoup d’espace entre eux et lui. Son échappatoire : partir en voyage qui prend vite des allures de guet-apens.

 

J’ai été très vite séduite par cette aventure. La mise en place est relativement simple et j’ai pu de suite me plonger aux cœurs des nombreuses péripéties. Tenue en haleine dès les premières pages jusqu’au point final de ce premier tome, j’ai avalé sans répit les chapitres. L’alternance des points de vues est bien visée. D’ailleurs ces derniers apportent une vision plus globale des enjeux et des actions menées par les différents protagonistes.

 

Le dénouement est assez tonitruant et laisse en suspension des actions débutées dans les derniers chapitres. J’attends avec impatience la suite des aventures.

 

Je ne peux que conseiller ce super young adult à l’univers sensationnel et riche. Une aventure qui met hors d’haleine le lecteur. J’ai adoré !

 

 

 

∞∞ LES PREMIÈRES LIGNES ∞∞
C’est à la fin du XXIIIème siècle qu’a commencé la colonisation de masse de l’espace. Astra, le pays se dressant sur les ruines de la France depuis déjà des centaines d’années, a lancé le peuplement de la planète Sagan, découverte vers 2232. De son côté la nouvelle Amérique se créait son empire sur un monde habitable proche, lui donnant le nom de l’AM.Erica. La Chine, elle, colonisait Neptsys, une planète viable mais immergée, plus éloignée, permettant cependant de soulager la Terre dont les ressources étaient presque épuisées.
Le monde d’hier, Juliette D, Livre II, Chapitre 15, 3146.

 

 

 


 

Je remercie l’équipe des éditions Beta Publisher pour leur confiance.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le shop des éditions Beta Publisher !

Vers le site des éditions Beta Publisher, pour tout savoir !

Lien Amazon !

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

TERRE DE BRUME, #1 : Le sanctuaire des dieux de Cindy Van Wilder.

Terre de Brume - Le Sanctuaire des dieux (Grand Format Ados) par [Van Wilder, Cindy]

 

 

[ FANTASY / Young Adult – Rentrée littéraire 2018]

RAGEOT Éditeur – Collection Grand Format Ado

 

Format numérique (288 pages) : 12.99€

Broché : 16.90€

Ma note : 3.5/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Depuis le Bouleversement, cataclysme qui a recouvert son monde d’une brume toxique en ne laissant que de rares survivants, Héra vit à Taho dans le Sanctuaire des Prêtres de l’eau, où elle apprend à maîtriser la magie pour devenir guerrière. Au cours d’une mission, elle rencontre Intissar, une Sœur de Feu capable de communiquer avec les esprits. Intissar a bravé sa propre communauté pour venir avertir les habitants de Taho d’un terrible danger. Mais il est déjà trop tard : une vague de Brume, peuplée de créatures ni mortes ni vivantes, s’est levée… et frappe le Sanctuaire. Et elle frappera encore. Héra et Intissar s’allient afin d’empêcher leur monde de sombrer dans l’oubli.

 


 

Mon avis :

 

Héra et Intissar vivent dans un monde dévasté, anéanti par la Brume, sorte de brouillard mortel au moindre contact et grouillant de monstres et autres entités malveillantes. Survenu à la suite d’un cataclysme puissant et inconnu,  les communautés habitent sur les pentes de montagnes émergeant ici et là. Seuls îlots survivant aux conditions extrêmes : promiscuité, manque de nourriture et d’eau.

 

Héra est une apprentie guerrière chevronnée. Elle maîtrise l’eau à la perfection. Rebelle, imposante, son parcours est semé d’embuche. Orpheline à sa naissance, un passeur la prend sous son aile. Unis par un lien puissant, leurs rencontres au sein de Taho sont rares mais ne les privent aucunement de passer de très bons moments de retrouvailles.

 

Intissar appartient à la communauté des Sœurs et Frères de Feu. Jeune fille exceptionnelle, elle mène avec courage et témérité tous les combats qu’elle entreprend. En plus de maitriser le feu, elle possède un don unique : celui de communiquer avec les esprits qui voguent dans les abimes de la Brume. Attachée à de très fortes valeurs, elle n’hésite pas à braver les interdits. Son dernier esclandre la mène à Taho, pour les prévenir d’un très grand danger. Aussitôt prise pour un imposteur, la communauté ne prête pas attention à ses avertissements.

 

Devant  ce grand désastre, Héra et Intissar se lient d’amitié et partent sur le chemin dangereux d’une quête au cœur de la vérité.

 

Ce premier tome est axé sur les bases d’une histoire, qui je pense au fur et à mesure des tomes, sera fabuleuse. J’ai fait connaissance d’un monde avec ses règles, ses lois, ses différences et ses combats. Les personnages sont authentiques et très attachants. Ces jeunes héroïnes sont au cœur d’un combat qui perdure et peut être détiennent-elles finalement les clefs pour que leur monde survive à ce déferlement d’horreurs. Leur complicité naissante met en évidence les relations complexes qu’entretiennent les différentes communautés. Au fil des chapitres les enjeux deviennent plus pressant, cette quête périlleuse et les subtilités prennent une place capitale dans le dénouement futur.

 

Si cette lecture est avant tout adressée à un lectorat jeune, j’ai apprécié la teneur de ce premier tome. De l’action en pagaille, des héroïnes passionnantes et un final très alléchant quant à la suite de cette fabuleuse aventure. Cindy Van Wilder use d’une atmosphére typique de la Grèce antique et moyen orientale. Elle expose une nouvelle vision assez contrastée à celle connue. Et cela j’adore !

 

Une superbe lecture que pourront adorer ou apprécier les plus jeunes et les plus grands !

 

 

 


 

Je remercie les éditions Rageot pour leur confiance via la plateforme Netgalley.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site de Rageot éditeur, pour tout savoir !

Vers le site de Cindy Van Wilder, pour suivre son actualité !

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry ClechTAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

LES AMAZONES. Prélude de l’Aube, chapitre 2 : épisode 11 à 14 de Thomas Mader.

alt_example

 

 

 

[ HIGHT FANTASY ]

ASSOCIATION ILLURIA

LICENCE TRANSMEDIA

 

A découvrir gratuitement sur Illuria.fr

 

 

 

 

 

A propos :
Les Amazones conte les aventures de la guilde des Illus et des Amazones, puissantes guerrières et magiciennes. Ensemble, ils devront affronter d’innombrables menaces qui pèsent sur le Grand Tout, l’Univers tel que nous le connaissons, dont la pire de toutes… les Bénis ! Mais cette tâche s’annonce plus difficile qu’on ne veuille le croire… Les Illus, bien que puissants, sont connus dans tout le pays pour former une guilde très très très spéciale dotée de bons énergumènes. Dans un contexte de Guerre des Guildes, nos aventuriers devront se surpasser pour relever les sombres défis qui les attendent…

 

LES AMAZONES. Prélude de l’Aube, chapitre 2 :
Prequel à l’histoire principale, l’intrigue du second chapitre prend place quelque temps avant les événements du Chapitre 1 jusqu’à les rejoindre et s’entremêler avec. Dans un genre Light Novel, l’histoire nous invite à suivre les traces des membres de la guilde Les Extracteurs dont leur chemin va croiser celui de nombreux personnages clés de l’univers Les Amazones. Retrouve ICI l’univers du chapitre 1 et ICI le début du chapitre 2.

 


 

Résumé épisode 11 :

 

Avec leurs nouvelles recrues, Kimy, Lux et Ico, les Extracteurs se retrouvent près d’une caverne de la forêt du Petit Bois pour y éliminer une menace qui pèse sur les habitants du coin.

 

Résumé épisode 12 :
Elkiu amène ses nouvelles recrues au camp d’entraînement de Fort Nimis tenu par une figure familière. Si les Extracteurs veulent passer à la vitesse supérieure, il est important de mettre les bouchées doubles. Pendant ce temps, chargés par le Roi Georges de la Foutaise d’enquêter discrètement sur les agissements du Ministre Artonne, Asthom, Liliana et leur collègue Athalie s’infiltrent dans sa demeure.

 

Résumé épisode 13 :
Le compte à rebours est lancé. Morilayn court-il un grave danger ? Dans le doute, le pays doit se préparer à toute éventualité. Pendant ce temps, une figure emblématique du Grand Tout refait surface…

 

Résumé épisode 14 :

 

L’amour d’une mère envers son enfant n’a aucune limite. Lorsqu’il s’agit de protéger son être le plus cher d’un terrible quotidien, une maman est prête à tout. C’est cela que fit la mère d’Elkiu il y a des années de cela, en maquillant la vérité en contes et légendes.

 

 

 

alt_example

 

 

 


 

Mon avis :
Thomas nous livre, au compte goutte, les épisodes du chapitre 2 (enfin 4 de plus). Et c’est bien dommage car une fois plongée dans les aventures de sa guilde d’enfer et bien j’en voudrais davantage. Pas facile de se contenter de peu !

 

Petite  nouveauté pour ne plus se tirer les cheveux et éviter au poisson rouge que je suis ( enfin ma mémoire) : un listing des personnages. Avec pour certains, quelques précisions très utiles comme : la taille, le poids, couleur cheveux et yeux et fonction … C’est très pratique et c’est par ICI !

 

Toujours aussi extraordinaire avec des personnages hilarants et farfelus. Des missions pas cool et des entrainements intensifs pour perfectionner les pauvres bougons qui viennent de rejoindre les Extracteurs. Des mystères et boules de gomme, des enjeux, des complots … le monde sera t-il sauver ?

 

Ces quatre épisodes sont très sympathiques et bien plus. Notamment l’épisode 14 qui m’a plongée dans le monde des légendes.

 

L’univers se concrétise vraiment. L’aperçu de ce monde donne un perspective très intéressante. Bataille, chamaillerie et autre sont au rendez vous ! L’humour est au rendez-vous comme à chaque fois. C’est vraiment sans prise de tête.
Tous les fans de jeux vidéos, de bd et de fantasy ne pourront qu’adorer ! Illuria mérite qu’on parle d’elle ou de lui, je fais appel à toutes les bonnes âmes de la blogosphère et du monde littéraire pour partager !

 

Ps (petit mot tout doux à Thomas ) : je sais que t’es un homme très occupé pour plein de choses géniales, mais il faut te tendre combien de carottes pour que t’écrive plus vite 😉 ? #entoutbientouthonneur Et le chapitre 2 il est finit ou pas ? #jesaisjesuishyperchiante #jaipasdhumour :p

 

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

 

HISTOIRE……….

 

KENAN, REDRESSEUR DE FOI : L’Intégrale de Anthony Holay.

 

[ DARK FANTASY – 2017 ]
Nutty Sheep Éditions
Service presse
8 épisodes
Format numérique ( environ 45 pages / épisodes ) : 1€99
Ma note : 4.5/5

 

 

Je remercie Anthony Holay pour sa confiance et ainsi m’avoir permis de découvrir son univers.

 

 


Le résumé (épisode 1) :

 

Quand vient la nuit, des bruits atroces hantent le village de Mana… Ce soir-là, Pline et sa famille en font les frais. Grincements, raclements, puis visions d’horreur les poursuivront encore au matin, jusqu’à ce que Kenan, Redresseur de Foi en mission, arrive dans le hameau.
Toutefois, il ignore que pendant ce temps, à la cité royale d’Alstore, des inquiétudes rongent son Officiant supérieur…

 

 

Mon avis sur l’intégrale :

 

Il y avait très très longtemps que je ne m’étais pas plongée dans cette sorte de lecture. La Dark Fantasy est un genre qui m’attire, mais au détriment d’autres lectures, je ne prête pas cas aux nouveautés et c’est bien dommage. Petit rappel, la Dark Fantasy, ou fantaisie noire, est un sous-genre de la fantasy qui désigne les œuvres dans lesquelles l’ambiance est très sombre et proche de l’apocalypse. Le bien laisse place au mal et les héros sont souvent fatigués et abattus par les épreuves qu’ils ont subies. En partant donc d’une mentalité pessimiste, l’auteur nous présente la plupart du temps une œuvre évoluant dans un contexte psychologiquement oppressant pour le lecteur ou les personnages, et peut également délivrer les détails des combats. Cela leur donne une dimension plus violente et parfois assez proche de l’horreur sans pour autant en faire partie ( Source Wikipédia).

 

Voyez l’ambiance ! Personnellement j’accroche à 200% ! J’adore ce mélange de genres. Pline vit, avec son père et sa petite sœur, dans un petit village éloigné de la capitale. La forêt environnante abrite depuis quelque temps des personnages bien singuliers et surtout étranges. Des bruits effrayants et monstrueux perturbent les nuits.  Le cimetière se voit dépouiller de ses sépultures. Des phénomènes inquiétants troublent la quiétude des habitants et personne ne veut savoir ce qu’il en est réellement. Un soir c’est la maison de Pline, jeune homme, qui est attaquée. Priant de toute ses forces, il espère juste que les forces diaboliques ne s’en prennent pas à leur vie. Mais à son réveil, ses craintes trouveront raison. Pline est un jeune homme très attachant surtout pour sa volonté et son honnêteté. Son côté maladroit est compensé par son entêtement. Pline est très protecteur envers sa petite sœur et déteste son père pour son absence et son addiction à l’alcool suite au décès en couche de sa femme.

 

Kenan est un redresseur de foi et surtout un repris de justice. Enrôlé de force par les officiants, il a été formé pour défendre les habitants de ces forces malveillantes qui se manifestent de plus en plus. Kenan est un homme bon sous son apparence de sauvage. La solitude lui colle à la peau. Il s’acquitte avec beaucoup de professionnalisme ses tâches. Kenan rencontre le père de Pline et le sort d’un très mauvais pas. Il reste pendant quelques jours chez eux afin de mener une enquête. Kenan découvrira que la fin est bientôt proche et que les jours sont comptés. Il se doit de retourner à la capitale pour découvrir de quoi il en est exactement et de mettre la main sur les armes qui détruiront le Mal. Mais cette mission ne va pas se dérouler comme il le souhaitait.
Je suis complétement conquise par l’univers d’Anthony Holay. Il maitrise parfaitement son sujet et son univers mêlant aisément la fantasy agrémenté par ce côté « horreur ». Il nous plonge dans les aventures de Kenan et de Pline dont j’ai suivi les frasques avec la boule au ventre. La plume de Holay est exquise. La trame de l’histoire est parfaitement menée et le côté suspense a eu le mérite de me surprendre, c’est le cas de le dire ! Ces 8 épisodes m’ont menée par le bout du nez, m’envoyant sur différentes pistes. L’imagination de Holay est dense et surtout ne manque pas d’originalité avec des retournements de situation intempestifs. Le seul tout petit point négatif est la longueur, et c’est vrai que j’ai tendance à râler sur ce point là. Quand l’auteur est au top, que la trame est sensationnelle, il ne suffirait que de développer et de rajouter les rebondissements pour en faire un roman étouffé et davantage époustouflant.
Le format est idéal pour les non-initiés et du coup se faire une idée de ce que représente la dark fantasy. Pour les fans du genre, ils retrouveront tous les ingrédients pour passer un super moment de lecture, toutefois trop courte à mon goût !

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Nutty Sheep, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Anthony Holay !

 

 

La Passe-miroir, Livre 3 : La mémoire de Babel de Christelle Dabos.

 

[FANTASY JEUNESSE – Nouveauté 2017]

GALLIMARD JEUNESSE

Lecture personnelle

 


 

Résumé :

Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

Dans un troisième livre vibrant, Christelle Dabos explore la merveilleuse cité de Babel. En son cœur, un secret insaisissable, qui est à la fois la clef du passé et celle d’un futur incertain.

 


 

Mon avis : ( attention spoile, je peux pas faire autrement !! 😦 )

Vous avez adoré le livre 1 et le livre 2 ! Et bien accrochez-vous bien, car tout ce que vous avez pu ressentir jusqu’à présent va être multiplier par mille !!

Ce troisième livre est juste une pure bombe. Je l’ai davantage adoré que les deux premiers. C’est un Méga coup de cœur !

Trois ans se sont écoulés, laissant Ophélie ruminer sans cesse sur les conditions dans lesquelles elle a quitté Thorn au Pôle. Le retour sur Amina est juste désastreux. Encore plus empotée, elle se mure dans son malheur. Tourner en rond ne lui convient plus, elle doit à tout prix fuir pour le retrouver et connaitre le fin de cette histoire qui leur a explosé au visage trois ans plus tôt dans cette geôle. Heureux hasard, Archibald n’a pas battu en retraite, il cherche toujours la terre natale de la mère Hildegarde. Explorant les Roses des Vents, il arrive à rejoindre Ophélie et la sauve d’un sort vraiment trop cruel ! N’en faisant quand sa tête, elle suit son intuition et part toute seule sur l’arche de Babel !

Changement de décor radical ! Après le froid polaire, bienvenue dans la chaleur des tropiques. Christelle Dabos nous immerge dans un nouveau décor, tellement riche que j’en ai eu plein les yeux. De nouveaux codes, de nouvelles règles et de nouveaux personnages. Ces derniers sont justes wow !! On rencontre donc le fils de Lazarus, étrange personnage. Il a le rôle d’ami protecteur et va ainsi l’aider lorsqu’elle pose le pied pour la première fois sur l’arche.  Le second est le fils d’une des filles de Pollux (un des esprits de l’arche avec sa jumelle Hélène), qui dans un premier temps va jouer le rôle d’ennemi pour ensuite devenir son complice. D’autres personnages plus ou moins importants et aux facettes multiples viennent agrémenter l’histoire. (Désolée, je ne me rappelle plus les noms, j’ai la mémoire d’un poisson rouge 😦 )

Ophélie joue des coudes pour découvrir les tenants et les aboutissants de cette enquête. Cette dernière l’amènera sur des terrains glissants où les dangers rôdent. La vérité n’a jamais été aussi proche !

Christelle Dabos nous envoute littéralement dans ce troisième opus !! D’une main de maître elle tout en haleine tout au long de la lecture. Les rebondissements sont incessants. Une spirale ou la vérité est à bout de doigt, où les mensonges, la jalousie, l’amitié, la détresse viennent pimenter le déroulement de la lecture.

Ce livre est une pure merveille bien plus que les deux premiers. Le rythme est bien plus soutenue. Les phases de descriptions sont moindres. Tout y est hallucinant ! Les personnages évoluent vers la maturité, même si Ophélie reste une éternelle maladroite. On ne peut que l’adorer dans cette quête périlleuse !

Un méga coup de cœur pour « La mémoire de Babel ». Un univers riche et une écriture honnête ! Quelque chose a changé dans le style et c’est juste WOW !

L’attente du quatrième tome va être terrible !

 

liens-utiles

 

Mon avis sur le livre 1 : « Les fiancés de l’hiver ».

Mon avis sur le livre 2 : « Les disparus du Clairdelune ».

Pour tout savoir sur l’univers de « la passe-miroir » et sur son auteur : c’est par ICI !

Vers le site Gallimard Jeunesse !

64391-episode