LE MAISTRE ÉCUYER ROYAL, tome 1 : Eléa de Léa Northmann.

 
[ FANTASY / ROMANCE ÉROTIQUE – Nouveauté 2019]
Publishroom
183 pages
Ma note : 3,5/5
Lien Kindle
Lu dans le cadre du Marathon Indé de mars

 

 

Le résumé :
Jeune écuyère, Eléa doit fuir un amour interdit et se rendre au Palais Royal pour accomplir son destin.
Au royaume d’Argalh, dans le Duché de Noshaïa, la jeune Eléa rêve de chevaliers et d’aventures. Elle devient l’apprentie de l’intransigeant Maistre Écuyer Maï-Lo. Pour parfaire sa formation, elle entre au château ducal, où le séduisant chevalier de Tuhr devient son référent. A travers les entraînements équestres et les jeux de l’amour, la jeune femme s’épanouit. Mais sa relation avec le chevalier est révélée et le Seigneur de la Province de la Licorne Blanche s’oppose à la validation de la fin de son apprentissage. Aidée par un vieux Maistre Écuyer, une jeune palefrenière et un étrange bibliothécaire, Eléa parvient à rejoindre le Palais Royal. Son destin est irrémédiablement lié par le sang au Prince Héritier Calh lors de la cérémonie de leur double adoubement. Il fait partie des disciples de Maïa, la déesse du désir, du plaisir et de l’amour…

 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

 

Allier la fantasy et la romance érotique, il fallait oser et le résultat est sympa et très réussi.

 

Eléa est née le jour même où la guerre a été déclarée fini. Ses parents prennent soin de cette petite fille espiègle. Elle aime l’aventure et les chevaux. Dès son plus jeune âge, elle est prise sous l’aile de l’intrigante Maï-Lo, une femme caractérielle qui mène son monde à la baguette. Son entrainement façonne cette nouvelle apprentie pleine de volonté et d’endurance. Chaque épreuve la rapproche peu à peu de son rêve le plus fou, devenir elle aussi un jour maistre écuyer. Ces heures de durs labours à souffrir, à encaisser lui forgent son caractère et son avenir. Elea en grandissant devient une belle jeune femme. Sa première rencontre masculine éveille en elle des sensations étranges et toutes aussi chaleureuses. C’est lorsqu’elle rejoint le château ducal pour terminer sa formation, que la rencontre avec le séduisant chevalier Tuhr, qu’elle explore le désir. Découverte, leur liaison va soudainement s’arrêter et mettre en péril l’obtention du titre tant convoité par Eléa. Une fuite orchestrée plus tard et un adoubement avec le prince héritier Calh, la vie d’Elea semble sereine, entre l’amour des chevaux et la folle passion, il n’y a plus qu’un pas.

 

Lea Northmann m’ouvre les portes de son univers totalement incroyable. Un monde intrigant et intéressant. Un monde anéanti par la guerre et qui a réussi à se reconstruire à l’aide d’alliances entres les différents royaumes. J’ai beaucoup apprécié l’illustration le représentant au début du roman. Ce premier roman pose des bases essentielles pour que le lecteur ne se sente pas déstabiliser par les noms, etc. Elea est une héroïne très attachante d’abord par son innocence et puis par cette passion qu’elle a pour le monde équestre. L’autrice n’hésite pas à utiliser le jargon adéquat à cet univers qui m’est totalement inconnu. J’aurai apprécié avoir un lexique pour le comprendre davantage et mieux me familiariser. Tout au long de cet apprentissage Eléa rencontre de belles personnes où l’amitié sera le point central de leur relation. Le vieux maistre écuyer qui se rapproche le plus d’une père. La jeune palefrenière qui l’aide sans jugement dans tout ce qu’entreprend Eléa. Une belle relation fraternelle les lie. Et le vieux bibliothécaire (qui n’est pas si vieux que ça) qui l’aide à se sortir de sa mauvaise situation. Beaucoup d’hommes tombent sous le charme de la belle écuyère. Elle n’en joue pas du tout, heureusement. Car complot et jalousie ne sont loin guère d’elle. Eléa est curieuse de tout et plein de bonne volonté. Hargneuse et têtue, elle ne recule devant aucune difficulté. Le vieux roi Calh admire cette force qui émane de la jeune maistre écuyer et il croit fortement en son destin.

 

Eléa semble prédestiner à une vie magnifique et royale. J’espère que le seconde tome lui sera entièrement dédié pour en découvrir davantage.

 

Ce premier roman de l’autrice laisse présager de nouvelles aventures aussi aventureuses que érotiques. Effectivement, elle sème par ci par là des scènes à croquer qui font chauffer les joues ! La plume de Léa Northmann est addictive et envoutante. Elle manque cependant de maturité mais je suis persuadée que les prochains romans seront sensationnels.

 

Ce premier tome est un voyage épique où Eléa, jeune héroïne, est passionné par les chevaux et découvre l’amour.

 

#Esméralda

 

Je remercie Léa Northmann pour sa confiance et sa patience.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

 

… le portrait de Léa Northmann !

 

 

IMG_20180426_160220_117

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

Publicités

AMISSEUM, tome 1 : Les Terres inconnues de Maes Larson.

 
[ FANTASY / YOUNG ADULT – 2018]
Éditions DE SAXUS – Collection Jeunesse
508 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 

 
Le résumé :

 

La paix n’a jamais été aussi instable pour les cinq Grands Royaumes…
Trois amis, Adam, Isaac et Ryan, se réveillent dans un monde inconnu. Comment sont-ils arrivés là, et comment rentrer chez eux ? Le mystère est total.
Emmenés par des soldats au royaume de Mirabilis, ils découvrent qu’ils sont au centre d’une paix très fragile entre cinq grands royaumes. Le bienveillant roi Garamei les accueille chaleureusement, mais il semble cacher quelque chose.
Au royaume d’Elmeria, le souverain Klausmery reçoit des rapports sans équivoque : une menace plane au-dessus des couronnes, les alliances se délient et les complots se mettent en place.
La reine Astrid dans sa forteresse d’Heldgard compte bien profiter de la situation pour contester les forces dominantes et redorer le blason de sa famille.
Dans ces moments de doutes et de conspiration, un être obscur sème la mort et le chaos sur son passage. Et l’apparition soudaine des trois garçons ne fait que confirmer qu’un événement aux conséquences irréversibles est sur le point d’éclater.
Embarqués dans une quête incroyable malgré eux, Adam et ses amis devront se montrer courageux et patients pour survivre à cette périlleuse aventure afin de trouver les réponses à leurs questions.
Le début d’une incroyable saga fantasy !

 

4006c-mon2bavis2b1
 
J’ai découvert AMISSEUM, il y a déjà quelques mois de cela lorsqu’il était auto édité. La première ébauche présentait de nombreux points positifs mais aussi des négatifs. Je dois avouer que j’avais une peur bleu de me replonger dans les aventures de cette bande de copains et de donner un second avis mitigé. Et la surprise a été au rendez-vous et oups envolé l’angoisse. D’ailleurs j’ai félicité l’auteur pour le merveilleux travail accompli.

 

AMISSEUM c’est l’histoire extraordinaire de trois ados catapultés dans un monde inconnu, magique, fantastique et époustouflant. Un monde où les chevaliers prouvent leur force, un monde où la jolie princesse fait chaviré le cœur d’un des héros, un monde où secret et manipulation se terrent prêts à exploser au grand jour.

 

Adam, Isaac et Ryan, trois copains de toujours sont embarqués malgré eux dans une aventure sans nom. Une aventure qui les a porté aux confins d’un monde inconnu, enchanté. Lorsqu’ils se réveillent abasourdis par cet événement inexpliqué, la peur, l’inquiétude, la colère les submergent. Mais en tout adolescent intrépide qu’ils sont, ils décident de rallier le village qu’ils aperçoivent au loin. Effarés, ils découvrent un village rustique, des habitants habillés étrangement et aux regards soupçonneux. Ne faisant cas de ces derniers et n’écoutant que leur ventre criant famine, ils se dirigent vers la taverne pour un bon repas. Pensant trouver de l’aide, ce sont les ennuis qu’ils provoqueront à leur insu. Paniqués, leur fuite se termine dans une forêt singulière peuplée d’animaux tout aussi étranges qu’effrayants. Ainsi débute une aventure trépidante qui font les mener vers de nouveaux horizons où les enjeux cruciaux sont à peine dévoilés.

 

Adam, Isaac et Ryan sont très attachants. Chacun avec leur caractère qui se complète à merveille vont être mis à rude épreuve. Assaillis par les sentiments d’injustice, d’abandon, d’incompréhension et de colère, ils vont peu à peu être réconfortés par les enjeux de leur mission, par le roi Garamei et sa fille, la belle Aga, et les chevaliers aux facultés hallucinantes. Ils découvrent un monde hors norme avec sa propre histoire. Un monde palpitant, haut en couleurs, festif, joyeux et bon enfant. Un monde où le courage, la bravoure et la bonté sont salués. Si jusqu’à présent la paix régnait sur toutes ces terres, le vent du changement s’élève peu à peu et annonce le pire.

 

Ce premier tome pose les bases nécessaires à une saga qui irrémédiablement a tout pour subjuguer : un monde fantasy parfaitement maitrisé, une trame riche qui promet de nombreux rebondissements et des personnages attachants que j’ai vu évolué au fil des chapitres. Ce roman jeunesse regorge de scènes attendrissantes et de scènes où l’action est mise au centre. Bien évidemment certaines questions restent en suspens, mais j’avoue que ce premier tome est aussi addictif qu’hallucinant.

 

#Esméralda

 

Je remercie Maes Larson pour sa confiance et sa patience.
 

LES ROYAUMES DÉMONIAQUES, tome 1 : La Roche des Ages de Christopher Evrard.

 
[ DARK FANTASY – 2018 ]
392 pages
Ma note : 4,5/5 Mention « à découvrir »
Lien Kindle
Lu dans le cadre de MON MARATHON INDE de Janvier.

 
Le résumé :
« Mes erreurs sont tout ce qu’il me reste. » – Ciwen. L’horreur et la violence côtoient la féerie et la beauté. La magie et les combats forgent la réalité au jour le jour. Tandis que les légendes et mythes résonnent dans l’inconscient collectif comme des promesses d’un jour meilleur, telle la mystique Roche Des Âges que Ciwen, un mage de foudre, recherche désespérément.Dans une existence où le macabre est un lot quotidien… Quel est le sens de la vie ? Quelle signification donner à des concepts comme l’amour et la haine, ou la guerre et la paix ? Comment les définir, et les dépasser ?Tant d’éternelles énigmes qui se posent à chaque instant, depuis la nuit des temps.Les réponses apparaissent toujours dans le noir, telles des lucioles fuyantes…
 

 
Mon avis :
Bienvenue dans un monde qui ne laisse pas place à l’erreur. La survie est l’ultime atout pour évoluer dans un monde cruel où la magie et autre règnent en maître. Un monde intransigeant et impitoyable où le moindre faux pas déclenche l’apocalypse. Un monde dur et intraitable fait de magiciens, de mages, d’alchimistes fous, de créatures horribles, de géants, d’elfes, de trolls, de fées, d’ondins, de lycanthropes et de Ciwen.

 

Ciwen a l’allure nonchalante. Au premier abord tu n’as pas du tout envie de tailler une bavette avec. Grand solitaire et taciturne, son regard à tout pour te pétrifier sur place. Ciwem et atypique et extraordinaire. Ciwen est un homme singulier auréolé d’un grand et puissant mystère. Ciwen est attachant pour ses aspirations et cette tendre naïveté mais qui est loin de le rendre bête. Ce guerrier-mage parcours les terres sauvages et inhospitalières depuis de nombreuses années. Une errance symbolique comme si il cherchait qui il est. Une quête personnelle qui porte peu à peu ces fruits. Mais derrière ses pas se cachent aussi une certaine fuite. Celle qui est provoquée par les regards des autres. Ciwen est un sauvage pur et dur. Un loup solitaire avec un cœur qui ne demande qu’à s’ouvrir et s’épancher.

 

Errant de routes en route, se documentant de ville en ville, il finit par atteindre son but ultime, La Roche des Ages. Enfin tout se passer pour le mieux au milieu des combats, du sang et de la magie, quand la mystérieuse, têtue et manipulatrice ondine, Olivia se met en travers de son chemin. Et voilà que tout part en vrille, en cacahouète …

 

La Roche des Ages aurait-elle sonné  le glas de ce monde ?

 

Le premier roman de Christopher Evrard est juste une pure merveille. Il va s’en dire que son histoire est intense, exigeante et sanglante à souhait. Si t’aimes les histoires de cet acabit alors je peux te dire que tu trouveras ton compte. Le monde créé est tellement impressionnant. Les enjeux sont si considérables. Les personnages sont si intenses. De la dark fantasy comme je l’aime avec ses scènes cruelles, ses rebondissements qui entraînent la violence, des créatures effrayantes. Ajoute à tout cela un brin de magie et un soupçon de complot machiavélique et un personnage atypique et le résultat est carrément à la hauteur de mes espérances. Et le petit bonus ce sont scènes attendrissantes et touchantes.

 

Ce premier tome pose les bases d’un monde subjuguant, de personnages multiples et complexes et le début d’une trame hautement addictive et où le suspense règne en maître. De sa plume habille, Christopher Evrard, m’a plongée avec délice dans le chaos de son imagination fertile et surtout m’a laissée sur ma faim. Si le final nous laisse percevoir les enjeux à venir, difficile de pas en vouloir plus dès maintenant. Et la suite laisse prévoir de nombreux rebondissements et catastrophes en tout genre.

 

Je finis par parler des magnifiques illustrations qui fleurissent ici et là au gré des pages et subliment un roman qui en jette tout simplement.

 

#Esméralda

Je remercie Christopher Evrard pour sa confiance et sa patience.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Découvre l’univers de Christopher Evrard sur son site.

Christopher Evrard et les Plumes Indépendantes.

Découvre l’avis complet de Wolkaiw !

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

IMG_20180426_160220_117

LE SANG DES SAUVAGES, #2 : Le Prix d’Alcibiade de Farah Anah.

[ DARK FANTASY – 2018]
Tome 2/?
BLACK INK Editions
327 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 
Le résumé :

 

Le retour de Sanaé à Celestia s’accompagne de nombreux questionnements.
Son séjour chez les « Sauvages » a profondément ébranlé ses convictions.
Le danger rôde, Sanaé ne sait plus en qui placer sa confiance. Éloignée de Leith, sa détermination à découvrir les secrets de Celestia ne faiblit pas, mais est-elle prête à sacrifier ses compagnons d’armes dans ce combat ?
Entre sa loyauté envers son peuple, sa quête de vérité et ses sentiments contradictoires, Sanaé devra traverser l’horreur pour frayer son chemin.
Son Sauvage lui a prouvé qu’il possédait de multiples facettes. Sanaé découvrira de la pire des façons jusqu’où la souffrance peut exacerber la cruauté d’un homme.
Est-elle armée pour supporter tout ce que le destin lui réserve ?
Et si son pire ennemi n’était autre que Leith ?
Avertissement : Cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de heurter la sensibilité de certains lecteurs.

 
Mon avis :

 

Sacrée Sanae, la voici une fois de plus empêtrée dans les problèmes et cette fois ci jusqu’au cou. Sanae est de retour à Celestia avec une mission bien précise qui s’avère, par ailleurs, bien plus ardue que prévue. Très vite Sanae se rend compte que la confiance est un bien précieux qui ne faut pas accorder au premier venu. Seule, désemparée, soucieuse accaparé par des sentiments contradictoires et des émotions brouillons, Sanae, captive malgré elle, étouffe dans une ville dirigée par un roi malhonnête. La rage bouillonne, l’envie de tout écraser se fait pressante, Sanae vit un véritable cauchemar entre l’amour pour un rival de son peuple et son peuple qui n’a pas plus de bonnes manières. Assisse entre deux chaises, sa force de persuasion devient alors sa meilleure arme.

 

Sanae connaît de nombreux aléas, renoue avec son terrible passé dont les secrets éclaboussent son apparente tranquillité. Son grand amour pour Leith est véritablement malmené. Le chaos règne partout. Le ciel s’obscurcit, les morts s’amoncellent et la guerre n’annonce rien de bon. Quel va être le prix à donner pour retrouver la sérénité ?

 

Ce second tome n’a rien d’une idylle paradisiaque. Farah Anah plonge son lecteur dans les profondeurs du mal, de la manipulation et de la combativité. L’auteur ne laisse rien au hasard et prive ses personnages de tendresse. Tout est alors question d’urgence, de survie et de stratagème. Une course effrénée et éreintante pour une guerre qui ne laissera aucun répit. La violence se fait reine, le sang se fait prince et la douleur la pire des compagnes. Tortures et sévices n’épargneront personne. Si je trouvais Sanae détestable dans le premier tome par son côté versatile, il n’en ai plus rien ici. Les traits psychologiques de son personnage sont approfondis et j’ai découvert une jeune femme aussi téméraire que courageuse et animée par de véritables sentiments purs. Une magnifique lumière au milieu des ténèbres. Alors que je reprochais la presque absence de Leith (dans la narration), ici, il a droit à la parole, je découvre un homme aux fortes convictions animait par un rage sanguinaire mais qui porte malgré sa noirceur, un véritable amour pour Sanae. Il est très maladroit quand il doit parler de sentiments et ne sait pas du tout comment gérer les émotions qu’il ressent. Son créneau est sans contexte la guerre, le sang, la hache, les couteaux, les poings, le combat…

 

Cette suite a tous les ingrédients pour me séduire : une trame riche, des personnages hauts en couleur, un univers trépidant. Une dark fantasy explosive et riche en émotions.

 

Réside toutefois une question finale : suite ou pas suite ? Parce que, je veux pas dire, mais la dernière phrase titille ma curiosité et pas qu’un peu !

 

#Esméralda
 

 
Je remercie Blak Ink Editions pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Découvre mon avis sur le premier tome : « Savage Task ».

Vers le site de Black Ink Editions pour tout savoir.

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

RYVENN, tome 2 : Le loup de Stony Point de Jupiter Phaeton.

 
[ URBAN FANTASY / YOUNG ADULT – 2018 ]
Tome 2/?
Auto-édition
311 pages
Ma note : 5/5 mention « coup de cœur »
Lu dans le cadre de MON PETIT MARATHON SPÉCIAL « INDE » de DÉCEMBRE.
Lien Kindle

 
Le résumé :

 

Deux mois.
Deux mois depuis que Catherine et ses acolytes ont mené une attaque de grande ampleur sur New York.
Deux mois depuis que le président a fait son coming-out.
Deux mois depuis qu’Ari a demandé Ryvenn en mariage.
Deux mois depuis qu’elle sait que son père était un loup-garou.
Intégrée à la meute de Stony Point, Ryvenn a peur que chaque nouveau jour soit celui de sa transformation. Que se passera-t-il alors ? Perdra-t-elle le contrôle ? Deviendra-t-elle un danger pour sa famille et ses amis ? Et si elle n’avait que ça en tête… Car Ryvenn enquête également avec son alpha, Greg, sur une série de kidnappings de magiciens parfaitement orchestrés.
À ce rythme-là, l’empathe en vient à se demander si elle retrouvera un jour la vie paisible qui était la sienne… Car décidément, les ennuis ne font que la trouve

Mon avis :

 

Deux mois que Ryvenn tente de reprendre en main sa vie et surtout un semblant de tranquillité. Pas évident pour Ryvenn qui après de nombreuses déconvenues et une bataille acharnée découvre qu’elle est à moitié loup-garou et que sa transformation peut se survenir à tout moment. Intégrer la meute de Stony Point la rassure sur un point c’est que le jour de sa transformation elle ne dévorera pas sa famille et ses amis. Un poids considérable allégé mais qui toutefois ne l’apaise pas. Grâce à la meute, elle intègre un nouveau groupuscule (non associé au gouvernement) qui intervient dans des missions risquées et les dernières se portent essentiellement sur des kidnapping d’enfants. La résolution de ces faits est un vrai casse tête même pour les plus aguerris.
Ryvenn est ce genre de personnage plus têtue qu’une mule, déterminée, enragée. Elle a l’allure d’un chef, mais à 16 ans personne d’entend véritablement ses arguments. Ryvenn prend davantage d’assurance et arrive désormais à régir ses émotions. Son pouvoir d’empathe a pris de l’ampleur et elle le maitrise de mieux en mieux. Ryvenn a du prendre des choix de grandes envergures dans le but de protéger son entourage. Sa complicité avec ses frères et sœurs et sa mère est renforcée. Sa meilleure amie dévoile une nouvelle facette de sa personnalité. Et son amitié (avec +++) grandissante pour Ari est mise à rude épreuve. Alors qu’un nouveau jeune homme rentre dans le cercle proche de Ryvenn, ce jeune loup-garou autoritaire, sème quelque peu la pagaille et cache de biens sombres secrets.

 

Alors que les péripéties s’intensifient et s’enchainent, Ryvenn doit se remettre au combat, doit braver le danger, doit se dépêtrer de situations cauchemardesques. Et surtout elle va devoir se confronter à elle même. Ses craintes seront-elles justifiées ?

 

Il n’y a pas à dire quand tu lis du Jupiter Phaeton t’es sûre à 200% de passer un super moment de lecture. Une plongée dans un univers régit par les codes de l’urban fantasy où incontestablement tu ne peux que devenir accro. Une plume si addictive que t’avales les chapitre d’une traite. Les personnages de Jupiter Phaeton ont ce quelque chose qui interpelle : une héroïne qui n’a pas froid aux yeux avec un certain mordant et qui évolue tout le temps. Des personnages secondaires qui ont une place capitale dans l’histoire et qui posent leurs pierres à l’édifice pour une trame sensationnelle. Des nouveaux personnages qui sèment le doute. Des nouveaux rebondissements avec d’autant plus d’enjeux qu’il n’y paraît. Une succession d’actions qui ne laisse aucun répit aux lecteurs et surtout Jupiter Phaeton égrène ici et là des éléments qui ne sont pas encore élucidés. Du suspens, de l’action, des petites amourettes, des incertitudes, de la vengeance, des surprises, voilà le combo gagnant pour un second tome qui ne peut que te tenir en haleine.

 

Une virée sensationnelle dans un univers où magiciens, normaux et loups-garous vivent une aventure où complots, machinations, vengeance, manipulations et secrets ne leur laisseront aucun répit et aucune chance !

 

Je ne sais pas quoi m’attendre au prochain tome, mais là j’avoue je n’ai qu’une hâte c’est qu’il sorte !

 

#Esméralda

 
Je remercie Jupiter Phaeton pour sa confiance.
 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Découvre mon avis sur le tome 1 : « LA DERNIÈRE EMPATHE ».

Découvre l’univers sensationnel de Jupiter Phaeton sur son site.

Découvre mon avis sur un autre roman de Jupiter Phaeton : « LA CLEF DES PORTAILS, tome 1 : Akalie O’Lys ».

 

 

IMG_20180426_160220_117

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

LA CLEF DES PORTAILS, tome 1 : Akalie O’Lys de Jupiter Phaeton.

La clef des portails (Akalie t. 1) par [Phaeton, Jupiter]

 

 

[ URBAN FANTASY / YA – Nouveauté 2018]

Auto-édition

 

 

 

Format numérique (318 pages) : 5.99€

Broché : 15.90€

Ma note : 5/5 mention « méga coup de coeur »

Lien Amazon

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Je m’appelle Anna et je vis depuis 4 ans dans le village de Sona, sûrement le plus calme et tranquille du monde depuis l’ouverture des portails. Enfin, ça c’était jusqu’à ce que Vlad, un fichu chevalier – oui, je les déteste – décide de venir mourir sur mon pas de porte. Bien sûr que je n’ai pas pu le laisser rendre son dernier souffle. Mais peut être aurais-je mieux fait ? Avec lui, les ennuis ont débarqué : en plus d’avoir des mercenaires aux fesses, Ersera, la servante des dieux, ne me lâche plus. Je n’ai plus le choix, je dois retourner à Washington. Si j’avais su que fuir cette ville m’aurait ramené à elle dix ans plus tard…
Fichu karma.
Fichu passé.
Une héroïne sarcastique, de l’action, de la magie : en bref, un roman d’urban fantasy où l’ennui n’a pas sa place !

 


 

Mon avis :

 

Aujourd’hui je te parle de mon dernier méga coup de cœur. Avec son second roman, Jupiter Phaeton nous propose un urban fantasy exceptionnel !

 

Troll, fées, sorciers, servante des Dieux, chevalier, chancelings, elfes, prêtresses, vampires et autres petite bêbêtes aussi impressionnantes sont au rendez-vous pour une aventure sensationnelle. Une héroïne de la trempe des Braves, au caractère corsé avec un gros cœur, c’est Anna. Un véritable bout de femme qui sait manier l’épée et maitrise la magie. Anna est auréolée de mystère. Elle cherche à tout prix à fuir son passé. A sept ans, elle s’enfuit seule de Washington et trouve refuge auprès d’un vieux sorcier au milieu de la forêt. Ce dernier va la protéger et lui apprendre les rudiments de la magie, de la défense et de la persévérance. On découvre au fil des chapitres qu’Anna détient un très grand pouvoir inconnu jusqu’à présent. Anna aime la solitude, elle y trouve un certain réconfort. D’une grande empathie, elle aide sans compter son prochain sans rien attendre en retour. Partie, elle s’installe dans un paisible village sous le couvert de guérisseuse et d’herboriste. Elle n’est pas du genre à s’attacher à quiconque et refuse ces liens d’amitiés sous peine de souffrir si elle devait partir précipitamment. Anna est courageuse, têtue, bourrique, insensée, provoquante, nerveuse. Elle pette le feu. Ses répliques sans filtre la mettent souvent dans le pétrin, c’est sa manière à elle d’être authentique et honnête. D’une combativité extrême, l’honneur, la justice sont des valeurs essentielles à ses yeux. Sa seule et unique faille : le lait chaud ! Anna a une personnalité de tonnerre faisant d’elle un personnage totalement attachant. Les épreuves qu’elle va devoir affronter font d’elle une héroïne sensationnelle.

 

Ces épreuves débarquent en même temps que Vlad, Chevalier de l’Ordre qu’elle déteste le plus au monde sur sa liste des 10 principaux. Vlad frappe deux fois à sa porte à l’article de la mort. Requinqué par Anna, cette dernière le prend sous sa protection. Sur les routes, des mercenaires les prennent en chasse. C’est ainsi que les très gros ennuis débutent. La paix du monde se trouve entre leurs mains, le combat sera rude. Vlad est un chevalier tout mignon, tout gentil. On est loin de l’image valeureux et tombeur du chevalier. Il est la plupart du temps comateux à cause de ses vilaines blessures. Heureusement qu’un autre personnage vient contrecarré cette image. La valeureuse panthère noire, Erza, mâle alpha des chancelings. J’ai complétement craqué pour lui, voilà tu sais tout. Erza est Erza : une montagne de muscles, une autorité naturelle, de la bienveillance, de la férocité… Erza n’est pas du tout tombé amoureux de moi, mais plutôt d’une certaine héroïne aussi aveugle qu’un aveugle. Anna se retrouve entre Vlad et Erza, un petit trio amoureux.

 

Pour en revenir à mon ressenti, est bien c’est tout simple : de l’action à gogo, des rebondissements, du suspense, des secrets, une course contre la mort, des révélations, de l’amitié, de l’amour (un peu). Concrètement cela donne  : wouah !, noooonnnn !, bordel, nom de dieu, ahhhhhhh, oufffffff, vas y déf(biiiip) le!. Voilà je me suis régalée du début à la fin. Une sacré histoire racontée par une auteur au talent qui n’est plus à prouver. Une histoire hyper addictive avec des personnages tout aussi atypiques les uns des autres, des enjeux cruciaux et des destins mis à rude épreuve.

 

J’attends la suite avec impatience et j’espère de tout cœur de t’avoir convaincu.

 

 

 


 

Je remercie chaleureusement Jupiter Phaeton pour sa confiance.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Retrouvez mon avis sur un autre roman de Jupiter Phaeton : « LA DERNIÈRE EMPATHE, tome 1 : Ryvenn ».

Découvre l’univers de Jupiter Phaeton sur son site !

 

IMG_20180426_160220_117TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

LE SANG DES SAUVAGES, # 1 : Savage Task de Farah Hannah.

Le sang des Sauvages, tome 1 : Savage Task par [Anah, Farah]

 

 

[ DARK FANTASY – Nouveauté 2018]

Black Ink Editions

Tome 1/?

 

Format numérique (370 pages) : 4.99€

Broché : 17.00€

Ma note : 4,5/5

 

 

 


 

Le résumé :

 

La jeune Sanaé touche à son but ultime : intégrer la Savage Task, unité d’élite de Celestia, vouée à l’extermination des Sauvages.
Ce peuple primitif sème la mort et la désolation, surgissant de la forêt pour décimer les Celestiens lors de raids sanglants.
Sa croisade se heurte à un obstacle de taille : un guerrier, implacable, dangereux, qui ne tolère aucune distraction, pas même cette attirance aussi irrésistible qu’incompréhensible qui les lie.
La haine, le désir, l’amour et la violence s’entremêlent jusqu’à ce que la combattante puisse entrevoir la face cachée du monde au travers de deux yeux dorés. Le destin cruel se joue de Sanaé, mais son histoire peut-elle dépasser une haine ancestrale ?

 


 

Mon avis :

 

De la dark fantasy, il en faillait de peu pour m’appâter et de plus, je n’avais qu’entendu du bien au sujet de Farah Anah. Alors zou, je me suis jetée tête la première dans une histoire qui s’avère dépoter bien plus que tu ne peux le penser. Un duo entre la romance et dark fantasy, merveilleusement maitrisé pour une histoire démentielle où le palpitant a bien des soucis à se faire.

 

Un univers saisissant !

 

En règle général dans la fantasy, l’univers proposé est crée de toute pièce. Un univers souvent étrange et contradictoire qui offre de multiples mises en scènes. Souvent divisé, en plusieurs régions où diffèrent chaque caractéristiques. Farah Anah ne fais pas fi aux règles et son univers a charmé la fan que je suis du genre. Les descriptions proposées sont judicieuses et rapides  empêchant le lecteur de s’empêtrer dans tout un tas d’informations inutiles. Trois royaumes, un forêt occupée par des sauvages et des bêtes mystérieuses, une mer refermant de nombreuses légendes et monstres. Farah Anah offre de très belles balades dans des endroits tout aussi enchanteurs que romantiques et ose même te filer les frissons dans des décors digne d’Halloween. J’aime beaucoup toute cette palette que l’auteur explore, loin d’être figé dans un décor ce dernier évolue au rythme de l’histoire et au moment opportun.

 

Un melting pot surprenant de personnages !

 

Des rois, une princesse, des gardes royaux, des soldats, une garnison, des habitants, des chefs, des cochons sauvages comme moyen de transport, des enfants, des sauvages, de quoi te donner le tournis mais à ne pas te faire perdre la tête.
Parmi toute cette foule, une fille animée par une sentiment de vengeance. Sanae du haut de ses 17 ans avec ses rêves de devoirs et un besoin terrible d’assouvir sa rancœur envers les sauvages qui ont lâchement assassiné sa famille. Sanae est têtue, tête en l’air, maladroite, revancharde, solitaire. Acharnée, diaboliquement acharnée, elle se fourre dans des situations pas possibles et inimaginables. Son caractère est exécrable. Elle n’a qu’en tête sa vengeance personnelle et fait fi de son entourage. Personnellement, c’est le genre de personnage que je trouve exécrable et fatiguant. Elle ne cesse de se changer d’avis, un coup c’est blanc un coup c’est noir. Elle fonce tête baissé. Elle m’insupporte. Son comportement est grrrr !!! Elle réfléchit trop, elle pense trop, se pose trop de question, prend des tas des chemins au lieu de se positionner sur le plus direct. Très attachiante mais pas trop attachante !
Heureusement, que Leith est là pour relever le tout. Leith, est le fameux sauvage en question. Pour te donner une image : tu prends un viking, tu prends un Highlander, tu shakes tout ça et le résultat est très surprenant : un sauvage ! Dans le genre bien bâti, cheveux longs, yeux noirs, une forte carrure (bien évidemment) et tu ne peux que tomber dénue devant la caricature parfaite du mâle alpha. La masculinité dans toute sa splendeur ! (hop, on essuie la petite goute de bave au coin de la bouche). Leith est le bras droit du roi des Sauvages. Il dirige beaucoup d’opérations visant le royaume de Celestia (là où vit Sanae). Leurs motifs semblent lier à la pire des cruautés, mais tu verras que autre chose se cache sous se comportement agressif. Leith est une figure à part de sa communauté : droit dans ses bottes, intransigeant, fin manipulateur, humaniste, loin d’être égoïste, toujours à aider son prochain et surtout il déteste plus que tout que ses comparses violent. Alors oui j’adore Leith, plus que de raisons surement. Mais voilà, son charisme et sa volonté farouche fait de lui une personne admirable.

 

Ces deux personnages sont aux antipodes, pourtant leur rencontre va changer la donne.

 

De la dark et encore de la dark !

 

Rien n’est tout beau dans cet univers. Les personnages se battent pour une cause noble, mais au fil des pages le lecteur se rend compte de beaucoup de chose. Une atmosphère sombre et glaçante. Frayeur et scène abominable, il y a très peu de moment romantique. Les personnages abattus mais plein d’espoir dans leurs causes sont accaparés par les mauvais choix qui s’imposent à eux.  Tout est noir. La cruauté des hommes est mise dans toute sa splendeur : des scènes de viols ou de violence envers les femmes et les enfants sont présentes. Du sang, des corps étêtés, des vers, des caves parfaits l’histoire.

 

En bref !

 

J’adore l’univers proposé par Farah Anah. Son histoire est aussi machiavélique que sensationnelle. Ses personnages sont à la hauteur de l’atmoshére crée. La trame de l’histoire relève un suspense haletant. De la dark fantasy comme je l’aime loin des licornes à paillettes et des bisounours tout rose.
Farah Anah a une écriture addictive et sans fioriture. Elle ne prend pas les chemins de traverse et ne pense même pas à épargner sa lectrice. Du brut de décoffrage dans toute sa splendeur et sans concession. Elle a pris le risque que sa narration évolue uniquement auprès de Sanae. A mon sens, c’est le seul petit point négatif. J’aurais effectivement voulu que Leith ai sa voix. Ne serait ce qu’un chapitre pour effleurer ses pensées et que son personnage soit davantage approfondi.

 

De l’amour, de la haine, de la colère, du sang : un mélange explosif pour une histoire à dévorer !

 


 

Je remercie Black Ink Editions pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site de Black Ink Editions, pour tout savoir !

 

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry ClechTAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3