HÉRITIERS DES LARMES, tome 2 : La belle des Salines de Penny Watson Webb.

51uglJEGTnL._SX323_BO1,204,203,200_

 

[ROMANCE HISTORIQUE – Nouveauté 2018]

Tome 2/3

Éditions Harlequin – Collection Victoria

 

 

Format numérique (034 pages) : 5.99€

Broché : 7.60€

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « à découvrir »

 

 

 

 


 

Le résumé :
Aziliz se sent investie d’un devoir nouveau depuis qu’elle a appris que sa jeune sœur était la fille illégitime de Dame Katel et avait été confiée à la naissance à ses parents. Aujourd’hui, c’est à elle de prendre soin d’Aelig, poursuivie par des ennemis puissants et invisibles. Heureusement, les deux sœurs peuvent compter sur la protection de Pierre de Flouville, envoyé par Dame Katel pour veiller sur elles jusqu’à ce que la situation s’apaise. Rassurée par sa présence, Aziliz ne peut toutefois s’empêcher d’être troublée par le regard que le séduisant chevalier pose sur elle…

 


 

Mon avis :

 

Il n’y a pas à dire Penny Watson Webb a l’art et la manière de conter des histoires d’une autre époque. Une romance historique loin d’être lisse avec des personnages diaboliques, tourmentées et de belles jouvencelles au cœur de la France de la fin du XVe siècle. Un semblant de paix règne entre les bretons et les normands, mais il suffirait de peu pour qu’un nouveau brasier détruise tout.

 

Nouveau décor tout aussi sublime : les salines de Bretagne. Un petit village, une maison isolée où vit une famille sans histoire. Deux jeunes filles Aziliz et Aelig travaillent durement pour effectuer les taches qui leur incombent. L’aînée aide son père aux salines alors que la cadette prête main forte à sa mère. Une famille unie, sincère et honnête. Le passé se rappelle à leur bon souvenir. C’est alors qu’un vent de discorde vient semer la panique et les démons de Dol vont être mis à nouveau à contribution.

 

Après un certain adaptation, certes très court mais surtout nécessaire, j’ai enfin pu recadrer l’histoire et surtout j’ai pu me réapproprier les personnage (ma mèmoire de po isson rouge me joue toujours des mauvais tours !). Ce second tome s’inscrit dans la suite du premier. Alors ne le lis pas si tu n’as pas ouvert le premier, je pense que tu seras magnifiquement perdue. Le lien avec le premier tome est très bien maitrisé. Tu retrouves la belle Brunhile et son mari Konan de Ker Glenn, la Dame de Katel et Pierre de Flouville toujours autant en colère. Ce second tome met en avant de nouveaux personnages : Aziliz et Aelig, cette dernière va être en quelque sorte la pierre angulaire à la trame de cette nouvelle aventure; et de notre cher Pierre de Flouville. Nos nouveaux héros vont être confronter à de terribles épreuves. Leur survie dépend de leur alliance. Le démon de Dol n’est pas à l’aise dans son nouveau rôle de protecteur. Pierre de Flouville est un chevalier intègre et surtout courage. S’il tolère la présence de ces deux jeunes femmes, c’est bien par ce que son évêque lui en a confié la mission. Il ne rechigne pas à la tâche, mais le terrain et ses soldats lui manquent terriblement. Il découvre malgré lui, le monde paysan et ces lois intransigeantes. Un monde à mille lieux de ce qu’il connait. Il apprend le travail manuel notamment celui des salins, mais il découvre par ailleurs la vie calme et ces turpitudes. Je ne te cache pas que Aziliz va titiller son égo de mâle alpha. Il faut dire qu’elle n’hésite pas à élever le ton quand il s’agit d’attaques sur sa condition de femmes. Un récit féministe ? Sensiblement, le discourt tend en ce sens. Une femme affirmée dans son statut, une femme travailleuse, acharnée et qui défend les plus faibles. Cette chère Aziliz n’a pas sa langue dans sa poche. Téméraire et courageuse, elle n’hésite à aucun moment à jouer de sa vie pour protéger sa petite sœur et Pierre de Flouville. Un parcours semé d’embûches où l’amour s’invite. Un amour tumultueux, destructeur, guérisseur et bienfaiteur.

 

Je ne te cache pas que ce second tome est à nouveau un sacré coup de cœur. Penny Watson Webb a cette facilité de te plonger dans un univers où les codes et les lois sont d’un autre monde. Une romance où les faits historiques ont une place majeure. Un récit miné de petits détails subtils sur la vie des paysans, sur les décisions du Roi, sur les alliances, sur les gabelou et sur d’autres… En plus divertissant, c’est enrichissant ! Une histoire menée avec brio et élégance, différente du premier tome. Un récit moins sanguinaire mais tout aussi éprouvant. Un récit passionnant et envoutant. Un récit sensationnel ! Je tombe pour une seconde fois sous le charme de la plume de l’auteure. Une plume addictive, 100% efficace et surtout honnête. Une plume qui ne fait pas dans la dentelle et ce n’est pas pour me déplaire.
Une nouvelle fois, je suis plus que conquise par cette suite : des personnages entiers et très intéressants, une trame époustouflante, un décor magnifique et un contexte loin d’être banal. Une histoire riche en tout point !

 

C’est un nouveau sans faute pour Penny Watson Webb. Si t’aimes les romances historiques, je ne peux que te conseiller de te plonger dans cette trilogie. Et comme les meilleurs savent se faire attendre, je fais croiser les doigts pour la suite ne me fasse pas trop languir !

 

 


 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur le 1er tome : » L’épouse ennemie ».

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

Vers le profil Facebook de Penny Wtason Webb, pour suivre son actualité !

 

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

Publicités

PLUME Merveille de l’océan de Mélodie Smacs.

Plume merveille des océans par [Smacs, Mélodie]

 

 

[NOUVELLE FANTASTIQUE – Nouveauté 2018]

Éditions Dreamcatcher

Service presse

 

Sortie le 19 Février

Numérique (43 pages) : 0€99

Ma note : 4/5

 

 

 

 

Je remercie les éditions Dreamcatcher pour ce service presse.

 

 


 

Le résumé :

 

Maxime, effrayé par l’océan, part en vacances avec Lyn, sa récente compagne, sur une île paradisiaque. Sa peur incontrôlable l’empêche de profiter du voyage en bateau, ainsi que des avantages de la plage. Pourtant, un soir, lorsqu’il entend quelqu’un chanter, il se précipite vers l’eau afin de découvrir à qui appartient cette sublime voix. Il n’aura alors qu’un rapide aperçu de la cantatrice…

 


 

Mon avis :

 

Voici une très belle histoire qui en émouvra plus d’une !

 

Maxime a une peur effroyable de l’océan qui cache en son sein mille et un monstres prêts à le dévorer. Un tel supplice que le voyage sur le bateau de croisière est un cauchemar sans nom. D’ailleurs sa nouvelle compagne ne comprend pas cette phobie et n’hésite pas à le narguer ! Passer ses vacances sur une île y a de quoi devenir fou. A part bronzage et escapade dans les environs, le planning est vite bouclé. Non loin d’être désespéré, Maxime se la coule douce. Si ce n’est cette merveilleuse voix qui l’attire manifestement. Ne se souciant plus de sa peur, il s’approche de l’eau et aperçoit furtivement une splendide créature. Déçu par cette apparition futile, le lendemain il n’hésite plus et part à sa recherche. Une rencontre qui le bouleversera à jamais.

 

J’ai beaucoup apprécié l’univers que nous offre Mélodie Smacs. Une revisite des légendes de sirènes. Sa plume douce m’a envoutée dans une histoire émouvante où cet amour inconcevable va ouvrir de nouveaux horizons. L’eau, quelle soit douce ou salée, va être ce fil rouge, les réunissant à la fois aux abords de l’océan ou à l’intérieur des terres. Ici point de pirates ou de navires échoués et c’est en cela que la nouvelle innove. Smacs casse les codes pour en réinventer de nouveaux. Dommage que cela aussi court, peut être que l’auteure a envisagé une suite !

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Dreamcatcher, pour tout savoir !

Vers la page Facebook de Mélodie Smacs !

 

La Rose Bleue de Camille Melo.

51pbS9rDlmL

 

 

 

[ROMANCE FANTASTIQUE – 2017 ] Tome 1

Librinova / auto édition

Service presse

 

 

 

 

 

Je remercie Camille Mélo pour sa confiance .

 


 

Le résumé :

Prisonnière d’un lourd fardeau qui la tourmente depuis sa naissance, Esther, fille du stratège de Transilvania, le royaume des vampires, n’aspire qu’à vivre comme le commun des mortels.
Mais son destin bascule le jour où elle échappe de peu aux griffes des Corbeaux déchus, grâce au troublant Aaron, redoutable chasseur de vampires.
En quête de réponses, Esther ne se doute pas une seconde qu’elle est sur le point de déterrer un lourd secret de famille, qui pourrait bien être la clé de son enlèvement et des mystérieuses attaques orchestrées par les Corbeaux déchus, à travers tout le royaume.
Va-t-elle se tourner vers les bons alliés ? Son Gardien William a-t-il raison de se méfier d’Aaron ? Que cache réellement le Chasseur ?

 


 

Mon avis :

« La Rose Bleue » est le tout premier livre de Camille Melo. Elle nous offre une romance fantastique riche : vampires, loup-garou, sorciers et humains vont vivre une aventure palpitante et où la vie sera un cadeau précieux.

J’ ai beaucoup apprécié l’univers de l’auteure et l’histoire palpitante m’aura tenue en haleine tout au long de ma lecture. Esther est la fille d’un haut dignitaire vampire. La Transilvania est dirigée par six grandes familles de vampires. Esther est une jeune vampire solitaire depuis le décès de sa mère. Très proche de la nature, elle s’évade souvent pour oublier sa tristesse et sa malédiction. Malgré ses pouvoirs, un mal incurable l’affaiblit. Son Gardien, William, est son meilleur depuis de nombreuses années et lui apporte le réconfort nécessaire. Son père et son frère sont son unique famille qui va être mise à rude épreuve face à la montée en puissance des Corbeaux Déchus qui se rapprochent à grande vitesse de leur manoir. Esther semble être leur cible pour une obscure raison. Face à cette menace des Corbeaux viennent la protéger et l’un d’entre eux attire la curiosité d’Esther. Aaron est séduisant, mystérieux, romantique , poétique et c’est un guerrier. Un guerrier qui n’hésite pas à montrer les crocs pour protéger ce qui lui est cher. Il cache également des sombres secrets qu’Esther mettre un point d’honneur à découvrir. Ces deux là, c’est l’attirance immédiate. Leur amour survivra t-il à leur fuite ? Sauverons t’ils le monde des griffes des Corbeaux Déchus ? Les secrets tomberont-ils ? La guerre entre les humains et les vampires n’a jamais été aussi proche !

Ce premier volume pose les bases d’une romance palpitante aux nombreux rebondissements. J’ai aimé découvrir chaque personnages qu’ils soient principaux ou secondaires. Chacun a une place très importante dans le déroulement de l’histoire. Ce fut agréable de découvrir la personnalité de chacun et les motivations qui se cachent derrière chaque geste. L’histoire d’amour est touchante et passionnelle.

Cette lecture m’a beaucoup plu ! L’auteur a une imagination débordante et a su me transporter dans son univers. Malgré les redondances dans les descriptions et expressions et quelques accros, l’auteur se révèle avoir un fort potentiel !

« La Rose Bleue » est captivant de bout en bout ! Amateur de fantastique et plus précisément de bit-lit, tous les ingrédients sont réunis pour une lecture passionnante !

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers la page Facebook de Camille Melo !

 

La captive de l’Ecossais de Laura Black.

La captive de l'Écossais (HQN) par [Black, Laura]

 

 

 

[ ROMANCE HISTORIQUE – 2017 ]

Editions Harlequin – Collection HQN

Service presse

 

 

 

 

 

 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour ce service presse via la plateforme Netgalley.

 


 

Résumé :

En rejoignant le clan des Mac Cleod pour fuir le mariage forcé auquel son père, le laird des Mac Dougall, veut la soumettre, Énéa n’avait qu’une idée en tête : retrouver sa mère, dont on lui a toujours caché l’identité. Elle n’imaginait pas une seconde que leur chef, le charismatique Calum, désireux de provoquer ses ennemis, ferait d’elle sa prisonnière. Mais Enéa refuse d’être réduite à un objet de représailles entre les deux clans ! Maintenant qu’elle a découvert qui elle était, une force nouvelle l’anime. Retenue captive au château des Mac Cleod, elle espère bien déjouer le sort que le troublant laird lui réserve…

 


 

Mon avis :

Je ne suis pas une fan inconditionnelle de lecture s’appropriant le monde des Higlanders ! J’ai du en lire mais il y a très très longtemps ! C’est certainement pour cette raison que l’immersion du départ à été rude, à cause de mon inexpérience. Si vous aimez ce genre de lecture, vous êtes d’accord avec moi de dire que les us et coutumes sont bien spécifiques, un environnement hostile (sauf si vous adorez les bains de minuit dans les lacs glacials… ça peut être assez romantique, enfin si vous n’êtes pas de grande frileuse !), un langage technique précis (arme, costume…) et des clans imposants (il y a tant d’hommes que parfois se rappeler qui est qui, est un vrai casse-tête). Après lecture de quelques pages, j’ai pu me formaliser à toutes ces notions et enfin pu me laisser aller et apprécier cette romance.

Enéa est la fille du Laird Mac Dougall. Ce dernier est connu pour  ces exactions, ces coups de colère et de sang et ses déboires. Les rumeurs courent les couloirs du château, et elles accablent le laird. Enéa se doute de ces accablantes fourberies, mais le décrier serait signer l’enfermement à vie dans la plus haute des tours. Surtout depuis qu’on lui a attribué un mari, un homme à la carrure imposante venant des Basses Terres qui aura le privilège de redorer l’honneur des Mac Dougall. Enéa a une enfance horrible, maltraitée et humiliée par sa belle mère, elle survie dans ce château. La bienveillance de sa nounou qui n’est rien d’autre que la guérisseuse, lui apporte du baume au cœur. Le mariage approche à grand pas et Enéa se met à douter. Son futur mari semble violent plus que de raisons et n’elle n’est pas prête à subir de nouveau cette torture autant physique que psychologique. Lorsque la guérisseuse lui confie une partie du secret régnant autour d’elle, elle décide d’y faire face et de retrouver, tambour battant, sa vraie mère quitte à  déshonnorer l’ensemble du clan. La voici donc en route sur les Terres des Mac Cleod auprès de sa bienfaitrice. Mais saura t-elle faire face à cette rencontre ? Sera t-elle accepter dans ce clan ennemi depuis toujours ? Sera t-elle comprise ? Deviendra t-elle l’objet de convoitise ou l’objet qui apaisera les tourments du clan Mac Cleod ?

Et c’est là qu’arrive l’impressionnant et imposant Calum Mac Cleod, laird de son titre. Entre perçu sous la lueur de la pleine lune, dans un lac, Enéa est de suite tomber sous son charme, mais elle ne sait pas mettre de mots sur ses jeunes sentiments et surtout ignore son identité, elle le découvrira un peu plus tard. Et bien évidemment c’est réciproque. Calum est un homme exigeant et intransigeant, féroce et puissant, courageux et vaillant, généreux et attentif. Comme quoi la jupe chez l’homme n’entache pas la virilité ! Calum va très rapidement devoir faire des choix face à cette nouvelle arrivante ( dont il ne cache nullement son attirance envers elle) et son mariage avec la fille du Clan Laukhan qui aura comme action bénéfique de renforcer les liens ! Perdu entre deux feux la situation va très vite déboucher sur des enjeux essentiels et surtout va lui faire rapidement perdre la tête. Les enjeux passeront-ils avant l’amour ?

Je dois dire que j’ai passé un agréable moment de lecture. Entre rebondissements, révélations houleuses, scènes romantiques et scènes ultra violentes dirigées essentiellement vers les femmes, je n’ai pas vu défiler les pages. L’omniprésence de l’action tient en haleine et met une pression signifiante aux personnages. Ces derniers m’ont troublés, notamment nos deux héros, à la fois attachant, ils deviennent méprisables et odieux. L’auteur sait jouer d’eux sur un fil ténu où les émotions et les sentiments troublent, rendent fébriles ou apaisent. La plume de Black m’a transporté dans cet univers et m’a fait vivre des moments forts tout au long de ma lecture. Il n’y a qu’un point qui m’a déçu :  c’est la quasi absence de surprise. Je m’explique : de mon propre ressenti il m’a manqué ces petits éléments qui viennent chambouler la trame de l’histoire. J’ai suivi le fil de l’histoire tout en soupçonnant de quoi il allait ressortir des divers rebondissements.

« La captive de l’Ecossais » est une excellente romance sur l’univers des Higlands. Tous les ingrédients sont réunis pour vous faire vivre une explosion d’émotions. A découvrir et à dévorer sans modération !

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Laura Black !

 

 

 

 

Passions : la Maison Close- tome 4 de Molly Reed

maison close 4

 

Romance historique – 31 mai 2017

Pandorica Editions

Service Presse

 

Je remercie les éditions Pandorica de m’avoir confié cette saga en service presse.

Résumé : Lys ne désespère pas de trouver la perle rare qui lui fera quitter la Rose des Vents. Pourtant quand un homme mystérieux se présente pour écouler ses dettes, elle se méfie. Surtout, quand elle apprend qu’il y a une contrepartie à cette aide inopinée…

 

Mon avis : C’est avec un pincement au cœur que j’ai débuté ce quatrième tome de la maison close. En effet, je savais qu’une fois cet épisode terminé, je ne retournerai plus à la Rose des Vents et son univers si singulier.

               Ici, nous suivons Lys, que nous avions rencontré dans les trois précédents tomes. En effet, elle était la « marraine » de Rose et a mal vécu sa « trahison ». Elle était aussi amie avec Pétunia, que l’on avait suivi dans le tome 3.  Après le départ de Rose, Lys doit repartir de zéro pour mettre de côté de l’argent afin de pouvoir racheter sa liberté. Un soir, un homme arrive et rembourse sa dette. Lys hésite à le suivre car elle préfère se débrouiller par elle-même. En effet, jetée à la rue par sa mère à l’adolescence, c’est seule qu’elle a tracé sa route. Pourtant, elle va suivre Antoine et devenir sa servante.

                J’ai apprécié d’en découvrir plus sur Lys, qui était à chaque présente mais dont on ne savait pas grand-chose. Elle a beaucoup souffert dans sa jeunesse et rêve de devenir actrice. Fleur bleue dans l’âme, malgré son passé de prostituée, elle cherche malgré tout le grand amour, qui lui fera battre le cœur et lui mettra des papillons dans le ventre. Antoine est veuf, assez mystérieux, un peu inquiétant au début mais il va se révéler très protecteur vis-à-vis de Lys et leur duo va bien fonctionner. Entre confidences et disputes, ils s’entendent comme chien et chat. On rencontre également ici Arthur, un jeune comédien qui va essayer de séduire Lys et Hortense, la belle-sœur d’Antoine qui veut absolument l’attirer dans ses filets.

                Je me suis régalée dans ce quatrième tome. Il apporte une belle conclusion à cette romance historique. J’ai apprécié de pouvoir suivre différentes locataires de la Rose des Vents et ainsi me plonger dans le Paris d’avant. Les scènes de sexe sont toujours aussi chaudes et l’histoire est joliment menée. Je recommande donc la lecture de cette saga à tous les amoureux de romance pimentée. Laissez-vous emporter par la plume de Molly Reed et n’hésitez pas une seconde à aller faire un tour, livresque, à la Rose des Vents!

 

liens-utiles

 Retrouvez le tome 4 de Maison Close sur Amazon

Retrouvez ma chronique d’Initiation : La Maison Close – Tome 1 de Molly Reed ici

Retrouvez ma chronique de Tentations : la Maison Close – tome 2 de Molly Reed ici

Retrouvez ma chronique d’Obsession : la Maison Close – tome 3 de Molly Reed ici

Héritiers des larmes, tome 1 : L’épouse ennemie de Penny Watson Webb.

 

[ROMANCE HISTORIQUE – Nouveauté 2017 ]

Triologie 1/3

Éditions Harlequin – Collection Victoria

Service presse

 

Je remercie les éditions Harlequin pour ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Face à la reine de France, Brunhilde sent son cœur battre à tout rompre. La souveraine lui a accordé le droit de choisir son époux, et attend à présent sa réponse. Brunhilde sait que tout le monde souhaite qu’elle désigne, sur l’ordre de son frère, l’arrogant seigneur de Valcoudray, dont l’alliance renforcerait sa famille. Ce noble normand est même prêt à passer outre le baiser qu’il a surpris la veille entre elle et Conan de Ker Glenn, leur ennemi breton. Conan, l’homme à qui Brunhilde a caché son identité et qui lui lance aujourd’hui des regards noirs. Si c’est lui qu’elle choisit, il la méprisera, elle le sait, et la traitera comme une étrangère dans sa propre demeure. Mais la paix entre Bretons et Normands serait désormais actée. Consciente des regards qui pèsent sur elle, Brunhilde lève enfin les yeux, déterminée. Elle sait ce qui lui reste à faire.

 


 

Mon avis :

Cela faisait bien une dizaine d’années que je n’avais pas lu une romance historique et pourtant ces romans me permettaient de rêver du beau prince charmant sur son cheval blanc qui viendrait me délivrer de mon adolescence terrible. J’aurais pu vous citer pleins de titres si je n’avais pas une sacré mémoire de poisson rouge.

Romance historique : on pourrait croire que ce genre est hyper pompeux car relatant de faits historiques vrais. A bas les idées reçus ! Par ce que même si le contexte est un fait l’histoire qui en découle est purement fictive !

Revenons-en au livre !

Fin du XVe siécle, fin de la guerre folle, breton et normand qui livrent une bataille sans merci. Les cachots remplis de jeunes écuyers, torturés, affaiblis, détruits. Le quotidien depuis trois ans de trois jeunes gens faits prisonniers suite à la mort de leur seigneur et père : Conan de Ker Glenn, Pierre de Flouville et Guillaume de Gallays. Cette période de l’histoire de France est très sombre, suite à la guerre de Cent ans, la conquête des territoires est toujours de mise et étonnamment assez virulente entre normand et breton. L’influence monarchique est plus que de mise, un seul faux pas et c’est la guillotine où la pendaison tripes à l’air. Atmosphère pesante et lugubre, traquenard et compagnie sont de rigueurs, massacres incompris, refus de l’un et de l’autre et pillage. Voilà les éléments sur lesquels est basée l’histoire. Étrangement je trouve ces faits là encore d’actualité comme quoi les siècles passent mais la nature humaine demeurent intacte.

Conan, Pierre et Guillaume sont libérés et retournent sur leur terre bretonne et natale. Si cet épisode est toujours ancré en eux, la suite ne va être que vengeance. Les normands doivent payer leur forfaits malhonnêtes.  Conan seigneur des terres est un personnage assez étrange : à la fois sauvage et attentionné. On sent aisément que la violence est son pain quotidien. Il supporte très mal l’opposition et surtout l’injustice. Sa patience va être mise à rude épreuve lorsqu’une belle demoiselle lui tombe par inadvertance dans les bras. Cette belle jouvencelle est la tentation incarnée : surnommée Brune à cause de sa chevelure hypnotisante, Brunhilde Montgomery est la quintessence de la femme qui affirme ses positions. Lorsque la reine lui accorde le droit de disposer de l’époux qu’elle souhaite, elle y voit là un moyen de mettre un terme aux tourments : celui d’amener la paix sur ces terres désabusées et de poser « un super lapin » au seigneur de Valcoudray qui l’harcèle littéralement. A cet époque ce sont les femmes qui sont forcées à devenir l’épouse d’une homme (surtout dans la haute société) : mariage de convenance dans toute sa splendeur. Mais Conan n’aurait jamais imaginé qu’on lui aurait imposé cette femme, même si elle est sublime cela n’empêche pas de toucher sa fierté masculine. Toucher dans son égo surdimensionné, Conan n’a guère le choix d’accepter mais ce n’est pas pour autant qu’il acceptera dans son lit surtout après la révélation qui aura eu le toupet de lui couper le sifflet et de le mettre dans une rage terrible. Brune contente de son tour de passe-passe a du pain sur la planche. Normande de naissance elle va devoir se faire accepter par les valets de son mari et de sa belle-mère. Brune est une jeune femme tolérante, ambitieuse, hyper têtue, gentille et loin d’être écervelée. C’est une femme avec un immense cœur qu’elle cache souvent par des phrasés mordants et piquants. Elle joue également avec un humour bienséant qui a le mérite de remettre du plomb dans le comportement d’un certain Conan.

Je suis tombée littéralement sous le charme des personnages. Notamment celui de Brune qui correspond à l’image de l’héroïne moderne. Conan est un sacré bourru mais qu’on ne peut que comprendre. Pierre et Guillaume sont les joyeux lurons qui viennent pimenter l’histoire et apporter un certain réconfort auprès de Brune. Ce sont tous des personnages entiers avec des défauts et qualités. Leur psychologie est manié avec beaucoup de subtilité et de profondeur.

Sur fond de dramaturgie, nos héros font devoir faire face à des faits troublants, à des manigances sournoises et à de la jalousie excessive. Les rebondissements incessants donnent un rythme effréné à la lecture. J’ai été absorbée par ce roman à tel point que je n’ai pas pu le lâcher avant deux heure du matin (fait très rare). La plume de Penny Watson Webb fait des merveilles : l’intensité est au rendez-vous. J’adore les petites expressions bretonnes qui donnent du cachet à l’histoire et j’apprécie d’autant plus l’utilisation du vouvoiement qui met en évidence le respect dû à l’époque. Ironie tragique de ce respect entre Conan et Brune il est illusoire ! J’ai vraiment apprécié le style de l’auteur qui d’ailleurs n’en ai pas à son premier roman et dont je vais mettre un point d’honneur à découvrir !

« L’épouse ennemie » est l’histoire d’une femme convaincue que son mariage ne pourra qu’apporter le meilleur. Mais aux détriments de la force de ses sentiments envers Conan et au combat acharné pour démontrer la sincérité de ses actions, ses espoirs et ses aspirations seront mise à rude épreuve.

Un sacré coup de cœur pour cette romance qui soulève de nombreux points de tolérances et de croyances. Mais c’est assez connu l’amour peut soulever les montagnes.

Une romance aux allures de capes et d’épées où L’amour de Brune sera l’unique récompense !

L’attente du second tome va être terrible. J’ai bien peur que les meilleures choses savent se faire attendre !!

 

liens-utiles

Vers le site des éditions Harlequin !

Pour tout savoir sur Penny Watson Webb et ses romans !

 

64391-episode

 

 

Zéphyria, tome 1 : épisode 2 de Anais Guilmet.

 

[ROMANCE FANTASTIQUE Jeunesse – Nouveauté 2017 ]

Auto-édition

Service presse

 

Je remercie Anaïs pour sa confiance et le service presse.


Résumé :

Après avoir échappé à la mort, Jessyca se retrouve confrontée à une toute autre réalité que la nôtre. Le ciel lui a fait cadeau d’une seconde nature pour l’empêcher de périr entre les mains d’un homme qui cherche à l’éliminer depuis sa naissance.
Pour la protéger, son Ange Gardien doit l’emmener vers son nouveau foyer : une dimension peuplée de créatures ailées.
Mais la jeune fille apprend rapidement qu’elle est l’ennemie numéro un du peuple angélique et qu’elle ne doit révéler à personne ce qu’elle est.
Jessyca n’en fait qu’à sa tête et s’attire de nombreux ennuis. Un Ange que Gabriel ne compte pas parmi ses amis tente de séduire sa protégée à n’importe quel prix. Cela ne plaît guère au Gardien, surtout lorsqu’il se rend compte qu’il développe des sentiments interdits envers l’humaine.
Pendant que Jessyca sème le chaos parmi les Anges et que Gabriel essaye de lutter contre ses sentiments, une tempête se prépare. Ce que tout le monde ignore, c’est que Jessyca est au cœur d’une Prophétie qui pourrait annihiler la race des Anges et rendre le pouvoir à ceux qui ont échoué.

 


 

Mon avis :

Voici un second épisode qui m’a beaucoup plus enchantée que le premier.

Ce second épisode s’inscrit dans une rythmique beaucoup plus prononcée ! Jessyca se retrouve confrontée à cette solitude pesante et obnubilant. Elle ne voit qu’en elle tous ses défauts et toutes ses faiblesses. Elle va rapidement perdre pied et bouleverser le quotidien impeccable des Anges. Et c’est sans compter sur la présence suspicieuse de ce bel Ange qui vient mettre le trouble !

Les personnages ont évolué surtout au niveau sentimental. Gabriel s’est rendu compte qu’il n’est absolument pas insensible aux charmes de Jessyca qui elle même se met à ressentir ces choses qui lui sont interdites. Tout ce chamboulement a le mérite de mettre l’huile sur le feux et les tensions deviennent très vite palpables !

J’ai beaucoup apprécié l’atmosphère qui se dégage de ce second tome. L’auteure nous délivre quelques éléments qui viennent renforcer le côté intrigue. Pour le moment rien n’est encore dévoilé. Mais l’auteure sait très bien jouer avec les mots pour nous donner l’eau à la bouche. La plume d’Anaïs est beaucoup plus fluide et elle ne s’embarrasse plus de ces répétitions que je trouvais redondantes dans le premier épisode.

Ce second tome est un vrai enchantement et il ne me tarde plus qu’une chose : celle de découvrir ce que le futur réserve à Jessyca et à Gabriel !

 

liens-utiles

Retrouver mon avis sur le premier épisode !

Retrouver tout l’univers d’Anaïs Guilmet sur son blog !

Retrouver ici la page Facebook d’Anaïs Guilmet !