LES PORTES DU SOLEIL, tome 1 : Entre l’orage et la mer de Jacinthe Canet.


Ce roman est une ode à l’insouciance, à l’innocence.
Sam vit toute l’année pour les deux mois d’été… lorsque la pension de ses parents est complète et danse au rythme du piano, que les orages menacent et surtout quand la famille Rivera pose enfin ses valises.
Cet été-là, malheureusement, tout ne va pas se passer comme elle l’espérait avec les cousins Rivera : Jules ne jure que par sa copine laissée à Paris… Mattéo voue une obsession pour Anna, une pensionnaire qui ne semble pas le voir… Et Enzo, celui dont elle est amoureuse depuis toujours se comporte étrangement.
Entre les disputes, les fous rires, les discussions avec Louise et Aurélien et les bains de minuits, l’été de ses 16 ans risque d’être riche en émotions.

 
Tellement adorable, tellement à croquer, tellement vrai … ces amours de nos 16 ans ceux auxquels on voue l’éternité et tout son cœur. Une magnifique histoire où les tourments d’adolescents deviennent effervescence et magie !
Sam habite le paradis sur Terre. Un paradis où bienveillance, amour, amitié débordent dans leur plus simple appareil. Sam passe son temps à courir. A courir pour aller en cours. A courir pour donner un coup de mains à sa maman. A courir pour entendre les conseils de Louise et Aurélien. A courir après la vie qui défile. A courir après l’amour, celui qu’elle porte en elle depuis ses 10 ans. Sam est une grande maladroite, la tête ailleurs. A 16 ans, elle rêve d’amour avec le grand A. Elle rêve d’évasion, elle rêve de grandeur que l’on peut espérer à cet âge. Sa gentillesse, sa prévenance, sa manière d’être, sa manière de concevoir le monde, sa manière de prendre soin de ceux qu’elle aime, sa manière de mettre les mots sur des choses parfois naïves, un tout totalement charmant. A son âge, elle se pose énormément de questions sur les sentiments qu’elle ressent, ses émotions à la fois névrotiques, frustrantes et fulgurantes. Sam peut compter sur ses amis pour faire le tri dans tout ce fouillis quand eux ne sont pas aussi paralysés par leurs craintes.

 

Jules a du se séparer de sa copine pour les deux mois à venir. Un vrai crève-cœur pour cet amoureux transi. Sa belle lui en fait voir de toutes les couleurs et la distance n’aide pas à relativiser. Jules en perd son latin et sa tête. Il ne s’autorise pas à respirer pour la plus grande peine de son entourage.

 

Mattéo est le plus cool de la bande. Il se laisse porter au grès de la vague. Véritable pilier pour Sam il l’écoute sans jugement tout en lui disant de prendre gare. Mattéo a jeté son dévolu sur l’insaisissable Anna.

 

Enzo se la joue rebelle depuis ses dix huit ans. Cet été n’a rien avoir les précédents. Le monde des adultes semble lui peser. Arrogant, désinvolte et égoïste, il est loin le petit gars qui ne se prenait jamais au sérieux. Enzo le ténébreux, celui qui n’ose pas aimer, celui qui n’ose pas la regarder, celui qui se ment.

 

Entre l’orage et la mer, cet intermède où l’impossible prend son envol quitte à brûler ses ailes.

 

Il est vrai que je ne suis pas une grande fan de romance young adult mais parfois j’aime prendre des risques notamment avec des auteures que j’apprécie. Et je vous rassure j’ai bien fait de le prendre. Je me suis laissée porter par ces 4 jeunes qui tour à tour affrontent ce passage presque obligé que l’amour impose avec ce flot de questions existentielles. Jacinthe Canet explore cette période difficile d’entre deux avec sensibilité, humour et passion. Même si l’orage gronde au loin, l’espoir gonfle. Une plume aussi ensorcelante qu’addictive, Jacinthe Canet nous porte dans son histoire difficile et doucereuse. Au rythme de la mer et des éléments elle transmet ce quelque chose qui vient frapper votre cœur. Rires, larmes, cris se combinent à la malice, l’amitié et à la découverte des sentiments. Un pur délice à découvrir !

 

Une chronique de #Esméralda.

 

 

 

… Lien Kindle

LES BADASS, tome 1 : Cœur de voleur de Khéméia B.


Tome 1
Il n’était pas prévu que Diana, une leader née, Sophie, une hackeuse talentueuse, Aliya, la reine du flingue et Angel, une combattante émérite, forment un jour un club digne de robin des bois. Mais les circonstances de la vie les ont réunies et voilà qu’elles se retrouvent à voler aux riches, qui eux-mêmes ont volé, pour mieux redistribuer l’argent à ceux qui auraient dû l’avoir en premier lieu.
Diana n’a généralement qu’une chose en tête : la mission et rien d’autre que la mission. Jusqu’à ce qu’un certain Caleb croise sa route et lui mette des bâtons dans les roues. Parce que, soyons honnêtes, lui piquer sa bagarre, c’est lui mettre des bâtons dans les roues, non ?
Entre attirance et méfiance, Diana fait de son mieux pour ne pas perdre la tête. Surtout que leur mission les emmène dans un terrain bien plus miné qu’elles ne l’imaginaient. Est-ce que les badass ne se sont pas frottées à un adversaire plus dangereux qu’elles ?
Mais bon.
Diana aime le danger.
Alors autant foncer.

Hilarant, touchant et bouleversant, vous allez dévorer cette lecture en un tour de main. Khéméia B. a mis toute son énergie et son imagination au service des lectrices. Et je puis vous assurer que le point final vous allez dégainer … plus vite que votre ombre.
Diana est une survivante comme ses 3 amies. Une femme forte, intelligente, débordante de courage, vaillante, une femme de caractère qui suit une ligne de conduite bien précise. Elle n’est pas la cheffe d’un groupe obscur où le profit régente leur vie. Les Badass sont un groupuscule qui met en œuvre leur talent pour protéger les plus faibles et surtout faire en sorte que les richesses dérobées par les milliardaires sans scrupules retrouvent en toute quiétude les comptes des associations dont ils étaient initialement destinataires. En bref, ce sont quatre super ninjas prêtes à tout affronter dans le but que le monde soit meilleur. Diana et ses amies vivent en clandestinité. Leurs têtes sont mises à prix. Malgré cela, elles continuent à braver les dangers. Diana est une femme charismatique qui doit gérer une brochette de filles assez atypiques.

 

Taciturne serait le bon adjectif pour décrire Sophie. Froide aussi conviendrait parfaitement. Sophie est mutique et les seuls mots qui découlent de ce petit bout de femme ont une force de persuasion assez efficace. Sophie est la hackeuse de service et son sang-froid est une option très précieuse.

 

Râleuse est celui d’Angel. La petite blonde a toujours un mot pour mettre le boxon au sein de ce groupe d’intrépides. Aussi râleuse qu’efficace, Angel ne sait pas faire dans la dentelle et tape dans le tas.

 

Angoissée est celui de Aliya. La brune est loin d’avoir régler ses comptes avec son passé. Toujours sur le qui-vive. Le moindre grain de sable dans les rouages de ce groupe lui provoque de terribles angoisses où le passé reprend ses droits. Aliya peut compter sur ses acolytes pour la remettre dans le droit chemin.

 

Et lui dans tout ce bordel, c’est Caleb et son sens de l’humour bien à lui qui vient, là, tomber du ciel, mettre la pagaille. Caleb est énigmatique et sa belle gueule perturbe, un peu, beaucoup, passionnément, la belle Diana. Et pourtant ce n’est pas le moment de tomber amoureuse. Elle a beaucoup de problèmes à gérer. Des dollars qui s’envolent, un Tarzan qui se la joue 007, et une probable dissolution du groupe car le danger est bien trop proche d’elles. Si elles n’ont pas encore perdu leur tanga en dentelle dans tout ce fouillis, leur amitié est bien plus forte que la mort. Œil pour œil, dent pour dent, Les Badass sont tout aussi flippantes qu’attachantes. Vous allez les adorer !

 

Humour, passion, danger, action, amour, amitiés, la nouvelle romance de Khéméia B est un super condensé d’émotions. De quoi y perdre son latin et surtout sa tête. Une ambiance à la Mrs et Mr Smith toute aussi tonitruante que drollissime. On sursaute, on fond d’amour, on rage, on crie, on pleure et on fulmine. Khéméia B garde le meilleur pour la fin. Dans le style cliffhanger de malade, elle y met le paquet pour ma plus grande frustration. J’adore les retournements de situations et surtout aller de surprises et surprises. Le combo parfait, à me yeux, pour ne pas s’ennuyer. Les filles sont génialissimes et le beau gosse ….. chuuuuttttttt, je ne vous dirai rien, même sous la torture ! 

 

Bref, une romance qui envoie dans tous les sens. J’adore, j’adore, j’adore et j’en redemande !!!!!!

 

Une chronique de #Esméralda.

… Lien Kindle

… mes avis sur les autres romances de Khémiea B. (clique sur la photo pour les lire)

LA DERNIÈRE GOUTTE de Elline Baudry.


Bien plus qu’un recueil de poèmes, c’est un cri.
Un cri de profonde tristesse face aux annonces quotidiennes confirmant la disparition des ressources naturelles de notre monde.
Un cri de désespoir d’avoir déjà tant perdu.
Un cri de révolte devant les abus d’une activité humaine démesurée.
Un cri d’alerte pour ne plus ignorer les blessures innombrables mutilant impudemment la planète.
Un cri d’appel à s’unir pour freiner ce processus de destruction, à défaut de le stopper, fatal pour des millions d’espèces vivantes.
J’aimerais que ces vers résonnent et fassent écho dans nos cœurs. Cessons d’être aveugle ou de regarder ailleurs en choisissant d’agir et de passer à l’action, même minime soit-elle.
La dernière goutte est ma contribution à ce combat dont les gains seront reversés à des associations de défense de l’environnement, afin de les aider à financer leurs actions.
Toi, moi, vous, n’avons pas tous la possibilité d’intervenir directement sur place, mais eux si ! Alors soutenons-les !
Sauvons notre Terre en lui montrant que nous l’aimons et la respectons.

 
Emouvant, touchant, Elline Baudry décrit au travers de ses poèmes et de ces quelques pages ses émotions, ses doutes, ses interrogations et sa colère au sujet de l’environnement, de la nature et de ses occupants.
Elline Baudry se lance dans la poésie et c’est tout à son honneur. Sa plume sensible nous invite tout au long de cette belle balade à nous interroger sur ce que représente pour nous l’essentiel. Elle nous invite à porter un regard critique sur notre environnement, sur l’expansion de la race humaine et sur les conséquences qu’elle engendre. Elle nous invite à regarder la nature d’un œil nouveau où sa beauté serait reine.

 

Elle décrit tour à tour avec mélancolie et frénésie ses émotions face aux injustices et à l’égoïsme humain. Le beau et le laid se confrontent au rythme des vers.

 

Elline Baudry signe un très beau recueil de poésies où l’honnêteté transparaît. Elle ouvre la réflexion sur ces petits gestes que tout un chacun peut quotidiennement effectuer pour préserver notre monde et laisser une chance aux générations suivantes de vivre dans des conditions acceptables. LA DERNIÈRE GOUTTE ne signifie pas la dernière chance mais peut être bien que toutes les petites gouttes consenties formeront un raz de marée salvateur.

 

Une chronique de #Esméralda

 

… Lien Fnac.

… Mes avis sur d’autres romans d’Elline Baudry (clique sur la photo pour les découvrir).

Ma rencontre avec toi: Tome 1 de Virginie Imbert

Romance Young-Adult – Livre sorti le 26 juin 2019

Librinova

Service presse

Ma note : 3,5/5

 

Avant de commencer, je tiens à remercier Librinova pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : C’est la fin de l’été. Cathie, 18 ans, doit affronter une nouvelle année de terminale, et tout recommencer lui paraît impossible. Enfant de parents divorcés, elle passait son temps libre à sortir avec ses amis, mais aujourd’hui, cela lui semble bien loin…
Le jour de la rentrée, elle rencontre Matt, qui vit dans le quartier mal fréquenté où elle doit travailler. Le jeune homme essaye aussitôt de la séduire. Au collège, il était déjà tombé sous son charme et c’est pour lui l’occasion de conquérir son cœur. Débute alors une histoire d’amour où chacun se révèle à l’autre au fil du temps.
Pourtant, tout n’est pas si simple. Entre les études, la famille, les amis, le nouveau couple va être malmené. Tout paraît les mener à la rupture.
Cathie et Matt seront-ils assez forts pour surmonter toutes ces difficultés et réussir à rester ensemble ?

 

Mon avis : Voilà longtemps que je ne m’étais pas plongée dans une romance young adult. Suis-je encore la cible pour ce type de lecture ? Vais-je réussir à m’attacher aux personnages ? Telles étaient les questions que je me posais avant d’aborder ce roman.

Nous faisons ici connaissance avec Cathie, qui redouble sa terminale. Fêtarde, pas du tout motivée à l’idée de refaire sa dernière année de lycée, elle tombe rapidement sous le charme de Matt. Ce dernier est attiré depuis quelques années déjà par la jeune fille mais il n’osait pas l’aborder. Quand il constate qu’ils sont dans la même classe, il va prendre son courage à deux mains et tout faire pour la conquérir. Même si l’alchimie est immédiate, les jeunes tourtereaux ne vont pas connaître une histoire de tout repos. L’amour est-il vraiment le plus fort ? Est-on capable de tout accepter par amour ?

Cathie est une jeune fille qui, au premier abord, peut sembler superficielle. Elle aime faire la fête avec ses amis, elle a tendance à boire un peu trop en soirée et elle change régulièrement de petit ami. Pourtant, sa rencontre avec Matt va la transformer et avec lui, elle va explorer des horizons qui lui semblaient, jusque là, inaccessibles. Elle est parfois un peu difficile à suivre, reprochant à Matt des choses ou des actes qu’elle fait de son côté. Je n’ai pas eu plus d’affinités que cela avec elle, même si des éléments de son passé auraient pu la rendre attachante. Concernant Matt, il est beau, gentil, sportif et sérieux. Bref, il a toutes les qualités du gendre parfait et il a de nombreuses filles à ses pieds. Mais lui, il n’a d’yeux que pour Cathie, qui va devenir le centre de son univers. Matt est parfois un peu trop protecteur ou entier mais la pureté de son amour fait plaisir à voir. Entre eux, c’est l’amour fou… Néanmoins, ils vont connaître des hauts et des bas et leur amour va devoir se confronter à l’épreuve du temps, de la jalousie et, parfois, des non-dits.

Ce roman est une jolie découverte mais ce n’est pas un coup de cœur. La plume de l’autrice est efficace, dynamique et elle arrive facilement à nous happer pour nous entraîner dans le quotidien des lycéens. Même si cette lecture a été plaisante, je regrette de ne pas avoir réussi à m’attacher aux protagonistes. Je suis donc restée spectatrice de leurs aventures, sans réussir à m’impliquer émotionnellement dans leur histoire. Néanmoins, n’allez pas croire que c’est une lecture toute en légèreté ! L’autrice prend le parti d’aborder des thèmes lourds comme celui du deuil chez les adolescents et le poids qu’ils supportent, souvent, lors de la séparation de leurs parents. Ils sont abordés en filigrane de l’histoire principale mais ils ont leur importance dans le déroulé de l’intrigue car ils ont un impact sur certaines décisions prises par nos héros.

Pour conclure, j’ai passé un bon moment en compagnie de Cathie et Matt. « Ma rencontre avec toi » est une jolie romance young-adult qui saura séduire les amateurs du genre. Pour ma part, j’attends avec impatience la suite, le roman se terminant de manière surprenante et assez inattendue. Ma curiosité est piquée, et vous  ? Vous laisserez-vous tenter ?

 

Pour retrouver ce roman sur Amazon, c’est par ici !
Retrouvez ce roman sur le site de Librinova

 

HÉRITAGE de Eric Brière.


« Laisse dire et sois patiente. Attends de devenir une grande fille et là, tu verras, ils te regarderont bien différemment » lui disait sa grand-mère lorsque celle-ci se glissait sous ses jupes pour pleurer sur son malheur de petite fille peu harmonieuse.
Névrotique et nymphomane, il lui faut quitter Paris le temps nécessaire pour se réparer physiquement et moralement. Un séjour dans sa Bourgogne natale chez sa sœur devrait être un moment de répit et surtout de repentance pour son absence et son manque de soutien vis-à-vis de son aînée après le décès de ses parents. Un repos marqué par une rencontre mystique à l’abbaye Sainte-Marguerite et le réveil d’un passé caché et douloureux menacent la fragile cicatrisation de son cœur et âme écorchés. Il lui faudra faire preuve de force pour canaliser à nouveau ses pulsions destructrices. Mais on ne se refait jamais…

 
Ceci est ni un conte de fée ni une histoire de princesse. Elle ne vécut pas heureuse. Elle s’accrochait à la vie, car elle le devait mais pas pour de bonnes raisons. Elle ne vivait pas une folle vie, elle la détestait, énormément.
Elle aimait la destruction, le désir, la jouissance, l’abandon charnel violent comme une rédemption vive et absolue. Elle aimait se perdre dans ses désirs.

 

Lucille cherche à se défaire de ses démons. Les oubliés un temps, une envie de se reconstruire, tenace. Une envie de se reconnecter avec la réalité et sa vie, celle qu’elle a abandonnée il y a quelques années de cela, celle aux côtés de sa sœur. Sa Bourgogne natale, terre de souvenirs et de douleurs. Un aparté de quelques jours où bonheur, obsession et secrets s’entremêlent. Sera t-elle assez forte pour continuer sa route ?

 

Eric Brière signe un étonnant roman d’aventure. J’ai beaucoup apprécié la force qui se dégageait de Lucille. Un femme extravagante qui cache ses blessures psychologiques sous une tonne de condescendance. Une femme fragile qui n’aspire qu’à trouver le calme. Une femme ballottée par ses erreurs et ses douleurs. Eric Brière introduit au cours de son roman une part de spiritualité fantastique, je ne sais pas trop comment la nommer, qui aurait pu être intéressante si l’auteur l’aurait exploité jusqu’au bout. Je ne suis pas sûre d’avoir compris cette parenthèse et surtout y voir l’intérêt qu’elle aurait pu apporter au fil de l’histoire déjà très riche en rebondissements. J’ai été mal à l’aise face à cela et perplexe. Ceci dit cela n’enlève rien à l’histoire principale qui m’a plongée dans les affres de l’âme humaine et ce qu’elle a de plus sombre. Une histoire aussi bouleversante que magnifique portée par une plume qui sait faire vibrer.

 

Une chronique de #Esméralda.

DIVINE GAME de Eva de Kerlan.


Zeus, roi des dieux est un amant très demandé. Son planning est si chargé qu’il peine à le respecter. S’il pense pouvoir se faire pardonner, il n’imagine pas que son insouciance va provoquer une réaction en chaîne le jour où Eros disparaît et qu’il doit se lancer à sa recherche.
Nom de Zeus ! Le plus simple n’aurait-il pas été de ne jamais être en retard ?
A paraître le 20 mars.

 

Eva de Kerlan signe un roman érotique assez incongru et fantastique. Un mélange de genre totalement inattendu. Revisitez les grands classiques de la mythologie grecque version caliente, il fallait oser !

Zeus, Dieu charismatique qui ne se prive d’aucun plaisir sur terre. Du haut du Mont Olympe il régit avec une certaine discipline un monde qui lui voue un culte sans limite. Mais sa vie ne se résume pas qu’à cette tâche parfois ingrate. Non, Zeus aime prendre du plaisir et il le trouve auprès de la gente féminine qu’il charme avec conviction et envie. Zeus et ses innombrables conquêtes, Zeus et ses innombrables aventures qui lui valent parfois de se mettre dans des situations rocambolesques. Mais Nom de Zeus qui n’est pas Zeus s’il ne profite pas.

 

Mais un jour, Éros, sempiternel romantique, disparaît, plongeant la Grèce dans une torpeur morbide. Les grecques ne batifolent plus. Pris par un sentiment d’urgence, (cela se comprend pour Zeus), Zeus décide de partir à la recherche de son (pas vraiment) ami. Les traces le portent sur l’île d’Avalon et ensuite vers les Terres du Nord. Ce voyage est loin d’être paisible. Sur son chemin de nombreuses épreuves (surmontables pour le Dieu puissant qu’il est) se dressent. C’est sans compter sur son fils Apollon qui fait sa crise d’adolescence, sa femme Héra qui cache bien son jeu et une certaine Aphrodite qui joue à la vile tentatrice. Est-ce que Zeus aura le dernier mot ?

 

Eva de Kerlan nous plonge dans une extraordinaire aventure où érotisme et action se confondent pour une histoire totalement addictive. J’aime beaucoup l’audace d’Eva de Kerlan : des Dieux accros au sexe (what else ?). Une histoire unique et rocambolesque. Une lecture détente qui fait sourire et frémir, idéale pour passer vos prochains jours en confinement (désolée il fallait que je le place quelque part). Les caractères des personnages sont hauts en couleur adéquat à l’idée que je pouvais m’en faire. La plume d’Eva de Kerlan sait y faire et vous entraîne dans sa folle histoire en un claquement de doigts. L’originalité de son histoire est parfaitement maitrisée. Pleins de bonne raisons pour la dévorer.

 

Vous ne pourrez plus penser à la Grèce antique sans sourire et avoir quelques vapeurs 😉

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Eva de Kerlan

… mes avis sur d’autres romans (clique sur la couverture pour les lire)

ELIZA KNOX #1 : Veuillez rendre l’âme de Fleur Hana.


 
TOME 1/3
Depuis que Dieu est mort c’est la merde, et ça ne risque pas de s’arranger.Trois siècles à faucher des âmes en solo pour Lucifer, et ma seule récompense est de me coltiner un (boulet) de stagiaire. En bonus, un titre (foireux) d’ambassadrice me tombe dessus pour représenter l’Enfer à San Francisco.
Ça m’apprendra à tourner le dos aux péchés capitaux ! Cerise sur le gâteau (de mon désespoir), des (abrutis) de métamorphes disparaissent dès mon premier jour. Ma mission ? Maintenir l’équilibre cosmique… (et accessoirement ma santé mentale). En plus, j’ai même pas prié que les anges se sont pointés, dont un (chiant) à se damner. Dieu a bien fait de se tirer, je vous le dis…
Au croisement de Supernatural et Buffy contre les vampires, confierez-vous votre âme à Eliza ?

Fleur Hana se lance dans l’urban fantasy et ça claque vraiment. Un premier tome totalement addictif et surprenant. J’ai aimé découvrir cet univers fantastique où anges, damnés, faucheuses, nécromanciens, loups garous, goules, vampires, wiccans … Tout un monde qui vous charmera en un claquement de doigts. Mais pas que !
Eliza Knox, faucheuse expérimentée, est au service de son roi Lucifer. Un job de rêve qu’elle s’accommode en solitaire et dont elle raffole. Récolter les âmes des vivants est un art dont elle maîtrise avec grâce. Et le nec plus ultra est lorsqu’elle doit sniper les âmes et interagir avec elles dans le but de les apporter à Lucifer. Un quotidien assez banal depuis plus de trois décennies. Sans oublier qu’elle doit de temps en temps tâter de la hache dans le but d’exterminer vampires et goules qui interféreraient dans l’équilibre précaire dans lequel se trouve le monde et dont le Ciel et l’Enfer se doivent de préserver depuis que Dieu a décidé de disparaître. Tout allait bien dans le monde plus que parfait d’Eliza, un appart rien que pour elle au milieu des terriens avec une grande baignoire dont elle espère profiter, un jour, de bains et de ses vertus. Eliza, grande solitaire et un brin sociopathe, n’aime pas du tout les mondanités de l’Enfer. Les sept péchés capitaux, très peu pour elle. Une différence qu’elle assume parfaitement même si elle se sent épier et juger à cause de cela. Même en Enfer on peut avoir des principes. Se mêlant que rarement avec ses collègues diaboliques, elle partage son temps entre entraînement, fauchage, extermination et quelquefois, elle va à la pêche aux infos. Eliza et son sarcasme légendaire font d’elle une faucheuse d’exception et elle ne compte pas déroger à la règle.

 

Tout allait bien dans son merveilleux monde lorsqu’un beau soir on toque à sa porte et qu’elle découvre qu’elle doit former un bleu. L’Enfer a décidé que son courroux ne s’arrêterait pas là. Elle doit jouer les diplomates que lui impose son nouveau rôle d’Ambassadrice de l’Enfer. Et puis la cerise sur le gâteau : des hordes de vampires, des goules et loups garous mutants s’obstinent à l’attaquer. Et le pompon sur le chapeau elle doit faire équipe avec un super ange dans le but de découvrir les origines du chaos qui s’installe peu à peu.

 

Eliza avait une super vie mais là voici plongée dans un bourbier sans fond !

 

Actions, rebondissements, humour noir, sarcasmes et univers totalement déjanté, ce premier tome est un pur ravissement pour la fan d’urban fantasy que je suis. Créatures fantastiques à gogo, une héroïne folle-dingue et inévitablement attachante, des personnages secondaires à la hauteur de leurs propres caractères loufoques, une intrigue qui s’installe avec aisance et addiction et un final grandiose qui laisse, bien évidemment, sur la faim. Et tout cela entraîné par une superbe plume qui n’a rien à envier aux grands noms de la fantasy. J’adore tout simplement et j’attends avec impatience la suite !

 

Un grand bravo à Fleur Hana pour ce premier roman réussi d’urban fantasy !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… Le site de Fleur Hana

… mes avis sur d’autres titres de Fleur Hana (clique sur les images pour les lire)