PARTIELLEMENT NUAGEUX de Antoine Choplin.

 
[ LITTÉRATURE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019]
LA FOSSE AUX OURS Éditions
134 pages
Ma note : 5/5 mention « pépite »
Lien Kindle

 

 


 
Le résumé :
Ernesto est astronome dans le modeste observatoire de Quidico au Chili. Il étudie les nuages de Magellan, une galaxie naine. Il vit seul dans ce territoire mapuche avec son chat, Le Crabe et Walter un vieux télescope peu performant.
Lors d’un voyage à Santiago, dans l’espoir de trouver le financement pour une pièce (lame de Schmidt) de son télescope défectueux, Ernesto ne peut s’empêcher de visiter le musée de la Mémoire où une photo de Paulina, sa fiancée disparue durant la dictature de Pinochet le plonge dans un passé douloureux.
C’est dans ce même musée qu’il fait connaissance d’Ema qui porte elle aussi une histoire lourde.
Ils devront surmontés les blessures jamais cicatrisées de cette terrible période.

Mon avis :
Souvent, le soir venu, j’étais allé marcher du côté de la Puntilla. J’avais aussi poussé, certaines dois, jusqu’au promontoire. deux jours plus tôt, nous avions dressé le nouveau totem de Diego sur la prairie face à l’île des morts. Il y avait eu une petite cérémonie et la machi de Chilcoco était venue jouer du tambour traditionnel. Après, on était restés un bon moment dans la praire, en silence, jusqu’à la nuit tombée.
Plus souvent que les mois d’avant, j’avais examiné les trois photographies de Paulina que je possédais. […]
Et maintenant, j’avais beau me coller le nez dessus tous les jours, je voyais bien comme tout cela s’effaçait doucement. Ce n’était pas le souvenir qui s’effaçait, mais plutôt ce qui fait du souvenir un espace qui peut encore se remplir de réalité. Bien sûr que je me rappelais les colombes, mais le cliquetis des colombes marchant sur le toi, ça, j’arrivais plus à l’entendre pour de bon.
Ça me rendait ni triste ni joyeux, c’était juste comme ça. C’est ce que j’avais dû répéter au Crabe pas mal de fois, même si c’était le dernier de ses soucis.
D’ailleurs, le Crabe avait l’air de se foutre de tout et, par moments, ça m’agaçait sérieusement. Ça m’empêchait pas de le prendre sur mes cuises de temps en temps pour lui gratter le ventre.
Pages 40-41

 

Aujourd’hui, je te parle de ma première pépite 2019.

 

PARTIELLEMENT NUAGEUX est une incroyable lecture. Celle qui te donne l’impression de flotter dans un ailleurs, un autre espace temps où seul les mots de l’auteur te percutent. Des mots envoutants, percutants, sensibles à l’image de deux personnes perdues dans le tumulte du passé.

 

Ce passé, c’est celui du coup d’état du Chili, le 11 septembre 1973 : personnes disparues, enlevées, torturées ; des familles anéanties sans réponses et avec pour seule compagne la haine induite par l’absence de connaissance. Ernesto a perdu Pauline, son amour. Celle qui embellissait ses journées. Ernesto a la tête dans les étoiles, peut-être y trouve t-il des réponses à son existence. Ernesto se contente de peu et trouve le bonheur dans la marche comme s’il tentait désespérément de remonter le temps, de rattraper le passé pour éviter tous ces malheurs. Il marche là où l’envie lui dicte. Son esprit s’évadant d’un quotidien qui n’a plus très grand intérêt. Il sent, il touche, il voit mille et une choses douloureuses. Un jour il rencontre Ema. Ema et ses secrets l’interpellent. Sa tristesse et ses non dits le bouleversent. Bras dessus bras dessous, ils refont le monde occultant les vieilles blessures. Un lent apprivoisement aux sons des mots doucereux et des pas qui battent le pavé. Ema, étoile lumineuse dans le monde d’Ernesto, lui brule les ailes. Le passé à ce malin plaisir de s’inviter quand la vie prend ce tournant avec optimisme.

 

Passé, présent, futur, secrets, Ernesto et Ema : une équation complexe à résoudre.

 

Je découvre pour la toute première fois la plume d’Antoine Choplin. Une plume aussi sensible que magnétique. Une verbe poétique auréolée par cette magie inexplicable que j’apprécie retrouver dans mes lectures. Antoine Choplin décortique ses personnages avec honnêteté piqué d’un brin d’humour. La mélancolie s’estompe peu à peu et laisse place au final à l’espoir, à un renouveau. Il a cette façon unique de s’approprier des cinq sens et de tour à tour les magnifier. Il explore des valeurs importantes comme : l’entraide, le partage, le pardon…

 

PARTIELLEMENT NUAGEUX a pris mon cœur en otage. Une découverte vertigineuse !

Je remercie Nadia et les éditions LA FOSSE AUX OURS pour leur confiance.

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Vers le site des éditions LA FOSSE AUX OURS pour tout savoir.

Publicités

HANDSOME HARRY : Confessions d’un gangster de James Carlos Blake.

 
[ LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE – Nouveauté 2019]
Éditions Gallmeister – Collection Americana
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Emmanuel Pailler
Postface de François Guérif
315 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à dévorer »
Lien Kindle

 
Le résumé :
Dans la bande de John Dillinger, il y a Red, Charley, Russell et moi, « Handsome Harry » Pierpont. S’il y avait eu un chef, ça aurait été moi, même John le dit. Mais John aime avoir sa photo dans les journaux et faire le malin devant les dames, alors on ne se souvient que de lui. Il est le plus cool d’entre nous, je vous le garantis, sur un boulot comme sous les balles. Nous prenons l’argent là où il se trouve : dans les banques. Sans nous vanter, en matière de casse, nous sommes les meilleurs. Un chauffeur, trois ou quatre gars motivés, une voiture de remplacement, et le tour est joué. Les journaux disent que nous sommes dangereux, l’Ennemi public n°1 : n’exagérons rien. On ne veut de mal à personne, on aime juste les belles voitures, les jolies filles et les fêtes entre copains. On sait bien que ça ne va pas durer, que les flics nous attraperont un jour ou l’autre. En attendant, on profite de la vie.

 
Mon avis :
Dans la famille « gangster j’ai peur de rien », je voudrais Handsome Harry Pierpont. Joyeux troubadour et tête pensante d’un gang de braqueur de banques et de commissariat. Mais Harry n’aime pas être au centre de l’attention, non pas par timidité mais plus pour son amour propre. Pourtant Harry est mis sous les projecteurs pendant plus de 300 pages par James Carlos Blake, auteur aventureux et talentueux.
Il est rare que j’accroche dès les premières lignes (vraiment dès les premières lignes) et de me dire wouah ! Il est clair que la magie a opéré instantanément et la suite de ma lecture n’a été que pur bonheur.
Voilà, tout le gang est mort sauf Russel et moi.
Russel, au moins, a encore l’espoir : quand on est enfermé à vie, on peut toujours tenter une nouvelle évasion. Moi, ils vont m’achever demain matin.
Premières lignes
Gangster, légende (et mythe) des années folles, pendant la grande dépression où l’alcool de contrebande coule à flot, petites frappes et gangster en herbe foisonnent ici et là, petits larcins pour débuter et puis il y a le jour où ils se trouvent derrière les barreaux. Métier qui rentre tu me diras, et certes passage plus ou moins obligé, dans ce milieu, pour évoluer. Harry Pierpont fait partie de cette trempe à ses débuts, à la seule différence est qu’il compte de pas rester à ce stade là. De petit coups en petit coups, de rencontres en rencontres et de cellules en cellules, Harry se fait vite un nom qu’il ne vaut mieux pas chatouiller. La dure vie de la prison va ainsi forger un homme prêt à tout pour vivre de sa liberté au détriment des banques.
Ce roman se lit comme un roman d’aventures même si il est clair que les faits divers correspondants sont empruntés à la réalité. James Carlos Blake a su créer une histoire tonitruante autours d’héros pas comme les autres et surtout atypiques. Il va s’en dire que l’image du gangster même est soit auréolée ou soit dénigrée, l’auteur n’impose rien de cet acabit et laisse aux lecteurs le soin de se forger sa propre opinion. Pendant plus de trois cent page, j’ai suivi les aventures rocambolesques d’Harry et sa bande, ses amours, ses craintes, les planifications d’attaques, ses fuites, la relation fusionnelle avec sa mère, les copains de la bande et leurs péripéties, les deals… L’immersion aussi irréelle soit elle, a le mérite de faire vivre le moment présent avec une sacrée intensité. Sans oublier une bonne dose d’humour.
« HANDSOME HARRY, confessions d’un gangster » est un shoot d’adrénaline ! Sans foi ni loi, ce roman retrace la vie d’un homme qui a décidé du sort de son destin, l’a façonné à son image, l’a modelé selon ses principes, l’a brandi à bout de bras et dans un dernier souffle a accepté toutes les conséquences inéluctables, la tête haute.

 
Je remercie le PICABO RIVER BOOK CLUB et les éditions Gallmeister de m’avoir permis de découvrir ce super roman.

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Gallmeister pour tout savoir.

received_257092058249322

NE ME LAISSE PAS T’AIMER de Julia Nole.

 
[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019]
Éditions HARLEQUIN – Collection HQN
314 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à dévorer »
Lien Kindle
 

 
Le résumé :

 

Il espérait la faire fuir. Maintenant, il ne veut plus qu’elle parte.
Ça fait des mois qu’Alexander ne s’est pas senti libre. Et les gardes-malades que sa sœur s’entête à lui imposer n’aident pas. Il a beau les faire fuir l’une après l’autre, elle continue de les embaucher sans lui demander son avis. Tout ça parce qu’elle ne veut pas qu’il reste seul. Une fois de plus, il va devoir se montrer exécrable pour faire décamper la petite nouvelle. Sauf que Lizzie est pleine de surprises… et beaucoup plus coriace que prévu. Sous ses dehors fragiles, cette femme a du cran et ça lui plaît. Son sourire, sa douceur et son audace lui feraient presque du bien. Mais Alexander n’a pas le droit de tomber amoureux. Pas maintenant.

 
Mon avis :

 

En ce mardi ensoleillé, je te parle de ma dernière lecture qui m’a tenue en haleine pendant une journée. Je suis une inconditionnelle fan des romances de Julia Nole et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

 

Tout démarre sur les chapeaux de roue. Pas le temps de broder, je suis vite mise dans le bain par une effroyable nouvelle, celle qui bouleverse la vie de Lizzie. Comment se remonter d’un tel choc ? Comment retrouver un sens à sa vie quand son monde s’écroule, à ses envies et à son avenir ? Lizzie est une jeune femme qui sous ses airs tout à fait convenable cache un tempérament de feu résultant de ses blessures personnelles. Loin des clichés de bimbo à tout va, Lizzie tente de survivre dans un monde qui n’arrive pas à comprendre ses états d’âme. Survivre n’a rien de complaisant. Survivre c’est prendre les jours un par un et arriver à sortir la tête sans se noyer. Survivre c’est mettre de côté ses émotions sous peine d’être écraser par un trop plein. Survivre c’est se lever la tête fasse aux comportements compatissants si pathétique.  Depuis un an, Lizzie est devenue un vraie pro. Une survivaliste à toute épreuve ! Pourtant rien n’y fait, ce qui lui tient le plus à cœur est entrain de sombrer, seul un nouveau choix s’impose. Ce dernier va la mener droit dans les bras d’un être abominable, Alexander.

 

Alexander est la bête noire de la famille : capricieux, égoïste, malpoli, roublard et j’en passe. Le beau ténébreux est dévoré par la haine. Il se bat continuellement avec son entourage. Il n’aspire qu’à un véritable chose : la liberté. La liberté d’accepter son passé. La liberté de vaincre son avenir. La liberté de respirer. La liberté d’affronter le danger. La liberté d’aimer ? Lorsque la nouvelle nurse, Lizzie, apparaît dans sa vie, elle chamboule tout. Leur rencontre est empreinte de nervosité et de dangerosité. S’apprivoiser l’un l’autre s’avère un véritable parcours du combattant. Un sacré choc de titan !

 

Julia Nole offre avec sa nouvelle romance, une magnifique histoire où tes émotions ne peuvent qu’être chamboulées. Ses personnages hauts en couleur et aux blessures éprouvantes sont au centre d’un scenario qui ne pourra pas te laisser indifférente. Julia Nole explore les sentiments qui ravagent la vie. Accepter la violence du passé, se reconstruire, avancer pas à pas et s’ouvrir à l’autre. Tout autant d’actions qui prennent un sens véritable au fil des chapitres. Julia Nole exacerbe volontairement tous les ressentis des personnages. Très vite, j’ai été submergée par ce flot continuel d’émotions. J’ai autant pleuré que j’ai été attendrie et j’en ai encore le cœur serré. Impossible de lâcher ma tablette tant que je n’était pas arrivée au point final.

 

C’est d’une telle puissance ! So addictif ! So cute !

 

Julia Nole confirme avec sa nouvelle romance son talent. Une plume exquise et fluide qui t’envoute en un tour de main. J’ai tant adoré que j’ai râlé à la fin car je l’ai trouvée trop rapide. J’en voulais encore et encore !

 

Si t’es une accro des romances palpitantes alors je voudrais te convaincre de découvrir celle-ci. Je voudrais que tu découvre cette romance bouleversante, éprouvante et magnifique. Si je pouvais via cet article te communiquer mon enthousiasme, alors j’aurai le smile pour tous les jours à venir. Alors est ce que j’ai réussi ?

 

#Esméralda

 
Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

Découvre mon avis sur un autre roman de Julia Nole : « I know you ».

Découvre mon avis sur autre roman de Julia Nole : « WALKING FOR ABSOLUTION ».

 

 

BAD BOYS de Sandra Marton.

 
[ROMANCE CONTEMPORAINE – 2018]
Trilogie intégrale
Éditions HARLEQUIN
464 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 
Le résumé :
Fiers et indomptables, les frères Wilde ne reculent devant aucun défi. Sauf devant celui de l’amour… 
 
« Vous n’êtes qu’un mufle égocentrique et arrogant ! » Lorsque ces mots franchissent les lèvres d’Addison McDowell, Jacob Wilde reste interdit. S’il ne se souvient plus de la dernière fois où quelqu’un a osé le défier de la sorte, il doit avouer que le tempérament de feu d’Addison a le pouvoir d’éveiller son intérêt – et son désir. Aussi, séduire la sublime jeune femme lui apparaît soudain comme le plus savoureux des défis…
 
Avocat de métier, Caleb Wilde est chargé de convaincre une jeune femme de céder la garde de son enfant à naître à la puissante famille du père. Mais, lorsqu’il découvre le visage de la femme en question, la fureur l’envahit. Sage Dalton… Celle qui, quelques mois plus tôt, l’a séduit avant de se jouer de lui. Caleb refuse pourtant de renoncer à cette affaire. Car une question le hante : cet enfant pourrait-il être le sien ?
 
Juste une expérience ? Travis Wilde est hors de lui. Ainsi, ce qui a été pour lui la nuit la plus torride et inoubliable de son existence n’était pour Genevieve qu’une vulgaire expérience ? Blessé, il jette sans ménagement la jeune effrontée hors de chez lui. Pourtant, il doit se rendre à l’évidence : Genevieve lui a fait perdre la tête. Et, s’il veut l’oublier, il doit d’abord assouvir son désir et la remettre dans son lit…

 
Mon avis :
Entre deux lectures conséquentes et éprouvantes, BAD BOYS a été ma lecture détente voire cocooning. Ce roman est la lecture idéale pour passer de belles heures en compagnie de trois héros qui n’ont pas froid aux yeux mais qui surtout ont un sacré problème avec l’amour. Evidemment lorsqu’on est un coureur de jupons ou qu’on a le cœur écorché et l’âme à vif, l’amour devient alors très compliqué pour des intrépides comme les frères Wilde. Un trio inséparable qui a de sérieux problèmes d’égo et plus si affinités. Tout s’emballe ( cœur et tête en même temps) quand trois belles sirènes viennent mettre un boxon dans leur vies bien tranquilles et menées à la baguette. Sandra Marton sait parfaitement mettre les papillons dans le ventre (oups !) et envouter sa lectrice. Trois histoires simples mais qui ont le mérite de chambouler les émotions. Des histoires d’amour comme on les apprécie avec des coups de gueule, de la tension, des regards évocateurs, de l’embarras, de l’incompréhension, de l’explosion et de l’amour, celui qui broie véritablement les tripes. Trois histoires qui différent selon le caractère de cochon des protagonistes. Alors certes les histoires sont rapides mais l’intensité bouleverse de suite.
 
L’ORGUEIL DE JACOB WILDE
C’est l’histoire qui m’a le plus marquée. Jacob est un héros et blessé de guerre. La guerre a le pouvoir de détruire les plus aguerris des soldats. Après un accident Jacob rentre. Les mois passent et s’écoulent avec la haine accrochée aux tripes. Blessé au visage, il tarde à rejoindre son Texas natal. Pourtant, il le faut. Et lorsqu’il pose les pays dans le ranch familial, il ne voit qu’elle. Une parfaite inconnue qui va lui mettre de sacrés bâtons dans les roues et qui va avoir le mérite de bousculer tous les apriori de Jacob. Sera t-il à la hauteur et gagner la partie qui s’avère bien plus ardue que prévu ?
LA FIERTE DE CALEB WILDE
Caleb Wilde est un grand avocat réputé. Colle à son image, la parfaite panoplie du gars qui ne mélange pas les torchons avec les serviettes. Prétentieux, il ne veut pas s’accommoder de banales futilités comme l’amour. Lors d’une soirée mouvementée, il sauve des griffes d’un prédateur, la belle serveuse, Sage Dalton. Une apparition éclair dans une vie bien trop remplie mais qui lui laisse un merveilleux souvenir. Les semaines s’écoulent lorsqu’elle réapparaît au cœur d’une affaire dont il est en charge. Dépité, sera t’il renouer avec sa belle et être l’homme de la situation ?

 

LE DEFI DE TRAVIS WILDE
Son histoire est la plus émouvante des trois. Travis travaille dans les finances. Il voyage beaucoup et s’acoquine de temps à autre. Un soir alors que ces deux frères l’ont lâchement abandonné pour leurs femmes, il se retrouve dans un bar malfamé peut être pour chercher la baston et ressentir l’adrénaline courir son corps. Ce qu’il ne  tardera pas en à faire l’expérience, lorsqu’une belle demoiselle, qui n’a rien à faire ici, débarque. Le bon chevalier qu’il est l’extrait des problèmes à venir. Geneviève jette alors son dépourvu sur lui. Geneviève cache de biens tristes secrets et compte à tout prix réaliser sa liste quitte à mentir. Travis sera t-il prêt à relever le défi ? Sera t-il prêt à reconnaître qu’il ne s’est jamais senti aussi bien à ses côtés ?
Laisse toi embarquer dans les folles et doucereuses aventures de ces trois frères !
#Esméralda

 
Je remercie les éditions Harlequin et Mélanie pour leur confiance.

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Harlequin pour tout savoir.

DANS LA VALLÉE de Hannah Kent.

 
[ LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE – 2018]
Éditions LES PRESSES DE LA CITE – Romans étrangers
Traduit de l’anglais (Australie) par Karine Reignier-Guerre
480 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 

 
Le résumé :

 

 » Certains êtres sont différents. Ils sont nés comme ça, sur le bord du monde. Ils savent voir ce que d’autres ne voient pas. Pour eux, les rivières ne coulent pas de la même façon. « 
Le temps semble s’être arrêté dans ce village du sud de l’Irlande égaré dans la vallée et battu par la famine. Nóra Leahy a perdu son mari et sa fille et se retrouve seule avec son petit-fils de quatre ans, infirme. Pourtant, Nóra s’en souvient : quelques années plus tôt, Micheál marchait et commençait déjà à parler. Que lui est-il arrivé ? A-t-il été changé, remplacé pendant la nuit par les fées qui auraient posé une autre créature dans le berceau ? Est-ce à lui que la vallée doit la malédiction qui la frappe ? Mary, la jeune servante que Nóra vient d’engager, se laisse impressionner par les commérages du village et les rapporte à sa maîtresse. Ensemble, les deux femmes se mettent
en quête de la seule personne en mesure de sauver Micheál : une originale, qui vit seule dans la lande et parle le langage des plantes. Car, même si tout le monde s’en méfie, on sait que la vieille Nance Roche a le don. Qu’elle communique avec le peuple invisible. Et qu’il n’y a qu’elle pour faire revenir ceux qui ont été enlevés…

 
Mon avis :

 

DANS LA VALLEE est une extraordinaire découverte. Une de celle qui marque au plus profond de soi. Après un début très compliqué, je suis sortie de cette lecture abasourdie et ébahie.

 

DANS LA VALLEE s’inscrit dans ces romans intemporels. Ceux qui relatent avec passion, réalisme et honnêteté la vie oubliée des contrées lointaines. Hannah Kent plonge le lecteur au cœur d’un village désœuvré d’une Irlande démunie. Un village où survie et bravoure se côtoient impitoyablement. Un village niché dans une vallée battue par les vents où le soleil écrasant alterne avec l’hivers rigoureux, entouré de montagnes. Des champs à perte de vue, des chemins de terres, des chaumières de terres et de joncs, des feux de tourbes, des vaches, des jardins de pommes de terre, un puits, ô lieu de rencontre féminine, un forgeron, une église, une guérisseuse. Tableau loin d’être idyllique d’un monde rural et rude. Les médecins sont quasi inexistants et sont véritablement hors de prix. Lorsque la maladie frappe, les paysans s’en remettent à l’Eglise où alors vont voir en toute discrétion la guérisseuse. Nance Roche vit à l’extérieur du village avec sa chèvre et ses poules. Sa chaumière est à l’image de sa propriétaire : ordonnée, propre et accueillante. Des herbes, fleurs et plantes sèchent et diffusent une agréable odeur. L’herboriste connaît méticuleusement les plantes qui doivent être associer aux maux. Nance Roche, vieille femme aux yeux voilés par les années et la dureté de la vie, possède également le don. Un don aussi étrange que nécessaire : celui de comprendre le monde caché où vivent les Fairies, les Bonnes Gens. Les croyances et les légendes peuplent les rituels, le quotidien et les soirées autour du feu. C’est un monde craint de tous. Les arbres d’aubépines sont leur royaume, les nuits leur monde, les rivières, les arbres leur terrain de jeux et les humains leur pitance. Ils s’en prennent aux mortels en leur jouant de mauvais tours et peuvent également  s’en prendre aux plus petits d’entre eux en les enlevant et en mettant à leur place des êtres curieux et abominables, des changelin.

 

C’est ce que croit dur comme fer Nora Leahy au sujet de son petit fils de quatre ans. Micheal était un petit garçon tout à fait normal lorsque petit à petit il a arrêté de parler et de marcher. Ses jambes se sont peu à peu atrophiés. Ses nuits sont devenus le berceau de cris épouvantables. Un monstre ! Un être abominable ! Un changelin ?! Nora est convaincue que ce n’est plus son petit fils et les Fairies l’ont emporté dans leur royaume laissant à sa place cette chose. Aidée de sa servante Mary qui s’occupe du petit Micheal, Nora décide de faire appel à Nance dans le but de retrouver son enfant. Nance lui assure qu’après plusieurs méthodes, elle le retrouvera tel qu’il était quelques années plus tôt.

 

Entre superstition et réalité, le gouffre est immense. Le danger guette. Les rumeurs circulent. Le curé éructe. Les aléas et la pauvreté malmènent un village qui ne sait plus où donner de la tête. Tous les maux semblent provenir de Nora et sa famille et de Nance Roche. Qu’en sera t’il des conséquences ? Désastreuses ou merveilleuses ?

 

Hanna Kent de sa plume poétique et exigeante transporte le lecteur aux côtés de ces villageois qui mènent une vie loin de tout repos. Elle relate avec audace ses vies aussi extraordinaires qu’éprouvantes et désobligeantes. De descriptions en descriptions, d’événement en déconvenues, des drames à l’espoir, ce roman est une pure merveille. Celle où la réalité joue avec la frontière de l’irréel, celle où l’horreur remplace l’irrationnel, celle où l’espoir donne un but ultime : la normalité. La normalité dans un monde emprunt de rites et de croyances d’un autre âge. Ce monde en confrontation perpétuel avec la modernité qui règne dans les plus grandes villes. Un monde méconnu qui n’est plus. Un monde cruel et effrayant. Un monde inquiétant.

 

DANS LA VALLEE est un livre choc. Ne pas y être insensible est impensable. J’ai vite été embarquée dans un univers aussi étrange que prenant. Cette virée dans ce monde m’a bouleversée.

 

#Esméralda
 

 
Je remercie les éditions Les Presses de la Cité pour leur confiance via la plateforme NetGalley.
 
image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site Lisez.com pour tout savoir.

Vers le site d’Hannah Kent pour découvrir son univers.

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

ANTIQAM de Luc Serrano.

 
[ POLICIER – 2016]
Éditions BOD
336 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 
Le résumé :
Quand certains actes condamnables, liés au conflit franco-algérien, refont surface au bout de plusieurs dizaines d’années, c’est tout un petit village du sud de Toulouse qui va être le théâtre d’une suite d’événements mystérieux qui iront jusqu’à mettre en péril la vie de certains de ses habitants.
En découvrant par hasard des vieux ossements dans le bois du château, le pauvre Zaius ne s’attend pas à provoquer un tel cataclysme dont il sera la première victime.
Alphonse Placard, venu à l’aide de son ami le Baron Louis Clément du Martinet du Bois de la Pierre aura beaucoup de mal à faire la preuve de ses intuitions.

 
Mon avis :
 
J’ai été vraiment séduite par ce polar, une intrigue palpitante et surtout j’ai adoré que les scènes se situent non loin de chez moi. Je trouve ce dernier aspect très intéressant.

 

Petit village au sud de Toulouse, Saint-Ettifal devient le théâtre de nombreux événements bien curieux. Petit village tranquille où agriculteurs, majoritairement, se côtoient dans une ambiance bon enfant. Bien évidemment cancans et ragots sont le pain béni de ces habitants et certains en font d’ailleurs les frais plus que d’autres.

 

Zaius est le vilain petit canard du village. La solitude est son unique compagne qu’il tente de combler par des balades et les livres empruntés à la médiathèque où la jolie bibliothécaire l’a pris sous son aile. Lors d’une de ses balades, Zaius fait une terrible découverte : des ossements humains. Seulement dans l’ombre, une menace guette telle une arme fatale.

 

Le Baron Louis Clément du Martinet du Bois de la Pierre est un vieux garçon (pas si vieux que ça) qui vit au château du village. Issu de la noblesse, son quotidien s’apparente à de longues journées mornes entrecoupées par la présence bienveillante de sa gouvernante. Il ne fréquente guère les gens du village pour sa plus grande peine mais c’est ainsi. Il vit au son du passé, se rappelant le vaste dans lequel s’épanouissait les habitants du château et les convives. Louis Clément est un homme attentionné. Aucune once de méchanceté n’y transparait. Lorsque sa gouvernante découvre dans les souterrains du château des traces de pas et entend des bruits inquiétants, Louis Clément n’hésite pas à faire à appel à un vieux ami qui a fait ses armes au sein de la gendarmerie et qui depuis vit de sa profession de détective.

 

Alphonse Placard est un brave gars avec un net penchant pour les bonnes choses. Son activité de détective bas de l’aile. Les affaires sur les tromperies de l’époux ou de l’épouse sont son pain quotidien. Pourtant il rêve de l’affaire ardue à laquelle il pourra afin mettre à l’œuvre ses talents. Lorsque Louis Clément l’appelle pour une affaire bien curieuse, il n’hésite pas une seconde. Le voici donc quittant Toulouse à bord de sa vielle automobile, loin de se douter de l’aventure qu’il va vivre. De biens étranges évènements vont faire vivre la terreur dans ce petit village qui n’aspire qu’à la tranquillité.

 

Luc Serrano narre avec talent une intrigue policière passionnante. Dés le départ j’ai été happée par cette lecture qui s’ouvre sur une scène douloureuse de séparation et de déracinement. Les péripéties que rencontrent les habitants de se village semblent liées au passé et tout au long des chapitres la lumière se fait. La vengeance apparaît alors être le moteur. Le suspense se délie jusqu’au point final. Les personnages aux traits de caractères bien différents mènent un enquête d’une envergure qu’il n’aurait pu soupçonner. A cela se rajoute « l’aspect territoire » que je connais bien puisqu’en effet l’histoire se déroule non loin de chez moi. Il est plaisant de redécouvrir les paysages connus dans un livre. J’ai souri face à quelques recommandations gourmandes de l’auteur qui avec enthousiasme cite quelques restaurants de la région où il fait bon de s’arrêter (comme « Chez Jeanne » à Riolas, restaurant incontournable).

 

ANTIQAM est une très belle découverte que je recommande chaudement à ceux et à celles qui veulent passer un agréable moment de lecture en compagnie d’hommes et de femmes prêts en découdre pour savoir la vérité.
 

 
Je remercie Luc Serrano pour sa confiance et sa patience.
 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Découvre l’univers de Luc Serrano sur son site.

Vers le site des éditions BoD pour tu savoir.

 

IMG_20180426_160220_117

 

Son séduisant ennemi de Katee Robert

son séduisant ennemi

Romance sexy – Livre sorti le 1er décembre 2018

Editions Harlequin – Collection Magnetic

Service presse

 

Je remercie les éditions Harlequin, et plus particulièrement Mélanie, qui m’a confié ce roman en service presse.

Résumé : « Sera-t-elle capable de lui résister ? »

Roman Bassani, ici ? Allie n’en revient pas : l’impitoyable homme d’affaires qui cherche à s’approprier son entreprise l’a suivie sur la petite île des Caraïbes où elle pensait couler quelques jours tranquilles, loin de ses problèmes quotidiens. S’il croit pouvoir la faire capituler, il se trompe ! Mais c’est compter sans son charme magnétique et sensuel, qui fait bientôt vaciller toutes les certitudes d’Allie…

 

Mon avis : J’avais lu, l’été dernier, le précédent roman de Katee Robert paru dans la collection Magnetic. Complètement subjuguée par les protagonistes, j’ai foncé lorsque j’ai vu celui-ci, qui est un spin-off. Encore une fois, j’ai passé un bon moment de lecture.

Nous faisons ici connaissance avec Allie, une jeune femme qui a des difficultés dans son travail et qui, motivée par sa meilleure amie, part en vacances sur une île isolée des Caraïbes. Arrivée là-bas, elle tombe sous le charme d’un bel « Apollon » qui se révèle être Roman Bassani, celui qu’elle cherche à fuir à New-York. Mais leur attirance mutuelle peut-elle être ignorée ? Plaisir et affaires font-ils bon déménage ? Est-ce qu’une passion de vacances peut survivre au retour « dans la vraie vie » ?

Allie est une héroïne forte, comme toutes celles de la collection Magnetic, et elle a aussi des failles qui la rendent touchante. Propriétaire d’une salle de sport et d’un foyer pour femmes battues, Allie ne voit pas d’un bon œil l’intérêt que lui porte Roman. En effet, elle s’est construite seule et elle n’ose pas demander de l’aide. Par moment, je l’ai trouvée énervante car trop orgueilleuse et incapable de faire la part des choses. Concernant Roman, il semble être le stéréotype du beau gosse à qui tout réussit : homme d’affaire brillant, il n’a pas l’habitude qu’on lui résiste et il aime séduire. Pourtant, derrière ce physique se cache un homme sensible, qui a souffert du manque de ses parents quand il était enfant. Par rapport à Allie, je l’ai trouvé sincère et arrangeant vis-à-vis d’elle. Néanmoins, j’ai eu un peu de mal avec ce séducteur qui range son costume de coureur dès qu’il rencontre notre héroïne…

Ce roman m’a plu mais il m’a beaucoup moins embarqué que le précédent. Le couple Allie/Roman est torride mais les scènes érotiques sont un peu gâchées par l’usage de termes vulgaires. De plus, comme je l’ai mentionné plus haut, Allie a parfois des réactions un peu puériles qui m’ont fait lever, assez régulièrement, les yeux au ciel. Pourtant, l’écriture de l’auteure est fluide, efficace et la trame de l’histoire est intéressante. Mais même si j’ai apprécié ma lecture, je suis restée un peu sur ma faim car certains éléments auraient mérité d’être un peu plus poussés.

Pour conclure, « son séduisant ennemi » est une romance sexy qui se lit facilement et qui permet de retrouver Roman, que l’on avait déjà croisé dans « son ami, son amant ». L’idée de départ du roman est séduisante, les protagonistes ont de la personnalité mais quelques petits détails m’ont dérangée. Néanmoins, je recommande cette lecture à tous ceux qui chercheraient une romance épicée, facile à lire et qui fait rêver.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ma chronique de « Son ami, son amant » ici

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Harlequin

Retrouvez également ce roman sur Amazon