RIEN N'EST NOIR de Claire Berest.

[ ROMAN – 2019 ]
Éditions STOCK – Collection La Bleue
250 pages
Ma note : « incontournable 2020 »
Lien Kindle

 

 

Le résumé :
« À force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages? Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien.
Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes. Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème. Elle aime les manifestations politiques, mettre des fleurs dans les cheveux, parler de sexe crûment, et les fêtes à réveiller les squelettes. Et elle peint.
Frida aime par-dessus tout Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques.»
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Coup de cœur ! Choc ! Ébahie ! Ce roman claque !

 

Claire Berest s’arme de sa palette de couleurs. Couleurs primaires, bleu, rouge, jaune, pour une multitude de nuances. Couleurs primaires pour relater une vie, une femme haute en couleurs. Un panel de couleurs pour décrire les émotions, les turpitudes, la réalité, la solitude, la souffrance, le déchirement, le splendide, le désarroi, la perte, la douleur, l’amour, la passion, la perte dans l’autre, la vie, la mort. Frida Kahlo est l’explosion de tout cela. Frida Kahlo aime jouer, déteste perdre, aime se perdre, aime se retrouver, aime la vérité et déteste la découvrir, aime l’exubérance et déteste les mondanités, aime se peindre et se déteste. Frida Kahlo est tout. Entière, dévouée et passionnée dans une souffrance qui ne s’endort jamais et qui la pousse dans les confins de sa conscience, de son âme.

 

Au fil des pages, les tableaux de la célèbre artiste deviennent le fil conducteur. Claire Berest peint une toile gigantesque et lui donne un sens, un sens fictionnel, mais un sens emprunt d’une profonde humanité. Claire Berest parle de la femme passionnelle qu’elle fut. Au cœur de cet amour toxique et fusionnel, Frida et Diego, deviennent les héros d’une romance contemporaine. Héros nantis, ils s’aiment tout autant qu’ils se haïssent.

 

Roman aussi splendide et aussi troublant, mon cœur bat encore le tempo de cette histoire intemporelle. Roman éprouvant, roman éblouissant rythmé par une plume nerveuse et doucereuse, RIEN N’EST NOIR m’a plongée au cœur du grandiose, de l’incommensurable, du bouleversant, d’une fresque où la fatalité fait rage et où l’impromptu illumine.

 

Il s’aperçoit qu’il ne lui a jamais dit que son amour pour elle était la meilleure partie de sa vie et que, maintenant, c’est trop tard. Et il se souvient qu’elle, Frida Kahlo, disait souvent ce genre de phrases avec cet air inimitable de Frida Kahlo – La mort n’est qu’un processus pour exister panzón, no ? OU encore – Nous mourrons à chaque seconde, mi hijo, alors ça ne vaut pas le coup de quitter ce monde sans être un peu amusé, si ? Et surtout – Si on aime de fol amour, alors il faut le dire très très vite, parce qu’après on meurt, non ?
Et il voit les yeux de Frida.
Ce noir plein de lumière.

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Stock.

Liz – tome 1,5 : Dangereux Désirs de G.H. David

Dark romance – livre sorti le 26 juin 2019

Editions Elixyria

Service presse

Ma note : 5/5 mention « incontournable » et « coup de cœur »

 

Je remercie les éditions Elixyria et G.H. David pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

 

Résumé : Max, jeune homme intelligent, populaire, issu d’une famille aisée, se contente d’amours ordinaires et d’amitiés simples. Mais tout n’est qu’apparences. Insensible, hermétique au désir, il reste foncièrement solitaire. Son drame : une rancœur viscérale envers un père qui, en privilégiant son ambition, a brisé sa vie.

Comme un ouragan, Élisabeth Ribes va surgir dans son existence et tout remettre en question.

Sombres révélations, obscure dépendance, on ne lutte pas contre la destinée !

 

L’avis de #Lilie : Ce tome 1,5 est un spin-off de la saga « Liz », c’est à dire qu’il se passe en parallèle du tome 1 et se termine au début du tome 2. Il est centré sur le personnage de Max et il est vrai qu’il me tardait de le lire car Max m’a beaucoup perturbée lors de ma lecture du début de la série. Il est mystérieux, gentil et semble tellement parfait qu’on est en droit de se demander s’il est réel ou s’il cache son jeu….

Max est un ami d’Alex….enfin, un ami, c’est un bien grand mot quand on les voit discuter tous les deux mais c’est grâce à Alex que Liz va faire connaissance avec lui. Tout de suite, Max va se rendre compte que Liz n’est pas une fille comme les autres mais une écorchée comme lui. Rapidement, elle va devenir une obsession pour lui car il se sent irrémédiablement attirée par elle.

Comme le roman est centré sur lui, on en apprend beaucoup plus sur sa personnalité. Contrairement à ce qu’on peut penser au premier abord, Max a lui aussi une personnalité complexe. Marqué par la vie, lié à Alex, il souffre de désirer autant Liz. Lui qui ne ressent jamais rien, le voilà pris d’un désir fou pour la femme d’une autre. Au fil des pages, on suit son « addiction » grandissante pour Liz et on se rend compte combien il souffre. D’un autre côté, on constate également à quel point ses sentiments sont entiers et purs. Il a trouvé son âme sœur…malheureusement, elle n’est pas libre pour le moment.

Même si c’est une relecture, j’ai pris autant de plaisir que la première fois à redécouvrir Max. En refermant ce roman, je n’ai qu’un mot à la bouche : « waouh !! ». Ecrit par une femme, ce tome est écrit d’un point de vue masculin et je dois dire que G.H David réussit un véritable tour de force car je me suis à de nombreuses reprises demandées si elle n’avait pas demandé à un ami d’écrire…. En effet, on a véritablement l’impression d’être dans la tête d’un homme, avec leurs pensées un peu « primaires », pour nous les filles.  Je me suis régalée lors de cette lecture et je me suis encore plus attachée à Max. Il me tarde maintenant de continuer la saga « Liz » afin de savoir comment leur relation va évoluer car je pense que Liz et Max ensemble, ça peut faire des étincelles !! Comme toujours, la plume de l’auteure est addictive, fluide et nous entraine dans un tourbillon d’émotions que l’on ne peut retenir. En effet, on rit, on pleure, on souffre aux côtés des différents personnages et surtout, on est pressé de découvrir la suite de leurs aventures !!

Pour conclure, je recommande ce spin-off à tous ceux qui ont d’ores et déjà succombé à la plume de G.H. David. Ne passez pas à côté de  ce tome car il vous apporte un nouvel éclairage sur le personnage de Max mais vous en apprend également sur Alex. Pour ceux qui ne se sont pas encore laissés tenter par la saga, n’attendez plus !!  «Liz » est un « romantic suspense » qui mêle suspense, amour et psychologie mais surtout, c’est un roman qui ne ressemble à aucun autre et qui ne vous laissera sûrement pas indifférent !

 

Retrouvez tout l’univers de G.H. David sur sa page Facebook
Retrouvez ici mon avis sur « Liz, tome 1 : Plongée obscure »
Retrouvez ce roman sur le site des éditions Elixyria

ELLE SENTAIT LA POMME ET LE PAIN CHAUD de Heather Harpham.

[ RÉCIT AUTOBIOGRAPHIQUE – 2019 ]
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Brigitte Hébert
PRESSES DE LA CITE
368 pages
Ma note : 5/5 mention « incontournable »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Une famille exceptionnelle, et un long chemin vers le bonheur.
Heather est aussi globe-trotteuse que Brian, écrivain new-yorkais, est casanier, mais leur histoire d’amour ressemble à un conte de fées. Jusqu’au jour où Heather tombe enceinte… Si Brian est sûr de son amour pour Heather, il est également convaincu qu’il ne veut pas d’enfants. De retour dans sa Californie natale, Heather accouche donc seule. Seulement, quelques heures après la naissance de Gracie, le couperet tombe : le bébé est gravement malade. Alors qu’empire la condition de la petite – seule une greffe de moelle osseuse compatible pourrait la sauver –, Brian décide de revenir aux côtés d’Heather. Et c’est ensemble qu’ils vont réfléchir à ce qu’ils sont prêts à faire pour garantir l’avenir de leur petite fille…
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Raconter son enfer, celui de sa fille, celui de sa famille et celui d’autre est un acte de bonté. Raconter en toute humilité les souffrances, les désillusions, le désespoir et l’abattement est un acte audacieux. L’apitoiement n’est point recherché, au contraire ce récit autobiographique déborde de générosité et d’ondes positives.

 

Être confronté à l’inconnu, à la maladie, s’est entré dans un monde dangereux où le moindre mot est analysé, où le moindre acte est contemplé où la moindre parcelle de page vierge est source d’inquiétude. Le monde médical est un vaste empire que nous tous redoutons. Alors que faire quand à la naissance de son enfant, son premier, est annoncé l’improbable, la maladie et que ce petit bout de chou va devoir combattre pour vivre et que ses parents vont devoir accepter l’inacceptable et prendre les décisions qui leur incombent.

 

Elle sentait la pomme et le pain chaud est une ode à l’amour indéfectible, à l’amour puissant et  porteur. Un récit tendre et objectif sur le combat et la maladie. Un récit émouvant où ce petit bout de chou comprend l’imprononçable. Un récit où les mots de cette petite fille touchent. Un récit où les doutes et les silences veulent tout dire, où les regards sont emprunts d’un détonnant mélange, la tristesse et la combativité. Un récit où les petits moments de bonheur côtoient la souffrance. Un récit humain. Un récit prenant. Un récit douloureux. Un récit révélateur : un système de santé américain qui favorise la prise en charge que d’une certaine population, mais au delà de ce constat, l’élan de générosité de milliers d’inconnus qui grâce à leur don, quel qui soit, sauvent des enfants qui ne demandent qu’à vivre, courir et rire.

 

Heather Harpham m’a touchée en plein cœur. Sa plume simple et sa manière de narrer cette épopée m’a conquise. Elle transmet la juste vérité, celle de parents prêts à tout, celle d’une enfance tragique, celle d’un quotidien scruté à la loupe, celle de l’attente, celle du doute et du désespoir. Un récit où tout est bienveillance, où la générosité contre balance l’horreur, où l’amour transcende.

 

A lire absolument !
Narrateur et auditeur ont un devoir commun : croire. Aussi tragique que soit l’histoire. Croire. Croire et se souvenir ; se souvenir et croire. Parce que mémoire et acceptation sont tout ce que nous avons à donner. Parce qu’on n’a pas d’autre choix.
 
Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… sur le site Lisez.com !

… le site de Heather Harpham.

CHASSEURS DE LUMIÈRE de Tyler Knott Gregson.

POÈMES DE LA MACHINE A ÉCRIRE
Nouveauté 2019
Traduction de l’anglais (États-Unis) par Clémentine Beauvais
Éditions PRESSES DE LA CITE
152 pages
Ma note : 5/5 mention « wouahhhh et incontournable 2019 »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Un jour, en flânant dans une brocante, Tyler Knott Gregson tombe sur une vieille Remington. Là, debout, sur une page arrachée d’un livre, il tape sans réfléchir. Sous ses doigts naît le tout premier poème de la série de la machine à écrire. Il est aussitôt séduit par cette singulière incapacité à effacer, à retravailler. Par le reflet de son esprit sur cette page, imparfait et sincère. Dans un monde numérique, tenir dans sa main des mots analogiques, c’est pour lui comme une respiration. Quelques années et près d’un millier de poèmes plus tard, publiés sur Instagram et rassemblant toujours plus de Followers, l’auteur a réuni les plus pertinents dans ce recueil devenu depuis un best-seller dans plusieurs pays.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
La poésie est loin d’être mon genre de prédilection. Depuis la création du blog, il me semble que c’est le troisième recueil de poèmes que je met en avant.

 

Depuis ma découverte du recueil de poèmes de Rupi Kaur « lait et miel », je suis à l’affût. Et en voici un nouveau qui a attiré mon attention et j’ai bien fait de suivre mon pressentiment.

 

Tyler Knott Gregson, globe-trotter, photographe et amoureux des mots, propose ici une partie de ses créations que nous pouvons suivre sur son compte instagram.

 

La poésie est en générale assez mystérieuse pour moi. Son interprétation peut être floutée par l’incompréhension imagée, par le sens et les tournures des mots et je pense, vraiment que le ressenti personnel rentre en compte, bien plus que dans la littérature générale.

 

Ce que j’aime avant tout dans la poésie, c’est la manière intrinsèque et intimiste qui va animer mon cœur au rythme des mots. Il y a ce quelque chose de totalement naïf, d’accaparant et d’humilité qui brise les chaînes que nous nous imposons.

 

Tyler Knott Gregson a su faire pleurer mon cœur. Pleurer de douceur et de beauté. Pleurer d’amour et de passion. Pleurer de tristesse et de déchirement. Pleurer de douleur et de joie.

 

Porté par une plume subtile, mélancolique et naturelle, Tyler Knott Gresgon emporte ses lecteurs aux doux sons d’une musique apaisante et singulière où la nature, le simple et le merveilleux ne forment qu’un pour célébrer un amour vibrant, libre et sincère. Il trace ce chemin qui nous conduit vers une lumière où seul l’importance du simple rayonne. Il capte et capture ces instants précieux et éphémères traduisant la simple beauté éternelle.

 

Un recueil de poèmes contemporains et modernes pouvant enchanter les plus récalcitrants à l’exercice métaphysique qu’il impose. Une mise en page attrayante où le moindre détail a une particularité. La traduction par Clémentine Beauvais est sublime.

 

Un voyage inoubliable pour ma part. Un de ceux qui grignote l’âme pour y graver des lettres d’or.

 

Une chronique de #Esméralda.
 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… sur le site de Lisez.com.

… l’univers de Tyler Knott Gregson.

Live to Love, Saison 2, Tome 1 : La puissance de l’argent de Shana Keers

Romance érotique – Livre sorti le 4 juin 2019

Auto-édition

Service Presse

Ma note : 4,5/5 mentions « à découvrir sans attendre » et « incontournable 2019 »

 

Je remercie Shana Keers pour sa confiance et pour m’avoir confié la réédition de son roman en service presse.

Résumé : Libérés de leurs secrets, Elisa et Thomas s’attendent désormais à devoir livrer un nouveau combat : celui de l’acceptation de leur amour par Jack Andrews, le père psychorigide de ce dernier.
Ils sont prêts, du moins, ils le croient. Mais lorsque Thomas se retrouve à assumer plus tôt que prévu la direction française d’« Andrews Corp. », son passé lui saute en plein visage. Tout bascule et il est entraîné dans un tourbillon infernal au cours duquel la pire des surprises risque bien de l’achever.
La puissance de l’amour viendra-t-elle à bout de la puissance de l’argent et de toutes ses dérives ? 

 

L’avis de #Lilie : Après une saison 1 qui m’avait époustouflée, j’avais une petite appréhension avant de me lancer dans cette saison 2… En effet, j’avais peur de ne pas retrouver la petite étincelle, de ne pas être autant emportée, bref, je craignais d’être déçue… Mais je vous rassure tout de suite, ce début de saison 2 m’a enthousiasmée et je vais vous expliquer pourquoi !

Nous retrouvons Thomas et Elisa après un séjour chez les parents d’Elisa, enfin libérés de leurs secrets. Pourtant, un petit rien va gripper cet amour qui ne demande qu’à s’épanouir et leur parcours sera truffé d’embuches… Thomas a pris la direction de l’entreprise familiale et il a bien du mal à concilier sa vie professionnelle avec sa vie amoureuse. Pourtant, Elisa a pris une place centrale dans son existence mais il n’arrive pas à gérer… d’autant plus qu’un mystérieux corbeau va faire son apparition et fera douter la jeune femme….

Thomas a beaucoup évolué entre les deux tomes. Fou amoureux, prévenant avec sa bien-aimée, il a encore du mal à s’extraire de l’emprise de son père. Ainsi, la gestion de sa vie va bien vite se révéler catastrophique et il aura du mal à rassurer Elisa. Cette dernière a bien grandi ; plus sûre d’elle, elle n’hésite plus à s’affirmer en tant que femme. Néanmoins, ses problèmes de confiance sont toujours là et elle aura bien du mal à faire taire ses démons face aux épreuves qui l’attendent. Par moment, j’ai eu du mal à comprendre ses réactions : en effet, Thomas n’a jamais caché son passé de séducteur et elle a bien du mal à accorder sa confiance mais pourtant, il fait tout pour la rassurer. Il me tarde de lire le tome 2 car j’ai laissé notre couple vedette dans une situation assez critique…..

Encore une fois, la magie a opéré lors de cette lecture. La plume de Shana Keers est toujours aussi efficace, visuelle et les scènes de sexe sont toujours aussi torrides! Elles sont très présentes tout au long de l’intrigue mais elles ne prennent pas le dessus sur le déroulé de l’histoire qui se poursuit sur les chapeaux de roue ! Au niveau de la narration, on alterne entre Thomas et Elisa, ce qui nous permet d’en savoir plus sur leurs ressentis et leurs émotions. Cette saison met également en lumière les difficultés que l’on peut avoir, parfois, à se défaire de son passé et l’omnipotence de certaines traditions familiales.

Pour conclure, ce début de saison est explosif et très prometteur. J’avoue m’être lancée dans la foulée dans le tome 2 afin de connaitre, enfin, le dénouement de cette saga. En même temps, j’appréhende un peu de lire la fin de cette belle histoire car les personnages sont très attachants et l’intrigue est parfaitement ficelée, sans temps morts et ne nous laisse aucun moment pour reprendre notre souffle.

Retrouvez tout l’univers de Shana Keers en cliquant ici

Retrouvez cette romance sur Amazon en cliquant ici

Retrouvez mon avis sur « Live to love, saison 1, tome 1 : la puissance des secrets » ici

Retrouvez mon avis sur « Live to love, saison1, tome 2 : la puissance des secrets » ici

 

 

ESME, Tome 1 de Farah Anah.

[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019]
Tome 1/2
BLACK INK Editions
382 pages
Ma note : 5/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle
 
Le résumé :
La gringa, c’est ainsi qu’ils m’appelaient dans le quartier.
Pestiférée, je n’avais que douze ans et mes perspectives d’avenir étaient nulles, jusqu’à ma rencontre avec lui.
Abain m’a sauvée, Abain a fait naître non seulement l’espoir, mais la passion en moi. Nous étions inséparables, il était ma moitié, d’amour et d’amitié, ma raison quand j’égarais la mienne, me rattrapait au bord de ces gouffres où, par sa faute, je manquais de déraper. Sa main tendue, son regard chargé de promesses d’un futur meilleur étaient en réalité… un poison.
Je l’ai compris lorsque sans aucune explication, il a disparu de ma vie. Quand je l’ai aperçu des années plus tard, ce jour d’été, sur mon lieu de travail, subissant la brûlure de son indifférence.
Pourquoi m’a-t-il abandonnée ? Pourquoi revenir ainsi dans ma vie ? Et, bon sang, qui est cette femme avec lui ?
Ne subsistent plus que des interrogations qui me feront sombrer dans une tortueuse tragédie
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Elle n’était rien. Juste une gamine squattant les marches de son perron attendant que les heures défilent. Attendant que l’on oublie. Griffonnant sur son cahier rempli de pages aux dessins tristes et sans vie. Esme n’a de courage que sa force à se contenir, à vivre dans ce milieu hostile où aucune main ne lui est tendue où les regards et les mots meurtrissent son âme d’enfant qui ne demandait qu’à rester pur. Esme est seule. La gringa n’est qu’un mot au milieu de tant d’autres. Une éphémère salie par la connerie des adultes.

 

Jusqu’au jour où l’insolite se produit. Lui, le blanc bec, qui lui jette des mots ni méchants ni gentils, lui qui s’avance et lui propose un pacte. Abain est ni un Don Quichotte ni un super héros et encore moins Dieu. De cinq ans son ainée, Abain est un jeune homme hors norme qui prend sous son aile la petite Esme de douze ans. Abain et sa famille « normale » l’accueillent sans question et la main sur le cœur. Les mois passent et cette famille chaleureuse devient son refuge où les rires réchauffent son cœur, où les chamailleries sont bon enfant. Esme s’épanouit sous cette protection. Elle commence à rêver d’un autre monde avec lui. Elle voit plusieurs avenirs un de ceux où la misère ne serait qu’un lointain souvenir. Et puis du haut de ses treize ans, elle tombe éperdument amoureuse. Une relation interdite qui éclot dans cette profusion de sentiments. Une relation aussi belle que toxique. Un amour aussi puissant que destructeur. La rue, le drame, l’abandon, le silence, la peur consument ces deux amants maudits. Qu’adviendra t-il d’eux ?

 

Puissant et déstabilisant, la nouvelle romance de Farah Anah va te faire sortir de tes gonds, te faire ronger les ongles jusqu’aux sangs et te faire crier de désespoir. Un romantic suspense qui mêle l’improbable et la raison d’une manière dérangeante. Et c’est totalement époustouflant. Alternant entre le passé et le présent, l’atmosphère s’alourdit. Au fur et à mesure que l’on découvre les éléments clés qui composent une vie aussi belle que dure. Le danger, la colère, l’incompréhension s’insinuent. Une relation de non-dits, de vérités cachées, de mensonges étouffent toute once espoir. Les larmes, les cris et l’amour se hurlent dans un concert de notes dérangeantes et agonisantes. Si seulement cette rage pouvait éclater de mille feux, pouvait embrasser ses deux âmes sœurs, les consumer et les révéler. On se sentirait soulagées. Farah Anah signe un romantic suspense inoubliable. Un premier tome qui ne dévoile que le strict minimun, laissant en suspension l’essentiel. Nous portant vers un final tonitruant, touchant et scotchant ! Une plume qui sait jouer entre le sombre et le merveilleux. Une plume qui d’une manière subtile sait jouer avec la toxicité de l’amour et la psychologie des personnages.

 

C’est dingue ! C’est fou ! C’est hallucinant ! C’est touchant ! C’est énervant ! C’est rageant ! Mais qu’est-ce que j’ai pu adorer ! Une des meilleurs romantic suspense qui m’a été permise de lire.

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des Black Ink Editions.

… mes avis sur deux autres romans de Farah Anah (clique sur la couverture)

 

… le book-trailer

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

Entre deux mondes d’Olivier Norek

Polar – livre sorti le 08/11/18

Éditions Pocket

Lecture personnelle

Ma note : 5/5 mention « incontournable 2019 »

 

Résumé : Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l’attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu’il découvre, en revanche, c’est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n’ose mettre les pieds. Un assassin va profiter de cette situation. Dès le premier crime, Adam décide d’intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est flic, et que face à l’espoir qui s’amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d’ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

 

L’avis de #Lilie : Comme nombre de lecteurs avertis, j’ai beaucoup entendu parler d’Olivier Norek ces dernières années, que ce soit sur la blogosphère, dans les salons littéraires ou en librairie. Ainsi, pour faire connaissance avec sa plume et son écriture, j’ai décidé de me laisser tenter par un de ses one-shot, son quatrième roman qui, même s’il a été primé, a fait débat parmi ses lecteurs. Pour ne rien vous cacher, j’étais loin d’imaginer ce que j’allais ressentir lors de cette lecture…. Quelle claque ! Quelle découverte !

Dans ce livre, nous faisons, d’un côté, connaissance avec Adam, qui a fuit la guerre et qui espère retrouver sa femme et sa fille dans la jungle de Calais. Là-bas, il fait connaissance avec Kilani, un petit garçon isolé, et ils se rendent compte qu’au cœur du pays des droits de l’Homme, la jungle est une zone de non-droit. D’un autre côté, nous allons suivre Bastien, un policier français qui vient d’arriver à Calais et qui va découvrir les us et coutumes du secteur. Pourquoi ces deux hommes vont-ils avoir besoin l’un de l’autre ? Adam va-t-il retrouver sa famille ? Comment Kilani va-t-il bouleverser son quotidien ?

Une des forces du roman est, selon moi, le charisme dégagé par les protagonistes. Il y a tout d’abord Adam, ancien flic en Syrie qui décide de fuir son pays et qui découvre, à Calais, une jungle où la loi du plus fort est la seule manière de s’imposer ; il y a ensuite Bastien, le flic français, qui découvre qu’à Calais, on fait ce qu’on peut mais surtout que les migrants, c’est à la fois le problème de tout le monde et le problème de personne. Et enfin, il y a Kilani, ce petit bonhomme sauvé par Adam, qui cache au fond de lui bien des secrets, des secrets très lourds pour un enfant de son âge. Entre eux trois, un lien va se créer, des valeurs communes vont se dégager et d’une manière un peu inattendue, leurs destins vont être liés.

Ce livre m’a beaucoup marqué. Tout d’abord, cela faisait un petit moment que je n’avais pas trouvé une histoire qui me captive autant. Certes, le sujet est lourd, la violence est présente au fil des pages et pourtant, dès que je le pouvais, je n’avais qu’une envie, me replonger dedans afin d’en savoir plus. La plume de l’auteur est efficace, vive et très visuelle. Ainsi, on est plongé au cœur du régime syrien puis de la jungle de Calais et je vous préviens, aucun détail ne vous sera épargné. Ce livre a un côté dérangeant, à cause du thème abordé. Pourtant, pour ma part, j’ai trouvé qu’il était magistralement traité car l’auteur arrive à nous décrire ce qui se passait dans cette jungle sans prendre vraiment parti. En effet, on aurait pu tomber dans des clichés larmoyants ou extrêmement revendicatifs…. Là, tel un journaliste, il montre à travers sa plume un état de fait et amène le lecteur à s’interroger… ou pas ! Je dois avouer que quelques scènes m’ont scotchée et j’ai dû poser le livre pour reprendre mon souffle et sécher quelques larmes qui me montaient aux yeux. Alors oui, Olivier Norek met les pieds dans le plat avec ce livre qui a su trouver son public… mais aussi de nombreux détracteurs. Mais dans tous les cas, je pense qu’on ne ressort pas indemne de cette lecture car elle est très prenante émotionnellement parlant et ne laisse personne indifférent.

Pour conclure, vous l’aurez compris, je recommande chaudement la lecture d’ « Entre deux mondes » à tous ceux qui ne connaissent pas encore la plume de l’ancien flic du 93 devenu écrivain. En abordant le thème des migrants, il a pris un risque mais pour moi, ce roman est surtout l’occasion de s’interroger justement sur notre société et sur notre manière de gérer les flux humains qui devraient, malheureusement, augmenter au fil des ans et au gré du réchauffement climatique. Âmes sensibles s’abstenir, ce roman est un vrai coup de poing émotionnel qui vous marquera à coup sûr !

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Pocket