A cœurs rompus de Cindy Lia

à coeurs romus

Romance contemporaine – livre sorti le 2 avril 2019

Editions Plumes du Web

Lecture personnelle

Ma note : 5/5 mentions « coup de cœur » et « incontournable 2019 »

 

Résumé : Six ans plus tôt, Elly fait la connaissance d’un mystérieux inconnu lors d’une soirée étudiante. Malgré sa nature douce et prudente, impossible pour elle de résister à l’attraction qui les unit. S’ils décident de ne pas offrir de lendemain à leur coup de folie, la vie, elle, ne cesse de les remettre sur le même chemin.

Luttant contre cette torride alchimie, loin de ses principes habituels, Elly tente inlassablement de fuir cette attirance pour un homme dont elle ne sait pratiquement rien. Jusqu’au jour où sa vie bascule. La seule échappatoire à sa détresse réside alors dans ses bras à lui

 

Mon avis : Lors de ma lecture du précédent roman de Cindy Lia, j’avais été scotchée. Là, dans le registre romance, je ne savais pas trop à quoi m’attendre….et bien ne faisons pas durer le suspense, la magie a de nouveau opéré et j’ai de nouveau été totalement embarquée par ma lecture !

Nous faisons ici connaissance avec Elly, une jeune fille introvertie, bonne élève, qui semble avoir un plan de vie mais aussi un fardeau sur les épaules. Un soir, obligée de participer à une soirée, elle rencontre un inconnu qui lui fait perdre la tête. Ils se retrouvent de nouveau quelques mois plus tard puis six ans après. Entre eux, toujours cette attirance mais aussi beaucoup de mystères. En effet, même si l’alchimie est là, ils ne savent rien l’un de l’autre. Pourquoi le destin les rassemble-t-il en permanence ? Cette attirance peut-elle se transformer en relation ? Quels secrets cachent-ils ?

Elly est une jeune femme sérieuse, travailleuse et qui entretient une relation ambiguë avec sa mère. Elle est docile, n’aime pas se faire remarquer et essaie toujours de faire au mieux. Décrite comme cela, on pourrait la penser faible. Au contraire, je l’ai trouvée très forte car elle est capable de s’effacer afin d’essayer de faire le bien autour d’elle. Elle subit beaucoup de malheurs tout au long de sa jeune vie et sa rencontre avec son mystérieux inconnu va être sa bouffée d’oxygène ! Ce dernier est le parfait mélange entre l’homme viril et l’homme attentionné. En effet, à chaque rencontre avec Elly, il va chercher à prendre soin d’elle et il va peu à peu essayer de faire tomber les murs de protection qu’elle a érigée autour d’elle. Peu habituée à vivre sereinement, elle a du mal à se livrer et à faire confiance. Cet homme mystérieux, je n’ai pas envie de trop en dire pour ne pas vous gâcher l’effet de surprise mais j’ai aimé son côté prévenant mais aussi ses fêlures et le poids de tout ce qu’il doit assumer.

Vous l’avez compris, je me suis régalée lors de cette lecture. Ce roman est un véritable « page-turner » addictif et impossible à poser avant de l’avoir terminé. La plume de l’autrice est efficace et vous embarque dans un tourbillon émotionnel incroyable. Au fil des pages, j’ai souri, j’ai été émue, j’ai eu la boule au ventre et j’ai même eu quelques larmes qui ont coulé. La romance est au cœur de l’histoire mais l’intrigue est développée pas à pas. Entre les protagonistes, rien n’est précipité et ils prennent le temps de construire leur relation, malgré les mystères qu’ils cachent tous deux. Cette histoire est aussi l’occasion de mettre en lumière le poids des héritages familiaux et des secrets de famille qui peuvent être dévastateurs. A aucun moment, je ne me suis ennuyée et j’ai tourné, à regret, la dernière page de ce roman.

Pour conclure, « à cœurs rompus » est, pour moi, un incontournable de la romance française. Si vous aimez les belles histoires d’amour originales, qui tiennent en haleine, n’hésitez pas à vous plonger dans l’histoire d’Elly et de son bel inconnu, je n’ai aucun doute sur le fait que vous serez conquis. Pour ma part, j’ajoute définitivement Cindy Lia dans la liste des autrices à suivre et il me tarde déjà de la relire !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Plumes du Web
Retrouvez également « à coeurs rompus » sur Amazon

Publicités

L’oiseau rare d’Émilie Collins

oiseau rare

Romance contemporaine – Livre sorti le 15 mai 2019

Editions BMR

Service presse

Ma note : 5/5 mentions « coup de coeur » et « incontournable 2019 »

 

Je remercie Émilie Collins et les éditions BMR qui, via la plateforme NetGalley, m’ont permis de découvrir ce roman en service presse.
Résumé : Une poignée d’habits détrempés, une voiture au réservoir à moitié plein et sa chienne Sita, voilà tout ce qu’il reste à Zélie. Mise à la porte de chez elle après une dispute houleuse, sans personne sur qui compter, elle décide de suivre la trace d’une mystérieuse lettre qui la conduit dans un petit village de campagne.
Là-bas, le pire se produit, et Sita est renversée par un chauffard. C’est alors que Mathias, jeune vétérinaire qui habite en face, prend sous son aile l’animal blessé et sa maîtresse. Mais la plus cabossée des deux n’est pas celle que l’on croit. Tout le village va bientôt s’occuper de la jeune fille farouche qui va vite s’avérer être un souffle puissant pour dépoussiérer les blessures et les secrets.

 

Mon avis : Ayant déjà lu une romance d’Emilie Collins, j’avais des attentes avant de débuter cette lecture. Le résumé s’annonçait prometteur, je me suis donc lancée le cœur léger et pourtant, je n’étais pas prête à l’ouragan émotionnel qui m’a saisie et emportée.
L’histoire commence sur une grosse dispute au cours de laquelle Zélie est chassée de chez elle par son conjoint. Il ne lui reste que quelques affaires détrempées, un ordinateur explosé, sa chienne Sita, sa voiture et une mystérieuse lettre venant d’un notaire. Elle décide donc d’aller le trouver. Arrivée sur place à la nuit tombée, sa chienne va être renversée par un chauffard et elle va tomber malade. Heureusement, le destin va mettre sur sa route Mathias, le vétérinaire du village, qui va prendre soin d’elles. Mais Zélie est-elle prête à faire confiance ? Quelle est son histoire ? Et pourquoi Mathias est-il si gentil avec elle ? N’attends-t-il pas quelque chose en retour ?
Au départ, j’ai eu un peu peur du personnage de Zélie. En effet, une héroïne tourmentée par son passé peut vite devenir caricaturale voire exaspérante. Mais ici, il n’en est rien. J’ai été très touchée par cette jeune femme qui n’a pas été épargnée par la vie et qui a du mal à faire de nouveau confiance. Entière, altruiste et pétillante, elle a hissé de hautes murailles autour de son cœur car elle a trop souvent été déçue et elle a peur de décevoir. Au côté de Mathias, elle va se rendre compte que tout n’est pas écrit d’avance. Concernant ce dernier, c’est un jeune homme généreux et protecteur qui va se prendre d’affection pour Sita….mais aussi sa propriétaire ! Touché par la solitude de la jeune femme, il va tout faire pour lui redonner le sourire et son cercle d’amis va vite l’accepter. Très rapidement, on sent une alchimie et une complicité se développer entre eux mais rien ne va aller trop vite et j’ai pris plaisir à voir cette relation se développer, non sans quelques embûches. Je ne peux m’empêcher de parler également d’Adélaïde, la maîtresse à la retraite, ou Timothé, le médecin et meilleur ami de Mathias, ou Christine, la « maîtresse tornade ». Tous ces personnages ont leur importance dans l’histoire et il est agréable de voir que toute la lumière n’est pas mise que sur les deux protagonistes principaux.
Je pense que vous l’avez déjà compris mais j’ai eu un gros coup de cœur pour cette romance. En effet, j’ai apprécié de lire une belle histoire où les bons sentiments sont mis à l’honneur. Les deux protagonistes ont des parcours de vie assez simples, même si Zélie a connu des hauts et des bas. Ils sont tous les deux sincères et cherchent à vivre heureux. Si vous ne connaissez pas la plume d’Emilie Collins, je vous conseille chaudement ce roman. Sa plume est vive, efficace et vous touche en plein cœur. Je me suis enthousiasmée, j’ai ri, j’ai pesté mais j’ai aussi pleuré au cours de ma lecture et surtout, j’ai eu beaucoup de mal à poser ma liseuse avant de connaître le dénouement. Enfin, l’autrice profite de cette histoire pour mettre en lumière les relations toxiques, et leurs dégâts, mais aussi le fait que la générosité et l’esprit de « famille » existent toujours.
Pour conclure, je ne peux que recommander la lecture de « l’oiseau rare » à tous ceux qui cherchent une belle histoire d’amour, remplie de bons sentiments, qui fait du bien au moral, sans tomber dans les clichés habituels. Venez trouver Mathias et son « petit moineau » et vous verrez que vous refermerez ce roman avec le sourire mais aussi avec une petite pointe de tristesse à l’idée d’abandonner tous ces personnages attachants.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des éditions BMR
Retrouvez-le également sur le site d’Amazon

 

Le temps qu’il nous reste de Francia Place

le temps qu'il nous reste 2.jpg

Littérature française – Livre sorti le 24 mars 2019

Autoédition

Service presse

Ma note : 4,5/5 mention « incontournable 2019 »

 

Je remercie Francia Place qui m’a permis, via la plateforme Simplement Pro, de découvrir ce roman et me l’a confié en service presse.

Résumé : Que feriez-vous s’il ne vous restait plus que six mois à vivre ?

C’est la question que se pose Savannah quand elle apprend cette terrible nouvelle : que faire de ces six derniers mois ? Vivre à fond ou mourir tout de suite ? Elle n’en a aucune idée…

Ce dont elle n’a aucune idée non plus, c’est que ses amis ont décidé de prendre les choses en main.

Pour faire des six derniers mois de Savannah les plus beaux de toute son existence, et dans l’espoir qu’elle guérisse, en cachette ils lancent une cagnotte Ulule. Le but de cette cagnotte : réunir l’argent dont ils ont besoin afin de réaliser les rêves de leur amie. Très vite, le projet prend une ampleur considérable. Des milliers de personnes se joignent à leur cause via les réseaux sociaux. Des milliers de personnes qui vont les suivre dans cette course à la vie. Dans un ultime combat contre la mort…
Est-ce que cet élan incroyable d’amour, de soutien et de solidarité suffira à la sauver ?

 

Mon avis : A la lecture du quatrième de couverture, je me doutais que ce ne serait pas une lecture très joyeuse… finalement, je dois vous dire que ce livre m’a beaucoup surpris car je ne m’attendais pas à tout ce que j’ai ressenti.

Savannah est une jeune femme de 26 ans qui apprend qu’elle va mourir dans 6 mois. Elle partage cette douleur avec ses amis qui décident de l’aider à profiter de ses derniers mois en réalisant ses rêves. Grâce à un incroyable élan de solidarité, Savannah va vivre d’incroyables aventures avec ses amis.

Savannah est une jeune femme comme les autres, qui a ses amis et des parents qui l’aiment. Auto-entrepreneur, elle s’est construite seule et se rend compte lors du diagnostic de son médecin qu’elle n’a pas assez profité de la vie. Son groupe d’amis compte beaucoup pour elle et surtout, leurs différences fait leur force.

Ce livre est magnifique et la plume de Francia Place très efficace. En effet,  dès qu’on l’a commencé, on est transporté dans l’histoire de Savannah et de sa petite troupe. Je vous préviens, ce roman vous embarque dans un tourbillon émotionnel incroyable. En effet, on passe du rire aux larmes en quelques pages et on ne peut s’empêcher de poser, par moment, la liseuse pour s’interroger sur sa propre vie et ses choix. L’autrice met ainsi en lumière le thème du temps qui passe et de l’importance de la direction que l’on souhaite donner à notre existence. Bien souvent, on se laisse bercer par la routine du quotidien mais laissons-nous encore de la place à nos rêves ? Je vous laisse y réfléchir… Francia Place aborde également les thèmes de l’amitié et de la solidarité. Le lien qui unit Savannah et ses amis est incroyable et met en lumière l’importance de nos amis, famille de cœur, qui nous permet fréquemment de surmonter les épreuves de la vie. La note positive concerne la solidarité rendue possible par les réseaux sociaux. Dans ce monde qui paraît de plus en plus individualiste, on se rend compte que lors de gros drames, la solidarité existe toujours. Enfin, le pouvoir dans réseaux sociaux est également mis en avant, tout en subtilité, que ce soit dans le positif ou le négatif.

Pour conclure, vous l’aurez compris, je me suis régalée lors de cette lecture et je recommande chaudement cette lecture à tous ceux qui cherchent une belle histoire qui prend aux tripes. Venez suivre les aventures de Savannah et de ses amis et espérer, rêver, pleurer à ses côtés. Je vous préviens, cette lecture ne vous laissera pas indemne, émotionnellement parlant, mais vous ressortirez de celle-ci avec l’impression d’avoir vécu un beau moment de lecture.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers de Francia Place sur sa page Facebook ici!
Ce livre vous donne envie ? Retrouvez-le sur Amazon

 

Simplement pro

TOUTE UNE VIE ET UN SOIR de Anna Griffin.

 

 

[ LITTÉRATURE CONTEMPORAINE IRLANDAISE – Nouveauté 2019 ]
Traduction de l’anglais (Irlande) par Claire Desserrey
DELCOURT LITTÉRATURE
272 pages
Ma note : 5/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle
 

 

Le résumé :
Dans une bourgade du comté de Meath, Maurice Hannigan, un vieux fermier, s’installe au bar du Rainsford House Hotel. Il est seul, comme toujours – sauf que, ce soir, rien n’est pareil : Maurice, à sa manière, est enfin prêt à raconter son histoire. Il est là pour se souvenir – de tout ce qu’il a été et de tout ce qu’il ne sera plus. Au fil de la soirée, il veut porter cinq toasts aux cinq personnes qui ont le plus compté pour lui. Il lève son verre à son grand frère Tony, à l’innocente Noreen, sa belle-soeur un peu timbrée, à la petite Molly, son premier enfant trop tôt disparu, au talent de son fils journaliste qui mène sa vie aux États-Unis, et enfin à la modestie de Sadie, sa femme tant aimée, partie deux ans plus tôt. Au fil de ces hommages, c’est toute une vie qui se révèle dans sa vérité franche et poignante…
Un roman plein de pudeur et de grâce qui contient toute l’âme de l’Irlande.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

Aujourd’hui, les gens adorent parler. Dire ce qu’ils ont sur le cœur. Comme si c’était facile. Les hommes, en particulier, se font beaucoup reprocher de pas faire leur part dans ce domaine. Pour ce qui est des Irlandais… Crois-moi sur parole, ça s’arrange pas avec l’âge. C’est comme si on s’enfouissait toujours plus loin dans notre solitude. Pour régler nos problèmes nous-mêmes. Tous ces hommes assis seuls au comptoir, remâchant en boucle les mêmes pensées. Si t’étais à côté, fiston, tu entendrais rien de tout ça. Je saurais pas par où commencer. Dans mon cerveau, tout est clair, mais le clamer devant tout le monde, à quelqu’un d’autre ? On n’a pas été élevés comme ça. On nous l’a pas appris à l’école. Ni prêché depuis la chaire. Après on s’étonne qu’à 30, 40 ou 80 ans, on soit pas capable de s’y mettre.

 

Il est l’heure pour Maurice Hannigan de lever cinq fois le coude aux personnes qui ont fait de sa vie un long parcours paisible. Cinq toasts à cinq personnes qui lui sont le plus chères. Hannigan du haut de ses 80 piges, délivre tout au long de cette soirée mémorable, un long message touchant et poignant sur sa vie. En bon irlandais qu’il est, dévoilé ses sentiments, ses états d’âme, ses pensée les plus intimes, ses doutes, ses craintes et ses fous rires, est un sacré challenge.
 

 

Accoudé au bar qui a connu tant d’hommes esseulés, ivres, joyeux et en colère, Hannigan se lance dans le récit d’une vie conditionnée par la rudesse de la terre irlandaise. Puisant le courage au fond de ses tripes et poussé par ce besoin irrépressible de confidence, Hannigan déverse un flot de souvenirs, des bons comme des mauvais, une effluve douce, captivante et généreuse qui est agréable de suivre.

 

Je me suis installée à son côté, regardée dans les yeux cet homme humble prêt à un dernier voyage extraordinaire. Je l’ai écouté religieusement, comme si cet aparté entre nous était un moment sacré et unique. Et j’ai vu sur les traits de son visage et à ses mains battant le bois et triturant ses poches, que ses mots emprunts d’une honnêteté sans faille me bouleverseraient et me passionneraient. Être témoin de cet instant est magique et naturel, comme si c’était le bon moment.

 

Notre balade débute avec une bouteille de Stout, levée en l’honneur d’un frère parti bien trop tôt. « Contre le reste du monde », était leur mantra préféré, bravant ainsi la rudesse de la vie et de la terre et des patrons tyranniques. Avec son frère tout était possible, rien était impossible.
Suivie d’un verre de Bushmills, levé à sa petite fille qui n’a jamais pu connaitre. Un verre amer rempli de reproche, d’amertume et de déception. Une petite fille qui continuera de vivre dans son cœur meurtri et qui deviendra une confidente silencieuse et actrice lors de ses prises de décision.
C’est à nouveau avec une bouteille de Stout, que Hannigan porte son troisième toast dédié à sa belle-sœur. La sœur cadette de sa femme est un rayon de soleil de simplicité et de bonheur.
Suivi de l’incontournable Jefferson’s Presidential Select dédié à son fils sur lequel il s’épanche sur son rôle de père qui n’a pas été à la hauteur.
Et pour finir un Whiskey Midleton au souvenir de sa tendre femme.

 

Anna Griffin signe un premier roman aussi charmant que nostalgique. Une virée inoubliable au côté d’un homme qui se confie. Une nuit pour relater toute une vie remplie de joie, de bonheur, d’austérité, de malheur. Une vie simple où le courage, le labeur l’ont dirigé un long moment, où les mots finissent par avoir une signification, un exutoire, un lâcher prise qui prend alors toute son importance. Une histoire émouvante et captivante dont j’ai pris plaisir à la découvrir. Une lecture intense qui est loin de me laisser indifférente. Il est étranger d’être témoin de ses confessions. Elles reflètent l’âme d’un homme et de son pays, de ces temps d’autrefois et d’aujourd’hui et de cet amour fusionnel et unique longtemps gardé dans ce cœur façonné par l’inutilité de dire simplement les choses importantes.

 

La plume d’Anne Griffin est d’une subtilité attendrissante et d’une honnêteté à tout épreuve. Une harmonie communicative qui transcende et émerveille autant qu’elle interroge. La traductrice a fait un travail fantastique.

 

TOUTE UNE VIE ET UN SOIR est une très belle découverte. Un premier roman magnifique qui peint un portrait saisissant d’un homme qui saura vous toucher en plein cœur.

 

#Esméralda

 


 

 

Je remercie les éditions Delcourt Littérature pour leur confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Delcourt Littérature.

Ne crois pas que tu m’aimes d’Alfreda Enwy

20190429_151440

New adult – Livre sorti le 3 avril 2019

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « incontournable 2019 »

 

Tout d’abord, je tiens à remercier Mélanie des Editions Harlequin pour sa confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : Il l’a toujours protégée… mais parviendra-t-il à la sauver de lui-même ?
Il s’appelle Mao, elle s’appelle Autumn. Depuis qu’ils se sont rencontrés, enfants, dans ce parc, ils sont inséparables.
Pour Mao, cette amitié est plus importante que tout. Pour Mao, Autumn est la fille la plus précieuse qui soit. Et il doit à tout prix la protéger de la dureté du monde ; ce monde contre lequel il se bat plusieurs soirs par semaine, sur un ring qui n’attend que de voir couler son sang. Car Mao est étudiant le jour, expert des combats clandestins la nuit, et un enfoiré de première… tout le temps. Alcool, filles, fêtes, il voit la vie comme un jeu dans lequel tout est permis… ou presque. Car, quand il prend conscience qu’Autumn est une jeune femme séduisante avant d’être l’amie drôle et attachante qu’il a toujours connue, il comprend que, pour une fois, il va devoir respecter certaines limites. Pour préserver leur amitié, mais aussi et surtout pour protéger Autumn de lui-même…

 

Mon avis : Adepte de la plume d’Alfreda Enwy, je n’ai pas longtemps hésité avant de me décider à me lancer dans cette intégrale assez impressionnante (presque 600 pages). Très rapidement, les pages se sont tourné toutes seules et il ne m’a pas fallu longtemps pour arriver au bout.

Autumn est une jeune femme qui n’a pas été gâtée par la vie. En effet, elle vit avec son petit frère,Dustin, et sa petite soeur, Avery, et essaie de pallier l’absence de sa mère, toxico et peu présente dans la vie de ses enfants. Quand elle était enfant, elle a, un jour, fait la connaissance de Mao, jeune garçon d’origine japonaise et qui connait, lui aussi, une enfance difficile. Entre eux, une amitié forte apparaît et perdure au fil des ans. Pourtant, Autumn va peu à peu voir Mao comme un jeune homme séduisant tandis que lui court de filles en filles. Alors entre eux, est-ce vraiment que de l’amitié ou est-ce le sentiment amoureux qui les unit ? Autumn pourra-t-elle trouver de la place pour Mao, dans sa vie déjà si compliquée ? Et Mao, peut-il être l’homme d’une seule femme ?

Autumn a très vite appris à se débrouiller toute seule pour subvenir aux besoins de Dustin et Avery. C’est une jeune femme sérieuse, volontaire et qui aime se débrouiller par elle-même. Elle ne prend pas de temps pour elle et se consacre entièrement à ses proches. Elle est également un peu complexée par sa couleur de cheveux, des cheveux couleur d’automne, qui font pourtant fantasmer de nombreux garçons. Et Mao n’échappera pas à cette évidence. Ayant grandi avec elle, il a longtemps considéré Autumn comme sa sœur mais pourtant, un jour, il va se rendre compte qu’elle est tout ce dont il a besoin. Néanmoins, Mao n’a pas, lui non plus, une vie facile. Sa mère est morte quand il était enfant et il est resté avec son père qui le battait. Il a trouvé, auprès d’Autumn, Dustin et Avery, une famille de substitution. Pour faire ressortir sa colère, il participe à des combats clandestins qui lui permettent de gagner beaucoup d’argent. Il a un caractère entier et il est très protecteur avec ses proches. Entier lui aussi, il forme un duo explosif avec Autumn. Leurs amis Lizzie et Cade sont très protecteurs avec eux et ils vont les observer, les aider et leur venir en aide à chaque fois qu’ils en auront besoin. Dans l’ombre du duo principal, ils ont néanmoins un rôle primordial dans le déroulé de l’intrigue.

Je dois vous dire que j’ai adoré ce roman. Je connaissais déjà la plume d’Alfreda Enwy et encore une fois, la magie a opéré. Ce livre est un véritable « page-turner », c’est-à-dire un roman dont on ne peut s’empêcher de tourner les pages et qu’on n’arrive à poser que quand les yeux se ferment tous seuls…..ou lorsqu’on est arrivé au bout !! L’intrigue, au départ, est assez légère mais au fil du livre, tout se complexifie… Les relations entre les personnages s’intensifient, des liens se créent et se défont, de nouvelles intrigues font leurs entrées… En bref, on est au bout de nos surprises que lorsqu’on arrive au point final ! Lors de ma lecture, j’ai souri, j’ai senti mon petit cœur se serrer à de nombreuses reprises et j’ai également eu la larme à l’œil.  J’ai apprécié la construction de la relation entre Autumn et Mao, les difficultés auxquels ils doivent faire face, leurs caractères bien trempés et la manière qu’ils ont de se protéger mutuellement. Je tiens également à tirer mon chapeau à l’autrice qui parle de la thématique des enfants malheureux et des parents négligents et/ou violents avec beaucoup de tact, sans tomber dans les clichés ou le pseudo-dramatique.

Pour conclure, je recommande chaudement la lecture de cette romance new adult à tous les amateurs du genre mais aussi à tous ceux qui cherchent une histoire d’amour qui sort des sentiers battus, où rien n’est jamais joué et qui aiment ressentir de fortes émotions lors de leurs lectures. Venez faire connaissance avec Autumn et Mao et laissez-vous porter par cette incroyable histoire d’amour !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez cette intégrale sur le site des Editions Harlequin
Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

 

Les yeux couleur de pluie/Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal Men

sophie tal men perso

Littérature française – Édition sortie le 15 juillet 2018

France Loisirs

Lecture personnelle

Ma note : 5/5 mention « incontournable » et « coup de cœur »

 

Résumé : Étudiante en médecine, Marie-Lou est, du jour au lendemain, affectée à Brest. Autant dire le bout du monde pour celle qui n’a jamais quitté sa Grenoble natale. Une nouvelle existence commence alors, loin des siens, de ses montagnes : il va falloir s’habituer au climat, à la région, à la colocation, aux collègues… Surtout, c’est l’insouciance et la légèreté de ses vingt-cinq ans qui vont être confrontées à la dure réalité du monde hospitalier. Une nuit, elle croisera Matthieu, interne en ORL. Ce loup solitaire, mystérieux et poétique, arrivera-t-il à lui faire une place dans sa vie ?

 

Mon avis : Sophie Tal Men fait partie de cette « nouvelle » génération d’auteurs qui nous transportent dans des histoires qui peuvent trouver un écho en chacun de nous et qui nous embarquent en quelques pages dans leur univers. Séduite par cette édition France Loisirs « 2 en 1 » des premiers romans de l’autrice, j’ai eu beaucoup de mal à poser mon livre avant de l’avoir terminé.

« Les yeux couleur de pluie » : Nous faisons ici connaissance avec Marie-Lou, jeune interne en neurochirurgie qui quitte Grenoble et ses montagnes pour rejoindre Brest et son océan. Pour la jeune fille, le dépaysement est total surtout qu’elle va rencontrer des personnages hauts en couleur ! Entre Matthieu, l’interne en ORL, sexy et mystérieux, Anna, la colocataire secrète et en même temps un peu excentrique, Farah, la collègue bienveillante et le professeur Daguain, le chef de service exigeant, Marie-Lou sera bien entourée mais surtout, elle ne sera pas au bout de ses surprises ! C’est une jeune fille ambitieuse, qui sait ce qu’elle veut et qui fait ce qu’il faut pour y arriver. J’ai beaucoup aimé ce personnage, sa sensibilité, sa volonté de bien faire et son sérieux. Je me suis un peu retrouvée en elle et j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre ses aventures.

En commençant le roman, j’avais peur que l’histoire tourne un peu en rond ou nous donne un air de « Grey’s Anatomy » ou de « Chicago Med ». Mais pas du tout ! Adeptes des séries sur l’univers hospitalier, vous pourrez en apprendre encore beaucoup en lisant ce roman car Sophie Tal Men, neurologue de profession, nous immerge complètement dans l’univers des internes et nous montre l’envers du décor. Néanmoins, elle ne laisse pas de côté la vie personnelle des protagonistes et le dosage vie professionnelle/personnelle est parfait. On s’attache rapidement à toute cette petite bande et on rit, on tremble et on est ému avec eux. Concernant la plume de l’autrice, elle est fluide et addictive. Comme je l’ai déjà dit, impossible de poser le livre avant de savoir ce qui attendait Marie-Lou.

« Entre mes doigts coule le sable » : Quelle joie de poursuivre les aventures de Marie-Lou et ses amis ! On retrouve notre héroïne qui part faire un semestre en psychiatrie tandis que Matthieu débarque en neurochirurgie. Entre eux, la relation n’est pas un long fleuve tranquille surtout quand la mère de ce dernier ou Josic, l’ami du « Gobe-Mouche », s’en mêlent….

Marie-Lou n’a rien perdu de son optimisme et de son perfectionnisme. Elle essaie toujours d’aider tout le monde et de faire de son mieux. On découvre un peu plus Matthieu dans ce roman grâce à la double narration. On peut se rendre compte qu’il est très tourmenté, qu’il se pose beaucoup de questions et surtout qu’il n’est pas tout à fait au clair dans sa tête. J’ai aimé en savoir plus sur lui même si ses décisions sont loin d’être toutes, pour moi, rationnelles. C’est un jeune homme sensible, qui souffre de l’abandon de son père, de la maladie de sa mère et qui ne sait donc pas trop comment se situer par rapport à Marie-Lou.

Ce deuxième roman est pourtant un peu plus sombre que le premier et aborde des thèmes compliqués tels que l’abandon familial, l’alcool ou les maladies psychiatriques. En effet, en envoyant l’héroïne dans un hôpital psychiatrique, Sophie Tal-Men en profite pour nous faire découvrir ce service méconnu et la large palette de pathologies qui peuvent être rencontrées. Elle nous sensibilise aussi aux ravages de l’alcool, fléau de notre société actuelle, mais sans jamais en faire trop. Encore une fois, sa plume est fluide et agréable à lire et le choix d’alterner la narration entre Marie-Lou et Matthieu nous permet d’éviter la lassitude et d’en apprendre un peu plus sur ce loup solitaire.

Pour conclure, vous l’aurez compris, ces deux romans sont des coups de cœur pour moi. Bretonne d’origine, j’ai adoré ce voyage à Brest, cette immersion en Bretagne mais aussi dans les hôpitaux, où j’ai découvert l’envers du décor. Je me suis beaucoup attachée aux protagonistes et il me tarde de les retrouver dans « de battre la chamade », l’ultime tome des aventures de Marie-Lou et Matthieu. Si vous aimez les romans qui font du bien au moral et les jolies histoires pleines de bons sentiments, n’hésitez plus et venez découvrir la plume de Sophie Tal Men !!

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez les dernières parutions de Sophie Tal Men sur le site des éditions Albin Michel
Retrouvez également ses trois premiers romans aux éditions « Le livre de poche »
Retrouvez cette magnifique édition sur le site des éditions France Loisirs

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

LE MARS CLUB de Rachel Kushner.

 
[LITTÉRATURE CONTEMPORAINE ÉTRANGÈRE – 2018 ]
Editions STOCK – Collection La Cosmopolite
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sylvie Schneiter
480 pages
Ma note : 4/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle
 

 

 

Le résumé :

 

Romy Hall, 29 ans, vient d’être transférée à la prison pour femmes de Stanville, en Californie. Cette ancienne stripteaseuse doit y purger deux peines consécutives de réclusion à perpétuité, plus six ans, pour avoir tué l’homme qui la harcelait. Dans son malheur, elle se raccroche à une certitude : son fils de 7 ans, Jackson, est en sécurité avec sa mère. Jusqu’au jour où l’administration pénitentiaire lui remet un courrier qui fait tout basculer.
Oscillant entre le quotidien de ces détenues, redoutables et attachantes, et la jeunesse de Romy dans le San Francisco de années 1980, Le Mars Club dresse le portrait féroce d’une société en marge de l’Amérique contemporaine.
 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Je suis sortie de ma zone de confort avec cette dernière lecture. Je n’ai pas été de suite à l’aise avec l’univers, les codes, la plume de Kushner et la trame. Comme je ne me laisse jamais abattre par les difficultés. J’ai pris le temps de savourer les pages quitte à revenir sur certain passage, attendant religieusement que la magie opère. Ma patience  a été récompensée par ce fameux déclic et enfin j’ai pu apprécier ce roman qui mérite largement toute votre attention.

 

Kushner dépeint à travers une héroïne non conventionnelle cette société mise à part et méjugée. Celle qui court la nuit et survit le jour. Celle qui se détruit à feu lent. Celle qui fait du bruit. Celle qui se retrouve derrière les barreaux par inadvertance ou par justice. Romy Hall a 29 ans mais a déjà vécu mille et une vie. Elle aurait pu avoir un autre avenir, si la rue ne coulait pas à flot dans ses veines. Depuis l’âge de ses 11-12 ans elle est livrée à elle même. Une mère dépressive et inexistante. La rue est sa famille et tous les vices ses compagnons de route. Comme une destinée prédite, comme si tout les petits cailloux parcheminant son chemin l’avait conduite dans cette sinistre demeure. Privée de liberté, Jackson (son fils) dernière et seule attache d’un monde qu’il la condamne pour avoir voulu se protéger de son harceleur, d’un détraqué.

 

Rachel Kushner dépeint avec honnêteté et sans entrave le quotidien, la vie, les événements décisifs qui ont marqué son héroïne. Il y a une certaine cruauté, un sentiment de malaise, une profonde gêne à s’immiscer dans cette vie. Mais il y a aussi cette terrible vérité foudroyante qui immerge telle une lumière rédemptrice. Et puis il y a les autres, ces hommes, ces femmes qui racontent un morceau d’eux.

 

La plume implacable de Kushner délivre une véritable force. Ce voyage insouciant et inconscient dans un univers glauque, méritant et intransigeant. Un voyage où il est difficile de s’en sortir indemne. Il vous broie. Il vous détruit. L’humanité est une chose abstraite remaniée mais unique solution salvatrice et libératrice.

 

LE MARS CLUB est une claque monumentale. Celle qui déstabilise, celle qui m’a noyée dans un tourbillon infini où la beauté à un autre visage.

 

#Esméralda

 

Je remercie les éditions Stock et la plateforme NetGalley pour leur confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… le site des éditions Stock.

 

Une lecture approuvée par les membres du PICABO RIVER BOOK CLUB

 

 

received_257092058249322

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech