HANDSOME HARRY : Confessions d’un gangster de James Carlos Blake.

 
[ LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE – Nouveauté 2019]
Éditions Gallmeister – Collection Americana
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Emmanuel Pailler
Postface de François Guérif
315 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à dévorer »
Lien Kindle

 
Le résumé :
Dans la bande de John Dillinger, il y a Red, Charley, Russell et moi, « Handsome Harry » Pierpont. S’il y avait eu un chef, ça aurait été moi, même John le dit. Mais John aime avoir sa photo dans les journaux et faire le malin devant les dames, alors on ne se souvient que de lui. Il est le plus cool d’entre nous, je vous le garantis, sur un boulot comme sous les balles. Nous prenons l’argent là où il se trouve : dans les banques. Sans nous vanter, en matière de casse, nous sommes les meilleurs. Un chauffeur, trois ou quatre gars motivés, une voiture de remplacement, et le tour est joué. Les journaux disent que nous sommes dangereux, l’Ennemi public n°1 : n’exagérons rien. On ne veut de mal à personne, on aime juste les belles voitures, les jolies filles et les fêtes entre copains. On sait bien que ça ne va pas durer, que les flics nous attraperont un jour ou l’autre. En attendant, on profite de la vie.

 
Mon avis :
Dans la famille « gangster j’ai peur de rien », je voudrais Handsome Harry Pierpont. Joyeux troubadour et tête pensante d’un gang de braqueur de banques et de commissariat. Mais Harry n’aime pas être au centre de l’attention, non pas par timidité mais plus pour son amour propre. Pourtant Harry est mis sous les projecteurs pendant plus de 300 pages par James Carlos Blake, auteur aventureux et talentueux.
Il est rare que j’accroche dès les premières lignes (vraiment dès les premières lignes) et de me dire wouah ! Il est clair que la magie a opéré instantanément et la suite de ma lecture n’a été que pur bonheur.
Voilà, tout le gang est mort sauf Russel et moi.
Russel, au moins, a encore l’espoir : quand on est enfermé à vie, on peut toujours tenter une nouvelle évasion. Moi, ils vont m’achever demain matin.
Premières lignes
Gangster, légende (et mythe) des années folles, pendant la grande dépression où l’alcool de contrebande coule à flot, petites frappes et gangster en herbe foisonnent ici et là, petits larcins pour débuter et puis il y a le jour où ils se trouvent derrière les barreaux. Métier qui rentre tu me diras, et certes passage plus ou moins obligé, dans ce milieu, pour évoluer. Harry Pierpont fait partie de cette trempe à ses débuts, à la seule différence est qu’il compte de pas rester à ce stade là. De petit coups en petit coups, de rencontres en rencontres et de cellules en cellules, Harry se fait vite un nom qu’il ne vaut mieux pas chatouiller. La dure vie de la prison va ainsi forger un homme prêt à tout pour vivre de sa liberté au détriment des banques.
Ce roman se lit comme un roman d’aventures même si il est clair que les faits divers correspondants sont empruntés à la réalité. James Carlos Blake a su créer une histoire tonitruante autours d’héros pas comme les autres et surtout atypiques. Il va s’en dire que l’image du gangster même est soit auréolée ou soit dénigrée, l’auteur n’impose rien de cet acabit et laisse aux lecteurs le soin de se forger sa propre opinion. Pendant plus de trois cent page, j’ai suivi les aventures rocambolesques d’Harry et sa bande, ses amours, ses craintes, les planifications d’attaques, ses fuites, la relation fusionnelle avec sa mère, les copains de la bande et leurs péripéties, les deals… L’immersion aussi irréelle soit elle, a le mérite de faire vivre le moment présent avec une sacrée intensité. Sans oublier une bonne dose d’humour.
« HANDSOME HARRY, confessions d’un gangster » est un shoot d’adrénaline ! Sans foi ni loi, ce roman retrace la vie d’un homme qui a décidé du sort de son destin, l’a façonné à son image, l’a modelé selon ses principes, l’a brandi à bout de bras et dans un dernier souffle a accepté toutes les conséquences inéluctables, la tête haute.

 
Je remercie le PICABO RIVER BOOK CLUB et les éditions Gallmeister de m’avoir permis de découvrir ce super roman.

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Gallmeister pour tout savoir.

received_257092058249322

Publicités

ANTIQAM de Luc Serrano.

 
[ POLICIER – 2016]
Éditions BOD
336 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 
Le résumé :
Quand certains actes condamnables, liés au conflit franco-algérien, refont surface au bout de plusieurs dizaines d’années, c’est tout un petit village du sud de Toulouse qui va être le théâtre d’une suite d’événements mystérieux qui iront jusqu’à mettre en péril la vie de certains de ses habitants.
En découvrant par hasard des vieux ossements dans le bois du château, le pauvre Zaius ne s’attend pas à provoquer un tel cataclysme dont il sera la première victime.
Alphonse Placard, venu à l’aide de son ami le Baron Louis Clément du Martinet du Bois de la Pierre aura beaucoup de mal à faire la preuve de ses intuitions.

 
Mon avis :
 
J’ai été vraiment séduite par ce polar, une intrigue palpitante et surtout j’ai adoré que les scènes se situent non loin de chez moi. Je trouve ce dernier aspect très intéressant.

 

Petit village au sud de Toulouse, Saint-Ettifal devient le théâtre de nombreux événements bien curieux. Petit village tranquille où agriculteurs, majoritairement, se côtoient dans une ambiance bon enfant. Bien évidemment cancans et ragots sont le pain béni de ces habitants et certains en font d’ailleurs les frais plus que d’autres.

 

Zaius est le vilain petit canard du village. La solitude est son unique compagne qu’il tente de combler par des balades et les livres empruntés à la médiathèque où la jolie bibliothécaire l’a pris sous son aile. Lors d’une de ses balades, Zaius fait une terrible découverte : des ossements humains. Seulement dans l’ombre, une menace guette telle une arme fatale.

 

Le Baron Louis Clément du Martinet du Bois de la Pierre est un vieux garçon (pas si vieux que ça) qui vit au château du village. Issu de la noblesse, son quotidien s’apparente à de longues journées mornes entrecoupées par la présence bienveillante de sa gouvernante. Il ne fréquente guère les gens du village pour sa plus grande peine mais c’est ainsi. Il vit au son du passé, se rappelant le vaste dans lequel s’épanouissait les habitants du château et les convives. Louis Clément est un homme attentionné. Aucune once de méchanceté n’y transparait. Lorsque sa gouvernante découvre dans les souterrains du château des traces de pas et entend des bruits inquiétants, Louis Clément n’hésite pas à faire à appel à un vieux ami qui a fait ses armes au sein de la gendarmerie et qui depuis vit de sa profession de détective.

 

Alphonse Placard est un brave gars avec un net penchant pour les bonnes choses. Son activité de détective bas de l’aile. Les affaires sur les tromperies de l’époux ou de l’épouse sont son pain quotidien. Pourtant il rêve de l’affaire ardue à laquelle il pourra afin mettre à l’œuvre ses talents. Lorsque Louis Clément l’appelle pour une affaire bien curieuse, il n’hésite pas une seconde. Le voici donc quittant Toulouse à bord de sa vielle automobile, loin de se douter de l’aventure qu’il va vivre. De biens étranges évènements vont faire vivre la terreur dans ce petit village qui n’aspire qu’à la tranquillité.

 

Luc Serrano narre avec talent une intrigue policière passionnante. Dés le départ j’ai été happée par cette lecture qui s’ouvre sur une scène douloureuse de séparation et de déracinement. Les péripéties que rencontrent les habitants de se village semblent liées au passé et tout au long des chapitres la lumière se fait. La vengeance apparaît alors être le moteur. Le suspense se délie jusqu’au point final. Les personnages aux traits de caractères bien différents mènent un enquête d’une envergure qu’il n’aurait pu soupçonner. A cela se rajoute « l’aspect territoire » que je connais bien puisqu’en effet l’histoire se déroule non loin de chez moi. Il est plaisant de redécouvrir les paysages connus dans un livre. J’ai souri face à quelques recommandations gourmandes de l’auteur qui avec enthousiasme cite quelques restaurants de la région où il fait bon de s’arrêter (comme « Chez Jeanne » à Riolas, restaurant incontournable).

 

ANTIQAM est une très belle découverte que je recommande chaudement à ceux et à celles qui veulent passer un agréable moment de lecture en compagnie d’hommes et de femmes prêts en découdre pour savoir la vérité.
 

 
Je remercie Luc Serrano pour sa confiance et sa patience.
 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Découvre l’univers de Luc Serrano sur son site.

Vers le site des éditions BoD pour tu savoir.

 

IMG_20180426_160220_117

 

L’ÉTRANGE PENSION DE MRS SCRAGGE épisode 1 de Anna Kessou.

L’étrange pension de Mrs Scragge, 1er épisode de la série les enquêtes d’Antoinette: (Mystère et suspense aux Pays-Bas)
 
[ POLAR – 2018]
Auto-édition
248 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lu dans le cadre de MON PETIT MARATHON SPÉCIAL « INDE » de DÉCEMBRE.
Lien Kindle (gratuit)

 
Le résumé :
Antoinette n’est pas l’employée modèle de la CLEAN,
une agence de nettoyage dirigée par l’énigmatique
Monsieur Anselme, un ancien directeur de la sécurité…
A chaque nouveau client, une enquête à résoudre. Avec son
inséparable collègue, Mireille une Hollandaise à la langue
bien pendue, elle va sillonner villes et campagnes et venir
en aide même à ceux qui n’ont rien demandé !
Dans ce 1er épisode, découvrez :
• Comment Antoinette, nurse anglaise charmante, mais un
peu cynique est devenue femme de ménage à la CLEAN
• Comment arriver à la tête d’un trafic de cocaïne colombienne
• Pourquoi les diamants sont les meilleurs amis des femmes
et des pirates
• Et que tous les souterrains mènent aux bibliothèques
Alors, remontez votre plaid, ajoutez une bûche dans la
cheminée et faites chauffer la bouilloire.
Vous reprendrez
bien un peu de fantaisie et de suspense avec votre Earl Grey?

 
Mon avis :
Je suis depuis plus d’un an maintenant les enquêtes d’Antoinette. Ses enquêtes et son personnage atypique avait éveillé ma curiosité et je dois dire que depuis j’attendais impatience la sortie du livre.
Antoinette est un sacré bout de femme. Nurse de son état, elle a élevé un jeune homme aristocrate anglais qui a eu le mérite de lui poser de sacrés problèmes. Et le dernier en date est bien plus spectaculaire que dérangeant. Nurse Tina se voit enfiler le costume de gros bonnet de trafic de drogue et se met dans une situation cocasse afin de sauver les fesses de son petit protégé. Empêtrée dans les ennuis jusqu’au cou, Antoinette est mise à la porte par les aristocrates de parents. Partie se réfugier chez un de ses bon amis qui semblent détenir plus d’un tour dans sa poche, tout semble sous contrôle. Au revoir Londres, bonjour Paris. Accueillie par un étrange bonhomme, dirigeant de la société CLEAN, la voici quelques jours plus tard direction le Pays-Bas pour une mystérieuse mission.
Nurse Tina se transforme alors en femme de ménage au plumeau qui démange. Ce grand hôtel a tout du charme atypique de la Hollande. Si seulement la gérante n’était pas aussi acariâtre et la gouvernante n’inspirait pas méfiance, cela aurait pu passer pour de belles vacances. L’aventure est loin de s’arrêter à chasser la poussière lorsqu’une vieille histoire de pirates et de trésor résonne dans ces étranges murs. Nom d’un plumeau, la curiosité d’Antoinette sera assouvie lorsque tout ceci sera aussi clair que l’eau de roche !
Je dois dire que j’ai été extrêmement surprise par ce premier épisode. Anna Kessou cachait bien son jeu. Elle entraine son lecteur dans une enquête totalement hallucinante où elle maitrise à la perfection le suspense. Tel qu’Hercule Poirot, Antoinette pointe du doigt les irrégularités et son flair la porte là où il faut. Antoinette est un personnage atypique que j’adore. Son humour, sa présence d’esprit, son intelligence et son goût pour le thé fait d’elle un personnage aux multiples talents. J’ai été embarquée dans une aventure époustouflante grâce à la plume talentueuse d’Anna Kessou. Un style frais, pimpant où se mêle curiosité et sérieux avec une touche de simplicité.
Je t’invite de tout mon cœur à découvrir ce premier épisode, de plus il est gratuit. Je suis persuadée que tu passeras un super moment en compagnie des frasques d’Antoinette.
 
#Esméralda

image-principale-page-liens-utiles

Découvre l’univers trépidant d’Anna Kessou sur son site.

Découvre l’enquête d’Antoinette qui nous a rendu visite : « La bataille des chocolatines ».

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

IMG_20180426_160220_117

A MÊME LA PEAU de Lisa Gardner.


[ POLICIER – A paraître le 2 janvier 2019]
Éditions ALBIN MICHEL
Traduction : Cécile Deniard
Titre original : Fear nothing, 2014.
512 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

Le résumé :


Deux meurtres spectaculaires sont perpétrés à Boston à six semaines d’intervalle. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes seules, atrocement mutilées, à côté desquelles l’assassin a déposé une rose.
L’inspectrice D.D. Warren, chargée de l’enquête, décèle vite une similitude entre ces mises en scène macabres et une longue série de meurtres ayant défrayé la chronique à Boston quarante ans plus tôt et dont l’auteur, Harry Day, s’est suicidé depuis.
Seul recours pour D.D. Warren : se rapprocher des deux filles de Harry Day. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre les récents crimes et Shana et Adeline ? Pour le savoir, D.D. Warren va devoir se confronter à cette interrogation : peut-on échapper à son destin lorsqu’il est marqué du sceau de la mort ?
Une plongée stupéfiante au coeur d’un enfer familial : Lisa Gardner s’impose définitivement comme une virtuose du thriller psychologique.

Mon avis :


Je découvre pour la toute première fois la plume extraordinaire de Lisa Gardner. Effectivement, si ce nom  me revenais souvent aux oreilles, je n’ai jamais ouvert un de ses romans. Maintenant que le problème est résolu et bien cette rencontre a été formidable, éprouvante et majestueuse.


Je ne sais pas si son meilleur roman, en tous cas il m’a donné envie de découvrir ses précédentes parutions en les rajoutant dans ma wish-list.


D.D. Warren est ce genre de personnage que j’adore. Déterminée, têtue, courageuse, teigneuse, survoltée, passionnante, intelligente et super flic, D.D. est un sacré bout de femme qui ne se laisse pas déstabiliser et qui fonce droit dans les problèmes. Un personnage aux traits de caractères forts et impressionnants. On est loin de ces personnages fades qui se laissent porter par les flots. Non, D.D. fonce, réfléchit, suppose et questionne. Dit comme cela, on dirait une super héroïne, oui mais D.D. est aussi une femme avec ces faiblesses et ses fragilités, une maman inquiète et protectrice et une épouse qui ne faut pas chatouiller.


J’ai adoré suivre ses péripéties, surtout que l’auteur ne l’épargne rarement et joue avec ces nerfs. Cette nouvelle enquête sur « le tueur de la rose », n’a rien d’évident, surtout quand le passé, une psychiatre insensible à la douleur (Adeline) et une prisonnière (Shana) s’en mêlent. Le point commun : Harry Day, papa de Shana et Adeline et accessoirement tueur en série qui séquestrait des femmes et découpait leur peau. Quand deux meurtres rappellent ceux d’il y a quarante ans, c’est la panique à bord.


Lisa Gardner a le talent incroyable de narrer une histoire totalement sensationnelle avec des personnages qui à travers leurs qualités et leurs nombreux défauts arrivent à subjuguer. Elle parfait un tableau aussi horrifiant que réel, incluant le poids incommensurable d’un héritage sanguinaire. Un thriller mené avec brio et ingéniosité où Lisa Gardner ne cède absolument pas à la facilité. Une intrigue où règne un suspense qui tient en haleine jusqu’aux dernières pages. Les personnages attirent l’attention. J’ai lu ce thriller d’une traite. L’auteur m’a immergée dans son monde avec une certaine facilité. La trame dénote par son intensité et les implications. Les doutes assaillent souvent les personnages et outre le fait de découvrir qui est ce tueur à la rose, D.D., Adeline et Shana devront faire face à ce qu’elles ont de plus personnel : leur identité.


Quel thriller éprouvant ! Dans la lignée de Karine Giebel, Lisa Gardner a le talent et l’audace de faire vivre une lecture « tourbillonesque » !


#ESMERALDA


Je remercie les éditions Albin Michel et Babelio pour la découverte de ce super roman.


image-principale-page-liens-utiles



Vers le site des éditions Albin Michel pour tout savoir.

Vers Wikipédia pour découvrir l’univers de Lisa Gardner.

VEUX-TU DINER AVEC MOI ? de Maxime Morin.

20181015_160727

 

[ ROMAN POLICIER – Nouveauté 2018]
Éditions de Mortagne
Format numérique (422 pages) : 16.17€
Broché : 18.00€
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

 

 


 

Le résumé :

 

Maxence Verlomme a récemment vu sa vie s’effondrer. Il y a trois mois, sa carrière de flic s’est brisée avec l’annonce du cancer de sa femme. Pour vivre ses derniers instants avec elle, il a dû abandonner sa traque du Marchand de sable, un tueur en série activement recherché. Ayant enterré Marion le matin même, l’homme se réveille, quelques heures plus tard, prisonnier d’un autobus fuyant la capitale. Deux ravisseurs, neuf otages. Lorsque le premier captif est ramené sain et sauf à son domicile par ses bourreaux, plutôt que de profiter de sa liberté, il préfère se tirer une balle en pleine tête. Dès lors, chacun comprend que le danger ne se trouve pas à l’intérieur du bus, mais bien à l’extérieur. Un road trip macabre où chaque arrêt se révèle fatal. Et quand les affres du passé resurgissent, le compte à rebours est déjà lancé, ne laissant à Verlomme que peu de temps pour découvrir le lien qui les unit tous. À la fin du voyage, la rédemption. Ou bien la mort.

 


 

Mon avis :

 

Halloween approche, alors, pourquoi pas s’offrir un moment lecture adéquat à l’atmosphère voulue ? Et bien j’ai pour toi un thriller décapant et étonnamment effroyable.

 

A première vue, le résumé qui m’a tout de suite fait penser à un certain film (Speed, 1994), ne laisse absolument rien présager à ce qui se cache parmi ces pages.

 

Et je ne peux m’exclamer : Aaaaa l’abordage !

 

Maxence Verlomme est un flic bon sous tout rapport, peu apprécié par ses pairs, mais les résultats sont là. Il reste malgré tout un loup solitaire. Sa femme, Marion, est son seul et unique rayon de soleil. Gravement malade depuis des années, il tend à lui rendre la vie plus facile et agréable. La maladie emporte Mario et c’est alors que le monde de Maxence vrille.

 

Quelques heures après l’enterrement de sa femme, il se retrouve pris en otage avec 8 autres personnages dans un bus. Deux personnes cagoulées font régner la terreur dans ce bus bringuebalant vers une destination qui se précise au fil des heures. Maxence a pris sa retraite anticipé de flics il y a trois mois de cela. Mais quand t ‘es flic un jour, t’es flic pour toujours. Par la force et la volonté (amen !), Maxence reprend « du service ». Les méninges s’activent, les hypothèses fusionnent : Que fait-il ici ? Quels liens les unis tous ? Pourquoi ses souvenirs sont-il vagues ? Que va t-il m’arriver ?

 

Tout autant de questions pertinentes pour une urgence vitale : la survie.

 

Road trip macabre, huit clos effrayant : un duo sans équivoque qui a eu le mérite de me faire vivre des heures de lectures addictives. Pendue aux mots, la recherche de la vérité tient en haleine. Les péripéties de Maxence, ses flash back, ses souvenirs, ses questions, ses doutes, sa peur, sa colère, son désarroi m’ont assaillie d’une force surprenante. Au fil des pages le personnage de Maxence s’affirme et se révèle.

 

Et il arrive le moment où tout dérape et l’histoire prend une nouvelle dimension hallucinante et inattendue ! Et la c’est le OH MON DIEU !, le OH PURÉE ! le NOOOOOON !, le C’EST PAS POSSIBLE ! …. qui résonnent dans les limbes de ton cerveau. Scotchée, tu deviens !

 

VEUX-TU DINER AVEC TOI ? est incommensurablement un page turner de tonnerre ! Un clifhanger de malade qui a eu le don de m’épater. Le seul petit bémol, mais qui en soi n’est pas forcément dramatique, est le fait que bien des questions restent sans réponses. Rien ne t’empêche toi, lecteur, de fomenter tout un plan pour combler cette petite lacune. Et j’avoue l’exercice est plutôt sympathique.

 

Mystère, rage, colère, énigme, sang, horreur, amour, drame, manipulation, suspense deviendront pendant cette lecture tes meilleurs amis.

 

Les mordus du genre s’en mordront les doigts et seront charmés par l’atmosphère glaçante à la Stephen King (pour donner une image … n’est ce pas … !!).

 

A découvrir … sans aucun doute !

 


 

Je remercie Pascale pour sa confiance et sa patience.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions De Mortagne, pour tout savoir !

 

 

 

MARINADE AU GOUT AMER de Guy Raynaud.

 

 

[ POLICIER – Nouveauté 2018 ]

Éditions BoD

 

 

Format numérique (246 pages) : 5.99€

Broché : 15.00€

Ma note : 3/5

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

14 août 2013 – Sainte-Marie-la-Mer Lors de la course à pied La Marinade, un coureur décède au 8e km. Assassinat. Puis un autre 10 jours plus tard sur l’épreuve de Barcarès. Assassinat. Même modus operandi. La psychose du  » serial killer  » s’installe. L’enquête s’annonce longue et difficile. Face à l’irrationnel, elle aurait besoin de beaucoup d’imagination et d’un brin de pragmatisme. Que se passera-t-il sur la prochaine épreuve à Torreilles ? Découvriront-ils la diabolique vérité ? Ah ! Si Christelle Limière menait l’enquête.

 


 

Mon avis :

 

C’est toujours émouvant quand un auteur prend comme décor pour son roman, des lieux qui ont bercé ton enfance jusqu’à ton adolescence des journées entières de tes vacances. Pour ce roman direction donc Perpignan et ses villages avoisinants : Port Barcarès, Toreilles, Sainte-Marie-La-Mer … . Si le décor est propice à la détente et au farniente, il n’en ai rien pour la brigade en charge d’une nouvelle enquête qui s’avère corsée.

 

Une équipe malmenée par ce dossier où deux meurtres, un même mode opératoire font régné la terreur au sein des courses à pieds. La région serait-elle victime d’un serial killer ? C’est au pas de charge que l’équipe recoupe les informations, enquête, questionne, déduit et patauge dans la semoule. Les pistes sont trop nombreuses et les motifs sont trop imprécis. L’équipe tourne en rond, s’enlise, alors que le Proc’ exerce une pression d’enfer pour clôturer ce dossier. Le retour de Christelle Limière, enquêtrice hors paire, va reprendre l’enquête et la diriger d’une main de maitre. Le coupable n’a qu’à bien se tenir !

 

Christelle est un personnage impressionnant par son charisme. Après un an d’absence, au sein de l’équipe, elle retrouve immédiatement sa place, ses repères et l’adrénaline provoqué lorsqu’elle touche au but d’une mission.

 

Guy Raynaud plonge son lecteur au cœur d’une enquête policière trépidante et dangereuse. Le lecteur suit pas à pas toutes les actions qui mènent à la résolution. Chaque membre de l’équipe a une place importante. Une très bonne ambiance règne au sein de la brigade. L’auteur met en évidence le respect du au rang, les amitiés et les petites histoire d’amour débutantes.

 

L’auteur nous balade avec de multiple suspects pour finir en apothéose sur une arrestation musclée.

 

MARINADE AU GOUT AMER est un polar agréable à lire.

 

 


 

Je remercie Mr Guy Raynaud pour sa confiance.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site de Guy Raynaud, pour suivre son actualité !

 

 

IMG_20180426_160220_117

VELINE, #3 : Sexe, crime et confusion de Avril Sinner.

Véline - tome 3 - Sexe, crime et confusion (BMR) par [Sinner, Avril]

 

 

 

[ POLAR ÉROTIQUE – Nouveauté 2018]

Tome 3/4

Éditions BMR

 

Format numérique (364 pages) : 9.99€

Ma note : 4.5/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Son cercueil à peine refermé, me voilà déjà embarqué dans une nouvelle affaire. Mauvaise idée. Surtout quand tout se détraque chez moi. Entre insomnie, paranoïa et confusion, je tourne en rond dans ma tronche comme dans Paris.
Deux cadavres calcinés, un site de rencontre, des libertins étranges, un réseau de prostitution barbare et une brigade criminelle au top de sa désorganisation. Comment je démêle ce merdier ?
Je suis pas patient, ça m’énerve. Résultat : je fais des conneries. Sauf que là, je suis vraiment pas le seul à me barrer en vrille.
Bienvenue chez les dingues et que l’enquête commence !

 


 

Mon avis :

 

Je ne te présente plus Véline, à moins que t’es loupée mes review sur les deux précédents tomes. Véline est mon chouchou depuis plusieurs mois et passer quelques heures en sa compagnie est aussi euphorisant qu’un bon shoot au mojito virgin. Véline c’est l’homme viril et bad boy dans toute sa splendeur : pas de prise de tête, mode fuite face à touts problèmes insolubles et casse bonbon, hyper macho, humour noir ou ravageur ( c’est à volonté), joliment vulgaire, le connard dans toute sa splendeur, un peu « je m’en foutiste » et surtout il a le charme irrésistible du flic tzigane. Alors je suis une accro, une sacrée accro qui en veut toujours davantage. Une fois dans la lecture, je ne peux pas m’en décrocher. C’est juste un truc de dingue ! Avril Sinner a su crée un personnage borderline et qui assume. Et ça, c’est génial !

 

Une nouvelle enquête pour Véline qui va lui mettre une fois de plus les nerfs à vif. Une plongée dans le monde libertin. Nouveaux codes, nouveaux tabous, un monde clinquant et luxurieux. Véline va perdre le contrôle et ça le fout vraiment en rogne. Des têtes tombent, des clients disparaissent, un réseau d’albanais qui n’hésite pas à jouer de la gâchette. Ça fuse dans tous les coins. De plus Mila  déraille complétement.

 

Cette nouvelle enquête à de quoi dérouter autant la Crim’ que le lecteur. L’imagination fertile de Sinner, en fait quelque chose d’assez glauque mais totalement vraisemblable. Elle met à mal Véline, qui n’hésite pas à foncer tête baissé dans les embrouilles qui ne peuvent arriver qu’à lui. Outre cette enquête, Véline est de plus en plus tendu du slip. Les tuiles lui tombent dessus et lui font rapidement perdre pied. Une petite faille apparait dans cette carapace hyper blindée qui est prête à éclater. Son personnage est davantage travaillé avec quelques scènes sombres où le désespoir est assez poignant.

 

Le duo Véline/Mila est toujours explosif et plus que jamais au bord de la brèche. J’attends avec impatience que Sinner explore cela.

 

Je déplore juste le manque de nouveauté et cela à coûter un coup de cœur. Sinner a du mal à se renouveler : le même schéma, le même ton employé, peu d’évolution dans les personnages. Et c’est vraiment dommage que d’autres horizons ne soient pas explorer. Peut être que le prochain répondra à mes attentes en tout cas le final de celui-ci  est VRAIMENT INCROYABLE, INATTENDU ET EXPLOSIF !

 

Il serait vraiment dommage de passer à côté des aventures de Véline ! Ce mec en faut franchement la peine !

 


 

Je remercie les éditions BMR pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur le tome #1 : « Sexe, crime et thérapie » !

Mon avis sur le tome #2 : « Sexe, crime et paranoïa » !

Lien Amazon !

Vers le site des éditions BMR, pour tout savoir !

Vers la page Facebook d’Avril Sinner, pour suivre son actualité !

 

 

 

 

.