Celui que j’aime de Julie Galli.

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2017]

Éditions Harlequin – Collection HQN

Service presse

 

Je remercie les éditions Harlequin pour ce service presse et leur confiance.

 


 

Résumé :

Elle ne pourra bientôt plus se passer de lui.

Ne jamais mélanger vie pro et vie perso, Aurore aurait pourtant dû le savoir. Résultat, elle se retrouve trahie, célibataire et… en galère. Car, pour éviter de perdre toutes ses économies, elle va devoir restaurer seule ce vieux camping acheté dans le sud de la France. Et, comme si sa situation n’était pas assez compliquée, Aurore se voit contrainte d’embaucher comme homme à tout faire César, le petit-fils des anciens propriétaires, qui est accessoirement en liberté conditionnelle après deux ans de prison ! Et même si cet homme secret et peu bavard ne lui inspire pas confiance, elle ne peut s’empêcher d’être attirée par son charme brut. Une chose est sûre, Aurore compte bien surveiller de très près son nouvel employé…

 


 

Mon avis :

Voici une histoire qui ne manque pas d’originalité ! Le camping, le grand air, les aventures et les galères !

Car Aurore à défaut d’y avoir un pied dans les galères, c’est de toute sa personne qui s’y retrouve embourbée jusqu’aux oreilles ! Aurore a cette prestance et cette envergure qui l’illuminent. Ingénieuse et travailleuse (ma foi elle va découvrir l’huile de coude), l’argent et les affaires sont ses principales motivations. Lorsqu’elle achète ce camping familial au bord de mer, son objectif : tout bétonné pour le confort et le luxe des clients fortunés. Mobil-home, tente canadienne, camping-car sont un langage qu’elle ne maitrise pas du tout et qu’elle ne veut surtout pas aborder. Hautaine et égoïste, elle s’imagine les poches pleins d’euros. Mais la vie a décidé de lui jouer un très vilain tour. Son compagnon qui plus et est son associé, est pris en flagrant délit de partie de jambes en l’air non autorisée. Son monde vacille. L’enfer ouvre en grand ses portes et l’engouffre sans avis d’échéance. La parisienne, talons hauts et apprêtée telle une femme d’affaire, débarque dans ce camping, désolé et désastreux, afin de sauver les meubles, se remplumer et surtout n’y passer qu’une saison. Sur d’elle, elle va découvrir l’envers du décor de la gestion d’un camping et va tomber dénue quant à la masse de travail à fournir avec un budget plutôt cric-crac. Il vrai que l’auteure nous sort toute la panoplie et la brochure du bon dirigeant ( actes administratifs, emplois…), mais honnêtement je n’y ai pas fait cas et je me suis surtout concentrée sur le personnage d’Aurore qui ma foi, m’a fait passé de grands moments. Aurore est la psycho rigide de base : sûre de ses atouts et de son savoir faire, elle arrive sur ses grandes échasses prête à valdinguer tout ceux qui s’approchent trop près d’elle. Très grande mutique, elle n’affirme que trop peu ses ambitions, mais n’hésite pas à nous faire savoir ses idées et ses pensées. Trop peu confiance en elle, elle nous fait naviguer entre auto flagellation et dérision. Aurore a de très grand moments de solitude. Surtout quand elle apprend que le petit fils des anciens propriétaires est un repris de justice en conditionnelle : Aurore dans toute sa splendeur va porter sur la comète tout un tas de ressentiments, d’apriori et des idées farfelues (quant à l’arrestation) sur ce mystérieux César. Pestiféré, César n ‘a pas sa place dans le cœur d’Aurore. Cette dernière bataille dure comme fer à rouvrir ce fichu camping, après tant de péripéties l’ouverture est enfin déclarée. La maniaque du contrôle se laisse peu à peu à l’apaisement. Elle s’entoure d’employés qui font la faire lâcher prise. Elle va apprendre à apprécier les petits rien de la vie, d’être attentive aux autres et de porter un regard différent sur les éléments et personnes qui l’entourent. Après avoir repousser gentiment les anciens propriétaires, qui ne sont qu’entre autre ses voisins, elle noue avec eux des liens profonds et puissants. Elle apprend à aimer, à oublier ses apriori et ses ambitions, à aimer la vie et ses simples plaisirs : un karaoké, un partie de pêche improviser, une cigarette grillée tard le soir en compagnie de César. Elle apprend à le connaître et il se dévoile. Silencieusement des liens indéfectibles apparaissent et étrangement leurs ressentis restent muet. César est un homme très mystérieux qui ne s’épanche que très rarement. Aux premiers abords, je l’ai trouvé renfermé sur lui même, antipathique, mutique et en marge de la société. Mais très vite, ces traits de caractère s’effacent pour laisser place à un homme travailleur, prévenant, enjoué, déterminé, sociable et tendre. Mais ces deux là ne sont pas au bout de leur surprise ! D’ailleurs qui sera le plus abasourdi ? La fin m’a réserve un magnifique coup de théâtre. J’ai été frustrée que cette partie ci ne soit pas plus développée et approfondie, il me manquait quelques chapitres pour combler mon enthousiasme !

Les personnages secondaires ne sont pas en reste et apportent ce côté légèreté et pimpant à cette atmosphère inquiétante et lourde due au quotidien d’Aurore. Une vrai bouffé d’air pur !

La plume de Julie Galli est d’un pur bonheur : elle ne m’a pas épargnée et m’a fait endurer toutes les épreuves que traversent Aurore. Un maelstrom d’émotions ! Je me suis prise de fou rire face à la décontenance d’Aurore. Entre auto-apitoiement et la loi de séries d’ennuis ! Et puis j’ai été attendrie par son épanouissement.

Ce roman m’a incontestablement remémorée mes années camping où je passais mes deux mois de vacances avec mes grand parents. Cette chaleur qui s’en émane. Ces campings familiaux où tout le monde sympathise, joue des parties de pétanques interminables et où l’apéro est le sacro saint des saints. Sans oublié les premiers flirts. Une ambiance joviale qui est loin de m’avoir déplu. J’ai été charmée par cette histoire et surtout par l’évolution humaine d’Aurore qui partie de ses grands idéaux se trouve à aimer les petites merveilles de la vie.

Une magnifique découverte et que je recommande à toutes celles qui adorent les histoires qui donnent le sourire !

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

 

 

Publicités

Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi de Juliette Bonte

mon ex sa copine

Romance – Edition poche sortie le 2 novembre 2017

Editions Harlequin – Collection HQN

Service Presse

 

Je remercie les éditions Harlequin, via la plateforme NetGalley, de m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : Chloé Martin est la « pire conseillère en voyages du monde ». Gaffeuse et malchanceuse chronique, elle reste cependant une optimiste invétérée. Pourtant, lorsque son patron lui « offre » un séjour professionnel en Savoie, les choses ne s’annoncent pas sous les meilleurs auspices : hôtel miteux, verglas, et surtout rencontre avec son ex qui lui annonce qu’il est fiancé à la bombe atomique avec qui il l’a trompée. Pour ne rien arranger, Chloé est désormais complètement dépendante du bon vouloir du passager avec qui elle a failli se battre dans le train, Nick, qui a ensuite eu la gentillesse – ou la cruauté ? – de la sortir d’une situation très gênante avec son ex en se faisant passer pour son compagnon. En théorie, ce séjour commence donc plutôt mal. Mais en pratique, lorsque, comme Chloé, on sait voir le verre (de bière) à moitié plein, l’horizon finit toujours par se dégager. Et il se pourrait même que l’amour fasse partie du voyage.

 

Mon avis : Ce roman est exactement ce dont j’avais besoin, c’est à dire une romance de Noël qui fait du bien. Chloé est une jeune femme qui travaille dans une agence de voyage. Incapable d’être à l’heure le matin, gourmande, gaffeuse, elle n’a pas vraiment le profil de l’employée parfaite. Pourtant, au cours de la réunion mensuelle des employés, elle apprend qu’elle a « gagné » un voyage pour tester un nouveau partenaire de l’agence. Elle se met à rêver de destinations lointaines et exotiques….. pourtant, c’est en Savoie qu’elle va être envoyée !! Loin de se laisser abattre, Chloé essaie de voir dans ce voyage un signe du destin. Toujours positive, elle arrive conquérante dans la station savoyarde avant de se rendre compte que son hôtel n’est pas le meilleur du coin et que son ex, Valentin, est toujours avec celle pour qui il l’a quittée. Ne voulant pas passer pour la fille qui n’arrive pas à tourner la page, elle s’invente un petit ami imaginaire que Valentin et sa fiancée vont vouloir rencontrer. C’est alors que Nick entre en piste. Entre Chloé et lui, c’est loin d’être une évidence mais pourtant, ne dit-on pas que les opposés s’attirent ?

Chloé m’a fait mourir de rire. C’est une jeune femme pleine de bonne volonté, optimiste mais qui n’arrive pas à tenir ses résolutions. Elle n’a pas la taille mannequin mais elle n’hésite pas à s’arrêter à la boulangerie pour acheter des chocolatines ou une tarte au citron. Elle s’est fait larguer par Valentin après qu’il l’ait trompée ? Ce n’est pas grave, elle garde le secret espoir de le reconquérir. Elle ne sait absolument pas tenir ni sur des skis ni sur un snowboard ? Tant pis, elle prend des leçons et tente sa chance sur les pistes, quitte à faire quelques dommages collatéraux. Chloé est un personnage qui m’a beaucoup plu car elle se moque du qu’en dira-t-on et surtout, elle essaie de rester droite dans ses convictions. Derrière cette façade maladroite se cache une jeune femme sensible qui a souffert et pour qui j’ai eu, par moment, de la compassion.

Parlons maintenant de Nick. Alors lui, c’est le personnage masculin énigmatique comme on les aime. On ne sait jamais trop sur quel pied danser avec lui mais plus on avance dans l’histoire, plus on a envie de percer sa carapace. Quand à Valentin et sa fiancée, ils sont…..particuliers ! Je ne veux pas trop en dire pour ne pas vous spoiler mais ils m’ont bien énervée tous les deux !!

Ce roman est une bonne surprise pour moi. C’est un cocktail de bonne humeur dont on ne peut pas se séparer avant de l’avoir terminé. Alors oui, il y a des situations rocambolesques, improbables mais c’est un livre qui fait du bien et qui colle parfaitement avec la période. Le livre est écrit du point de vue de Chloé et je dois avouer que je me suis reconnue dans nombre de ses remarques. Je ne connaissais pas du tout cette auteure mais je pense que je me laisserai retenter par sa plume si l’occasion se présente. Ce roman léger est le remède idéal contre le blues hivernal !

 

liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Harlequin

Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

pro_reader_120               reviews_10_120               favorited_reviews_120

Si tu me le demandais d’Emily Blaine

Si tu me le demandais

 

Romance – Livre sorti le 4 octobre 2017

Editions Harlequin – collection &H

Service Presse

 

Je remercie les éditions Harlequin, via la plateforme NetGalley, pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

 

Résumé : Elle est sa deuxième chance d’être heureux.

En un regard, un sourire et quelques phrases échangées, Julianne a bouleversé la vie de Cooper. Le temps de leur conversation fortuite sur la terrasse d’un hôtel, elle est parvenue à apaiser les plaies de son âme  et, pour la première fois depuis huit ans, Cooper n’a plus senti le poids de son chagrin. Car, depuis qu’il a perdu sa femme, il se débat chaque jour avec la douleur de l’absence du grand amour de sa vie ; une lutte qu’il mène pour leur fille, Cecilia, désormais adolescente. Mais, lorsqu’il recroise par hasard Julianne, Cooper comprend qu’il doit prendre en main son destin : s’il veut une deuxième chance d’être heureux, il va devoir conquérir cette femme qui le trouble.

Dans cette nouvelle romance moderne, Emily Blaine explore avec justesse et mesure la rencontre entre deux êtres profondément blessés. Peut-on encore aimer lorsque la vie vous a enlevé votre grand amour ? La réponse est aussi chargée d’espoir que la plume radieuse d’Emily Blaine.

 

 

Mon avis : tout d’abord, je dois avouer que j’avais de grandes attentes en ouvrant ce nouveau roman d’Emily Blaine. En effet, je suis une grande fan de sa plume mais avait été un peu déçue par son avant dernier roman « toi, moi, maintenant ou jamais ». Du coup, c’est le cœur battant que je me suis lancée dans cette nouvelle lecture…… qui m’a transportée et bouleversée.

Dans ce roman, nous faisons la connaissance avec Cooper, un architecte de talent qui vit reclus depuis le décès de sa femme huit ans plus tôt. Il ne s’accorde plus aucune vie sociale et n’a toujours pas fait son deuil. Un soir, son meilleur ami et collaborateur, Jackson, le force à venir à une remise de prix récompensant son travail. Il s’éclipse un moment pour prendre l’air et croise alors Julianne, invitée à un mariage dans le même hôtel. Entre eux, le courant passe tout de suite et un jeu de séduction est engagé. Pourtant, ils se séparent sans s’échanger leurs numéros, comme si cette rencontre n’était qu’une parenthèse enchantée. Le destin faisant bien les choses, ils se recroiseront quelques mois plus tard sur une plage et à ce moment-là, ils vont comprendre que leur rencontre est peut-être un coup de pouce du destin afin de reprendre leurs vies en main.

Cooper est un homme qui a vécu une grande histoire d’amour avec son épouse Laura. Elle était son premier amour, ils se sont mariés, ont eu une petite fille Cécilia mais Laura n’a pas survécu à la maladie. Depuis, Cooper s’interdit de vivre et d’être heureux. En grandissant, Cécilia va bousculer son équilibre fragile et l’obliger à rouvrir les plaies du passé pour l’aider à mieux connaitre sa maman. Quand à Julianne, elle est très mystérieuse et se dévoile peu, au début. On comprend cependant qu’elle aussi a vécu des évènements terribles qui l’obligent à se protéger. Entre Cooper et Julianne, la magie va de suite opérer. Leur rencontre va bouleverser leurs destins et les obliger à prendre de nouveau des risques.

Au niveau des personnages secondaires, j’ai été très touchée par la démarche de Cécilia qui cherche à en savoir plus sur sa maman. En bousculant son père et en le faisant sortir de sa torpeur, elle va l’aider à sortir de sa carapace dans laquelle il était enfermé depuis huit ans. Réfléchie, posée mais aussi pleine de questions, c’est une adolescente telle qu’on aimerait en voir plus souvent. Je ne peux pas laisser de côté Jackson, le meilleur ami et associé de Cooper, ainsi qu’Annah, la sœur de Cooper. Tous les deux jouent au chat et à la souris et c’est un régal de suivre leurs joutes incessantes. En passant, je ne dirai pas non à un petit spin-off pour suivre leur histoire.

Vous l’avez compris, cette nouvelle romance d’Emily Blaine est, pour moi, un maxi coup de cœur. L’écriture du point de vue de Cooper est un parti prix payant car cela fait plaisir de se balader dans l’esprit d’un homme. Cela nous permet également de nous rendre compte qu’il n’y a pas que nous, mesdames, qui nous posons des tas de questions. La plume d’Emily Blaine fait une nouvelle fois des merveilles et les pages se tournent sans que l’on s’en aperçoive. L’auteure aborde ici avec délicatesse le thème du deuil et de la reconstruction. Ce roman est une bouffée d’optimisme et une bulle de bonheur que je vous conseille de lire sans aucune modération !!

 

liens-utiles

Retrouvez l’univers d’Emily Blaine sur le site des Editions Harlequin

Retrouvez « Si tu me le demandais » sur Amazon

pro_reader_120                reviews_10_120               favorited_reviews_120

Sans toi – tome 2 : l’autre vie d’Amélie B

Sans toi - l'autre vie

Littérature sentimentale – Livre paru le 13 février 2017

Auto-édition

Service presse

 

Je remercie Amélie B qui, via la plateforme Simplement, m’a confié son roman en service presse.

Résumé : « Jeune psychologue passionnée, Marie se retrouve seule au lendemain de son mariage avec Thomas, qui a dû s’absenter pour raison professionnelle. Soutenue par ses sœurs et son amie Clarisse, elle supporte la situation. Mais la vie lui réserve quelques épreuves, difficiles à surmonter avec un mari absent. Et plus le temps passe, plus Thomas multiplie les écarts au rôle d’époux modèle… »

Amélie B. nous surprend dans ce deuxième volet en nous présentant un nouvel univers : une autre héroïne, une autre histoire, une « autre vie ».

Nous devrons patienter encore avant de retrouver Béatrice !

 

Mon avis : J’avais découvert avec joie la plume d’Amélie B. dans le tome 1. Ce tome 2 est un pur régal !

Dans ce tome, nous découvrons de nouveaux personnages. Nous suivons ici Marie, jeune psychologue tout juste mariée à Thomas et enceinte de son premier enfant. Ce dernier est absent pour raisons professionnelles et son absence se prolonge….ce qui questionne Marie. Soutenue par ses sœurs, sa meilleure amie Clarisse et son voisin Alban, Marie va tout tenter pour retrouver Thomas… et croyez-moi, ce ne sera pas facile pour elle.

Ce deuxième roman de la trilogie « l’envol » reprend le même schéma que le tome 1 : un personnage marié qui disparait et le deuxième part à sa recherche. Cependant, je n’ai ressenti aucune lassitude car ce tome n’a rien à voir au niveau de l’histoire. Tout d’abord, le contexte de la disparition est radicalement différent. On le comprend au fil du roman et on obtient le fin mot qu’à la fin. Ensuite, les personnages, que ce soit leurs histoires ou leurs personnalités sont vraiment différentes. Enfin, encore plus que dans le premier, on est happé dans cette histoire aux rebondissements incessants.

Le personnage de Marie est très attachant : jeune femme épanouie, tout juste mariée et enceinte de son premier enfant, elle a tout pour être heureuse. Malheureusement, son époux est parti à Chicago pour des raisons professionnelles et elle souffre de cette distance. On souffre à ses côtés de cet éloignement et je me suis enthousiasmée lors de sa quête. Ce que j’ai vraiment aimé chez elle, c’est son côté têtue et entière, qui fait qu’elle ne lâche pas son objectif ! On croise ensuite le personnage de Clarisse. Meilleure amie de Marie, on ne sait pas, au début, comment la considérer en sachant qu’elle avait des vues, il y a quelques années, sur Thomas et qu’elle a une facheuse tendance à changer souvent de partenaire. Pourtant, elle va s’avérer une vraie bonne amie sur qui notre héroïne pourra compter et qui va l’épauler dans toutes les difficultés rencontrées. Je suis enfin obligée de parler d’Alban, le voisin de Marie, qui est le lien entre le tome 1 et le tome 2 de cette trilogie. En effet, il est le papa de Max, le héros du tome 1 (celui qui est parti à la recherche de son épouse disparue du jour au lendemain).

Pour conclure, je dois donc vous avouer que ce tome 2 m’a encore plus régalée que le premier et que j’ai enchainé en suivant le tome 3 qui permettra de mêler les héros des 2 tomes. J’ai trouvé l’histoire très prenante, surprenante et hors du commun. Amélie B m’a transportée dans un tourbillon d’émotions, passant du rire aux larmes et de l’inquiétude au soulagement. Ce roman est une très belle histoire de vie à côté de laquelle vous auriez tort de passer.

 

liens-utiles

Retrouvez l’univers d’Amélie B ici

Retrouvez Sans toi tome 2 : l’autre vie sur Amazon

Retrouvez ici ma chronique de Sans toi – tome 1 : l’envol d’Amélie B ici

64391-episode

Speedway de Pascale Stephens.

 

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2017]

Editions BMR

Service presse

 

Je remercie les éditions BMR pour ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Recommencer une autre histoire. Apprendre à connaître un nouvel homme, sortir avec lui, décider de s’abandonner, de se confier. Envisager l’avenir… Autant dire « mission impossible » pour Clémence. Depuis la mort de son fiancé, sa vie amoureuse est au point mort et semble destinée à y rester. Du moins, c’est ce qu’elle pensait avant son retour dans l’univers des courses de moto, jusqu’à ce qu’elle croise à nouveau la route de Nate. Pilote audacieux, plusieurs fois champion du monde, il a lancé le pari de la réconcilier avec la vie. Mais la guérison est un parcours ardu et semé d’embuches… Alors que leur relation gagne de la vitesse, et que Clémence prend de la distance avec son passé, c’est celui de Nate qui ressurgit…

 


 

Mon avis :

« Speedway » est le troisième roman que je lis de cet auteur après les deux premiers tomes de la trilogie « Not easy ». Ce roman s’inscrit dans un monde ultra masculin puisqu’il s’agit de celui de la course professionnelle de moto.

Clémence a tout pour être heureuse, un homme qui s’occupe d’elle et qui n’hésite pas à la pousser lorsqu’il s’agit de se mettre en avant dans le monde de la moto. Elle est aussi pilote et son professionnalisme n’est plus à prouver désormais. Les débuts ont été un crève cœur pour elle, une femme pilote n’a pas sa place sur les circuits. Certains d’entre eux s’en sont pris à elle ouvertement alors que d’autres lui ont rendu le respect mérité. Clémence vit la vie parfaite. Elle est épanouie et en profite un maximum. Jusqu’au jour où tout bascule. L’accident mortel qui lui enlève son futur mari. La chute est brutale et profonde. Les mots sont blessants et les gestes loin d’être réconfortant. Elle s’enlise dans son malheur et les mauvaises nouvelles n’améliorent pas la situation. Emmurée dans sa carapace elle décide de fuir la France vers l’Ecosse lors d’une occasion qui se présente à elle. Elle pressent alors que c’est le signe qu’elle attendait pour amorcer des changements dans sa vie. Mais parfois seule la volonté n’est suffisante, c’est alors que surgit de nulle part, un homme, son pire ennemi sur l’asphalte, celui qui l’a toujours démontée et qui l’insupporte au delà des mots. Cet homme est Nate, le ténébreux, l’insondable, le détestable, le macho , l’égoïste sans nom, le bad boy du circuit. Celui qui lors des soirées fêtant les vainqueurs se pavanent avec les plus belles filles.

Une rencontre et un pari, les voici partis pour un périple qui sera loin d’être de tout repos !

Cette romance offre de nombreux rebondissements et un final qui, honnêtement, a eu le mérite de me faire flipper ! J’ai beaucoup apprécié les dialogues très présents qui jouent parfois sur les quiproquo ( petite touche de comique qui est agréable dans cet imbroglio de sentiments très sombres) et sur le malaise des personnages. Ces phases sont très bénéfiques pour nos deux héros, elles leurs permettent d’évoluer, de se découvrir et de mettre des mots sur leurs émotions. L’autre point positif ce sont les détails techniques sur la mécanique des motos et sur ce qui est en rapport aux courses de motos. Dès le départ, j’ai senti que c’est un roman écrit avec les tripes et qui a certainement touché l’auteur (sentiment confirmé dans les remerciements de l’auteur). Mais, voilà, plusieurs points me chagrinent. Il est vrai que quand j’entends le mot moto de suite, je l’associe à la liberté. Il vrai que dans le monde de la compétition ce mot là n’a pas du tout sa place. On est oppressés dans ce monde où les coups bas sont de rigueurs, les langues de vipères courantes : en fait tout est permis !! Pascale Stephens a trop bien mis en avant ce point là et ne s’en prive pas. Du coup ça m’a coupé mon sifflet ! Malgré la présence de joyeux lurons, on s’aperçoit vite que la sincérité n’est pas monnaie courante. Tout ceci est accentué par la morosité des personnages qui par ailleurs s’envole trop vite à mon goût. Alors que dans les premiers chapitre on tombe en excès dans la mélancolie (certains passages sont redondants surtout au niveau de l’expression des sentiments et du désarroi de Clémence), on enchaine rapidement sur la redécouverte du plaisir et de la séduction. J’aurais voulu plus de moment casse gueule où tout part en cacahouète, ou du moins le peu qu’il y a, soit plus accentué, plus intense. J’ai trouvé le scénario trop facile !

Néanmoins j’adore toujours autant la plume de Stephens Pascale, j’attends le livre qui révélera tout son merveilleux talent. Je trouve qu’il n’est pas assez exploité !

Malgré les petits points négatifs qui m’ont contrariée, c’est un roman qui plaira à bon nombre d’entre vous : les motos, un homme hyper sexy, une femme qui ne sait plus où donner de la tête et la jalousie sont au rendez-vous.

« Speedway » fera vrombir votre cœur !

 

liens-utiles

 

 

 

Vers le site des éditions BMR !



 

 

 

 

Des étoiles dans la mer de Natasha Boyd.

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2017]

MxM Bookmark – Collection Infinty

Traduction : Laurie Asin

Service presse

 

Je remercie chaleureusement les éditions MxM Bookmark pour leur condiance et ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Livvy a pris la fuite. Elle s’est échappée là où personne ne pourra jamais la retrouver.

Mais dans le cottage isolé où elle se réfugie, il y a déjà Tom, un mystérieux inconnu, qui est là pour des raisons personnelles.
Dans l’intimité de ce cottage abandonné, au cœur de la nature sauvage de l’île, leur connexion immédiate est impossible à ignorer. Mais alors qu’ils fuient leur histoire et refoulent leurs secrets, le passé les rattrape et bouleverse leurs vies de façon inimaginable.
Malgré leurs sentiments profonds et leur alchimie puissante, ils devront se battre contre un enchevêtrement de mensonges et surmonter les blessures de leur passé. La vérité, en émergeant, fera peut-être plus de mal que de bien.

 


 

Mon avis :

Natasha Boyd nous offre une histoire qui vous coupera le souffle sans aucun doute. Cette histoire vous filera les frissons du début à la fin , des sueurs froides, des coups de chaud et les larmes ne pourrons que noyer vos yeux.

L’intensité de cette histoire est juste magnifique, palpitante et majestueuse  !

Livvy vient juste d’atteindre sa majorité. Elle fuit cette vie désastreuse où étouffée dans un univers qui se dévoilera être insupportable. Livvy souffre et suffoque. Le passé, le présent ne seront pas son futur. Son refuge s’avère être une vieille bicoque sur une petite île non loin de la côte. Elle représente la tranquillité, l’espoir et la liberté. Elle appartenait à sa grand-mère qui les chérissait elle et sa sœur décédée. Après un périple épuisant, elle se retrouve finalement devant cette maison inespérée. Mais un surprise l’attend ! Un homme a l’apparence d’un ours mal léché.

Livvy est une jeune femme traumatisée par les secrets de famille. Elle se protège par une attitude assez fourbe et se cache derrière une apparence sombre et négligée. La psychologie de son personnage est maniée avec beaucoup de subtilité. Les maux du corps et de l’esprit qui en découlent sont dépeints avec beaucoup de vivacité et de sensibilité. Tommy est un homme mystérieux et nonchalant. Il souffle souvent le chaud et le froid. On s’aperçoit rapidement que son attitude est ambigüe et cache quelque chose. De suite il m’a fait pensé à un ours mal léché. Carrure de bucheron, barbe camouflant son visage et un parlé tranchant : un homme repoussant aux premiers abords mais qui révélera une face beaucoup plus douce et chaleureuse !

La vie les a détruit, les a consumé et les a noyé dans un gouffre sans fond. A eux deux, elle sera plus facile malgré les chemins périlleux qu’il devront abordés. Leurs passés s’avéreront mêlés et les révélations anéantirons les vains espoirs de Livvy.

Ce livre est juste  une méga surprise. Dés le départ j’ai été conquise par le style de Natasha Boyd. La plume de l’auteure se veut honnête et ne nous épargne pas. Elle nous fait ressentir une flopée d’émotions : la peine, l’espoir, le doute, l’envie, la tendresse, la haine, le désespoir…On ressent instantanément que l’histoire va nous toucher. J’ai eu les frissons pendant la totalité de la lecture, le cœur oppressé par les rebondissements incessants et surtout les révélations qui s’imposent au fils des pages. Cette romance vous met les nerfs en pelote, la pression monte inévitablement jusqu’au dénouement fantastique !

Cette romance ne s’inscrit pas dans la ligné des romances dites « new romance ». Elle traite un thème très grave qui impacte la psychologie des personnages. L’auteur ne tombe pas dans le glauque et nous offre une porte de sortie qui se dénote par un regain d’espoir.

Un méga coup de cœur pour « Des étoiles dans la mer » !

 

 

liens-utiles

 

Vers le site officiel de Natascha Boyd !

 

A un fil de Rainbow Rowell.

 

 

[LITTÉRATURE SENTIMENTALE – réédition 2017]

Éditions Milady

Traduction : Benjamin Mallais

Masse critique Babelio

 

 


 

Résumé :

Georgie est au trente-sixième dessous : cela faisait des années que son mariage battait de l’aile, mais cette fois, c’est la fin. Alors que son mari est parti passer Noël avec ses enfants dans le Nebraska, elle reste seule à Los Angeles, car elle a pris la fâcheuse habitude de faire passer sa carrière avant sa famille. C’est alors qu’elle tombe sur un vieux téléphone jaune à cadran rotatif. Contre toute attente, cette antiquité va lui permettre de faire un bond de quinze ans en arrière et de communiquer avec Neal dans le passé. N’est-ce pas l’occasion rêvée pour résoudre leurs désaccords et retomber amoureux comme au premier jour ?

 


 

Mon avis :

Le thème du livre a tout pour plaire : une working girl surmenée qui laisse filer entre ses doigts le bonheur de sa famille et un téléphone fixe qui la projette dans une conversation 15 ans auparavant qui n’a jamais eu lieu à part maintenant.

Malheureusement je n’ai pas accroché vis à vis de cette lecture. Plusieurs points m’ont gênée. Tout d’abord les personnages : Georgie est une femme un peu fofolle qui s’oublie dans le travail. Je n’ai pas accroché avec son rôle de mère qui à mes yeux délaisse totalement ses deux filles au profit de soirée brainstorming. Et surtout j’ai détesté le comportement face à son mari qui tout de même se dévoue entièrement à sa famille. Georgie est un personnage que j’ai détesté par sa façon d’aborder les problèmes et d’agir face aux conséquences qui vont lui tomber sur le nez. Elle m’a insupportée du début à la fin par cette attitude désastreuse. Neal est à son opposé : introverti, peu bavard même pas du tout. Il a extrêmement du mal à parler de ses émotions et de ses envies. Il les transmet par des petites mimiques. Pour le coup c’est un homme très effacé qui pour se faire comprendre agit souvent en prenant la fuite. Alors il a beau être hyper sympa dans le rôle de papa moderne et d’homme à tout faire, mais qu’est ce que j’ai eu envie de le secouer comme un cocotier pour qu’enfin il exprime clairement le fond de sa pensée ! Et puis le meilleur ami de Georgie, Seth. C’est un homme hyper prétentieux qui cherche à tout prix à séduire Georgie et la mettre dans des situations impossibles. Son rôle n’est pas franc et beaucoup trop ambiguë.

Ensuite comme vous l’avez compris dans le résumé, Georgie découvre un téléphone magique qui va lui permettre de parler à Neal 15 ans auparavant. Si l’idée est séduisante, je trouve qu’elle est mal exploitée. J’aurai voulu plus de rebondissements, plus de peps, plus d’imprévus ! J’ai juste était confrontée à un dialogue où Georgie essaye d’influer leur futur en minimisant les risques.

Et pour finir, ce qui m’a fait grincer les dents : c’est le passage incessant entre passé et présent où Georgie nous plonge dans des réflexions existentielles. Souvent j’ai du reprendre le paragraphe pour arriver à me situer dans l’espace temps. Ce n’est pas du tout agréable de toujours se poser la question » j’en suis où là ? ».

Tous ces petits points négatifs entachent le fil de la lecture qui portant aurait pu être sensationnelle. Le fond de l’histoire est pourtant intéressant puisque l’auteur soulève des problématiques modernes : la femme dans un milieu professionnel exclusivement masculin, le rôle de la mère working girl au sein de la famille, la place du mari dans la famille, le couple et son épuisement, l’évolution de l’amour et de quelle manière il s’exprime. La plume de l’auteur a du potentiel dont je n’ai pas pu apprécier ni la teneur et ni la profondeur !

Il est rare que je mette des avis de la sorte. Mais on ne peut pas tout aimer ! Malheureusement ! Si vous l’avez lu j’en serais heureuse d’en débattre avec vous ! Alors n’hésitez pas à laisser un commentaire si c’est le cas !

 

 

liens-utiles

 

Tout savoir sur l’auteure et les éditions Milady : c’est par ICI !