LA PETITE FILLE DU PHARE de Christophe Ferré.

 
[ THRILLER PSYCHOLOGIQUE – 2018]
Éditions L’Archipel – Collection suspense
448 pages
Ma note : 3,5/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Qui a kidnappé le bébé ?
Le temps d’une soirée dans un pub tout proche de leur villa située sur la côte de granit rose de Ploumanac’h, Morgane et Elouan ont laissé la garde de leur fille de 10 jours, Gaela, à son frère adolescent, Arthur.
Mais au retour, un berceau vide les attend.
Aucune trace d’effraction, pas de demande de rançon. À la douleur de la disparition, s’ajoute la violence du soupçon de la gendarmerie. Morgane est une mère déjà éprouvée par la perte d’un enfant, Elouan, un père souvent absent…
Les pistes se multiplient mais l’enquête n’avance pas.
Pourtant, près d’un mois plus tard, le miracle : Gaela est rendue à ses parents. Le soulagement l’emporte sur l’incompréhension.
Sauf pour Arthur, convaincu que ce bébé n’est pas sa sœur..
 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Direction la Bretagne, Côte de granit rose, petit village côtier, Ploumanac’h. Un petit coin de paradis qui va être le témoin d’un fait divers dramatique.

 

Perchée sur son promontoire de granit face à la mer, la maison familiale s’illumine sous les cris d’une mère affolée, désemparée. Morgane partie s’enquérir du sommeil de sa petite fille, Gaela, est face au berceau vide. L’inquiétude, la peur envahissent peu à peu tout les membres de la famille. Un grand frère démuni face à son impuissance, un père qui a retourné la maison et une maman accablée. Les gendarmes suivis par la police judiciaire prennent cette affaire militari. L’enquête débute : interrogatoires des parents et du grand frère, enquêtes auprès du voisinage, appels à témoin. La disparation de Gaela fait la une des journaux nationaux. Les médias s’emparent rapidement, relayant de nombreuses rumeurs et toutes sortes de scénarios.

 

Alors que la vie de cette famille sans histoires s’écroule, le monde extérieur se déchaîne. Morgane abattue, tente de faire bonne figure, mais les insinuations se font de plus en plus pressantes et oppressantes. Matricide, accident involontaire, tout autant de termes qui agissent tels des lames aiguisées. L’enfer s’invite sur la Côte de granit rose prêt à ravager la moindre parcelle de bon sens.

 

Je découvre pour la première fois la plume acérée de Christophe Ferré. Dés la sortie de ce thriller, le résumé a titillé ma curiosité. Cette intrigue familiale a eu raison de moi. Le thème évoqué ne laisse guère présager une ouverture. Le scénario et l’intrigue restent à mes yeux très simples sans être spectaculaires. Christophe Ferré met un accent particulier sur l’aspect psychologique de ses personnages avec une nette préférence pour Morgane, la maman. Car pour comprendre le présent, il faut se plonger dans le passé. Christophe Ferré maîtrise parfaitement l’art et la manière de semer le doute, d’instiller des idées qui germeront ou pas plus tard au cours des chapitres. Il joue parfaitement entre les états d’âmes, les questions, les retournements de situation, les allusions. De quoi mener son lecteur par le bout du nez. Et cela marche sans problème. Puisque j’ai eu cette impression de ramer dans la semoule, sans vraiment pouvoir saisir le détail ou l’élément qui aurait pu me mettre la puce à l’oreille. Chapeau ! Entre les paysages bucoliques et une femme qui se tire les cheveux pour connaître la vérité, il y a quelques passages longs ou redondants. La chute est bien trop rapide à mon goût, en même temps difficile d’en vouloir à l’auteur car l’essentiel est bien en amont. Je retiendrais de ma lecture tout ce qui a attrait à la psychologie des personnages, la manière dont les éléments s’imbriquent, laissent présager un début de réponse, pour ensuite faire face à un autre problème, un autre élément. Cet enchevêtrement est machiavélique et super bien étudié. J’ai beaucoup apprécié la plume nerveuse de Christophe Ferré qui peut être à la fois langoureuse dans les descriptions et prenante dans les moments où les émotions accaparent les personnages. Je ne m’en tiendrais pas uniquement à cette première rencontre avec l’univers de Christophe Ferré et ouvrirais bien volontiers un autre de ses romans.

 

LA PETITE FILLE DU PHARE est un thriller sympathique sans vraiment de grosses étincelles. Un thriller nerveux et qui tient malgré tout en haleine !

 

#Esméralda

 

 
Je remercie les éditions L’Archipel pour leur confiance et patience.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions L’Archipel.

Christophe Ferré en parle …

Publicités

L’INCONNUE DE L’ÉQUATION de Xavier Massé.

 
[ THRILLER – Nouveauté 2019 ]
Éditions TAURNADA – Collection Le Tourbillon des Mots
260 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Quatre heures. La police n’a que quatre heures pour démêler ce qui ne semblait être au départ qu’un simple drame familial : un couple, Juliette et François, retrouvé carbonisé, leur fils, Julien, gisant au sol.
Deux salles d’interrogatoires, deux témoins de la tragédie : la mère de François et une flic déjà présente sur les lieux. Deux versions, deux visions différentes.
Accident, meurtre, ou vengeance ?
Une toile d’araignée va se tisser peu à peu et d’une simple énigme va surgir une équation… aux multiples inconnues.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

Xavier Massé signe un thriller dépotant où tout ce que vous pensez savoir s’entremêle entre rasions, désillusions et bien plus encore.

 

Quatre heures, deux femmes, trois inspecteurs, des corps et une énigme. Une énigme qui vous plonge directement dans un imbroglio d’idées où chaque élément de réponses ouvre sur de nouvelles questions. Une cascade d’énigmes, de suspicions, de doutes, tout cela fait tourner en bourrique les inspecteurs. Leur calme olympien est tout à leur honneur. Parfois les questions dérapent et les mots fusionnent, s’élèvent dans une cacophonie somme toute contrôlée.

 

Ce huit clos met en scène une grand-mère endeuillée et une flic témoin directe de la scène du drame. Chacune ignore la présence de l’autre. Les questions-réponses fusent dans un ballet tout aussi harmonieux qu’inquiétant. Le lecteur est au centre de ce ping-pong et spectateur d’une histoire qui s’enchaîne selon le point de vue des questionnées. Un sacré casse-tête pour les enquêteurs qui mettent toute leur hargne pour démêler ce drame familial. Qui a tort ? Qui se joue d’eux ? Arriveront ils à dénouer cette affaire dans les temps ?

 

Xavier Massé a l’art et la manière de vous en mettre plein les yeux, de vous balader dans tous les sens du terme et de vous faire croire que vous avez tout compris. Sauf que Xavier Massé est un petit malin sournois et qui je pense adore ce jouer de nous (bien attendu le lecteur). Une plume incisive, un rythme affriolant, une trame explosive et voici la combinaison parfaite pour vous faire perdre la tête. J’adore tout simplement ! Il n’y a aucune simplicité dans le scénario. Et, bien oui, je me suis fait avoir comme une débutante. Aucun soupçon de ma part, aucune intuition, aucun pressentiment. C’est agréable, j’avoue, d’être surprise. J’ai attendu le dénouement final avec inquiétude, méfiance et appréhension. Et voilà que le boulet de canon explose tout sur son passage, rase l’impensable. A chaque chapitre je n’ai pas su à quoi m’attendre. A chaque chapitre j’ai cru avoir compris. A chaque chapitre je remettais tout en cause. Je termine en disant que ce thriller est en tout point HALLUCINANT. Seriez-vous capable de découvrir l’inconnue de l’équation avant le couperet final ?

 

A découvrir absolument et sans hésitation !

 

#Esméralda

 
Je remercie Joël des éditions Taurnada pour sa confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Taurnada

La bande annonce du livre

MA BÊTE de Jean-François Regnier.

 
[THRILLER – 2018 ]
LIBRINOVA
178 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
Lu dans le cadre de Mon Marathon Indé d’avril
 

 

Le résumé :
Ma Bête, c’est ainsi que Weston Forrester surnomme Duncan Smith qu’il capture à Boston, sur le parking d’une station-service. Le ravisseur veut faire de sa victime le meurtrier qu’il n’a pas le courage de devenir. Weston Forrester a tous les atouts pour mener le jeu et faire de Duncan Smith un criminel. La rencontre de ces deux hommes, dans un face à face tendu, va les amener à se découvrir aux limites de leurs forces et de leurs valeurs respectives.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Weston Forester a tout du mari et de l’homme idéal. A aucun moment, il ne serait possible de croire ou d’imaginer qu’il soit un ravisseur et commanditaire d’une vengeance sanglante. Weston Forester a tout préparé, tout prévu et manigancé. Il ne manque plus que sa bête pour fomenter et accomplir ses méfaits. Duncan Smith a été l’heureux élu : au mauvais moment au mauvais endroit et hop, enlevé ! Commence alors une « domestication bestiale », un lavage de cerveau. Mais on ne devient pas un pro de la manipulation mentale et psychologique en un tour de main, surtout quand son captif garde toute sa tête.

 

MA BÊTE est un thriller juste INCROYABLE !

 

Un thriller qui m’a embarqué dans une histoire aussi sensationnelle que morbide. Les traits psychologiques des deux protagonistes sont magnifiquement établis et décris. Pas à pas, j’ai découvert les tenants et les aspirations auxquelles chaque personnage voue une sorte de culte. Le méchant est un sacré méchant avec des idées tordues, des pensées sombres. Il ne manque plus que les yeux rouges et la bave qui coule pour avoir le portrait typique du fou furieux. L’auteur se penche avec minutie sur ces détails qui font de ce personnage  une personne malhonnête vouée à des névroses de persécution terrible. A chaque chapitre j’ai été plongée davantage dans les abîmes de cette âme profondément blessée et malmenée. Le lecteur est mis face à cette évidence de comprendre, en quelque sorte les actes de celui-ci, alors qu’il est impossible de cautionner cette démarche. Pour autant le gentil monsieur enlevé n’est pas un saint. Sous cette allure imposante, se cache un homme qui a roulé sa bosse et qui n’a pas été très tendre avec les personnes croisées sur sa route. C’est un homme forgé dans la pierre et élevé façon militaire. Duncan Smith se trouve ainsi pour un moins que rien. La déchéance et les humiliations deviennent sont quotidien mais pour autant il n’oublie pas ce qui fait de lui un homme. Deux hommes aussi différents l’un de l’autre qui se confrontent dans un même combat où les enjeux de survie ne dépendront que d’eux.

 

Jean-François Regnier aime jouer sur les ambiguïtés et mettre en scène des situations palpitantes mais versions sanglantes. L’atmosphère s’alourdit au fil des pages. Les personnages sombrent petit à petit. Et la situation générale se dégrade.

 

La plume de J-F Regnier est addictive. Une fois débuté je n’ai pas pu m’arrêter. L’auteur a fait le choix judicieux d’une trame à deux voix et cela rend le thriller davantage captivant. Tout est bien orchestré jusqu’à cette fin qui m’a toutefois frustrée et restée coi. L’auteur a choisi un final original et atypique faisant une cassure nette avec tout le reste du roman. Certains apprécieront. Pour ma part, je reste trop sur ma faim et cela à coûter un coup de cœur. Haaaaaaa, mais pourquoi ?

 

Laissez-vous embarquer par un thriller décapant, original et sensationnel. De surprises en rebondissements, MA BÊTE sait subjugué et interrogé.

 

#Esméralda

 

 

Je remercie Jean-Fraçois Regnier pour sa confiance et sa patience.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview de Jean-Francois Regnier.

…le site de Librinova.

 

IMG_20180426_160220_117

A FLEUR DE PEAU de James Barnaby.

 

[THRILLER PSYCHOLOGIQUE – 2018]
Éditions DE BORÉE – Collection Marge Noire
443 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 

 

Le résumé :
Brillante étudiante de 19 ans à l’université du Wisconsin à Madison, Jane souffre de  » fugues temporelles  » depuis l’enlèvement dont elle a été victime huit ans plus tôt, dans des circonstances qui n’ont jamais été élucidées et dont elle ne garde aucun souvenir. En vacances comme chaque été dans le chalet familial au bord du lac Mendota, elle est seule avec son beau-père, sa mère ayant dû repartir précipitamment à Chicago pour son travail. Dans la nuit, la jeune fille se réveille avec les mains ensanglantées, un couteau à ses pieds. Richard gît à ses côtés, égorgé… Jane le sait, elle a tout de la coupable idéale. Pour le procureur du comté et la police de Madison, l’affaire est claire : l’étudiante a commis cet acte odieux dans une crise de folie. Ce n’est pourtant pas l’avis de Joseph Sleuth, l’agent local du FBI, qui penche pour un assassinat politique maquillé en crime familial. Leader du parti écologiste, Richard briguait le poste de sénateur et comptait de nombreux ennemis à la Bourse des valeurs agricoles de Chicago, le puissant et influent lobby des céréaliers. Libérée sous caution dans l’attente de son procès, Jane est prise en charge par un spécialiste de l’hypnose. Au fil des séances elle retrouve peu à peu la mémoire. La réalité se dessine, effroyable…

 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

Il n’y a rien à faire, car tout le monde est fou, ici… Il lui semblait avoir déjà entendu ça quelque part, mais où ? Quand ? Elle ne savait plus. De toute manière, elle se méfiait de ses souvenirs, tout comme elle redoutait ses pertes de mémoires. Si elle était vraiment aussi atteinte que ce qu’on le disait, elle ne pourrait jamais être sûre que ce qu’elle voyait était bien la réalité. Elle délirait peut-être, imaginait des choses qui n’existaient nulle part ailleurs que dans son cerveau dérangé. En ce moment même, cet homme qui se tenait devant elle n’avait sans doute pas plus de consistance qu’une ombre. Jane se dit qu’il était le fruit d’une hallucination. Au fond, rien de ce qu’elle voyait et croyait réel n’avait de sens. Elle errait telle une âme en peine dans un univers de fantasmagories. Elle était plongée dans un rêve aux allures de cauchemar dont elle était incapable de s’éveiller.
C’est alors que l’homme leva doucement son visage, très doucement. Son regard glissa sur le sol avec une infinie lenteur avant de remonter le long du corps de Jane. Les pieds, les jambes, le ventre, le buste, jusqu’aux yeux qu’il se mit à fixer intensément de l’éclat bleu de ses iris, tandis qu’un magnifique sourire illuminait son visage.
Instantanément, Jane bascula dans l’inconscience.
 
Jane vient juste de fêter ses dix-neuf ans. Etudiante, intelligente, solitaire, angoissée, elle tente de survivre dans un monde où réside à ses yeux des dangers constants. Jane est une jeune femme atypique ayant développée un syndrome autistique et touchante dans sa désolation. Jane pratique ce qu’elle appelle « la fuite temporelle ». Etrange exercice. Un instant là des heures plus tard ailleurs. Et son dernier saut dans le temps l’inquiète vraiment. Un morceau de baudruche dans son jogging, seul témoin d’une escapade dont elle est incapable de se souvenir. Ses plus vielles angoisses se réveillent, serait-ce à cause de ce terrible anniversaire de son enlèvement huit ans plus tôt ?

 

Ainsi débute cet incroyable thriller ! Angoisse, peur, suspense, fait inexplicable et sang (quelques pages plus tard) sont les clés de ce roman qui ne m’a laissé aucun répit et aucune chance de m’en sortir.

 

Qu’on lui coupe la tête !

 

Alice aux pays des merveilles, Blanche-Neige, La Belle aux bois dormants, Le livre de la jungle, Walt Disney…. Mais que viennent faire ces dessins animés ici ? Quels liens entretiennent-il avec l’intrigante Jane ? Ont-ils un rapport avec son enlèvement huit ans plutôt ?

 

Qu’on lui coupe la tête !

 

Clap de fin de scène. Comme un signal ou un mantra sinistre, Jane se sent aspirée dans un tourbillon glauque : images rapides, sons, odeurs, sensations, images rapides, sons, odeurs, sensations…. Une ritournelle qui n’a plus rien à voir avec les souvenirs de ses dessins animés. Auraient-ils un pouvoir extraordinaire ?

 

Accrochez-vous bien !

 

Je découvre pour la toute première fois la plume de James Barnaby et la magie a opéré militari. Une plume vibrante et angoissante qui sait parfaitement maitriser les attraits psychologiques de son héroïne dans une atmosphère aussi glauque que solaire. L’auteur décide d’alterner les différents poids de vue des protagonistes et entre le présent et le passé. L’intrigue virevolte au grès des pages vers un final explosif et inattendu. J’aime beaucoup les références au monde de Walt Disney. Ils confèrent un côté angélique à une trame diabolique. Cette immersion forcée dans l’enfance, comme un pont fragile reliant la réalité et l’irréalité. C’est étrange, sensationnel, ingénieux et subversif.

 

A FLEUR DE PEAU est un sacré page turner ! Impossible de le lâcher. Chaque page apporte sa pièce à l’édifice. Et à chaque chapitre j’ai voulu en savoir davantage. Une intrigue sur fond d’amnésie, de complot, de manipulation où une jeune fille de onze ans a le rôle principal.

 

Alors, envie de le lire ?

 

#Esméralda

 

 
Je remercie les éditions De Borée pour leur confiance et leur patience.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… le site des éditions De Borée.

 

HAUT LE CHŒUR de Gaëlle Perrin-Guillet.

 

[ THRILLER PSYCHOLOGIQUE – Nouveauté 2019 ]
Réédition de 2013 (Éditions Rouge Sang)
Éditions TAURNADA – Collection Le Tourbillon des mots
241 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 

Le résumé :
« Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver ». Depuis qu’Eloane Frezet, la tueuse en série la plus abjecte de ces dernières années, a prononcé ces mots, Alix Flament vit dans l’angoisse que la criminelle sanguinaire s’évade de prison… Alors, quand la journaliste reçoit un coup de téléphone d’Eloane en pleine nuit, elle comprend que la meurtrière va honorer sa promesse… Une promesse de sang.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

Mais que peut bien se cacher derrière ce titre énigmatique ? Une quatrième de couverture qui laisse entrevoir une histoire de vengeance. Oui mais quoi donc ? Si la curiosité vous pousse à ouvrir ce thriller psychologique, préparez-vous à une course poursuite haletante où haine, colère, passion et folie sont un moteur où seul le sang et les cris sont l’unique récompense.

 

Alix Flament, journaliste de son état, a connu la gloire et défrayé la chronique lorsque son livre sur la tueuse en série, Eloane Frezet est publié. Des heures d’enquêtes et d’interviews, malmenées par une femme intrigante, suspicieuse, pernicieuse et joueuse. Les réponses égrenées sont étudiées souvent évitées ou enrobées. Un subtil jeu malsain du chat et de la souris. Le Mal est déjà fait, il s’infiltre silencieusement et il ne laissera aucun répit à sa prochaine victime, Alix. Lorsque ces mots résonnent, Alix sait que cette opprobre sera alors, un jour, une réalité abjecte.  

 

Les années défilent, les souvenirs s’estompent, la menace file. Le bourreau a su se faire oublier pour mieux renaître de ses cendres. Et tel un phénix vengeur, Eloane, se rappelle à cette belle promesse. Que la danse commence !

 

Gaëlle Perrin-Guillet a su créer dès les premiers pages une atmosphère oppressante. Les protagonistes de l’histoire sont très vite en état d’alerte et de stress. Rapidement l’angoisse, l’inquiétude, l’appréhension sont étouffants. La tension monte d’un cran à chaque chapitre. Je me suis attendue au pire, telle une cocote minute prête à exploser. L’autrice navigue entre présent et passé en fonction du point de vue des différents protagonistes. Elle sème ici et là les éléments innocents qui portent toute leur importance au final. Je n’ai pu que ressentir cette urgence tout au long des pages. Partager cette aventure, c’est aussi tenté une intrusion dans l’esprit de cette femme. C’est tenté de comprendre l’impensable, de se soustraire à toute logique, de mettre des mots sur l’horreur, de percer à temps une énigme qui sème le chaos et le sang, de comprendre une musique inaudible pour nous simple mortel. Cette dimension est à la fois intangible, malveillante, démoniaque, mais je n’ai pu que me laisser embarquer par cette histoire machiavélique. Gaëlle Perrin-Guillet a le rythme dans la peau et ne laisse aucun répit à son lecteur : les rebondissements, les révélations, les coups tragiques, les corps sans vies, les complots, les bouts de partitions de musique, les traits psychologiques des personnages, tout y fait pour vous rendre fou ! Et cela jusqu’au point final.

 

Cette lecture aurait pu être un sacré coup de cœur si je n’avais pas compris le lien entre les éléments avant la révélation. Mais ce qui n’a pas entaché d’être littéralement secouée par le dénouement et d’apprécier.

 

HAUT LE CHOEUR est un thriller psychologique hautement haletant. Je suis convaincue qu’il en surprendra plus d’un 😉

 

#Esméralda

 

 
Je remercie Joël des éditions Taurnada pour sa confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… le site des éditions Taurnada.

… L’avis du blog Aurore des bulles et des couleurs.

 

L’ÉTRANGER DANS LA MAISON de Shari Lapena.

 

[ THRILLER DOMESTIQUE – Nouveauté 2019]
Traduit de l’anglais (Canada) par Valérie Le Plouhinec
Titre original : A stranger in the house
Presses de la Cité
304 pages
Ma note : 3,5/5
Lien Kindle

 

 

Le résumé :

 

 » Comment te sens-tu ?  » Elle voudrait répondre  » terrifiée « . À la place, elle dit, avec un faible sourire :  » Heureuse d’être à la maison. « 
Mariés depuis deux ans, Karen et Tom ont tout pour être heureux : un train de vie confortable, un pavillon coquet, des projets d’avenir. Un soir, quand Tom rentre à la maison, Karen s’est volatilisée. Alors qu’il commence à paniquer, Tom reçoit une visite de la police : son épouse a été victime d’un grave accident de voiture, dans un quartier malfamé où elle ne met d’ordinaire jamais les pieds. À son réveil à l’hôpital, la jeune femme a tout oublié des circonstances du drame. Les médecins parlent d’amnésie temporaire. En convalescence chez elle, Karen est
décidée à reprendre le cours de sa vie. Sauf que quelque chose cloche. Elle sait que, depuis quelques mois, quelqu’un s’introduit en leur absence dans la maison…

 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Direction une banlieue de l’État de New York, quartier cossu et paisible. Maisons alignées, jardins impeccables, sourires de façade polis, mots aimables. La vie parfaite du rêve américain. Le mari bosseur qui rentre tard le soir et la femme soucieuse du bon maintien de son foyer tout en travaillant.Les chaussettes au bon emplacement dans le tiroir, le repas fumant sur la table, le grain de poussière éliminé et balayé, les voitures brillantes devant de la maison.

 

Le décor parfait pour planter une intrigue à la hauteur d’un thriller domestique qui malgré un début sensationnel n’a finalement pas tenu ses promesses.

 

Le couple, Karen et Tom, vit le parfait amour depuis deux ans. Lui comptable dans une grande boîte et elle assistante comptable au pompes funèbres, couple modèle de la perfection et heureux. Une vie bien rangée, quelques connaissances, une amie, mais pas de chien. Tout aller pour le mieux, jusqu’au jour où Karen explose sa voiture en pleine ville dans un quartier malfamé, non loin d’un corps sans vie et perd la mémoire. Ainsi débute une intrigue qui s’intensifie crescendo.

 

Passé, présent, doutes, investigation, manipulation, chantage tout y passe. Tom se trouve au milieu d’une enquête qui va mettre à mal l’image de sa femme. Elle est au centre de nombreuses questions qui restent une bonne partie du roman sans réponse. Les éléments s’imbriquent doucement de sorte à piéger le lecteur dans un flou indescriptible. L’intrigue s’égrène sereinement au fil des chapitres courts. Ce n’est pas tant les rebondissements ou autres actions à gogo qui vont créer la dynamique de la lecture, mais la psychologie des personnages. Chaque question, chaque crainte, chaque aspect des personnages vont être les éléments déclencheurs d’une autre série de questions et ainsi de suite. Tous les petits détails finissent par s’emboiter pour mener à un épilogue assez surprenant et qui m’a fait tiquer. Je m’attendais tant à un épilogue explosif, je le sentais là au bout des mots, mais il n’arrive pas. C’est peut être remettre en cause tout ce qui fait de ce thriller, mais les personnages secondaires auraient pu être tellement mieux utiliser. La voisine psychopathe et manipulatrice (son mari inexistant), le flic suspicieux mais qui n’effleure que la réponse du bout du doigt, l’avocat avare, le frère trop peu présent, un mort qui parle trop, un Tom trop malléable et une Karen à qui on confesserait le bon Dieu. Je pense avoir imaginer tous les scénario possibles effleurant parfois le dénouement, me doutant de quelque chose. Mais la fin reste pour moi trop banale, sans éclat et qui ne remet rien en cause. Je déteste parfois être aussi exigeante. Par ce que tout est là : une plume hyper entrainante, un scénario explosif, des personnages aux traits psychologiques bien prononcés ; tout est là sauf l’épilogue qui m’a laissé un gout amer. Arfffff !

 

Ce second roman de Shari Lapena n’a pas tenu toutes ces promesses. « Le voisin d’à côté » m’avait beaucoup plus pour son côté atypique, mais pour son second thriller, le charme n’a malheureusement pas opéré. Un thriller trop linéaire à mon goût et où le coup de bluff n’est pas au rendez-vous. Je ne m’arrêterai pas à cette première déception et laisse donc une nouvelle chance à Shari Lapena 😉

 

#Esméralda

 

 

Je remercie Anne des éditions Presses de la Cité pour sa confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… Mon avis sur un autre roman de Shari Lapena : « Le couple d’à côté ». 

… les informations utiles sur le site Lisez.com.

… le site de Shari Lapena

 

received_257092058249322

 

 

 

Une lecture proposée sur le groupe (FB)

Vents mauvais de Claire Rivieccio

vents mauvais

Thriller – livre sorti le 5 mars 2018

Editions Plumes Solidaires

Service presse

Ma note : 3,5/5 mention « à découvrir »

 

Je remercie les Editions Plumes Solidaires qui, par le biais de la plateforme Simplement Pro, m’ont confié ce roman en service presse.

Résumé : C’était parti pour ressembler à une croisière de rêve et c’est très vite devenu le pire de ses cauchemars. Jamais Mimi n’aurait imaginé se retrouver dans une situation aussi effroyable. Où trouvera-t-elle la force de survivre ? Tandis qu’elle entend des hurlements sur le pont, elle se demande une dernière fois pourquoi elle a mis les pieds sur ce bateau maudit.

 

Mon avis : A la lecture du résumé, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Lorsque j’ai tourné la dernière page de ce roman, je me suis dit que j’avais vécu une lecture unique qui ne ressemble à aucune autre.

Dans cette histoire, nous embarquons sur le Narval qui fait une traversée de l’Atlantique, de la Normandie jusqu’au Sénégal. Cyprien et Mimi, jeune couple désirant se rendre à Dakar, embarquent pour une croisière unique en compagnie de Bijou, Double Zéro, Ghetty et Wilfried, le capitaine du bateau. Mais très rapidement, l’ambiance à bord va devenir de plus en plus pesante et la croisière de rêve va virer au cauchemar.

Wilfried et Ghetty forment un couple diabolique, à la Bonnie and Clyde. Ils fixent leurs règles sur le navire et gare à ceux qui ne les respecteraient pas ! Très rapidement, l’atmosphère devient irrespirable à bord et ce huis-clos rend le lecteur accro à son roman et on ne peut le lâcher avant de savoir comment cela va se terminer.

En parallèle, Nathalie, la sœur de Mimi, s’inquiète et engage un détective, Delfrédo, pour partir à sa recherche. Ce dernier va mettre beaucoup de cœur à l’ouvrage afin de mener à bien sa mission.

Tout au long du livre, on alterne en terre et mer et on suit successivement les différents personnages. Cela permet de suivre deux actions se déroulant en parallèle ou d’avoir plusieurs points de vue sur une même action. J’ai trouvé cela agréable mais un peu déstabilisant au départ. Tous les protagonistes sont travaillés et ont une singularité qui les différencie les uns des autres.

L’autrice réussit, dès le début, à nous mettre dans l’ambiance et, au fil des pages, elle nous glace le sang. Ses descriptions réalistes font froid dans le dos et même si certaines scènes sont à la limite du soutenable, on ne peut s’empêcher de vouloir en savoir toujours plus. Son style est plaisant, son écriture nous entraine en plein cœur de l’action et elle nous décrit avec beaucoup de justesse l’atmosphère marine et les paysages rencontrés par nos protagonistes.

Pour conclure, ce thriller haletant a réussi son pari, me tenir en haleine jusqu’au bout. La fin me laisse un peu perplexe car j’ai trouvé le dénouement un peu rapide. Néanmoins, je recommande cette lecture à tous les amateurs du genre et n’hésiterez pas à redécouvrir, dès que l’occasion se présentera, un roman de Claire Rivieccio.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Plumes Solidaires ici
Retrouvez-le également sur Amazon en cliquant ici