Après la chute de Dennis Lehane.

 

[THRILLER – Nouveauté 2017]

Éditions RIVAGES

Traduction : Isabelle Maillet

Service presse

 

Je remercie les éditions Rivages et Léa, fondatrice du groupe PicaboRiver Book Club, pour leurs confiances.

 


 

Résumé :

Journaliste à l’avenir prometteur, Rachel Childs grimpe les échelons à toute vitesse jusqu’au moment où la rédaction de sa chaine de TV l’envoie à Haïti couvrir le séisme de 2010. L’horreur dont elle est témoin lui cause un tel choc qu’elle s’effondre en direct devant les téléspectateurs. C’est le début de la fin. Elle perdra son emploi et restera sujette à des attaques de panique. Cette fragilité psychologique s’explique par le fait que la mère de Rachel, une manipulatrice perverse, lui a toujours caché l’identité de son père. C’est en se lançant dans une quête pour le retrouver qu’elle croisera la route du détective privé Brian Delacroix, dont elle tombera amoureuse. Leur mariage durera trois ans, jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il mène une double vie. De la quête du père au mariage avec un homme parfait ― trop parfait pour être honnête ―, Rachel va aller de révélation en révélation et tout ce qu’elle croyait savoir sur elle-même et sur son entourage va être remis en cause.

 


 

Mon avis :

C’est la première fois que je découvre un des romans de Dennis Lehane. Pourtant on ne peut pas dire qu’il est inconnu au bataillon puisque c’est l’auteur des romans « Mystic river », « Shuster Island » et « Gone, Baby, Gone » adaptés au cinéma par de grands réalisateurs. Et de plus il a à son actif plus de dix livres ! C’est avec un grand enthousiasme que je m’apprête à découvrir sa plume en essayant complétement d’occulter mon ressenti pour les films cultes qui restent tout de même mes préférés.

Dennis Lehane nous plonge dans l’univers sombre et mélancolique de Rachel Childs. Fille d’un père inconnu et d’une mère surprotectrice, tyrannique, psychologue et écrivain. Rachel est une jeune fille difficile qui se cherche dans la provocation. Elle a vraiment du mal à trouver sa place dans la société. Sa vie, elle a considère comme incomplète. Elle cherche éternellement à savoir qui est son père, ses origines. Tous ces trous lui empêchent d’avoir sa propre identité. Mais le jour où sa mère décède tragiquement dans un accident de voiture, c’est la dégringolade, car elle ne sait toujours rien. Ses quêtes n’aboutissent à rien et par la force des choses, elle contacte un détective privé, Brian Delacroix. De cette rencontre débouchera une multitude de surprises des années plus tard !

Ce roman se lit facilement. L’auteur tire agréablement les ficelles de son jeu et sa plume se veut efficace. Le livre est découpé en trois parties :

  • La première partie est consacrée à l’enfance de Rachel, sur ce qui la défini. Son caractère, son tempérament, ses ambitions et surtout sur la signification de l’absence de ce père dont elle garde des souvenirs fugaces. Les flash back alternent avec le présent. L’auteur nous montre cette partie sombre et triste de Rachel. Ses tourments sont très profonds. Le texte tourne autour de cette introspective et essaye de donner un sens à ce manque affectif et familial. C’est une partie qui se veut très mélancolique. Le rythme est lent, parfois redondant. L’auteur nous noie sous une tonne d’émotions néfastes. Nous montrant bien et nous accaparant d’effroi : « regardez, ses malheurs !! ».
  • La seconde partie nous trace son effondrement affectif et personnel : c’est la chute ! Le trop plein d’émotions, les doutes … le trop plein de tout finit par lui exploser au visage. Elle perd pied ! Elle ne peut plus rien affronter de l’extérieur. Le renferment est inévitable. La fuite psychologique est son seul remède. L’auteur change radicalement dans la perception. Il nous enferme dans l’agoraphobie de Rachel. Il nous fait couler en même temps dans cette folie silencieuse. Le rythme est différent du premier. Il se veut plus agressif et intrusif. Les doutes de Rachel resurgissent plus intensément.
  • La troisième et dernière partie fait honneur à sa renaissance. Suite aux retrouvailles inattendues avec Brian Delacroix, une dizaine année après. Cette relation efface et détruit ses démons. Mais le plus surprenant c’est la tournure que prend, alors, le roman. Totalement insoupçonné après deux tiers qui se voulaient assez monotone. L’auteur nous surprend avec un dénouement tonitruant et énergique. Les nombreux rebondissement auront eu le mérite de pimenter la fin de l’histoire. L’action fait enfin, partie de la partie et je vous assure que ça fait du bien. J’attendais impatiemment ce moment où tout allait pété !

Ce que je retiens de cette lecture, c’est la psychologie et la personnalité authentique des personnages. Si je puis dire « la mise en scène » apporte ce côté « noir et  blanc » des films d’époque. Cette langueur du début dénote avec cette fin digne des grands films à suspense. Un paradoxe qui pourtant ne m’a pas totalement conquise !

C’est une lecture très intéressante qui pourrait faire le sujet d’une lecture commune ou bien dans un club de lecture  car les débats y sont très nombreux et présents. Malheureusement le début lent m’a dérangée dans le sens où la fin est tout de même un véritable coup de bluff. J’aurais voulu que l’action soit beaucoup plus présente dans les deux premières parties. L’auteur donne un style particulier à son roman qui plaira certainement à un bon nombre d’entre vous. D’ailleurs comme le voyez, j’ai eu beaucoup de choses à vous dire sur cette lecture !

« Après la chute » relate l’histoire d’une survivante ! Une survivante à sa mère, à son père, à ses maris. Une survivante à la vie qui prendra moult chemin pour qu’elle puisse enfin accepter sa vie telle quelle !

 

Ils avaient tous montré une facette d’eux à certaines périodes de leur vie, puis d’autres au fil du temps, dont quelques-unes l’avaient croisée, avaient modifié son existence ou lui avaient donné la vie. Mais ensuite ils avaient évolué vers de nouvelles versions d’eux-mêmes. Voire, de nouvelles personnes. […] Une transformation de plus.

liens-utiles

 

Pour tout savoir sur Dennis Lehane !

Vers le site de la maison d’éditions Payot-Rivages !

Pour rejoindre le groupe de Léa : Le Picabo River Book Club, c’est par ICI !

 

19702584_10213526219139454_2312085156918980685_o

Publicités

Timothy Blake : la mort en héritage de Bridget Page.

 

[THRILLER – Nouveauté 2017]

Auto-édition

Service presse

 


 

Résumé :

Depuis longtemps fasciné par les sociopathes, Gildas Gabin a obtenu un certificat de Sciences Criminologiques avant d’intégrer la Police. Confronté très rapidement à une affaire de meurtres en série, ses connaissances, conjuguées à des capacités sensorielles hors norme, lui ont permis de se bâtir une réputation qui l’amène désormais à intervenir aux quatre coins de l’Europe.

C’est dans ce cadre que l’on fait appel à lui pour résoudre une série de meurtres sur La Rochelle, une ville reliée au pire de ses souvenirs et au plus cuisant de ses échecs.

Timothy Blake est officiellement infirmier anesthésiste intérimaire. C’est du moins ainsi qu’il apparaît à sa femme, Rachel. Mais la réalité est tout autre. Tim a des besoins très particuliers et un hobby peu commun : il tient de son père un lourd héritage qu’il s’efforce de perpétuer, y travaillant sans relâche depuis bientôt dix ans.

Désormais, Tim se sent prêt à voler de ses propres ailes, quitte à se dédouaner des consignes paternelles, à surfer sur les vagues de la décadence, à repousser les limites de la cruauté, mais aussi celles de sa propre jubilation…

Timothy Blake nous entraîne au cœur de sa sordide passion, tandis que Gildas Gabin s’efforce de débusquer l’« artiste » et de stopper l’hémorragie.

Privé de ses aptitudes si particulières, hanté par un spectre qui obscurcit son jugement, il lui faudra résoudre l’énigme de son passé pour mettre le point final à la série sanglante qui terrorise La Rochelle.

Entre haine et fascination, les deux hommes se lancent dans une course-poursuite qui les mènera au plus intime secret de l’autre, les faisant basculer dans un affrontement personnel irréversible dont la mort pourrait s’avérer l’ultime issue.

 


 

Mon avis :

Il n’y a pas à dire mais Bridget page a un talent fou ! Une fois de plus elle m’aura transportée dans son univers sombre fait de dédales impénétrables et où l’âme humaine devient diabolique.

Timothy Blake est l’homme bien sous tout rapport, empathique dans son boulot, mari aimant, le sourire plaqué sur son visage sibyllin. Rien ne laisse paraitre sa folle existence. Celle qui se déroule à la dérobée de tous dans un lieu sacro-saint inaccessible au commun des mortels.

Gildas Gabin super flic téméraire, mentaliste aux dons paranormaux. Il est l’homme des situations périlleuses. Père et mari aimant, il voue sa vie à résoudre les affaires criminelles les plus ardues.

J’adore les personnages. Ils ont cette aura à la fois dérangeante mais sympathique. Je les associe au yin et au yang, l’eau et le feu. Ils nous offrent une confrontation du feu de dieu et on assiste à une chasse des plus excitantes. Les regards échangés, les sous-entendus, les menaces silencieuses conférent une atmosphére lugubre qui s’accentue tout au long des pages. L’auteure nous livre les pensées morbides, les doutes, les espoirs des deux protagonistes. Les rebondissements incessants, le suspense, les intrigues rendent le roman hyper addictif. On n’a qu’une envie celle de connaître la fin. L’auteure de nous épargne pas les scènes morbides et nous expose parfaitement au travers des mots de son personnage le procédé et l’objectif qu’il souhaite obtenir, la reconnaissance !

La psychologie des personnages est hyper bien maitrisée. D’ailleurs je ne peux m’empêcher de trouver sympathique ce Timothy Blake alors que je devrais le détester. Mais sa façon d’expliquer son ressenti et sa capacité à émouvoir sont totalement hallucinantes. L’auteure arrive à inverser les rôles sans problème : le gentil devient méchant et le méchant devient gentil. C’est totalement dément ! D’ailleurs le rythme s’intensifie au moment où les deux protagonistes arrivent à se défaire des chaines les tenant respectivement à leurs passés. Et là c’est l’explosion !!! On grimpe davantage dans la violence verbale et le déchainement des actes perpétués. C’est de la folie pure et simple. J’ai eu les frissons tout au long des 400 pages.

Bridget Page a le don de vous tenir par l’effroi et le doute. Vous tournez les pages et vous ne savez pas du tout à quoi vous attendre. Le surprises arrivent les unes après les autres, à la fois heureuses et à la fois morbides. Tim n’est pas de ces criminels qui adorent le sang ou qui trouve la jouissance dans la souillure des corps, mais il a ce côté artistique qui rend ses victimes telle une œuvre d’art. Les symboles sont très puissants notamment ceux qui m’ont le plus espanté l’eau qui symbolise la pureté et la renaissance dans un autre monde et ces bateaux qui mènent vers la voie de l’éternité.

Ce roman est un mélange entre « Dexter » de Jeff Lindsay aux touches dramatiques de Karine Giebel et policière de Franck Thilliez ! Un thriller qui détonne !

Une histoire qui a le mérite de continuer à vous coller à la peau une fois terminée !

 

liens-utiles

 

Lien vers la page Facebook de l’auteure !

 

Rêver de Franck Thilliez.

 

 

 

[ THRILLER POLICIER – 2016]

Éditions Fleuve noir

Lecture personnelle

 

 

 

 

 

 


 

Résumé :

 » Pour la plupart des gens, le rêve s’arrête au réveil. « 

Si ce n’étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire d’Abigaël qu’elle est une femme comme les autres.
Si ce n’étaient ces moments où elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu’Abigaël dit vrai.
Abigaël a beau être cette psychologue qu’on s’arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée. Une narcolepsie sévère qui la coupe du monde plusieurs fois par jour et l’emmène dans une dimension où le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l’un de l’autre, elle n’a pas trouvé mieux que la douleur.

Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l’accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Par quel miracle a-t-on pu la retrouver à côté de la voiture, véritable confetti de tôle, le visage à peine touché par quelques bris de verre ? Quel secret cachait son père qui tenait tant, ce matin de décembre, à s’exiler pour deux jours en famille ? Elle qui suait sang et eau sur une affaire de disparitions depuis quelques mois va devoir mener l’enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.

 


 

Mon avis :

La réputation de Franck Thilliez n’est  plus à faire. Grand nom de la scène littéraire française, chaque année son livre est très attendu autant par les fans que par les critiques. J’ai découvert cet auteur avec ces deux one shot : « Vertiges » et « Puzzle ». Bien évidemment j’ai découvert plus tard la série policière avec Sharko. Mais bon cœur balance pour les deux premiers ci dessus cités. Je suis super heureuse que son avant dernier roman ne rentre pas dans la série Sharko et c’est avec un grand enthousiasme que cet été je me suis plongée dans « Rêver ».

Un personnage de la grande fabrique Thilliez : mélodramatique, névrosé, déprimé, meurtri, désillusionné, hargneux, suspicieux, farfelu…Pour ne citer que le plus élogieux. Tous ces traits de caractères se retrouvent au sein d’un seul et unique personnage, il s’agit de Abigaël, jeune femme psychologue et nommée experte au sein de la police nationale. Mais là où a fait fort cette fois ci Thilliez c’est sur ce point là : Abigaël est atteinte de narcolepsie. Un mot hyper barbare pour signifier qu’elle présente des troubles du sommeil assez grave (condition neurologique caractérisée par des épisodes irrésistibles de sommeil et un désordre du sommeil général). Thilliez est un vrai génie qui m’a fait plonger dans l’univers du rêve. Outre son personnage qui présente de vrais troubles, il nous immerge dans un roman déstructuré par la mise en scène. Il confère à son roman une dimension onirique chamboulant le fil conducteur. Il se joue de nous, nous obligeant une gymnastique cérébrale et en nous obligeant d’être acteur quant au déroulement de l’intrigue. J’aime beaucoup ce procédé. C’est assez novateur et surtout hyper bien maitrisé.

Franck Thilliez mène d’une main de fer son orchestre : une intrigue mordante et décousue qui nous donne du fil à retordre. Un contexte alambiqué par le réel et l’irréel.

Cet avant dernier roman est vraiment atypique et déroutant par tout ce côté théâtral et les personnages touchants. Il se dénote carrément de sa série policière et c’est une pure bouffée d’air frais lorsqu’on a tout lu ou presque de cet auteur. Beaucoup on décrit comme le meilleur de ses romans, mais personnellement il me manque ce petit quelque chose et puis on reste toujours dans le même registre. J’aimerai voir un peu de renouveau !

Franck Thilliez reste tout de même le maître français du thriller sombre !

Vous passerez toujours un super moment de lecture avec ses romans !

 

liens-utiles

 

Lien Amazon.

Vers le site des éditions Fleuve noir.

Vers le site officiel de franck Thilliez.