LES ÉTONNANTES AVENTURES DU MERVEILLEUX MINUSCULE BENJAMIN BERLIN de Julien Dufresne-Lamy.

 

[ LITTÉRATURE JEUNESSE – FANTASTIQUE – Nouveauté 2019 ]
Dès 9 ans
ACTES SUD Junior – Collection Roman Ado
272 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 

Le résumé :
Benjamin Berlin a un don : il est télépathe. Un vrai pouvoir de sorcier mais parfois lourd à porter. Le déménagement de sa famille au Japon le plonge soudain dans un monde indéchiffrable. C’est pourtant là qu’il va apprendre à maîtriser et à développer son don. Dans son nouveau collège à Tokyo, il découvre qu’il n’est pas le seul à faire usage de la magie. Coïncidence ? Rien n’est moins sûr… De grandes aventures l’attendent.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Benjamin Berlin a un secret. Il est télépathe. Mais chut, personne ne le sait. Son super pouvoir méga cool se déclenche lorsqu’il touche quelqu’un, et là, comme par magie il sait tout. C’est super sympa pour faire rager sa grande sœur qu’il adore autant qu’il la déteste. Benjamin Berlin est un super garçon qui à l’âge de sept ans et à 4h04 précise, voit sa vie basculer. C’est à ne rien y comprendre. Mais peu importe, il s’en accommode même si parfois son secret est lourd à porter et qu’il n’a personne à se confier. Benjamin Berlin continue à grandir dans la joie et dans la bonne humeur auprès de sa famille aimante. Sa famille est nomade. Son père diplomate l’embarque au grès de ses missions : Espagne, Canada et maintenant le Japon. Le Japon a hâte de s’y retrouver ! Il est loin de soupçonner alors que sa vie « presque » banale va prendre un tournant …. magique ! Je Japon et ses règles, le Japon et sa culture, un univers que Benjamin va découvrir yeux grands ouverts et croquer à plein dents. Benjamin ne rêve qu’une chose se plonger dans cette masse grouillante, se fondre dans ce monde. L’apprentissage du japonais, l’immersion dans une classe et voilà que son monde s’ouvre et découvre mille et une facettes. Les mois défilent et les amitiés se tissent, mais Benjamin se sent épier. Il pense rêver quand cet homme à faire peur, l’accoste et lui révèle tout !

 

Je découvre Julien Dufresne-Lamy dans le registre fantastique. Une exploration sensationnelle auprès d’un personnage qui a su me conquérir. Benjamin est ce petit frère que j’aurais aimé avoir, agaçant, incroyable, fougueux, inventif, créatif et fabuleux. J’ai vite été entraînée dans cette folle aventure qui telle une quête initiatique va permettre à Benjamin de grandir, de s’accepter et à apprendre à écouter le monde. Il rencontre quelques épreuves qui font lui faire beaucoup douter. L’amitié et la famille sont au centre de ce roman jeunesse entraîné par une plume qui a su à nouveau me séduire. Même si cette lecture s’adresse essentiellement à un lectorat beaucoup plus jeune que mes 34 balais, c’est agréable de pouvoir s’y plonger et de se rendre compte que quelque soit les épreuves, la solution se trouve en nous. C’est un beau message. Outre cet aspect, Julien Dufresne-Lamy m’a fait découvrir le Japon. Au travers de nombreuses descriptions et utilisations d’expressions japonaises, cette immersion est un pur régal. Très imagé, il est facile de se représenter l’environnement.

 

C’est une lecture à découvrir avec votre enfant (ado ou pas). Mon fils de neuf ans n’est pas encore à l’aise avec les longueurs, le livre attendra donc sagement dans la bibliothèque. C’est une belle balade au grès de ces étonnantes aventures d’un minuscule héros qui vous touchera en plein cœur.

 

Croyez-vous en la magie ? Moi, oui, dommage que je ne suis pas une sorcière, on aurait fait les quatre cent coups avec Benjamin Berlin 😉

 

#Esméralda

Je remercie Julien Dufresne-Lamy et les éditions Actes Sud Junior.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Actes Sud Junior.

… mes avis sur d’autres romans de l’auteur.

Publicités

DANCERS de Jean-Philippe Blondel.

 

 

[ LITTERATURE JEUNESSE – Nouveauté 2018]

Editions ACTES SUD Junior – Collection Romans Ado

 

 

Format numérique (176 pages) : 9.99€

Broché : 13.90€

Ma note : 5/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Un triangle amoureux. Une fille et deux garçons. Amour, amitié, séparation. Mais ce qui les relie irréductiblement l’un à l’autre est la danse, le hip-hop. La seule passion du mouvement, de la circulation dans et entre les corps, d’un art vécu comme une sérénité. Anais, Adrien et Sanjeewa : l’ancienne gymnaste à la carrière contrariée, le garçon en colère contre l’injustice familiale et le fils d’immigrés Tamoul que l’on ne sait pas trop où caser. Le trio réinvente les lois de l’attraction dans la vie comme sur un plateau. Nourri de culture musicale, Jean-Philippe Blondel n’a pas son pareil pour mettre en scène l’adolescence avec énergie, sensualité et confiance.

 


 

Mon avis :

 

Une nouvelle lecture #youngadult pour mon plus grand plaisir, une fois de plus. L’auteur n’est pas à son premier essai et si l’on regarde de plus près on découvre une bibliographie étonnante.

 

La danse a fait partie de mon enfance : des rêves de tutu, de représentation, de petites acclamations et de petite gloire. Un petit coin de paradis où l’on se sent telle une très grande princesse et qui , pour certaines, très vite perd de sa splendeur.

 

L’auteur nous plonge dans le quotidien de trois adolescents. Trois mois où le lecteur arpente leurs quotidiens faits de doutes, de tourments, de questions, d’euphorie, d’avenir, d’amitiés et d’amour. Quand ce dernier est aux prémices d’une relation naissante destructrice, douloureuse mais si bienheureuse.

 

Trois adolescents, trois vies, trois destins entrecroisés, liés pour le meilleur et le pire.

 

Anaïs, gymnaste affirmée qui après un échec et une désapprobation au sein de l’équipe nationale, quitte le navire sur un affront qui la plonge dans un profond désarroi. Elle a perdu toute confiance en elle. Danseuse talentueuse, la rigueur et la technicité sont le seul moyen d’exprimer ses émotions. Anaïs est aux premiers abords, une personne peu amène, amère, sournoise et narquoise. Elle semble emprunte d’une grande frigidité ou rigidité. Alors que sous son armure se cache une jeune fille blessée et qui ne demande qu’à être écoutée.

 

Adrien est un danseur inné (si je puis dire). Il invente, crée, construit, bâtit la danse. Il la respire, la vit. Il joue avec elle, elle se glisse dans ses mouvements qu’il transforme aux rythmes de ses émotions. Il est elle. Elle est lui. Une communion, une osmose féerique, magique et merveilleuse. Pourtant, il ne l’assume pas vraiment. La colère le grignote. Celle qui durcit l’âme. Une colère sournoise née depuis son enfance. Une colère induite par un combat, celui du paraître. Des parents sourds et muets, croulant sous le poids du silence, des non-dits, de la peur d’être différent.

 

Sanjeewa est fils d’immigrés Tamoul (Inde). Arrivé en France à l’âge de sept ans, il garde comme souvenir, ces danseurs qui évoluaient sans musique aux rythmes des tintements des bracelets. L’arrachement à sa terre natale a été un très grand traumatisme. Mutique, réservé, il ne se relève de son marasme qu’à la naissance de sa petite sœur. C’est avec un second souffle qui s’ouvre au travers de la danse, à cette terre d’accueil. Une danse tel un prolongement de son être déraciné et qui s’est reconstruit ailleurs, ici. Un mixage de cultures hallucinant et épatant.

 

Un trio confronté aux turpitudes et aux précocités induites à l’entrée à l’âge adulte. Un trio qui dans ce ballet improvisé et non contrôlé va s’épanouir, s’épancher dans cette recherche innée, inconsciente autour de ce questionnement « qui sommes-nous et qui deviendrons-nous ? ». Une danse évoquant le désir, l’amour, l’amitié, le pardon, l’avenir, l’espoir. Un jeu de son et lumière miroitant aux grès d’une musique silencieuse, délicieuse et envoutante.

 

Jean-Philippe Blondel a réussi à me surprendre. J’admire la manière dont il transcrit ces confrontations. Trois personnages aux trois portraits saisissants liés par le même amour, la même passion pour la danse qui entrouvre une fenêtre sur l’acceptation de soi, des autres, de la peur, de la honte et où il en résulte, finalement, une belle force.

 

Une nouvelle fois, si le lectorat visé par ce roman sont les adolescents, j’ai été vraiment charmée par cette lecture. J’ai été saisie par les émotions qui s’en dégagent. L’auteur touche une corde sensible.

 

Je t’invite à découvrir DANCERS, pour une soirée, une danse virevoltante qui ne te laissera pas de marbre.

 

 


 

Je remercie les éditions ACTES SUD Junior pour leur confiance via la plateforme NetGallley.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site d’Acte Sud, pour tout savoir !

Un petit tour sur Lisez.com, pour en savoir davantage sur Jean-Philippe Blondel !

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

UENO PARK de Antoine Dole.

 

 

[YOUNG ADULT – Rentrée littéraire 2018]

ACTES SUD Junior

 

 

Format numérique (128 pages) : 9.99€

Broché : 13.50€

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Huit adolescents. Huit voix. Ils ne se connaissent pas mais ont en commun de rejeter les codes traditionnels de la société japonaise. Tous laissent entrevoir un furieux besoin d’imposer leur trace dans ce monde. A Ueno Park, ils vont se trouver réunis pour Hanami, le spectacle de l’éclosion des cerisiers.

 


 

Mon avis :

 

J’aime beaucoup les romans qui paraissent chez ACTES SUD Junior. Des romans courts et surtout percutants et pertinents.

 

Antoine Dole emmène son lecteur au cœur d’Ueno Park, figure emblématique de Tokyo pour ces cerisiers en fleur. Hanani, fête traditionnelle et symbole éphémère du renouveau et du souvenir.

 

Tokyo, centre névralgique du Japon où modernisme et tradition se côtoient sans cesse. Vie rigoureuse et rigoriste, les cadres, petites mains, ouvriers, enfants et adolescents sont confrontés au résultat et à l’excellence. Il n’y a aucune pitié pour les plus faibles qui deviennent très vite des laissés pour compte.

 

Antoine Dole, grand observateur, narre avec justesse la vie de ses adolescents et adolescentes qui ne veulent pas être gangrénés par cette société misogyne et intraitable.

 

Au travers de 8 portraits, Dole prend le rôle de porte parole. De sa merveilleuse plume, il honore avec force le combat de ceux qui condamnent et aspirent à une vie meilleure.

 

Ayumi est une hikikomori. Un fantôme vivant entre deux mondes. La réalité ne dépasse pas l’écran de son ordinateur. Ses parents sont dans le déni de son mal être profond, de sa déprime. Pour sa famille, elle n’existe plus. Elle l’a déshonorée. Ce second Hanani sera peut être pour elle, la fenêtre tant attendue ouvrant sur de nouveaux espoirs et aspirations ?

 

Sora est un garçon pas comme les autres. C’est une sweet lolitas. Il se maquille, s’habille comme une fille. Ils sont nombreux à Tokyo et s’afficher est un affront à la société. Trouvera t-il à ce nouveau Hanani, l’apaisement qu’il cherche tant ?

 

Fuko est atteinte d’une leucémie. Son espérance de vie se compte maintenant en jour. En ce jour d’Hanani, il lui a été autorisée de sortir de l’hôpital et de profiter d’Ueno Park. Une liberté éphémère et salvatrice. Si elle est en paix avec la mort, l’inquiétude la ronge quant à sa jeune sœur, Kazué. Cette escapade sera t-elle un aussi bon souvenir ?

 

Natsuki est une jeune fille aux mœurs bien différentes inculquées aux jeunes filles. Elle pratique le Enjo Kosai. Une sorte d’escorte girl mais destinée à recevoir les pleurs, les lamentations des clients. Elle est mise face à toutes les émotions que le Tokyote cache par honte. L’argent ne fait pas le bonheur, elle rêve d’un monde où pleurer ne sera pas une preuve de faiblesse.

 

Haruto est le survivant d’une de ces catastrophes naturelles qui touchent tant le Japon. Avec sa mère, ils ont emménagé à Tokyo, loin du danger éminent. Ce jour terrible et tragique où il a perdu son père médecin, il s’est fait une promesse de suivre les traces de son père. Les années ont passé et il n’aspire plus à cette carrière. Hanuni permettra t-il enfin de révéler cette passion grandissante et incomprise à sa mère ?

 

Daisuke est fier de subvenir aux besoins de sa famille. faire des pancakes tout au long de la journée dans une misérable échoppe aux abords d’Ueno Park, n’a rien de dégradant. Si simplement les gens pouvaient le voir.

 

Aïri ne rêve que de rencontrer son idole, son amoureux. Elle l’attend dans le parc, sous la statue de bronze. Ses rêves seront-ils plus fors que les désillusions ?

 

Nozomu est parti de chez sa mère car elle n’arrêtait pas de travailler pour assurer un avenir meilleur à ses enfants. Il a fuit sans un mot, sans un au revoir, se promettant de trouver un travail honorable afin de l’aider. Seulement la rue l’a mangé sans préambule. Il erre, dépouillé de son humanité dans ce parc bien trop clinquant pour lui. Il observe ce monde grouillant uniforme. Quelques couleurs tapissent ce semblant de mascarade et l’unité est ainsi ballottée. Qui sait peut être qu’en un regard la vie peut basculer ?

 

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. Des portrait saisissants. J’ai adoré découvrir ces huit personnes uniques qui s’imposent dans ce monde fade.

 

UENO PARK invite à la découverte d’un monde qui ne tend qu’à être révéler. Il invite au voyage et au débat.

 

Ce Young Adult est à découvrir sans aucun doute !

 

 

Résultat de recherche d'images pour "ueno park"

UENO PARK

 

 


 

Je remercie les éditions ACTES SUD Junior pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions ACTES SUD, pour tout savoir !

Vers le site d’Antoine Dole, pour suivre son actualité !

 

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

BOOM de Julien Dufresne-Lamy.

IMG_20180526_161531

 

[LITTÉRATURE JEUNESSE – Nouveauté 2018]
Éditions ACTES SUD Junior – Collection d’Une seule voix.
Lecture personnelle

 

Format numérique (110 pages) : 7.49€
Broché : 9.80€
Ma note : 5/5 mentions « à découvrir » et « coup de cœur »

 

 

 

Le résumé :
« Si vite, tu es devenu mon meilleur ami. Mon meilleur pote, à la vie à la mort. Indécent de dire ça. Pendant trois ans, tu m’apprends mille trucs. T’es Robinson, MacGyver, Dora l’exploratrice combinés. Tu me montres comment rafistoler un grille-pain, allumer un feu, faire des noeuds marins. Tu m’apprends même à conduire. Trois ans de confidences, de joie, de gueule de bois. Trois ans de gueule de joie, c’est ça. » Timothée était le gentil, le bien éduqué. Etienne le fêtard, l’incorrigible. Une amitié fusionnelle, jusqu’à ce voyage scolaire à Londres. Jusqu’à ce que Timothée soit fauché par un fou de Dieu sur le pont de Westminster. Depuis, Etienne cherche les mots. Ceux du vide, de l’absence. Etienne parle à son ami disparu en ressassant les souvenirs, les éclats de rire.

 


 

Mon avis :

 

Certes je ne fais pas parti du public visé par le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy, mais peu importe je voulais absolument l’avoir. Même mon fils, de presque 9 ans, a voulu le lire, mais je ne l’ai pas autorisé à le prendre. Dans quelques années je lui donnerai et on parlera de ce roman génial.
Ce n’est pas à proprement parlé d’un roman épistolaire, mais je l’ai perçu comme tel. Une lettre ouverte, un témoignage éprouvant, un mea culpa déchirant. Etienne décrit cette amitié forte et immuable. Celle qui s’est bâtie pendant trois années. Trois années de fou rire, de délires, de soirées, de questions. Ils sont devenus de jeunes adultes, ensemble. Des projets communs, de l’ambition. Etienne est désinhibé alors que Timothée a la tête sur les épaules. L’un réfréne l’autre. L’autre le pousse. Deux identités complémentaires mais aux antipodes.
Ce laïus fait suite au décès de Timothée « fauché par un fou de Dieu ». Etienne se remémore et nous narre cette amitié insensée. Les remords, la peine, la douleur entrecoupés par l’euphorie et la douce folie de l’adolescence, tiennent une place primordiale.
Loin du monde d’être frustrée par la longueur de ce magnifique roman, j’ai vécu cette lecture comme un voyage bouleversant et intense. La plume de Dufresne-Lamy est efficace, poignante et chargée en émotions. Dufresne-Lamy narre un des fléau actuel avec beaucoup humilité. En mettant en scène ces deux adolescents pleins de vie, il touche irrémédiablement le lecteur qui soit ado, jeune adulte, adulte, parents et grands-parents.

 

Une sensibilité à toute épreuve qui te prend littéralement aux tripes.

 

 

∞∞ EXTRAIT ∞∞

 

Dans l’appartement, tu me laisses entrer le premier alors que tu portes les sacs de course. Tu me reparles de tes analyses spectrales-je-sais-pas-quoi et de ton exposé barbant sur les ondes. J’avance jusqu’au couloir. Tu es derrière moi. Tu pousses une gueulante par ce que ta mère a fermé les volets en partant ce matin. On est dans le noir complet. J’appuie sur l’interrupteur du salon et tout le lycée est là devant moi, à hurler SURPRISE;
J’ai l’air idiot.
Ils sont tous là, même les figurants à qui on ne dit pas un mot. Face aux troupes, je ris nerveusement. Je bafouille des mercis grotesques et tu m’agrippes chaleureusement par la nuque en me criant, Joyeux anniversaire, bichon. Dans mon dos, tu as tout préparé. Le buffet. Les banderoles suspendues aux tringles. L’éclairage, le set de latines et la petite famille de bouteilles pour trinquer. Tu n’es pas allé en cours cet après-midi. Tu m’as menti et tu t’en excuses parce que tu n’as jamais mentir. Tu n’as pas suivi les trois heures de TP physique-chimie dont tu me rebattais les oreilles. Tu as préparé la soirée dans le plus grand secret et on l’a fêté comme il se doit, cet anniversaire, tous les deux, jusqu’au bout du jour, avec la voix éraillée et la chemise blanche trempée de sueur. Mon dernier anniversaire avec toi.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Lien Amazon !

Vers le site de ACTES SUD Junior, pour tout savoir !

Pour tout savoir sur l’actualité de Julien Dufresnes Lamy !

Retrouve mon avis sur un autre roman de Julien Dufresne-Lamy :  » Deux cigarettes dans le noir ».