La première fois que j’ai été deux de Bertrand Jullien-Nogarède

la première fois que j'ai été deux perso

Littérature jeunesse – livre sorti le 6 juin 2018

Flammarion Jeunesse

Service presse

Ma note : 4/5

 

Je remercie Bertrand Jullien-Nogarède pour sa confiance et pour m’avoir confié son roman en service presse.

Résumé : Le scooter de Tom nous emporta loin du monde. Mes bras entouraient sa taille et je laissai ma tête reposer doucement sur son épaule. Je ne crois pas avoir été plus heureuse qu’à cet instant. Juste une fille comme les autres. Il avait suffi qu’un anglais à cravate surgisse de nulle part pour que mes pieds ne touchent plus le macadam. J’étais vraiment folle amoureuse…

 

Mon avis : A la lecture du quatrième de couverture, on s’attend à lire une jolie histoire d’amour pour adolescentes. Je dois vous avouer que résumer ce livre à cela serait très réducteur car il permet de mettre en lumière de nombreux thèmes liés à l’adolescence, avec tact et simplicité. Dans tous les cas, c’est une lecture passionnante qui ne vous laissera sûrement pas de marbre.

Ce roman raconte l’histoire de Karen, lycéenne en terminale dans la banlieue parisienne, qui a une petite vie bien rangée. Idéaliste de l’amour, même si elle n’y croit pas vraiment, elle se consacre à ses études, à sa passion pour ses livres mais à l’inverse de sa meilleure amie Mélanie, elle ne prend pas la peine de multiplier les conquêtes masculines. Quand Tom, un jeune anglais, arrive dans son lycée, tout est bousculé. Ces deux adolescents, en total décalage avec leur époque, vont vivre un amour de jeunesse, plein d’imprévu, qui les marquera à vie.

Karen est une jeune fille en total décalage avec le monde moderne. Élevée par une mère célibataire qui a trouvé refuge dans les livres et déçue par les hommes, elle n’a pas d’autre modèle masculin que son meilleur ami Jonathan et son oncle qu’elle voit ponctuellement. Sa rencontre avec Tom va être un tsunami pour elle…. Et pour lui aussi, qui vient de perdre son père et qui se retrouve expatrié en France, alors qu’il n’a rien demandé. Peu enthousiaste à cette idée, il va trouver un rayon de soleil nommé Karen, qui va lui redonner un nouvel espoir pour l’avenir. Néanmoins, même si leur histoire est prometteuse, les embuches seront nombreuses et surtout, je pense que vous n’êtes pas prêt de deviner tout ce qui les attend.

Adepte de la littérature jeunesse, j’ai été complètement happée par cette histoire surprenante et pleine de rebondissements. La plume de l’auteur est fluide, addictive et nous entraine dans cette histoire remplie d’émotions fortes. En effet, Bertrand Jullien-Nogarède profite de son livre pour nous parler des problématiques des parents célibataires, du deuil à l’adolescence, des différentes représentations de l’amour chez les jeunes mais aussi pour pointer certaines dérives telles que la drogue ou le mal-être de la jeunesse. Ce roman est un voyage, entre la banlieue parisienne et la capitale anglaise, un voyage pour deux ados qui découvrent le grand amour. J’ai aimé le fait d’être surprise car rien ne va se passer comme on l’attend. Le roman est écrit à la première personne, comme si Karen nous racontait son histoire et ainsi, on ressent avec elle tout ce qui peut lui arriver. Émotionnellement, j’ai souri, j’ai souffert et j’ai eu le souffle coupé lors de ma lecture et je n’ai senti aucun temps mort dans ce roman. Je suis restée sur ma faim car je ne m’attendais pas du tout à ce que cela se termine comme cela et j’aurais voulu en savoir plus… Je n’en dis pas plus pour ne rien révéler mais sachez que je suis très frustrée de la manière dont cela se termine.

Je recommande donc ce roman classé jeunesse à tous les amoureux de belles histoires d’amour. En effet, si vous cherchez un roman frais, non conventionnel et qui vous entraine dans un grand voyage vers l’inconnu, n’hésitez plus et tournez-vous vers « la première fois que j’ai été deux ».

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Flammarion Jeunesse
Retrouvez-le également sur Amazon ici

Publicités

Le rêve dévoré de Jo Rouxinol

le rêve dévoré

Littérature française/drame – Livre sorti le 11 décembre 2017

Auto-édition

Service presse

Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

 

Je remercie les organisateurs du Prix des Auteurs Inconnus d’avoir organisé, cette année, un book-club pour nous proposer de découvrir des romans non-sélectionnés. « Le rêve dévoré » de Jo Rouxinol est celui qui a ouvert le bal, et quel beau roman pour démarrer cette nouvelle aventure !

Résumé : « Avant j’étais une vieille âme endolorie enfermée dans un corps d’enfant, dans une famille, dans une vie dont chaque contour me blessait toujours plus, jour après jour. En partant j’ai éclaté les parois de ma prison, la rage a guéri d’elle-même, je la sens encore palpiter parfois mais de manière tellement inoffensive, si vous saviez, ce n’est plus qu’une ombre de colère qui dort au fond de mes souvenirs. Avant je ne voyais que les murs, ils étaient hauts, ils étaient gris, il n’y avait ni portes ni fenêtres, rien qu’une boîte sans ciel et sans air, voilà ce que vous m’offriez, un cercueil dans lequel je ne pouvais que hurler en griffant les parois, en heurtant tout ce qui se trouvait à proximité, hurler et hurler encore, hurler tant que la vie ressemblerait à la mort. Et maintenant, regardez-moi, regardez-moi bien, j’ai vu l’océan et j’ai vu l’horizon, et je prends désespérément tout cet avenir que le monde me promet. »

Clarisse, treize ans et demi, est une écorchée vive. Un matin, elle part. Sa fuite la mène jusqu’au sud de l’Europe où elle vit ce qui, pour elle, ressemble de plus en plus à un rêve. Jusqu’à ce que la réalité la rattrape.

 

Mon avis : Lors de la pré-sélection des titres pour la nouvelle session du Prix des Auteurs Inconnus, j’avais été interpellée par les dix premières pages. Finalement, quelle joie d’avoir pu lire ce nouveau roman de Jo Rouxinol, le deuxième que je découvre et encore une fois, j’ai été subjuguée !

Nous faisons ici connaissance avec Clarisse, une adolescente de 13 ans, en proie à un violent mal-être. Un matin, elle décide de fuir sa vie, sa famille pour retrouver un jeune homme rencontré sur Internet. Sa fuite ne se passera pas exactement comme elle l’avait imaginé mais la voilà partie, en compagnie de Tony, de la banlieue parisienne jusqu’au Portugal pour un voyage qui la changera à tout jamais.

Dès le début, on comprend que Clarisse ne se sent pas à sa place au collège. Un brin provocatrice, traumatisée par un évènement survécu dans l’enfance, elle ne supporte ni sa vie familiale ni sa vie de collégienne. Lorsqu’elle fugue pour retrouver un jeune homme rencontré sur Internet, elle laisse parler sa spontanéité et elle décide de prendre sa vie en main. La rencontre avec la vraie vie sera brutale mais grâce à Tony, elle va vivre une aventure et faire des découvertes qui vont la faire mûrir. Tony, quand à lui, est un jeune homme de 21 ans, orphelin, qui vit sur les rentes que lui ont laissé ses parents. Avec Clarisse, il va s’embarquer dans une aventure un peu folle et hors norme.

Je ne veux pas trop vous en dire de peur de vous spoiler. En effet, ce roman est une vraie belle surprise dans la mesure où on ne sait jamais à quoi s’attendre en passant d’un chapitre à l’autre. La plume de Jo Rouxinol est envoutante et vous prends par la main pour ne plus vous lâcher. De la banlieue parisienne aux côtes portugaise, on ressent l’ambiance des villes et on s’immerge complètement dans le décor grâce aux descriptions qui nous sont fournies. Même si cela ne m’a pas dérangé, l’écriture dans un registre familier peut rebuter certains lecteurs. Les insultes, la violence de certaines paroles sont assez présentes dans le roman mais j’ai trouvé que c’était utilisé à bon escient. Le seul bémol que je pourrais mettre concerne le titre du roman, que je ne trouve pas très représentatif de la beauté du message qui est porté tout au long des pages de cet ouvrage. Il aborde des thèmes difficiles comme ceux du deuil, le mal-être des adolescents et l’incapacité de certains parents à écouter leurs enfants mais en le refermant, on peut s’empêcher de ressentir une pointe d’optimisme.

« Le rêve dévoré » est une très belle découverte et je remercie une nouvelle fois les organisatrices du Prix des Auteurs Inconnus de nous l’avoir proposé. Ce roman ne ressemble à aucun autre. Il est touchant, prenant et vous emportera très loin de votre quotidien. Suivez Clarisse et Tony dans leur périple fou et surtout, préparez-vous à ressentir un incroyable tourbillon d’émotions.

 

image-principale-page-liens-utiles

Si vous voulez vous procurer ce roman, c’est par ici !

 

IRL de Chris Auguste

IRL

Littérature française – livre réédité le 29 mai 2018

Editions de la Caravelle

Prix des Auteurs Inconnus – Catégorie Réalisme

 

Je remercie les organisateurs du Prix des Auteurs Inconnus qui m’ont permis de découvrir ce roman.

Résumé : A quinze ans, Angela redouble sa seconde. Menacée par sa mère d’être envoyée dans le même lycée professionnel que son tortionnaire de frère, elle se réfugie dans l’écriture. Elle veut vivre de la littérature, mais pour cela, elle doit réussir son année. Sur un forum d’écriture qu’elle fréquente, Angela va trouver de l’aide en la personne de Petite-Fleur.

 

Mon avis : A la lecture des dix premières pages lors de la présélection des titres pour le Prix des Auteurs Inconnus, j’avais aimé l’idée de départ. Au final, j’ai passé un bon moment de lecture mais je reste un peu sur ma faim.

Nous faisons ici connaissance avec Angela qui redouble sa seconde. Elle vit avec ses parents et son frère Stéphane et n’a pas une vie facile. Un jour, elle rejoint un forum et fait la connaissance de Petite Fleur et de Malik. Peu à peu, elle va nouer une amitié avec eux et ils vont l’aider à supporter son quotidien.

Angela est une jeune fille qui n’a aucune confiance en elle et qui souffre de solitude. En effet, au lycée, elle est toujours seule et n’arrive pas à créer de lien avec ses camarades. Au niveau familial, elle ne s’entend qu’avec son père, entretient une relation très conflictuelle avec sa mère et son frère se montre particulièrement violent avec elle. Lorsqu’elle rencontre virtuellement Petite Fleur et Malik, elle va avoir du mal à leur faire confiance mais peu à peu, elle va trouver du soutien auprès d’eux et elle va réussir à évoluer. Son frère, Stéphane, est un jeune homme dont on sait peu de choses. Violent avec sa sœur, menteur et manipulateur avec ses parents, il n’est pas décrit sous son meilleur jour. Ce personnage est très énigmatique et je pense qu’on n’a pas tout appris de lui.

Côté plume, l’auteure nous embarque dans son histoire et on suit Angela au fil des épreuves qui lui sont imposées. L’ambiance du lycée est bien retranscrite et on ressent toute la violence familiale à laquelle elle est soumise. J’ai souffert à ses côtés et attendais avec appréhension de voir le sort qui lui était réservé. Je reste sceptique sur le côté virtuel. En effet, vu le titre du roman, je m’attendais à avoir une héroïne un peu geek alors qu’elle semble découvrir le fonctionnement des forums et messageries instantanées. J’ai également regretté d’en savoir si peu sur ses amis virtuels qui vont devenir de vrais amis pour elle. Le roman, même s’il se passe à l’adolescence, aborde des thèmes difficiles : la solitude, le harcèlement, les violences familiales. Ils apportent une ambiance pesante tout au long de l’histoire mais j’ai trouvé que l’auteur les avait traités avec beaucoup de tact et ils permettent d’amener le lecteur à s’interroger dessus.

Pour conclure, j’ai passé un agréable moment de lecture avec ce roman. Je le recommande à tous ceux qui aiment les histoires avec message ou ceux qui ont un jour, souffert de solitude. C’est une belle histoire prenante, rapide à lire mais qui incite également à réfléchir aux violences familiales ou au problème, souvent invisible, du harcèlement.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des Editions de la Caravelle

Retrouvez-le également sur Amazon ici

 

chroniques-rc3a9alisme