LA BOITE A MUSIQUE, tome 2 : Le secret de Cyprien de Carbone et de Gijé.


TOME 2
Sitôt rentrée de sa première visite à Pandorient, le monde merveilleux de la boîte à musique, Nola ne pense qu’à y retourner. Lorsqu’elle repart en cachette, elle tombe en pleine fête nationale ! Tous les habitants sont en liesse, impatients d’assister à la parade du roi Hectorian Ier. Mais une affaire plus urgente appelle Nola et ses amis : Cyprien, le fils du sorcier Anton, est devenu la cible de fréquents rackets. Qui est derrière ces chantages ? Et dans quel but ? Il n’y a pas une minute à perdre, car le danger est bien réel… On en veut au roi !

Je craque beaucoup et passionnément pour cette bande dessinée. Les illustrations de Gijé sont ensorcelantes et magnifiques.

 

Après avoir découvert le monde extraordinaire de Pandorient, Nola ne résiste pas à y retourner malgré les avertissements de ses nouveaux camarades.
Nola débarque en pleine fête où le roi Hectorian Ier doit se montrer. Très vite la petite fille se fait remarquer parmi la foule très hétéroclite. Apeurée par cette foule enjouée, intriguée et émerveillée, elle est rapidement rejointe par ses amis qui la sauvent in extrémis des regards un tantinet appuyant. Chez ses amis, elle y fait la connaissance du sorcier Anton. Un grand monsieur dont son allure inquiète. Sous cette immense silhouette se cache pourtant un homme attachant et parfois rigolo. Sorcier aguerri, il lui donne une potion qui lui permet de passer inaperçu au sein de la population de Pandorient. Ils se retrouvent ainsi dans l’antre du vieux sorcier et rencontrent Cyprien le fils de ce dernier. Victime d’un chantage ignoble, la bande va vite comprendre qu’il s’agit d’un complot de grande envergure. Arriveront ils à le déjouer à temps ?

 

Une nouvelle fois l’histoire est vraiment sympathique. On découvre Nola avec un étonnant pouvoir où son empathie y est au cœur. Cyprien est adorable et craquant. Le fil rouge de l’histoire continue à s’étoffer. Carbone sait faire durer le suspense. De l’action et de jolis sentiments superbement mis en évidence par le pinceau de Gijé. Une bande dessinée où mille et une couleur fourmillent et envoutent. J’en suis complétement gaga.

 

Allez le mois prochain je lis le tome 3, avant la sortie en octobre du tome 4.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site des éditions Dupuis

… mon avis sur le premier tome (clique que l’image pour le lire).

LA BOITE A MUSIQUE, tome 1 : Bienvenue à Pandorient de Carbone et de Gijé.


TOME 1
Pour son huitième anniversaire, Nola, petite fille espiègle, reçoit de la part de son père Martin la boîte à musique de sa mère, Annah, récemment décédée. Cette boîte est un symbole pour la petite fille, mais très vite, la fillette croit voir des signes de vie à l’intérieur. Oui, elle ne rêve pas : quelqu’un lui fait signe et lui demande de l’aide. Dès lors, en suivant les instructions d’Andréa, la fille de la boîte à musique, Nola rapetisse, entre dans la boîte et découvre le monde de Pandorient, un monde incroyable…
Le temps presse cependant, car Mathilda, la mère d’Andréa et de son frère Igor, est gravement malade… Que lui arrive-t-il ? Aurait-elle été empoisonnée ? L’eau serait-elle contaminée ? Rapidement, les soupçons se confirment. En urgence, les enfants vont s’occuper de Mathilda puis remonter la piste du pollueur sans vergogne… avant que Nola ne regagne sa vie dans son monde, aux côtés de son père. À moins que tout cela ne fût qu’un rêve… ou pas !
Dès 6 ans.

Nola est bien triste pour son huitième anniversaire. Même si son papa fait tout ce qu’il peut pour lui rendre la vie joyeuse, sa maman lui manque terriblement. Ni ballon ni cotillon pour cet événement, mais un cadeau précieux. Une belle boîte à musique qui a appartenu à sa maman.
Un tour de clé et la mélodie l’emporte loin où sa peine semble s’apaiser. Un petit mouvement la sort de ses pensées. Quelque chose bouge dans la boîte à musique en forme de boule de cristal. Mais … on dirait une petite fille … qui l’appelle à l’aide. Étrange ! Mais Nola n’est pas le genre de fillette à se défiler devant de nouvelles aventures. Elle écoute attentivement, suit à la lettre les consignes et la voici dans la boîte musique. Un monde étrange se dessine devant ses yeux ébahis. Un peuple tout aussi bizarre grouille dans les rues. Mais pas le temps d’admirer pour Nola car Andrea, sa nouvelle copine, la porte auprès de sa maman souffrante. Arriveront-elles à résoudre le mystère autour de cet empoisonnement ? Rien ne leur fait peur !

Je cherchais une bande dessinée à lire et puis je suis tombée sur celle-ci. La couverture m’a attirée de suite. De jolies couleurs et une illustration qui m’a intriguée. Le résumé a finit de me convaincre. Une belle histoire, pour les petits et les grands, qui invite à l’aventure. Un scénario captivant où se mêle amitié, découverte et deuil. Cela ressemble fortement à une quête initiatique, les prochains me confirmeront ou non cette supposition. Une histoire rythmée où les personnages sont en perpétuel mouvement. Nola et ses acolytes sont très attachants. Leur fougue et vivacité sont désarmantes. L’univers dans lequel ils évoluent est bluffant. Ce côté fantastique est prenant et fabuleux. Sublimée par les illustrations de Gijé, le scénario de Carbone est davantage surprenant. Les illustrations dans des tons vifs et doux par les traits de l’artiste invitent le lecteur à s’approprier chaque détail.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome. Je vais vite enchaîner avec le tome 2 et 3, je veux absolument connaître la suite qui laisse présager de très belles découvertes.

Une très belle bande dessinée.

Une chronique de #Esméralda.

DANS LES YEUX DE LYA Tome 1 et Tome 2 de Cunha et de Carbone.


TOME 1 – EN QUÊTE DE VERITE
À la veille de ses 17 ans, Lya se fait renverser par un chauffard qui prend la fuite, la laissant pour morte. Elle survivra mais devra rester en fauteuil roulant toute sa vie. Quatre années plus tard, elle termine son DUT Carrières juridiques et décroche un stage dans le cabinet d’avocats le plus prestigieux de la ville, celui du célèbre et médiatique maître Martin de Villegan.
Son stage n’a pas été choisi par hasard, bien au contraire. C’est ce même cabinet qui a réglé son cas des années auparavant. Ses parents ne lui en ont rien dit mais elle a découvert qu’ils avaient été achetés pour éviter des poursuites juridiques. Bien décidée à retrouver celui qui l’a renversée et à lui faire payer, elle va se mettre en quête du dossier. Un jeu dangereux commence alors et sa soif de vengeance ne sera pas sans conséquences…

Lya rêve de cette vengeance depuis qu’elle a découvert ces papiers dans les affaires de ses parents. Mûrie depuis de nombreuses années et amplifiée par ce sentiment d’injustice et de haine qu’elle ressent depuis son réveil à l’hôpital. Sa vie a littéralement changé et se trouver sur un fauteuil roulant paralysée ne faisait pas partie de ses plans d’avenir.
Portée par ce manque de vérité, elle a décidé depuis quelques temps de jouer à  l’espion et de démasquer le responsable de son état. Ses trouvailles l’ont portée à ce cabinet d’avocats réputés. Elle l’intègre en étant stagiaire et en fin limier qu’elle est tente à tout pris de trouver les réponses à ses questions. Aidée par son meilleur ami, Antoine, leur plan devrait se dérouler à la perfection. Sauf qu’une certaine secrétaire se met au travers de leur projet. Ennemie ou amie ? Tout est possible !

 

Ce premier tome pose les bases d’une extraordinaire aventure qui tend à révéler de lourds secrets. Il est axé sur les personnages et leurs caractères, en somme des présentations approfondies. Lya est une jeune femme marquée par cet événement tragique, l’accident. Sous cette colère se cache de nombreuses blessures qu’elle tente de panser. Elle ne manque pas d’idées pour mettre son plan à exécution. Elle est déterminée, entêtée, obstinée mais le résultat en vaut la chandelle, alors autant foncé ! Antoine est un jeune homme introverti. Il n’a d’yeux que pour son amie de toujours et se laisse mener par la baguette. Il est prêt à tout pour elle.

 

Le scénario de Cunha est très addictif. Je me suis laissée porter par cette superbe aventure dont l’héroïne sort des sentiers battus. Le sujet douloureux est contrebalancé par cette héroïne des temps modernes. Les dessins de Carbone sont captivants et arrivent à transmettre tout un panel d’émotions intéressantes. Cette première mise en bouche est sans aucun doute appétissante. ET le second tome vous captivera tout autant !


TOME 2 – SUR LES TRACES DU COUPABLE
Lya va peut-être enfin connaître l’identité du chauffard qui l’a renversée la veille de ses 17 ans. Elle tient dans ses mains le dossier subtilisé dans le bureau de maître Martin de Villegan. C’est pour ce dossier qu’elle s’est faite embaucher comme stagiaire dans ce cabinet d’avocats. Tout ça pour ça. Mais Lya peut compter sur ses deux alliés fidèles, Adèle sa collègue dévouée et Antoine son meilleur ami. Sur le terrain, l’enquête pour la vérité vire à la série noire.

Ce second tome est tout autre. Place à l’action où les découvertes toutes aussi importantes viennent étouffer de nombreuses suspicions. Rejoint par une nouvelle alliée de taille, Antoine et Lya, récoltent peu à peu de nouveaux indices.
La traque se déroule sur le terrain et les dangers fleurissent de plus en plus sur leur chemin. Vont-ils enfin découvrir la terrible vérité ?

 

Ce second tome se poursuit sur un rythme beaucoup plus énergique. L’action et la réflexion ont entièrement leur place. Le suspense s’installe progressivement rendant peu à peu l’atmosphère inquiétante. La découverte de ce secret devient périlleuse, pourtant les protagonistes foncent tête baissée. J’ai adoré leur manière un peu orthodoxe et naïve de jouer aux espions. Leur amateurisme fait sourire. Le plus important reste, cependant, cette histoire de quêtejustifiée. Que fera t-elle lorsqu’elle aura la vérité sous les yeux ?

 

Un second tome trépidant et frénétique. Une très très belle suite !

 

Une chronique de #Esméralda

LA FILLE DE PHARAON, tome 1 : Le roi de paille de Isabelle Dethan.


Dans la ville de Saïs, en Égypte, la jeune Neith, fille de Pharaon, est remarquée par son père lors de sa danse pour un rituel sacré. Et contre toute attente, c’est elle qu’il choisit pour effectuer la danse de la purification. L’une de ses sœurs la met aussitôt en garde : il vaut mieux qu’elle échoue dans sa prestation si elle ne veut pas finir dans la couche de leur père…
Incapable de se ridiculiser devant tant de monde, Neith n’a plus d’autre choix que de s’échapper avec Sennedjem, son demi-frère, qui compte quitter discrètement le Palais.
Mais leur fuite s’avère de courte durée. Capturés par des marchands d’esclaves, ils sont amenés auprès de leur ennemi, Nabù-kudduri-usur, roi de Babylone.
Le rang social de Neith et Sennedjem est rapidement percé à jour et le roi y voit là une occasion en or. Tout laisse à penser qu’il a trouvé son roi de paille, ce substitut royal destiné à tromper les dieux durant la période prédite comme néfaste… avant d’être sacrifié pour conjurer le mauvais sort !

 
Haaa l’Egypte et ses nombreux mystères, ses richesses, ses familles royales, ses Dieux, ses us et coutumes, ses palais grandioses, ses pyramides … L’Egypte a toujours attiré mon attention pour son côté grandiose. Mais L’Egypte ne se résume pas qu’à cela, il y a aussi cet aspect moins reluisant de l’esclavage.
Neith est un énième enfant du Pharaon, une jeune fille de toute beauté qui maîtrise la danse avec grâce et volupté. Neith ne manque de rien et peut être recherche l’attention de son père, mais certainement pas celle qui la porterait dans son lit. Neith se fait remarquer lors de la dernière cérémonie. Avertie par une de ses sœur des attentes de son père, le pharaon, Neith doit absolument y échapper. S’isolant sur le toit du palais, Neith réfléchit. Rejoint par son demi-frère, Sennedjem qui lui annonce sa fuite prochaine. Voilà la solution idéale pour Neith, le suivre.

 

S’ils rêvaient de liberté, elle en toute autre. Capturés par des marchands d’esclaves, ils font route vers l’intrépide Babylone pour y être vendus. Leur acquéreur les porte au sein du palais de leur ennemi juré. Très vite les éléments se déchaînent : elle sera la seconde épouse du fils du roi, il deviendra le roi de paille pour berner le mauvais œil. Seul contre tous, trouveront-ils des alliés pour fuir la mort ?

 

Isabelle Dethan nous offre un super univers riche en couleurs, en émotions et en actions. Une bande dessinée captivante tant par les minutieux détails que par le scénario tonitruant. Des personnages touchants et attachants qui tentent à tout prix de se défaire de leurs conditions et de vivre leurs vies telles qu’ils l’entendent. Une course poursuite contre la mort et le temps enivrante. Certes cela reste une lecture très courte mais j’ai su apprécié la qualité des illustrations et tous ce qui se conférent à l’histoire. Une premier tome impressionnant et qui donne envie d’en connaître davantage. Une aventure captivante et riche en rebondissements sur fond historique !

 

Une chronique de #Esméralda

HÉRITAGE de Eric Brière.


« Laisse dire et sois patiente. Attends de devenir une grande fille et là, tu verras, ils te regarderont bien différemment » lui disait sa grand-mère lorsque celle-ci se glissait sous ses jupes pour pleurer sur son malheur de petite fille peu harmonieuse.
Névrotique et nymphomane, il lui faut quitter Paris le temps nécessaire pour se réparer physiquement et moralement. Un séjour dans sa Bourgogne natale chez sa sœur devrait être un moment de répit et surtout de repentance pour son absence et son manque de soutien vis-à-vis de son aînée après le décès de ses parents. Un repos marqué par une rencontre mystique à l’abbaye Sainte-Marguerite et le réveil d’un passé caché et douloureux menacent la fragile cicatrisation de son cœur et âme écorchés. Il lui faudra faire preuve de force pour canaliser à nouveau ses pulsions destructrices. Mais on ne se refait jamais…

 
Ceci est ni un conte de fée ni une histoire de princesse. Elle ne vécut pas heureuse. Elle s’accrochait à la vie, car elle le devait mais pas pour de bonnes raisons. Elle ne vivait pas une folle vie, elle la détestait, énormément.
Elle aimait la destruction, le désir, la jouissance, l’abandon charnel violent comme une rédemption vive et absolue. Elle aimait se perdre dans ses désirs.

 

Lucille cherche à se défaire de ses démons. Les oubliés un temps, une envie de se reconstruire, tenace. Une envie de se reconnecter avec la réalité et sa vie, celle qu’elle a abandonnée il y a quelques années de cela, celle aux côtés de sa sœur. Sa Bourgogne natale, terre de souvenirs et de douleurs. Un aparté de quelques jours où bonheur, obsession et secrets s’entremêlent. Sera t-elle assez forte pour continuer sa route ?

 

Eric Brière signe un étonnant roman d’aventure. J’ai beaucoup apprécié la force qui se dégageait de Lucille. Un femme extravagante qui cache ses blessures psychologiques sous une tonne de condescendance. Une femme fragile qui n’aspire qu’à trouver le calme. Une femme ballottée par ses erreurs et ses douleurs. Eric Brière introduit au cours de son roman une part de spiritualité fantastique, je ne sais pas trop comment la nommer, qui aurait pu être intéressante si l’auteur l’aurait exploité jusqu’au bout. Je ne suis pas sûre d’avoir compris cette parenthèse et surtout y voir l’intérêt qu’elle aurait pu apporter au fil de l’histoire déjà très riche en rebondissements. J’ai été mal à l’aise face à cela et perplexe. Ceci dit cela n’enlève rien à l’histoire principale qui m’a plongée dans les affres de l’âme humaine et ce qu’elle a de plus sombre. Une histoire aussi bouleversante que magnifique portée par une plume qui sait faire vibrer.

 

Une chronique de #Esméralda.

L’EMBAUMEUR DE MONTMARTRE de Fleur Hana.

[ AVENTURE – PARANORMAL – Nouveauté 2019 ]
COLLECTION INFINITY – Collection Onirique
274 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Une nouvelle danseuse du Moulin Rouge retrouvée vidée de ses organes et son sang !
Lord Spencer Fitzwilliam est dépêché sur place par l’agence britannique ROSE afin de résoudre cette sordide histoire de meurtres qui fait la une de toutes les gazettes.
Déterminé à expédier cette enquête en un temps record, il se heurte à Rosaline Leprince et son engin de malheur : sa bicyclette. La jeune journaliste au caractère bien trempé est elle aussi lancée sur les traces de celui que la capitale surnomme déjà l’Embaumeur de Montmartre.
Formant un duo improbable, ils devront mettre leurs ressentiments de côté pour débusquer l’assassin avant que celui-ci ne frappe à nouveau…
Entre Penny Dreadful et Jack l’Éventreur, L’embaumeur de Montmartre vous plonge au cœur du Paris de 1890, ses cabarets, et un mystère digne de Sherlock Holmes.
Réédition augmentée du titre ROSE, L’embaumeur de Montmartre. One Shot.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Découvrir ce nouveau titre de Fleur Hana c’est comme croquer dans un chocolat, les yeux bandés, pour y découvrir une merveilleuse surprise. Fleur Hana sort de ses plantes bandes, exit la romance et place à un roman où l’aventure et le paranormal s’associent pour une histoire étrangement captivante.

 

Bienvenue dans le Paris de la fin du 19e siècle. Un Paris décadent et exaltant. Un Paris à deux vitesses où le sérieux et la bonne conduite côtoie la gourmandise et le festif. Un Paris bohème cachant en son cœur charme et passion.

 

Lord Spencer Fitzwilliam a du sortir de sa caverne d’ingénieur pour se rendre à Paris. Loin d’approuver ce voyage, il doit faire ses preuves et prouver à sa hiérarchie qu’il est capable de résoudre cette dernière énigme qui sème la mort dans les rues de la capitale. Cette dernière enquête va toutefois se révéler ardue surtout lorsqu’il croise une certaine Rosaline. Lord Spencer est issu de la haute bourgeoisie anglaise. Fidèle à de nombreuses valeurs morales et principes que son rang lui a inculqué, Spencer se trouve souvent décontenancé face aux toupets des parisiennes et parisiens. Il exècre les manières françaises et n’a qu’un seul objectif terminer au plus vite sa mission. Hautain, dandy, son allure ne trompe personne. Pourtant derrière cette apparence austère, se cache un homme passionné par l’ingénierie. Inventeur en tout genre, il crée des instruments d’un autre temps et étrangement fantastique. Un sacré génie qui se trouve dans un sacré pétrin, a battre les pavés de notre vieille capitale. Alors que son enquête avance laborieusement, cet étrange petit bout de femme se trouve sur son chemin.

 

Heureux hasard ? Non, loin de là ! Ce petit bout de femme un peu trop à l’aise dans ses jupons, est une vraie casse-cou. Rosaline est une de ces femmes libres qui se fout royalement des convenances et de la bienséance. Les corsets, les chignons et les jupons sont sa croix. Ce qu’elle aime : fumer comme un pompier, dormir, écrire des piges et faire de la bicyclette accoutrée comme un homme et surtout ce qu’elle adore c’est mettre le nez dans des affaires louches. Son sens aigu d’observation et son esprit de déduction sont un atout lorsque seuls les hommes ont le droit de fouiner. Reportrice aventurière, Rosaline n’a pas froid aux yeux et se donne tous les moyens pour découvrir la vérité. Et justement ce Lord cache quelque chose et elle est prête à tout pour le découvrir !

 

Cette aventure pittoresque m’a portée dans les rues de ce Paris outrageux. Le Moulin Rouge en décor, quelques faits historiques, et le tour est joué pour m’embarquer dans cette excursion où une petite note de paranormal vient se greffer et sans oublier l’aspect steampunk. Surtout, il ne faut pas avoir peur car ces deux derniers aspects restent très légers dans l’histoire. Personnellement, j’ai tout simplement adoré. J’ai toutefois regretté l’absence de développement car je suis une adepte de ce genre de lecture et que parfois je suis trop gourmande. Fleur Hana a le mérite de se renouveler et j’aime beaucoup le fait qu’un auteur parte dans ce genre de projet et fasse autre chose que d’écrire ce qui marche.

 

L’EMBAUMEUR DE MONTMARTRE est une sacrée histoire que j’ai dévoré. Captivée par l’intrigue, par les personnages aux antipodes, par les secrets, les révélations, le décor, les rebondissements et la plume entraînante de Fleur Hana, je suis conquise. Un brin de douce folie pour une aventure extra-ordinaire 😉

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de la collection Infinity.

… le site de Fleur Hana.

… mes avis sur d’autres romances de Fleur !

Alron Gems – Le bal des scorpions de Manuel Bénétreau

le bal des scorpions

Littérature blanche – livre sorti le11 juin 2018

Auto-édition

Service Presse – Prix des Auteurs Inconnus

Ma note : 3,5/5

 

Résumé : Alron Gems est le chasseur de pierres précieuses le plus célèbre, mais aussi le plus… mystérieux de la planète. Il n’en est pas moins un baroudeur prêt à jouer du coup de poing ou à utiliser les armes pour satisfaire ses riches et exigeants clients.

Alors, quand on lui confie la mission de retrouver le fameux collier du Bal des Scorpions et ses rubis inestimables, de réconcilier deux familles ennemies et de donner un avenir au Rajasthan, une des régions les plus pauvres de l’Inde, son sang ne fait qu’un tour…

Surtout qu’il prend pour nouvelle assistante, une jeune femme aux capacités hors normes, choisie depuis longtemps pour des raisons secrètes, et qui va vivre là une première expérience très mouvementée.
Entourés par une « drôle » d’équipe, ils vont se confronter à des forces politiques, économiques et religieuses prêtes à tout pour les arrêter.

Et nous permettre d’entrer dans les coulisses d’un monde envoûtant mais souvent impitoyable, celui des gemmes et de la joaillerie de luxe !

 

Mon avis : Lors des présélections pour la session 2018/2019 du Prix des Auteurs Inconnus, dans la catégorie « littérature blanche », les premières pages de ce roman m’avaient bousculée. Je me suis donc lancée avec enthousiasme dans ma lecture, qui n’a malheureusement pas répondu à toutes mes attentes.

Au début de ce roman, Carole va passer un entretien d’embauche dans l’entreprise d’Alron Gems, un chasseur de diamant réputé et mystérieux. Dès son embauche, Carole comprend que sa vie ne sera plus jamais la même. En effet, avec son nouveau patron, elle va découvrir un aspect du métier palpitant mais aussi effrayant. De l’Inde à la Turquie, en passant par Londres ou Hong-Kong, la chasse au « collier du bal des scorpions » est lancée !

Pour les besoins de son nouvel emploi, Carole va devenir Lia. Entière, dévouée, compétente et courageuse, Lia est une jeune femme pleine de ressources et qui sait ce qu’elle veut. Sa relation avec Alron va évoluer au fil de l’histoire et des rebondissements qu’ils vont vivre ensemble. Ce dernier est très mystérieux mais on découvre, peu à peu, son histoire et les raisons pour lesquelles il agit comme cela. Passionné par son boulot, il ne laisse rien au hasard et sait s’entourer des meilleurs. Leur duo fonctionne très bien et la confiance mutuelle qu’ils se font est plaisante à voir.

Au niveau du style, je dois avouer que ce roman est très dynamique. La plume de l’auteur est vive et nous laisse peu de répits tant les rebondissements auxquels sont confrontés les protagonistes sont nombreux. Malheureusement, j’ai parfois eu l’impression qu’il leur arrivait trop d’épreuves et je n’ai pas été vraiment embarquée dans le périple qu’ils vivent. J’ai également regretté, par moment, le manque de sensations lors de ma lecture. En effet, autant les scènes d’actions sont prenantes et, parfois, un peu angoissantes, autant les descriptions des lieux visités ou monuments découverts ne m’ont pas transportée et je n’ai pas eu ce parfum de voyages auquel je m’attendais. Néanmoins, je me dois de noter que l’auteur a, très intelligemment, ancré son roman dans la réalité, notamment en permettant  à certains personnages de rencontrer des personnes réelles. J’ai également beaucoup apprécié la mise en lumière d’un projet écologique qui permettrait d’apporter de l’eau dans les régions désertiques. L’idée décrite semble un peu folle… je me suis donc documentée et je me suis rendue compte que ce projet existe vraiment et est en cours d’implantation sur plusieurs continents. Merci à l’auteur de m’avoir permis de le découvrir.

Pour conclure, je regrette de ne pas avoir été plus embarquée dans la quête d’Alron Gems et du collier du bal des scorpions. Cette histoire, sans temps mort, a été une lecture plaisante mais elle m’a, un peu, laissée sur ma faim. Je n’ai néanmoins aucun doute sur le fait que les amateurs d’histoire d’aventure seront conquis et passeront un bon moment lors de cette quête incroyable.

 

image-principale-page-liens-utiles

Vous voulez en savoir plus sur l’univers de l’auteur ? Rendez-vous sur son site officiel
Retrouvez ce roman sur Amazon

chroniqueur du pai                                                                     TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

TOI ET MOI, L’AUTISME.

Screenshot_2019-04-12 Publicité Facebook - Marty's Turning 7

Aujourd’hui je vous présente non pas un livre, mais mon nouveau blog, une nouvelle aventure !

 

Voici de quoi ça par le :

 

Si certain d’entre vous me connaisse en tant que blogueuse littéraire, beaucoup d’entre vous ignore mon combat et celui de ma famille : l’autisme.

 

L’autisme n’est pas une maladie, elle ne se transmet pas, et surtout vos enfants ne peuvent pas l’attraper en jouant avec nos enfants. L’autisme est une grande inconnue dans ce monde moderne : mutation génétique, théorie darwiniste, environnement, beaucoup de théories fleurissent sans vraiment définir ce qu’il en est véritablement. Ma foi, peu importe car cela n’emmène pas de réponses précises aux familles concernées.

 

Nos enfants naissent autiste et ne le deviennent que très, très rarement (traumatisme important). Tout se joue dans nos ventres de maman. Je n’ai pu m’empêcher de me poser cette question que tant d’autres ont dû se poser : est ce à cause de moi ? Ai je fais quelque chose pendant ma grossesse qui a induit cela ? Tout un tas de questions et les médecins sont formel : nous ne sommes pour rien ! Nous sentir coupable est la première erreur que nous pouvons faire, même si cela ne peut qu’effleurer notre esprit.

 

Après un très long moment de réflexion, j’ai voulu me lancer dans cette nouvelle aventure. Ce blog se veut avant tout comme un témoignage, une sorte aussi de journal où je peux parler de toutes nos expériences, de nos doutes, de nos déroutes et de nos moments de joies. Peut être vous y trouverez des solutions, je le souhaite vraiment. Je souhaite également sensibiliser un grand nombre d’entre vous à ce qu’est l’autisme. Les juments négatifs sont encore bien trop nombreux : des regards, des mots blessants, des attitudes de dégoûts sont aussi notre quotidien. Souvent les familles s’isolent de la société et de leur propre familles car l’inconnu fait peur. Nos enfants vivent l’exclusion mais nous aussi. C’est une spirale infernale et solitaire.

 

Tout au long de cette nouvelle aventure dans laquelle je m’engage, j’espère pouvoir parler de tout, mais vraiment tout !

 

Je ne sais pas encore à quel rythme je publierai, je me fixe comme objectif  un article par mois, cela me semble correcte. Je vous espère nombreux à faire parti de cette incroyable aventure et en parler autour de vous.

 

Vous trouverez dans la barre de widget les sites importants où tous les renseignements sont vérifiés.

 

Avant de clore cet article de présentation, voici le sujet du prochain :

TOI ET MOI : LE COMMENCEMENT.

 

Je vous dis à très bientôt et merci d’avoir pris le temps de me lire, liker ou partager.
Aurélie

N’hésitez pas à vous abonner pour suivre l’actualité en cliquant sur l’image !

ISULKA LA MAGERESSE #2 : La Vieille Alliance de Dorian Lake.

51p8hISAxxL._SX346_BO1,204,203,200_

 

 

[FANTASTIQUE / AVENTURE – Nouveauté 2018]

Éditions Noir d’Absinthe

Service presse

 

Format numérique 263 pages) : 5.99€

Broché : 17.90€

Ma note : 5/5 mentions « à découvrir » et « coup de cœur »

 

 

 

 

Je remercie Dorian Lake et les éditions Noir d’Absinthe pour leur confiance et patience.

 


 

Le résumé :

 

Au nom de la Vieille Alliance, qui unit la France et l’Écosse depuis l’époque de William Wallace et Robert the Bruce, Isulka, mageresse de cabaret, et Scipione, spadassin vénitien, sont appelés au cœur des Highlands pour lutter contre une ancienne malédiction…
Quelque part entre victorian fantasy, cape et épée et mythes pictes, laissez-vous entraîner dans la suite des aventures d’Isulka et de Scipione.

 


 

Mon avis :

 

 

Le premier tome était sensationnel mais le second est encore plus époustouflant. Une invitation à l’aventure sans fioriture. Une aventure entrainante et sensationnelle dans un monde où légendes et croyances s’entremêlent et prennent une dimension inimaginable.

 

Après l’Égypte, Dorian Lake t’entraîne sur les terres de l’Écosse où moult légendes ont façonné ce paysage aride. Terres de Highlanders pourvus d’un sens profond de l’honneur et de la famille où les codes stricts ne peuvent être pourfendus. Isulka la mageresse est embringuée par dépit dans un nouveau voyage au nom de la Auld Alliance. Son but : mettre terme à une malédiction qui met à mal les habitants de ces contrées lointaines. Scipione, loin d’être enjoué se joint au voyage afin de fuir les geôles de Paris. Ce duo réunit est tout autant délicieux. Leurs joutes verbales sont un pur délice. Isulka est toujours aussi sûre d’elle et courageuse. Elle n’hésite pas à jouer aux tête brulées et se met au devant de nombreux ennuis. Toujours maudite par la bague d’Isis (voir tome 1), elle va se donner corps et âme à cette nouvelle mission. De plus elle va en apprendre davantage sur ce pouvoir qui coule dans ses veines. Isulka la mageresse devient magistrale. Tout ce pouvoir lui donne l’aura d’une déesse. Tu retrouves une femme affirmé et splendide.
Scipione est toujours fidèle à lui même. Coureur de jupons averti, il n’hésite pas à soulever ceux de sa belle et intrigante hôtesse. Mais lorsque Isulka disparait il n’hésite pas à tâtonner de l’épée pour défendre son amie et son honneur.
Tous les deux sont embarqués dans un drôle de complot. Alors que Scipione tente de démêler la vérité et combattre les Anglais, Isulka est projetée dans le monde irréel où dieux et rois se livrent une bataille infernale. Un saut dans le passé époustouflant.

 

Dorian Lake revisite les légendes et mixe pour en créer une nouvelle : le roi Arthur (Arhur Pendagron), la table ronde, les chevaliers de la table ronde et La Reine noire (la Reine Margot) qui est, si mes souvenirs sont bons, la demi sœur du Roi Arthur, rituels. Un mix très bien maitrisé où est rajouté à tout ça le folklore local : Les Pictes, descendants des premiers habitants de La Caledonie. Ce livre est un condensé d’Histoire et de Légendes. Tu greffes à ça un soupçon de barbarie, des scènes sanguinolentes, de la passion, de l’amour, de la  vengeance et de la haine et tu tombes directement dans un roman totalement subjuguant.
Je ne peux que tarir d’éloges sur ce second volet. La plume de Dorian Lake s’est affirmée et n’hésite pas à rentrer dans les détails. Une histoire parfaitement maitrisée de bout en bout.

 

C’est juste époustouflant et j’en veux encore !

 

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur le premier tome : « La Pierre d’Isis » !

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Noir d’Absinthe, pour tout savoir !

Vers le site de Dorian Lake, pour suivre son actualité !

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

 

L’Organisation, tome 3 : Révoltée de Lindsey T.

 

[ROMANCE SUSPENSE- Nouveauté 2017]

Tome 3/3

Éditions BMR

Service presse

 

Je remercie les éditions BMR pour ce service presse via la plateforme Netgalley.

 


 

Résumé :

Depuis l’assassinat de son père, chef russe mafieux, Aleksandra vit traquée. Pourchassée par la mafia qui la considère comme une traîtresse, mais aussi par Sam, dernière recrue de l’Organisation, qui a juré de la protéger, coûte que coûte. Quand il la retrouve enfin, Sam s’aperçoit qu’Aleksandra n’est pas la fille de son père pour rien. Révoltée, indomptable, elle n’accorde sa confiance à personne et est prête à tout pour protéger ses secrets. Au risque de se mettre elle-même en danger. Assurer sa protection ne sera pas de tout repos, surtout si les sentiments s’en mêlent. Mais d’ailleurs, Aleksandra souhaite-t-elle vraiment être protégée ?

 


 

Mon avis :

Résultat de recherche d'images pour "GIF Oh mon dieu"

 

J’avais adoré le premier tome, surkiffé le second mais alors le troisième surpasse les deux premiers ! Jake, Ryan et Mia ont su m’enthousiasmée, là, Sam Connor a carrément fait exploser le thermomètre.

Avant de développer mon ressenti : ces trois tomes peuvent se lire indépendamment. Mais me bon avis de lectrice, je conseille de lire les trois tomes : on apprécie au fil des lectures les clins d’œil et pour le coup, de savoir de quoi il en retourne et puis finalement ça donne une sorte de petit conclusion aux histoires respectives de Jake et Ryan.

Ce troisième volet est consacré au quatrième collègue de l’Organisation. Fraichement débarqué, on a fait connaissance de sa personne dans le second tome (du moins survolé). Sam Connor a tout du gentleman, bien sous tout rapport, il semble courtois, posé, calme et ayant un sens aigu du respect. Sam a tout du garçon idéal, de l’homme a qui on pourrait se jeter dans les bras sans aucune crainte. Beau gosse, sex appeal…et en plus espion…bref on craque complétement. Le danger, il a toujours fréquenté. Il surf sur cette frontière où tout peut basculer. Fils de riches entrepreneurs, il est dès son jeune âge capable de se débrouiller tout seul. Adolescent, il est scolarisé dans un internat en Angleterre, où il goute à tous les travers : les filles et la drogue. Frôler le danger pour donner un sens à sa vie. Repérer par les agents du MI5, il rejoint très vite les rangs pour partir en mission. Missions qui vont tout redéfinir : avenir, espoir, croyance… Le désert est venu à bouts de ses forces. Il quitte le MI5 pour bosser pour d’autres et atterrit à l’Organisation. Après ce petit CV, vous comprendrais que la façade qu’il montre cache beaucoup de dégâts, notamment ceux de la guerre et des missions d’infiltrations. Il est sauvage, impulsif, colérique, hyper protecteur, anti sentimentaliste, possessif, ravagé par la haine et détruit par les actes auxquels il a eu recours. Expert dans le comportement, il déchiffre tout ce que votre visage peut laisser apparaître, manipulateur, il arrive à soustraire tous les renseignements qu’il souhaite. Sam est un homme sournois sous son apparence d’ange. Deux hommes en un ! Mais un jour, voilà, une belle jeune femme va venir le chambouler. Elle se prénomme Aleksandra Vironov, fille du mafieux Vironov (voir dans le tome 2). Elle a du s’enfuir suite aux meurtre de son père qu’elle a commandité. Aleksandra est détruite par les années d’enfermement cautionnées par son père, aux maltraitances endiguées, à la solitude perverse, à l’abandon de sa mère. Père tortionnaire et milieu qui ne pardonne pas : Aleksandra n’a rien d’une jeune femme de cœur. Elle est en mode survie et a toute les qualités pour manigancer toutes sortes d’actions pour se protéger et camoufler sa vie. Sam veille au loin sur sa sureté, jusqu’au jour où rien ne va plus et la prend sous son aile. Aleksandra cache beaucoup de chose, meurtrie au plus profond de sa chair, elle ne se laisse pas faire et va combattre jusqu’au bout pour retrouver sa liberté illusoire. Peut-elle avoir confiance en Sam et à l’Organisation ?

La psychologie des personnages est extra ! Sam et Aleksandra sont deux êtres déchirés par leurs passés respectifs. Et quel passé ! L’expression de leurs sentiments n’est pas vraiment un exercice facile pour eux. Seul leurs corps, leurs caresses permettent de transmettre leurs émotions et les non-dits. C’est à la fois sauvage et sensuel. Et c’est tout un paradoxe que l’on retrouve tout au long du roman. L’auteure joue sur les contradictions en permanence, mettant le lecteur en émoi perpétuel et lui collant les frissons d’effrois et d’excitation. Lindsey T nous offre un troisième volet explosif. Sa plume est beaucoup plus agressive jouant avec des notes douces. Son style a évolué : affirmé, vibrant et bouleversant.

« Révoltée » est un condensé d’actions et de rebondissements à vous couper le souffle. Un melting-pot de sentiments et d’émotions où les personnages sont pris dans un tourbillon incessant de remise en question et où la crainte et l’espoir viennent semer le doute et empoisonnent sans cesse la réalité.

« Révoltée » est placé sous le signe du combat ! Ce troisième opus s’ancre dans une dimension beaucoup plus sombre. Il clos cette trilogie sur une note intense !

Sam devient mon chouchou N°3 !! Je suis vraiment triste que cette trilogie se termine : sans vous le cachez il y a encore matière à exploiter !!

« L’Organisation » nous offre un panel d’histoires aussi bouleversantes les unes des autres. Trois histoires narrant les aventures d’hommes et de femmes où la vie ne leur offrait que le néant, mais à force de combat et de persévérance, elle leur a donné le plus merveilleux : l’Amour !

A découvrir sans aucun doute !

Coup de cœur pour cette fin qui l’a sans aucun doute brisé (mon cœur) !

 

liens-utiles

 

Mon avis sur le tome 1 : « Piégée » !

Mon avis sur le tome 2 : « Traquée » !

Vers le site des éditions BMR !

Vers la page Facebook de Lindsey T !