MONSTERS IN THE DARK, # 2 : Larmes brûlantes de Pepper Winters.

 

 

 

[DARK ROMANCE – BDSM – Nouveauté 2018]

Tome 2/4

Éditions Milady – Collection Romantica

Traduction : Pauline Buscail

 

Format numérique (589 pages) : 9.99€

Broché : 16.90€

Ma note : 5/5 « méga coup de cœur »

 

 

 

 

 


 

Le résumé :
Âmes sensibles, s’abstenir !
Tess appartient totalement à Q.
Q appartient éternellement à Tess.
Tout en cherchant à se venger des hommes qui ont vendu Tess, tous deux apprennent les limites de leur relation hors norme et ne se lassent pas des nuits aussi sensuelles qu’envoûtantes… jusqu’à ce que le malheur s’abatte une fois de plus sur Tess mettant en péril leur folle passion et risquant de changer la jeune femme à tout jamais…

 


 

Mon avis :

 

Le premier tome aurait pu se suffire à lui même. Un happy end théâtral sans fausse note. Imaginer une suite relève de l’exploit surtout quand tu vois la tournure que l’histoire prend. Si les premiers chapitres s’ouvrent sur une scène BDSM de haute voltige accessoirisée par Cuir et Compagnie, la suite est carrément dingue de chez dingue. LARMES AMERES apparaît hyper soft par rapport à ce second volet.

 

C’est à ce moment là que j’envoi ma mise en garde : ma chewriiii … si t’es vraiment trop hyper sensible, si t’es claustrophobe, si la torture psychologique te fait trembler, si t’as pas les tripes bien accrochées, si tu souffres d’hématophobie, alors, ma belle passe ton chemin et surtout ne te retourne pas, tu risques d’avoir une sacrée crise d’angoisse et de panique !
Voili, voilou ….

 

Ce second tome est juste phénoménal ! Le passé rattrape nos jeunes tourtereaux et le cauchemar se révèle totalement sordide. Pendant que Q perd complétement son sang froid et parcours le monde en déversant le sang pour la retrouver, Tess, elle est soumise à la pure des cruautés humaines. Inhumains, perfides, cruels, sadiques, monstrueux, fous… c’est à ça qu’elle va être confronter. La manipulation, la déshumanisation, l’addiction, la manipulation, tout autant d’épreuves visant à disloquer l’âme de Tess. Ne plus rien ressentir, être une coquille vide, sans émotions, amorphe, un bon toutou. La combative Tess va en baver. Sera t-elle sauver de ces démons ? Tel est l’enjeu de ce second volume.

 

Que dire : c’est une claque magistrale. L’enjeu et la psychologique des personnages sont explorés dans les moindres recoins par Winters. L’auteur a su crée une ambiance hyper sordide, angoissante et anxiogène. Le récit alterne entre le point de vue de Quincy et de Tess. On découvre les faiblesses, les défauts, les qualités et son côté monstrueux de Q. Il émane de ces personnages une force phénoménale, certes mise à mal, mais elle les unit pour le meilleure et le pire. LARMES BRULANTES est déchirant, tortueux, sensationnel, flippant, sanguinolent, atroce (psychologiquement parlant). La plume de Winters fait des merveilles une fois de plus. Elle a su parfaitement gérer toutes les implications et les conséquences. Elle n’épargne pas son lectorat et le plonge dans les abysses du mal le plus marquant. L’enfer à côté à l’air d’un paradis bienfaisant.

 

De la pure Dark Romance, comme je les aime qui n’épargne rien et qui ne tombe pas dans les clichées où ne sont pas admis les froufrous et les paillettes.

 

Une suite bouleversante, surprise et grandiose. Le tome 3 est déjà précommandé … pour dire !

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur le tome 1 : « Larmes amères ».

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Milady, pour tout savoir !

Vers le site de Pepper Winters, pour suivre son actualité !

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

 

Publicités

Slave and Mistress de Daryl Delight.

 

 

[EROTIQUE – BDSM – Nouveauté 2017 ]

Auto-édition

Service presse

 

Je remercie Daryl Delight pour sa confiance.

 


 

Résumé :

Quand Ophélie se fait jeter comme une vulgaire chaussette par son petit ami, elle cherche du réconfort sur internet. Elle rencontre une dominatrice qui va lui apprendre à devenir une maîtresse comblée.
Elle va entrer dans un monde où la femme prend le pouvoir. Un monde où le mot « tabou » n’est pas admis. Elle ne pourra plus se défaire de son nouveau rôle.
Sa vie privée et professionnelle devront accepter la nouvelle Ophélie qui ne se laissera plus marcher sur les pieds.
Mais ce ne sera pas aussi facile qu’elle le pense, de se faire entendre dans un monde dirigé par les hommes. Son féminisme sera mis à rude épreuve, surtout avec l’arrivée de Thomas dans sa vie. Elle devra choisir entre deux mondes différents.

Une histoire d’amitié entre deux femmes que rien ne pourra séparer.
De l’érotisme, de l’humour et un féminisme assumé.
Un regard sur notre société qui vous fera certainement réfléchir !

 


 

Mon avis :

Etant une adepte de lectures érotiques Bdsm, le résumé de ce livre m’a attirée de suite. Principalement la dominance est exclusivement masculine. Changement de rôle dans ce roman : c’est la femme qui tâte du fouet et pour son plus grand plaisir !

Le titre est sans équivoque et annonce de but en blanc le thème de l’histoire. Ophélie est anéantie lorsque son compagnon d’un coup d’un soir de tous les quinze jours la largue comme une vieille chaussette malpropre. Bousculée par cet abandon, elle se remet en question : elle passe tout au crible ! Adepte des discussions sur forum, elle y laisse un message sur sa déconvenue. Etonnée de recevoir des messages, un seul attire son attention, celui de Domina. Cette femme énigmatique va bouleverser ses habitudes et l’introduire dans un milieu où elle pensait ne jamais avoir une place.

Ce roman se lit comme étant le journal intime d’Ophélie. On y découvre son mal-être et son espoir qu’elle place dans cette rencontre inopinée.  On y suit son évolution suite à cette incroyable métamorphose qu’elle opère. D’une femme introvertie mal fagotée, elle devient une véritable bombe qui assume. Mais elle a dur à ne pas faire d’amalgame et va en faire les frais sur son lieu de travail. Une honnête amitié s’affirme avec Domina qui va l’initier aux plaisirs de la domination et qui bien sur vont la délivrer de tout un poids.

Habituée à ce que la dominance soit exclusivement masculine, j’ai découvert l’autre face cachée, celle des femmes. C’est très différent !! J’ai adoré l’univers BDSM classe dans lequel évolue les personnages ! Ophélie est un personnage totalement décalé et pimpante et qui part dans tous les sens ! J’ai eu du mal à la suivre, c’est une pile électrique ! Comme je suis fleur bleue, j’ai regretté que ces femmes dominatrices n’ont pas de liaison approfondie avec un homme soumis ou non. La dominance féminine est intransigeante !

Une lecture très agréable malgré le fait qui m’a manqué la petite touche romanesque. L’auteur maitrise à la perfection l’univers bdsm et ses codes et nous offre un divertissement à la hauteur !

Un très bon premier roman !

 

liens-utiles

 

Page Facebook de Daryl Delight !

 

L’atelier du peintre de Mag Meld.

51ELjiDfRuL

 

[ NOUVELLE BDSM – 2017]

EVIDENCE EDITIONS – Collection Indécente

SERVICE PRESSE

 

Je remercie Eva et les Evidence Editions pour ce service presse.

 

Résumé :

Un couple aimant : ils s’aiment et leur complicité est infaillible. Ayant rejoint la communauté BDSM depuis déjà quelques années, ils ont pris sous leur aile la petite Claire. Encore à la Fac, cette dernière pourrait être leur fille mais ce matin est une journée particulière : Madame mérite une punition et le Maître décide qu’il est grand temps pour leur protégée, de passer un cap. Claire doit prendre son envol et passer à l’étape supérieure.

La séance va donc avoir une tournure inhabituelle et Valérie se trouvera dans l’obligation de subir les assauts des deux protagonistes lourdement équipés pour son plus grand plaisir.

stickers-frise-florale

Mon avis :

J’ai découvert la plume de l’auteur dans sa première nouvelle ( voir lien à la fin de l’article) et ce fut un véritable coup de coeur. Ici, toujours dans le même univers Bdsm, Mag Meld nous offre une séance punitive en directe.

Aux premiers abords ceci pourrait nous rebuter, du moins ceux et celles qui ne font pas partis de cette communauté. L’ignorance est souvent un obstacle. « L’atelier du peintre » vous ouvre sur une fenêtre dissimulée sur ce monde. Le mari en tant que dominateur est à la fois cruel, sauvage, barbare, terrifiant mais également tendre et attentionné. L’épouse, la soumise, est magnifique dans son plus simple habit. Certes la souffrance vient habiter ce corps mais pour son plus grand plaisir. La troisième personne est leur protégée en apprentissage. Au cour de cette séance, cette jeune femme s’affirme et trouve une place sans équivoque au sein de ce trio.

Une lecture passionnante et déchirante où se mêlent avec frénésie douleur et plaisir. Des personnages entiers et véritables qui dégagent une certaine sensualité. Une séance cauchemardesque d’où un certain romantisme en émane.

Petits mots pour la fin à caractère d’avertissement : on ne se lance pas dans cette lecture, sans y être intéressée.

stickers-frise-florale

Autre écrit de Mag Meld « La vie est belle vue d’en haut »

Pour tout savoir sur Mag Meld et Evidence Editions : c’est par ICI !

 

 

 

Rencontre avec la vérité 3 de Eva Adams.

41pclls5cml

 

[ NOUVELLE BDSM – NOUVEAUTE 2017]

EVIDENCE EDITIONS – COLLECTION INDECENTE

SERVICE PRESSE

 

Je remercie Eva Adams pour ce service presse.

Résumé :

Le conseil a statué : Léna est confié à Maître Maxime pour six semaines. Le Maître tant redouté pour l’intensité de sa formation. Chaque instant sera une torture, tant physique que psychologique. Elle y souffrira, y pleurera mais rien n’y fera, elle devra faire son temps, comme toutes celles qui sont ici.


Mon avis :

AMES SENSIBLES S’ABSTENIR ! Ce livre n’est pas fait pour vous.

Les aventurières, bienvenue dans l’univers d’Eva Adams où ses mots tels que du velours et de la soie viennent caresser votre peau et s’infiltrent insidieusement dans les méandres de votre cerveau provocant l’inattendu mêlé à l’improbable.

Je suis heureuse de me retrouver auprès de Léna. Je sais qu’elle va passer un moment terrible et l’épreuve qu’elle va subir est loin de ressembler à des vacances de plénitude. Mais je dois vous avouer que j’étais loin de me douter à ce que me réserver cette lecture. Certes l’auteure au fil des deux premiers volumes nous met en garde et donne le ton. Je dois vous faire une confession : j’ai été choquée. J’ai souffert des punitions infligées. J’ai serré les dents de voir cette souffrance. J’ai été bouleversée. J’ai pleuré par ce qu’au delà de tous ces maux, il émane de ces pages, de ces personnages une force hors norme régie par l’amour. Vous, que feriez-vous par amour ? Léna, elle est prête à subir les conséquences de cette formation extrême, certes à son grand désarroi, mais elle veut le retrouver, lui, Gabriel, son maître.

Une lecture intense, raffinée par la plume sensationnelle de l’auteure, mouvementée par toutes ces sensations mais qu’au final j’ai vraiment apprécié. Je me remet lentement de cette lecture, mes neurones sont encore en train d’analyser ce ressenti qui m’est inconnu.

Une vérité a double sens : celle que l’amour a le droit de s’exprimer selon l’image qu’on lui donne et que nous sommes personne pour le juger  et celle sur ce monde caché BDSM que l’on dénigre sans aucune raison recevable.


Retrouver la trilogie dans l’intégrale :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour tout savoir sur Eva Adams et ses livres chez Evidence Editions : c’est par ICI !