BAD TRIP EN ALASKAL de Emma Landas.


Si Meghan ne trouve pas l’excursion parfaite, c’est simple, elle est virée de son agence de voyages.
Alaskienne de naissance, elle est certaine que c’est sur ces terres sauvages qu’elle trouvera le Good Trip.
Enfin ça, c’était avant de tomber sur le pire guide d’Alaska qui soit.
Lui, c’est Kal. Kal l’asocial, Kal le glacial, Kal le chacal… Le problème, c’est qu’il est aussi : Kal le sculptural, Kal le phénoménal, Kal le sexual… et qu’un ours qui essaie de sourire, bah c’est vachement chou !
Entre eux, c’est explosif, et leurs étincelles ont de quoi nourrir les ragots de la petite ville de Sitka.
Bref, tout laisse à penser que cette pauvre Meghan a tout pour faire un Bad Trip en AlasKaL.

 
Sortez la doudoune, les boots, les gants, l’écharpe, les trois pantalons à enfiler pour ne pas se les geler. Vous êtes parées pour découvrir le phénomène de l’île Baranof. J’ai oublié de vous dire qu’en Alaska il ne faut pas titiller l’ours mal léché il peut se montrer souvent et un tantinet de mauvais poil.
Le grand moment de sa vie est enfin arrivé. Meghan doit à tout prix trouver LE voyage qui fera sensation au sein de l’agence. Elle est sur la sellette. Meghan n’est pas juste une femme qui a endossé son tailleur parfait. Non, Meghan est le genre de femme qui troque les talons aiguilles pour des baskets et qui part à l’aventure. Découvrir les endroits isolés de toutes civilisations est son péché mignon. Elle adore les grands espaces dépourvus de bétons et de sons. Elle adore écouter le bruit du vent dans les arbres, regarder la neige tomber, suivre la piste d’un animal, vivre isolée de tout. Meghan n’est pas une femme comme les autres. Elle est surprenante, habille, intelligente. Meghan vend du rêve à grande échelle, non pas par sa beauté et autre qu’on aime retrouver dans les romances. Au contraire sa liberté m’a stupéfaite et ébahie. Donne-t-elle envie ? Oui et non ! Faut-il encore envoie le courage de franchir le cap de cette liberté vivifiante !

 

Meghan n’a pas la langue dans sa poche. Elle est cash, souvent maladroite. Mais peu importe son honnêteté est quelque chose que j’apprécie. Son entêtement et son obstination effrayent par moment. C’est sans contexte son penchant pour les causes perdues qui la pousse à franchir ses limites.

 

Je ne vous cache pas que Kal, l’ours mal léché, l’a mise hors d’elle. Son regard hautain, son mutisme, son aura ont tout pour repousser hors de son territoire quelconque prédateur. Kal c’est le barbu sauvage qui ne veut rien avoir à faire avec la population. Sa mère et son meilleur ami sont les seuls autorisés à naviguer dans sa sphère personnelle. Vous vous doutez que Kal a des circonstances atténuantes. Et je dois vous avouer qu’une fois qu’on les connait y a de quoi péter un câble et de vouloir finir sa vie loin de tout. Kal c’est Kal. Énervant, beau comme un Dieu, un peu trop barbu, têtu, exaspérant, bourrique, encore beau comme un Dieu, toujours aussi énervant, colérique, changeant. De quoi vous rendre dingue !

 

Je vais aller droit au but : J’AI ADORE ! Emma Landas est la reine pour vous rendre chèvre dès les premières pages. Une héroïne attachante, un héros poussé à l’extrême de la bienveillance, un meilleur ami totalement gai, une maman attendrissante, et une histoire qui va vous faire chavirer en un éclair. Emma Landas nous offre une romance étourdissante où se mêle humour et mélancolie. Une histoire éprouvante qui vous fait passer du rire aux larmes, de l’énervement à l’émerveillement, de l’agacement à l’apaisement en un claquement de doigts. Une histoire émotionnellement intense où les sentiments nous bourlinguent en tous sens. Emma Landas a su capter les sentiments ambivalents qu’animent ses héros pour les restituer d’une manière très efficace. J’ai souvent perdu la tête, j’ai souvent rêvé, j’ai souvent pleuré, j’ai souvent ri. Le paysage à couper le souffle est aussi efficace que les reportages de RMC Découverte dont elle s’est inspirée. Une grande bouffée d’air pur qui décoiffe efficacement.

 

FONCEZ DAREDARE ! Un pur moment de lecture ! Je suis juste scotchée et émerveillée !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kinlde

… le site de Black Ink Editions

… mes avis sur d’autres romance d’Emma Landas (clique sur la photo)

SIX, tome 3 : à nos âmes liées de Max L. Telliac.


TOME 3/3
Quelques mots en conclusion ?
« On a beaucoup dit de moi que je n’étais qu’une brute épaisse. Mais là, je vous assure, je ne suis pas si solide que ça… »
Allez, Hulk, on se mobilise !
« Le petit insouciant, c’est comme ça qu’on me voit ? Moi qui m’accommodais des orages en dansant sous la pluie, je me suis fait foudroyer. »
Un coup de pouce du destin, peut-être ?
« À ceux qui pensent que je suis naïve, je répondrais qu’ils n’ont pas rencontré un Londonien plus instable qu’une grenade… »
Besoin d’un « honey » susurré ?
« Je tiens toujours le rôle du torturé de service. Quand votre vie explose en mille morceaux, que reste-t-il ? Découvrir qui l’on est ? No way. »
La peur n’évite pas le danger, Jameson.
« Oublier le passé est-il envisageable ? Pas sûr quand il se mêle désespérément au présent. Objectif n°1 : ne plus sombrer. »
Un peu de nerfs, Mademoiselle Tentiller…
« Les questions existentielles attirent souvent vers les ténèbres. Pourtant, je dois me raccrocher à ma lumière… »
Capitaine Azarov, il va falloir vous reprendre !
Marc, Simon, Louise, Adam, Eva et Alex. Six âmes liées.

 
Après un début tonitruant et en fanfare, le second tome m’a laissée sur ma faim et le troisième et dernier tome a réussi à recoller les morceaux. Ce que je retiens de cette trilogie c’est la merveilleuse aventure humaine que décrit avec ses tripes Max L Telliac.
Marc s’en veut en crever. Son cœur et son âme et sa tête par la force des choses sont au même diapason. Y a pas à dire mais Simon a tout bouleversé. Serait-il sa rédemption ? Il a encore beaucoup de chemin à parcourir. Le plus dur est le premier pas et il est enfin prêt à le poser. Qu’est ce qu’il y l’attendra au bout ?

 

Après les dernières péripéties de sa vie, Simon est enfin prêt à s’assumer. Son amour pour le flic ténébreux est bien plus fort que tout et quitte à se prendre une porte de prison autant le faire avec conviction et hargne. Adviendra ce qu’il pourra !

 

Après le coup fourré que lui a fait le bel anglais, Louise l’a toujours dans la peau. Lui pardonner ? Certainement pas ! Mais l’aider oui ! Aimer c’est douloureux. Elle ne sait plus quoi penser. Tiraillée de tout les côtés, sa vie est un véritable enfer.

 

Il n’aurait jamais dû faire cela. Il le sait parfaitement. Mais gérer ses émotions, sa jalousie et un véritable problème. Aura t-il droit à une seconde chance ? Adam doit mettre toutes ses chances de son côté. Et une petite virée à Londres s’impose. Le passé doit délivrer ses réponses.

 

La colère dévore Alex. La haine fuse dans ses veines. Et son père qui pointe le bout de son nez depuis tant d’années d’absence. C’est la goutte qui fait débordé le vase et tant qu’à faire autant l’explosé, ce vase, il se sentira peut être mieux après. Heureusement sa belle Egytptienne veille au grain.

 

La vie de la belle Eva a éclaté il y a sept ans en arrière. Se reconstruire a été un long parcours du combattant. Mes ces dernières semaines, le passé a resurgi amenant avec lui une partie d’elle. Peut-elle y croire encore ?

 

Ce dernier tome conclu à merveille cette trilogie. Max L Telliac met en avant avec une véritable passion ses six héros. Si la fougue servait le premier tome, la mélancolie transpirait dans le second, ici c’est l’éclosion des sentiments. Ces derniers accaparent le lecteur qui le vit pleinement. Alors que je reprochais dans le second tome la stagnation de l’histoire, ici je suis heureuse de voir que le rythme évolue vers ce quelque chose de fabuleux et d’incroyable. Une histoire qui bouleverse et émeut. Je suis soulagée de terminer SIX sur cette note enthousiaste. Je me dois de souligner l’audace de Max L. Telliac. Six personnages principaux à qui il donne autant d’importance, chapeau !! Une histoire dans l’ensemble qui mérite découverte.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… Le site de Black Ink Editions

… mes avis sur les deux premiers tomes (clique sur les images pour les lire).

MYRINA HOLMES, tome 2 : Cadavres exquis de Anna Triss.


Tome 2/3
Mon nom est Myrina Holmes. Mes (rares) amis me surnomment « Myri », mes (nombreux) ennemis « l’Amazone ». Mon job ? Traquer de féroces créatures surnaturelles à l’aide de mes pouvoirs et de mes armes.
On ne va pas se mentir : ces derniers temps, ma vie ressemble à un mauvais film de série B. Une sœur succube à la rancune tenace, une carrière de Traqueuse en crocs de scie, une marque démoniaque qui m’empêche de faire des folies de mon corps et un ex-amant devenu Fédérateur des Pécheurs qui m’irrite fortement les écailles. Alors quand un mystérieux virus aussi contagieux que mortel se propage sur Infernum, ça commence sérieusement à empester le démon grillé !
Le symptôme le plus éloquent de la Démonacide ? Quelques jours avant leur décès, les infectés se transforment en bêtes sanguinaires qui attaquent les vivants pour les dévorer, comme des Sans-Âmes ! L’Apocalypse risque de se pointer plus tôt que prévu à ce rythme…
Pour ma part, je suis naturellement immunisée grâce à mon sang d’hybride, mais ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde.
Lorsqu’un de mes proches tombe malade, je n’ai pas d’autre choix que de m’engager dans une course contre la montre pour mettre la patte sur les responsables de l’épidémie et dénicher le remède salutaire.
Et croyez-moi, vu mon état d’esprit, ma Plume aiguisée ne fera pas dans la dentelle.

 
On reprend les même, on shake tout ça, on rajoute quelques nouveaux personnages et une nouvelle intrigue démoniaque, et, nous voilà avec un second tome explosif qui nous en met plein les mirettes.
Anna Triss est une sacrée tornade, son histoire, ENCORE UNE FOIS, est une pure tuerie.

 

Myrina Holmes est un tantinet sur les nerfs. Il faut dire que sa sœur à la rancune tenace et que cette fichue marque l’empêche de fricoter. Sa dernière enquête l’a mise sur les nerfs et les révélations qui s’en sont suivies l’ont abattue. Myrina n’est pas le genre de démone à se morfondre éternellement, prenant le taureau (enfin le démon) par les cornes, elle se remet vite sur pied. Et rien de mieux qu’une enquête pour se défouler. Sauf que cette dernière est un poil effrayante. Voir ses compatriotes se transformer en monstre diabolique affamé couvert de pustules verdâtres est quelque chose d’assez incongrue pour la Traqueuse. Une nouvelle course effrénée se profile à l’horizon et celle-ci va s’avérer très tordue.

 

Une nouvelle aventure loin d’être une sinécure. Au contraire, le temps joue contre elle et puis son cœur a quelques dératés. Un beau ténébreux se la joue beau chevalier sur sa licorne et un beau blondinet se rajoute à l’équation. Sans oublier les Révoltés qui se révoltent pour de bon. Bref, sur Infernum c’est l’Apocalypse. Rien ne va plus, faites vos jeux. Dommage vous allez perdre ! Anna Triss est une vile tentatrice qui adore frustrée ses lectrices.

 

Tentation, doutes, questions, révélations, mensonges, amour, passion, fougue, danger … non vous n’êtes pas dans un soap opéra, mais bien dans le deuxième tome de Myrina Holmes. Une suite explosive, sensationnelle, addictive, folle, méga génialissime. La plume d’Anna Triss est juste envoûtante, rythmée et le scénario est un pur bijou. Une claque phénoménale, je suis restée scotchée, obnubilée, estomaquée …

 

Une trilogie d’Urban fantasy à découvrir (depuis le début) absolument !!!

 

Une chronique de #Esméralda

 

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… le site d’Anna Triss

… Mon avis sur le premier tome de Myrina Holmes (clique sur l’image pour le lire)

PALLADIUM de Sarah Felvie.


L’univers de Léonie pourrait se résumer en 2 mots : Le Palladium.
Ce bar branché qu’elle gère d’une main de maître est le symbole de tout ce qu’elle cherche à protéger : ses blessures, ses amis et la musique.
 
Tout est sous contrôle. Jusqu’au jour où Zack passe la porte du Palladium.
Zack… Cet inconnu aux yeux verts et à la voix éraillée.
Zack… Cet homme qui pourrait bien être la clé de sa guérison, mais aussi celle de sa chute.
Si au départ, leur histoire sonne comme une évidence, un secret pourrait venir tout gâcher

Les plus belles histoires débutent toujours avec un regard jeté sur les étoiles. Comme si cette infinité était le berceau de ce quelque chose d’immuable et de puissant. Léonie, allongée sur sa scène observant les astres se rappelle.
Ce qu’elle a perdu, ses souffrances, ses pleurs, ses cris, sa déchéance. Ce qu’elle a gagné, un endroit sensationnel à l’image exact qu’elle s’en était faite. Ce qu’elle a espéré, un amour puissant qui pouvait annihiler ses maux et bâtir un avenir merveilleux où le bonheur serait maître.

 

Léonie a toutes ses dents et parfois pas toute sa tête. Pétillante, déjantée, joviale, la musique rythme sa vie et son bar branché. Boulimique de boulot et de bons temps qu’elle partage avec sa meilleur amie de toujours, Rose, elle croque la vie comme elle vient. Pourtant sa vie n’est plus la même depuis ce jour fatidique. Le chaos s’y est invité. La musique a une autre saveur, celle de la désolation et de la tristesse, le chant est synonyme de souffrance et de déchirement. Alors elle vie cette passion au travers de ceux et celles qui foulent sa scène. Elle souffre en silence et le temps n’a pas d’emprise. Alors quand il monte sur scène mettant fin à une scène surréaliste d’une star un brin mégalo, elle n’a d’yeux que pour lui. Sa voix puissante, douce, mélancolique, savoureuse la charme instantanément. Et quand il s’avance vers elle, elle succombe. Est ce que le coup de foudre existe ?

 

Il n’a d’yeux que pour elle, Zack est aspiré par la gérante qui ne lâche pas son regard. Son premier contact le désarçonne. Son franc parlé, sa manière d’être sont déstabilisants et envoûtants. Zack sait qu’il ne pourra pas lui résister.

 

Ensemble, leur histoire va évoluer. Une explosion d’émotions, de lâcher de prise, de liberté. Les barrières s’estompent miraculeusement, et le phénix renaît de ses cendres. Léonie transpire l’amour. L’évidence est là mais les secrets restent toujours dans l’ombre et le moment où ils jailliront que restera t-il d’eux ?

 

Sarah Felvie signe une romance de tonnerre. La magie opère dès les premières phrases et vous emporte dans une histoire qui ne pourra pas vous laisser indifférentes. De la passion, de l’amour, de la joie vont accaparer vos sens. Mais aussi la tristesse, la désolation, l’abnégation font mettre vos cœurs en miette. Sarah Felvie maîtrise avec sournoiserie le jeu du chaud et du froid rendant ses lectrices complètement accro et frustrées. Cette osmose magique est particulière et vous foudroie. Une romance rythmée par la musique, les émotions et les aléas. Elle vous bourlingue dans tous les sens, vous fait rire, pleurer, vous abasourdie et vous scotche littéralement. Les surprises et les rebondissements fleurissent ici et là rendant l’histoire trépidante.

 

Une histoire à croquer sans modération ! L’amour et la musique un joli duo qui vous fera danser sur vos émotions !

 

Une chronique de #Esméralda.

SIX, tome 2 : A nos cœurs tourmentés de Max L. Telliac.


« Ma vie a dérapé quand le pouvoir que je croyais détenir m’a échappé. Les petits cons dans son genre… je les bouffe au petit-déj’, normalement. Maintenant, je vais devoir rattraper le coup… »
Marc Tillard, tourmenté.
« Si on m’avait prédit l’enfer qu’il me ferait vivre, je l’aurais fui comme la peste. Mais, c’est fini. Pour faire table rase du passé, je ne m’encombre plus de casseroles – aussi sexy soient-elles ! »
Simon Fauquet, désabusé.
« Rencontrer ce British a été une succession de montagnes russes, et mon petit doigt me dit que les manèges à sensation, c’est pas fini ! À moi de prouver que j’ai le cœur bien accroché ! »
Louise Dario, déterminée.
« La vie est étrange. Mais maintenant que je suis suspendu sur le fil, je mesure sa fragilité. Suis-je capable de tout pour revoir ces yeux bleus ? Absolutely !»
Adam Jameson, en mauvaise posture.
« J’avais promis de vous dévoiler mes démons si vous étiez sages, mais aujourd’hui, je n’ai pas d’autre choix que les affronter. Comment bien choisir mes alliés ? »
Eva Tentiller, terrorisée.
« Où est passé le mec drôle, insouciant et qui ne prenait rien au sérieux ? Aux oubliettes. Je suis démoli, et je n’ai plus qu’à composer avec cet autre homme qui prend de plus en plus de place… »
Alex Azarov, blessé.
Six cœurs tourmentés, autant de corps enchaînés.

 
 
Rien ne va plus au sein de la bande des Six. Tourments, doutes, questions et peur se mêlent pour une histoire très tourmentée c’est le cas de le dire.
Marc ne sait plus où donner de la tête. Aussi prétentieux, arrogant et pète-sec qu’il est, le petit blond a foutu un sacré bordel dans sa vie bien réglée. Okay, il a peut être abusé et surtout pousser le bouchon un peu trop loin. Le petit blond est une énigme à part entière et il éveille en lui des sentiments qu’il avait oubliés et remisés. Bref, maintenant c’est la pagaille intersidérale dans sa foutue vie et il n’arrive pas à s’éloigner de lui. Sous couvert de son boulot et de son enquête, il peut encore sauver la mise. Enfin ça serait facile si Simon ne le refoulait pas à chaque occasion.

 

Simon en a ras la casquette de ce flic merdeux qui se croit tout permis. En même temps comment lui résister, non c’est bien trop difficile. Et pourtant il se le doit car il n’est pas sa chose. Malgré toutes les emmerdes qui lui tombent sur le nez, il ne peut pas lui faire confiance et encore moins lui confier toutes ses erreurs. Il doit se concentrer sur sa meilleure amie et sur ses photos. Oui mais cela serait tellement plus simple si le flic sexy ne lui collait pas les baskets.

 

Le jour où elle l’a rencontré, elle aurait du se casser le pied ou même un ongle aurait suffi. Une rencontre totalement irréaliste qui l’a portée dans les bras d’un homme ingérable et prit dans ses démons. Mais ça, c’est parce que vous n’avez jamais croisé son regard et tendu l’oreille pour écouter son accent so british. Mouise pour mouise, autant continuer à s’y empêtrer. Pas sûr qu’il apprécie la décision qu’elle a prise mais par amour on est prêts à tout. N’est ce pas ? Non ?

 

Louise est comme un bonbon acidulé qu’il aime tant croqué et très amer parfois. Sa décision le rebute et pourtant il va bien falloir qu’il y fasse avec. Après tout que risque t’il ? Pas grand chose ? Pas sûr ! Car elle est tenace la petite. Allez c’est juste l’histoire de quelques jours et puis ça fera peut-être de très bons souvenirs ! Enfin Adam est mis devant le fait accompli soit il s’y pli soit il la perd !

 

Eva est tiraillée par son passé et ses secrets. La peur au ventre lui fait perdre tout son bon sens. Et les deux Azarov n’y vont pas de main morte. Leur combat de coq, elle n’en peut plus. Si juste elle pouvait se recentrer sur elle et prendre enfin la bonne décision. Un peu de douceur dans son monde serait la bienvenue.

 

Alex jette l’éponge. Eva est tel un boomerang et le retour le laisse K.O.  Il a été patient, à l’écoute, attentif, doux et avenant, mais apparemment rien n’y fait, car elle est partie. Il en perd son sang froid et commet bourdes sur bourdes. Quelle galère ! Et s’il tentait de crier sur les toits son amour pour elle, est ce qu’elle reviendrait ?

 

Après un premier tome explosif qui se concentrait sur la mise en place des personnages et de l’intrigue principale, ce second tome se veut très différent. Max L Telliac a décidé de se monopoliser sur les tourments de chaque personnages. Des tourments, bien évidemment, qui se croisent et se mêlent et parfois se démêlent. L’auteur avec une certaine facilité a réussi à créer une atmosphère sombre et asphyxiante dans laquelle il est difficile d’en apercevoir un bout de chemin menant vers la sortie. Personne n’y échappe. Tourments, cœurs blessés, questions et doutes assaillent les personnages qui vont tenter, par de nombreux chemins, de trouver une issue favorable à leurs situations. Un long parcours chaotique et sinueux qui va mettre à l’épreuve nos apprentis amoureux. Pour le coup j’ai un peu moins apprécié ce deuxième tome, heureusement les dernières pages rehaussent mon point de vue. Une second volet beaucoup plus lent à mon goût malgré certaines scènes sulfureuses. Un récit nettement plus mélodramatique et mélancolique avec parfois des passages longs où les émotions et les sentiments sont redondants. Explorer la face sombre de chaque personnage m’a quelque peu essoufflée. Toutefois il a suffi du final tonitruant pour me redonner espoir quant à la résultante finale de cette trilogie. Six est l’histoire déjantée de femmes et d’hommes aussi déjantés les uns des autres où l’amour sème une zizanie infernale.

 

A très vite pour le dernier épisode, je croise fort les doigts pour être surprise à nouveau !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Black Ink éditions

… mon avis sur le premier tome (clique sur la photo pour le lire)

MYRINA HOLMES, tome 1 : Démons et merveilles de Anna Triss.


Tome 1/3
Je suis Myrina Holmes, la meilleure Traqueuse d’Infernum, chargée de neutraliser les créatures surnaturelles qui bafouent nos lois.
Dans mon monde, les démons sont légion ! Quatorze pour être précise : sept vouées aux vertus cardinales et sept dominées par les péchés capitaux
Hybride marginale, je n’appartiens à aucun des deux camps, ce qui m’arrange. J’adore mon boulot et ma vie sur Terre quand je ne suis pas en mission. Sauf bien sûr lorsque de mystérieux cadavres tombent littéralement du ciel pour me torturer les méninges et que ma demi-sœur de succube se met à fréquenter l’Hybresang le plus exécrable qui soit, Kelen Wills.
Pécheur surpuissant, commandant en chef d’une armée d’élite, il n’incarne pas UN péché capital, non : il les cumule tous les sept ! Avec une prédilection pour la luxure, la colère, l’orgueil et la gourmandise, mais gardez ce détail pour vous… Bref, l’odieux personnage s’est mis en tête de me séduire, sans doute parce que je suis la seule femme à résister à ses charmes douteux.
Cet Hybresang peut toujours aller au diable, car j’ai d’autres démons de minuit à fouetter.

Après une comédie romantique totalement déjantée, une magnifique romance fantasy, Anna Triss nous offre un urban fantasy démoniaque. Vous savez, ce genre de lecture dont tu deviens accro dès les premières lignes et que tu es obligée de mettre en off tout ce que tu fais pour le lire jusqu’au bout. Sans oublier que tu te camoufles dans ton canapé pour que le monde t’oublie et te fiche la paix. Et ben voilà ce que ça fait quand tu lis ce premier tome. C’est vraiment un truc de malade.
Dans le genre je met le boxon quand je rentre sur la place, je nomme Myrina Holmes. (Je vous arrête de suite aucune parenté avec Sherlock Holmes). Myrina c’est le genre de femme que t’évites de croiser dans la rue sous peine d’être raser de la surface de la terre en un seul regard.  C’est le genre de nana qui assure grave avec son allure décontracté sexy et qui te flingues sans état d’âme (demande au démon qui vient de cramé à l’instant). En même temps, elle est la meilleure du CIT, genre de FBI à la démone. Son job, traquer les méchants démons qui ne respectent pas les règles que ce soit sur Terre ou sur Infernum. Accompagnée de son arbalète et de quelques carreaux de verres, de quelques couteaux et de sa fidèle Plume, épée qui sert à étêter les récalcitrants, Myrina est une pro du zigouillage en tout genre et sans oublier d’avoir la classe même barbouillée de sang noir et visqueux. Vous l’avez compris elle tire plus vite que son ombre ! Sous ses allures strictes de traqueuse vénère, Myrina ne fait pas dans la dentelle. Elle pense tout ce qu’elle dit et son humour noir à tendance en déconcerté plus d’un. Son nom murmuré est aussi efficace qu’une malédiction jetée sur des générations. Qui s’y frotte s’y pique, j’ai envie de dire.

 

J’en connais un d’ailleurs qui va faire les frais de la légendaire répartie de Myrina. Kelen Wills est dans sa plus haute majestueuse majesté, le roi des connards, des arrogants et de égoïstes. Un vrai trou de balle sur pattes mais le soucis c’est qu’il transpire la sexy attitude. Vous savez celle qui vous fait bavez. Rien ne résiste à Kelen et encore moins les petites culottes ( Flash Info même un démon de cet envergure ne fait pas flamber les petites culottes, il les déchire). Autoritaire, sarcastique, imposant, facétieux, malin, arrogant (je le redis), puissant, têtu, mufle, et la liste est encore longue … !

 

Rien ne prédestiner ces deux là à se rencontrer, mais parfois dans les douches ils se passent des choses étranges. Et si ce n’était que ça d’étrange vous seriez surpris de voir des démons puissants tombés comme des petites mouches inoffensives. Myrina n’est pas au fait des surprises qui surgissent de toute part, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, le problème Kelen Wills, lui, est au sommet de tout. Son mot d’ordre résister et l’envoyer paître et puis le temps lui est compté.

 

Missions périlleuses et rebondissements hallucinants, le nouveau roman d’Anna Triss est une pure merveille pour la lectrice que je suis. Un univers diaboliquement intense aux enjeux importants. Des personnages aux caractères exacerbés auxquels on s’attache ou qu’on exècre. De l’action, de l’humour fracassant, des réparties piquantes, de la souffrance, de la passion, des horreurs, de la justice, de l’attirance, de la répulsion … une lecture intensive, addictive, accaparante, totalement subjuguante et hallucinante. Une pure merveille. Vous l’avez compris je suis raide dingue de ce premier tome qui regorge de nombreuses surprises. 

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… mes avis sur d’autres romances d’Anna Triss (clique sur la photo pour les lire)

THE BOUNTY FUCKERS, Mission 1 : Hugo de K. Jarno.


Hugo est un baiseur de primes. Là où un chasseur de primes est engagé pour tuer, lui l’est pour baiser.
Tester l’honnêteté ou la sexualité d’un conjoint, briser une carrière, dépuceler un coincé, c’est son job, et rien ne l’arrête. Le client fixe une mission, il la remplit. Aucune limite ! Personne ne lui résiste.
Personne ? Sauf peut-être sa nouvelle cible : Zedd. Une coupe de militaire, un regard agressif, une allure de taulard, une attitude de mauvais garçon.
Rien chez lui ne présage une possible attirance pour les mecs. Comme si ce détail pouvait arrêter Hugo. Il est le meilleur et compte bien le rester !
Quoi qu’il en coûte, ce Zedd finira dans son lit. Parole de Bounty Fucker !

 
Un sacré coup de cœur pour cette fabuleuse romance MM. K. Jarno nous plonge dans un monde où méfiance et amour se jouent de sacrés coups. Une bataille engagée et des cœurs brisés, une histoire sensationnelle qui ravira les fans du genre !
Hugo a atterri voilà plus d’un an maintenant à New York. Laissant son passé douloureux et nauséabond loin derrière lui, il se reconstruit une vie auprès de ses deux nouveaux amis, Joan et Bellamy. Bounty Fuckers, ce trio ne ménage pas leurs efforts pour que leurs contrats aboutissent en bonne et due forme. Bounty Fuckers est un drôle de métier. Détective de sexe, ils se doivent de donner les preuves d’une sexualité cachée ou tromperie et tout un tas de choses que vous ne pouvez pas imaginer. Hugo aime sa vie et son métier qui lui permet de vivre aisément. Il n’y voit aucun inconvénient à se servir de ses atouts pour arriver à ses fins et faims. Hugo aime le sexe et collectionne les partenaires. S’attacher à un homme, vivre en couple lui a toujours fait peur. Peur de ce qu’il pourrait ressentir et subir. Hugo est un homme assez droit. J’adore son côté nounours et son côté viril qui s’exprime de temps à autre. J’aime sa manière de se foutre dans des emmerdes pas possible et surtout la façon de taquiner les autres. Hugo est attachant par ses nombreuses facettes. Il aime la rigolade et ne se prend pas toujours au sérieux. Dans le travail, il est très méthodique et ne laisse rien au hasard et quand il a quelque chose en tête il est difficile pour de lui de s’en détacher. Alors quand il voit Zedd pour de vrai il ne tarde pas à savoir qu’il est foutu pour de bon. Mais le plus embarrassant, c’est que Zedd ne montre aucun signe pour une éventuelle attirance pour les hommes. Hugo est dans des beaux draps. Comment concilier contrat et attirance ? Sans compter sur son passé qui pointe le bout de son nez ? En super bounty fuckers qu’il est, il va donner le meilleur de lui-même et peut être un bout de son cœur !

 

Ce premier tome est une véritable aventure au cours de laquelle mon cœur n’a jamais cessé de palpiter. Une aventure grandiose où actions et sentiments se donnent la part belle. Je n’ai que pu succomber à la plume de K Jarno. Une plume rythmée et ensorcelante qui aime s’amuser avec les sentiments et les émotions. Une plume entraînante qui m’a portée dans un univers déjanté auprès de personnages sensationnels. Hugo et Zedd sont deux personnages aux antipodes, l’un extraverti et l’autre introverti, cela donne des répliques foudroyantes et des scènes piquantes. L’intrigue prend aussi une place importante au fil des chapitres qui dévoilent peu à peu le passé d’Hugo et aussi de Zedd. K Jarno met aussi en place un fil rouge qui je pense se déroulera sur les tomes. La Dame Rouge a de belles heures devant elle ! Je n’ai qu’un mot : Foncez !!

 

Mais quelle romance ! Sensationnelle, foudroyante, épicée ! La romance MM portée dans toute sa splendeur par un auteur qui assure grave !

 

Une chronique de #Esméralda

TES NOTES POURPRES de Angel Arekin.


Depuis sa plus tendre enfance, Souline est bercée par le son du violon.
Lorsqu’à l’adolescence, Evi l’entend jouer pour la toute première fois, il en tombe éperdument amoureux. Leur amour naît à Fersac, cette obscure école où règnent la terreur et la honte.
Pour la sauver, Evi se sacrifie et la laisse partir. Ils se sont juré de se retrouver une fois dehors. Mais aucun d’eux ne peut tenir cette promesse.
Quinze ans plus tard, Souline est devenue une grande violoniste. Alors qu’elle s’accorde quelques vacances sur les pentes enneigées des Pyrénées, elle tombe par hasard sur son premier amour. Foudroyée par ses souvenirs, elle cherche à tout prix à le revoir, mais Evi refuse. Loin de renoncer à lui, Souline tente de découvrir les secrets que cache la sombre cicatrice sur son visage et au-delà, les raisons pour lesquelles ils ne se sont jamais revus.
Mais c’est sans compter l’entêtement incompréhensible d’Evi à chasser la jeune femme hors de son existence.
Pourquoi tant d’obstination ?
Parviendra-t-elle à le comprendre et à entrer de nouveau dans sa vie ?

Angel Arekin frappe une nouvelle fois avec une force magistrale. Une force émouvante qui va vous mettre à genoux en un claquement de doigt. Un romantic suspense haletant, addictif, accaparant. Une romance bouleversante qui vous enivrera dès les premières pages.
Souline et Evi est comme une évidence. Celle qui vous crève le bide et les yeux tant les sentiments sont si impérieux. Il se sont rencontrés dans les ténèbres, dans les couloirs de cette école catholique, Fersac. Ils les ont combattus et repoussés ensemble du haut de leur 15 ans avec comme seul bouclier leur amour. Ils se sont promis les plus belles promesses du monde. Ils se sont aimés, tant aimés. Ils étaient un tout. Et ils se sont jurés l’improbable et le plus beau. Elle est partie le cœur en miette. Il est resté pour perdre son cœur. Elle a continué sa vie et est devenue la plus grande des violonistes. Il a continué à courir après une vengeance.

 

Les jours se sont écoulés, les années ont filé. Elle ne joue que pour lui. Et il écoute ces mélodies pour se rappeler ce qu’il l’a tant aimée et qu’il la hait tant maintenant.

 

15 ans de lamentations silencieuses. 15 ans de rêves. 15 ans à espérer. 15 ans de notes. 15 ans de cris. 15 ans de soupirs. 15 ans de silence. 15 ans de mots.

 

Une rencontre inopinée et un milliers de souvenirs qui resurgissent. Un regard et un monde qui s’écroule. Des mots et le rejet. Une obstination qui va au-delà de l’entendement. Une histoire d’amour qui ne s’est jamais finie. Mais est-elle légitime de vouloir renaître de ses cendres ? Les ténèbres n’ont jamais été aussi proche.

 

Angel Arekin orchestre sa nouvelle romance avec mélancolie, passion et frénésie. Des mots aux mélodies harmonieuses. Des émotions qui s’emparent de vous avec empressement et qui ne vous lâchent pas. Des rebondissements au rythme affolant. Des personnages aux antipodes portés par une seule émotion l’amour violent qu’ils se portent. Angel Arekin frappe une nouvelle fois formidablement bien. Une maîtrise totale de l’intrigue et de son évolution. Elle nous fait rêver, pleurer, rire et aimer avec une fougue que vous ne pouvez pas soupçonner. Elle ne choisit pas la facilité et de chapitres en chapitres elle nous plonge davantage dans les méandres obsessionnels de nos deux amants maudits.

 

Nouveau coup de cœur pour moi ! Et je ne peux que vous invitez à succomber à TES NOTES POURPRES. Un incroyable voyage dans les abysses de l’amour.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

…mes avis sur d’autres romans de Angel Arekin (clique sur la photo pour lire mon avis)

SIX, tome 1 : A nos destins mêlés de Max L Telliac.


« Faut se présenter ? Pfff. Marc Tillard. Flic. Râleur. Taciturne. Métro, boulot, dodo… et sexe, évidemment. Ma vie était réglée jusqu’à ce qu’un petit con aux yeux émeraude se pointe. »
« On parle de moi ? Simon Fauquet. Fun, insouciant et trop mignon. Ma vie rime avec soirées et vodka, jamais sans ma coloc’ et meilleure amie. Entre nous, c’est à la vie à la mort, jusque dans les ennuis que j’attire comme un aimant. »

« La best-friend en question c’est moi. Louise Dario. Coriace sous mes airs de poupée Barbie, et déterminée à percer dans le monde de la mode. Ce milieu est rempli de requins, mais qu’importe ! »
« Je suis le plus dangereux des squales, of course. Adam Jameson. Mannequin britannique au physique de rêve, au regard polaire énigmatique, prêt à rendre folles toutes les femmes de la capitale, voire au-delà. »
« Eva Tentiller. Journaliste, féministe, indépendante, discrète mais aussi sauvage et mystérieuse. Ma seule ligne de conduite : zéro attache. Mes démons sont loin derrière moi désormais, mais si vous êtes sages, peut-être que je vous en parlerai. »
« Et la boucle est bouclée avec la crème de la crème. Moi ! Alex Azarov, pour vous servir. Flic de mon état et coéquipier de cette brute de Tillard. Je ne me prends jamais la tête, sauf quand on décide de me mettre sur la route d’une sulfureuse brune. »
Six destins entremêlés. Autant de possibilités…

 
Craquage en règle pour cette romance stupéfiante, surprenante et pimentée. Un roman choral tout en couleur comme je les aime. Six personnages, six destins entremêlés et un auteur zélé qui n’a pas fini de vous faire tourner la tête.
Rien ne prédestiner ces six personnes à se croiser de près ou de loin ! Comme quoi un seul événement, une seule action peuvent interférer dans le quotidien de leurs vies. Six destins délivrant au compte goutte leurs histoires.

 

Marc Tillard, flic bourru, orgueilleux et hautain. Se mêler à la populace très peu pour lui. Lui ce qu’il aime : tirer la gueule à longueur de journée, gueuler sur à peu près tout ce qui bouge, son collègue (son meilleur pote mais se l’avouer serait trop), s’envoyer à l’air quand l’envie s’en ressent et surtout boire beaucoup de jus de fruit et de café à l’occasion. Marc, le bad boy justicier et ténébreux qui ne laisse aucun répit à sa proie.

 

Sa proie, un certain Simon Fauquet, fils du procureur de Paris, fils à papa avec un passe droit valable partout. Simon a la fâcheuse habitude de se fourrer dans des situations difficiles. Il est du genre à foncer la tête la première et à réfléchir après. Blondinet aux yeux émeraude, il n’a qu’une seule règle : vivre sa vie à fond. Mais que serait-elle sans sa meilleure amie de colocataire ? Un vrai bazar sans aucun doute. Partager des bons moments, leur passion, leurs peurs et leurs amours, pour rien au monde il  voudrait se séparer de sa best.

 

Amoureuse de mode, fashionista accomplie, Louise Dario ne rêve que de podiums, de haute couture et de créations. La mode est toute sa vie. Des rêves pleins la tête, ce milieu là est pire que de se trouver aux milieu des requins. Hypocrisie, coup bas, tout est permis dans ce monde. Mais Louise n’est pas le genre de nana à baisser les bras. Battante, elle n’aime pas se faire humilier devant les foules et encore moins par ce prétentieux de mannequin anglais qui se croit tout permis.

 

Lui, Adam Jameson, icône de la mode, Dieu vénéré des podiums, il aime ce pouvoir qu’il a sur les gens. Adam est un roi solitaire aux prises avec l’alcool et la drogue. Alors que cette fille un brin top prétentieuse, emmerdante, rentre dans sa vie, le roi découvre un sentiment précieux.

 

Eva Tentiller aime foulée les tapis rouges et se rendre aux galas de charité. Son métier, journaliste, informer les gens est un véritable honneur pour elle. Femme moderne et working-girl acharnée, l’amour elle le laisse pour les autres. Relation sans attache est son mantra qui cache bien plus que vous ne pourrez le croire. Et ce n’est pas Alex, alias Thor, qui découvrira ses sombres secrets.

 

Alex Azarov, flic et collègue de l’insupportable Marc est le mec le plus stable de la bande. Cool et beau gosse rien ne peut le perturber. Ça, c’était avant l’arrivé fracassante dans sa vie d’une certaine Eva, la brune incendiaire.

 

Ce premier tome est une sacrée surprise. En commençant la lecture, je ne me suis doutée à aucune seconde de l’aventure qui se profilait à l’horizon. J’aime penser dire que c’est une incroyable romance, un condensé d’histoire d’amour, celles qui font vibrer. Si vous avez bien suivi depuis le début et que vous n’avez pas encore abandonné la lecture vous avez certainement compris que des couples font se former et si vous regardez de plus près il y a 2 femmes pour 4 hommes ! Wouaip ! Je vois vos yeux s’illuminer !

 

Cette lecture ne se résume pas qu’à des surprises. J’aime beaucoup l’audace de l’auteur notamment dans la construction de son récit. Cette romance choral met en avant, tour à tour, tous les personnages dans leurs situations propres. Un exercice totalement maîtrisé et qui fait son charme, indéniablement. Cette manière de procéder permet à l’auteur d’approfondir chaque facette des personnalités de ses personnages. Rien n’est laisser au hasard. Max égrène au fil des chapitres ces petits détails sans rien laisser paraître de crucial. Max est un sacré malicieux, voire sournois, car il nous laisse espérer à chaque fois. J’ai beaucoup apprécié aussi le fait que Max prenne le soin de « personnaliser » sa plume au fil des changements des personnages.

 

Une lecture à laquelle il est très facile d’accrocher. Je me suis laissée entraîner dans cette romance en un clin d’œil, savourant tout. Je n’ai pas de préférence pour un des personnages. Je les adore tous, leurs qualités comme leurs défauts.

 

Une chouette romance où les surprises abondent à toutes les pages et la cerise sur le gâteau et bien …. je la dégusterai à la sortie du tome 2 qui promet monts et merveilles ! Vilain Max.

 

Une chronique de #Esméralda

A WAVE IN MY HEART de Audrey Dumont.


Au commencement il y avait Izzye et Cruz.
Deux enfants sous un ciel étoilé, se promettant de s’aimer pour l’éternité.
Les enfants ont grandi, la passion de Cruz entraîne Izzye dans un tourbillon semant drames et désillusions.

Leur amour est mis à l’épreuve par les obstacles dressés sur le chemin de leurs rêves.
Les démons de Cruz refont surface et perturbent l’équilibre devenu précaire de leur relation.
Au départ il y avait une promesse d’amour éternel. Puis il y a eu l’infini de l’univers entre eux.

 

Audrey Dumont explore avec tendresse et douceur, l’amour. Celui qui forme un tout et qui perdure dans les profondeurs de l’âme.

 

Du haut de ses sept ans Izzye est déjà confrontée à la cruauté humaine. Rejetée comme une pestiférée parce que sa petite sœur est gravement malade, Izzye se sent seule et abandonnée. L’école est une épreuve terrible. Cette méchanceté l’enferme peu à peu dans sa bulle. Comme toutes les petites filles de son âge, elle souhaiterait aller chez les copines et surtout son plus grand rêve s’est de voir la mer, se balader pieds nus sur le sable et ramasser des coquillages, des tas de coquillages. Le mal être d’Izzye devient pesant de jour en jour. Alors qu’elle se réfugie sous le grand arbre au fond de son jardin, Izzye rencontre Cruz. Petit garçon de dix ans, il est touché par le désespoir de sa petite voisine. Il lui parle et tente de la faire sourire. Pari réussi. Sous les étoiles protectrices, ils pactisent. Chaque été sera le symbole du renouveau et de l’espoir. Des vacances magiques et fantastiques où deux enfants s’apprivoisent et inventent un monde bienveillant et où les rêves n’ont pas de limite. Été après été, l’enfance laisse place à adolescence. Les regards ne sont plus mêmes, les mots trouvent doucement leur place où les sentiments s’épanouissent. L’amour s’invite dans cette incroyable aventure. Il faudra attendre encore quelques étés pour que ces jeunes adultes puissent vivre leur idylle comme il se doit.

 

Izzye est devenue une magnifique jeune femme. Elle n’a plus aucune rancœur contre sa sœur et sa maladie. Au contraire, elle admire sa force et son courage. Généreuse, souriante, volontaire et altruiste, Izzie s’épanouit dans ses études et aux côtés de ses amis et de son amoureux Cruz.
Cruz a traversé de terribles épreuves. Sa sensibilité fait de lui un homme qui peut tomber dans les travers en un claquement de doigt. Poussé par sa passion, la musique et une promesse faite il y a quelques années plus tôt, il se donne corps et âme dans son groupe. Son talent inné pour la musique et sa volonté de fer poussent le groupe à atteindre le haut niveau. Perfectionniste et ambitieux, les heures de travail ont porté leur fruit.

 

A l’aube de partir pour ce road trip musical, Cruz et Izzye accompagnés de leurs compagnons de groupe sont loin de se douter des épreuves qu’ils devront traverser et mettre à mal leur amour.

 

Audrey Dumont signe une magnifique balade où l’amour, le véritable, a une place capitale. Un amour sans limite, pur et irrationnel, celui qui révèle le meilleur d’en nous, celui qui transporte, celui qui illumine. Ce road trip sentimental va bouleverser la vie de ces deux amoureux. Les chutes, les claques, l’amour, la passion, la folie, l’envie, la soif de vaincre vont tour à tour façonner ces deux âmes-sœurs. L’amitié, ce lien solide, va être aussi mise à mal. Audrey Dumont et sa plume délicate m’ont portée tout au long d’une histoire qui se veut à la fois romantique et déchirante. Il y a ce petit quelque chose d’extraordinaire dans A WAVE IN MY HEART, c’est cette manière de mettre en évidence toutes ses possibilités de bonheurs et toutes ces impossibilités de malheurs. Il y fourmille mille et une raisons de sentir l’abattement, l’abandon et la désolation mais il y a mille et une raisons de percevoir l’amour inconditionnel.

 

A WAVE IN MY HEART est une magnifique histoire, une qui vous coupe le souffle sans que vous ne comprenez la raison. Elle nous porte sur ce chemin chaotique où l’amour devient tout aussi dangereux que essentiel. Je suis loin du coup de cœur pour ma part, cela reste une merveilleuse histoire mais qui ne m’a transcendée autant que je l’aurais souhaité, peut être parce que j’ai du mal avec le New Adult 😦 . Mais cela ne m’empêchera nullement d’être au rendez-vous à la prochaine parution d’Audrey Dumont !

 

Je suis convaincue que Yzzye et Cruz feront des ravages dans vos cœurs !

 

Une chronique de #Esméralda.