AMOUR, FLINGUES ET MACARONIS de Anna Triss.

 

[ ROMANTIC SUSPENSE / FEEL-GOOD BOOK – Nouveauté 2019 ]

Tome 2/2

BLACK INK Editions

430 pages

Ma note : 5/5 mention « à croquer »

Lien Kindle

 
Le résumé :
Ne me jugez pas trop vite. Ne me détestez pas.
Sept années de passion, de bonheur et de sexe torride pour en arriver là aujourd’hui…
Il y a six ans, à Florence, après moult mésaventures rocambolesques, moi, Robyn, j’ai épousé Valentino Massari, l’amour de ma vie. Mon Échelon Cinq est devenu le père d’adoption de ma fille.
Nous étions heureux tous les trois. Une famille épanouie.
Jusqu’à récemment, j’étais persuadée d’avoir déniché la perle rare avec mon macaroni.
J’étais convaincue que ma poisse légendaire s’était envolée.
Mais quelque chose de terrible s’est passé…
Détrompez-vous, le prince charmant n’existe pas.
L’homme que je prenais pour mon prince charmant est italien, tueur à gages… et je l’ai quitté.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Nous sommes toutes  d’accord qu’à l’annonce de la sortie de cette suite et au vu du résumé,  nous avons hurlé notre désarroi et lorsque le book-trailer a fait son apparition, nous avons (enfin moi plutôt) meuglé telles des vaches en furie prêtes à démolir quiconque, (oui, oui …. quiconque) se mettrait au milieu de notre route. En mode grognasse avec plein de points d’interrogations qui clignotent de toutes les couleurs. Digne d’un super GIF.

 

Mon état d’esprit était digne d’un mélodrame : blagues douteuses, explosions de slip à tête de mort, une mythomane qui se la joue à la Bonnie. J’étais bien partie pour un very bad trip où je prenais le flingue pour estriper (expression de vers chez moi!) le macaroni. Pôvre Robyn ! Je vais éviter de m’égarer ! Je reviens donc à nos mouton, enfin plutôt, à nos macaronis et à nos flingues, et pour l’amour je verrais plus tard.

 

Saut dans le futur, 7 années se sont écoulées depuis le mariage tout mimi de nos  tourtereaux : le prince charmant (accessoirement tueur à gages) et la pulpeuse pin-up.  7 années de pur bonheur où Valentino devient restaurateur et Robyn ouvre enfin son salon de tatouages. Je vous épargne les corps suants s’entremêlant dans un sorte de ballet érotique et sensuel. (En gros, ils ont b******** comme des lapins ! Et tant mieux pour eux). Valentino respire la sérénité. Il ne tâtonne plus de la gâchette. Mais se reposant trop sur ses acquis, il a oublié deux choses cruciales : une promesse et une dette ne s’effacent pas avec le temps et quand Robyn pète un câble, elle prend la tangente quitte à fracasser bien des cœurs. Et qui s’est qui rame comme un forcené dans la semoule et bien c’est bibi le macaroni. Un qui ne manque pas de ressources et quitte à se ridiculiser (enfin c’est un grand mot) autant le faire avec les formes ! Et puis le mafieux sur sa colline il n’a qu’attendre pour régler les comptes.

 

Anna Triss met la gomme pour ce second (et dernier) tome. Une suite toutefois bien différente notamment dans le ton que l’autrice emploie. Une histoire bien plus sombre voire mélancolique où les personnages déchirés entre amour et haine ne savent plus où donner de la tête. Tout part en cacahuète. Et c’est un vrai crève-cœur ! Robyn perd de son ardeur et retrouve son éternelle compagne « la maladroite ». Elle tente malgré sa déprime soignée à coup de bonbons, de dépasser touts les derniers événements de sa vie et d’aller surtout de l’avant. Anna Triss met parfaitement en avant les fêlures des ces personnages fétiches. Assaillis de question et de doutes, les remises en questions sont persistantes alimentant un combat où reconquérir le cœur de l’autre est une joute pleine de surprises.

 

Une nouvelle fois je me suis laissée embarquer dans cette aventure totalement hallucinante où j’ai pu découvrir de nouvelles facettes des personnages principaux et vivre une aventure où ce trio explosif (amour, flingues et macaronis) défie tous les statistiques. Cerise sur la gâteau, pour la gourmande que je suis, les nouveaux points de vus sont judicieux et apportent un nouveau rythme, pour ne pas dire, un nouveau coup de folie. La plume de Anna Triss est alléchante et gourmande. Un brin plus érotique que dans le tome précédent et surtout tout aussi addictive et carrément barré. Et j’adore ce dernier. La légèreté côtoie la déprime. Le sérieux, l’innocence. L’amour, la mort. La folie, la joie. Difficile de résister à tout cela !

 

Je persiste et je signe (avec le diable tant pis pour moi), je veux un prince-charmant-tueur-à-gages-spécial-macaroni pour noël !

 

#Esméralda

Je remercie Black Ink Editions pour leur confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions

… le site de Anna Triss.

Mon avis sur le premier tome (clique sur la couverture pour le découvrir).

 

Le book-trailer !

Publicités

S.W.A.T., tome 2 : Absolution de Manon Donaldson.

 

[ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019 ]

Tome 2/2

BLACK INK Éditions

342 pages

Ma note : 5/5 mention « à croquer »

Lien Kindle

 
Le résumé :
Comme un miroir qui vole en éclats, les convictions d’Alyssa et de Hardy ne sont plus que des fragments d’incertitudes.
Dans l’étroite frontière qui sépare le vrai du faux, la confiance qu’ils se portent est ébréchée. Pendant ce temps, leurs ennemis gagnent en puissance, et la menace qui pèse sur eux est assortie d’une dette colossale.
Alyssa et Hardy, deux âmes opposées, mais contraintes de s’allier, doivent affronter un destin parsemé d’embûches et de trahisons.
Et si le danger prenait sa source là où ils s’y attendent le moins ?
Sauront-ils se battre ensemble ou capituleront-ils, précipitant l’autre dans les abysses de leurs peurs les plus profondes ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Entre crush, passion, haine et colère, Alyssa et Hardy c’est je t’aime moi non plus, puissance 1000.

 

Un regard, des paroles cachées, un ordre, un corps et du sang, Alyssa perd rapidement pied. Elle a osé le geste qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir accomplir. La vengeance est un plat qui se mange froid mais il a un goût amer et nauséabond. Alyssa s’est mise à nouveau dans les emmerdes profondes. Maintenant, elle est redevable (à vie) à un mafieux aussi sournois qu’intelligent. Sacré pétrin dans lequel elle va devoir ramer pour ne pas mourir. Hardy en tant que chevalier sur son cheval d’infortune se doit de protéger sa belle guerrière pour le pire et le pire. Une alliance silencieuse où les non-dits flottent. Les secrets n’ont jamais rien apporté de bon et ils vont en pâtir tous les deux.

 

La colère s’infiltre dans leur relation, les cris fusent, les mots blessent et l’abandon est meurtrier. Alyssa et Hardy s’éloignent l’un de l’autre pour tenter l’inconcevable. Le mystère autour d’eux s’effiloche et laisse apparaître peu à peu la vérité. Le mal rôde sournoisement autour d’eux. N’ayant plus rien à craindre, se jeter dans la gueule du lion semble digne de l’acte héroïque ou suicidaire.

 

Amour, passion, secrets, trahison, honneur, respect, ténacité, manipulations, complots, un combo explosif pour une histoire poignante, déchirante et totalement sensationnelle.

 

Manon Donaldson signe un second opus complétement dingue. Si pour le premier, elle avait pris son temps pour mettre en place son histoire et son intrigue, ici, il n’en est plus question. Manon attaque dès les premières lignes pour ne plus nous lâcher jusqu’au point final. Ce second tome met la baraque en dessus-dessous. De l’action à profusion sans oublier tout de même de développer le côté psychologique des personnages. Les sentiments dégoulinent sous des attitudes parfois contradictoires. Et puis dessous tout cet amas totalement désespérant, se cache l’espoir. Celui qui va permettre l’impensable. Celui qui va faire avancer, pas à pas, nos héros. Celui qui transcende. 

 

Manon Donaldson ne lésine pas à la tâche. Une plume nerveuse, addictive où se croise toute une panoplie de sentiments douloureux et passionnels. A la fois intransigeante, elle n’hésite pas à malmener ses personnages. Il s’en dégage une émotion puissante rendant les personnages hyper attachants. Et que dire de ce final. Juste un gros WOUUUUAAAAAAHHHH ! J’adore quand un auteur prend des risques et que jusqu’au point final tout est là, sans emphase, sans promesse, sans dinguerie. Les mots justes, la scène adéquate ne me laissant que les larmes pour admirer et savourer.

 

S.W.A.T est une sacrée histoire. C’est se fourvoyer dans un jeu où les règles bougent continuellement, où l’amour a tout à prouver, où une seule et unique promesse peut en cacher un tas d’autres dont le pardon. Un sublime romantic suspense à croquer, à dévorer avec hargne !

 

#Esméralda

Je remercie Black Ink Éditions pour leur confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions.

Mon avis sur le tome 1 (clique sur la couverture pour le découvrir)

Le book-trailer de S.W.A.T.

TRAHISON, tome 2 : Présent recomposé de Lucie Chatel.

 
[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]
Tome 2/2
BLACK INK Éditions
240 pages
Ma note : 4,5/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Voilà deux ans que Maëva s’est confrontée aux démons de son passé.
Elle a enfin obtenu les réponses qu’elle croyait indispensables à son équilibre, mais à quel prix ? En pensant trouver la paix, elle a déclenché la guerre et de nouveaux problèmes se profilent à l’horizon.
Tourner la page n’est pas chose aisée quand on n’a pas fini de l’écrire. Et Kayden hante toujours les pensées de Maë, comme un goût d’interdit et d’inachevé.
Un concert à Paris et une meilleure amie fan du groupe vont bousculer le quotidien de Maëva. Kayden est devenu une star internationale, tout a changé, mais il a toujours le pouvoir de réveiller chez elle des désirs qu’elle pensait enfouis.
Les fils du destin tissent une toile à laquelle il est impossible d’échapper, Maë en fera l’amère expérience. Peut-on guérir d’une trahison en conjuguant son futur au passé ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Après un premier tome riche en émotions, ce second tome est une nouvelle fois une claque phénoménale. Deux années se sont écoulées. Deux années de désarroi. Deux années où les mots passent en boucle encore et encore. Deux années chaotiques au cours desquelles la vie de Maé s’est arrêtée sur ce dernier repas pendant lequel tout s’est effondré. Deux années que Maé ne vit plus. Elle survit tant bien que mal grâce à son boulot, sa meilleure amie et ses parents. Elle n’est plus cette jeune femme enjouée, gaffeuse, rieuse, joueuse. Il ne reste d’elle que son ombre qui se meut dans ce semblant de vie misérable. Maé est enfermée malgré elle dans cette tour où la haine, le désarroi, la colère, la tristesse et l’impuissance la bouffent continuellement. Ses angoisses sont devenues ses compagnons d’infortune. Le pardon apportera t-il  la sérénité et le bonheur ?

 

Si Maé est dans une souffrance quasi quotidienne et qu’elle la détruit, outre Atlantique, la situation n’est pas au beau fixe. Son père et sa femme tentent à son grand désespoir de recoller les morceaux, et Kayden, et bien il reste fidèle à lui même (avec toutefois un morceau en moins).

 

Ce second tome est dans la continuité du premier tome, donc sans vous spolier le bazar, il faut absolument que vous lisez cette duologie d’une traite ! Ce second volet est beaucoup plus sombre et douloureux. L’atmosphère est étouffante. Les non dits sont une barrière si haute qu’elle semble infranchissable pour les protagonistes. Lucie Chatel n’hésite pas à mettre ses personnages dans des situations rocambolesques mais où le glamour et le romantique ne sont pas au rendez-vous. Elle joue la touche « noire » tout au long des chapitres et pourtant, j’ai senti cette seconde chance grossir au fil des pages. D’ailleurs j’ai beaucoup désiré cet optimisme, ce moment où, ouf… enfin, la pression relâche. C’est vraiment libérateur. Comme dans le premier tome, il y a très peu de surprises, tout coule de source. Lucie Chatel joue la touche de l’émotion à fond. Sa plume fait passer tout cela avec une force incroyable. Elle est arrivée à m’opprimer, à faire ressentir tout ce désarroi, tous ces sentiments négatifs, toute cette haine et puis arrive ce moment fatidique où je me suis sentie au plus mal, pour finir sur un feu d’artifice. Il est vrai que j’aime beaucoup quand il y a de l’action et des rebondissements à gogo. La plupart du temps, je me sens plus ou moins mal à l’aise face aux émotions quand elle prennent toute la place. Lucie Chatel a réussi à me faire adorer son histoire, à me transporter et à me faire vaciller. C’est une histoire qui m’a enserrée le cœur et broyée les tripes. Oui voilà : c’est puissant et destructeur. Pour mieux savourer le final.

 

TRAHISON est une duologie intense. Celle qui réconcilie le passé au présent. Celle qui décrit que la vie aussi saugrenue et détestable soit-elle, elle peut réserver le meilleur si on lui laisse juste une seule et unique chance. Celle où paradoxalement l’amour est bien plus fort que la haine et la colère.

 

A découvrir absolument, sans aucune hésitation !

 

#Esméralda
 

 
Je remercie Black Ink éditions pour leur confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions.

 

Mon avis sur le tome 1

 

Le book-trailer

LE PRINCE CHARMANT EXISTE ! (IL EST ITALIEN ET TUEUR A GAGES) de Anna Triss.

 
[ ROMANCE CONTEMPORAINE / FEEL-GOOD / SUSPENSE- Nouveauté 2019 ]
BLACK INK Éditions
399 pages
Ma note : 5/5 mention « à croquer »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Moi, c’est Robyn, jeune mère célibataire au langage fleuri, maladroite et tatouée. Politiquement incorrecte et fière de l’être !
Le seul prince charmant auquel je crois est le héros du conte que je lis à ma fille tous les soirs.
Mon ex a failli me démolir et jamais plus je ne laisserai un homme me briser.
Je jongle entre mon travail de barmaid et de tatoueuse pour joindre les deux bouts. Ma princesse et moi, c’est nous deux contre le reste du monde !
Donc, je ne succomberai pas aux beaux yeux turquoise du grand ténébreux solitaire qui s’est installé dans l’appart juste en face de chez moi.
Je ne marcherai pas dans une crotte de chien devant lui du pied droit.
Je ne me vautrerai pas à ses pieds en me demandant si je n’ai pas oublié d’enfiler une culotte sous ma robe.
Et bien sûr, je ne le frapperai pas au visage avec une courgette génétiquement modifiée.
N’empêche, le mystère qui auréole ce superbe spécimen italien m’attire irrésistiblement, même si la plupart du temps, il est profondément antipathique et indéniablement glacial.
C’est grave docteur ?

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

Il était une fois une princesse perchée sur ses talons de 10 cm, tatouée, aux formes généreuses, parée de cheveux multicolores, jurant comme un charretier et maladroite qui s’appelait Robyn. Panoplie complète de la princesse qui se fout littéralement d’en être une. Ne jurant que pour son bonheur et celui de sa fille, Robyn croque la vie en pleine dent et tant pis si la pomme est empoissonnée, Robyn est une guerrière qui se doit de ne plus avoir peur. Robyn n’a pas toujours été cette femme-là. Au contraire s’assumer et ne pas se soucier des qu’en-dira-t-on sont une belle revanche sur cette vie merdique qu’elle a longtemps subit. Robyn avance un pied après l’autre, sûre d’elle, la tête haute, épanouit, droite dans ses talons, tenant fièrement la main de sa petite fille adorée. Son apparence lumineuse et radieuse n’est pas juste une apparence cachant autre chose, il y a bien plus derrière tout ça. Non pas une carapace bâtie suite à des blessures mais c’est plutôt un trophée qu’elle brandit avec honneur, courage et respect. Elle le mérite grandement. Un second souffle salvateur.

 

Robyn, du haut de ses 25 ans, a gardé l’âme d’une adolescente. Intrépide, têtue, volcanique, gentille comme une guimauve, casse-bonbons, colérique, joyeuse, aimante, passionnée, elle est tout cela à la fois. Une femme plein d’entrain qui ne possède aucun filtre et lâche tout ce qu’il lui passe par la tête. Gaffeuse et maladroite, elle est toujours au bon endroit au bon moment pour se jeter la tête la première dans des péripéties rocambolesques et inoubliables. Robyn est aussi timide et avenante.

 

En bref c’est un feu d’artifices à elle toute seule, surprenante et attachante. C’est un bonbon acidulé au cœur tendre qui n’a pu que me faire fondre.

 

Et je ne suis pas la seule !

 

Le bel italien, tueur à gages à l’occasion, est tombé dans le tableau malgré les nombreux avertissements que son cerveau reptilien à insuffler à sa conscience pas si consciencieuse que ça ! Une crotte de chien bien placée, un beau costume tout droit sorti du tailleur, une moto, une attaque de courgette, des jumelles qui s’échappent directement du balcon, un texto qui n’aurait jamais dû lui être adressé, une vieille voisine nymphomane et mythomane, une culotte à tête de mort rose, un muffins et voilà l’italien dans de beau drap. Qu’il aurait cru ? Non, par ce qu’un tueur à gages, c’est une personne rigoriste, méticuleuse, méthodique, d’un sang-froid à faire pâlir le soleil, qui réfléchit tout le temps, surveille ses arrières, prend rarement de bon temps, à part pour s’envoyer à l’air, qui ne sourit pas, ne pleure pas, ne hurle pas, ne va pas au ciné …. Et la liste et longue. Et voilà que l’intrigante voisine d’en face vient foutre le bordel dans un engrenage bien huilé ! Une boulimique de la vie qui s’infiltre, là, dans sa vie dangereuse ! Ça ne va pas du tout le faire ! Surtout quand un russe revanchard et un apprenti caïd, viennent mettre le nez là où il ne faut pas et tout saboter !

 

Anna Triss à l’art et la manière d’en mettre plein les yeux. Alors oui c’est caricaturale, c’est surjoué, mais alors qu’est-ce que c’est euphorique ! Je me suis bidonnée du début à la fin et en plein milieu de la nuit. Un romantic suspense à la sauce feel-good, c’est hyper audacieux et c’est magnifiquement réussi. Une romance que j’ai lue d’une traite. C’est mordant, c’est authentique, c’est fallacieux, c’est chaud-bouillant, c’est addictif. Une héroïne qui ose tout, un héros qui ose lâcher prise et le résultat est juste époustouflant. Un duo magique et harmonieux. Des scènes pittoresques, rocambolesques et judicieusement hilarantes. Des personnages secondaires qui détonnent. Mais derrière ce décor de paillettes, se cache un monde sombre et menaçant.

 

Une romance à croquer sans modération, c’est juste miam, adorable, hilarant. Les secondes chances n’ont jamais porté aussi bien son appellation.

 

N’oublier pas de rajouter sur votre liste de noël (ou une autre) un bel italien et tueur à gages de préférence !

 

#Esméralda

 


 
Je remercie Black Ink Editions pour leur confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions

… le site de Anna Triss.

 

TRAHISON, tome 1 : Les cicatrices du passé de Lucie Chatel.

 

 

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]
BLACK INK Editions
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 

 

Le résumé :
Maëva s’envole pour Los Angeles où elle a décroché un job de nounou le temps d’un été.
Mais ce n’est pas l’attrait du voyage ou un hypothétique amour pour les enfants qui la motive. Non, Maëva tente un coup de poker qui risque bien de la détruire… ou de la sauver.
Abandonnée par son père à l’âge de 11 ans au lendemain des obsèques de sa mère, elle n’a jamais renoncé à retrouver sa trace. Et cette photo accompagnant l’annonce lui révèle la cruelle vérité : son père a reconstruit une famille loin d’elle, mais surtout sans elle.
Sous une fausse identité, elle intègre le foyer idéal dont elle a été privée, disposant d’un mois pour lever le voile sur le mystère de son abandon.
Elle avait tout prévu sauf Kayden. Un musicien insupportable mais canon que le destin, décidément joueur, place sur sa route.
Mensonges et dissimulation emprisonnent Maë, et compromettent les sentiments imprévus suscités par Kayden.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

A onze ans il est impossible d’oublier les épreuves qui marquent au fer rouge sa vie. A onze on se souvient de ce cercueil emportant sa mère sous terre. A onze on se souvient que son père l’a lâchement abandonnée, disparaissant du jour au lendemain, sans réponse, sans rien. Vivre sans son père quand on a onze ans, comment cela est-il possible ? Comment vivre cet abandon sans nom, qui n’est pas logique, qui est si destructeur ?

 

Maëva n’a pourtant pas manqué d’amour et de soutien. Elle a grandi auprès d’une famille aimante, au petit soin et un brin protectrice. Elle a su parvenir à grandir sans séquelles. Mais la question sempiternelle résonne toujours au creux de ses oreilles : pourquoi ?

 

En jeune femme adulte et responsable qu’elle est devenue, Maë prend le taureau par les cornes et envoi valser ses remords qui la taraudent. Direction les États-Unis pour un mois de baby-sitting auprès de cette famille qui aurait dû être la sienne. Maë nounou ? C’est tout un programme épique. Oui, car Maë est une grande fille qui a gardé son âme d’enfant et qui ne fait pas figure d’une quelconque autorité. Elle est aussi maladroite qu’un balai endimanché. Gaffeuse, têtue, bordélique, elle n’en rate pas une. Sous son apparence de gentille fille se cache une tigresse qui ne faut pas chatouiller. Rigolote, bravade et bavarde, ce mois doit révéler les raisons de cet absence. Déguisée en James Bond Girl amatrice, elle fouine et ses découvertes ne la laisseront pas indifférente.

 

Son séjour aurait pu se passer sous de meilleurs hospices, si un certain Kayden, beau gosse en chef, n’avait pas pointé son nez et son torse magnifique sous ses yeux. Kayden est comment dire : la tentation à l’état pur malgré son caractère de cochon qui cela dit s’accorde parfaitement avec celle de la Miss. Kayden est Kayden : intrigant, charmeur, captivant, sensationnel, intelligent, possessif, colérique, bosseur, inspiré, imaginatif… Sérieusement comment ne pas craquer. En même temps il faut bien qu’on rêve ! (Merci Lucie Chatel).

 

Kayden c’est la pomme dans laquelle Maë résiste de croquer. Et pourtant, le fruit défendu a trop bon goût.

 

Entre passion et révélations, Lucie Chatel joue à la perfection la note de l’émotion. De l’émotion à l’état brut, celle qui choque, celle qui crispe, celle qui amadoue, celle qui fait pleurer, celle qui donne le sourire ou qui fait rire aux larmes. C’est un condensé qui frappe en pleine figure et en plein coeur. Impossible d’y échapper. C’est si bouleversant et si intense ! Pas de spleen mais une touche enjouée et optimiste enjolive la plume puissante de Lucie Chatel. La trame n’a pas réellement de surprise, mais le contexte, les personnages, les enjeux ont une véritable place qui dénote avec cette petite faiblesse. Le personnage de Maë est hyper attachant et aussi attachiante. Celui de Kayden est bouleversant. Tout ce côté psychologique et blessures du passé déterminent le comportement des personnages. Certains secrets subsistent et le final (dans le style cliffhanger, s’il vous plaît !) laisse présager une suite aussi merveilleuse qu’impressionnante.

 

Je n’ai qu’un mot : foncez ! 😉

 

#Esméralda

 

 

Je remercie Black Ink Editions pour leur confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions.

 

Le book trailer by BookTrailer & Co

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

S.W.A.T., tome 1 : Dualité de Manon Donaldson.

 

[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019 ]
Tome 1/?
BLACK INK Editions
363 pages
Ma note : 4,5/5
Lien Kindle

 

 

Le résumé :

 

Le bonheur est un but utopique qu’Alyssa a passé sa vie à essayer d’atteindre.
Malgré tous ses efforts, le destin s’acharne et la place au cœur du danger, mettant sur sa route le ténébreux Hardy, agent du S.W.A.T.
Un passé mystérieux, une rencontre électrisante, une organisation mortellement dangereuse, le tout multiplié par des décision hasardeuses changeront la donne.
Et si il y avait un véritable fossé entre ce qu’elle veut et ce dont elle a besoin ?
Et si cet agent du S.W.A.T, agressif, colérique et glacial, aux antipodes du mec de ses rêves, mais tellement protecteur lui faisait entrevoir un tout autre avenir ?
Quand deux êtres que tout oppose luttent contre les mêmes ténèbres, est-il possible qu’ils trouvent l’un auprès de l’autre le chemin de la rédemption ?

 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

 

Il était une fois une autrice qui avait une idée bien précise et le plan adéquat pour faire mourir de frustration ses lectrices !

 

Je ne vais pas me plonger dans les affres d’écrire le parfait manifeste où l’objet serait ma colère envers Manon Donaldson. Quoique…. j’ai les arguments pour, surtout pour soulever un mouvement de contestations. Mesdames, prenez stylo et marqueurs, le support que vous souhaitez (tee-shirt, banderoles…) et exprimez-vous ! Mon message serait dans le style : A BATS LES AUTRICES QUI NOUS FONT BAVER !

 

Okayyy, t’es derrière ton écran et tu dis « elle a le cerveau qui a certainement cramé ! »

 

Maiiiiiis c’est le caaaaaaasssss !

 

Objection N°1
Il ne devrait pas exister d’hommes comme Hardy ! Grand, beau, fort, un sex-appeal au top de la forme, ténébreux, les yeux qui tuent, la carrure qui te fait fondre. En fait, tout est fait pour que tu tombes dans ses filets en moins de trois secondes top chrono. T’as déjà fondu, j’en suis sûre ! Accroche-toi bien, car Hardy n’est pas le genre d’homme qui sait se laisser aller à une quelconque relation. Les coups d’un soir ok ! Mais l’amour, la passion, la fusion, le romantique, tout ça n’est vraiment pas fait pour lui. Il se contente du service minimum et puis basta ! Il n’est pas spécialement bavard mais adepte du grognement qu’il faut déchiffrer tantôt selon la situation tantôt selon son humeur ! Moi je dis adopte un mec qui grogne et t’as gagné le jackpot ! Mon beau Hardy, mais que caches-tu derrière cette froideur extrême, derrière cette allure glaciale alors qu’une étincelle et te voilà que tu brules ? Dis-moi ? Dis-nous ? Qui es-tu vraiment ? Pourquoi es-tu si protecteur envers cette Alyssa d’enfer ?

 

Objection N°2
Pas facile de faire le poids devant cette Alyssa. Petit bout de femme qui n’a jamais semble-t-il toucher du bout du doigt le paradis. Élevée dans un des quartiers les plus pauvres de la ville : drogues, alcool et magouilles, le combo parfait pour développer un instinct de survie exceptionnel. Oui Alyssa survit depuis de nombreuses années. Si la fuite de tous ces problèmes étaient l’unique solution, la voici qui remet les deux pieds en plein dedans. Alyssa est une petite chose aussi déterminée que fragile. Elle dégage une certaine force certes contenues, mais aussi un entêtement hors norme. Hardy et Alyssa c’est le Ying et le Yang. C’est explosif. C’est inéluctable. C’est évident. C’est l’essence même.

 

Objection N°3
Alors que tout aurait pu être simple tout est compliqué. Une dualité à toute épreuve. Un combat silencieux où les personnalités s’affrontent. Leurs propres démons en prennent également un sacré coup. Chaque acte, chaque parole, chaque mot, chaque regard, chaque caresse devient autant d’épées Damoclès. C’est un véritable enfer !

 

Objection N°4
Manon Donaldson adore prendre son temps. La température monte crescendo. L’autrice met parfaitement en exergue les personnalités entières et divergentes de ses personnages. Elle prend le temps de les décrire dans des situations plus ou moins cocasses. Donaldson adore nous faire languir. Et moi aussi. Les affrontements sont nombreux, entrecoupés de rebondissements saisissants. L’intrigue se met en place lentement mais surement, mais c’est pour mieux nous surprendre sur les dernières pages. Et là tu n’en croiras pas tes yeux de dévoreuse de pages.

 

Objection N°5
T’as cru que j’ai détesté…. au contraire, bien au contraire, j’ai complétement craqué pour ce romantic suspense. Une romance qui a du caractère, du peps, de l’actions, de l’émotion, des sentiments, des cris, des pleurs, des doutes, de la passion et des complots. La plume de Donaldson est entrainante et rythmée. J’aime beaucoup qu’elle prenne ce temps et qu’elle joue avec. Je n’ai en aucun cas eu le temps de m’ennuyer. Au contraire je me suis délectée de tous ces moments, d’apprendre à connaître chaque personnage et de savourer les petits détails comme les grands. Alors oui j’ai été grandement frustrée, prête même à traverser l’Atlantique, pour crier MAIIIISSSSS NOOOOOOON ! Mais quand on est lectrices, ce jeu fait partie du contrat tacite que l’on signe en ouvrant un roman.

 

Ce premier tome est sensationnel, génialissime, prenant et explosif ! J’ai craqué, j’ai succombé, j’ai crié, j’ai pleuré …. Mais qu’est-ce que c’était bon !

 

#Esméralda

 

 
Je remercie Black Ink Éditions pour leur confiance

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions.

… l’avis de Mya des Étoiles des bibliothèques.

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

POWER GAMES, tome 3 : Échec et Max de Lia Rose.

 

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]
Tome 3/4
BLACK INK Éditions – Collection New Ink
427 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 

 

Le résumé :

 

J’ai toujours cru que deux fragments d’une même âme pouvaient se retrouver dans deux corps différents.
La mienne appartient à Maxime depuis toujours.
Inséparables, fusionnels, nous avons grandi ensemble, affrontant le meilleur comme le pire. Comme Bonnie and Clyde. Et puis il y a huit ans, je suis partie sans un mot. J’ai coupé tout lien avec lui, à cause de mon plus sombre secret. Aujourd’hui je suis de retour, animée d’une volonté farouche de réaliser mes rêves de musique et d’exister enfin.
Mais on ne blesse pas Maxime Cartier impunément.
Je vais le découvrir à mes dépens. La riposte est immédiate et sanglante : mon meilleur ami d’hier, mon univers, mon pilier, mon ancre devient mon pire cauchemar. Il a changé, il ne reste rien de l’adolescent doux et prévenant que j’ai connu.
Sauvage, dur, froid et cruel, il me condamne sans procès. Son passe-temps préféré ? Faire regretter à Charlie Del Sol d’être née.
Je suis Charlie. Laisse-moi t’expliquer comment ma chute a commencé.

 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Il n’y a plus de doute Lia Rose confirme son talent. Une autrice a la plume aussi magnifique qu’addictive. Elle bourlingue son lecteur avec ces émotions qui déchirent les tripes, serrent la gorge et au mieux ou au pire (c’est au choix) vous fait verser la petite larme de crocodile.

 

Ce tome trois n’échappe pas à la règle : il remue, chamboule, déchire ! Et oh mon dieu (je lève les yeux au ciel), que ce roman est beau, merveilleux.

 

Il n’échappe pas à la règle, mais il est tout aussi différent que ces deux grands frères. Différent car c’est une histoire d’amour comme vous n’avez jamais lu. Différent car j’ai senti que Lia Rose a mis tripes et boyaux sur la table pour faire ressentir toutes ces foutus émotions. Différent car outre une belle histoire d’amour, il y a aussi le sujet de la maladie sans toutefois tomber dans le pathos gore. Différent car il faut un certain temps à l’auteur pour choper le bon rythme et se laisser entrainer par sa propre histoire (c’est ce que j’ai ressenti, tout ce que je dis n’est pas que la vérité, l’entière vérité, je peux me tromper !). Différent par la violence qui s’en dégage : cette indifférence est un véritable tord-boyau. Différent par cette atmosphère où angoisse, peur, solitude, larme, cris résonnent sans discontinu. Différent pour tout et en tout. Mais la différence à mes yeux est bien plus belle rendant l’unicité davantage merveilleuse et authentique.

 

Lia Rose se renouvelle sans cesse, s’interroge et met l’amour sans dessus dessous pour un résultat frôlant la folie, la plus belle des folies.

 

L’amour est un concept, une idée, ou un sentiment totalement incontrôlable. Tant il est difficile de le nommer et de le qualifier que de le tenir en laisse pour toujours. Maxime et Charlie l’ont côtoyer dès leur plus jeune âge. Difficile de le nommer et de l’appréhender quand on est que deux gamins casse-cou. Difficile de le dompter surtout qu’en grandissant il devient subtil, pernicieux et hargneux. Une relation atypique aux yeux de tous, mais fraternelle aux leurs. Quand la douleur et la mort surviennent. Une déchirure si intense, si machiavélique, tout se désagrège en une seconde explosive. Le néant, la peur, la solitude, la colère sont à l’image des couteaux qui vous entaillent quotidiennement votre peau, vous. Une souffrance intolérable. L’air manque. La folie guette. Tout est atroce. Cette perte enserre si fort le cœur, l’être.

 

Lia Rose aime jouer avec les émotions. Elle les exacerbe, les manipule, les façonne. Il est strictement impossible d’y échapper. Elles sont à la hauteur de ses personnages sensibles, vulnérables mais aussi diaboliques et tourmentés. Entre passé et présent, l’histoire se construit. D’abord doucement, mais à partir du moment que les dès sont jetés tout s’accélère. Et chaque page, chaque chapitre est une mini explosion percutant chaque moment. Une intensité incroyable !

 

Pour la première fois en trois ans, j’omet volontairement de vous parler des personnages. Je pense qu’il est important de découvrir chaque aspect de leur personne en tournant les pages. De découvrir chaque parcelle d’eux en s’imprégnant des mots. De découvrir leur blessure à la lueur de votre lumière. De découvrir leur histoire commune de vos propres yeux. Charlie et Max m’ont obnubilée pendant des jours.

 

Des étincelles animent le ciel alors que je m’éteins à nouveau, emportée par une douleur fulgurante, un vide tel que je n’en avais encore jamais connu. L’amour, c’est comme la drogue, il vaut mieux ne jamais, jamais y goûter.

 

Certes, ce silence me permettait d’y voir plus clair sur ce que j’éprouvais pour elle, mais c’était trop tard. J’avais possédé le monde la veille pour me retrouver mendiant le lendemain. J’avis eu l’honneur incommensurable e côtoyer un ange, et la vie venait me l’arracher. Où était la justice ? Si j’avais su à l’avance l’Enfer qui m’attendait, je crois que j’aurais cherché à vendre mon âme plutôt que de l’endurer.

 

#Esméralda

 
Je remercie Black Ink Editions pour leur confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… mon avis sur le tome 1 « Jardin d’Eden »

… mon avis sur le tome 2 : »Angie, ris ! »

… vers le site de Black Ink éditions.

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3