LA FILLE SANS PEAU de Mads Peder Nordbo.


Nuuk, Groenland, 2014. Une découverte sensationnelle fait frémir la petite communauté : le corps d’un viking est extrait de la glace, en parfait état de conservation. Mais le lendemain, le cadavre a disparu et on retrouve l’agent de police qui montait la garde nu et éviscéré comme un poisson.
L’épouvantable procédé résonne funestement avec des affaires de meurtres non élucidées vieilles de plus de quarante ans. À l’époque, les victimes étaient toutes des hommes soupçonnés d’abus sexuels sur leurs filles. Le journaliste Matthew Cage et la chasseuse de phoques Tupaarnaq vont s’associer pour tenter de faire la lumière sur ce dont personne n’a envie de parler. Et à Nuuk, les secrets les plus tordus sont les mieux préservés, comme figés dans la glace par un pergélisol impitoyable.
Tome 1/3 – Traduction du danois par Terje Sinding.

 
C’est important d’avoir en tête lorsqu’on commence cette lecture qu’il s’agit du premier tome d’une trilogie. Important, surtout si vous ne voulez pas être frustrés. LA FILLE SANS PEAU est un thriller qui ne peut vous laisser indifférent. En tout cas moi j’ai adoré !
Matthew Cave a tout perdu en un claquement de doigts. Ses amours, son avenir, son espérance, son bonheur. Journaliste il décide de partir au Groenland à la recherche de l’apaisement et du passé. Nuuk est ce que l’on pourrait qualifier de ville charmante tant que soit peu il en existe au Groenland. Barre d’immeubles, Inuits désolés, dégradations, alcool, bref rien d’accueillant. La solitude est salvatrice pour Matthew. Journaliste pour le journal local en liaison avec le Danemark. Outre l’actualité politique débordante le reste du temps s’est calme. Alors que les voix s’élèvent pour un Groenland plus autonome, le passé vieux de plusieurs centaines d’années surgit d’entre les glaces. Un bien curieux viking dont sa découverte va entraîner, malheureusement, des rebondissements sanglants. Une agent de police sauvagement assassiné comme ces quatre hommes il y a plus de quarante ans. Un cold case qui ouvrira les portes d’une vérité cruelle et étouffée par la convoitise. Un chemin effroyable semé de doutes et de question. Un chemin sinueux où la hargne et la violence trouvent encore écho. Matthew poussé par cette volonté farouche de délivrer la vérité et surtout de la rétablir peut compter sur la belle tatouée et tête brûlée à ses heures perdues.

 

Entre passé et présent. Entre ses doutes et sa lecture de ce vieux carnet de notes, Matthew mènera ce combat jusqu’au bout quitte à en déplaire à certain.

 

Ce thriller est un pur ravissement pour moi. La manière dont l’intrigue se construit se basant à la fois sur le présent et le passé. La manière dont ces deux périodes se confondent. Et un personnage qui n’a rien demandé et qui se trouve malgré lui dans cette aventure et poussé par cette adrénaline puissante liée à la vérité. Un thriller puissant et un fil rouge sanglant. Une intrigue poussée qui se répercute peu à peu sur le personnage principal malmenant ses doutes, ses principes et ses convictions. J’aime beaucoup l’atmosphère qui s’en dégage et l’opposition faite entre le passé où l’action se déroule en hiver et le présent en été. Une atmosphère glauque et parfois légère mais toujours dans l’oppression. J’aime beaucoup aussi la dualité entre Matthew et la fille tatouée.

 

En bref aussi glaçant que surprenant, un thriller accaparant et envoûtant. Un fil rouge qui se poursuivra sur les autres tomes. Une intrigue menée à la perfection. Je suis juste conquise !

 

Une chronique de #Esméralda

LA PLACE DU MORT de Jordan Harper.

 

[ ROMAN NOIR – Nouveauté 2019]
Éditions ACTES SUD – Collection Actes Noires
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude
Titre original : She Rides Shotgun
272 pages
Ma note : 5/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle

 

Le résumé :
Polly McClusky a onze ans le jour où son père Nate, fraîchement sorti de prison, vient la récupérer à la sortie du collège. Elle ne sait pas encore que sa mère a été assassinée, ni que sa tête et celle de son paternel ont été mises à prix. C’est le début d’une cavale violente et sanglante à travers la Californie. Et la naissance d’une complicité, affective et criminelle. Un premier roman sombre, nerveux et plein d’humanité sur la famille, le sacrifice et la rédemption.
 

 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

Lorsque Polly revint du magasin d’un pas calme et lent, comme la conduite de son père, les sacs en plastique rebondissaient sur ses jambes. Elle leva les yeux vers la nuit pleine d’étoiles. La plupart du temps, dans l’Inland Empire, les étoiles étaient cachées. Ils étaient suffisamment loin de tout pour en voir des centaines. Polly savait qu’elles se trouvaient à des millions de kilomètres, si lointaines, qu’elles étaient peut-être déjà mortes et que la lumière n’étaient sue le passé rattrapant la Terre. Elle se demanda s’il y avait vraiment d’autres planètes là-haut, des planètes où tout était pareil qu’ici, mais un peu différent. Elle se demanda s’il existait un monde, un seul, où elle aurait l’air normale.

 

Polly, qui vient de Vénus (elle en est sûre), voit sa vie basculer, lorsque son père, cet homme racé, tatoué aux yeux d’un bleu indescriptible, l’attend nonchalamment à la sortie de l’école. Polly ne l’a plus vu depuis de nombreuses années. La prison les a séparés et puis il faut dire qu’il n’a jamais été un père attentif, protecteur et attentionné. Malgré tout c’est son père qu’elle a devant elle. Ses yeux croient à un mirage. Doit-elle le suivre ? Doit-elle s’enfuir en courant ?

 

Polly est une jeune fille de 11 ans. Entre deux âges ; c’est une grande et encore une petite fille innocente. Polly est très intelligente et elle a une façon d’appréhender le monde unique aussi pure que candide tout en percevant cette réalité dure et impitoyable des adultes. Polly a « des yeux de tueuses, comme son père ». Tel un funeste présage, la vie qui se profile à l’horizon va lui donner raison.

 

Polly petite fille dans le corps d’une grande fille. Accompagnée de son fidèle compagnon, nounours, elle part main dans la main avec un père qui sera prêt à tout pour déjouer la mort. Cette mort qui ne le lâche pas d’une semelle, ancrée dans la peau comme sur ce fichu papier signant l’arrêt de mort. La Force aryenne a les crocs et seul le sang peut soulager cette douleur tenace. Les chiens sont lâchés. La course peut commencer !

 

Polly et Nate duo incroyable et improbable, un Bonnie et Clyde, sans foi ni loi. Polly n’a plus le choix, elle doit apprendre à survivre. Nounours devient spectateur d’une métamorphose qui se fait dans la douleur, les cris et les coups. Mais Polly a des yeux d’une tueuse comme son père, et pour lui, pour elle, elle est prête à tout endurer. Elle devient une petite pro, écoute, apprend, anticipe, prévoit comme les grands. Alors Nate découvre au travers sa fille un aspect qu’il ne pensait jamais pouvoir effleurer du doigt : l’amour. L’amour qui porte se couple atypique, l’amour qui les lie aux plus forts des situations périlleuses. L’amour qui les transporte au delà de la mort. L’amour a transformé Nate. La mort transforme Polly.

 

Jordan Harper signe un premier roman d’une rare et puissante beauté. Immersif, percutant, poignant, destructeur et douloureux sont les termes que j’emploie pour décrire ce roman. La violence est omniprésente. Elle est là tapie dans l’ombre, prête à mordre au moindre faux pas. Elle respire, dirige, meurtrit ceux qui s’y frottent de trop près. Serpent mortel qui attend juste son heure. Si Nate est à la place du mort, cela n’induit pas qu’il se laissera faire.

 

Jordan Harper m’a littéralement scotchée. J’ai dévoré ce roman noir inouï. Une plume nerveuse qui sait parfaitement mettre en valeur les sentiments de ses protagonistes, les émotions ambivalentes qui se dégagent des différentes situations. Il dépeint avec hargne un univers violent et intransigeant aux codes intraitables. En contre partie, il y a cet amour aussi violent que tendre qui explose tout.

 

LA PLACE DU MORT est un roman noir nerveux, ambivalent, tendre, violent. Un meltingpot de sensations et d’émotions qui m’ont assaillie et bouleversée.

 

Un incontournable 2019 ! A découvrir sans hésitation !

 

Quand vous entrez dans un débit de boissons, un pistolet à la main et le visage masqué, vous arrachez le couvercle du monde. Le temps fait vraiment des trucs à la Einstein. Il s’étire ; il se rétracte.
Une seconde après avoir franchi le seuil, et avant même que les premiers oh merde oh merde oh merde aient effleuré l’esprit du vendeur, Nate eut le temps de se rappeler le soir où Polly était née. Il avait reçu un coup de fil d’Avis, la voix apeurée. Elle lui avait dit qu’elle était en travail. Le bébé allait sortir. Est-ce que Nate serait là ? Est-ce qu’il allait la retrouver à l’hôpital ?
Nate avait dit qu’il serait là. Il avait raccroché. Regardé Nick, sur le siège conducteur. Nick tenait le pistolet dans sa main, son masque de ski sur les cuisses. Il avait son sourire diabolique.
« Tout va bien ? » avait demandé Nick. Nate avait simplement hoché la tête et enfilé son propre masque.

 

#Esméralda

 


 

Une lecture en partenariat avec le PICABO RIVER BOOK CLUB et les éditions Actes Sud. Je vous en remercie infiniment.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… le site des éditions Actes Sud.

… l’avis Les Jolis Moustachus

 

received_257092058249322