Ne crois pas que tu m’aimes d’Alfreda Enwy

20190429_151440

New adult – Livre sorti le 3 avril 2019

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « incontournable 2019 »

 

Tout d’abord, je tiens à remercier Mélanie des Editions Harlequin pour sa confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : Il l’a toujours protégée… mais parviendra-t-il à la sauver de lui-même ?
Il s’appelle Mao, elle s’appelle Autumn. Depuis qu’ils se sont rencontrés, enfants, dans ce parc, ils sont inséparables.
Pour Mao, cette amitié est plus importante que tout. Pour Mao, Autumn est la fille la plus précieuse qui soit. Et il doit à tout prix la protéger de la dureté du monde ; ce monde contre lequel il se bat plusieurs soirs par semaine, sur un ring qui n’attend que de voir couler son sang. Car Mao est étudiant le jour, expert des combats clandestins la nuit, et un enfoiré de première… tout le temps. Alcool, filles, fêtes, il voit la vie comme un jeu dans lequel tout est permis… ou presque. Car, quand il prend conscience qu’Autumn est une jeune femme séduisante avant d’être l’amie drôle et attachante qu’il a toujours connue, il comprend que, pour une fois, il va devoir respecter certaines limites. Pour préserver leur amitié, mais aussi et surtout pour protéger Autumn de lui-même…

 

Mon avis : Adepte de la plume d’Alfreda Enwy, je n’ai pas longtemps hésité avant de me décider à me lancer dans cette intégrale assez impressionnante (presque 600 pages). Très rapidement, les pages se sont tourné toutes seules et il ne m’a pas fallu longtemps pour arriver au bout.

Autumn est une jeune femme qui n’a pas été gâtée par la vie. En effet, elle vit avec son petit frère,Dustin, et sa petite soeur, Avery, et essaie de pallier l’absence de sa mère, toxico et peu présente dans la vie de ses enfants. Quand elle était enfant, elle a, un jour, fait la connaissance de Mao, jeune garçon d’origine japonaise et qui connait, lui aussi, une enfance difficile. Entre eux, une amitié forte apparaît et perdure au fil des ans. Pourtant, Autumn va peu à peu voir Mao comme un jeune homme séduisant tandis que lui court de filles en filles. Alors entre eux, est-ce vraiment que de l’amitié ou est-ce le sentiment amoureux qui les unit ? Autumn pourra-t-elle trouver de la place pour Mao, dans sa vie déjà si compliquée ? Et Mao, peut-il être l’homme d’une seule femme ?

Autumn a très vite appris à se débrouiller toute seule pour subvenir aux besoins de Dustin et Avery. C’est une jeune femme sérieuse, volontaire et qui aime se débrouiller par elle-même. Elle ne prend pas de temps pour elle et se consacre entièrement à ses proches. Elle est également un peu complexée par sa couleur de cheveux, des cheveux couleur d’automne, qui font pourtant fantasmer de nombreux garçons. Et Mao n’échappera pas à cette évidence. Ayant grandi avec elle, il a longtemps considéré Autumn comme sa sœur mais pourtant, un jour, il va se rendre compte qu’elle est tout ce dont il a besoin. Néanmoins, Mao n’a pas, lui non plus, une vie facile. Sa mère est morte quand il était enfant et il est resté avec son père qui le battait. Il a trouvé, auprès d’Autumn, Dustin et Avery, une famille de substitution. Pour faire ressortir sa colère, il participe à des combats clandestins qui lui permettent de gagner beaucoup d’argent. Il a un caractère entier et il est très protecteur avec ses proches. Entier lui aussi, il forme un duo explosif avec Autumn. Leurs amis Lizzie et Cade sont très protecteurs avec eux et ils vont les observer, les aider et leur venir en aide à chaque fois qu’ils en auront besoin. Dans l’ombre du duo principal, ils ont néanmoins un rôle primordial dans le déroulé de l’intrigue.

Je dois vous dire que j’ai adoré ce roman. Je connaissais déjà la plume d’Alfreda Enwy et encore une fois, la magie a opéré. Ce livre est un véritable « page-turner », c’est-à-dire un roman dont on ne peut s’empêcher de tourner les pages et qu’on n’arrive à poser que quand les yeux se ferment tous seuls…..ou lorsqu’on est arrivé au bout !! L’intrigue, au départ, est assez légère mais au fil du livre, tout se complexifie… Les relations entre les personnages s’intensifient, des liens se créent et se défont, de nouvelles intrigues font leurs entrées… En bref, on est au bout de nos surprises que lorsqu’on arrive au point final ! Lors de ma lecture, j’ai souri, j’ai senti mon petit cœur se serrer à de nombreuses reprises et j’ai également eu la larme à l’œil.  J’ai apprécié la construction de la relation entre Autumn et Mao, les difficultés auxquels ils doivent faire face, leurs caractères bien trempés et la manière qu’ils ont de se protéger mutuellement. Je tiens également à tirer mon chapeau à l’autrice qui parle de la thématique des enfants malheureux et des parents négligents et/ou violents avec beaucoup de tact, sans tomber dans les clichés ou le pseudo-dramatique.

Pour conclure, je recommande chaudement la lecture de cette romance new adult à tous les amateurs du genre mais aussi à tous ceux qui cherchent une histoire d’amour qui sort des sentiers battus, où rien n’est jamais joué et qui aiment ressentir de fortes émotions lors de leurs lectures. Venez faire connaissance avec Autumn et Mao et laissez-vous porter par cette incroyable histoire d’amour !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez cette intégrale sur le site des Editions Harlequin
Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

 

Publicités

Mille femmes blanches de Jim Fergus

20190314_195944.jpg

Littérature américaine – roman paru le 5 mai 2011

Editions Pocket

Lecture personnelle

Ma note : 5/5 mention « incontournable » et « coup de cœur »

 

Résumé : En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart viennent en réalité des pénitenciers et des asiles… L’une d’elles, May Dodd, apprend sa nouvelle vie de squaw et les rites des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l’alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, elle assiste à l’agonie de son peuple d’adoption…
« Un roman splendide, puissant et engagé. » Jim Harrison

Cet ouvrage a reçu le prix du Premier roman étranger

 

Mon avis : J’ai reçu ce livre, il y a quelques années maintenant, en cadeaux. Comme souvent, on empile les livres, on attend le bon moment….qui ne semble jamais arriver. Alors, j’ai pris comme bonne résolution cette année de faire descendre ma PAL qui ne cessait de grossir depuis 4 ans et le premier livre sorti est celui-ci. Et le moins que je puisse dire, c’est qu’il me tarde d’en sortir un nouveau si j’éprouve le même plaisir à le lire !!

Dans ce roman, nous suivons May Dodd. Avec d’autres femmes, elles vont être données aux Cheyennes, afin de les « civiliser » et échangées contre des chevaux. Milles femmes blanches contre milles chevaux. Réticent au départ, le gouvernement américain finit par accepter ce marché et part donc à la recherche de femmes voulant changer de vies. May Dodd, internée depuis quelques temps pour « débauche sexuelle », voit là une porte de sortie lui permettant d’échapper à l’asile. Au fil de ses carnets, nous suivons ses aventures, du voyage jusqu’à son installation et sa vie chez les Cheyennes.

May Dodd est tombée amoureuse de la mauvaise personne, un contremaître qui travaillait sur l’exploitation familiale. Tombée rapidement enceinte, elle quitte sa famille pour vivre, hors mariage, avec Harry et son enfant. Quelques années après, un deuxième enfant arrive et le couple bat de l’aile. Un soir, May est piégée par sa famille, internée de force et aucune issue ne semble possible. Quand les émissaires du gouvernement lui proposent d’aller vivre parmi les Cheyennes, elle accepte et se fait rapidement des amies parmi les autres volontaires en se positionnant en quelques sortes en leader. Mais cette nouvelle vie ne sera pas un long fleuve tranquille pour elle et ses camarades. En effet, les us et coutumes ainsi que les mœurs indiennes diffèrent de celles qu’elles ont toujours connues et les conditions de vie sont un peu draconiennes. Néanmoins, elles vont trouver là-bas une famille, avec des valeurs de solidarité et la mise en avant de la valeur travail. Rapidement, elles vont aussi se rendre compte que les « blancs » ne tiennent pas toujours paroles et que l’avenir de leur nouveau peuple est loin d’être serein.

Ce roman m’a bouleversée. En effet, on en découvre un peu plus sur les habitudes des Cheyennes, leur mode de vie si particulier mais aussi les persécutions qu’ils ont dû subir. On entend souvent parler des « cow-boys et des indiens », mais après avoir lu ce livre, on se demande qui sont les sauvages et qui sont les hommes civilisés. Lors de ma lecture, je me suis souvent révoltée et j’ai été choquée par le comportement qu’ont pu avoir les Américains vis-à-vis du peuple indien. Certes, c’est un roman mais on ne peut s’empêcher de penser qu’une petite part de ce qui est décrit est proche de la réalité. La rédaction de ce livre, écrit sous forme de lettres, est originale et permet de cibler des moments de vie. L’écriture de l’auteur est plaisante, facile à lire et elle vous fait rentrer facilement dans l’histoire.

Pour conclure, « mille femmes blanches » est un roman incontournable que tout lecteur doit avoir dans sa bibliothèque. C’est une histoire bouleversante et révoltante qui vous fera sûrement changer de regard sur l’histoire américaine et qui donne envie d’en savoir plus. Pour ma part, « la vengeance des mères », la suite de ce roman, m’attend. Aucun doute qu’elle ne trainera pas des années sur mes étagères !!

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers de Jim Fergus sur son site officiel
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Pocket
Retrouvez-le aussi sur Amazon

 

La cerise sur le gâteau d’Aurélie Valognes

20190307_205443.jpg

Littérature française – livre sorti le 6 mars 2019

Editions Mazarine

Service presse

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « incontournable »

 

Je remercie les éditions Mazarine et le site Babelio qui m’ont permis de découvrir ce roman en avant-première à l’occasion de la soirée de lancement de ce livre.

Résumé : La vie est mal faite : à 35 ans, on n’a le temps de rien, à 65, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire…

Bernard et Brigitte, couple solide depuis 37 ans, en savent quelque chose.

Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et de ses petits-enfants.

Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari !

Car, pour Bernard, troquer ses costumes contre des pantoufles, hors de question. Cet hyperactif bougon ne voit vraiment pas de quoi se réjouir. Prêt à tout pour trouver un nouveau sens à sa vie, il en fait voir de toutes les couleurs à son entourage !

Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et surtout des voisins insupportables qui leur polluent le quotidien…

Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ?

Un cocktail explosif  pour une comédie irrésistible et inspirante.

 

Mon avis : Pour ceux qui me connaissent, vous savez qu’Aurélie Valognes fait partie de mes autrices favorites. Néanmoins, c’est toujours un petit stress de recevoir le nouveau roman de celle qu’on adore lire. On a, pendant une fraction de secondes, un petit doute qui nous assaille : vais-je toujours prendre du plaisir à lire ce nouveau roman ? A-t-elle réussi à se renouveler ? Ne vais-je pas lire du « réchauffé » ? Rassurez-vous, ces questionnements se sont envolés dès la fin du premier chapitre ! Ce roman ne ressemble à aucun autre car pour moi, il réunit tout ce qui a fait le succès de ses précédents ouvrages ; en effet, vous trouverez ici de l’humour, de l’émotion et des thématiques qui font réfléchir.

Nous faisons ici connaissance avec Bernard et Brigitte. Mariés depuis 37 ans, ils ont, pendant la majorité de leur vie commune, vécu en se croisant. En effet, Bernard est un acharné de travail donc il s’est peu impliqué dans son couple et dans sa vie de famille. Sa mise à la retraite, il la vit comme une punition, contrairement à Brigitte qui considère ce moment comme un renouveau. Lors d’une visite de ses petits-enfants, Bernard prend conscience des dangers qui menacent notre planète et il va se lancer dans une nouvelle mission, l’opération « zéro plastique ». Finalement, cette nouvelle lubie ne va peut-être pas permettre la paix du couple….

Bernard est un obsédé du boulot qui a peur de cette nouvelle vie qui s’ouvre à lui. Très rapidement, on se rend compte que c’est un obsessionnel du contrôle, un peu extrême dans ses prises de décision. Pourtant, au fil des pages, on voit son évolution et on s’attache à ce personnage un peu bougon. Sa femme Brigitte est son parfait opposé : heureuse d’être à la retraite, elle s’investit dans une maison de retraite, a envie de partir en voyage et de profiter de ses petits-enfants. A certains moments, on se demande ce qui a pu unir ces caractères si opposés. Pour ma part, je suis convaincue que pour certains couples, ce sont les opposés qui s’assortissent le mieux. Le fils du couple, Nicolas, et son épouse, Alice, ont aussi une part importante dans cette histoire. Alice est webmaster free-lance, elle a tout quitté pour suivre son mari, et Nicolas travaille comme un acharné dans un groupe hôtelier. Leur couple commence à battre de l’aile et Nicolas se rend compte qu’il reproduit le modèle paternel. Aura-t-il le déclic qui l’empêchera de passer à côté de sa vie de famille ? Un autre duo important, ce sont les enfants du couple, Paul et Charlotte, deux enfants qui n’ont pas leur langue dans leur poche et qui, avec leur innocence, vont amener une touche de douceur dans le quotidien morose des adultes qui les entourent. Enfin, je me dois de vous parler des voisins de Bernard et Brigitte. Il s’agit de M. et Mme Dugrin, le stéréotype des voisins envahissants, insupportables et qui sont toujours en train de mettre leur grain de sel dans votre quotidien. Certains diront qu’ils sont caricaturaux….. Pour moi, ils sont le reflet de voisins qu’on a tous connus et qui existent dans la vraie vie !

Ce roman est, pour moi, le plus abouti d’Aurélie Valognes. En effet, l’équilibre entre l’humour et « les sujets qui font réfléchir » est parfaitement trouvé. On retrouve tout au long du roman de nombreuses expressions de notre belle langue française.  L’écriture est vive et portée par des chapitres courts qui vous incitent à tourner les pages. Ce livre est l’occasion de soulever la question du changement de vie et du futur de la Terre. Très bien documenté, il met en lumière l’urgence dans laquelle nous sommes, c’est à dire que notre planète va mal et que si nous ne changeons pas notre manière de consommer, nous courrons à notre perte.

Pour conclure, c’est un gros coup de cœur pour ce roman qui est, pour moi, le meilleur de l’autrice. Tous les ingrédients pour passer un bon moment sont réunis et pourtant, il ne vous laissera sûrement pas indifférent et vous regarderez sûrement votre poubelle d’un œil différent après l’avoir refermé.

image-principale-page-liens-utiles

Envie d’en savoir plus sur l’univers d’Aurélie Valognes ? Rendez-vous sur son site officiel !
Retrouvez ce roman sur le site des éditions Mazarine ici !
Retrouvez également ce roman sur Amazon ici !

 

Virgin mojito de Chrys Galia

virgin-mojito-perso.jpg

New romance – Roman sorti le 6 septembre 2018

Editions Elixyria

Service presse

Ma note : 5/5 mention « coup de coeur » et « incontournable »

 

Je remercie le site Babelio.com ainsi que les éditions Elixyria qui m’ont permis de découvrir ce roman grâce à l’opération Masse Critique.

Résumé : La vie est comme un océan, parfois mer d’huile, sous un soleil radieux, parfois raz de marée, tsunami, sous la colère de la tempête.

En vrai surfeur, j’ai passé des années à me mesurer à ces déferlantes implacables, j’ai tenté d’échapper à leur morsure. Des lames de fond, vicieuses, invisibles, m’ont pourtant entraîné très loin vers les profondeurs.

Quand deux êtres que tout oppose se rencontrent, peuvent-ils croire que tout est possible ?

 

Mon avis : Chrys Gallia est une autrice dont j’avais beaucoup entendu parler mais dont je n’avais jamais lu de romans. Le quatrième de couverture ne dévoile pas grand-chose et c’est tant mieux…. Mais si je peux vous révéler un secret, ce livre est un gros coup de cœur !!

Dans ce roman, nous faisons connaissance avec Maeva, une jeune doctoresse qui va s’installer en dans la région bordelaise pour quitter le cocon familial. En arrivant, elle rencontre Gianni, un surfeur aussi beau que désagréable, et Benjamin, le médecin dont elle récupère le cabinet. Très rapidement, la vie de Maeva va prendre un tournant totalement inattendu.

Maeva est une jeune femme sûre d’elle. Elle n’est jamais tombée amoureuse et débarque avec beaucoup d’envie et d’impatience dans sa nouvelle vie. Elle est passionnée et croque la vie à pleine dents. Elle va être déstabilisée par sa rencontre avec Gianni qui se montre très froid et distant avec elle lors de leurs premières rencontres. Pourtant, derrière cette façade se cache un jeune homme blessé. En effet, sa petite amie Lydia a eu un accident de voiture six ans auparavant et depuis, elle est clouée au lit, reliée à la vie grâce à diverses machines. Se sentant coupable de cet accident, il se dévoue corps et âmes pour elle et ne peut entendre qu’elle ne supporte plus cette vie. Amoureux, sincère et droit dans ses bottes, Gianni est l’homme parfait que l’on rêve toutes de rencontrer…. Pour ne rien gâcher, il surfe régulièrement et est patron de son bar. Pourtant, sa rencontre avec Maeva va tout changer, le troubler et, d’une certaine manière, le ramener à la vie. Il se sentira coupable de ressentir de nouveaux des émotions sans Lydia mais pourtant, il ne pourra nier l’attraction qu’il ressent pour Maeva. Néanmoins, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et pour tous les deux, le bonheur n’est peut-être pas là où on l’attend.

Dès les premières pages, j’ai été happée par ce roman. Chrys Gallia est une magicienne des mots et elle vous emporte dans des vagues d’émotions incroyables. En effet, ce livre est une suite de rebondissements où vous n’aurez que peu de moments pour reprendre votre souffle. De la tristesse à la joie, il n’y a qu’un pas et en l’espace de quelques paragraphes, on passe du sourire aux larmes. Jusqu’au bout, on est surpris et on croise les doigts pour nos deux protagonistes. Néanmoins, cette romance a le mérite de soulever la problématique de l’euthanasie, sujet de société qui pose beaucoup de questions éthiques.

Pour conclure, ce roman est un gros coup de cœur qui m’a laissé sans voix. J’ai ressenti des émotions très fortes tout au long de ma lecture et ai d’ailleurs un peu de mal à m’en remettre. L’histoire de Maeva et Gianni est incroyable, une histoire pleine de passions mais aussi d’interdits et de non-dits. Je recommande chaudement cette lecture à tous les amateurs de new-romance mais surtout à tous ceux qui aiment les belles histoires d’amour !

image-principale-page-liens-utiles

Pour retrouver ce roman sur le site des éditions Elixyria, c’est par ici!
Retrouvez également ce roman sur Amazon, c’est par là !

Méfie-toi de nous, tome 1 de Juliette Bonte

Young-Adult – Ebook sorti le 14 novembre 2018

Editions Harlequin – Collection HQN

Service Presse

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « à découvrir sans attendre »

 

Je remercie Mélanie et les éditions Harlequin qui, via la plateforme NetGalley, m’ont permis de découvrir le premier tome du nouveau roman de Juliette Bonte.

Résumé : Il est prêt à tout lui donner. Elle n’a plus rien à offrir.

Wade n’a peur de rien. Il a toujours avancé seul, sans l’aide de personne. Et il doit rester discret s’il veut continuer à travailler pour l’un des plus gros dealers de la ville. Alors, pas question de se laisser approcher par qui que ce soit.

Mackenzie a peur de tout. Peur des autres, d’aller au lycée, de ses crises d’angoisse. En lui prenant sa meilleure amie, la vie lui a aussi volé son insouciance. Alors, pour se protéger, elle évite désormais tout contact.

Lorsqu’ils se rencontrent, chacun entrevoit sa propre solitude dans le regard de l’autre. Dès lors, les promesses comme les barrières tombent. Car c’est plus fort qu’eux : ils ont besoin l’un de l’autre.

 

Mon avis : Amatrice de la plume de Juliette Bonte, j’étais curieuse de la découvrir dans un roman new-adult. Mais croyez-moi, si j’ai un regret dans cette lecture, c’est d’avoir autant attendu pour me lancer dans cette histoire incroyable.

Dans ce roman à deux voix, nous faisons connaissance avec Mackenzie, une jeune fille qui redouble sa dernière année de lycée suite à la mort de sa meilleure amie l’année précédente. Terrorisée par la foule, elle appréhende de retourner à l’école et de devoir continuer à vivre. Un soir, en sortant d’une séance chez sa psychologue, elle croise Wade, un jeune homme qui lui, n’a plus peur de rien. Vivant seul depuis la mort de sa mère et devant dealer pour payer sa dette, il ne laisse personne l’approcher. Mais sa rencontre avec Mackenzie va tout changer pour lui….et pour elle. Ces deux personnalités, qui semblent à l’opposé l’une de l’autre, peuvent-elles se compléter et s’apprivoiser ? Et finalement, ne sont-ils pas le remède des maux de l’autre ?

Mackenzie a été traumatisée par la mort de sa meilleure amie. Suite à cela, elle a développé une ochlophobie, c’est à dire la peur de la foule, et elle redoute de devoir retourner au lycée. Un peu sauvage, elle prend son parti de vivre sa scolarité dans son coin, sans lier d’attaches. Mais quand elle croise Wade, tout va changer. Irrémédiablement, elle va avoir besoin de sa présence et grâce à lui, elle va mettre de côté ses démons. Lui, le bad-boy aux yeux vairons, est revenu au lycée afin de trouver de nouveaux clients pour écouler son stock de marchandise. En soirée, il adore aller grapher, c’est un moment qui lui permet de laisser libre-cours à son expression et de se sentir libre. Le seul qui a pu l’approcher, c’est Jax, son ami de toujours, qui graphe avec lui. Sa rencontre avec Mackenzie va lui permettre de se rendre compte qu’il fait fausse route et que sa vie n’est peut-être pas forcément tracée comme il le pensait. Tous les deux, ils vont se comprendre, évoluer et passer un cap dans leur jeune existence. Leurs douleurs se font écho et ils vont se nourrir l’un de l’autre pour grandir.

Ce couple est incroyable. Leur relation est surprenante et leur manière d’évoluer l’un avec l’autre est tout simplement unique. Amatrice de romance, je n’ai jamais ressenti autant d’émotions et d’amour entre deux protagonistes. Ils ont un besoin vital l’un de l’autre et ils vont tisser un lien spécial que personne autour d’eux ne va comprendre. La plume de Juliette Bonte fait une nouvelle fois des miracles et vous embarque à San Francisco en compagnie de nos jeunes héros. Son écriture addictive vous empêche de poser la liseuse une fois le roman commencé. On tremble, on sourit, on pleure aussi par moment mais surtout on se surprend à retenir son souffle à chaque nouvel obstacle traversé par notre duo. En bref, je me suis régalée et je poursuis ma lecture avec le tome 2 sorti au mois de janvier.

Pour conclure, ce roman est un coup de cœur incroyable qui m’a bouleversée et m’a transportée. L’histoire d’amour entre Wade et Mackenzie est singulière et ne ressemble à aucune autre. Même si c’est un roman new-adult, on retrouve ici tous les ingrédients qui font le succès des écrits de Juliette Bonte : de l’amour, des personnages attachants et une écriture diablement efficace. Je recommande donc cette lecture à tous les amateurs de romance et à tous ceux qui ont déjà succombé à la plume de l’auteure. Pour ma part, je file retrouver nos amoureux et vous donnerai très vite de leurs nouvelles !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers de Juliette Bonte ici
Retrouvez ce roman sur le site des éditions Harlequin
Retrouvez-le également sur Amazon

 

 

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

Sauver ou périr de Frédéric Tellier

sauver ou périr

Sauver ou périr de Frédéric Tellier

Drame français

Sortie le 28 novembre 2018

 

Résumé : Franck est Sapeur-Pompier de Paris. Il sauve des gens. Il vit dans la caserne avec sa femme qui accouche de jumelles. Il est heureux. Lors d’une intervention sur un incendie, il se sacrifie pour sauver ses hommes. A son réveil dans un centre de traitement des Grands Brûlés, il comprend que son visage a fondu dans les flammes. Il va devoir réapprendre à vivre, et accepter d’être sauvé à son tour.

 

Mon avis : Quand j’ai vu la première fois la bande annonce de ce film, je me suis dit deux choses : « oh là là, un nouveau film avec Pierre Niney, quelle joie !!! » et en même temps, j’ai pensé « ouch!!! Le thème a l’air difficile, va falloir sortir les mouchoirs!! ». Le cinéma près de chez moi organisant une avant-première, j’y suis allée et encore une fois, j’ai été conquise par l’interprétation de Pierre Niney.

Laissez-moi vous parler un peu plus en détail du casting du film :

Pierre-Niney-etincelant-dans-Sauver-ou-perir

  • Pierre Niney est un acteur dont je vous avais déjà parlé lors de la sortie du film « la promesse de l’aube ». Acteur français de talent, ex pensionnaire de la Comédie Française, Césarisé pour son rôle dans « Yves Saint-Laurent », Pierre Niney est bien souvent un gage d’excellence pour les réalisateurs qui choisissent de travailler avec lui. Pour nous, spectateurs, la présence de cet acteur de talent est une marque de qualité pour le film car il ne choisit pas ses rôles pour leur facilité mais pour la qualité du scénario et le sérieux du travail proposé.
  • anais demoustierAnaïs Demoustier est une actrice que je ne connaissais pas du tout. Elle a été révélée par son rôle dans « Le Monde de Marty » en 1999. Elle a ensuite joué dans la comédie « le prix à payer » ou dans « les grandes personnes ». Actrice marquante de la nouvelle génération, on l’a plus récemment vue dans « jalouse » ou « les malheurs de Sophie ». Dans ce film, la complicité avec Pierre Niney est évidente et ils forment tous les deux un jeune couple touchant.
  • sami bouajila sauver ou périrEnfin, je souhaite vous parler d’un acteur français nommé Sami Bouajila. Je l’ai découvert en 2006 dans le film « Indigènes » qui parlait des soldats nord-africains qui sont venus combattre lors de la seconde guerre mondiale. Il a obtenu pour ce rôle le prix d’interprétation avec ses frères d’armes à Cannes. Il a ensuite joué le rôle d’Omar Raddad dans « Omar m’a tuer » mais il n’hésite pas à nous prendre à contrepied en jouant en 2016 dans « Pattaya ». Dans « Sauver ou Périr », il joue le rôle du médecin qui va suivre Pierre Niney et soutenir son épouse dans l’épreuve qu’elle traverse.

 

Entendons-nous,  ce film est un bijou, une pépite du cinéma française, brillamment servi par un casting 5 étoiles, et touchant de vérité. Il parle d’une thématique compliquée car il évoque le drame qui touche Franck, jeune sapeur pompier de Paris passionné par son métier. Un jour, lors d’une intervention sur un gros incendie, il se retrouve pris au piège et est brûlé sur une grande partie de son corps. A partir de là, plus rien ne sera comme avant pour lui. En effet, impossible de rester pompier dans ces conditions, avec un corps complètement meurtri. De plus, son visage a fondu donc il va devoir réapprendre à vivre et à s’accepter tel qu’il est désormais.

Dans ce film, Pierre Niney nous livre une interprétation de haut vol. Pour se préparer, il a suivi pendant plusieurs semaines les pompiers de Paris, s’est entrainé avec eux et a même pris 10 kilos de muscles…. qu’il a dû perdre pour la deuxième partie du film. « Sauver ou Périr » est l’occasion de rendre hommage aux pompiers, qui livrent une mission de service public et qui honorent leur mission avec courage et passion. Il permet de mettre en lumière le courage du personnel hospitalier qui s’occupe des grands brûlés et nous donne à réfléchir sur l’après carrière, pour ceux qui ne peuvent plus pratiquer leur métier.

Vous l’aurez compris, je pense, ce film a été un véritable coup de cœur. Film dramatique, il est néanmoins porteur d’espoir car il amène à se questionner sur le véritable amour, sur la vie de nos pompiers et sur la force de volonté qu’il est nécessaire d’avoir pour se reconstruire et repartir dans la vie. Amateurs de beaux films, je ne peux que vous conseiller ce bijou du cinéma français qui n’a pas fini de faire parler de lui si vous voulez mon avis!

 

Pierre Niney, jeune pompier en pleine réussite puis en plein reconstruction. Une magnifique performance d’acteur !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ici toutes les informations sur le film

Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige de Juliette Bonte

les vrais amis perso

Romance – Edition papier sortie le 31 octobre 2018

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

 

Je remercie les éditions Harlequin et plus particulièrement Mélanie de m’avoir permis de découvrir ce nouveau roman de Juliette Bonte.

Résumé : Ils n’étaient pas censés s’aimer…

Dès leur première rencontre, une complicité naturelle les relie.

Dès leur premier fou rire, leur amitié devient une évidence.

Mais, lorsque le désir s’immisce entre eux, tout se complique…

Depuis qu’elle a menacé Luke avec une fourchette lors de leur première rencontre – épique –, Allison le considère très naturellement comme son meilleur ami. Il aime se moquer de son obsession pour les cookies maison et de sa façon de manger les hot-dogs ; elle adore l’écouter parler d’architecture et le remettre à sa place. Mais plus ils passent du temps ensemble, et plus Allison prend conscience que Luke est bien plus qu’un ami… À ses côtés, elle découvre de nouveaux sentiments, plus intenses, plus troublants. Des sentiments qu’elle ne devrait pas éprouver. Car Luke est le seul homme qu’elle n’a pas le droit d’aimer.

 

Mon avis : J’ai découvert Juliette Bonte il y a un an, avec son précédent roman « mon ex, sa copine, mon faux mec et moi ». Ayant aimé la plume de l’autrice et son univers rempli d’amour et de féerie, je me suis lancée dans ce nouveau titre….et encore une fois, la magie a opéré !

Nous suivons Allison, une jeune serveuse dans un café, passionnée de pâtisserie et en couple depuis un an et demi avec un architecte à l’opposé d’elle et de son caractère enjoué. Lorsqu’elle emménage chez lui, elle rencontre Luke, le meilleur ami de son homme, et entre eux, le courant passe de suite. La complicité unissant Luke à Allison est-elle seulement de l’amitié ? Ont-ils le droit de se sentir troublés l’un en présence de l’autre ?

Allison est une jeune femme avec du caractère, qui aime les choses simples et par-dessus tout, elle aime la pâtisserie !! Son petit ami Carl est un architecte froid, qui pense que tout peut s’acheter et qui ne donne de l’importance et de la valeur qu’à ce qui coûte cher. Bourreau de travail, détestant tout ce qui est sucré, Allison a bien du mal à se positionner face à cet homme qui ressemble de moins en moins au petit ami idéal. A l’inverse, Luke est certes passionné par son travail mais il prend le temps de vivre, il aime prendre des risques et surtout, c’est un grand gourmand ! L’évolution de sa relation avec Allison est le cœur du roman et de son intrigue et j’ai adoré les voir interagir : souvent  complices, ils se comportent souvent comme chien et chat et ne peuvent s’empêcher de se chamailler. Pourtant, entre eux, tout semble simple, évident, mais Luke étant le meilleur ami de Carl, la question de l’attirance sera, pendant longtemps, éludée. A noter que les personnages secondaires Sydney, la meilleure amie d’Allison, Darrell, le meilleur ami de Luke, et Trevor, le patron d’Allison et Sydney sont savoureux. Loyaux, prêts à tout pour leurs amis, ce sont des amis parfaits et ils ont toute leur place dans cette comédie romantique.

Et oui, pour moi, cette romance est digne des plus grandes comédies romantiques. On y retrouve de l’amour, de l’humour, quelques scènes sexys et des personnages hauts en couleur. Encore une fois, la plume de l’autrice m’a complètement conquise et j’ai été happée par cette histoire magique qui fait du bien au moral. J’ai aimé les dialogues entre les protagonistes, remplis d’humour et de incisifs juste ce qu’il faut. Il y a quelques scènes de sexe qui font monter la température doucement mais sûrement. Vous l’aurez compris, ce roman est un coup de cœur que j’ai eu du mal à refermer tellement j’étais bien avec les différents personnages. Jusqu’au bout, on est surpris et les rebondissements sont inattendus et bien amenés. Enfin, cette histoire est écrite principalement du point de vue d’Allison mais quelques chapitres sont du point de vue de Luke et nous permet de mieux comprendre M.Luke Prétentieux Peterson. Vous le savez, j’aime ce procédé d’écriture qui permet de mieux comprendre les personnages, leurs choix et leurs évolutions.

Pour conclure, je ne peux que vous conseiller de foncer sur ce roman qui sent bon les fêtes de fin d’année et qui vous saura vous mettre l’eau à la bouche grâce aux talents culinaires d’Allison. Suivez les péripéties de Luke et Allison et régalez-vous en les regardant se chamailler et peu à peu s’apprivoiser. La plume de Juliette Bonte vous envoutera et vous plongera dans cette comédie romantique qui fait du bien au moral et qui se savoure sans aucune modération.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers de Juliette Bonte ici

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Harlequin

Retrouvez le aussi sur Amazon