Avant toi de Jojo Moyes

Littérature anglaise/drame – Livre sorti le 10 juin 2016

Editions Milady

Lecture personnelle

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur »

 

Résumé : Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

 

L’avis de #Lilie : Ce roman a fait grand bruit au moment de sa sortie. Très vite, j’ai été intriguée et je me suis plongée dans cette histoire qui, sous ses airs de romance, aborde de nombreux thèmes difficiles. C’est une lecture qui m’a beaucoup marquée et dans laquelle j’aime me replonger régulièrement.

Nous faisons ici connaissance avec Lou. Elle vit dans un petit village en Angleterre avec sa famille, ses parents, sa sœur et son neveu. Lorsqu’elle perd son emploi, elle est prête à tout pour pouvoir aider financièrement les siens et elle accepte un travail de garde-malade auprès de Will, un jeune homme tétraplégique. Avec son mauvais caractère et ses désillusions, Will n’a plus le goût à rien. Lou va alors tout faire pour essayer de lui faire vivre de nouvelles sensations, lui donner de nouveaux souvenirs et essayer de lui redonner le sourire. Arrivera-t-elle à le faire changer d’avis ?

Lou est une jeune fille à la fois banale et unique en son genre. En effet, elle n’a jamais quitté son petit village et a pour seul but de faire au mieux pour sa famille. Elle se met en retrait par rapport à sa grande sœur et a peu d’ambitions pour le futur. A côté de ça, Lou est pétillante, pleine de vie,  optimiste et elle essaie toujours de voir la vie du bon côté. Ses premiers contacts avec Will seront difficiles mais elle ne va rien lâcher pour tenter de percer la carapace qu’il s’est forgé. En effet,  suite à son accident qui l’a cloué sur un fauteuil roulant et privé de l’usage de ses membres, Will n’a plus le goût de vivre. Auparavant, il était un grand sportif, un peu casse-cou, et toujours prêt à relever de nouveau défi. Le fauteuil est pour lui comme une prison de laquelle il ne pourra jamais sortir. Très méfiant envers Lou, il va peu à peu s’ouvrir et se découvrir des points communs avec elle. Il va aussi l’aider à évoluer et à voir plus loin. C’est un des points forts du roman car leur relation sera belle à voir évoluer.

Ce roman est un gros coup de cœur. Attention, j’ai tout de même deux recommandations à vous faire avant que vous vous lanciez. Tout d’abord, prévoyez du temps lorsque vous l’attaquez car il est très difficile de reposer le livre, une fois commencé. En effet, les événements s’enchaînent, sans aller trop vite, mais on se laisse prendre par la relation qui se noue entre nos deux protagonistes. Ensuite, il ne faut pas lire ce roman si vous n’avez pas le moral. La thématique de l’histoire n’est pas gaie et même si les facéties de Lou vous feront forcément sourire, il y a de nombreux passages triste et qui, pour ma part, m’ont fait pleurer. En abordant le thème du handicap, l’autrice montre la difficulté dans laquelle se retrouve les personnes qui, du jour au lendemain, se retrouvent dans un fauteuil roulant. Il y a beaucoup d’informations sur le quotidien de ces personnes et les contraintes auxquelles ils sont soumis. Enfin, elle aborde aussi la question du suicide médicalement assisté qui est autorisé dans certains pays. Là encore, elle expose des faits et ne prends pas partie, nous laissant libre de nous faire une opinion. C’est une très belle histoire qui ne peut laisser insensible le lecteur car elle vous remuera sûrement.

Pour conclure, je ne peux que vous recommander la lecture d' »Avant toi » qui est une merveilleuse histoire d’amour, remplie d’émotions. Il a été adapté, il y a maintenant quelques années, en film. C’est une merveilleuse adaptation, très fidèle au livre, avec un casting de premier choix qui vous fera passer un bon moment, même si je recommande d’avoir, à proximité, une boite de mouchoirs…  

 

Retrouvez ce roman sur Amazon

Une coccinelle dans le cœur d’Angie Le Gac

une coccinelle dans le coeur

Littérature blanche – livre sorti le 3 mars 2018

Auto-édition

Service presse – Prix des Auteurs Inconnus

Ma note : 4,5/5

 

Ce roman concourt dans la catégorie « littérature blanche » pour la deuxième édition du Prix des Auteurs Inconnus.

Résumé : Elena est jeune. Elena est belle. Elena est malade. Parfois, elle a envie de mourir… Mais la plupart du temps elle veut vivre haut et fort, de plus en plus vite, comme sur un immense manège de fête foraine.

Entre ses séjours en clinique et sa vie professionnelle, elle essaie de se construire jour après jour et de trouver sa propre voie vers le bonheur.

Aidée de Simon, son homme-talisman, elle tutoie les anges. Mais la vie en a décidé autrement. Il lui faudra énormément de courage pour surmonter les épreuves qui émaillent son parcours et retrouver peut-être le chemin de la félicité.

Entre romance et drame, découvrez l’histoire d’Elena.

 

Mon avis : Lors de la présélection des romans, celui-ci avait attiré mon attention. Dernier roman de la sélection de cette année que je lis, je suis ravie de clôturer cette session sur un roman qui m’a remuée.

Nous faisons ici connaissance avec Elena. Elle est mannequin, elle profite de la vie mais un jour tout s’écroule. Elena est hospitalisée, et à sa sortie, elle doit se reconstruire et reprendre sa vie en main. Un jour, elle rencontre Simon, elle espère alors que les ennuis sont derrière elle et que seuls de bons moments l’attendent. Mais quand le destin décide de vous mener la vie dure, il ne vous lâche pas…

Malade, Elena alterne les périodes où tout va bien et où elle broie du noir. Personnage haut en couleur, elle est attachante et on souffre à ses côtés au fil des épreuves qu’elle supporte. Je l’ai par moment, malgré tout, trouvée un peu puérile dans la mesure où elle connaît le mal dont elle souffre et qu’elle décide volontairement de ne plus suivre son traitement. N’étant pas une spécialiste des maladies mentales, peut-être est-ce quelque chose de fréquent chez les personnes atteintes de certaines pathologies. Quand à Simon, c’est un musicien de renom qui a fait le choix d’être hospitalisé pour surmenage. Lors de sa rencontre avec Elena, c’est une évidence pour tous les deux ! Je regrette un peu que tout ce qu’on apprend sur lui, c’est à travers les yeux ou des situations partagées avec l’héroïne. J’aurais aimé avoir son ressenti sur des moments ou les épreuves qu’il traverse, que ce soit seul ou auprès de sa bienaimée. Je trouve cela d’autant plus dommageable que l’autrice a fait le choix d’un narrateur omniscient, qui parle à la troisième personne, mais il ne se focalise que sur Elena et ses épreuves. J’ai néanmoins beaucoup aimé le couple qu’ils forment et cette bulle de bonheur qu’ils vont se construire ensemble.

Si je dois être honnête, je suis passée à deux doigts du coup de cœur avec ce roman. Cette histoire est poignante et vous prend aux tripes. La plume de l’autrice est efficace, rythmée grâce à des phrases et des chapitres courts qui donnent envie de tourner les pages. Elle vous prend aux tripes et à plusieurs moments, j’ai eu le cœur serré pendant ma lecture tellement j’avais l’impression d’être aux côtés d’Elena et de souffrir avec elle. Des thèmes lourds sont abordés ici et j’ai appris pas mal de choses sur les maladies mentales, et leurs effets « pervers », mais aussi sur les services sociaux en Grande-Bretagne, avec leur pragmatisme « so british » et tellement déshumanisé.

Pour conclure, je me suis régalée lors de cette lecture qui n’est pourtant pas facile vu les thèmes abordés. Laissez-vous emporter par l’histoire d’Elena et venez souffrir, rire et espérer à ses côtés. Quant à l’autrice, que je ne connaissais pas du tout, je me note dans un carnet les titres de ses autres romans afin de continuer à la découvrir.

 

liens utiles

Envie d’en savoir plus sur l’autrice ? Rdv sur son blog!
Retrouvez ce roman sur Amazon en cliquant ici
Pour en savoir plus sur le Prix des Auteurs Inconnus, c’est par ici

 

chroniqueur du pai

Devine qui est mort ? de Frédérique Hoy

devine qui est mort

Littérature blanche – livre paru le 30 avril 2018

Auto-édition

Prix des Auteurs Inconnus 2019

Ma note : 5/5

 

Je remercie les organisateurs du Prix des Auteurs Inconnus pour leur confiance et pour me permettre, pour la deuxième année consécutive, de participer à cette aventure et de découvrir des romans incroyables dans la catégorie littérature blanche.

 

Résumé : La flûtiste renommée Albane de Morange a tout pour être heureuse : un homme qui l’aime et qui partage sa passion, un appartement chic à Paris, une vie réglée comme du papier à musique. Si elle n’a pas d’enfant, c’est pour une raison bien précise : cette raison même qui fait qu’elle a rompu avec la famille de Morange il y a plusieurs années.

Le jour où, en plein concert, la musicienne frôle la mort, son monde intérieur est bouleversé. Albane éprouve le besoin de renouer les liens, et surtout de régler ses comptes avec les acteurs de ce passé douloureux qu’elle n’a jamais eu le courage d’affronter.

 

Mon avis : Lors de la présélection des titres pour le Prix des Auteurs Inconnus 2019, les dix premières pages de ce roman m’avaient intriguée. Au final, ce livre renferme beaucoup plus de mystères et de secrets qu’il n’y parait et j’ai été très surprise lors de ma lecture.

Ce roman raconte la vie d’Albane de Morange. Suite à un AVC, elle souffre d’amnésie partielle. A cette occasion, elle va renouer avec sa famille avec qui elle avait coupé les ponts des années auparavant. Cette rupture est due à des secrets cachés lors de l’adolescence de la jeune femme et dont elle ne s’est toujours pas remise.

Adolescente, Albane tombe amoureuse du jardinier Akash. Quelques semaines plus tard, elle est obligée de quitter le domicile familial. A son retour chez elle, plus rien ne sera comme avant et peu à peu elle se coupe de sa famille pour se plonger dans le monde de la musique.

Albane « profite » de son AVC pour reprendre sa vie en main. C’est une femme déterminée qui souffre d’avoir subie, pendant trop d’années, le poids des « on-dit » et du « qu’en dira-t-on ». Sa quête déterminée montre sa force de caractère et sa volonté de remettre de l’ordre dans sa vie.

Ce roman est incroyable. La justesse de la plume de l’autrice est remarquable, utilisant un vocabulaire riche et précis. Cette histoire est surprenante jusqu’au bout et on n’a aucun moment de répit. Cette quête menée par Albane m’a tenue en haleine jusqu’à la fin et surtout, à aucun moment je ne me suis doutée de la manière dont elle s’achèverait. Ce livre est aussi l’occasion pour l’autrice de dénoncer des pratiques réelles, qui ont eu lieu entre 1950 et 1980 dans les Flandres. Même si ce roman est une fiction, il met en lumière un scandale qui a pendant trop longtemps été passé sous silence.

Pour conclure, je ne m’attendais pas du tout à autant de rebondissements au cours de cette lecture. L’histoire d’Albane est une quête personnelle qui ne vous laissera sûrement pas de marbre et qui vous entrainera au plein cœur des secrets de famille et des convenances qui avaient cours dans les familles aristocratiques dans les années 1970.

 

image-principale-page-liens-utiles
Vous voulez des informations sur le Prix des Auteurs Inconnus ? Cliquez-ici !
Envie de découvrir ce roman ? Rendez-vous sur Amazon

 

 

Le rêve dévoré de Jo Rouxinol

le rêve dévoré

Littérature française/drame – Livre sorti le 11 décembre 2017

Auto-édition

Service presse

Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

 

Je remercie les organisateurs du Prix des Auteurs Inconnus d’avoir organisé, cette année, un book-club pour nous proposer de découvrir des romans non-sélectionnés. « Le rêve dévoré » de Jo Rouxinol est celui qui a ouvert le bal, et quel beau roman pour démarrer cette nouvelle aventure !

Résumé : « Avant j’étais une vieille âme endolorie enfermée dans un corps d’enfant, dans une famille, dans une vie dont chaque contour me blessait toujours plus, jour après jour. En partant j’ai éclaté les parois de ma prison, la rage a guéri d’elle-même, je la sens encore palpiter parfois mais de manière tellement inoffensive, si vous saviez, ce n’est plus qu’une ombre de colère qui dort au fond de mes souvenirs. Avant je ne voyais que les murs, ils étaient hauts, ils étaient gris, il n’y avait ni portes ni fenêtres, rien qu’une boîte sans ciel et sans air, voilà ce que vous m’offriez, un cercueil dans lequel je ne pouvais que hurler en griffant les parois, en heurtant tout ce qui se trouvait à proximité, hurler et hurler encore, hurler tant que la vie ressemblerait à la mort. Et maintenant, regardez-moi, regardez-moi bien, j’ai vu l’océan et j’ai vu l’horizon, et je prends désespérément tout cet avenir que le monde me promet. »

Clarisse, treize ans et demi, est une écorchée vive. Un matin, elle part. Sa fuite la mène jusqu’au sud de l’Europe où elle vit ce qui, pour elle, ressemble de plus en plus à un rêve. Jusqu’à ce que la réalité la rattrape.

 

Mon avis : Lors de la pré-sélection des titres pour la nouvelle session du Prix des Auteurs Inconnus, j’avais été interpellée par les dix premières pages. Finalement, quelle joie d’avoir pu lire ce nouveau roman de Jo Rouxinol, le deuxième que je découvre et encore une fois, j’ai été subjuguée !

Nous faisons ici connaissance avec Clarisse, une adolescente de 13 ans, en proie à un violent mal-être. Un matin, elle décide de fuir sa vie, sa famille pour retrouver un jeune homme rencontré sur Internet. Sa fuite ne se passera pas exactement comme elle l’avait imaginé mais la voilà partie, en compagnie de Tony, de la banlieue parisienne jusqu’au Portugal pour un voyage qui la changera à tout jamais.

Dès le début, on comprend que Clarisse ne se sent pas à sa place au collège. Un brin provocatrice, traumatisée par un évènement survécu dans l’enfance, elle ne supporte ni sa vie familiale ni sa vie de collégienne. Lorsqu’elle fugue pour retrouver un jeune homme rencontré sur Internet, elle laisse parler sa spontanéité et elle décide de prendre sa vie en main. La rencontre avec la vraie vie sera brutale mais grâce à Tony, elle va vivre une aventure et faire des découvertes qui vont la faire mûrir. Tony, quand à lui, est un jeune homme de 21 ans, orphelin, qui vit sur les rentes que lui ont laissé ses parents. Avec Clarisse, il va s’embarquer dans une aventure un peu folle et hors norme.

Je ne veux pas trop vous en dire de peur de vous spoiler. En effet, ce roman est une vraie belle surprise dans la mesure où on ne sait jamais à quoi s’attendre en passant d’un chapitre à l’autre. La plume de Jo Rouxinol est envoutante et vous prends par la main pour ne plus vous lâcher. De la banlieue parisienne aux côtes portugaise, on ressent l’ambiance des villes et on s’immerge complètement dans le décor grâce aux descriptions qui nous sont fournies. Même si cela ne m’a pas dérangé, l’écriture dans un registre familier peut rebuter certains lecteurs. Les insultes, la violence de certaines paroles sont assez présentes dans le roman mais j’ai trouvé que c’était utilisé à bon escient. Le seul bémol que je pourrais mettre concerne le titre du roman, que je ne trouve pas très représentatif de la beauté du message qui est porté tout au long des pages de cet ouvrage. Il aborde des thèmes difficiles comme ceux du deuil, le mal-être des adolescents et l’incapacité de certains parents à écouter leurs enfants mais en le refermant, on peut s’empêcher de ressentir une pointe d’optimisme.

« Le rêve dévoré » est une très belle découverte et je remercie une nouvelle fois les organisatrices du Prix des Auteurs Inconnus de nous l’avoir proposé. Ce roman ne ressemble à aucun autre. Il est touchant, prenant et vous emportera très loin de votre quotidien. Suivez Clarisse et Tony dans leur périple fou et surtout, préparez-vous à ressentir un incroyable tourbillon d’émotions.

 

image-principale-page-liens-utiles

Si vous voulez vous procurer ce roman, c’est par ici !

 

Sauver ou périr de Frédéric Tellier

sauver ou périr

Sauver ou périr de Frédéric Tellier

Drame français

Sortie le 28 novembre 2018

 

Résumé : Franck est Sapeur-Pompier de Paris. Il sauve des gens. Il vit dans la caserne avec sa femme qui accouche de jumelles. Il est heureux. Lors d’une intervention sur un incendie, il se sacrifie pour sauver ses hommes. A son réveil dans un centre de traitement des Grands Brûlés, il comprend que son visage a fondu dans les flammes. Il va devoir réapprendre à vivre, et accepter d’être sauvé à son tour.

 

Mon avis : Quand j’ai vu la première fois la bande annonce de ce film, je me suis dit deux choses : « oh là là, un nouveau film avec Pierre Niney, quelle joie !!! » et en même temps, j’ai pensé « ouch!!! Le thème a l’air difficile, va falloir sortir les mouchoirs!! ». Le cinéma près de chez moi organisant une avant-première, j’y suis allée et encore une fois, j’ai été conquise par l’interprétation de Pierre Niney.

Laissez-moi vous parler un peu plus en détail du casting du film :

Pierre-Niney-etincelant-dans-Sauver-ou-perir

  • Pierre Niney est un acteur dont je vous avais déjà parlé lors de la sortie du film « la promesse de l’aube ». Acteur français de talent, ex pensionnaire de la Comédie Française, Césarisé pour son rôle dans « Yves Saint-Laurent », Pierre Niney est bien souvent un gage d’excellence pour les réalisateurs qui choisissent de travailler avec lui. Pour nous, spectateurs, la présence de cet acteur de talent est une marque de qualité pour le film car il ne choisit pas ses rôles pour leur facilité mais pour la qualité du scénario et le sérieux du travail proposé.
  • anais demoustierAnaïs Demoustier est une actrice que je ne connaissais pas du tout. Elle a été révélée par son rôle dans « Le Monde de Marty » en 1999. Elle a ensuite joué dans la comédie « le prix à payer » ou dans « les grandes personnes ». Actrice marquante de la nouvelle génération, on l’a plus récemment vue dans « jalouse » ou « les malheurs de Sophie ». Dans ce film, la complicité avec Pierre Niney est évidente et ils forment tous les deux un jeune couple touchant.
  • sami bouajila sauver ou périrEnfin, je souhaite vous parler d’un acteur français nommé Sami Bouajila. Je l’ai découvert en 2006 dans le film « Indigènes » qui parlait des soldats nord-africains qui sont venus combattre lors de la seconde guerre mondiale. Il a obtenu pour ce rôle le prix d’interprétation avec ses frères d’armes à Cannes. Il a ensuite joué le rôle d’Omar Raddad dans « Omar m’a tuer » mais il n’hésite pas à nous prendre à contrepied en jouant en 2016 dans « Pattaya ». Dans « Sauver ou Périr », il joue le rôle du médecin qui va suivre Pierre Niney et soutenir son épouse dans l’épreuve qu’elle traverse.

 

Entendons-nous,  ce film est un bijou, une pépite du cinéma française, brillamment servi par un casting 5 étoiles, et touchant de vérité. Il parle d’une thématique compliquée car il évoque le drame qui touche Franck, jeune sapeur pompier de Paris passionné par son métier. Un jour, lors d’une intervention sur un gros incendie, il se retrouve pris au piège et est brûlé sur une grande partie de son corps. A partir de là, plus rien ne sera comme avant pour lui. En effet, impossible de rester pompier dans ces conditions, avec un corps complètement meurtri. De plus, son visage a fondu donc il va devoir réapprendre à vivre et à s’accepter tel qu’il est désormais.

Dans ce film, Pierre Niney nous livre une interprétation de haut vol. Pour se préparer, il a suivi pendant plusieurs semaines les pompiers de Paris, s’est entrainé avec eux et a même pris 10 kilos de muscles…. qu’il a dû perdre pour la deuxième partie du film. « Sauver ou Périr » est l’occasion de rendre hommage aux pompiers, qui livrent une mission de service public et qui honorent leur mission avec courage et passion. Il permet de mettre en lumière le courage du personnel hospitalier qui s’occupe des grands brûlés et nous donne à réfléchir sur l’après carrière, pour ceux qui ne peuvent plus pratiquer leur métier.

Vous l’aurez compris, je pense, ce film a été un véritable coup de cœur. Film dramatique, il est néanmoins porteur d’espoir car il amène à se questionner sur le véritable amour, sur la vie de nos pompiers et sur la force de volonté qu’il est nécessaire d’avoir pour se reconstruire et repartir dans la vie. Amateurs de beaux films, je ne peux que vous conseiller ce bijou du cinéma français qui n’a pas fini de faire parler de lui si vous voulez mon avis!

 

Pierre Niney, jeune pompier en pleine réussite puis en plein reconstruction. Une magnifique performance d’acteur !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ici toutes les informations sur le film

La mélancolie du kangourou de Laure Manel

la mélancolie du kangourou

Littérature française – livre sorti le 3 mai 2018

Editions Michel Lafon

Service presse

 

Je remercie les éditions Michel Lafon qui, grâce à la plateforme NetGalley, m’ont permis de découvrir ce roman.

Résumé : Alors qu’il s’apprête à vivre le plus beau moment de sa vie avec la naissance de sa fille, Antoine est confronté au plus horrible des drames : la mort de sa femme durant l’accouchement. Anéanti par la perte de celle qu’il aimait plus que tout, Antoine a du mal à créer du lien avec son bébé jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrépressible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson. Parviendra-t-elle à aider Antoine à se révéler comme père et à se reconstruire ?

 

Mon avis : Ayant été subjuguée par ma lecture de son précédent roman « la délicatesse du homard », je n’ai pas à me plonger dans celui-ci dès que j’en ai eu l’occasion. Et cette nouvelle lecture m’a, une nouvelle fois, chamboulée.

Nous faisons ici connaissance avec Antoine et Raphaëlle, un couple heureux, amoureux, qui va accueillir son premier enfant. Le jour de l’accouchement, tout se passe bien jusqu’au moment où Raphaëlle convulse…. Elle décède peu de temps après et Antoine est anéantit. Il n’arrive pas à remonter la pente et se désintéresse totalement de sa petite fille qui vient de naitre. La mère d’Antoine prend alors les choses en main et l’incite à engager une nounou. Ils trouvent la candidate parfaite en la personne de Rose. Malgré son jeune âge, Rose va devenir la « bonne fée » du logis d’Antoine et peu à peu, elle va prendre une place centrale dans la famille.

Antoine est un mari comblé, un homme heureux qui va voir son univers s’écrouler en quelques secondes. Se sentant coupable de ne pas avoir su protéger sa femme, il va, pendant un long moment, mettre de côté sa fille et se noyer dans le travail. C’est un homme qui se cherche, qui doit se reconstruire. Dépassé par son deuil, il va laisser passer un long moment avant d’accepter de nouer une relation avec Lou puis de se reprendre en main. Comme tout le monde, il fait des erreurs mais on sent un homme entier qui tente de faire de son mieux. Je l’ai trouvé touchant et attachant malgré les maladresses dont il va faire preuve. En même temps, personne n’est parfait mais l’important n’est-il pas de toujours faire de son mieux ?

Rose est une étudiante rêvant d’intégrer  une prestigieuse école de danse à Londres. Elle accepte ce travail de nounou pour se constituer des économies afin de financer ses études. Très consciencieuse, elle s’attache très vite à la petite Lou et peu à peu, elle se fait une place dans la vie de cette famille blessée. Pétillante, prenant la vie du bon côté, Lou va avoir un rôle central dans la construction du lien entre Antoine et Lou et dans le « retour à la vie » d’Antoine. Pendant longtemps, elle sera une énigme pour ses amis et pour les proches d’Antoine qui ne comprennent pas sa volonté de s’impliquer autant dans la vie de Lou.

Encore une fois, Laure Manel nous offre un roman écrit tout en émotions et en finesse. Le thème abordé est sensible et elle a su nous décrire les situations, l’évolution des personnages avec tact. A aucun moment, on n’a envie de juger ni Rose ni Antoine dans les choix qu’ils peuvent faire car cette lecture est criante de réalisme. En effet, les personnages ont leurs failles, font des erreurs mais surtout tentent de faire de leur mieux pour  s’en sortir. La plume de l’auteure est agréable à lire et addictive. Les pages et les chapitres défilent sans qu’on s’en rende compte mais une chose est sûre : quand le roman est commencé, impossible de le lâcher avant de l’avoir terminé. L’histoire est écrite avec un narrateur externe qui se focalise tantôt sur Antoine, tantôt sur Rose, ce qui nous permet de voir leur évolution, leurs interrogations et leurs préoccupations. Je ne me suis pas ennuyée une minute lors de cette lecture et même si j’ai trouvé le dénouement un peu « facile », j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman.

Pour conclure, « la mélancolie du kangourou » est un roman abordant des thèmes sensibles mais qui sont abordés avec finesse. La plume de Laure Manel est envoutante et vous plongera au cœur du quotidien d’Antoine, Rose et Lou. Cette histoire ne ressemble à aucune autre et  vous fera passer du sourire aux larmes du début à la fin. Ne soyez pas refroidis par le titre du roman, « la mélancolie du kangourou » est un hymne à la vie et aux secondes chances.

 

image-principale-page-liens-utiles

L’univers de l’auteure vous intéresse ? Cliquez-ici !

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Michel Lafon

Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

sans-titre (28)          sans-titre (27)          reviews_25_120          netgalley_challenge_2018_120

Le cercle littéraire de Guernesey de Mike Newell

le cercle littéraire de Guernesey

Film sorti le 13 juin 2018 –

DVD disponible à partir du 16 octobre 2018

Drame, historique

 

Résumé : Londres, 1946. Juliet Ashton, une jeune écrivaine en manque d’inspiration reçoit une lettre d’un mystérieux membre du Club de Littérature de Guernesey créé durant l’occupation. Curieuse d’en savoir plus, Juliet décide de se rendre sur l’île et rencontre alors les excentriques membres du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates dont Dawsey, le charmant et intriguant fermier à l’origine de la lettre. Leurs confidences, son attachement à l’île et à ses habitants ou encore son affection pour Dawsey changeront à jamais le cours de sa vie.

 

Mon avis : J’avais adoré le livre. Ecrit sous la forme d’un roman épistolaire, cette histoire de club littéraire improvisé et ayant permis aux habitants de l’île de Guernesey de survivre à la guerre m’avait beaucoup touché. J’attendais donc avec impatience et appréhension de voir l’adaptation.

Au niveau du casting, je n’ai pas été déçue :

  • lily jamesTout d’abord, l’héroïne, Lily James, est une de mes actrices fétiches du moment. Découverte dans la série « Downton Abbey », elle a également joué dans l’adaptation du roman de Tolstoï « guerre et paix ». Au cinéma, on l’a notamment vue dans l’adaptation filmée de « Cendrillon » puis dans « les heures sombres » ou plus récemment dans « Mamma Mia ! Here we go again ! ». C’est une actrice qui transmet la joie de vivre et que je trouve très expressive. Elle est parfaite pour ce rôle…. Bref, vous l’avez compris, je l’adore !!
  • dawseyLe principal acteur masculin est Michiel Huisman. J’avoue que je ne le connaissais pas mais il est connu par les amateurs de la série Games of Throne car il a rejoint le casting lors de la saison 4. Au cinéma, on l’a notamment vu dans « Victoria : les jeunes années d’une reine » ou dans « Wild » au côté de Reese Witherspoon. Il est l’atout « beau gosse » du film mais arrivera-t-il à faire succomber la belle Lily James ?
  • meilleur ami lilyL’autre acteur masculin est Matthew Goode que l’on a également vu dans la série « Downton Abbey » ou dans « the Crown ». Au cinéma, on l’a notamment vu dans « Imitation Game ». Dans le film, il joue le rôle du meilleur ami de Lily James mais aussi de son agent, toujours prêt à la conseiller et à l’épauler quand elle a besoin d’elle.
  • pénélope wiltonEnfin, j’aimerais vous parler de Pénélope Wilton, également vue dans « Downton Abbey ». On l’a également vu dans de gros films, notamment « Match Point » de Woody Allen, « Orgueil et Préjugés » avec Keira Knightley ou plus récemment dans « Indian Palace ». Cette actrice me touche beaucoup et a, je trouve, toujours une interprétation juste. Ici, elle joue la doyenne du cercle littéraire et je l’ai trouvée une nouvelle fois parfaite dans ce rôle.

Dans le film, on retrouve tous les éléments importants du livre : la galère de Juliet Ashton pour trouver un sujet de reportage intéressant, sa rencontre improbable avec Dawsey et son départ pour cette île, si loin de Londres et de ses habitudes. Même si je connaissais l’histoire, j’ai retrouvé toutes les sensations ressenties lors de ma lecture ; sur mon siège, j’ai souri, j’ai tremblé et j’ai suivi avec anxiété la quête de Juliet qui se donne pour mission d’aider ses nouveaux amis et qui va, peut-être, trouver un nouveau sens à sa vie auprès des habitants de l’île. J’ai aussi pu mettre des images sur l’île de Guernesey, que je ne connaissais pas du tout. En effet, une partie du tournage a eu lieu en décor naturel ce qui donne du cachet et une authenticité au film.

Comme je le disais précédemment, j’avais hâte mais j’appréhendais aussi cette adaptation. En effet, quand on a aimé un livre, c’est toujours compliqué d’aller le voir au cinéma car on a toujours peur d’être déçue. Ici, il n’en fut rien !! Amoureux de la lecture, je vous conseille vivement la lecture du livre « le cercle littéraires des amateurs d’épluchures de patates » et enchainez-la avec le visionnage du film, sous un plaid avec un bon thé. Grands romantiques dans l’âme, je vous assure que vous passerez un bon moment avec ce drame historique qui, même s’il traite de sujets difficiles, met du baume au cœur.

Cercle-litteraire-de-Guernesey

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez le roman « le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » sur le site de l’éditeur

Retrouvez le roman également sur Amazon

Pour vous procurer le DVD, c’est par ici!

Au revoir là-haut d’Albert Dupontel

AuRevoirLaHaut-800x445

Au revoir là-haut – Sortie le 25 octobre 2017

Comédie dramatique

Résumé : Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire.

 

Mon avis : Ce film est l’adaptation du Prix Goncourt 2013, écrit par Pierre Lemaitre. J’avais lu ce roman l’an passé et je dois avouer que ce roman m’avait complètement conquise. Malgré sa longueur, 624 pages,  il ne m’avait pas fallu plus de 48 heures pour en venir à bout. J’étais donc impatiente de découvrir son adaptation, d’autant plus que Pierre Lemaitre a participé à l’écriture du scénario.

albert dupontelPour commencer, ce film est réalisé par Albert Dupontel. Acteur français qu’on ne présente plus, c’est un acteur exigeant et un réalisateur qui a son propre univers. Ici, il joue le rôle d’Albert Maillard, un soldat qui a survécu à l’horreur de la 1ère Guerre Mondiale et qui va se lancer dans une escroquerie aux monuments aux morts.

Le casting de ce film est un casting rêvé, avec de grands noms du cinéma français qui incarnent parfaitement leurs rôles :

  • laurent lafitteIl y a tout d’abord Laurent Lafitte, qui joue le rôle d’Henry d’Aulnay-Pradelle, lieutenant dans l’armée française et un opportuniste. Acteur français, pensionnaire de la Comédie Française, Laurent Lafitte a un répertoire de rôles éclectique, que ce soit en papa prêt à tout pour pourrir la vie de son ex-femme dans « papa ou maman », en gendarme collabo dans « Un secret » ou en jouant le rôle du bon copain dans « les petits mouchoirs ».
  • Mélanie ThierryMélanie Thierry est également à l’affiche de ce film. Elle y joue le rôle de la bonne des Péricourt. César du meilleur espoir féminin en 2010 pour son rôle dans « le dernier pour la route », elle a également joué dans « Largo Winch » ou « la princesse de Montpensier ».
  • Niels_ArestrupNiels Arestrup joue le rôle de Marcel Péricourt, le père d’Edouard et Madeleine. Acteur ayant obtenu trois fois le César du meilleur acteur pour un second rôle, je l’avais adoré dans le film « Diplomatie », où il jouait le rôle du général Dietrich Von Cholitz qui avait pour ordre de faire sauter la ville de Paris au moment de l’arrivée des alliés. Il a également joué dans de nombreux films dont « Quai d’Orsay », « Elle s’appelait Sarah » ou « De battre mon cœur s’est arrêté ».
  • Emilie Dequenne joue le rôle de Madeleine Péricourt. Actrice belge, on l’a notamment vue dans « la fille du RER », « Mobius » et plus récemment dans « les hommes du feu ».
  • Enfin Edouard Péricourt, soldat blessé à qui il manque la moitié du visage, est joué par Nahuel Pérez Biscayart, un jeune acteur argentin qui s’est fait connaitre en 2010 pour son rôle dans « au fond des bois ».

J’avais été conquise par le roman, je l’ai également été par le film. C’est une adaptation très fidèle au roman même si les lecteurs assidus décèleront quelques petits changements, qui ne dénaturent absolument pas l’histoire. Le livre et le film permettent de mettre en lumière de nombreuses choses que l’on a tendance à oublier, étant donné que la 1ère Guerre Mondiale s’est maintenant déroulée il y a 100 ans. Cependant, on voit, au début, la dureté de la vie dans les tranchées, la bêtise et la méchanceté de certains officiers qui n’ont que peu de considération pour les vies humaines, et aussi les dégâts provoqués par le champ de bataille, que ce soit au niveau physique ou au niveau moral. J’ai également appris beaucoup de choses sur l’après-guerre, notamment les escroqueries qui ont pu avoir lieu concernant l’enterrement des soldats morts au front ou le fait que les monuments aux morts soient apparus à ce moment-là (auparavant, on n’avait jamais ressenti le besoin de faire des monuments pour les soldats morts sur les champs de bataille. C’est pour cela que pour de nombreux historiens, la 1ère Guerre Mondiale est l’illustration de la naissance d’un sentiment national).

Si vous avez lu le livre, je ne peux que vous conseiller d’aller voir ce film qui est une belle réussite car il mêle drames et poésie. En revanche, si vous avez le roman dans votre PAL, patientez encore un peu avant de regarder son adaptation car vous n’aurez plus de surprises à la lecture.

 

liens-utiles

Retrouvez la bande-annonce du film ici

Diary of Rebirth, Tome 2 : Chérir de Bridget Page

diary of rebirth tome 2

Littérature contemporaine – Sortie le 20 janvier 2016

Auto-édition

Service Presse

 

Je remercie Bridget Page de m’avoir confié son livre en service presse.

Résumé : Annabelle Maury, blessée au-delà des mots, dans sa chair et dans son âme, reprend doucement espoir en la vie, grâce au soutien providentiel de Greg.
Greg Delcourt, séducteur patenté, bourreau des cœurs, a longtemps lutté contre les sentiments qu’il avait choisi d’ignorer. Mais Annabelle a totalement chamboulé sa vision de la vie et de l’amour.
Alors que leur relation prend enfin son envol, des ombres planent, de plus en plus menaçantes, sur leur avenir commun.
Ava Brown, ex-maîtresse éconduite, réussira-t-elle à réduire à néant leurs précieux progrès ?
Qu’en est-il de ses agresseurs ? Qui sont-ils ? Quels sont leurs sombres projets ?
Annabelle et Greg sortiront-ils indemnes des épreuves qui frappent à leur porte ?
Entre romance et thriller, Bridget PAGE nous entraîne au cœur de la palette des sentiments humains, des plus vils aux plus purs.

Mon avis : j’avais été complétement embarquée dans le premier tome………… et il en est de même ici! Bridget Page poursuit d’une main de maître cette trilogie et les aventures d’Annabelle et Greg.

On les retrouve plus amoureux que jamais au début de ce deuxième tome. Greg est métamorphosé, tout son univers tourne autour d’Annabelle. Cette dernière prend doucement confiance en elle mais a toujours ses craintes qui ressurgissent : saura-t-elle combler Greg? Et si son passé l’empêchait à tout jamais de vivre pleinement son histoire d’amour? Et si elle était brisée à jamais?

Mais Greg n’est pas un homme qui laisse facilement tomber. Il accompagne Annabelle dans son parcours de reconstruction et il se montre d’une patience absolue. Cependant, alors qu’un voyage en Sicile, en amoureux, leur permettait de se rapprocher et de s’apprivoiser, des photos d’Annabelle sont diffusées dans la presse par le biais d’Ava, l’ex associée et ex compagne de Greg. Sur ces photos, les cicatrices d’Annabelle sont clairement visibles. C’est un choc pour nos amoureux : Greg est fou de rage, Annabelle est folle de douleur et surtout, folle d’inquiétude : ses ravisseurs ne vont-ils pas la retrouver ainsi ?

Une folle course est lancée, afin que le passé d’Annabelle ne les prive pas d’un futur commun. Ce deuxième tome est sombre car à coté de l’histoire d’amour entre Greg et Annabelle qui ne cesse d’évoluer, on voit le passé de cette dernière revenir à grand galop et tout remettre en question. On a de nouvelles révélations sur le passé d’Annabelle mais également sur sa famille, sur la manière dont ils ont vécu son drame.

L’histoire est principalement racontée du point de vue d’Annabelle et de Greg mais pas seulement. D’autres personnages prennent la parole et nous éclairent sur des éléments présents ou passés de l’histoire. Cette écriture à plusieurs voix est un vrai plus pour moi car cela nous permet de nous immerger complètement dans l’histoire.

Comme le premier tome, j’ai pleuré, j’ai rigolé, j’ai stressé et je n’ai surtout pas vu les pages défiler. Ce roman est une pépite et jeme demande bien ce que Bridget Page nous a concocté pour le tome 3.

Retrouvez ce tome 2 sur Amazon

Chronique de Diary of Rebirth, tome 1 : Apprivoiser de Bridget Page