K.O. de Hector Mathis.

 
[ LITTÉRATURE CONTEMPORAINE – 2018]
Éditions BUCHET – CHASTEL
208 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir » et « pépite »
Lien Kindle
Le résumé :
Sitam, jeune homme fou de jazz et de littérature, tombe amoureux de la môme Capu. Elle a un toit temporaire, prêté par un ami d’ami. Lui est fauché comme les blés. Ils vivent quelques premiers jours merveilleux mais un soir, sirènes, explosions, coups de feu, policiers et militaires envahissent la capitale. La ville devient terrifiante… Bouleversés, Sitam et Capu décident de déguerpir et montent in extremis dans le dernier train de nuit en partance. Direction la zone – la grisâtre », le pays natal de Sitam. C’est le début de leur odyssée. Ensemble ils vont traverser la banlieue, l’Europe et la précarité… Nerveux, incisif, musical, K.O. est un incroyable voyage au bout de la nuit. Ce premier roman, né d’un sentiment d’urgence radical, traite de thèmes tels que la poésie, la maladie, la mort, l’amitié et l’errance. Il s’y côtoie garçons de café, musiciens sans abris et imprimeurs oulipiens. Splendide et fantastique, enfin, y règne le chaos.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Hector Mathis signe avec K.O un premier roman prometteur. Un roman qui a réussi à m’atteindre. Un roman sombre où résonne la douleur, la violence, l’effondrement, au plus profond des mots. Un roman percutant mais aussi destructeur et envoûtant.
Sitam, jeune banlieusard, éperdu de rêve et est fou amoureux de Capu. Couple bohème, effrayé par la dure réalité de la vie destructrice. Perclus dans ce monde violent où bombes et tirs anéantissent tout bonheur, leur bonheur et leur espoir. Fuite désespérée menée par ce sentiment inébranlable de survie. De rencontres en rencontres, de vagabondages en errements, Sitam et Capu mènent leur barque avec allégresse. Jusqu’au jour où la balade se termine dans un autre pays, dans une autre ville. Débute alors la vie idyllique ?
Routiniers d’une vie banale mais dure faite de ces simples joies qu’offrent parfois, inopinément, l’inattendu et la vie. Mots virevoltant, mots précieux vivent et remplissent les feuilles blanches, mais non loin de là, le malheur guette et attend que la brèche s’ouvre, celle qui lui permettra de catapulter, de nouveau, nos héros dans la froideur du monde.
Je suis toujours impressionnée quand je lis ce genre de roman. La poésie des mots est si forte, si percutante qu’elle arrive toujours à transpercer mon âme, mon émoi. Avec délice et patience, les mots prennent alors cette dimension poétique, grandiose. Hector Mathis narre avec subtilité et force la violence d’un monde méconnaissable, la solitude barbare qui détruit l’homme et l’homme qui se détruit. Tout cela réuni dans un chaos indomptable, un chaos qui règne en maître sur cette vie éphémère. Sitam  revit sa folle aventure et raconte aux oreilles attentives de la mort, espérant exorciser ses maux ou demander la rédemption.
Jeune auteur à suivre absolument !
#Esméralda
Hector Matis parle de son livre mieux que moi dans une interview réalisée par la librairie Mollat.

 
Je remercie les éditions Buchet/Chastel pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… sur le site des éditions BUCHET/CHASTEL.

 

Vidéo Librairie Mollat : Hector Mathis présente son premier roman K.O.

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

MADE IN TRENTON de Tadzio Koelb.

 

 

[ LITTÉRATURE CONTEMPORAINE NORD AMÉRICAINE – Rentrée littéraire 2018]

Éditions BUCHET CHASTEL

Traduction (anglais ; États-Unis) : Marguerite Capelle

 

Format numérique (256 pages) : 12.99€

Broché : 19.00€

Ma note : 3,5/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

New Jersey, 1946. Alors que le monde sort tout juste des horreurs de la guerre, travailler dans l’industrie florissante de Trenton est une des clés de l émancipation pour les classes populaires de la côte est des États-Unis. Le rêve américain fonctionne à plein, et le mystérieux Abe Kunstler, nouveau venu à l’usine, semble déterminé à en tirer parti. Travailleur obstiné, bon camarade, buveur émérite, Abe est l archétype du col bleu : sauf qu Abe est un mirage, un imposteur qui cache un terrible secret. De l’après-guerre au Vietnam, l histoire de Kunstler nous montre combien ce rêve américain est une machine implacable qui broie tous ceux qui ne sont pas nés dans la bonne classe, le bon corps, la bonne peau. Confronté à une société américaine au conformisme impitoyable, empêtré dans une vie de mensonges et menacé de voir son secret révélé, jusqu où Abe Kunstler sera-t-il prêt à aller pour préserver l existence qu il a tenté de se forger ?

 


 

Mon avis :

 

Tadzio Koelb signe ici son premier roman. Un roman extrêmement poignant mettant en évidence le tumulte de ces américains entre deux guerres.

 

Trenton est la capitale du New Jersey, ville côtière de l’est. Après la seconde guerre mondiale, l’industrie florissante en fait une ville attractive.Un Eldorado où la population en quête d’une meilleure vie est prête à tout.

 

Au travers de l’histoire et du terrible secret d’Abe Kunstler, Koelb décrit une ville sans dessus-dessous. Des hommes, des femmes, des vieillards et des enfants qui battent le pavé dans l’espoir de s’enrichir. L’après guerre (1946) apporte son lot de blessés qui tentent de se réintégrer dans la société. Koelb attire son lecteur dans la vraie vie, celle de la rue. Ni dorure ni luxure. Un monde sans pitié où l’alcool, les bagarres, la débrouille, les escroqueries et le sexe règnent en maître. Un monde défait où les rêves sont tels des anges déchus. Des familles pauvres vivotant de tout et de rien. La bravoure des ces travailleurs acharnés forcent le respect. Ses usines apparaissent comme des mangeuses d’hommes.

 

Abe Kunstler est au centre de toute cette histoire. Son secret ne laisse place à aucun doute mais il est intéressant de voir évoluer cette situation malsaine. Dans une première partie, le lecteur suit la progression du plan machiavélique. Koelb n’hésite pas à intercaler des passages par une mise en lumière sur la position de son personnage principal. Il fait d’ailleurs appel à notre moralité et induit à son lecteur à prendre position. Tout au long des chapitres, la pression monte sans pour autant inquiéter sur les conséquences possibles. Comme si se secret ne pouvait nullement avoir aucune répercussion sur ce fil de vie semblant tout tracé.

 

Dans la seconde partie et finale, Koelb change de tout au tout son point de vue. Un nouveau personnage rentre en jeu en relation directe avec Abe Kunstler. Nous sommes en pleine période de la guerre au Vietnam. Une jeunesse inquiète d’être envoyée sur le front. L’essor du mouvement hippie apporte une nouvelle manière de vivre. Son anticonformiste face à ce gouvernement pro guerre fait de nombreux émules.  Cette partie du roman est beaucoup plus rythmée. Tous les éléments s’emboitent parfaitement pour un final certes connu, mais assez tonitruant. Le contraste est saisissant et impressionnant.

 

MADE IN TRENTON est manifestement un très bon livre, s’adressant à un lectorat bien précis et connaisseur. Koelb est un auteur en devenir qui je suis sûre marquera la littéraire Nord Américaine par sa plume efficace. Il joue parfaitement avec les codes du roman noir en l’agrémentant de sa touche personnelle. Malheureusement pour moi, cette lecture ne m’était pas adressée. Quelque peu décontenancée par la manière dont l’auteur traite sa trame. J’ai eu l’impression de tourner en rond. Malgré cela, je ne m’arrête pas à ce tout premier roman, je serais au rendez-vous pour son prochain roman qui peut être j’apprécierai davantage.

 

MADE IN TRENTON est un grand livre qui marque cette rentrée littéraire 2018. Une peinture parfaite d’un monde sans pitié.

 

 

 

Tadzio Koelb

 

 

Focus sur Tadzio Koelb :

 

 

 

Tadzio Koelb, est un auteur, journaliste et traducteur américain. Ses articles sont publiés par The New York Times et The Times Literary Supplement, entre autres prestigieux journaux. Il enseigne à l’université Rutgers et vit à New York. Made in Trenton est son premier roman.

 

 


 

Je remercie les éditions Buchel Chastel pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions BUCHET CHASTEL, pour tout savoir !

Vers le site de Tadzio Koelb, pour suivre son actualité !