B.O.A. tome 2 : Couples maudits de Magali Laurent.

 
[ DYSTOPIE / FANTASTIQUE – Nouveauté 2018]
Tome 2/3
Editions de Mortagne
458 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 

Le résumé :

 

La loterie est terminée.
Le cauchemar commence.
Après avoir survécu à la loterie dont ils étaient les prix, Oxana, Alexandre, Cléo, Denys, Samantha et Kim se retrouvent face à la réalité de leur condition d’esclaves.
A cette étape du jeu, ils ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes. Livrés en pâture à leurs propriétaires BOA, ils doivent réprimer les sentiments qui les animent et trouver la force de surmonter cette nouvelle épreuve.
Mais comment lutter dans une ville dont on ne connaît pas les règles ? Le pacte conclu avant le tirage sera-t-il leur seule option ?
Le futur s’annonce sombre, et devenir des Charognards pourrait être l’unique voie les menant à la liberté…

 

Mon avis :

 

Si t’es fan de dystopie qui sort des sentiers battus, c’est la trilogie que tu dois absolument t’offrir pour Noël.

 

Il n’y a pas à dire, l’univers de Magali Laurent a tout pour séduire. Un monde post-apocalyptique où les humains considérés comme des sacs à sang et ont comme unique utilité celle d’éponger la soif des BOA, sortes de vampires. Je trouve ce mélange entre dystopie et bit-lit tout à fait génialissime. De plus la plume de l’autrice est remarquable et tout aussi addictive !

 

Après un premier tome qui pose les bases de l’univers de Magali Laurent où elle expose les différents groupes (humains, BOA et Charognards, vilaines bêbêtes qui ont tout du zombie (pour te donner une image prend ceux du film « Je suis une Légende »)), présente ses personnages. Dans le tome 2, l’autrice rentre directement dans le sujet. Les trois couples rejoignent leurs gagnants de la loterie. Ces six jeunes adolescents sont loin de se douter alors, que leurs vies vont prendre un tournant radical.

 

Oxana et Alexandra se retrouvent auprès d’un propriétaire qui fait parti des rangs de la résistance. Il est facile de croire que tout ira pour le mieux pour eux. Mais que nenni : ils seront confrontés à des situations totalement inédites, leur moral sera mis à rude épreuve. Les blessures psychologiques et physiques sont nombreuses. Leurs ténacités sont remarquables mais extrêmement éprouvantes.

 

Cléo et Denys se retrouvent dans un manoir totalement inimaginable et sordide dirigé par un BOA qui ne connait ni pitié ni indulgence . Entre complots et manipulations, épreuves et tortures, leur  vie est un véritable enfer. Cauchemars incessants, leur survie ne tient qu’à un fil.

 

Samantha et Kim ont eu la chance d’avoir un propriétaire indulgent et respectable. Il se soucie vraiment d’elles et leurs apporte soutien et réconfort. Mais là aussi rien ne se passe comme prévu.

 

Ce second tome n’a absolument rien à voir avec le premier. Il en ressort beaucoup de violence, des scènes insoutenables ou tortures et sévices sont décrites avec beaucoup de détails. Il est possible que ce point refrène quelques lecteurs. Personnellement il ne m’a pas du tout dérangé ou rébuté. L’atmosphère qui s’en dégage est vraiment glauque. Les personnages sont aspirés dans une spirale destructrice, éprouvante et cauchemardesque. L’auteur n’a vraiment pas choisi la simplicité. J’aime beaucoup quand l’auteur ose prendre des risques. Quelques notes d’espoirs transparaissent de temps en temps, mais elle sont vraiment vite englouties. Les rebondissements s’enchainent laissant peu de temps aux lecteurs de respirer. Les traits de caractères des personnages sont davantage approfondis. J’ai mieux appréhender les tenants de cette histoire totalement pittoresque et déjantée. Et que dire du final, OMG …. ! J’attends avec impatience la suite !
 
B.O.A. est résolument un page turner ! Je n’ai qu’un conseil : ACCROCHE TOI ….. ACCROCHE TOI BIEN !

 

 


 

Je remercie Pascale, attachée de presse des éditions De Mortagne en France, pour sa confiance et sa patience.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Mon avis sur le tome 1 « Loterie Funeste ».

Vers le site de Magali Laurent, pour découvrir son univers.

Vers le site des éditions De Mortagne pour tout savoir.

 

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

VEUX-TU DINER AVEC MOI ? de Maxime Morin.

20181015_160727

 

[ ROMAN POLICIER – Nouveauté 2018]
Éditions de Mortagne
Format numérique (422 pages) : 16.17€
Broché : 18.00€
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

 

 


 

Le résumé :

 

Maxence Verlomme a récemment vu sa vie s’effondrer. Il y a trois mois, sa carrière de flic s’est brisée avec l’annonce du cancer de sa femme. Pour vivre ses derniers instants avec elle, il a dû abandonner sa traque du Marchand de sable, un tueur en série activement recherché. Ayant enterré Marion le matin même, l’homme se réveille, quelques heures plus tard, prisonnier d’un autobus fuyant la capitale. Deux ravisseurs, neuf otages. Lorsque le premier captif est ramené sain et sauf à son domicile par ses bourreaux, plutôt que de profiter de sa liberté, il préfère se tirer une balle en pleine tête. Dès lors, chacun comprend que le danger ne se trouve pas à l’intérieur du bus, mais bien à l’extérieur. Un road trip macabre où chaque arrêt se révèle fatal. Et quand les affres du passé resurgissent, le compte à rebours est déjà lancé, ne laissant à Verlomme que peu de temps pour découvrir le lien qui les unit tous. À la fin du voyage, la rédemption. Ou bien la mort.

 


 

Mon avis :

 

Halloween approche, alors, pourquoi pas s’offrir un moment lecture adéquat à l’atmosphère voulue ? Et bien j’ai pour toi un thriller décapant et étonnamment effroyable.

 

A première vue, le résumé qui m’a tout de suite fait penser à un certain film (Speed, 1994), ne laisse absolument rien présager à ce qui se cache parmi ces pages.

 

Et je ne peux m’exclamer : Aaaaa l’abordage !

 

Maxence Verlomme est un flic bon sous tout rapport, peu apprécié par ses pairs, mais les résultats sont là. Il reste malgré tout un loup solitaire. Sa femme, Marion, est son seul et unique rayon de soleil. Gravement malade depuis des années, il tend à lui rendre la vie plus facile et agréable. La maladie emporte Mario et c’est alors que le monde de Maxence vrille.

 

Quelques heures après l’enterrement de sa femme, il se retrouve pris en otage avec 8 autres personnages dans un bus. Deux personnes cagoulées font régner la terreur dans ce bus bringuebalant vers une destination qui se précise au fil des heures. Maxence a pris sa retraite anticipé de flics il y a trois mois de cela. Mais quand t ‘es flic un jour, t’es flic pour toujours. Par la force et la volonté (amen !), Maxence reprend « du service ». Les méninges s’activent, les hypothèses fusionnent : Que fait-il ici ? Quels liens les unis tous ? Pourquoi ses souvenirs sont-il vagues ? Que va t-il m’arriver ?

 

Tout autant de questions pertinentes pour une urgence vitale : la survie.

 

Road trip macabre, huit clos effrayant : un duo sans équivoque qui a eu le mérite de me faire vivre des heures de lectures addictives. Pendue aux mots, la recherche de la vérité tient en haleine. Les péripéties de Maxence, ses flash back, ses souvenirs, ses questions, ses doutes, sa peur, sa colère, son désarroi m’ont assaillie d’une force surprenante. Au fil des pages le personnage de Maxence s’affirme et se révèle.

 

Et il arrive le moment où tout dérape et l’histoire prend une nouvelle dimension hallucinante et inattendue ! Et la c’est le OH MON DIEU !, le OH PURÉE ! le NOOOOOON !, le C’EST PAS POSSIBLE ! …. qui résonnent dans les limbes de ton cerveau. Scotchée, tu deviens !

 

VEUX-TU DINER AVEC TOI ? est incommensurablement un page turner de tonnerre ! Un clifhanger de malade qui a eu le don de m’épater. Le seul petit bémol, mais qui en soi n’est pas forcément dramatique, est le fait que bien des questions restent sans réponses. Rien ne t’empêche toi, lecteur, de fomenter tout un plan pour combler cette petite lacune. Et j’avoue l’exercice est plutôt sympathique.

 

Mystère, rage, colère, énigme, sang, horreur, amour, drame, manipulation, suspense deviendront pendant cette lecture tes meilleurs amis.

 

Les mordus du genre s’en mordront les doigts et seront charmés par l’atmosphère glaçante à la Stephen King (pour donner une image … n’est ce pas … !!).

 

A découvrir … sans aucun doute !

 


 

Je remercie Pascale pour sa confiance et sa patience.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions De Mortagne, pour tout savoir !

 

 

 

DES VISAGES ET DES MORTS de Mickaël Koudero.

20180618_161125

 

[THRILLER – Nouveauté 2018]
Éditions De Mortagne (Canada)
Service presse

 

 

Format numérique (546 pages) : 16.17€
Broché : 18.00€
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »

 

 

Je remercie Pascale, attachée de presse des éditions De Mortagne, pour sa confiance.

 

 


 

Le résumé :

 

Le froid de novembre. La neige et l’horreur. En France, à Lyon, un homme est assassiné dans une église. Son dos a été tailladé, sa langue, coupée. À sept cents kilomètres de distance, sa fiancée est retrouvée pendue à un arbre. Un meurtre maquillé en suicide. Très vite, le sang se répand jusqu’en Belgique. Dans un asile abandonné, on découvre le cadavre d’une femme entièrement nue, le visage arraché. Une folie sans nom. Les meurtres s’enchaînent, et tous portent la signature d’un tueur en série libéré un an plus tôt, le Borgne. L’homme aurait-il repris du service ? Difficile à croire vu son âge avancé et son état de santé. Non, la réalité est bien plus noire. Laura, Milan et Adami, des policiers venus de tous horizons, vont rapidement le comprendre. « Nous ne sommes pas face à un tueur en série, mais à une série de tueurs. » Et ceux-ci se sont réunis en force, décidés à marquer les mémoires de leurs crimes pour entrer dans la postérité.

 


 

Mon avis :

 

Voici un thriller qui ne m’a pas du tout laissé indifférente. Dans le style « page turner » tu as de quoi passer un super moment de lecture en sa compagnie !

 

Hiver, il neige. Lyon. Lille. Bruxelles. Quatre corps. Quatre meurtres sauvages. Un mode opératoire semblable mais perpétré par différents meurtriers. Il n’en faut pas plus pour semer la pagaille dans les services de police. Laura, capitaine, a rejoint les rangs de la police de Lyon par vocation. Milan Dacourt, lieutenant de la PJ de Dijon, ne vit que pour son métier. Hugo Adami, est policier à Bruxelles, un vieux de la vieille, le roublard du service. Trois enquêteurs hors pairs qui vont mettre leurs flairs aux services de cette enquête hors norme. Tous les trois font plonger dans les affres perverses de l’être humain. Côtoyer son côté sombre, démoniaque, primaire. L’être humain dans la déchéance la plus totale. Assoiffé de sang, de reconnaissance et d’estime. Un lignée de tueurs silencieux et macabres. Des tueurs bafoués dans leur estime de soi. Des tueurs aux profils en apparence sans tâche. Des hommes et des femmes, une communauté qui redéfini la vision même des meurtres en séries.

 

Après Sire Cédric, Franck Thilliez, Slimane-Baptise Berhoune et bien d’autres…, je suis ravie de découvrir cet auteur talentueux. Koudero a l’art et la manière de mettre en avant ces personnages dans un contexte totalement sordide. Il met un point d’honneur à décrire les émotions et les pensées de ses protagonistes avec délicatesse et force. Il les met à rude épreuve. Une guerre des nerfs éprouvante et épuisante qui mène nos trois enquêteurs sur des chemins semés d’embûches. Un enquête complexe qui rappelle celle diligentée 24 ans plus tôt par Adami : Le Borgne. Un psychopathe asocial qui a l’aide d’une arme blanche avait éventré quatre femmes reliées à son enfance. Cette nouvelle enquête présente de fortes ressemblances : victime aux faciès identiques aux toutes premières victimes du Borgne et mode opératoire quasi identique. Fort de persévérance, Laure, Milan et Adami mettent le doigt sur des petits éléments qui mis bout à bout éclairent nos enquêteurs sur la dimension disproportionnée de ces crimes. Les rebondissements s’enchainent à une vitesse effrénée. Une course contre la montre éreintante et usante. Cette immersion fera écho aux blessures propres de nos trois policiers et s’en relèveront difficilement.

 

Je ne te cache pas que j’ai kiffé cette lecture. Il y a tous les ingrédients que j’adore retrouvé dans un thriller : une trame sensationnelle, un final tonitruant avec des surprises époustouflantes, une intrigue hyper passionnante qui s’égrène au fil des pages et qui ne laisse filtrer aucun soupçon, des personnages honnêtes sans fioritures ( pas de supers flics, mais une femme et deux hommes entiers avec leurs propres blessures), des psychopathes hyper méchants ( leurs psychologies sont au diapason avec leurs démences), un décor sordide (maison vide, hôpital psychiatrique, prison, église, arbre et rue non avenante…) et des scènes sanglantes à t’hérisser le poil.
Et sur la forme, je n’ai rien à redire. Une plume à 100% efficace. Une plume franche et addictive. Un auteur qui sait te mener par le bout du nez. Le choix de chapitres courts donne un rythme très intéressant au roman.

 

Je t’assure qu’une fois ce thriller ouvert, tu ne peux plus le refermer. D’ailleurs c’est impensable et infaisable. T’es là, pris dans un tourbillon de folie où la seule chose qui demeure s’est de savoir la suite des événements et les pages s’enquillent sans que tu fasses attention. Quand je te dis que c’est un page turner du diable !

 

 

 

∞∞ EXTRAIT ∞∞

 

-Vivre nourrirait l’amertume de retrouver leur condition d’autrefois, l’indifférence, l’oubli dont ils étaient victimes avant de commettre leurs actes. […] Par leurs actes impensables, ils ont transgressé toutes les règles, marqué de leur empreintes la société. Même mort, ils continueront à exister. On ne se souvient pas de l’architecte, mais de l’incendiaire,. On oublie les victimes, mais jamais les monstres.
-La personne à l’origine de cette communauté de tueurs suivra le même chemin, murmura Adami.
-Votre Erostrate incarne le mal à l’état pur. Un mal où renaissance et reconnaissance marchent main dans la main. Votre tueur ne peut avoir peur de la mort. Il sait que demain d’autres âmes prendront le relais.
Le Borgne étira les lèvres.
-Nous sommes les enfants d’Erostrate.
Il se tut sur ces paroles, marquant le fin de l’entretien.
(page 436)

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions De Mortagne, pour tout savoir !

Vers la page Facebook de Mickaël Koudero, pour suivre son actualité !

 

B.O.A. Tome 1 : Loterie funeste de Magali Laurent.

20180421_192153-1.jpg

[DYSTOPIE / JEUNESSE – Nouveauté 2018]
Éditions De Mortagne (Canada)
Service presse – Masse Critique Babelio Privilégiée
Format numérique (460 pages) : 16€17
Broché : 15€00
Ma note : 5/5 mention « à dévorer »
Je remercie les éditions de Mortagne et Babelio pour m’avoir permis de découvrir ce fantastique roman !

Le résumé :
Une loterie inhumaine. Six immortels à gagner. Dans un monde post-apocalyptique, l’humanité a été réduite à quelques milliers d’individus. Les humains sains sont réduits à l’état de bétail-ouvrier dans des camps de travail ou à celui de citoyen de seconde zone vivant dans la misère à Liberté, une terre promise aujourd’hui totalement dénaturée, dirigée par les B.O.A*. Dans ce monde, quand les citoyens achètent des billets pour la loterie annuelle, ce n’est pas pour gagner de l’argent. Les BOA espèrent remporter des Sacs à sang. Des esclaves. Des êtres humains auxquels ils pourront s’abreuver pour subsister. Jusqu’à ce que mort s’ensuive. Mais, cette année, la loterie est différente : six adolescents sont en jeu, rendus immortels par un processus révolutionnaire. Destinés à offrir leur sang à leurs futurs propriétaires, ils sont condamnés à souffrir éternellement, car même la mort ne pourra les délivrer. S’ils résistent, ils seront transformés en créatures terrifiantes. En Charognards. Des bêtes voraces. S’ils obéissent, ils seront perdus pour toujours. *B.O.A : nommés ainsi en référence aux groupes sanguins, ces êtres, qui n’ont plus qu’une infime part d’humanité, doivent s’abreuver de sang humain pour survivre.

Mon avis :
Allez, je vous annonce de but en blanc, ce roman est juste remarquable. Je lis très peu de dystopie car presque chaque fois, je tombe sur des romans qui ne me convenaient pas forcément et surtout où j’avais du mal avec l’univers proposé. Mais là je suis absolument conquise par ce que nous propose Magali Laurent !
Monde apocalyptique !
Un monde dévasté par un virus, faisant muté les êtres humains en Charognard. Etre dénué de toute humanité, à l’instinct primitif et cannibale. Pour faire face à cette épidémie, un vaccin a été crée, mais mis à la disposition des plus fortunés. Seulement le procédé laisse à désirer et les transforme en BOA, humain à la peau très blanche, yeux bleus et qui ne peut survivre qu’en buvant le sang d’humain non contaminé. Certains humains ont survécu à ce fléau et se sont réunis sur une île portant le nom de Liberté. La guerre entre les clans a fait de nombreuses victimes mais un consensus entre les BOA et les humains a été trouvé. Mais ça, c’était il y a de très nombreuses années.
Qu’en est il aujourd’hui ?
Les BOA ont pris le pouvoir sur les humains. Les soumettant à leur férocité. Les humains n’ont la seule considération que de garde manger. Leur sang est vital. Les bébés sont vendus au Cellier Inc.. Véritable usine humaine, où chacun a des taches définies, où leur sang est prélevé, leur temps chronométré. Une véritable prison où aucune liberté n’est accordée, les contacts surveillés. On les surnomme les Sacs à sang. Ils ne connaissent rien du monde extérieur, n’ont aucune identité à part ce code barre et un prénom. Ils ne savent pas d’où ils viennent. Malgré les histoires et les rumeurs qui circulent la vérité n’est jamais de mise. Oxana, Alex, son frère jumeau, Denys, Sam et Kim sont des Sacs à sang. On les reconnaît grâce à ce diadème perçant leur boite crânienne, portant le virus qui les transformera en Charognard s’ils tentent de s’enfuir. Une expérience menée par les BOA les ont rendu immortels et de ce fait deviennent une denrée rare mise à prix lors de la loterie annuelle organisée par les riches BOA. Leur présumé liberté va les mener droit vers dans un monde inconnu, manipulateur, sournois, horrible et où les sentiments n’ont plus aucune place. Chance ou malédiction, les cinq Sacs à sang devront montrer que leur force réside dans les liens tissés entre eux. Ils vont découvrir un monde où la liberté ne signifie rien. Se joint à eux, Cléo, également immortelle par le même procédé. Elle est un produit de La Sang et Prestige Inc.. Elevée en autarcie totale depuis c’est 5 ans, elle est vouée à être vendu aux riches BOA, pour la subtilité de son sang. Elle est choisie pour être gagné à la loterie. Malgré tous les préceptes acquis pendant sa « détention », elle découvre un monde néfaste. Les six réunis vont former les trois lots à gagner. Ensemble ils devront affronter bien de nombreuses épreuves.
Mais dans l’ombre se cache un groupuscule qui tente de rétablir un certain ordre. Formés par des humains, se trouve parmi eux un jeune BOA, Kael, qui répudie le système actuel.
Magali Laurent a mis la barre très haute.
De par son univers extrêmement riche, l’auteure nous offre ici, un pur moment de lecture ! Son histoire est parsemée de moments très intenses. Les petits détails et les descriptions vont de son récit étonnamment complet. Je ne me suis ennuyée à aucun moment. Redoutant les événements à venir et me montrant soucieuse quant à l’avenir de ces six adolescents. Je les ai suivi tout au long de cette macabre marche les menant à leur funeste avenir. De nombreux rebondissements m’ont laissé espérée comme d’autres m’ont anéantie. Les personnages sont subtils, hargneux, téméraires et courageux. Chacun avec leur personnalité font devoir faire face à leur destin.
Les fans de dystopie vont beaucoup, beaucoup, beaucoup apprécier ce page-turner incontournable ! J’attends le tome 2 avec beaucoup d’impatience !

image-principale-page-liens-utiles

Lien Amazon !

Vers le site des éditions De Mortagne, pour tout savoir !

Vers le site de Magali Laurent, pour suivre son actualité !

Mon avis sur le tome 2 : « Couples maudits »

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3