MY ABSOLUTE DARLING de Gabriel Tallent.

20180326_161746-1.jpg

 

[LITTERATURE NORD AMERICAINE – Nouveauté 2018]
Editions Gallmeister
Traduction : Laura Derajinski
Service presse en partenariat avec le #PicaboRiverBookClub

 

Format numérique (453 pages) : 16€99
Broché : 24€40
Ma note : 5/5 avec mention pépite !

 

 

Je remercie les éditions Gallmeister et Léa, administratrice du groupe Picabo RiverBook Club pour ce service presse !

 


 

Le résumé :

 

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie. My Absolute Darling a été le livre phénomène de l’année 2017 aux États-Unis. Ce roman inoubliable sur le combat d’une jeune fille pour devenir elle-même et sauver son âme marque la naissance d’un nouvel auteur au talent prodigieux.

 


 

Mon avis :

 

EXTRAIT
Elle pense, Ca n’est jamais allé, chez nous et ça n’ira jamais. Elle pense, Je ne sais même pas à quoi ça ressemble, d’aller bien. Je ne sais pas ce que ça signifie. Quand il est au meilleur de sa forme, on va mieux que bien. Quand il est au meilleur de sa forme, il s’élève largement au-dessus de la masse et il est plus incroyable que tout le reste. Mais il y a quelque chose en lui. Un défaut qui empoissonne tout. Que va-t-il advenir de nous…

 

Pour comprendre ce livre, le plus simple est de le découvrir soi même, se laisser porter par la plume extraordinaire de Tallent et se perdre dans cette verbe si exceptionnelle.
Un monde bouleversant et cruel. Un monde où la moindre faiblesse n’est pas tolérée. MY ABSOLUTE DARLING a cette aura dérangeante. On accroche ou on déteste. Il n’y pas de juste mesure. Soit on se perd dans cet univers et on s’y noie. Soit on décide de le fermer pour toujours. Rien n’est facile dans cette lecture dans la mesure où Tallent parle de sévices. Il parle d’un père qui ne voit le monde qu’au travers de sa fille. Trop protecteur, cruel, intransigeant, fou, possédé, illuminé, désaxé, fourbe. Abuse de sa fille. Pénétrer dans son cerveau relève d’une aventure fantasque. C’est voir l’horreur, la perdition humaine dans ce cercle vicieux d’amour et de désir toxique. C’est essayer de comprendre le pourquoi de la chose. C’est essayer de trouver de bonnes excuses pour son comportement. Héritage familial, peut être ? C’est se poser continuellement des questions. C’est le détester et vouloir l’anéantir.

 

Julia, Croquette, Turtle est cette petite fille, orpheline de sa mère. Elle est à l’image de la jeune fille que son père à confectionner. Craintive, misogyne, solitaire, haineuse et extrêmement douée avec la cachette et les couteaux. Sauvage, elle communie parfaitement avec la nature. Elle a cette simplicité complexe qui rebute plus d’un et au contraire en attire d’autre. Turtle ne connaît que la vie, celle soumise par son père. Scolarisée mais peu impliquée dans ses études, elle ne désire par apprendre ce que la vie est à l’extérieur. Jusqu’au jour où leur quotidien va être bouleverser par des rencontres. Prendra t-elle conscience des ignominies qu’elle subi ?

 

 

Fort de sa plume charismatique, Tallent nous offre un premier roman toute en splendeur. Tallent m’a plongée dans une ritournelle macabre. Usant de répétitions, il crée une atmosphère suffocante : le nettoyage de l’arme de Julia, le petit déjeuner, prendre le car scolaire, les planches qui grincent lorsqu’il monte la rejoindre dans sa chambre… Il crée ce cercle infernal d’un quotidien jugé banal et normal par les protagonistes. Jusqu’au jour où tout par en cacahouète ! La mort de son grand-père, l’abandon de son père, la rencontre de Jacob. Elle découvre une autre vie, celle où la contrainte et la violence ne sont pas synonyme de bonheur. Elle se remet en question, les incertitudes sont peu à peu balayer, pour laisser place à une certaine maturité. Un nouveau quotidien plus sain se met en route où elle se découvre. Le cercle infernal est abolit et voit sa vie avec plus de sérénité. Mais comme Tallent ne fait pas dans la demi-mesure, son père revient accompagné d’une gamine de dix ans, Cayenne. On replonge dans l’enfer, mais avec une Turlte plus combative que jamais et déterminée. Même si elle flanche quelque fois, elle ne s’arrêtera plus.

 

Il est impossible de mettre une étiquette sur MY ABSOLUTE DARLING, car tout simplement aucune ne convient à décrire cet ovni de la littérature. Une lecture intense, forte de symbolisme. Même si la lueur d’espoir est tenue, je m’y suis accrochée jusqu’à la fin exceptionnelle du roman. C’est une lecture à la fois bouleversante et grisante. Une lecture foudroyante !

 

EXTRAIT
Turtle patiente à côté d’elle dans la petite cuisine en séquoia, toutes les deux assises par terre, Anna avec son vin, Turtle avec son bol de quinoa, et aucune ne se lève. Elles attendent simplement, s’observent et prennent la mesure de l’autre.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Gallmeister, pour tout savoir !

Rejoignez le Picabo River Book Club !

 

 

Publicités